30/11/2016
Difficile de faire vivre un parti politique!

Le choix final du PCF de rallier la candidature de JL MELENCHON est très intéréssant et démontre que la démocratie interne, quand les véritables enjeux ne sont pas expliqués, peut être dangereuse pour la survie d'un parti.

Le chef de "La France Insoumise" est parti seul en campagne pour les présidentielles de 2017. Ce qui est son droit le plus absolu. Mais comme JL MELENCHON ne veut rien négocier avec les autres partis de gauche que sont le PS et les Radicaux de Gauche, il n'aborde pas les élections législatives dans ses discours. Il doit penser que s'il est élu, le peuple dans un enthousiasme extraordinaire imposera ses candidats, lesquels seront aussi ceux de JL MELENCHON....
Mais les responsables du PCF sont plus hésitants. Ils devinent que "la France Insoumise" ne sera probablement pas au second tour des élections et donc qu'il va falloir batailler pour obtenir des députés aux législatives. Avec qui batailler? Justement avec les autres partis de gauche, lesquels, au second tour, appellent à voter pour le mieux placé. Il faudra absolument réussir à "placer" au moins 10 candidats avec de solides chances d'être élus au second tour si le PCF veut exister à travers un groupe à l'Assemblée Nationale?
Pour obtenir ce résultat, outre qu'il ne faut pas insulter l'avenir en traitant les "camarades" de noms d'oiseaux divers, il faut une tribune nationale pour que le citoyen de base ait entendu parler de vous (le PCF!).

Il faut reconnaitre que depuis des années, le PCF est sur la pente glissante de la disparition. Les derniers candidats ayant une notoriété nationale (de Robert HUE à Marie Georges BUFFET) ont eu des scores de plus en plus faibles: 8,66% en 1995 à 2% en 2007...

Le PCF est en voie de marginalisation. Il faut dire que depuis 1981, la direction du PCF a sans cesse hésité entre indépendance et inféodation d'abord au PS puis, à partir de 2008, au Front de Gauche dirigé par JL MELENCHON. Succession d'erreurs stratégiques...

Qui connait aujourd'hui le nom de Pierre LAURENT, Secrétaire National du PCF ? Ce parti revendique 56.000 adhérents en 2016, mais plus personne ne les voit sur les marchés comme dans les années "70".
Dés lors, pour 2017,le Comité Central avait voté pour qu'il y ait un candidat du PCF, mais le Parti vient de décider le contraire en se ralliant à JL MELENCHON.
Il n'y a pas de problèmes de programme ni de personne; quoique celle de JL MELENCHON agace sérieusement le PCF par sa démarche personnelle. Non, il s'agit d'un problème d'Union de la Gauche, seule capable de gagner...
Quand il y a déjà presque une dizaine de candidats se revendiquant de la gauche, on aurait pu penser que le PCF aurait vu plus loin et tenté de se faire une petite place au soleil afin de privilégier les fiefs locaux, lesquels s'effondrent peu à peu.
On peut parier sur la disparition du PCF dans un délai de 10 ans où sa notoriété sera la même que celle des partis troskystes qui ne font parler d'eux qu'aux élections présidentielles grâce à cette démocratie "bourgeoise" qu'ils vilipendent par ailleurs!

Il faut aussi noter que cette démarche hésitante est due à l'explosion de la gauche en France. Il me semble évident que si celle-ci avait la moindre chance d'être au pouvoir en 2017, chaque parti aurait fait l'effort de jouer "groupé".

Il faut noter que la candidature de Mme Sylvia PINEL, représentante des Radicaux de Gauche, à cette élection présidentielle vient confirmer mon analyse. Que représente ce parti?
Une centaine de notables dans le Sud-Ouest et en Corse qui sont élus depuis des années grâce à leurs réseaux. Personne ne peut citer le nom des élus et des responsables de ce parti qui arrive à avoir un ministre en fonctions actuellement (M. BAYLET) et une candidate qui luttera contre les ministres candidats du PS ????

En fait, dans le désordre organisé par F. HOLLANDE, le PRG pense que son avenir l'oblige à être présent aux présidentielles car personne au PS ne domine son sujet et coincé entre E.MACRON et (X) du PS, Mme PINEL peut acquérir une petite notoriété... car elle n'a pas encore de programme !!!Mais elle pense ainsi sauver des postes aux prochaines législatives.

À l'ère des réseaux sociaux et des médias permanents, pour exister, il faut se montrer. Jamais la politique n'a été autant un spectacle qu'aujourd'hui. Mais cela, c'est pour les acteurs de second ordre qui veulent juste des places, ceux qui veulent le pouvoir, il faut en plus un programme et créer un lien avec le citoyen-électeur. C'est très difficile!
Lionel DE BUSSIERE


25/11/2016
La façon dont le gouvernement actuel a géré l'accueil des réfugiés est honteux:

Chacun se souvient que l'Allemagne grâce à la formidable réaction de sa Chancelière a accueilli un million de réfugiés provenant des crises en SYRIE, IRAK et AFGHANISTAN et que non seulement la France n'a accepté d'en accueillir que 30.000 mais M. Valls a fait la leçon à Mme Merkel, en Allemagne, afin de lui signifier tout le mal qu'il pensait de la façon de faire de sa collègue allemande.

Or la situation va redevenir dramatique:

Actuellement nous avons trois sources de migrants qui viennent en France:
- les migrants économiques qui proviennent, pour beaucoup d'entre eux, d'Afrique de l'Ouest et du Maghreb. Le plus souvent en situation irrégulière, ils se font discrets pour vivre leurs vies de clandestins afin de trouver un jour l'opportunité d'être "régularisés" pour un motif ou un autre (enfant né en France ou conjoint français), ... dont le temps passé en France et un travail comptent beaucoup. Ils sont misérables et dignes dans cette attente.

- les migrants qui fuient les guerres (dont les français se désintéressent totalement) et les dictatures sanguinaires: Érythrée, les deux Soudan, le Nigéria, Libye, ... L'immense majorité d'entre eux sont des anglophones et veulent aller au Royaume-Uni. Mais la France a signé sous la présidence de M. Sarkosy, un accord au Touquet, transférant la frontière entre nos deux pays de Douvres (RU) à Calais (France). C'est pour cela (et non à cause de Schengen dont le R-U ne fait pas partie) que la police française bloque les migrants lorsqu'ils veulent se rendre au Royaume-Uni et que des "jungles" se constituent à Calais, Dunkerque ou Paris. Les Autorités Françaises travaillent en France pour le compte des Autorités Britanniques. Ces dernières ne veulent plus de migrants et bloquent le maximum de cas y compris les réfugiés politiques ou les mineurs. Pour soulager les populations françaises vivant à proximité de ces bidonvilles et en fonction des élections prochaines, le Gouvernement a disséminé tous ces migrants en province, plus ou moins de force. Ceux-ci attendent sagement que les préfectures de Région étudient leurs éventuelles demandes d'asile. Cela prendra presque un an, la plupart d'entre eux seront refusés et devraient théoriquement être renvoyés dans leurs pays d'origine. Mais les statistiques montrent que 80% d'entre eux restent sur place et eux aussi, peu à peu, ayant appris le français et s'étant installés au bout de tout ce temps, ils auront un jour ou l'autre le droit de séjour. Mais le temps de l'instruction du statut de réfugié est long. Ils sont logés et touchent une maigre indemnité avec une interdiction de travailler. Au vu de leur nombre, les places de séjour sont prises d'assaut car il est évidemment impossible de laisser ces gens là dans la rue. Contrairement à ce que certains disent, ils ne prennent pas la place de SDF locaux qui bénéficient d'autres associations pour les aider. L'Etat a promis de donner 1500€ par réfugié aux communes. Cependant beaucoup de communes, y compris de gauche, voire même communistes, autorisent très peu de migrants dans leur commune d'une part parce qu'ils ont déjà des gens pauvres en nombre et surtout parce que la présence de migrants feraient le lit du Front National...
Donc les Associations sont débordées et se débrouillent avec les moyens faibles à leur disposition pour faire le travail que l'État refuse de faire...

- Mais le pire est devant nous: les 30.000 migrants que le gouvernement VALLS a accepté sont toujours à l'étranger. Ils proviennent, eux, d'IRAK, de SYRIE et d'AFGHANISTAN, fuyant en famille les guerres civiles et les massacres dont il faut rappeler fortement que l'origine est due à des interventions occidentales sur place et que la FRANCE a été ou est l'une des puissances intervenantes, ces centaines de milliers de réfugiés vont arriver et sans doute très vite!
D'une part parce que les guerres civiles ne cessent de massacrer (voir Mossoul ou Alep) la fuite s'amplifie, et surtout parce que la TURQUIE joue un rôle que l'Europe lui a attribué et en profite pour faire un chantage indigne aux pays européens.
Après l'immense crise de 2015, Mme MERKEL a négocié, seule, avec les responsables turcs pour qu'ils gardent les réfugiés et qu'ils nous laissent du temps pour mettre en place une politique migratoire acceptable par les 28 pays européens contre une aide de 3 milliards d'euros. Cela semble impossible à mettre en place du fait de l'opposition claire et ferme des pays de l'est de l'Europe (HONGRIE, ...). Or,une des autres contreparties accordées aux Turcs étaient de favoriser une libre circulation en Europe et l'entrée dans l'UE un jour..
Le coup d'État en TURQUIE et la réaction dictatoriale du Président Erdogan sont en train de rompre l'accord. Cela signifie que d'ici quelques semaines, à nouveau les centaines de milliers de réfugiés syriens et autres vont se diriger vers les pays d'Europe dont la France.

Chez nous rien n'est prêt car pour de sordides raisons électorales, le Gouvernement Valls et le Pt Hollande ont tout fait pour reporter à fin 2017 l'arrivée de ces milliers de réfugiés...
Comportement hypocrite !
Mrs Hollande et Valls font le maximum pour ne pas fâcher Erdogan et aucune critique française sur les arrestations, les tortures, la dictature qui s'établit en TURQUIE ne vient mettre de l'huile sur le feu. Hélas pour eux, le Parlement Européen vient de condamner Erdogan et son gouvernement. La menace est là: immédiate! Et rien n'est prêt pour accueillir ces nouvelles familles....
Que va faire la FRANCE ? Va-t-on une nouvelle fois se couvrir de honte en refusant de prendre en charge notre part, Nous sommes la 5ème puissance mondiale. Peut-on être le pays des Droits de l'Homme et refuser d'aider un minimum ?
Je crains le pire car le moins que l'on puisse dire c'est que le sort des malheureux qui fuient leurs pays en guerre n'intérèssent que très peu de français. Hélas !
Lionel DE BUSSIERE


21/11/2016
La bataille de trop !

Ah! Que c'est difficile pour les hommes importants de croire que leur temps est passé et qu'ils doivent redevenir des hommes (ou femmes ) ordinaires...

Nous venons d'en avoir un bel exemple hier lors des primaires de la droite.

Tout d'abord, il faut saluer cette élection de présélection qui vient de s'imposer en France à droite, après avoir été mise en place à gauche en 2011. Dans deux mois, cette même gauche a même imposé au président en exercice de repasser par la case "primaires" afin de tenter de légitimer sa candidature...

Mais revenons à la droite dont sept candidats se sont affrontés de façon très pertinente et sans s'écharper, du moins jusqu'à présent! Chacun a pu exposer ses idées et valoriser ses différences. L'ex-président Sarkosy, qui avait déclaré en 2012, après sa défaite, qu'il quittait la politique, est revenu dans l'arène. L'an passé, il était sûr de lui et pensait que son expérience et son dynamisme suffiraient à plier le combat. Mais d'autres étaient partis de plus loin et ont labouré le terrain et construit un projet après avoir écouté les doléances des citoyens électeurs.
N. Sarkosy était trop sûr de lui et de ses idées, ayant répété qu'en 2012 il n'avait pas perdu mais "presque gagné"...

Maintenant il est sorti pas la petite porte et se retrouve humilié, notamment par celui qu'il avait traité de "collaborateur" lorsqu'il était son 1er Ministre en 2007. Il s'est pris pour l'homme indispensable qui va sauver la France....
Il n'a pas analysé les causes de sa défaite en 2012:
- crise économique
- problèmes d'intégrité
- augmentation des déficits et du chômage
- intervention extérieure dangereuse (Libye)
- mépris des gens ("casse-toi, pauvre con!" ou vacances sur un yacht prêté par un riche industriel, ...
- surtout pas de vision du futur permettant de montrer où il voulait aller à part profiter du pouvoir
Il n'a rien dit de nouveau en 2016 de plus qu'en 2012; dès lors le peuple n'avait plus confiance ! La France s'en sortira mieux sans lui et cela lui a été signifié sèchement!

J'en connais un autre à qui cela va arriver: F. Hollande! Au vu de ses nombreuses visites en France , lesquelles n'ont rien à voir avec l'activité "normale" d'un Président de la République mais en rapport avec un candidat à l'élection présidentielle, il est certain qu'il va se présenter.

Je parie sur son élimination dés le premier tour car les électeurs de gauche sont comme ceux de droite: ils veulent des résultats et pas des discours!
Lui aussi est sur son Aventin! Mais il a sans doute oublié le sens originel du terme; il ne s'agit pas de s'isoler du monde pour mieux penser à l'avenir! Nous l'aurions su!

C'est la plèbe de Rome qui sous la République, en 500 av JC, se retirait sur l'Aventin (la plus haute colline de Rome)pour préparer sa révolte et exiger la reconnaissance de ses droits. Les Temples de la Liberté y sont construits.
De même, la plèbe de France va lui faire payer son isolement et l'absence de résultats en matière économique et surtout de chômage.

Tant mieux! à Rome, on disait "Mort aux vaincus", aujourd'hui ils doivent partir définitivement !
Nous aurions intérêt à copier les méthodes américaines sur ce point: tout candidat à l'élection présidentielle battu doit être définitivement éliminé.
Lionel DE BUSSIERE


16/11/2016
La plus grande erreur de politique étrangère de F. HOLLANDE: mésentente avec l'Allemagne?

Lors de la campagne présidentielle de 2012, lors d'un entretien avec la revue "DIPLOMATIE" (N° 55), François HOLLANDE, interrogé sur sa future politique étrangère répondait à l'occasion d'une question sur l'Europe de la défense:" Quelles initiatives avons nous prises vis à vis de notre grand partenaire allemand? Comment imaginer qu'une défense en Europe puisse se construire sans les Allemands et sans leur partenariat industriel ?"

S'il est un élément que le Président a aimé dans ses fonctions, c'est celui de Chef de Guerre! L'armée française a été engagée, seule, dans plusieurs théâtres d'opération et a appelé "au secours financier" les autres européens par la suite. Si l'intervention au MALI peut être considérée comme urgente et réussie dans un premier temps, nous ne pouvons dire la même chose de nos interventions en RCA, dans le SAHEL, en IRAK puis en SYRIE.
Ces guerres décidées par F. HOLLANDE, sans parler des manoeuvres de la DGSE devant être discrètes en LIBYE, laisseront une lourde trace dans la politique étrangère de notre pays d'une part par son manque de coordination avec nos alliés européens, en premier lieu avec l'ALLEMAGNE et d'autre par le naufrage de notre diplomatie dans toute la zone d'intervention moyen-orientale.
Même si ce pays veut entrer en tant que membre permanent de l'ONU et doit aussi faire face au terrorisme mondial, l'ALLEMAGNE reste un pays très pacifique du fait de son histoire récente. Aussi est-il important de travailler en amont avec ses dirigeants avant de faire le "fier à bras" puis de solliciter des fonds au nom de la solidarité européenne.

A de nombreuses reprises, il a été visible de voir les divergences entre les dirigeants des deux pays. Il ne suffit pas que F. HOLLANDE voit le Pt Ukrainien avec Mme Merkel pour parler d'une seule voix! Tout comme avec la TURQUIE où cette dernière s'en est allée seule passer un (mauvais) accord avec M. Erdogan. Quand le 1er Ministre de la France va en ALLEMAGNE faire la leçon aux Allemands sur leur politique d'immigration, là la coupe est pleine!

La politique industrielle de nos deux pays, comme celle de l'économie, ont divergé depuis plus de 20 ans et il aurait été fait crédit à l'actuel Pt de la République Française de tout faire pour établir une concertation permanente entre nos deux pays. Malheureusement, dés le départ, se croyant sans doute encore à un Congrès du PS, il a commencé à tenter d'unir l'Europe du Sud contre la politique économique de l'Allemagne. Chacun a bien pu voir lors de la crise grecque que les avis divergeaient en profondeur et les commentaires des grecs sur notre rôle dans ces moments là sont attristants pour notre pays. L'ex Pt Chirac a commis une énorme erreur de ne pas copier son homologue allemand à l'époque en réformant l'économie; il a préféré distribuer le peu d'argent que nos déficits lui donnaient comme marge de manoeuvre financière à tous les électeurs qui le sollicitaient!

Tout comme son compatriote corrèzien d'ailleurs! En cela, on voit bien qu'il n'y a pas de différences entre la droite et la gauche lorsque des élus au pouvoir ne pensent qu'à leur réélection....

Aujourd'hui, l'ALLEMAGNE est bien au dessus de nous en termes de PIB, de puissance, ...
Même pour l'école, nous n'avons pas su tirer les leçons: 8 ans en arrière le classement des niveaux scolaires était aussi médiocre en ALLEMAGNE qu'en FRANCE. Eux ont pris aussitôt des mesures et depuis ils ont nettement avancé et ont retrouvé une place plus en rapport avec leur puissance économique dans le monde. Nous nous avons discuté et quasiment rien fait, donc on a encore reculé! Le récent classement sur l'effondrement de la connaissance de l'orthographe en France démontre notre incapacité à réformer en copiant ce qui marche ailleurs, puisque nous sommes incapables d'inventer !
Pire, la réforme de Mme Vallaud-Bellkacem a encore abaissé le niveau moyen et fâché nos voisins allemands:
- depuis le Traité de l'Élysée du 22/01/1963, les deux pays doivent tout faire pour développer l'apprentissage de la langue du voisin afin de mieux se comprendre.
- depuis la rentrée 2016, il n'est plus possible de prendre l'allemand dés la 6ème en seconde langue et surtout suppression des classes bilingues franco-allemandes. Dans la plupart des Académies (mais pas à Paris!!!)l'enseignement de l'allemand s'est effondré.

Qui ne voit dans cette mauvaise réforme un mauvais coup à l'Europe et à notre "grand partenaire"comme le nommait F. HOLLANDE lorsqu'il était candidat....

Nous sommes en pleine période électorale et il me semble important que les candidats à la magistrature suprême indiquent clairement qu'ils vont se désolidariser de cette réforme et tout faire pour retisser des liens de confiance entre Allemands et Français en prônant des mesures concrètes d'union:
- harmonisation fiscale
- harmonisation du droit du travail
- ambassades communes dans la majorité des pays du monde, notamment en Asie, Amérique du Sud et Afrique
- création sur le modèle d'AIRBUS de sociétés ixtes dans le domaine de la Défense, de la Santé, de l'Energie, ....
- échange de jeunes, sur le modèle 'd'Erasmus, dans tous les secteurs

C'est un immense défi! Mais il mérite d'être relevé pour l'avenir de l'Europe!
Lionel DE BUSSIERE


09/11/2016
Donald TRUMP, 45ème Président des États-Unis d'Amérique:

Beaucoup de ceux qui ont écouté les radios la nuit dernière ont été très surpris de la victoire du candidat républicain !

Pour deux raisons:
- le fait que les sondages locaux donnaient une victoire, certes serrée, de Mme CLINTON. Nous avons encore confiance dans les sondages, mais après le BREXIT, cela fait deux fois qu'ils se trompent! Je laisse le soin aux techniciens d'expliquer les erreurs des sondeurs...
- parce que la majorité des français (entre autres)pensaient qu'il était impossible qu'un candidat raciste, homophobe, sexiste, agressif et vulgaire puisse être élu !

C'est cette partie qu'il faut chercher à comprendre car il est trop facile de dire comme certains l'ont écrit que "les cons étant plus nombreux, il est normal qu'ils gagnent!"

D'abord, il faut noter qu'après le "NON" au référendum sur l'Europe en France en 2005, très récemment le BREXIT, maintenant l'élection de TRUMP, cela fait trois fois que le peuple gagne contre l'"établishment"!

Dés lors, il est clair, si on est respectueux de la démocratie, c'est pas l'élite qui a obligatoirement raison! Dans les trois cas, les élites ont voulu "vendre" au peuple un shèma de mondialisation et de relations de voisinage très raisonnables.Cela ne suffit pas !

Il se trouve que le "peuple" paie actuellement le prix de cette vision:

- on peut toujours expliquer, à juste titre, que grâce à la mondialisation du commerce, près d'un milliard d'être humains ne sont plus en état d'extrême pauvreté, il se trouve que ce sont les ouvriers des pays développés qui sont au chômage, chez eux, suite aux nombreuses délocalisations. Il apparait que ces derniers n'en ont rien à faire que d'autres peuples dans le monde accèdent au développement économique si c'est à leur détriment....

- En plus, quand les habitants des peuples du tiers monde viennent sur "nos" territoires afin d'y trouver une vie meilleure et paisible, cela fait déborder le vase des mécontentements car ils acceptent des conditions de travail intolérables pour les locaux. Le racisme trouve là toutes ses origines. Le rejet de l'autre devient même agressif ! Nier cette réalité fait le lit du FN et des émules de TRUMP depuis quelques années.

- l'économie capitaliste vit à travers des cycles assez complexes. Il faut, sans cesse, de la croissance afin de permettre aux jeunes générations d'entrer dans le marché du travail d'autant que la hausse de la productivité détruit beaucoup de postes de travail et que les périodes de transitions entrainent des périodes de chômage plus ou moins importantes. Or, depuis 2008, une crise financière plus importante que prévue, de même niveau que celle de 1929, est venue profondément perturber le cycle économique entrainant de graves conséquences sur les consommateurs. Dés lors, le recours au protectionnisme est exigé par ceux qui en sont victimes. Faut-il les blâmer ?

- les "politiques" ont expliqué, en long et en large, que l'avenir est à l'union afin d'éviter les guerres; le commerce crée des ponts! Mais la montée du chômage a entrainé des interrogations, puis un rejet des accords de commerces internationaux dont les effets étaient visibles partout! De DÉTROIT à FLORANGE, les usines à l'abandon, les villes désertées, les pauvres dans la rue ont convaincu le peuple que cette voie n'était pas la bonne pour eux.

- l'augmentation des écarts de richesse entre les citoyens est venue aggraver ce rejet. Cela s'est traduit non seulement par la contestation du système mais par le rejet de ceux qui le défendaient ! D'autant que la corruption des élus est patente et assez peu sanctionnée!

Du protectionnisme au nationalisme, il n'y a qu'un pas que certains ont franchi !

Ainsi, en FRANCE, le PS qui a favorisé toutes ces mesures comme le Parti Démocrate aux USA ou le Parti Travailliste en Angleterre, tous ces partis ont été honnis peu à peu par "la base"qui soufre tous les jours et se réfugie soit dans l'abstention, soit dans un vote extrémiste (FN, BNP ou TRUMP) car ces partis se présentent comme anti système. Ces partis ont abandonné les ouvriers, les "rednecks"en rase campagne et des partis nationalistes ont sauté sur l'aubaine...

Or, le nationalisme, c'est la guerre !

Comme ils n'ont jamais été au pouvoir, le peuple a plus confiance en eux ou tout au moins, ils se disent qu'ils ne risquent plus rien!!!

Il y a une vraie faiblesse d'analyse et de réflexion des forces démocratiques sur ces sujets. Il ne suffit pas de promettre un avenir idéal pour rassurer ceux qui sont au chômage et leurs familles.
De plus, il y a une vraie suffisance de ceux qui "savent" vis à vis de ceux qui souffrent". En démocratie, chacun a le même droit de vote et il est bon d'en user librement!

Toutes les démocraties occidentales doivent tirer des leçons de ces votes et démontrer très vite que les Unions ne sont pas contre les peuples par des mesures concrètes.
Mais la confiance sera dure à retrouver!
Lionel DE BUSSIERE


02/11/2016
"Un président ne devrait pas dire ça..."

Les deux journalistes bien connus, du journal "Le Monde" ont réussi un coup journalistique extraordinaire. Je ne suis pas sûr que François HOLLANDE et les journalistes aient bien mesuré les conséquences de la publication de ce livre avant la fin du mandat présidentiel.
On apprend au lycée qu'il est impossible de pédaler dans la rue et de se regarder pédaler! Et bien si ! F. HOLLANDE y arrive fort bien !

Tout d'abord, le livre est épais (662 pages)et parfois long tant les explications du président sont alambiquées. Il aurait gagné à être plus "ramassé" sur quelques chapitres essentiels.

Surtout ce qui frappe le lecteur, c'est la parfaite inconscience de F. HOLLANDE quant à la trahison qu'il effectue à plusieurs reprises en acceptant que ces deux journalistes entendent des conversations téléphoniques avec les uns ou les autres. Il semble que M. VALLS soit furieux d'avoir appris que le Pt mettait le haut-parleur afin que les journalistes entendent bien, mais comment M. TSIPRAS, 1er Ministre de la Grèce, va prendre cette déloyauté lorsqu'il pensait être entre responsables et qu'on parlait du sort de son pays?

Surtout, je suis choqué des commentaires de F. HOLLANDE sur le déficit budgétaire de la FRANCE: il affirme que nos statistiques sont fausses afin d'éviter des critiques des autres pays de l'UE et que la Commission le sait parfaitement! En page 516, il est écrit:" Nous ce qu'on vous demande , c'est d'afficher 3%. Et on vous accordera une certaine bienveillance..."
Mais nous faisons donc comme les Grecs, nous trafiquons nos statistiques? Et il s'en vante? Depuis le début, tout le monde sait qu'en 2015 comme les années antérieures la FRANCE n'atteindra pas les objectifs budgétaires obligatoires, on dissimule "afin de tenir face aux autres pays"!!!!Quelle horreur! Comment peut-on agir ainsi surtout quand on se vante d'être un Pt "normal", c'est à dire honnête?

Enfin, la quasi totalité des explications de M. HOLLANDE pour donner du sens à son action sont des considérations tactiques, jamais stratégiques! Il est resté un président de Conseil Départemental vivant au jour le jour et réagissant aux soucis quotidiens de ses mandants. Certes, il est convivial et souvent sympathique, surtout si on le compare à son prédécesseur, mais cela suffit-il à faire un bon président? Au vu des sondages, la réponse est claire, c'est NON!
Beaucoup de commentaires sont déjà publiés et je ne vais pas reprendre les anecdotes les plus citées comme "anormales"...
Mais il faut citer quelques perles qui n'ont pas été relevées par la presse (mais il y en a tant!):
- page 285: "C'est très pénible d'habiter la BELGIQUE ou la SUISSE" Nos voisins apprécieront!
- pages 324 et 325: "la CGT et FO, complices objectifs du populisme montant..." et surtout l'histoire du tract du FN racontée par T. Le Paon où le bureau de la CGT trouve ce tract du Front National "très bon"...

La conclusion des deux journalistes est féroce: "Lui, Président, n'aura jamais suscité la considération, la crainte, le RESPECT tout simplement."
Tout est dit ! Le commentaire de son ancien 1er Ministre, JM AYRAULT est très pertinent:" le meilleur commentaire est le titre!"
J'ajouterai que certaines pensées ne sont pas non plus très dicibles. Les commentaires assez bas sur les personnes, certaines sont des amis à lui, ne sont pas à son honneur !
Lionel DE BUSSIERE


31/10/2016
Limites de la démocratie?

Comme le disait Winston CHURCHILL, "la démocratie est le pire des régimes à l'exception de tous les autres". Les pays occidentaux, qui sont aussi des démocraties, ont dominé le monde depuis quelques siècles pour 6 raisons bien connues dont celle du respect de la démocratie, source de concurrence, d'innovation et de la forme décentralisée de la vie politique et économique qui en découle. Les grecs ont inventé ce mode de gouvernance et depuis lors, sous des formes de plus en plus étendues, tous les États du monde se sentent obligés d'en tenir compte, même si nombre d'entre eux n'en sont qu'une caricature à des degrés divers (RUSSIE, VENEZUELA, BURUNDI,...)ou utilisent l'un des moyens de la démocratie, le vote, pour tenter de sauver la face de leur dictature (CHINE).
Pourtant dans nos régions européennes, les opposants mettent très souvent en avant l'injure "dictature" pour contester une loi, un texte ou une procédure.

Je donne deux exemples en FRANCE et au sein de l'Union Européenne:

- L'aéroport de Notre-Dame des Landes (NDDL)a été voulu par les élus locaux, de gauche et de droite. Les procédures d'utilité publique de cette construction ont été respectées et les opposants ont eu tout le temps de les contester devant les Tribunaux compétents. De même pour le respect des normes environnementales et maintenant les décisions d'expropriation des propriétés se trouvant sur cette zone. Je ne me prononce pas sur la pertinence ou non de cet aéroport d'autant que des élus nationaux bien connus, tout en étant pour l'aéroport, disent de façon discrète que cela n'est pas utile (Ségolène Royal et François Hollande). Comme le projet était encore contesté, le gouvernement a organisé un référendum local pour que les habitants du département où doit (ou non) se faire cet aéroport donne leur avis. La parole était ainsi directement donnée au peuple; c'est la base même de la démocratie! Le "OUI"à l'aéroport l'a emporté. Or, cela ne suffit pas aux "Zadistes", c'est à dire à ceux qui font de cette zone, une Zone à Défendre (ZAD) et ce, par presque tous les moyens y compris la résistance violente aux forces de l'ordre. Tous les élus locaux, encore une fois de gauche tel l'ancien 1er Ministre, JM Ayrault, ou de droite tel le Pt de la Région, B. Retailleau; sont farouchement pour l'aéroport et veulent que l'État envoie les forces de police nécessaires pour dégager les zadistes. Chacun a en tête, la mort accidentelle d'un opposant à un projet de barrage dans le Tarn ayant soulevé le même problème de refus violent. C'est donc pour le Gouvernement une lourde décision à prendre, surtout quelques mois avant des élections importantes en 2017.
Mais la démocratie y trouve-t-elle son compte? Comment accepter que le principe de la majorité soit battu par une minorité agissante, voire violente? Il est assez probable que compte tenu des récentes déclarations du Président de la République dans son fameux livre de commentaires de son action sur ce sujet, rien ne sera décidé par l'actuel gouvernement lequel s'en remettra au gouvernement issu des élections législatives de juin 2017, quoique qu'en dise le 1er Ministre, M. Valls!

Mais où est le respect des électeurs majoritaires?

- Le CETA (Traité de libre-échange entre le Canada et l'Union Européenne) a été négocié durant 7 années entre ces deux entités. Il est dans les compétences de l'un et de l'autre de négocier les traités commerciaux et d'en présenter le résultat à leurs mandants. Pour le CANADA, c'est le Parlement Fédéral d'Ottawa qui s'exprimera; pour l'UE, il faut à la fois un vote positif du Parlement Européen de Strasbourg (cela permet l'application provisoire) puis un vote positif des 28 membres de l'UE (ce qui va prendre beaucoup de temps!). Mais, personne n'avait anticipé que la BELGIQUE ayant de graves problèmes de vie commune entre Flamands et Wallons, le pouvoir de négocier des traités commerciaux était devenu un pouvoir régional et plus un pouvoir fédéral!
Le gouvernement Wallon et son Parlement ont bloqué au dernier moment les signatures du Traité CETA en mettant en avant deux points dont chacun s'accorde à dire qu'ils sont importants:
1) le droit pour une firme privée d'utiliser l'arbitrage lors d'un conflit avec l'un des États signataires en lieu et place des juridictions d'État
2) l'interdiction des OGM dans les produits agricoles importés
Il est évident qu'un Traité de ce type comporte, après 7 années de négociations, des points positifs et des points négatifs, sinon ce n'est pas un accord multilatéral.
-Les deux points en question avaient été vus et largement discutés entre les deux parties car ils posent de vrais problèmes qu'il est trop technique d'expliquer là, mais un accord avait été trouvé.
-D'autre part, il est quasi impossible d'associer à chaque point la totalité des régions, länders, départements, ...faisant partie de l'UE. Chaque pays a un gouvernement dont un service est en charge du suivi du dossier et l'usage montre que ces gens là savent bien défendre leurs intérêts tout en ayant en tête que pour avoir un accord, il faudra céder sur certains points.
C'est un principe de vie quotidien: pour négocier, il faut céder sur certains points ! L'accord ainsi obtenu est un TOUT indivisible du fait de sa complexité.
Dés lors, peut-on accepter que 0,80% de la population de l'UE puisse au dernier moment bloquer un accord accepté par les représentants des 99,20% restant?
La Wallonie représente 0,45% du commerce international entre l'UE et le Canada....

Cette partie a-t-elle le droit d'empêcher tous les autres d'agir dans un sens qui leur convient et qui respecte les procédures démocratiques?

Alors quel futur peut-on envisager pour nos démocraties si, dans les faits, ce n'est pas la majorité qui l'emporte mais la minorité parce qu'elle est violente ou détient un droit de veto?
Nos pays vont-ils survivre longtemps ainsi?
Quelle va être la prochaine étape? Un individu pourra-t-il bloquer un pays parce qu'il s'estimera lésé malgré que toute la chaine juridique et démocratique lui aura donné tort ? C'est dans la logique des choses, hélas!
Remarquez, c'est la logique des terroristes. Ils sont une poignée archi minoritaires dans le monde et ils font peur à des millions de personnes qui tremblent à l'idée de voyager ou même de voir une femme en burkini...

Il va falloir sérieusement revoir ces principes et les faire respecter s'ils sont considérés comme pertinents sinon, une guerre risque vite de venir régler ça !
Lionel DE BUSSIERE


24/10/2016
Politique de transports et de mobilité:

La semaine passée le vice-Président de la Région (M. Lagrave) a publié une tribune dans la presse locale afin de justifier la politique d'aménagement du territoire des responsables régionaux de la Nouvelle Aquitaine, laquelle est, il est vrai, sérieusement critiquée dans la presse.

D'une part, il apparait qu'au niveau routier tout a été fait depuis des années pour privilégier BORDEAUX. Mais si les autoroutes sont anciennes, elles sont saturées depuis et tous ceux qui passent par la "fameuse rocade" du grand Bordeaux, le savent et doivent prendre leur mal en patience, comme en Région parisienne. A côté de Bordeaux, c'est le désert: ces autoroutes partent de Bordeaux pour aller vers Paris, Lyon, Toulouse et l'Espagne via Bayonne. Mais si vous essayez de prendre l'autoroute la plus courte, soit de Bayonne à Paris via Limoges, impossible sauf à passer par Bordeaux! Des associations, telle DEVELOP'SO à Périgueux, militent depuis des années pour une autoroute partant de Langon vers Limoges via Périgueux. De même, aucune route à 4 voies entre Agen et Mont de Marsan ou d'autoroute entre Angoulême et Limoges. Ces associations locales ont des arguments mais les Autorités Régionales ne les entendaient pas avec l'ex-Aquitaine, le seront-ils avec la Nouvelle Aquitaine qui devrait favoriser les liaisons rapides entre les grandes villes de toutes la région et ne pas reproduire l'erreur de la politique parisienne en étoile?

D'autre part, les liaisons ferroviaires sont catastrophiques hormis celle de Paris à Bordeaux en TGV dont le coût pour les usagers est élevé. La région a décidé d'investir près de 700 millions d'euros dans le service public du transport régional. Mais elle oublie de dire que c'est essentiellement dans les nouvelles lignes TGV vers Bayonne et Toulouse au départ de Bordeaux. La Gare St-Jean à Bordeaux fonctionne comme un "hub" aérien. Mais les pauvres usagers des villes moyennes de la Nouvelle Aquitaine ont toutes les misères avec un réseau vers Bordeaux quasi obsolète, des retards considérables et des wagons en mauvais état.

Aussi ne faut-il pas s'étonner que les usagers plébiscitent d'une part les autocars nouvellement autorisés par la loi MACRON et le co-voiturage dont le coût permet, aux jeunes notamment, de voyager à bon compte ! Il faut noter que la SNCF n'a plus de ligne directe entre Lyon et Bordeaux laquelle circulerait sur bon nombre de villes moyennes.
L'auteur de l'article reconnait que la loi MACRON a permis de mettre en place une relation rapide entre 193 villes pour en souligner l'aspect potentiellement déficitaire. Parce que le chemin de fer est bénéficiaire ? Ce dernier est dans une situation financière catastrophique tant en terme de budget annuel (manque d'investissements), de contraintes voulues par l'État actionnaire (exemple d'Alsthom est le dernier cas) qu'en terme de déficit (12 milliards de pertes en 2015 et prés de 50 milliards dans le bilan).
Il faut donc largement favoriser ces deux modes de transport aussi !

Dois-je ajouter le coût du transport aérien ? Mis à part l'aéroport de Mérignac, on peut légitimement se poser la question de l'utilité de subventionner une bonne dizaine d'aéroports de l'ex-Aquitaine,parfois même deux par département comme en Dordogne où à Périgueux toutes les collectivités territoriales s'entendent pour aider 6000 voyageurs par an à prendre cet avion quotidien dont les "politiques" locaux sont les principaux bénéficiaires puisqu'ils doivent se rendre chaque semaine à Paris et que Bordeaux-Mérignac leur semble trop loin !!!Mais le billet coûte 600€. Et nous, les citoyens "lamda", comment on paie ça ? Alors avec la nouvelle Aquitaine, un nouveau shèma de vols régionaux devrait être mis en place afin de favoriser réellement la mobilité au sein de notre région et pas seulement des élites vers Paris!

Ainsi, il faudrait réellement "penser à l'intérêt général" et favoriser tous les modes de transport interrégionaux au lieu de tout concentrer sur le seul TGV Paris-Bordeaux-Toulouse ou l'aérien.

La région doit voter aujourd'hui la création d'une Conférence Régionale de la Mobilité et des Transports. Il serait souhaitable d'en connaitre vite les membres et de veiller à ce que les "bordelais" soient minoritaires afin que la Région puisse réellement changer de politique en se tournant vers ses périphéries.
Lionel DE BUSSIERE


12/10/2016
Tentative de meurtre contre des policiers:

L'attaque de deux voitures de police dans une banlieue "chaude" au sud de Paris où des bombes incendiaires ont été jetées à l'intérieur des véhicules de police, brûlant gravement deux policiers dont l'un est encore entre la vie ou la mort, a justement choqué les français.

- 1) Tout d'abord s'il faut, bien entendu, condamner sévèrement les auteurs de cet acte ignoble, il faut noter que notre pays a malheureusement une tradition de violence anti-policière bien établie en Europe. Y-a-t-il vraiment une différence entre les "casseurs"qui lors de chaque manifestation contre la loi "Travail" en mai et juin derniers voulaient en découdre avec "les flics" et leur ont jeté déjà des pavés et des bombes incendiaires. Plusieurs policiers ont d'ailleurs été brûlés lors de ces manifestations. De même lorsque les agriculteurs manifestent et s'en prennent aussi aux forces de l'ordre. Enfin faut-il parler des corses dont c'est un plaisir récurrent de tirer sur les gendarmeries durant la nuit?
Pourquoi seuls les habitants des banlieues sont stigmatisés?



-2) C'est parti pour la démagogie de nos élus qui veulent encore augmenter le nombre de policiers et de gendarmes en France. Ce n'est pas le nombre qui pose problèmes! C'est l'utilisation désastreuse des forces de l'ordre! En France, nous avons déjà le plus grand nombre de policiers par nombre d'habitants en Europe (seul F. Fillon le dit) et nous ne comptons pas les policiers municipaux dans ces chiffres !!!Donc, on doit faire autrement que toujours recruter !

-3) Il est quand même étrange que dans ce pays, sous le prétexte que la police ne peut pas réprimer les trafiquants de stupéfiants et les voleurs divers, on installe des caméras afin de filmer les rues "dangereuses"; les dites caméras étant détruites par ces voyous, on met des policiers en bas des poteaux soutenant les caméras 24h/24h pour sécuriser les caméras... C'est pas un peu le serpent qui se mord la queue ?
Ces 4 ou 6 policiers par vacation, immobilisés 24h/24h, ne seraient-ils pas plus utiles à déambuler dans les quartiers sensibles afin d'établir un contact avec les populations? Cela fait déjà en gros plus d'une vingtaine de policiers qui pourraient s'installer sur place avec un bureau et faire des rondes ?
Certes, cela fait tellement de temps que plus personne au sein de la police ne déambule ainsi qu'il faudra y aller progressivement et mettre en oeuvre un plan pour arrêter les premiers voyous s'en prenant aux policiers dans ces quartiers et rétablir ainsi l'ordre public partout.

Cela se nomme la POLICE de PROXIMITÉ !

Qui l'a supprimé ? L'ex-Président Nicolas SARKOSY en s'en prenant sèchement à un commissaire de police de Toulouse qui organisait des matches de foot entre policiers locaux et jeunes habitants des quartiers "chauds". Depuis, on envoie des patrouilles: c'est à dire une dizaine de cars remplis de CRS qui restent enfermés dans les cars sauf une courte sortie pour fumer dehors. Cela est censé faire peur aux voyous ! C'est surtout inefficace et coûteux.
Il faudrait donc revenir très vite à l'installation de postes de police à plein temps dans toutes les villes de banlieue des grandes villes.

-4) Enfin, il faut en finir avec les critères de productivité des policiers de terrain. Au lieu de lutter contre les voyous et la grande délinquance, ils sont obligés de faire du chiffre pour justifier leur présence! Comment ? on va dans les gares "faire des immigrés en situation irrégulière ou on tape des shiteux". Comme ça les statistiques d'interpellation sont positives! Comme il faut autant de temps pour faire un PV de 50 grs de cannabis sur la voie publique que de 50 kgs dans une banlieue délicate, le policier de base a vite fait le choix! Même les BAC agissent ainsi !
Lisez à cet effet l'excellent livre de Didier FASSIN (Directeur à l'EHESS):"La force de l'ordre"! Il date de 2011, mais rien n'a changé sous HOLLANDE dans l'utilisation des forces de police! Cet auteur raconte "le désoeuvrement et l'ennui des patrouilles, la pression du chiffre et les doutes sur le métier"! Mais ça continue dans la mauvaise voie !
Didier FASSIN accusait déjà "l'exception sécuritaire à laquelle sont soumises les banlieues"!

Alors, en 2017 qui aura le courage de réellement changer l'organisation de la police?
Lionel DE BUSSIERE


10/10/2016
Un Président en campagne qui dépense sans compter!!!

Si lorsqu'il était candidat en 2012, François HOLLANDE critiquait vertement, et à juste titre, le mélange des genres que commettait le Président SARKOSY avant de se déclarer officiellement en utilisant ses déplacements en FRANCE et à l'étranger pour se mettre en valeur ou faire des promesses réalisables seulement après l'élection présidentielle, il est aisé d'affirmer que le Président HOLLANDE agit de même! Il use et abuse de son poste afin de mettre en place les conditions de sa candidature et promettre sans fin à tous les publics! Qu'importe aujourd'hui, les promesses de respecter la barre des 3% de déficit des finances publiques !
C'est d'autant plus facile que les conséquences financières de ces promesses seront à payer par son successeur.
Prenons quelques exemples récents:

- l'aide à l'usine ALSTHOM de Belfort en commandant des locomotives de type TGV pour les faire rouler sur des lignes normales. L'ensemble des dépenses a été évalué à 700 millions d'euros. Mais payable en 2019 !!!!
- la création de 33 nouvelles prisons et la création de plus de 3000 nouveaux postes de gardiens de prison. Cela se fera dans les prochaines années et ne commencera qu'après 2017, pour les salaires et retraites futures des gardiens de prison qui par ailleurs bénéficient d'un régime spécial, l'engagement des dépenses va s'étaler sur 60 ans...En année pleine à partir de 2018, la dépense est estimée à 1,158 milliard d'euros la première année et 3, 5 milliards les années suivantes !!!

La simple lecture d'un journal régional permet de voir que de façon discrète pour certaines, plus fortes pour d'autres, le pouvoir actuel multiplie les dépenses:

- discrète: les élèves infirmières vont pouvoir bénéficier à partir de la rentrée prochaine du titre d'"étudiant hospitalier" selon un décret du 10 octobre 2016. Cela leur permettra d'avoir, comme les étudiants médecins,les mêmes droits sociaux et les mêmes rémunérations. Le coût n'est pas encore évalué, mais au vu du nombre d'infirmiers recrutés chaque année, c'est au moins 2 millions d'euros.
- le Président relance la ligne de chemin de fer LGV "Poitiers-Limoges": même dans un journal aussi modéré que Sud-Ouest, voici ce qu'écrit le journaliste :"Après l'avis défavorable du Conseil d'État, la Cour des Comptes, en 2014, éreintait le projet LGV Poitiers-Limoges en mettant en lumière les tentatives grossières des études pour masquer l'impossibilité d'assurer une rentabilité socio-économique, même minimale, à la ligne LGV. Ces analyses unanimes disent bien où se situent l'intérêt général et celui du contribuable. Sans importance pour le Président aux yeux de qui, flatter la Corrèze dans le sens du poil est un impératif qui éclipse toute autre considération." Le projet coûte 1,6 milliard d'euros (en 2011)...

Bref, ce comportement est une caricature de démocratie et il est non seulement inacceptable mais dangereux pour le pays. Comment expliquer par la suite que notre pays va à vau l'eau du fait des multiples déficits?
Le déficit commercial est en train de s'accroitre: l'actuel pouvoir a bénéficié de circonstances exceptionnelles: effondrement du prix du pétrole, baisse de l'euro, forte baisse des taux d'intérêt!
Or, voilà que le prix du baril de pétrole réaugmente (50$) et sera aux alentours de 80$ en fin 2017. Surtout se profile aussi une hausse sensible des taux d'intérêt ce qui va terriblement renchérir le coût du crédit en FRANCE. Le Trésor français qui emprunte depuis des années à moins de 1%, va rapidement payer environ 3% ce qui va donc de façon automatique tripler le budget "remboursements" et diminuer d'autant la marge de manoeuvre du futur gouvernement quel qu'il soit d'ailleurs!
C'est un passage de 60 milliards de remboursements à 180 milliards...Or notre déficit budgétaire est d'environ 72 milliards d'euros! Déjà que la Commission de Bruxelles trouve que c'est trop! Que va-t-il se passer lorsqu'il passera à plus de 100 milliards ? Et encore le déficit de la SNCF n'est pas inclus alors qu'il dépasse les 50 milliards d'euros !!!

Faute de vraies réformes (retraite, suppression des départements, allocation chômage, ...)le pouvoir actuel, comme les précédents, est acculé à distribuer l'argent qu'il n'a pas en compromettant l'avenir. Mais sans doute pense-t-il que ce ne sera pas lui qui sera au pouvoir ! Alors, comme LOUIS XV, "après moi, le déluge!"
Lionel DE BUSSIERE


03/10/2016
À QUOI SERT UN DÉPARTEMENT EN FRANCE ?

Dans le journal Sud-Ouest daté du 3/10/16, cinq Présidents socialistes de départements de la Nouvelle Aquitaine, ont publié une tribune intitulée :"Les Départements sont essentiels".
Dans le cadre des précampagnes pour les élections législatives et présidentielles de 2017, est-il surprenant de voir cette manifestation de lobbying départemental s'installer?

En fait, ces présidents défendent "leur territoire" car ils devinent qu'à la faveur des changements à venir, la farouche résistance qu'ils ont eu et qui est venue à bout de la volonté de Manuel VALS (aux ordres de F. HOLLANDE, lui-même ancien Président de Conseil Départemental!) de supprimer le département en tant que collectivité territoriale en 2014 sera reprise par le futur élu présidentiel de quelque bord qu'il soit car les Finances Publiques de notre pays sont exsangues et ils le savent! La FRANCE doit enfin se réformer!
Alors, ils montent au créneau!

Avec quels arguments:
- Le département est le bon niveau de "garantie " de la solidarité dans les territoires: c'est inexact! Le bon niveau serait l'intercommunalité! Que connait aujourd'hui le conseiller départemental d'un département de la misère d'une famille dans une commune rurale? Rien de plus que le député local ou le conseiller régional ! Ceux qui savent et suivent les difficultés des gens sont les communes qui demain seront toutes organisées en groupe afin d'être plus efficaces tout en étant présentes.
- le département permet un développement harmonieux entre ville et campagne: là encore, c'est un argument qui date du début XXème siècle ! Au vu de la situation actuelle de désertification des campagnes, il est facile de voir que les départements n'ont rien fait pour cette harmonie et que seules les capitales régionales se sont développées en même temps que les villes dynamiques placées dans des axes de transport collectif pertinent. Aucune "péréquation de dynamisme économique" n'a existé et les campagnes sont en train de s'éteindre faute de réaction en temps utile de leur part! Aujourd'hui, c'est trop tard! La mondialisation et le développement urbain sont des faits de société partout dans le monde! Dire que la FRANCE rurale peut être sauvée est un mensonge électoraliste! Ils n'arrivent même pas à attirer des médecins!
- le département finance l'insertion, l'éducation, ...: Au vu du développement des inégalités sur nos territoires et à l'école, là encore la preuve est faite de l'échec des départements dans ces actions.

Car la vérité c'est que le département n'est plus le bon niveau! Nous ne sommes plus sous Napoléon 1er! Aujourd'hui, le citoyen se tourne vers les agglomérations et la région, plus loin vers Paris et Bruxelles! Ce n'est pas pour rien que les élus départementaux sont les plus mal élus de la République!
Ces présidents ont tout fait afin d'éviter une remise à plat des compétences afin qu'au moins chaque collectivité territoriale ait "SA" compétence! Il suffit d'entendre G. PEIRO se vanter d'avoir pu garder la compétence économique dans le domaine agricole en Dordogne alors que le département glisse sans cesse vers le désert industriel...
De plus, ils coûtent cher pour une efficacité faible comme on vient de le voir! L'explosion des embauches et le recours à l'emprunt ont fait virer tous les indicateurs financiers au rouge! Le seul avantage est d'avoir de nombreux fonctionnaires recrutés le plus souvent sur des bases clientélistes. Car c'est là le fonds de commerce des départements: le copinage! Il suffit de voir l'état des routes et des ronds points! Et tant d'autres secteurs telles les subventions culturelles distribuées sur des critères opaques (voir en Dordogne le déficit du Grand SOUK!)...
Il faut noter aussi que ces défenseurs du département sont pour la majorité d'entre eux des "cumulards" qui prennent donc la défense d'une commune, d'une Assemblée régionale ou Nationale sans comprendre qu'ils réduisent en même temps la portée de leur raisonnement: pourquoi le département est essentiel puisqu'il faut en même temps être sénateur, député ou/et maire...

Ces présidents ont compris que l'argent public se fait et se fera plus rare (plan d'économies de 11 milliards d'euros) et qu'il faut que la FRANCE économise, bref dépense moins!

La cohérence organisationnelle, la démocratie, nos Finances Publiques, c'est à dire une bonne gestion de NOS impôts justifient et plaident pour une nouvelle réforme territoriale supprimant les départements obsolètes. Cette réforme de la carte administrative de notre territoire ouvrira une nouvelle démocratie en transférant les pouvoirs des départements aux communautés d'agglomérations pour l'essentiel et donnera un gage de réformes à nos partenaires européens ce qui permettra à notre pays d'être à nouveau écouté!
Lionel DE BUSSIERE


28/09/2016
Si le nationalisme de POUTINE est dangereux pour la paix mondiale, que cherchent les dirigeants chinois!

Depuis des années, la CHINE était perçue comme un pays agressif en matière commerciale mais n'ayant pas de démarche guerrière ou impérialiste dans le monde. Est-ce encore le cas aujourd'hui?
NON ! En interne comme à l'international, la CHINE met en place une politique potentiellement dangereuse pour l'avenir.

Atelier du monde et puissance économique majeure, notamment à l'exportation, la CHINE a réussi à adhérer à l'OMC dés 2001 (Organisation Mondiale du Commerce). Depuis lors, les économies des pays occidentaux vont mal!
Les délocalisations ont augmenté de façon forte le chômage et gravement déséquilibré les balances commerciales occidentales.
Tellement avides de marchés financièrement juteux, les dirigeants économiques et politiques occidentaux ont vendu non seulement des marchandises mais l'essentiel de notre savoir faire technologique ce qui permet aujourd'hui à la CHINE de copier nos modèles dans tous les domaines (aviation,automobile, nucléaire, robotique, parfumerie, textile, ....).

Juste un exemple dans un domaine très sensible: le nucléaire! Les énormes difficultés de la société française AREVA ont conduit EDF (repreneur d'AREVA) à s'allier avec la CNNC (China National Nuclear Corporation). Ce sont pourtant de redoutables concurrents. Mais le marché intérieur chinois est immense! Le gouvernement chinois possède 82% de la CNNC. Demain, la CNNC et EDF-AREVA vont construire ensemble des EPR au Royaume-Uni. Des marchés de plusieurs milliards de dollars sont en jeu et peuvent sauver dans l'immédiat AREVA de la faillite...
Mais demain, quid du transfert de technologie réalisé à cette occasion? Les deux firmes française et chinoise ne pèsent plus le même poids!!

Les chinois sont devenus en peu de temps des champions du commerce légitime mais aussi les rois du commerce illégitime: je veux parler ici de la contrefaçon!

Prenons un exemple, les médicaments:
- ceux ci sont responsables d'au moins 700.000 morts par an selon l'OMS, dont 120.000 enfants en Afrique
- le chiffre d'affaires des bandes organisées autour de la contrefaçon représente environ 200 milliards de dollars US et rapporte 50 fois plus que la drogue !

Un autre exemple: les vins de Bordeaux:
- 500.000 hl de vin de Bordeaux sont exportés chaque année en CHINE pour un montant de 300 millions d'euros.
- les conseillers du commerce extérieur français en poste en CHINE évoquent dans leur rapport une industrialisation de la contrefaçon de vin qui peu à peu détruit la confiance des consommateurs de vin dans la qualité du "Bordeaux"dans le monde.

Or, le principal pays fournisseur de contrefaçons dans le monde est la CHINE selon les analyses des saisies douanières effectuées par l'OMD (Organisation Mondiale des Douanes).

Mais, on n'entend pas les pays occidentaux mettre en accusation le gouvernement chinois qui ne fait pas grand chose pour lutter contre ces usines installées partout en CHINE. Parce que pour l'instant le commerce légal rapporte beaucoup et que l'on ne veut pas gêner notre meilleur client.
Celui-ci sait d'ailleurs montrer les dents si un pays s'agite un peu en lui refusant des marchés importants! La concurrence est tellement féroce que les chinois trouveront toujours un autre fournisseur prêt à tout pour un marché !
D'ailleurs pour s'assurer d'obtenir la technologie la meilleure, la CHINE rachète l'EUROPE! Nous sommes passés de rival à débiteur! La CHINE a fait le choix depuis quelques années d'acheter, après les avoir ciblées, des compagnies européennes permettant d'accéder à des technologies de pointe. Elle fait son marché en rachetant des usines automobiles (Volvo), le port du Pirée en GRÈCE, des aéroports (Toulouse-Blagnac),le Club Med, une usine de robats (KUKA), des studios de cinéma (legendery), le club de foot de l'Inter de Milan, l'activité électromènager de Général Electric, des jeux vidéos (Supercell),....
En 2015, pour la première fois, la CHINE est devenue un exportateur net de capitaux, c'est dire !
En fait, outre cette volonté d'avoir vite la technologie occidentale, les dirigeants chinois ont un besoin vital, c'est de satisfaire le consommateur chinois. Depuis quelques années , on assiste à un développement du marché intérieur. Les salaires ont augmenté, une classe moyenne se crée, les loisirs sont possibles, et à travers Internet, le chinois connait la vie occidentale.
Mais, en CHINE il manque un élément fondamental: la liberté! Si depuis plusieurs décennies, les dirigeants chinois ont choisi l'économie de marché pour leur développement et n'ont de communiste que le nom, ces derniers restent des dictateurs prêts à tout pour garder leur pouvoir y compris comme en Mai 1989 à TIANANMEN en écrasant par la force la contestation estudiantine.
Malheureusement pour les actuels dirigeants chinois, l'économie du pays décélère de façon assez sensible et cela pourrait susciter des manifestations de mécontentement à l'encontre du Parti Communiste. Car les chinois acceptent d'être privés de liberté à la seule condition que leur statut économique et financier s'améliore chaque année!

La demande chinoise dans la monde est en baisse. L'industrie locale se dirige peu à peu vers les services et les investissements vers la consommation intérieure. La hausse des coûts salariaux chinois a d'une part détourné des usines à main d'oeuvre vers d'autres pays moins chers (VIET-NAM, par exemple), créant du chômage et des inégalités criardes alors que d'autre part, une partie de la population devient exigeante en biens matériels. Enfin, la mondialisation "heureuse" touche à sa fin et dés lors la croissance des échanges commerciaux mondiaux va en diminuant fortement chaque année. La croissance chinoise est logiquement de plus en plus faible même si le taux (6,5%) ferait rêver les dirigeants français !

Le mythe de l'infaillibilité des dirigeants chinois est mis à mal par les nombreuses difficultés économiques. Les multiples dévaluations du yuan le démontrent! Trouver des financements pour une croissance plus forte est délicat car le déficit budgétaire est déjà important et surtout l'endettement intérieur est mal contrôlé. Certains évoquent même une bulle financière énorme due à l'endettement catastrophique des collectivités territoriales et à l'absence de contrôles internes dans les banques chinoises prêteuses...

L'économie chinoise est au bord du déraillement, selon certains économistes!

Pour empêcher les chinois de mal penser, leurs dirigeants pratiquent la censure. Très active à l'intérieur du pays, la CHINE fait tout son possible pour étouffer les critiques à l'étranger. Toutes les entreprises étrangères qui commercent avec la CHINE font déjà l'objet de pression pour obtenir ou non les publicités, voire des marchés, y compris dans le domaine de la culture!
En FRANCE, tout le monde a pu voir que le Pt Hollande n'a pas reçu le Dalaï-Lama cette année afin de ne pas faire souffrir les exportations françaises comme en 2008 lorsque l'ex-Pt Sarkosy avait osé défié la CHINE ! Un jour, nous noterons que certains journaux ne parleront plus de la CHINE en mal! Pire, la FRANCE vient pour la première fois d'extrader un délinquant chinois en CHINE. Accusé de corruption, la CHINE le réclamait depuis des années d'autant que les deux pays ont signé en 2015 un accord d'extradition. Mais la tradition française dans ce domaine était, jusqu'alors, de ne pas extrader un délinquant dans un pays où il risquait la peine de mort (c'est le cas!) et où la justice n'est pas indépendante de l'État (c'est évidement aussi le cas !). Un avocat spécialisé dans les droits de l'homme (Xia Lin) a été condamné la semaine passée à 12 ans de prison, notamment pour avoir défendu l'artiste Al Weiwei!
Récemment, la CHINE a refusé de reconnaitre les conclusions d'un arbitrage international sur la possession de territoires en mer de Chine méridionale.

Car l'autre moyen de calmer l'ardeur revendicatrice de ses habitants est de développer le nationalisme chinois à l'encontre des Occidentaux mais aussi contre tous ses voisins!

- Avec le JAPON, conflit sur les îles SENKAKU.
- Avec le VIET-NAM, TAÏWAN, la MALAISIE, les PHILIPINNES, BRUNEÏ, conflit au sujet des îles SPRATLEYS
- Avec le seul VIET-NAM, conflit pour les îles PARACELS
- Avec TAÏWAN conflit pour les îles PRATAS
- Avec l'INDE, conflit sur la frontière du CACHEMIRE (zone de l'AKSAI CHIN) et autour de l'ARUNACHAL(zone de LADAKH).

De nombreux pays de l'ASEAN souhaiteraient que les États-Unis soient plus durs avec la CHINE afin de bloquer sa volonté de régner sur la Mer de CHINE.
La toute récente démonstration de force de l'aviation chinoise près d'OKINAWA au JAPON,à MIKAYO, en passant, en nombre, au milieu du JAPON dans un couloir stratégique et international, démontre que le gouvernement chinois veut non seulement défendre sa souveraineté sur le territoire continental de la CHINE mais aussi sur la Mer de CHINE pour en exclure les américains et démontrer à ses voisins qui est le plus fort....
Lionel DE BUSSIERE


23/09/2016
Si l'Europe va mal, c'est surtout du fait que le couple franco-allemand va mal !

La répartie de Léa SALAMÉ au Président HOLLANDE au sujet de la politique française vis à vis des migrants dont ce dernier indiquait qu'elle était identique à celle de l'Allemagne (accueillante et organisée):"Vous plaisantez!" montre bien qu'il est difficile de dire n'importe quoi!
Pourtant, notre Président essaie à chaque fois de faire croire que l'entente entre Mme MERKEL et lui est excellente. Lors du premier sommet à 27, à Bratislava, encore une fois celle-ci est venue à Paris afin d'harmoniser les positions sur les sujets complexes que sont les migrants, le Brexit, l'Europe de la Défense et surtout la santé de l'économie en Europe.Puis sur place, M. Hollande et Mme Merkel ont fait une conférence de presse commune où, de l'avis unanime des journalistes présents, ils avaient du mal à cacher que rien n'avait pu être décidé car eux-mêmes ne pouvaient s'entendre sur ces sujets. En fin d'année passée, F. HOLLANDE avait intégré le Premier Ministre italien, M. RENZI dans les rencontres, jusque là en tête à tête entre les responsables français et allemand. Il voulait ainsi tenter de peser plus sur Mme MERKEL.
Cela a lamentablement échoué!
A l'issue de Bratislava, Matteo RENZI a déclaré: "Non, je ne suis pas satisfait!S'ils veulent (Mme Merkel et M. Hollande)passer l'après midi à écrire des documents sans âme ni horizon, ils peuvent très bien le faire tout seuls!."
En effet deux points essentiels sont restés sans réponse: la crise migratoire et la croissance.
Même parmi les six membres fondateurs, l'harmonie n'existe plus. Dorénavant, on assiste à de multiples réunions séparées pour préparer un sommet européen: réunion des pays méditerranéens, groupe de Visegrad, ...chacun pour soi !

Souvenons nous de la crise grecque et des profondes divergences de vue entre une Allemagne décidée à faire respecter l'orthodoxie des Traités européens dans le domaine des Finances Publiques et la France qui tentait d'être plus souple avec les grecs mais qui était fort mal placée pour défendre ce pays du fait qu'elle-même est incapable de respecter cette règle des 3% de déficit depuis plus de 10 ans!
La France a été incapable de formuler un programme opérationnel pour l'avenir et pour cause, elle pourrait se l'appliquer ! Son seul objectif est de créer un super Ministre des Finances de la zone euro afin d'harmoniser la gouvernance mais dans le même temps la France refuse tout transfert de souveraineté fiscal et budgétaire à l'Europe??? De son côté, l'Allemagne se bat pour défendre une ligne claire: pas de mutualisation des dettes! Les Allemands ne veulent pas payer pour les autres estimant que la réunification allemande leur a coûté assez cher et a failli les faire tomber. Ils ont fait beaucoup d'efforts pour redresser leur économie, ils considèrent donc que ceux qui veulent de l'aide extèrieure doivent d'abord réformer chez eux!

Il existe de meilleurs messages de témoignage de solidarité entre partenaires...

Le fossé budgétaire et économique qui sépare aujourd'hui l'Allemagne et la France explique la mésentente: les français ont promis 3 fois de redresser leurs finances: sous CHIRAC, sous SARKOSY et avec HOLLANDE. Chaque fois, une nouvelle élection entrainait une demande de report des objectifs de déficit parce que les français considèrent que 80 milliards d'euros de déficit chaque année c'est de la rigueur budgétaire !

Quand on lit les programmes des candidats de la droite et du centre pour 2017, les allemands sont légitimement inquiets: chaque candidat se fout complétement du respect des 3% de déficit! Le pire étant l'ancien Président SARKOSY! Dire qu'il voulait réformer la constitution en 2010 pour faire inscrire "en lettres d'or" l'obligation pour les futurs gouvernements français de respecter l'équilibre budgétaire!

Dés lors, tout le reste est lié:
- pour la Défense, la "Grande Nation", comme nous nomme les Allemands, voudrait de l'aide mais ne veut pas soumettre ses choix à l'Allemagne au préalable. les exemples africains sont là pour en témoigner. La Constitution française permet au Président seul de faire partir en guerre notre armée sans consulter le Parlement auparavant. C'est inimaginable en Allemagne! Aussi, on y va tout seuls et on demande de l'argent et des troupes ensuite car nous n'avons plus les moyens de payer en RCA, au MALI, au LEVANT, ...
- si les Allemands acceptent un million de migrants tandis que nous nous peinons à accueillir 30.000, c'est parce que leur démographie est faible et qu'ils ont besoin des immigrés pour combler leurs postes de travail et faire des bébés afin de payer leur future retraite...disent les responsables politiques français!!!
- Mme MERKEL assure le leadership européen tant vis à vis de la RUSSIE que de la TURQUIE, il se trouve que l'on voit des résultats sur le terrain même si sa façon de faire déplait à certains. En tout cas plus que les beaux discours de F. HOLLANDE sur l'appel à la paix en SYRIE ou sur sa tournée européenne récente pour expliquer la position de la France dans la lutte contre le terrorisme. Là encore, la FRANCE refuse des transferts de souveraineté avec Bruxelles.
Pourtant, les risques sont communs! On a bien vu que la BELGIQUE,l'ALLEMAGNE aussi étaient touchées par l'État Islamique. Pourquoi nous ne mettrions pas ensemble des fonctionnaires des services de renseignement de nos différents pays afin de collecter et d'analyser ensemble les données recueillies à l'extérieur.
De multiples autres exemples existent..;
Il faut que le futur Président de la République prenne le problème franco-allemand à bras le corps et fasse tout son possible pour créer un choc européen dans les 3 premiers mois de son élection en 2017 afin de rétablir l'entente amicale d'antan.
Sinon, Stéfan ZWEIG aura encore une fois raison!
Lionel DE BUSSIERE


15/09/2016
La guerre et le mensonge:

La commission des Affaires Étrangères du Parlement britannique vient de publier une étude de 49 pages sur le processus de décision de l'intervention franco-britannique en LIBYE en 2011. Ce document affirme que la résolution de l'ONU autorisant une action armée est partie de FRANCE.
L'ex Prèsident Sarkosy avait donné plusieurs motifs à ses alliés de l'OTAN pour défendre l'option guerrière:
- obtenir une plus grande part du pétrole libyen
- accroitre l'influence française en Afrique du Nord
- permettre aux armées françaises de réaffirmer leur position dans le monde
- contrer l'ex président Kadhafi qui voulait remplacer l'influence française en Afrique francophone
- améliorer sa situation politique en FRANCE.

Si les quatre premiers arguments sont recevables (même s'ils sont discutables) au niveau de l'intérêt national, il est évident que le cinquième est inadmissible car purement personnel.

Ce rapport fait honneur à la démocratie britannique et j'aurais aimé que les deux Commissions des Affaires Étrangères de notre pays soient capables de produire le même type de rapport afin de dénoncer les abus des dirigeants français. Il est vrai que les Britanniques sont traumatisés par les mensonges de Tony Blair lors de la guerre en IRAK et que le rapport Chilcot publié en juillet dernier accablait cet ancien dirigeant britannique qui avait engagé son pays aux côtés de l'allié américain sur la base de mensonges des dirigeants américains d'alors. Là-bas aussi, les Commissions parlementaires du Congrès ont largement dénoncé les abus de l'ex Président G.W. Bush.

Dans les deux pays où les forces occidentales sont intervenues, les résultats sont catastrophiques: effondrement politique, économique, affrontements ethniques voire guerre civile, crises humanitaires et migratoires, .... sans compter la naissance de l'EI (État Islamique)en IRAK et son renforcement en LIBYE.


Il me semble qu'au lieu de se glorifier de la publication d'un livre à la gloire de notre intervention en LIBYE ("La vérité sur notre guerre en LIBYE" par Jean-Christophe Notin), le Parlement français devrait faire passer ces responsables politiques devant la Cour de Justice de la République. En effet, Mme Lagarde va passer en justice devant ce tribunal spécial pour "délit de négligences ayant permis un détournement de fonds publics dans le cadre de l'affaire Tapie". C'est très bien! Nous verrons le jugement qui en résultera!

Mais le mensonge de départ sur les motifs de l'intervention militaire, n'est-ce pas beaucoup plus grave que cette "négligence" quand on est Président de la République au vu des conséquences, notamment dans le domaine du terrorisme?

Ce déférement devant la Cour de Justice serait d'autant plus pertinent qu'en FRANCE le Président de la République peut, seul, décider des interventions militaires à l'étranger. Il est obligé d'informer le Parlement que quelques mois plus tard! Trop tard, le mal est fait !

En demandant cela, je ne vise pas seulement l'ancien Président, mais je voudrais prévenir l'avenir.
Nous avons vu l'attitude belliqueuse du Président Hollande en SYRIE où heureusement les parlementaires Britanniques, échaudés par les deux expériences citées plus haut, ont refusé à D. Cameron le droit d'intervenir dans ce pays, ce qui a bloqué le Pt Obama. Notre actuel Pt se retrouvant seul comme "va-t-en-guerre", fut obligé d'arrêter le début d'une action guerrière sur la SYRIE afin de punir les dirigeants de ce dernier pays d'avoir utilisé des armes chimiques dont on sait aujourd'hui que les rebelles ont fait de même; tout comme les dirigeants Irakiens, 20 ans avant, sans que les dirigeants français de l'époque soient outragés, bien au contraire! Nous leur vendions des armes !

Or, la FRANCE est intervenue militairement, seule et dans les mêmes conditions non démocratiques, plusieurs fois en AFRIQUE ces dernières années: COTE d'IVOIRE, MALI, RCA. Loin de poser problème à nos responsables, les hommes politiques s'en font gloire et estiment qu'ils ont acquis ainsi le prestigieux niveau d'Homme d'État. N'est-ce pas Mrs Sarkosy et Hollande? Sans oublier JY Le Drian qui peut tout se permettre en FRANCE grâce à ses actions guerrières!

Mais du fait que notre Parlement a beaucoup moins de pouvoirs d'enquêtes que ses homologues britannique et américain, sans parler de l'ALLEMAGNE dont le Parlement interdit toute action militaire à l'étranger sauf de formation, ne peut -on envisager que de nombreuses choses soient dissimulées au simple citoyen ?

La cinquième remarque des britanniques quant à la motivation de N. Sarkosy, ne pourrait-elle pas s'appliquer à notre actuel responsable?
Il serait temps que le Parlement français dispose de vrais pouvoirs en commissions d'enquêtes et puisse ainsi dire la réalité des choses, même 5 ans après.
Cela nous éduquerait pour les élections suivantes !
Lionel DE BUSSIERE


08/09/2016
Politique industrielle de la FRANCE: le scandale de la fermeture de l'usine Alstom de Belfort:

Chacun se souvient en 2014-2015 de la vente d'Alstom à la société américaine Général Electric (GE)! Le directeur d'Alstom de l'époque, Patrick Kron a mis tout le monde devant le fait accompli en négociant secrètement la vente du fleuron français. Arnaud Montebourg, puis le jeune Emmanuel Macron ont négocié quelques maigres aménagements afin de sauver la face de l'État, soi disant stratège ! Pour près de 13 milliards d'euros une entreprise historique française, riche de savoir faire innombrables a été vendue: GE possède 80% des actions et surtout, c'est le patron opérationnel: il contrôle la gestion, les finances et le management! Les français gardaient la direction technique. Certains commentaires évoquaient, à juste titre, "un suicide français".

Alstom vient d'emporter un énorme marché aux USA pour les trains à grande vitesse entre Washington et Boston. Chacun s'accorde à dire que c'est l'ouverture d'un gigantesque marché d'autant que les deux candidats à la Présidence des États-Unis ont promis d'investir dans les infrastructures publiques en piteux état dans ce pays. Mais aucun emploi ne sera créé en France pour ce marché! Tout sera fabriqué aux USA grâce aux licences françaises vendues en même temps que la société. Déjà Alstom est bien implanté en Asie en vue de gagner des marchés en Chine, en Indonésie ou dans d'autres pays aux salaires très faibles; tout cela est passé dans les mains des américains!
Et aujourd'hui, l'usine de Belfort, lieu historique de la marque va être fermé d'ici peu.
GE veillera au reclassement des ouvriers licenciés!!! Et depuis cette annonce , pas un mot du gouvernement ? Ah! sur le port du bikini, on en a eu des commentaires! Mais j'attends la condamnation avec la plus grande sévérité de ce plan de fermeture par le Premier Ministre !

Comment le Pt Hollande peut faire un grand discours aujourd'hui afin d'annoncer sa candidature en 2017 sans dire un seul mot sur le devenir d'Alstom et de ses 450 ouvriers ?


Après, les responsables politiques vont gloser sur le populisme et la désespérance des électeurs... Mais ne voit-il pas qu'ils la créent cette désespérance ?

Au cours de l'année 2015, deux autres fleurons de l'industrie française sont passées à l'étranger: Alcatel-Lucent et Lafarge.
Le tissu industriel de la FRANCE s'effiloche chaque année sans que les dirigeants du pays fassent autre chose que des rodomontades et évoquent pour le bon peuple "la souveraineté"et une surveillance vive du fait que les intèrêts français ne seront pas lésés à l'avenir....

Et bien l'exemple d'Alstom est exemplaire de l'incapacité du gouvernement français à agir afin de protéger non seulement l'emploi mais surtout nos brevets en France.
La situation globale de l'industrie est mauvaise: depuis 2008, la production manufacturière a baissé de plus de 15% alors qu'elle a augmenté de 5% en Allemagne. Cela veut dire que la France a perdu 500.000 emplois industriels quand l'Allemagne en a gagné 130.000 ! Surtout en terme de valeur produite dans le pays, la France est maintenant derrière l'Italie (11% contre 16%).
La chute de notre industrie est particulièrement forte dans les secteurs des équipements électriques, informatiques et des machines-outils(-31,6%depuis 2008).
La France a des faiblesses structurelles connues depuis 10 ans: faiblesse de la recherche par exemple ! Dans ce secteur c'est le grand décrochage ! En 2000, la France et l'Allemagne avaient un taux identique: 2,25%. Aujourd'hui l'Allemagne est à 3% et nous à 2,26%. La part de la France dans les publications scientifiques internationales a baissé de plus de 15% depuis 1999, la part de la France dans les brevets européens a baissé, dans la même période, de 8,3% à 6,4%. Quand la France augmente de 28% les investissements en R&D, les autres pays européens augmentent de 66%....
C'est d'autant plus grave que la France décroche aussi dans la part des investissements étrangers: entre 2006 et 2015, nous sommes passés de 16% à 12% des investissements internationaux en Europe. Nous sommes désormais loin de la Grande-Bretagne et surtout nous sommes le seul pays en recul (-2%) en nombre de projets d'implantations.

Il serait temps qu'un débat s'instaure sur le rôle de l'État actionnaire. Il a des actions dans trop de sociétés (CNP assurances, Orange, Renault, Engie, Air france, Safran, Dexia, ...où il joue un rôle mineur. L'État devrait regrouper ses participations dans quelques sociétés d'avenir comme il l'a fait en son temps pour l'aviation, l'informatique, ... bref des secteurs vitaux pour la France de demain au lieu de jouer à l'actionnaire passif.

Il faut un pilote dans l'avion de la reconquête industrielle!

La crise de 2008 est en voie de guérison et l'an passé la production industrielle mondiale a augmenté de 2-3%. L'Indonésie a vu sa production croitre de 7,5%, le Vietnam et la Malaisie de 7 et 5% respectivement. L'Europe a progressé de 0,5% et la France a chuté de 1,9% !!!

La production française est toujours plus faible qu'en 2008. On va continuer de vendre "les bijoux de famille" ?

Contrairement à certaines déclarations, ce ne sera pas par la relocalisation que la France retrouvera une industrie dynamique mais par quelques mesures connues telle celle de la réforme du droit du travail et surtout par le fait de mettre l'éducation supérieure et la recherche en toute première priorité afin d'attirer à nouveau les jeunes diplômés et les potentiels inventeurs.
Maintenir une industrie


Lionel DE BUSSIERE


22/08/2016
Après la quasi disparition du Parti Communiste, la gauche sociale démocrate est en piteux état en FRANCE, mais aussi en EUROPE:

Un an avant la fin du quinquennat de F. Hollande, la gauche française vit une période de déclin et s'enfonce dans la crise. Déjà, le Président en titre a dû se soumettre à des primaires en vue de 2017 afin de tenter de se légitimer dans son camp; cela n'a pas fait diminuer le nombre de candidatures à la présidentielle venant de candidats de gauche ou très proche (EELV). Hier, un membre important du PS, ancien Ministre, a sciemment descendu en flammes l'action de F. Hollande et a dit qu'il se présenterait à la présidentielle, semble-t-il en dehors des primaires, ce qui, de fait, l'exclut du PS !
Il y a pourtant un risque sérieux que la dispersion des voix de gauche entraine que son candidat ayant obtenu le plus grand nombre de voix (Hollande, Mélenchon ou Montebourg?)ne puisse pas se maintenir au second tour de cette élection favorisant ainsi la candidat de droite qui se présentera contre Mme Le Pen. Les récentes élections régionales ont démontré que cette hypothèse n'étaient pas une vue de journaliste en mal de papier ! Élections après élections,depuis 2014, le Parti Socialiste prend l'eau de toute part.Le Front National et Les Républicains sont toujours devant !
Le PS et F. Hollande paient ainsi l'absence de courage avant les élections de 2012 quand il fallait dire que des réformes difficiles étaient devant nous et non promettre la lune comme si la FRANCE vivait dans un monde à part. Les réponses du PS à la crise économique ont été les mêmes que celles de la droite classique, décevant ainsi fortement nombre de votants. En outre, la réponse du Gouvernement à la crise des migrants fut tout sauf humaniste...dés lors se demandent les électeurs de gauche, pourquoi voter à gauche si nous avons la même politique qu'à droite? D'autant que "le peuple" a tendance à voter FN et s'il est facile de dénoncer les politiques populistes de l'extrême droite, il serait mieux de répondre aux véritables préoccupations du peuple: effets de la mondialisation, arrivée de nombreux migrants, sont des problèmes qui séparent le peuple et les élites de notre pays. Celles-ci sont minoritaires en voix et seront balayées si elles ne sont pas capables de donner de vraies réponses de gauche autres que celles des communistes ou crypto communistes qui ont perdu depuis longtemps toute légitimité dans le domaine de la gouvernance démocratique.
Mais la gauche française n'est pas la seule en grand détressse! J'avais interpellé début 2012 M. Montebourg, lors de sa venue en Périgord sur le programme économique du PS non adapté à la réalité de la mondialisation. Il ne m'avait pas répondu! Pour n'avoir pas répondu aux attentes de leur peuple, des dirigeants de gauche ont perdu le pouvoir.
Aujourd'hui, M. Zapatero en ESPAGNE et Papandréou en GRÈCE ont disparu des radars.
Mais est-ce mieux ailleurs?
- Qui entends la différence dans le gouvernement allemand où la droite dirigée par Mme Merkel fait ce qu'elle veut et les ministres sociaux démocrates sont transparents. Les sondages les donnent perdant à tous les coups et loin derrière !
- En GRANDE-BRETAGNE, beaucoup se sont réjouis de l'élection de M. Corbyn mais son inaction lors de la campagne du Brexit est fermement condamnée par les parlementaires travaillistes. S'il reste populaire au sein de son parti, c'est en sachant qu'il défend des positions qui n'ont aucune chance de convaincre la majorité des britanniques. Un duel de "chefs" est en train de se jouer et il est probable que le parti travailliste se divise en deux.
- En ESPAGNE, après la déroute socialiste consécutive à l'action de M. Zapatero comme Premier Ministre, le PS local tente vainement de se refaire une santé mais il est partagé entre un mouvement plus à gauche "PODEMOS" qui ne fera aucune concession et son envie de peser sur le cours des choses, donc de laisser la droite gouverner puisqu'elle est majoritaire!!!
- En ITALIE, le centre gauche est au pouvoir en ayant fait des réformes de droite mais un référendum difficile attend les italiens en septembre prochains et le "Mouvement 5 étoiles", populiste, est en embuscade et prêt à prendre la main.
- La GRÈCE a fait disparaitre le parti socialiste (PASOK) en lui donnant 6% des voix au lieu des 44% des années 2000
- On pourrait ainsi continuer en parlant des pays de l'Est récemment entrés dans l'UE dont les partis de gauche au pouvoir ont pris des positions surprenantes pour un socialiste français de base !
Bref, la gauche européenne est dans l'impasse: les réponses collectives n'existent pas et peu à peu les nationalistes prennent non seulement le pouvoir mais aussi, au sens d'Antonio Gramsci, l'emportent dans le domaine culturel où leurs valeurs reprennent le dessus.
Cela met en grand danger la construction européenne laquelle a de plus été prise en grippe par "le peuple" du fait de son incapacité à gérer le côté social des habitants de cette entité.
Les extrêmes peuvent l'emporter partout et l'Europe se déchirer!
F. Hollande aura une lourde responsabilité devant l'histoire si cela survient !
Lionel DE BUSSIERE


17/08/2016
Hauteur de vues:

Il semble bien que la "trumpisation" des esprits soit en marche en France ! Entre l'affaire des "burkini"qui fait rire toute l'Europe ou la bataille rangée en Corse qui, elle, est plutôt à pleurer et pourrait être malheureusement le futur des relations entre extrémistes des deux bords, nous constatons, comme aux USA, l'affrontement se durcir en paroles et en actes. Qui va proposer de faire un mur avec les voisins du Sud comme TRUMP avec le MEXIQUE ?
Depuis plus d'un siècle des musulmans vivent en France et tentent de vivre leur foi comme ils peuvent. Le plus souvent de façon très discrète! Essayer d'interroger vos proches afin de savoir où est la mosquée de la ville où vous résidez et vous verrez que 90% des gens l'ignorent !
Beaucoup de non musulmans semblent choqués de voir des femmes se baigner en tenue "protégée" comme ils sont choqués par le port d'un voile sur la tête (hijab)alors même qu'à la campagne nos grands mères portaient le même foulard sur la tête! C'est donc une sorte de sentiment anti musulman basique! Mais il se trouve que nous avons prés de 5 millions de musulmans en FRANCE soit environ 7,5% de la population. L'ALLEMAGNE et l'AUTRICHE en ont environ 5%, la BELGIQUE, 6%: le DANEMARK, 4,1%; le Royaume-Uni, 4,6%; SINGAPOUR, 14,9%; MAURICE, 16,6%; la MACEDOINE, 34,9%;ISRAËL: 17,7% et le CANADA: 2,8%.
C'est le fruit de notre histoire coloniale qui explique le nombre important de musulmans lesquels sont majoritairement issus de maghrébins ou de subsahéliens, anciennes colonies françaises durant presque un siècle. Sans oublier de noter que l'Algérie a été un territoire découpé en trois départements français, dont une nationalité identique pour des religions différentes.
Lors des deux derniers conflits mondiaux et ensuite pour les "trente glorieuses" du développement de la FRANCE, chacun originaire du territoire métropolitain a pu se féliciter du courage des uns et du travail des autres.
Aujourd'hui, à l'époque de la mondialisation, il est inévitable de vivre ensemble en se respectant. En usant de la même formule que JP Chevènement, il s'agit effectivement de vivre sa foi discrètement quelque que soit la religion puisque nous sommes un pays laïc. Il y a des limites à ne pas dépasser, par exemple le port de la burka est intolérable pour toute personne respectant les femmes. De même, il faut veiller que dans les banlieues, certains jeunes hommes qui découvrent la religion se comportent en "parrains" vis à vis de jeunes femmes qui ont choisi de vivre libres de toutes contraintes vestimentaires ou autres. Traiter toute femme non voilée de "salope" devrait être puni par la loi.
Mais il faudrait surtout que l'État revienne dans les banlieues: police, facteurs, et surtout l'enseignement permettant de mixer les élèves et de développer ce que les politiques nomment les valeurs de la République mais dont certains savent que les enseignants s'abstiennent de parler afin d'éviter de gros incidents dans leur classe. Enfin, si des jeunes devraient obligatoirement faire un service civil, ce sont bien les jeunes de banlieue ! En priorité il faudrait le leur faire dans des ONG à l'étranger afin qu'ils apprennent la vie en collectivité ailleurs que dans les cages d'escaliers.
Il faut apprendre à vivre ensemble et à respecter l'autre. C'est difficile mais c'est la seule voie possible !
Lionel DE BUSSIERE


09/08/2016


Mon dernier livre sur la République Centrafricaine vient d'être édité la semaine passée chez l'éditeur "Les éditions du net". Son titre: "La crise en RCA va durer longtemps!".
C'est un point complet sur la situation de ce pays et une étude des causes de la déliquescence de l'État en RCA.
Vous pouvez d'ores et déjà vous le procurer en le commandant en utilisant le lien au nom de l'éditeur par internet.
D'ici quelques semaines, le livre pourra aussi être commandé à la FNAC, AMAZON, ...

Bonne lecture et je serai heureux de lire vos commentaires
Amicalement à tous mes lecteurs


Lionel DE BUSSIERE


05/08/2016
"L'essentiel, c'est la République!"

C'est encore peu connu, mais le 29/08/2016, à COLOMIERS (31), la quasi totalité du Gouvernement, quelques cadres du PS et des Radicaux de Gauche, organisent une réunion publique sur le thème "L'essentiel, c'est la République". Ils reprennent ainsi les récentes déclarations du Président de la République qui, lors de la soirée consacrée à la presse internationale, en début de semaine, avait indiqué en "off" aux journalistes que la prochaine élection présidentielle aurait pour thème principal: "La Démocratie".

Tout d'abord, il faut noter que cela démontre que François HOLLANDE sera candidat à cette élection et qu'il veut choisir les armes du combat pour deux raisons:

- le thème permet de rassembler son camp (la gauche et même l'extrême gauche): même les dépités du quinquennat ne peuvent pas s'abstenir sur les "valeurs" de la République. On a bien vu lors de la gravissime erreur de la déchéance de nationalité, après les attentats du 13 novembre au Bataclan, où F. HOLLANDE a voulu prendre la droite à son propre jeu en captant leurs propositions. Son camp l'avait vite désavoué et la droite ne l'avait plus suivi dés qu'il a tenté d'adoucir les mesures. Il a commis une grave erreur et il la corrige depuis les nouveaux attentats de Nice et de St-Étienne de Rouvray en refusant ostensiblement de discuter des propositions de la droite qui seraient selon lui incompatibles avec un État de Droit. Il a remis en place son prédécesseur qui avait parlé "d'arguties juridiques" en ciblant la Constitution Française. Il serait quand même possible de lui faire remarquer que le maintien de l'état d'urgence depuis des mois et la faiblesse des résultats dus à cette exception juridique datant de la guerre d'Algérie ne penchent pas en sa faveur; mais 80% des français approuvent le maintien de l'état d'urgence. Alors...la géométrie variable peut être utile, voire efficace parfois !!!

- ce thème permet d'effacer un autre sujet autrement plus embêtant pour le futur candidat: le chômage, l'état de l'économie du pays, ... C'est bizarre mais plus personne ne dit "ça va mieux!". Et pour cause !
Le Secrétaire d'État au Commerce Éxtérieur vient d'indiquer que la balance commerciale se dégradait fortement alors même que le prix du baril de pétrole reste bas ainsi que les taux d'intérêt. À nouveau les statistiques de croissance montre que nous sommes les mauvais élèves de l'UE avec un taux de croissance de 0% au second trimestre 2016. Faut-il être cruel et parler des nombreuses promesses et subventions diverses largement distribuées aux uns et aux autre afin de préparer l'élection présidentielle? Celles-ci mettent à nouveau les Finances Publiques en difficulté, surtout pour le successeur en 2017 d'ailleurs !

Le taux de chômage a repris sa hausse, semblant inexorable malgré les tentatives d'enlever des statistiques officielles les 500 000 chômeurs supplémentaires, grâce à des stages bienvenus. Qui avait dit:" Si le chômage ne baisse pas, je ne serai pas candidat!"?.

Ainsi, en parlant de la démocratie et de la sécurité des français, à une période de notre histoire où le néolibéralisme est devenu , même pour la gauche française, l'idéologie dominante, F. HOLLANDE pense gagner le gros lot:
- il oblige la droite, qui se veut le meilleur défenseur des libertés individuelles (surtout dans le domaine économique et financier d'ailleurs!), à se contredire en proposant des mesures d'interdiction et privatives de liberté très fortes (Guantanamo à la française).
- il rassemble les partisans de la liberté au delà de la gauche (notamment les centristes) en dissimulant ses échecs économiques et diplomatiques.
Lionel DE BUSSIERE


28/07/2016
Ça va mal !

Depuis l'attentat de Nice, les français ont pris conscience que les terroristes pouvaient frapper partout et donc pas seulement à Paris. De plus, ils ont aussi découvert qu'un fanatique bien déterminé pouvait tuer 84 personnes et en blesser des centaines avec un camion lancé à toute vitesse (pas de bombes sophistiquées!). Enfin que le terroriste était certes d'origine étrangère, mais avait un permis de séjour, et qu'il travaillait en France normalement, c'est à dire qu'il a dissimulé durant une année sa volonté de tuer massivement.
Puis l'assassinat du prêtre de 86 ans, dans son église, en pleine messe leur fit découvrir l'horreur de l'absence du respect du sacré et que rien ne leur serait épargné !

Alors, depuis ils écoutent les responsables politiques se quereller au sujet de l'absence ou non de vraies mesures de protection sur la promenade des Anglais et sur le fait que des jeunes terroristes connus et censés être surveillés puissent quand même effectuer des massacres en plein jour.

Évidemment, certains ont des solutions toutes faites pour éviter cela: mettre dans des camps tous les suspects à vie, renvoyer tous les étrangers chez eux, bloquer l'arrivée de tous les réfugiés, construire des milliers de places de prison, augmenter encore le nombre des forces de police et de gendarmerie afin de mettre des forces de sécurité partout, ....

Quant au Gouvernement et à notre Président, ils continuent de faire des discours de compassion et d'organiser des conseils de défense permettant de renforcer des mesures qui ont déjà fait la preuve de leur inutilité puisqu'il y a encore des attentats....
Bref, au lieu d'avoir un Président qui nous dit que nous sommes frappés parce que la France est en guerre à l'extérieur du territoire et d'expliquer à ses concitoyens les raisons, bonnes et moins bonnes, de notre présence auprès de la coalition américano-anglaise en IRAK et en SYRIE, nous avons droit à des discours qui nous mentent en indiquant que la FRANCE est attaquée pour ce qu'elle est, alors même qu'elle est attaquée pour ce qu'elle fait!

Ces mensonges sont doublés par un refus de voir en face les conséquences en terme de psychologie de nos concitoyens d'origine étrangère provenant de nos anciennes colonies. Il faudrait depuis longtemps que l'école aborde de façon transparente ce qu'a été l'Empire Colonial et sa liste de brutalité, de terreur et de racisme.
Ce dernier élément est toujours latent en France où nombre de français d'origine étrangère, surtout s'ils viennent du Maghreb et sont musulmans, ne sont pas toujours bien perçus: nombre d'études universitaires sur l'insertion par le travail le démontrent! Il faut donc en tenir compte !
D'ailleurs, pourquoi au CANADA, où en proportion le nombre de musulmans est supérieur à la FRANCE et surtout où les étrangers sont accueillis à bras ouverts, il n'y a pas d'attentats islamistes? (le Ministre de la Défense canadien est un Sikh portant son turban traditionnel: imagine-t-on en France un Ministre de la Défense en djelaba ?)

Il suffit de se souvenir du refus du Président HOLLANDE de partager avec la Chancelière MERKEL les réfugiés syriens. Je note d'ailleurs que cette dernière, malgré trois cas récents de terrorisme n'a pas remis en cause l'accueil des réfugiés et officiellement elle appartient à un parti de droite, traditionnellement plus timide dans ses relations avec les étrangers ! Voilà une occasion de faire l'Union Nationale !
C'est donc une grande déception que d'entendre nos hommes politiques parler des attentats de cette manière! Qui peut croire que demain, lorsque probablement la droite va venir au pouvoir, les attentats vont disparaitre ? Aucune des mesures proposées par les plus extrémistes des députés ne seront prises: elles ne peuvent pas être prises car non conforme à nos engagements internationaux!c'est de la posture ! Nous ne sommes pas en TURQUIE ou en RUSSIE !
Par contre des mesures sérieuses pourraient être mises en place:

- la première est d'organiser un grand débat au Parlement sur les raisons de nos interventions en IRAK, SYRIE et en LIBYE. Il faut que les français sachent et disent si le jeu en vaut la chandelle ! Car les attentats sont la réponse de l'EI à ces interventions.

- arrêter l'opération "SENTINELLES" qui ne sert à rien et renforcer fortement non seulement le nombre de magistrats afin qu'ils puissent dans des délais normaux et en sérénité régler tous les dossiers délicats.

- renforcer considérablement les moyens en hommes et en matériel du Service de Protection Judiciaire de la Jeunesse. Ce sont ces fonctionnaires qui doivent suivre les personnes en liberté conditionnelle, mais le premier rendez vous est, au minimum, pris 3 mois après la sortie de prison et la surveillance permanente des gens est impossible !

- renforcer fortement la police de proximité partout, notamment dans le domaine du renseignement au lieu de multiplier les gardes statiques et les passages de colonnes de véhicules remplis de CRS ou de gendarmes mobiles dont l'effet est inverse à celui recherché !
Lionel DE BUSSIERE


18/07/2016
Il va falloir bouger le curseur de nos choix entre la liberté et la sécurité !

Le dernier attentat à Nice dont l'enquête nous apprend lentement qu'il s'agissait d'"un loup solitaire" ayant été radicalisé de façon très rapide et ayant utilisé un camion pour tuer 84 personnes, nous montre aussi que le risque "zéro" n'existe pas.
Il est assez lamentable de voir les responsables politiques se disputer sur les moyens à mettre en oeuvre et sur leur bilan respectif en matière de sécurité. Ce qui est sûr, c'est que le débat sur la sécurité des français s'est invité dans l'élection présidentielle avant le chômage et l'Europe....
C'est le troisième attentat lourd de victimes, mais dans les faits, il y a peu de différences entre l'assassin de Grenoble qui a coupé la tête de son patron pour imiter les terroristes algériens ou celui de Nice qui a tué en percutant violemment les passants; hormis le nombre de victimes. Pas de voyage au Moyen-Orient, pas de vidéos glorifiant Allah, ....

S'il s'agit à chaque fois de sujets d'origine maghrébine, la plupart sont soit français, soit en situation régulière comme le tunisien de Nice, lequel avait un travail et vivait de façon assez confortable.
Certains responsables politiques ont aussitôt réagi de façon aussi violente qu'au Café du Commerce, mais nos hommes politiques sont censés être mieux informés et surtout avoir le sens de l'État... Bref ceux qui parlent de donner des bazookas aux policiers, de rétablir la peine de mort ou de mettre tous les arabes fichés pour une raison quelconque de l'autre côté de la mer se discréditent totalement.

Il est évident pour les spécialistes du terrorisme que continuer l'opération "Sentinelles", c'est à dire mettre des militaires comme des "plantes vertes" devant des lieux publics ne sert à rien en matière de sécurité. Surtout, on fatigue les troupes qui n'en peuvent plus de faire des heures non payées et qui seraient plus utile à l'extérieur faire leur vrai métier:la guerre. Si on calcule le coût de formation d'un soldat aujourd'hui et ce que le gouvernement en fait, c'est vraiment une dépense aussi inutile qu'excessive.
Mais on ne voit que le court terme: pour garder un point 24h/24, il faut 3,5 soldats, là où il faut 6 policiers. Alors, on prend l'Armée !

Par ailleurs, l'État d'Urgence ne sert plus à rien non plus; il a peut-être été utile 1 mois après l'attentat du 13 novembre (à vérifier !) mais aujourd'hui, les services de police ont effectué toutes les perquisitions que le Procureur leur aurait peut-être refusé faute d'éléments convaincants. Et c'est sur ce point que le Gouvernement actuel s'entête à tort: après avoir annoncé sa fin, le Président le prolonge? Il n'a jamais protégé et a fait passer du magistrat judiciaire au préfet le droit de perquisitionner.
S'il faut restreindre des libertés c'est pas celle là! Perquisitionner la nuit sur ordre d'un Préfet, sans de bons motifs, dénote le début d'un régime qui n'est plus véritablement démocratique !
Il semble que ce soit à la mode: POUTINE, ERDOGAN, montrent la voie à certains. Mais ce n'est plus de la démocratie.

Par contre, je suis surpris que les nouvelles lois sur le renseignement qui permettent des surveillances et des écoutes multiples ne soient plus efficaces.
C'est d'ailleurs le fonds du problème: il faudra améliorer notre qualité de renseignement à l'intérieur du territoire. Cela passe par une police de proximité! Il ne sert à rien de faire défiler dans les banlieues des longues caravanes de camions de CRS qui sont pris pour des occupants par les habitants. Il faut installer des policiers et des gendarmes dans toutes les villes de banlieues en réexaminant l'implantation des forces de police et de gendarmerie. Sans doute, les habitants des campagnes vont -t-ils hurler, mais il vaut mieux à l'avenir mettre des forces là où c'est utile que là où ça fait plaisir au président du Conseil Départemental local....
Il va falloir aussi que la culture des gens change: chaque fois que nous irons voir un spectacle ou aller dans un supermarché, nous devons nous enquérir de la qualité des contrôles de sécurité. Ces nouvelles missions devront être effectuées par des services privés. En effet, la France est déjà le pays où nous avons le plus de force policière par nombre d'habitants, la situation budgétaire de la France ne permet pas d'embaucher à tout va ! Comme aux USA ou en Israël, il faudra développer la sécurité privée et l'accepter en termes de nuisance de qualité de vie et de diminution de notre liberté! Après tout nous l'avons bien accepté dans l'aviation et depuis ces mesures de contrôles dans les aéroports, le terrorisme a échoué.

Ce qu'il faut retenir pour l'avenir c'est que rassurer ne protège pas ! La preuve ! le gouvernement et l'opposition de droite doivent arrêter de surenchérir dans les mesures inutiles et dispendieuses.
Surtout, afin d'éviter un climat de guerre civile entre soi disant français de souche et français d'origine diverses, il faut que les responsables expliquent que les attentats sont la conséquence de la guerre à laquelle nos forces armées participent en Afghanistan, en Irak et en Syrie sans oublier celle en Libye. Peut-être qu'un jour un débat sur la pertinence de nos interventions extérieures pourrait permettre à chacun de comprendre les enjeux du monde d'aujourd'hui?
Nos "politiques"n'ont pas bien gérés ces aspects et refusent de dire que demain sera difficile à vivre dans une sécurité renforcée et qui ne peut pas être sûre à 100% .
Lionel DE BUSSIERE


15/07/2016
Réponses au terrorisme:

Cette nuit, la France a encore subi une attaque meurtrière à Nice que le Président de la République a qualifié aussitôt de terroriste du fait que l'assassin et conducteur du camion était franco-tunisien car aucune revendication ni de l'EI ni de l'auteur n'est jusqu'à présent venu confirmer cette affirmation. Ce serait la troisième fois en 18 mois que notre pays est gravement attaqué, si le caractère terroriste est avéré.
Malheureusement, nous ne sommes pas le seul pays victime de la folie des extrémistes contrairement à ce qu'affirme Eric CIOTTI: la TURQUIE, le MALI, le YEMEN et surtout l'IRAK parmi d'autres encore ont subi ces mêmes attaques dans les derniers mois. L'IRAK a subi un attentat la semaine passée qui a fait 250 morts avec un bus piégé sur un marché le dernier jour du ramadan!
L'horreur se partage largement! Hélas !
Évidemment, il faut d'abord penser aux victimes et à leurs familles et laisser le temps du deuil de passer. Mais du fait du renouvellement des attentats, il faut aussi se poser la question: que faire ?
Tout d'abord, répondre à tous les extrémistes du "yaqua" et "fautcon"! La palme de la bêtise revient largement à Henri GUAINO qui a proposé de mettre des "militaires avec des bazookas et qu'ils tirent sur les camions"....
J'ai vu Alain JUPPÉ mieux inspiré aussi lui qui disait ce matin sur France-Info que la faute était à l'Europe car FRONTEX n'avait pas les moyens de lutter pour contrôler les frontières extérieures.
Enfin, on ne peut qu'être désolé de la réaction du Président et de son Gouvernement dont les réponses à l'attentat sont de prolonger une nouvelle fois l'état d'urgence qui a visiblement démontrer son inefficacité, maintenir les militaires dans le plan Sentinelle, qui lui non plus ne sert à rien et enfin rappeler des réservistes pour renforcer le contrôle des frontières alors que le "terroriste" vient de notre territoire...

Il faut en premier lieu redire que l'assassin est français et vivait à Nice. Jusqu'à présent les débuts de l'enquête ont indiqué qu'il aurait agi seul. Attendons de voir s'il a été aidé par un groupe djihadiste? Par ailleurs, il apparait que si l'assassin s'inspirait des techniques des attentats suicides recommandées aux martyrs musulmans, il se serait radicalisé seul car il était inconnu des services anti terroristes français. Une fois encore, il s'agissait d'un petit malfrat connu des services de police pour des délits mineurs. Seul il aurait monté son coup en répondant ainsi "aux appels aux meurtres des groupes djihadistes" ainsi que l'a indiqué le Procureur de Paris.
Voilà le problème : les terroristes ne viennent pas de l'étranger, ils sont français et agissent sur notre sol même sans être parti faire un stage de formation dans un pays étranger.
Autant dire que la détection des individus de ce type est extrèmement difficile et qu'il vaudrait mieux dans un premier temps le reconnaitre plutôt que de continuer à prendre des mesures autant liberticides qu'inutiles !
La politique de renseignement au plus près est la seule efficace: les gendarmes comme les policiers doivent retrouver les principes d'une police de proximité. Il ne sert à rien de multiplier les analystes et les postes d'informaticiens à Paris s'ils n'ont rien à moudre !
Ce sont tous les services de protection judiciaire à la jeunesse qu'il faut aussi aider. Eux connaissent leurs "clients" et savent détecter les dangers potentiels. Mais qui les écoutent ?
A Paris, ce gouvernement, comme le précédent, ne sont que dans l"apparence et le coup de menton pour impressionner le bon peuple. Mais cela commence à bien faire et un certain nombre de gens commencent à avoir peur de se déplacer et la confiance en leurs services de sécurité diminue fortement.
Ce n'est pas les mesures décidées ce matin en Conseil des Ministres qui vont améliorer les choses car la posture de "dur" pris par le Président et son premier Ministre ne sont plus crédibles.
Si on veut éviter la guerre civile entre français d'origines différentes, il faut agir au plus vite dans le sens indiqué, c'est à dire en France, dans les banlieues en y mettant beaucoup de moyens et d'être vigilant.
Lionel DE BUSSIERE


11/07/2016
Réformes territoriales insuffisantes:

La poste vient de me déposer le magasine d'information du Grand Périgueux. La semaine passée, j'avais eu celui de la ville de Périgueux. Peu de temps avant , j'avais reçu le magasine du Conseil Départemental de la Dordogne. Seul celui de la région Aquitaine est distribué sur les marchés tous les trimestres.
Que contiennent ces multiples magasines, en format "papier" bien sûr ?(l'environnement, c'est juste lors des campagnes électorales et aucun n'offre la possibilité de recevoir son document par la voie électronique !)

Le journal satirique "Le Canard enchainé" continue de faire sa rubrique "Tout pour ma binette" et il a bien raison car l'ego des élus est immense! Il faut bien dire que ces magasines ne servent qu'à faire de la propagande pour l'action du dirigeant de la Collectivité Territoriale éditrice. Certes, ils font attention à ne pas se faire photographier à toutes les pages, mais globalement, le moindre prétexte est bon pour se montrer au bon peuple, qui grâce à ses impôts, permet de faire de la publicité pour ces "grands dirigeants". Comme de plus les évènements vraiment importants ne sont pas très nombreux, on peut voir les mêmes choses mais avec une tête différente par magasine:
- un sportif de renommée mondiale qui se voit honorer par tout le monde
- une entreprise qui s'installe dans la cité
- un artiste local qui expose
- ....
ou des choses moins importantes mais qui justifient une inauguration ou une remise de diplôme avec des petits fours pour se congratuler ensemble.
Pourrait-on envisager de ne faire qu'un magasine global et de le faire que par électronique ?

Le gouvernement VALLS a imposé une réforme territoriale d'envergure médiocre et n'a pas su résister aux lobbies des élus multiples qui ne veulent surtout rien changer à cette organisation territoriale française qui, non seulement coûte cher aux contribuables, mais a fait la preuve de son inefficacité.
Dans la presse locale, le Pt du Conseil Départemental de la Dordogne se vantait d'avoir réussi à faire passer une exception au principe selon lequel les aides aux entreprises sont du domaine exclusif des Régions, en précisant que cet amendement "PEIRO" permettait au Conseil Départemental d'aider toutes les entreprises agricoles et celles situées dans des territoires ruraux.
Une habitude française: on pose un principe et aussitôt on met une exception permettant à chacun de contourner le principe....
Après les élus se plaignent de la bureaucratie, de la lourdeur du système, de son coût et de sa grande inefficacité! Mais c'est normal: nous avons trop de collectivités territoriales, trop d'élus, trop de réunions, trop de fonctionnaires.
Aujourd'hui seules les collectivités d'agglomérations et les régions se justifient:
- l'une pour être proche des habitants dans le domaine social, touristique, sportif,
- l'autre pour avoir les moyens et la vision d'un grand territoire, surtout dans les domaines économiques et dans la politique de transport.

Malheureusement ces compétences sont diluées dans d'autres structures et chacun fait son "numéro" pour justifier sa présence.

Combien de points de croissance ces errements coûtent à la France ? regardons autour de nous en Europe et chacun verra vite que les plus efficaces sont ceux qui ont une organisation simple et proche à la fois.
La réforme territoriale est à (re)faire, mais qui en 2017 va porter le projet ?
Lionel DE BUSSIERE


04/07/2016
Hommage à Michel ROCARD:

Samedi fut une triste journée avec la disparition de cet homme politique atypique qui n'eut pas la carrière qu'il aurait mérité du fait de sa franchise et de sa vue à long terme qui choquaient tous ceux qui n'ont comme horizon que le jour de la prochaine élection et vont toujours dans le sens du vent.
M. ROCARD va se voir décerner (entre autres) un hommage au PS dont il fut membre et même 1er Secrétaire. Ironie de l'histoire, c'est une fois mort que le Parti Socialiste lui rendra justice.
En effet, dés les années "50", comme leader des jeunes socialistes, il entra en rébellion contre les dirigeants de la SFIO (le PS de l'époque) dont le fameux Guy MOLLET, du fait que ce parti soutenait la guerre contre l'indépendance algérienne et surtout avait perdu son âme en ne dénonçant pas la torture effectuée par quelques services spécialisés de l'Etat français. Il créa donc le PSU, lequel faisait environ 3% des voix aux élections. C'est dire le courage de cet homme politique par ailleurs Inspecteur des Finances, qui aurait pu, en se taisant, obtenir un poste important dans les ors de la République dés son jeune âge ! Il attaqua notamment un certain F. MITTERRAND, Ministre de la Justice sous la IVème République, qui fut très dur avec les justiciables.

1968 vit la jeunesse française se lever non pas le plus souvent pour servir les idées de gauche que défendaient ensemble MITTERRAND (PS) et MARCHAIS (PCF), car en fait ils ne cherchaient qu'à se placer sans comprendre ce que les jeunes voulaient ! C'est la liberté qui était le but ! Nous en avions assez de cette société pesante et dominée par les vieilles idées. Une anecdote: la première manifestation en mars 1968 avait pour but la libération des "villages"! C'est ainsi que l'on nommait à Bordeaux les cités où les étudiants et les étudiantes n'avaient pas le droit de se voir et de se fréquenter. Incroyable aujourd'hui ! Notre victoire fut d'avoir la possibilité d'aller dans les "villages" de filles jusqu'à minuit !!!!
Ensuite eut lieu le grand mouvement que chacun connait. Michel ROCARD a soutenu les idées de cette jeunesse et cela lui fût beaucoup reproché !

1981: la gauche avait établi un Programme Commun, dicté par le Parti Communiste, donc totalement inapplicable dans une économie de marché comme en France. Pour des raisons tactiques F. MITTERRAND accepta ce programme désuet mais populaire; M. ROCARD se bâtit contre; afin d'éviter de faire le contraire de ce qui avait été promis si la gauche arrivait au pouvoir. Par exemple sur les nationalisations: inutile et trop onéreux de nationaliser à 100%, 50% + 1 suffit. Mais il perdit car c'était un symbole. Surtout F. MITTERRAND était quasi inculte en économie et en finances publiques, dés lors les promesses servaient seulement à récupérer des voix. Quant à l'application, on verrait bien !
On a vu! Deux ans après, le plan de rigueur dirigé par L. FABIUS et trois dévaluations du franc, établissement du contrôle des changes, ....Bref la catastrophe, la trahison pour beaucoup, mais la gauche était au pouvoir dans l'hypocrisie, certes, mais au pouvoir.
Durant toutes ces années M. ROCARD a tenté de théoriser les idées sociales démocrates afin de mettre en cohérence les promesses de campagne et la philosophie qui sous-tend celles ci. Si cela avait été réalisé, la France n'en serait pas là où elle en est aujourd'hui car nous aurions comme dans d'autres pays étrangers un parti social démocrate apte à gérer un pays et des partis d'extrême gauche. Le premier peut gouverner, les seconds ne font que s'opposer.

2016: Dans son dernier entretien au journal"Le Point"du 23 juin dernier, il a exprimé une dernière fois sa liberté de ton et de pensée en indiquant "que la gauche avait perdu la bataille des idées". Il y critique la raideur de l'administration, l'absence de culture économique de nos énarques et autres dirigeants, le jacobinisme français qui tue toute initiative locale et il termine en précisant que nous avons "la pensée marxiste la plus rétrograde d'Europe" et que la gauche française en est fortement imprégnée !!!
Il indique que pour diriger une société, il faut la comprendre, or, la plupart des citoyens n'ont d'informations qu'à travers la TV qui ne donnent majoritairement que des faits divers et qui n'expliquent pas le monde tel qu'il est .
Pas d'interdisciplinarité, pas d'approfondissement des connaissances, une école en échec, sont les causes de la stagnation de la France.
Effectivement, ce ne sont pas les plus clairvoyants qui sont au pouvoir !!!
Lionel DE BUSSIERE


29/06/2016
BREXIT: quelle mauvaise image de la politique ces responsables britanniques donnent!

Cela se passe au Royaume-Uni, mais nous aurions pu avoir la même chose en FRANCE! Quand on pense qu'une pétition lancée par un pro-BREXIT afin d'organiser un nouveau référendum a obtenu prés de 4 millions de votes! Il faut aussi dire qu'une pétition "gag" pour organiser un nouveau match de foot, dans le cadre de l'Euro, entre l'Angleterre et l'Islande a aussi obtenu en quelques heures 1 million de votes ....C'est dire l'absence de vrais débats en Angleterre sur l'Europe !

Voir l'impréparation des conséquences du BREXIT par le leader conservateur pro-BREXIT, Boris JOHNSON, ses nombreux mensonges et aujourd'hui ses affirmations selon lesquelles "la Grande-Bretagne fait partie de l'Europe, qu'elle continuera d'avoir accès au marché unique et que les Britanniques pourront continuer d'aller travailler dans l'UE", tout cela montre qu'aucune conviction profonde ne guidait cet homme et qu'il a juste pris ce créneau pour tenter d'avoir le poste de 1er Ministre au R-U en faisant tomber l'actuel 1er Ministre, par ailleurs son ami d'enfance....
Ce dernier a été parfait dans le rôle de pyromane: pour des raisons de basse politique, il eut l'idée de ce référendum pour mieux asseoir son pouvoir et il a perdu. Mais au lieu d'en tirer, tout de suite, les conséquences en notifiant à la Commission Européenne l'article 50 du Traité de l'Union qui permet de débuter les discussions du départ étalé sur 2 ans, il laisse le soin à son successeur, lequel est inconnu à ce jour et ne sera désigné qu'en septembre.
Quel courage !

Dés lors les 27 autres pays membres attendent le bon vouloir des Britanniques! Et bien sûr, ils se divisent sur la conduite à tenir !
En premier lieu, le duo franco-allemand, habituellement cheville ouvrière de l'UE, est en si mauvais termes que Mme MERKEL n'a pas voulu recevoir M. HOLLANDE en tête à tête, comme avant, mais a demandé la présence des Italiens. Les deux "latins" auraient voulu un langage ferme devant M. CAMERON, mais la Chancelière a refusé et veut prendre du temps pour évaluer les conséquences du BREXIT et prendre des décisions adaptées....
Dans le même temps, les ministres des Affaires Étrangères des 6 pays fondateurs de l'UE se sont réunis pour tenter d'avoir une position commune. Difficile car beaucoup voudraient que les Britanniques restent proches ?
Les 10 pays de l'Est , membres récents de l'UE, auxquels se sont ajoutés la Grèce et ....le Royaume-Uni (????), se sont aussi réunis pour temporiser une réponse.

Si, par ailleurs, on sait que les Écossais veulent rester dans l'UE ainsi que l'Irlande du Nord, on peut légitimement se demander si le BREXIT va se réaliser ?

Il est vrai que chacun voit qu'il est plus facile de clamer n'importe quoi sur l'Europe afin de gagner la faveur des nationalistes (M. FARAGE ou Mme LE PEN)que de dire concrètement quelles vont être les conséquences dans les domaines suivants:
- l'immigration
- la concurrence
- la politique commerciale avec les pays tiers
- la défense
- la lutte contre le terrorisme
- la recherche
- l'éducation et en particulier Erasmus
- la politique régionale
- la libre circulation des personnes, des biens, des capitaux, des services,
Il va falloir examiner toutes ces politiques, laborieusement mises en place durant 60 ans parfois, et décider comment on gère la séparation! Il y aura des tonnes de papier à rédiger !

Ce sera pire que la garde des enfants dans un divorce classique !!!
Cela va prendre au moins deux ans et personne au Royaume-Uni ne peut dire que demain ce sera mieux qu'aujourd'hui !

Mais , il faut à tout prix éviter ce qu'a fait M. Hollande en prenant le pouvoir et après avoir promis de tenir compte du NON au référendum que les Français ont eu peu de temps avant, de faire aussitôt le contraire (comme Johnston aujourd'hui!)en ne corrigeant rien du Traité en cours, lequel a donc été voté tel quel. Les Français ont eu l'impression que l'on se moquait d'eux et ils avaient raison.

Alors quelle solution pour les Britanniques? Un nouveau référendum? Triste démocratie!

Le débat au RU s'est focalisé sur les migrants (comme en France, n'est-ce pas Mme Le Pen et M. Sarkosy) mais ce n'est pas du tout le centre des problèmes. Voilà pourquoi sans avoir réellement débattu des avantages et inconvénients de chaque partie de l'UE, les Anglais de plus de 50 ans ont largement voté contre les migrants qui ne viennent au RU que grâce à l'Europe..... En France aussi, nous avons ce type de débat stérile et anti-étrangers. Comme si l'Europe y était pour quelque chose dans la misère des autres pays et les guerres lointaines !

Il faudra redonner du sens à notre EUROPE afin que chacun d'entre nous comprenne pourquoi c'est le seul avenir de nos peuples: s'unir !
Faire une Europe sociale et fiscale en tout premier lieu. Le Marché Unique que les Anglais ont imposé ne peut correctement fonctionner que si toutes les lois sociales et fiscales entre les pays membres sont identiques. Sinon, on fausse la libre concurrence dont on nous rebat les oreilles!
Mais il faudra aussi expliquer toutes les politiques et surtout mieux protéger les peuples par la création d'Administrations Fédérales: pas seulement FRONTEX mais surtout DOUANIERE laquelle comme aux USA est là pour protéger les intérêts économiques et financiers de l'ensemble.

C'est là que les pays fondateurs ont une responsabilité historique, notamment la FRANCE et l'ALLEMAGNE: au dela de la zone EURO, créons un ensemble décrit ci-dessus en fusionnant nombre d'administrations et en harmonisant nos lois durant ces 2 ans !

Faisons le pari de l'UNION en 2 ans tandis que les Anglais partiront dans le même temps !
Lionel DE BUSSIERE


24/06/2016
BREXIT: pour les européens, c'est une vraie joie!

Les britanniques ont toujours étaient contre tout ce que l'Europe a fait: contre l'Europe sociale afin d'éviter de mettre en place un SMIC que même les Américains vont faire, contre l'Europe fiscale afin de favoriser la City et protéger l'opacité de ses banques à Londres et dans les colonies, contre l'Euro en tant que monnaie afin de pouvoir manipuler la Livre et continuer de régner sur le Commonwealth, contre Schengen afin de garder la souveraineté des contrôles en frontières en les déléguant d'ailleurs à d'autres telle la France à Calais qui à travers le Traité du Touquet accepte de considérer que la frontière franco-anglaise est à Calais alors même qu'elle est à Douvres, contre l'Europe de la Justice en refusant de signer les accords de coopération entre européens pour créer la mandat d'amener unique, ...

Bref, le Royaume-Uni n'a pris dans l'Europe que le marché commun avoir d'avoir la libre circulation des marchandises. Souvenons nous: avant d'adhérer, elle avait créer l'AELE (Association Européenne de Libre-Echange)avec des pays du Nord qui eux aussi voulaient juste la libre de circulation des marchandises pour obtenir le grand marché. A l'époque le Marché Commun fonctionnait très bien à 6. Peu à peu tous les membres entrèrent dans notre organisation et le marché fonctionne assez bien à 28 sauf la protection douanière.

Mais l'UE ce n'est pas que faire des affaires! Nous voulions une Europe fédérale et démocratique.

Le Général de Gaulle avait bloqué l'entrée des britanniques dans le Marché Commun car il les connaissait bien. Ses successeurs ne pouvaient pas garder la même position d'autant que nos partenaires étaient de fervents soutiens des anglais. Ils sont donc venus et ont presque tout gagné (Même la langue de travail quotidienne est la langue anglaise).
Aujourd'hui, on peut dire que si l'Europe marche si mal c'est parce qu'elle est marquée par les idées libérales et souverainistes des anglais. Ils partent pour des problèmes d'immigration et de transparence de la City où ils ne veulent pas que des étrangers mettent leur nez.
Avec l'arrivée des derniers membres qui furent admis non sur des critères clairs européens mais sur la volonté d'ancrer à l'Ouest certains pays tels la Bulgarie ou la Roumanie sans parler des Pays Baltes, la gestion à 28 est devenue très complexe.
C'est le seul aspect positif du BREXIT: faire comprendre à Bruxelles que les peuples veulent une organisation démocratique et transparente. Le modèle fédéral est un objectif à moyen terme tout à fait réalisable. Ceux qui n'en veulent pas peuvent partir! Même si nous restons à 8 ou 10, cela suffira pour se faire entendre dans le Monde. Demain pour compter face aux USA, à la Chine ou à la Russie et demain devant les futurs géants d'Afrique ou d'Amérique latine, il nous faut nous unir.
Pour cela outre une nouvelle structure autour de l'Euro, un gouvernement fédéral, il faut aussi de la solidarité! pas seulement entre les membres qui sont entrés pour bénéficier des aides des plus riches!
Là encore, souvenons nous de Mme Tatcher: "I want my money back!"

N'était ce pas déjà la démonstration de la volonté anglaise de se servir et non de s'intégrer?
Le vote du 23 juin est un jour historique pour les autres membres de l'UE: à partir du départ des anglais, il faut un cap, une vision, et une structure lisible.
J'attends notamment des responsables historiques de l'Europe et particulièrement de Paris et Berlin, voire Rome un autre discours en n'hésitant pas à faire des propositions fortes pour aller dans un sens fédéral en quelques années.
Le président Hollande qui a loupé presque tout ce qu'il a touché pourrait ainsi entrer dans l'Histoire en utilisant ce temps qui lui reste à oeuvrer dans ce sens et dépasser ainsi les querelles politiciennes. Pourvu qu'il en soit conscient ?
Lionel DE BUSSIERE


11/06/2016
Pauvre Ministère de la Justice!!

Les français sont globalement mécontents de leur justice qu'ils trouvent trop lente et pas à l'écoute des justiciables. Pourtant dans un pays démocratique, cette fonction de rendre la justice est sans aucun doute la plus importante à l'heure où le "vivre ensemble" est remis en cause en France.
Dans le même temps,le nombre de procédures a explosé depuis 20 ans sans que les moyens suivent.
Le contrôle de la garde à vue, les hospitalisations sous contraintes, le périmètre d'action des procureurs, la création des Juges de Liberté, la création des pôles de juges, tout cela a nettement alourdi la charge de travail des magistrats; ces derniers le plus souvent parent au plus pressé comme pour les juges aux affaires familiales! La France consacre peu d'argent à son Ministère de la Justice: en moyenne 2% et il faut savoir que dans ce pourcentage les prisons et leurs gardiens sont compris. Dés lors le vrai chiffre est plus proche de 1,4%, alors que en Europe les pays les plus performants consacrent plus de 3% de leurs dépenses publiques à la JUSTICE !!! Dans les faits, nous donnons environ 123€ par habitant à la justice alors que beaucoup d'autres pays européens donnent plus de 500€. Pour terminer avec les chiffres, la France consacre 0,20% de son PIB à la justice et se retrouve ainsi dans les derniers des membres du Conseil de l'Europe.
Même si après avoir diminué sous l'ex-Président SARKOSY, l'actuel Président a augmenté le nombre global de magistrats, soit un peu plus de 8.000, ce nombre est très insuffisant. Pendant des années les recrutements annuels étaient d'une centaine, aujourd'hui c'est prés de 300 magistrats qui sont recrutés chaque année auxquels il faut ajouter une bonne centaine de magistrats "intégrés". Mais les experts européens ont indiqué que la situation française était si mauvaise, depuis si longtemps, qu'il faudrait pendant 20 ans recruter 500 magistrats afin de revenir dans le peloton de tête européen. Il y a en ce moment plus de 500 postes vacants dus aux départs en retraite, alors qu'il faut presque 3 ans pour former un magistrat professionnel.
L'état de la justice a des conséquences: nous sommes régulièrement condamnés par la Cour de Justice Européenne pour deux motifs récurrents: délai de jugement trop long et donc détention arbitraire d'une part et mauvais traitement lors des gardes à vue, ce qui implique que les Procureurs ne font pas leur travail de contrôle des forces de police. Nous sommes de ce point de vue au même niveau que la MOLDAVIE !!!
Quel que soit le Président élu en 2017, il ne suffira pas d'augmenter encore les forces de sécurité, il faut d'abord augmenter sérieusement les moyens du Ministère de la Justice. L'actuel Garde des Sceaux semble découvrir qu'en moitié d'année les Tribunaux n'ont plus d'argent pour acheter du papier, repeindre un bureau, entretenir un véhicule, ...bref c'est la misère et la débrouille! Mais c'est intolérable d'obliger les magistrats à quémander des délais de paiements pour faire leur travail. Même les Codes ne sont pas donnés! Il faut les acheter !

Si réellement les français veulent une bonne justice en France, il faut s'en donner les moyens. C'est un choix à faire et ça c'est le rôle des politiques ! Alors, il faut les interpeller là dessus sans discontinuer.
Lionel DE BUSSIERE


26/05/2016
Nous ne sommes pas dans une cour de récréation !

En entendant les paroles de Manuel VALLS sur la CGT et celles du leader de cette organisation à l'égard du pouvoir, je retrouve la cour de récréation du temps où les garçons et les filles étaient séparés et qu'il fallait montrer que l'on était (presque) un homme en s'insultant !
En quoi montrer ses muscles et se moquer de son adversaire a-t-il un jour fait progresser le débat?
Ce projet de loi sur le travail est vraiment mal parti:

- la fin de quinquennat alors que la majorité présidentielle s'effiloche un peu plus! Après les centristes dés l'élection acquise, les "Verts", les communistes (qui avaient voté HOLLANDE au second tour), voilà les "frondeurs" qui sont à la porte d'un départ de la majorité. Une loi aussi difficile à faire accepter par les salariés doit recueillir un vrai consensus au Parlement à défaut de l'avoir dans le pays. Chacun sait que ce type de réforme ne peut pas être populaire! C'est pour cela que le niveau des sondages donnant le taux d'appui ou non à la loi est inutile. Comme pour la réforme des retraites en 2010, les oppositions de certaines organisations syndicales étaient prévisibles. Il fallait donc développer le sens de l'État des parlementaires dont la plupart sont aptes à comprendre l'intérêt d'une telle réforme.Alors , agiter l'article 49-3 de la Constitution dés avant le débat parlementaire révèle une absence totale de psychologie.

- Il faut aussi noter que le Pt HOLLANDE prend son électorat à rebrousse poil en faisant voter ce texte. Jamais ce sujet n'a été abordé en 2012, mais il faut aussi reconnaitre que le PS et ses alliés n'étaient pas préparés à gérer la France et ses problèmes économiques! C'est pour cela que les gouvernements successifs sont vite devenus impopulaires car il était visible que les ministres étaient en grande majorité pas faits pour gérer. Là est la ligne de fracture à gauche: il y a la gauche de gestion (sociale démocrate ou libérale) et la gauche d'opposition (Front de Gauche). L'important virage économique de F. HOLLANDE en 2014 permettra la clarté des futurs combats électoraux; mais il n'est pas sûr que les électeurs soient aussi avancés aujourd'hui que les responsables gouvernementaux quant aux exigences de la mondialisation....

- Enfin, le gouvernement n'a pas préparé ce texte avec les organisations syndicales, même celles qui sont prêtes à discuter telle la CFDT. Il a fallu que des manifestations se déroulent pour que le gouvernement accepte d'importantes modifications à son projet initial. Même un syndicat étudiant habituellement proche du pouvoir socialiste tel l'UNEF, n'a pas été associé et se retrouve aujourd'hui dans l'opposition dure au projet de loi.

- En face la CGT est en train de jouer son va-tout! Ses dirigeants savent qu'elle va probablement perdre sa place de numéro 1 au profit de la CFDT ce qui est une humiliation forte; surtout après l'épisode douloureux LE PAON dont les frasques à la tête de la CGT ont un peu déconsidéré ce syndicat. Ces dirigeants, formés à l'idéologie communiste, n'ont que mépris pour les sociaux démocrates qui gouvernent qu'ils nomment "sociaux-traitres". Le meilleur moyen de faire une unité à la CGT, c'est de bien choisir son ennemi (VALLS) et le moment de la bataille.
Le gouvernement a offert à la CGT un cadeau unique: le projet de loi mal préparé porté par un premier Ministre arrogant.

La guerre est donc engagée et il y aura un mort et un blessé grave. J'ignore quel sera le mort, mais je suis sûr que de toute façon VALLS et MARTINEZ vont perdre beaucoup durant cette période de tension qui développent les passions alors que les français veulent des réformes dans le calme.
Lionel DE BUSSIERE


21/05/2016
Une mauvaise tradition française: les casseurs !

C'est une évidence que de dire que le droit de manifester est une preuve de l'état de la démocratie dans un pays. Combien de gens dans le monde nous envient ce droit ! Après des années de dictature lorsque les peuples manifestent à l'encontre de mesures jugées nuisibles ou contre un dirigeant, le monde occidental en est tout remué en pensant qu'une nouvelle ère s'installe dans le pays. C'est parfois vrai comme en TUNISIE, en BIRMANIE ou au BURKINA-FASSO, mais c'est souvent faux comme en ÉGYPTE ou en SYRIE.
Mais on sait aussi que les dictateurs savent organiser des gigantesques manifestations afin de montrer au monde combien le peuple les aime ! Les régimes fascistes et communistes sont des spécialistes des manifestations de type "défilé populaire". La CORÉE du NORD est aujourd'hui la preuve de ce qu'une dictature est capable de faire.
En prenant modèle sur ces régimes dictatoriaux, d'autres régimes ont compris que réunir une foule de sympathisants devant son palais pouvait être la preuve d'un régime démocratique: les pays latino-américains l'ont souvent utilisé, l'ARGENTINE surtout avec le mouvement péroniste. Aujourd'hui, en sens contraire, les opposants aux régimes brésilien ou vénézuélien tentent de réunir des manifestations monstres pour faire tomber les dirigeants en place. Il faut noter cependant que ces manifestations dégénèrent rarement.
Dans les pays anglo-saxons, la manifestation de masse ou corporatiste est rare. De ce fait, elle devient un vrai signal de mécontentement. Ces manifestations sont toujours pacifiques.

En FRANCE, manifester dans la rue est non seulement un droit reconnu mais un moyen de lutter contre une mesure décidée par le Parlement, contre un ministre, une visite d'un dirigeant étranger (enfin c'était surtout du temps où les communistes étaient puissants et invitaient le peuple à agir contre l'impérialisme américain!), ...bref toute occasion de montrer par une marche dans un centre ville, surtout à Paris, est utilisé par un groupe plus ou moins important afin de montrer ainsi l'importance du mécontentement. Je passe sur l'éternelle opposition des chiffres des manifestants entre les organisateurs et la police, l'essentiel étant une fois que l'on a pris un chiffre de suivre la courbe des manifestants soit vis à vis des manifestations dans le passé (se référer aux "grandes" manifestations ayant réunies au moins un million de personnes à Paris) ou montrer que la population est contre des mesures antidémocratiques. En France, la démocratie n'est pas seulement au Parlement élu régulièrement, mais dans la rue !
Les étrangers qui viennent en France, sont souvent bloqués sur l'autoroute qui va de ROISSY à PARIS, ou dans les gares sans train, voire par des barrages routiers, ne comprennent pas que la démocratie passe systématiquement par une forme de prise d'otages que sont les usagers divers.

Rien que de l'écrire ainsi, je vais sans doute me faire injurier !

Mais là où tout devient incompréhensible, c'est lorsque la violence devient la forme ultime de manifestation. Aujourd'hui ce sont les casseurs, ce qui sous entend des jeunes qui sont révoltés par le système et dont le but est de détruire tout bien public ou privé pouvant être un symbole d'une régime honni.
Mais, il y a peu de temps , c'étaient les agriculteurs dont beaucoup de citoyens considèrent qu'eux, sont plus légitimes à casser car leur travail est remis en cause par Bruxelles et les grands groupes capitalistes mondiaux, donc il est compréhensible de se défouler en brisant tout ce qui se présente, le plus souvent appartenant à l'État ce qui oblige le contribuable à payer ensuite.
Auparavant, ce fut les Bretons, les fameux "bonnets rouges" qui ont cassés tous les portiques à leur portée afin de faire cesser l'application d'une loi écologique adoptée à l'unanimité par le Parlement. L'unanimité parlementaire est assez rare pour le signaler! Et bien, ils ont gagné et la loi a disparu ! De même aujourd'hui chacun fait référence à la loi dite "CPE" qui, sous CHIRAC, une fois promulguée ne fut jamais appliquée....La liste est longue!!!

Mais ces derniers jours, on a vu des casseurs commettre des actes encore plus graves que de s'en prendre aux biens: des vidéos montrent une voiture de police incendiée avec des policiers à bord, un gendarme seul attaqué par six agresseurs qui le frappent durement à terre, ....
Ce n'est plus une manifestation, c'est presque devenu de la bagarre de rue ! On peut légitimement se demander si la prochaine étape ne sera pas l'utilisation d'armes à feu ?
J'ai encore du mal à comprendre comment on peut accepter que des manifestants soient cagoulés et porteurs de sac à dos où ils dissimulent des projectiles du style fronde ou bombe incendiaire. Pourquoi cela n'est-il pas interdit? Je suis persuadé que les vrais manifestants seront d'accord pour isoler les porteurs de cagoules. Les "SO" des grandes organisations professionnelles de manifestants ont intèrêt à sélectionner leurs manifestants car les casseurs nuisent de fait aux buts des manifestants.
On le voit bien en ce moment, les français ne veulent plus des casseurs, ni des blocages multiples dans les raffineries ou ailleurs, même si la cause de la modification de la loi "travail" reste populaire.
La FRANCE reste originale dans la voie des réformes mais jamais la violence ne peut l'emporter dans une démocratie véritable car la violence est toujours le fait des minoritaires, des dictateurs en puissance !
Lionel DE BUSSIERE


13/05/2016
Utilité du Droit Constitutionnel:

Tous les médias sont focalisés sur deux procédures constitutionnelles au BRÉSIL et en FRANCE:
- la destitution de la Présidente Dilma ROUSSEFF au BRÉSIL
- l'utilisation de l'article 49-3 par le gouvernement français afin de faire voter la réforme du Droit du Travail.

Peu de gens sont au fait des contenus des constitutions; par exemple en France, on parle souvent de la Vème République en ignorant le plus souvent qu'effectivement, ce nom découle de la nouvelle constitution voulue par le Général de Gaulle en 1958 et élaborée par M. DEBRÉ et Y. GUÉNA. Ce texte a été approuvé par référendum par le peuple français, à plus de 80% des voix, le 28 septembre 1958 et promulgué le 4 octobre de la même année.
Appelé au secours par le gouvernement socialiste en perdition lors de la guerre "d'Algérie", le Général de Gaulle a posé ses conditions, à savoir travailler dans un cadre constitutionnel lui permettant d'être efficace et de ne pas succomber comme tant d'autres auparavant sous la IVème République où les arrangements les plus saugrenus ont permis de faire chuter des gouvernements sans pour autant que les votants "contre" soient d'accord entre eux pour faire une autre proposition, voire pour gouverner.
En résumé il recherchait la stabilité gouvernementale et la clarté des choix.
Voilà l'origine de cet article 49-3: chaque député peut s'opposer à un texte, cependant il faut se mettre ensemble pour rédiger une motion de défiance: 10% des députés sont nécessaires pour déposer une motion de censure à l'Assemblée nationale. Ce qui explique la volonté des "frondeurs" de ne pas s'associer à la motion de censure déposée par la droite même si le Front de Gauche n'a pas eu ces pudeurs. En effet, le député peut mettre son nom en bas de la motion mais il en connait le prix: démission du gouvernement et nouvelles élections législatives quasi automatiques!
Cela a été efficace: à ce jour 50 motions de censures au titre du 49-3 ont été déposées depuis 1958 et aucune n'est passée. Surtout en ce moment, beaucoup de députés ne retrouveront pas leur siège en 2017 et il n'est pas évident que de faire tomber le gouvernement issu de son propre parti aujourd'hui assure aux frondeurs une réélection aisée....

Immédiatement, chacun a pu entendre des attaques contre cette pratique "antidémocratique", fustiger cette "décision honteuse" ou crier à la dictature....Ceux qui crient le plus fort n'ont pas du aller souvent dans les dictatures! Il faudrait qu'ils fassent un stage en RUSSIE ou même en TURQUIE où les opposants sont emprisonnés pour moins que ça !
Il est évident que Manuel VALLS a été particulièrement maladroit dans sa volonté de faire voter son texte: dés le début il a menacé d'utiliser cet article dont il est clair qu'il ne peut être utilisé qu'au final d'une longue discussion quand aucune majorité ne s'est imposée. Mais de la à dire que c'est une dictature....

Quant à Mme ROUSSEFF, après avoir été destituée par plusieurs votes de son Parlement , elle a indiquée être victime d'un "Coup d'État constitutionnel"! Bel oxymore ! Mais qui tombe à plat, surtout quand elle fait le parallèle avec un autre coup d'État, militaire en 1964, bien réel lui. J'ignore si elle est coupable ou non de ce dont les parlementaires brésiliens l'accusent, mais ce qui est sûr c'est que cette procédure est depuis de longues années dans la Constitution brésilienne. D'ailleurs, celle-ci fut utilisée en 1992 contre l'un de ses prédécesseurs, l'ex Président F. COLLOR et là aussi pour corruption. Si cette procédure de destitution parlementaire lui était apparue contraire au droit, pourquoi ne pas l'avoir modifiée depuis 2003 lorsque son parti avait tous les pouvoirs?

Alors, il faut comprendre que les démocraties ont besoin d'avoir des contrepouvoirs pour justement être démocratiques. Mais la recherche et le respect de la démocratie, dans des pays comptant plusieurs dizaines de millions d'habitants, ne peut pas se faire sans un cadre élaboré par le peuple et qui permet une véritable gouvernance transparente et efficace et non la compromission permanente afin de s'attacher le vote d'un parlementaire pour s'assurer d'un vote. La corruption "morale" débute souvent par là: promettre à un député l'attribution de crédits dans sa circonscription pour "l'aider " à bien voter ou en l'occurrence ne pas voter la censure.

Parmi les 200 pays membres de l'ONU bien peu sont des démocraties. Si nous voulons vraiment qu'elles soient des modèles au reste du monde, il faudrait éviter que certains crient "au loup" dictatorial à tort et à travers !
Le Droit Constitutionnel est le socle de la défense de nos libertés et chaque article a son rôle: il faut les respecter.
Lionel DE BUSSIERE


07/05/2016
Nominations de copains, électoralisme et corruption...:

Le Président de la République vient encore de nommer à la présidence d'Air France, un membre de la fameuse promotion "Voltaire" de l'ENA dont il fait partie et qui truste nombre de postes importants et rémunérateurs de notre République.
Le premier Ministre, M. VALLS, vient de nommer JP HUCHON, au poste de président de la Commission de régulation des activités ferroviaires avec une rémunération de 150.000€ brut/an et le poste est irrévocable durant les 6 ans du mandat comme s'il était un magistrat. JP HUCHON avait eu la bonne idée de laisser sa place de candidat à la présidence de la région "Ile de France" au président de l'Assemblée Nationale dont le PS estimait qu'il aurait toutes les chances d'être élu. Ce ne fut pas le cas mais le "sacrifice" de JP HUCHON n'a pas été oublié... Je suppose qu'il avait négocié son poste.

Au niveau national de multiples projecteurs n'empêchent pas les "pantouflages multiples", depuis toujours. Le régime précédent de N. SARKOSY n'a certainement pas été exemplaire: chacun se souvient qu'il voulait nommer son fils, encore étudiant, à la présidence du groupement de la Défense où l'argent coule à flots au vu du nombre de grandes sociétés qui ont leur siège. La fin du quinquennat de F. HOLLANDE et sa probable défaite l'an prochain oblige "les rats" à quitter le navire et chaque semaine le Conseil des Ministres voit la nomination de membres de Cabinets présidentiels ou ministériels atterrir à des postes tranquilles et bien payés (S. HUBAC, elle aussi membre de la promotion Voltaire, A. CAVALERI et récemment MH AUBERT nommée Inspectrice Générale de l'Administration du Développement Durable alors qu'en 2012 elle était documentaliste à l'Éducation Nationale....)

Mais ce régime de copinage au niveau national est doublé par un copinage effréné au niveau local. Malheureusement, la presse locale est trop souvent silencieuse sur ces nominations et elles sont trop rarement dénoncées. Pourtant l'argent public du contribuable est mis à contribution dans de nombreux cas. Les enfants et les proches des présidents de Conseils Départementaux, des députés et sénateurs, bref tout ce qui a du pouvoir via les élections sont souvent discrètement placés car sans diplômes et désirant rester sur place.
Encore actuellement en Périgord, deux exemples font jaser:

- l'Association pour les cantines administratives à Périgueux s'est fait détourner 350.000€ en deux ans. Le trésorier, originaire de Ribèrac, est mis en cause. Mais personne ne parle du Président, pourtant pénalement responsable de l'absence de toute tenue d'Assemblée Générale annuelle depuis 1991. La rumeur publique indique qu'il s'agit de l'ancien maire de Ribèrac et Président du Conseil Départemental, actuellement Sénateur de la Dordogne: M. B. CAZEAU. Il faudra bien que l'information sorte un jour puisque la justice est saisie. Mais où est la démocratie dans un département qui accepte que des associations recevant des subventions publiques et des paiements directs de contribuables ne soient jamais contrôlées ni en interne (AG) ni en externe de façon indépendante (Commissaire aux Comptes)???

- l'Association dénommée "Épicerie 24" est en liquidation judiciaire après avoir été créée en 2010 grâce à des subventions du Conseil Départemental. Il se trouve que dans sa direction, une membre dirigeante est la fille de la députée du Périgord Vert, C. LANGLADE!

Ce qui est déplorable tant pour l'efficacité de la dépense publique que pour l'idée que l'on se fait de la démocratie, c'est cette "république des copains" qui, parfois, peut devenir celle des "coquins" comme nombre d'affaires sous N. SARKOSY le montrent, la plus récente étant celle de l'ancien Préfet GARDERE !
Peu à peu cela écoeure le citoyen "lambda" auquel il ne reste comme choix que de voter pour des extrémistes ou ne plus voter. Cette dernière solution est la plus utilisée: nombre d'élections ne recueille qu'un nombre assez faible de votants: conseillers départementaux et régionaux surtout; mais aux autres aussi les citoyens votent de moins en moins.
C'est très grave!
La France est toujours mal placée au classement de Transparence Internationale qui lutte contre les corruptions des pouvoirs politiques. Le copinage et le clientélisme sont des formes de corruption. Je regrette qu'une Association comme ANTICOR ne soit pas plus virulente et ne soit pas au niveau local l'équivalent moral du journal " Le canard Enchainé" ou ne favorise pas le développement des lanceurs d'alerte locaux. On a pu voir en Dordogne avec I. CHAUMARD qu'il était quasi impossible de dénoncer des errements locaux.

Il serait temps que l'on donne beaucoup plus de moyens aux Cour des Comptes Régionales et que des rapports annuels sur la corruption locale soient mis en place !!!
Lionel DE BUSSIERE


01/05/2016
La France a-t-elle encore une politique étrangère indépendante ?

En début d'année, un petit livret de 70 pages a été publié sous le titre alléchant "Péchés capitaux, les 7 impasses de la diplomatie française". C'est signé par "Le club des vingt" lequel comprend d'illustres Hauts Fonctionnaires (B. DUFOURCQ) et personnalités diverses( R. BRAUMAN) et trois anciens Ministres des Affaires Étrangères de droite (H. de CHARETTE) et de gauche (R. Duma et H. VEDRINE). C'est censé être rassembleur! En fait, le livret dénonce la vassalisation de la France envers les États-Unis depuis l'arrivée de N. SARKOSY, aggravée par l'actuel Président F. HOLLANDE. Ces derniers se battraient, selon les auteurs, pour être le meilleur allié des USA et se faire mieux voir que les Britanniques...Par ailleurs, il est recommandé "à la France" de "privilégier sans pour autant délaisser" et "éclairer la route commune"....

Tout d'abord, les auteurs sont oublieux du fait que le début de cette attitude pro américaine date de J. CHIRAC. Après avoir heurté ces derniers par son refus de les accompagner dans leur guerre en IRAK en 2003 et avoir, de ce fait, subi un "french bashing" très fort, l'ex Pt CHIRAC a, tout de suite après, tout accepté des USA notamment des votes à l'ONU reconnaissant, après coup, le 8 juin 2004, "l'Autorité provisoire de la Coalition" et légitimant ainsi l'occupation de l'IRAK par les anglo-américains. La France de J. CHIRAC fut très active pour se faire pardonner d'avoir dit "NON" par exemple en co-parrainant avec les USA une résolution dénonçant la présence syrienne au LIBAN. En juillet 2005, A. SHARON, alors premier Ministre d'ISRAËL et opposant à tout accord avec les Palestiniens est reçu à Paris avec tous les honneurs. Elle refuse dans le même temps de parler au gouvernement Iranien....
N. SARKOSY en officialisant l'entrée de la France dans l'OTAN n'a fait que confirmer ce qui était dans les cartons depuis longtemps. L'actuel Président, malgré ses protestations à l'époque, n'a rien changé en arrivant, au contraire! la politique pro israélienne est assumée!

Ainsi, notre Club des Vingt est trop nostalgique d'une époque révolue et ne formule aucune proposition tenant compte du changement du monde.

Il faut noter que le fait que l'Union Européenne ait 28 membres dilue notre politique internationale. Les positions des ex pays de l'EST sont surtout orientées contre la prééminence russe et se moquent de l'Afrique comme de l'histoire française au Moyen-Orient. Au lieu de se servir de l'UE comme un multiplicateur de puissance, la France fait tout pour réduire et bloquer les initiatives diplomatiques de l'Europe afin de garder un petit rôle....

La France n'est plus une grande puissance qui parle au monde! Certes, elle a encore des attributs de grande puissance: la bombe, l'armée et le droit de veto à l'ONU.
Mais la bombe ne sert à rien dans un monde où les terroristes font la guerre à leur façon, l'armée a de sérieuses limites: moins de 2% du PIB et est à bout du fait de ces interventions dans "sa zone" en Afrique. Enfin, des réformes importantes de l'ONU se préparent pour faire la place aux puissances émergentes qui n'ont pas ce droit de véto: Brésil, Inde, Afrique du Sud, Nigéria, ...Au lieu de s'y opposer, la France ferait mieux de préparer le terrain dans le cadre d'un partage franco-allemand au sein du Conseil de Sécurité !

Surtout, la France n'a plus la puissance économique pour parler haut ! Aujourd'hui quand OBAMA vient dire "au revoir" à l'Europe, il va à Berlin. Il en profite pour aller à Londres sermonner les anglais d'y reter; mais pas à Paris qui ne compte plus beaucoup!

Quel rôle la France doit chercher aujourd'hui dans le monde ?

- Au sein de l'UE, il lui faut renforcer la voix de l'Europe dans le monde (Asie, Amérique Latine et Afrique) et améliorer ses performances économiques en favorisant l'intégration fiscale et sociale de la zone EURO.

- Au sein de l'Union pour la Méditerranée: il lui faut réactiver cette structure pour lui permettre de parler à tous les riverains turc, syrien et algérien notamment en vue de faire une Union politique forte et de peser à l'intérieur de celle-ci.

- Au sein de la Francophonie, la France doit faire tout pour redonner à notre langue et à ses locuteurs un poids qui manque dans toutes les réunions internationales et dans la recherche et l'enseignement supérieur. Surtout, la France doit envisager de faire avec tous les pays ayant la langue française comme langue usuelle une véritable Union économique et culturelle afin de montrer au monde que les rapports Nord-Sud peuvent déboucher sur un futur harmonieux. Pour cela, il est évident qu'une politique différente d'attribution de visas (qui devront disparaitre à terme entre les membres) et d'accueil des étrangers est nécéssaire.

Lionel PASCAL
24000 Périgueux
Lionel DE BUSSIERE


25/04/2016
Emmanuel MACRON et l'acier européen ?

Hier soir, sur ARTE,il y avait une excellente émission sur la nouvelle crise que connait l'acier européen. Dans les années "90", pour des raisons de compétitivité, de nombreuses aciéries européennes ont fermées, mettant au chômage de nombreux ouvriers, notamment dans l'Est de la France. Les rares qui sont restées ont été le plus souvent rachetées par des firmes étrangères qui ont bénéficié de subventions de la puissance publique: exemple ARCELOR-MITAL.
La CHINE a beaucoup investi dans la fabrication d'acier pour son développement et le coût de la tonne d'acier est très bas. Avec la hausse de croissance plus faible que prévue et les hausses de salaire chinois, ce sont des centaines de milliers d'ouvriers des aciéries locales qui devraient être licenciés car ce n'est plus rentable. Mais la CHINE doit dans le même temps fermer des centaines de mines de charbon qui sont trop polluantes pour l'Univers et il va falloir aussi licencier des centaines de milliers de mineurs chinois.
C'est trop ensemble pour l'équipe dirigeante chinoise, officiellement communiste, mais dont le scandale de "Panama papers" a montré que les familles de dirigeants connaissaient très bien le secret du monde de la Finance capitaliste. Pour éviter des manifestations dangereuses, il a fallu brader l'acier ailleurs!

Deux solutions ont été utilisées:
- qu'importe le coût de production! L'acier chinois sera vendu à un prix tellement bas que tout le monde va l'acheter. C'est illégal selon les accords de l'OMC.
- de l'acier chinois va discrètement dans les pays voisins où les contrôles douaniers sont mal organisés et les agents corruptibles, avec un Certificat d'origine local, l'acier est naturalisé philippin ou laotien. Exporté en Europe à bas prix, il passe à travers les mailles de la douane européenne qui a des accords préférentiels avec ces pays en voie de développement.

Conséquences: l'acier européen ne trouve plus preneur. Il faut fermer les usines. Au Royaume-Uni, 15.000 emplois sont dans la balance pour être licenciés par une entreprise indienne autre qu'ARCELOR. Le 1er Ministre britannique ne veut rien faire car il croit à la libre concurrence.... mais surtout il empêche la Commission Européenne de prendre des mesures de taxation fortes, nommées Taxes Anti DUMPING, sur l'acier chinois. De plus la CHINE fait pression sur chaque pays européen en le menaçant de représailles économiques au cas où la pays voterait ces taxes ! Et la CHINE, c'est un vrai marché....

Notre Ministre de l'Economie, E. MACRON, propose de réunir le plus de signatures possibles sur les 28 potentielles afin de faire bouger Bruxelles. Il a expliqué cela dans l'émission d'ARTE.
C'est bien! Mais, jamais il ne parle du délai?
- d'une part il faut l'unanimité pour faire voter ces taxes, soit 28 voix.
- d'autre part, ç'est urgent! Les acieries européennes sont en train de mourir. C'est maintenant qu'il faut répliquer aux chinois.

Et là bizarremment, M. MACRON ne donne pas de détails et il n'a recueilli que 11 signatures.
En fait l'émission n'était faite que pour l'entretien qu'il donne à la fin où il dit "que la gauche actuelle ne le satisfait pas!". Cela a été repris en boucle par les médias et c'est tout ce qui a été retenu....

Quel malheur que les médias aillent au spectaculaire et non à l'essentiel ! Car l'important, c'est d'une part la mort annoncée des aciéries européennes et d'autre part l'effacement de l'Europe devant le chantage chinois est inacceptable.
Lionel DE BUSSIERE


25/04/2016
Emmanuel MACRON et l'acier européen ?

Hier soir, sur ARTE,il y avait une excellente émission sur la nouvelle crise que connait l'acier européen. Dans les années "90", pour des raisons de compétitivité, de nombreuses aciéries européennes ont fermées, mettant au chômage de nombreux ouvriers, notamment dans l'Est de la France. Les rares qui sont restées ont été le plus souvent rachetées par des firmes étrangères qui ont bénéficié de subventions de la puissance publique: exemple ARCELOR-MITAL.
La CHINE a beaucoup investi dans la fabrication d'acier pour son développement et le coût de la tonne d'acier est très bas. Avec la hausse de croissance plus faible que prévue et les hausses de salaire chinois, ce sont des centaines de milliers d'ouvriers des aciéries locales qui devraient être licenciés car ce n'est plus rentable. Mais la CHINE doit dans le même temps fermer des centaines de mines de charbon qui sont trop polluantes pour l'Univers et il va falloir aussi licencier des centaines de milliers de mineurs chinois.
C'est trop ensemble pour l'équipe dirigeante chinoise, officiellement communiste, mais dont le scandale de "Panama papers" a montré que les familles de dirigeants connaissaient très bien le secret du monde de la Finance capitaliste. Pour éviter des manifestations dangereuses, il a fallu brader l'acier ailleurs!

Deux solutions ont été utilisées:
- qu'importe le coût de production! L'acier chinois sera vendu à un prix tellement bas que tout le monde va l'acheter. C'est illégal selon les accords de l'OMC.
- de l'acier chinois va discrètement dans les pays voisins où les contrôles douaniers sont mal organisés et les agents corruptibles, avec un Certificat d'origine local, l'acier est naturalisé philippin ou laotien. Exporté en Europe à bas prix, il passe à travers les mailles de la douane européenne qui a des accords préférentiels avec ces pays en voie de développement.

Conséquences: l'acier européen ne trouve plus preneur. Il faut fermer les usines. Au Royaume-Uni, 15.000 emplois sont dans la balance pour être licenciés par une entreprise indienne autre qu'ARCELOR. Le 1er Ministre britannique ne veut rien faire car il croit à la libre concurrence.... mais surtout il empêche la Commission Européenne de prendre des mesures de taxation fortes, nommées Taxes Anti DUMPING, sur l'acier chinois. De plus la CHINE fait pression sur chaque pays européen en le menaçant de représailles économiques au cas où la pays voterait ces taxes ! Et la CHINE, c'est un vrai marché....

Notre Ministre de l'Economie, E. MACRON, propose de réunir le plus de signatures possibles sur les 28 potentielles afin de faire bouger Bruxelles. Il a expliqué cela dans l'émission d'ARTE.
C'est bien! Mais, jamais il ne parle du délai?
- d'une part il faut l'unanimité pour faire voter ces taxes, soit 28 voix.
- d'autre part, ç'est urgent! Les acieries européennes sont en train de mourir. C'est maintenant qu'il faut répliquer aux chinois.

Et là bizarremment, M. MACRON ne donne pas de détails et il n'a recueilli que 11 signatures.
En fait l'émission n'était faite que pour l'entretien qu'il donne à la fin où il dit "que la gauche actuelle ne le satisfait pas!". Cela a été repris en boucle par les médias et c'est tout ce qui a été retenu....

Quel malheur que les médias aillent au spectaculaire et non à l'essentiel ! Car l'important, c'est d'une part la mort annoncée des aciéries européennes et d'autre part l'effacement de l'Europe devant le chantage chinois est inacceptable.
Lionel DE BUSSIERE


16/04/2016
la campagne électorale pour les présidentielles a commencé et les deux camps traditionnels (Républicains et PS) commencent à faire ou à dire n'importe quoi dans le domaines des Finances Publiques.

Je ne suis toujours pas persuadé que F. HOLLANDE puisse se présenter en 2017 si les risques de prendre une raclée historique pour un président sortant sont ceux d'aujourd'hui. Comme avant lui, et pour les mêmes raisons, les socialistes PAPANDREOU et ZAPATEROS ont renoncé à se représenter après la crise de 2008 car les mesures draconiennes prises par eux allaient en sens contraire de leurs promesses électorales. Ceux qui les ont remplacé ont d'ailleurs étaient battus. Je ne doute pas que ces faits sont dans toutes les têtes au PS et nombre de représentants de ce parti cherchent comment sauver leur siège.

Alors, on va faire comme d'habitude! Fini le temps où le gouvernement nous fixait des objectifs de réduction de la dette publique car la FRANCE, très mauvais élève de l'Europe, dépense à tour de bras depuis trop longtemps, non seulement pour investir, mais c'est gravissime pour payer les salaires des fonctionnaires. Nous devons depuis longtemps réduire notre déficit actuel à moins de 3% comme le prévoit le fameux Traité de Lisbonne. Nous en sommes loin malgré la bienveillance de nos voisins car nous ne réduisons pas les dépenses, nous réduisons la courbe de la hausse... En France, diminuer l'augmentation annuelle du montant du déficit, c'est agir !!!! récemment comme les recettes fiscales en 2015 ont été un peu plus élevées qu'attendues, les commentateurs ont évoqué une "cagnotte fiscale" à redistribuer ! Comme sous JOSPIN quand l'ex-Président CHIRAC l'avait piégé et l'avait contraint à ouvrir un peu les cordons de la bourse en distribuant des hausses de salaires, notamment pour les enseignants.
Et bien, ça recommence: l'argent public recommence à être distribué: les enseignants veulent être augmenté, le Ministère de la Justice est en faillite, les Armées dépensent beaucoup dans les missions extérieures et ils ont obtenu de nouveaux recrutements, bien évidemment le Ministère de l'Intérieur veut de l'argent pour calmer ses policiers et gendarmes, excédés de ne pas pouvoir prendre leurs jours de récupération pour cause d'Etat d'Urgence, sans compter les agriculteurs auxquels on a tout promis pour les calmer une fois encore. Et maintenant, nous avons les jeunes (Ah! la priorité du quinquennat de F. HOLLANDE!)qui viennent d'avoir aussi plein d'argent!!!
Rien de tout ça n'est véritablement injustifié. Mais n'est-ce pas le rôle du Gouvernement de redire que nous sommes en déficit budgétaire, financier, commercial, ... bref nous ne pouvons pas payer sans encore une fois avoir fait des choix et des réformes de fonds.
Les partisans du Pt HOLLANDE mettent déjà en avant sa phrase sur la nécessité de réformer au début pour mieux distribuer en 2016-2017. Le moins que l'on puisse dire est que les économistes sont partagés sur l'état de la France. Quand on se donne la peine de lire la presse étrangère, nous voyons bien que nous sommes l'homme malade de l'Europe. Comme l'inversion de la courbe du chômage, la situation financière de la France est dramatique; l'argument de dire que c'est mieux qu'en 2010 et 2011 avec N. SARKOSY n'est pas recevable pour les connaisseurs:
- la crise a eu lieu en 2008, N. SARKOSY n'a rien vu venir et n'a pas compris de suite sa gravité. Quand il en a pris conscience, il a fait du "keynesien" classique en faisant augmenter les déficits. Mais les socialistes voulaient que le montant de la relance soit le double de ce qu'elle fut. Si ils avaient été écoutés, notre déficit budgétaire aurait été supérieur à 10%.
C'est d'ailleurs leur problème d'incompréhension de la crise de 2008 qui a plombé les trois premières années de F. HOLLANDE: nombre de socialistes n'avaient qu'un mot à la bouche: la relance économique par la hausse des découverts! Nous aurions été comme les grecs avec le FMI et la BCE pour nous faire des Plans de redressement.
Mais si on recommence, on y va droit!
Par ailleurs, j'entends la droite proposer des économies de 50 à 80 milliards d'euros pour réduire la dette et tenter de revenir à l'équilibre budgétaire; Après tout l'ALLEMAGNE y est arrivée en réformant...
Mais quand on veut savoir où la droite va prendre l'argent pour faire ces économies, alors là : SILENCE!!!
C'est vrai que vouloir être élu en réduisant les dépenses publiques (salaires, nombre de fonctionnaires, dotation aux collectivités territoriales, ...)risque de ne pas être populaire dans notre beau pays car il est clair qu'il faudra faire des sacrifices et que ceux ci sont acceptables que s'ils sont partagés équitablement. Les nombreuses affaires mettant en cause les "dirigeants" de notre pays (voir encore le dernier livre sur le Quai d'Orsay où un Ambassadeur en Espagne, nommément désigné, M. Bruno DELAYE, a loué des locaux de son ambassade à son seul profit et a ainsi gagné plusieurs dizaines de milliers d'euros. Il a eu discrètement un blâme ! Pourquoi a-t-il un sort séparé de Mme Agnès SAAL?
Bref, l'époque devrait être à la rigueur et à l'exigence morale! mais il ne semble pas que nos hommes politiques soient prêts à faire cela!
Donc, on coule lentement!
Lionel DE BUSSIERE


05/04/2016
Fraudes fiscales de grande ampleur:

Le dossier "PANAMA PAPERS" publié par de nombreux médias mondiaux et en France par "Cash Investigation" d'Antenne 2 et le quotidien "Le Monde" permet à chacun de connaitre l'ampleur de la fraude fiscale dans le monde et surtout sa sophistication. Ce scandale fiscal arrive après de nombreux autres notamment celui ayant mis en cause le LUXEMBOURG en 2014.
Depuis des années les principaux pays développés, à travers l'OCDE, ont mis en place des recommandations afin de lutter contre l'évasion fiscale dont on peut indiquer que pour la seule Union Européenne elle représente 1.000 milliards d'euros annuellement et de 40 à 50 milliards pour la France. Ce n'est pas rien!

Ce nouveau scandale met en lumière plusieurs points:

- si l'on peut dire BRAVO aux journalistes qui ont "levé" ce scandale, on ne peut que regretter que les Administrations spécialisées,le Fisc notamment, ne soient pas capables de mettre à jour de telles fraudes! C'est bien de prévoir qu'il faudra un jour que les infos soient échangées. Mais la preuve est faite qu'il faudrait créer sur le modèle d'INTERPOL ou de l'OMD (Organisation Mondiale des Douanes), une Union Mondiale des Services des Impôts qui lutterait contre ces fraudes internationales, ensemble comme les journalistes l'ont démontré ! La France pourrait accueillir le siège de cette nouvelle organisation à Lyon aussi comme elle le fait pour Interpol.

- dans le domaine fiscal comme dans le reste, il existe une compétition; celle -ci est à deux niveaux:
pour la plupart des pays, il s'agit de mettre au point un taux de prélévement qui soit acceptable par les redevables, sinon, ils vont voir ailleurs. Il faut malheureusement dénoncer l'inertie de l'Union Européenne(UE) encore une fois qui n'a quasiment rien fait dans le domaine de l'harmonisation fiscale entre ses membres. Des pays comme l'IRLANDE sont montrés du doigt par les autres, mais le Royaume-Uni vient encore de baisser son taux d'imposition sur les sociétés de façon importante....pendant ce temps là certains pays continuent d'avoir des taux de prélévements très importants qui encouragent ainsi les plus fortunés à voir ailleurs. je sais! Ce n'est pas moral! Mais dans une économie de marché mondialisé, il faut être concurrentiel dans tous les domaines et la FRANCE n'y est pas du tout puisque seul le DANEMARK est devant elle dans ce domaine.
il existe aussi des pays qui acceptent l'opacité bancaire et ont une longue expérience des montages de sociétés "off shore"qui permettent aux plus riches de dissimuler à leur fisc des revenus divers provenant de la fraude fiscale mais permet aussi à tous les trafiquants divers (stupéfiants et armes en premier lieu) de dissimuler leurs gains illégaux. Enfin, les Organisations terroristes savent depuis longtemps utiliser ce système de dissimulation capitaliste qui les arrange bien! Au sein de l'UE, le LUXEMBOURG s'est fait une spécialité de cette expertise et nous ne pouvons que condamner le fait que ce pays ait présidé durant 6 mois l'an passé l'UE et n'a rien fait pour donner de la transparence aux échanges financiers entre les membres: les banques sont bien sûr au coeur de ces sytèmes. Notons que l'actuel gouvernement français vient de refuser un vote au Parlement permettant d'obliger les banques françaises à lister leur présence dans les "paradis fiscaux" identifiés comme tels.... Après il est facile de faire des déclarations pour affirmer sa volonté de punir les fraudeurs....

- enfin il faut judiciariser les poursuites dans ce domaine: en France actuellement les poursuites ne sont possibles que si le Ministre du Budget, patron des services fiscaux français, transmet à la justice ce dossier; cela permet d'effectuer discrètement des transactions entre l'Administration et le redevable fraudeur sur des bases aléatoires pouvant être proches du "copinage". Il faut une transmission systématique pour toute fraude importante dont on pourrait situer le montant à 500.000€ par exemple. Cela éviterait aussi la difficulté juridique des doubles poursuites: fiscales et judiciaires, aujourd'hui à l'étude (procédure du QPC) au Conseil Constitutionnel saisi par les avocats de M. Cahuzac en vertu de l'adage" Non bis in idem", c'est à dire que les mêmes faits ne peuvent entrainer plusieurs sanctions.

La Mondialisation des affaires et des échanges devrait obliger les dirigeants de nos pays démocratiques à mettre vite en place les mesures utiles à lutter contre ces fraudes qui participent au sentiment des citoyens de base selon lesquels les dirigeants sont "tous pourris".
C'est une urgence démocratique !
Lionel DE BUSSIERE


31/03/2016
Quel futur en République Centrafricaine (RCA) ? Une élection ne fait pas le bonheur!

Hier, le nouveau Président élu démocratiquement (F.A. TOUADÉRA) en février dernier a été investi à Bangui dans ses nouvelles fonctions en présence des Chefs d'États de la CEMAC et en l'absence de F. HOLLANDE qui a envoyé son ministre de la Défense (J.Y. LE DRIAN) et le nouveau ministre des Affaires Étrangères (J.M. AYRAULT).
Aujourd'hui, a lieu le second tour des élections législatives locales. Toutes les Organisations Internationales se félicitent de cette réussite démocratique et chacun pense ainsi en avoir terminé avec la RCA.
Qui en France est informé de ce qui se passe en RCA ? pas grand monde! Pourtant les enjeux sont importants: d'abord pour les habitants de la RCA, pour la France et surtout pour la Communauté Internationale.

1) Après trois ans de guerre civile et l'effondrement total de l'économie locale, déjà en situation de faiblesse avant l'arrivée de la SELEKA et le départ de l'ex Président BOZIZE, les centrafricains aspirent à la paix et au travail. Il a fallu du temps pour réussir à finaliser ces élections imposées par la France et l'ONU, mais le nouveau Président part ainsi avec une légitimité démocratique très rare dans ce pays. Cela suffira-t-il pour réussir ? On peut en douter!
D'une part, M. TOUADERA n'est pas un homme neuf: il a été durant près de 5 ans le premier Ministre d'un Président dont le respect de l'État de droit et la transparence de ses finances publiques n'étaient pas dans ses objectifs. Il indique que sa priorité est de mettre en place le programme DDR (désarmement, démobilisation et réinsertion)afin que l'entente entre les citoyens et la paix règnent en RCA. Notons d'abord que la sécurité intérieure n'existe toujours pas sur toute l'étendue du territoire: début mars encore, des heurts entre musulmans et chrétiens ont fait plus d'une dizaine de morts en province, la LRA (Armée du Seigneur), d'origine ougandaise, sévit encore et vient d'enlever des jeunes habitantes en copiant le modèle voisin au Nigéria, Boko-Haram. Il faut dire aussi que l'armée centrafricaine est inexistante et désarmée. Mais quand on connait le coût de la formation d'une nouvelle armée et du matériel nécéssaire pour qu'elle devienne efficace (au Mali: 1230 milliards de F-CFA sur 5 ans); on peut légitimement se poser la question de la pertinence de ces dépenses militaires et surtout il faut affirmer que les priorités du pays sont l'éducation (créer des école partout et former de enseignants et les payer!), la santé( hôpitaux et dispensaires avec le personnel hospitalier utile) et les travaux publics (goudronner les routes partout et les sécuriser).
Ne faudrait-il pas comme au Costa-Rica se passer d'armée et n'avoir que des forces de gendarmerie et de douanes? Ne pourrait-on pas confier aux "amis" de la RCA et à la MINUSCA le soin de pacifier complétement le pays avec un programme sur 10 ans payé par l'ONU et l'UA?
En fait la priorité du nouveau pouvoir devrait être l'économie et le rétablissement des Finances Publiques afin de favoriser l'investissement agricole (le pays n'est pas auto-suffisant) et minier(la quasi totalité de la production d'or et de diamants disparait...).

2)La France qui est souvent intervenue militairement en RCA et une fois encore, avec SANGARIS est venue éviter le pire, mais n'a pas réussi complétement sa mission de pacification du pays. Surtout, elle se comporte en "protecteur" en intervenant trop et souvent à contresens. La preuve: son candidat "officieux" M. Zinguele, a été éliminé dés le premier tour. Un sentiment anti français est en train de naitre en RCA car les habitants ont été déçus par notre comportement. La RCA n'est pas un protectorat. Nous devons aider maintenant par une aide massive, civile notamment dans le domaine de la santé, l'éducation et les travaux publics. Ils ont besoin d'un mini plan Marschal pour rétablir un début d'activité économique. Notamment, la France pourrait intervenir à l'OMC et au sein de l'UE pour faire obtenir un statut à part à la RCA bien plus favorable que les accords commerciaux actuels de l'APE.

3) Quant aux Nations-Unies et toute la Communauté Internationale, elle devrait éviter l'erreur faite à HAÏTI: 10 ans d'aide financière: 8 milliards de dollars mal distribués, des élections nombreuses et inefficaces et un immense gâchis qui font que les représentants de l'ONU à Port au Prince sont considérés comme des "occupants". L'élection présidentielle est bloquée et les haïtiens sont excédés des interventions nombreuses et déplacées des "payeurs". Au Kosovo, pour un petit territoire, la Communauté Internationale a délégué des milliers de magistrats, de douaniers et de policiers pendant de nombreuses années afin de structurer un État.
La RCA est dans une zone sensible où les mouvements islamistes sont prêts à intervenir comme en Somalie ou en Libye.
Si nous ne réussissons pas à rétablir la paix et le bonheur en RCA nous aurons à nouveau:
- la guerre civile en RCA
- des immigrants économiques
- des terroristes potentiels
Lionel DE BUSSIERE


24/03/2016
La Démocratie en Afrique:

Qui se souvient du discours de La Baule en 1990 de François MITTERRAND dont le but était de réserver l'aide française au développement aux seuls pays africains qui s'engageaient dans la voie démocratique? Des dizaines d'années plus tard, où en sommes-nous?

Le TCHAD est en pleine période électorale (10 avril 2016): son Président (Idriss DEBY) est en poste depuis 1991. Il continue de vouloir rester malgré une santé que l'on dit fragile. Son clan est ouvertement favorisé, les opposants sont emprisonnés, des manifestants durement réprimés, .... bref tout le contraire d'un démocrate!
Or, que dit la France à ce sujet: le fait que les armées tchadiennes soient vitales pour lutter contre le terrorisme au Mali, au Nigéria ou ailleurs est déterminant pour obtenir le soutien du gouvernement français: dans un document secret, le Ministère de la Défense indique qu'un risque de chaos important existe en cas de départ de M. DEBY.En conséquence la force de l'État tchadien suffit au bonheur de M. LE DRIAN, véritable ministre des Affaires Étrangères en Afrique, et du Président français, F. HOLLANDE. C'est le contraire de ce qu'il avait promis en 2012 et contre tous nos principes. Inutile de dire qu'un sentiment anti français se développe au sein de la population.

AU CONGO-BRAZZA: comme au Tchad, la France avait aidé l'actuel Chef de l'État à obtenir le pouvoir à l'issue d'une féroce guerre civile.Le Président, Denis SASSOU-NGUESSO,est au pouvoir depuis 31 ans et il a tout fait pour empêcher des élections normales de se dérouler. Les 20 et 21 octobre 2015, une manifestation démocratique dans la capitale a été durement réprimée: 46 morts et 69 blessés. Il a fait modifier dernièrement la Constitution qui limitait à deux les mandats présidentiels et s'est présenté au premier tour des élections dimanche dernier où il aurait remporté l'élection avec 66% des voix.... Toutes les organisations Internationales (ONU, UE, Francophonie)ont fait des réserves sur les conditions du vote. A ma connaissance, le gouvernement français n'a pas condamné ce processus électoral dictatorial et considère même M. SASSOU-NGUESSO comme un bon partenaire en Afrique Centrale.

À DJIBOUTI, le Président Ismaël Omar GUELLEH, en poste depuis 16 ans se représente aussi car c'est son "peuple qui l'impose"! Le 21 décembre dernier, lors d'une manifestation, la garde présidentielle a tiré sur les manifestants: 27 morts ! Plusieurs leaders de l'opposition ont été gravement blessés par balles et emprisonnés. Mais de nombreux pays dont la France ont une base militaire à Djibouti, pays proche de Moyen-orient et de la Somalie, des Soudans, ...En avril prochain, les résultats de l'élection ne font aucun doute! Qui en parle en France?

La distance est grande entre les principes moraux annoncés lors des campagnes électorales et le principe de réalité qui fait fermer les yeux à nos dirigeants. Pourtant cela n'est pas sans risques pour l'avenir !
En RCA et au BENIN, deux candidats importants ont été battus lors de vraies élections car ils étaient considérés comme les candidats de la FRANCE. Le sentiment anti français se développe un peu partout en Afrique. C'est notre avenir qui est condamné par nos lâchetés actuelles!
Lionel DE BUSSIERE


10/03/2016
Grève du 9 mars: étudiants et cheminots:

Il n'a pas échappé aux observateurs que les manifestants présents, en dehors de étudiants et lycéens, dans la rue lors de cette manifestation d'opposants au projet de loi"El Khomri"étaient très majoritairement des personnes sous statut public: enseignants, fonctionnaires et surtout des cheminots; tous non concernés par l'application de la loi.
Il y avait surtout des cheminots et ce n'est pas un hasard car il se trouve que le Parlement ayant voter en 2014 une loi ferroviaire, un décret d'application créant un statut des employés du rail est en cours. En effet, sous la pression de l'UE, il a fallu ouvrir à la concurrence la SNCF. Douze entreprises privées utilisent les voies de la SNCF en payant un loyer.Tout doit être réglé d'ici 2022. En Allemagne tout est fait depuis longtemps et 400 opérateurs utilisent les voies de la Deutsche Bahn.

La SNCF, vous savez, cette entreprise qui accumule les pertes financières (44 milliards d'euros cumulés en 2015) qui vient de déprécier la valeur de ses actifs de 12 milliards. Déjà en 1997, on a séparé en deux la SNCF afin de mettre plus de 20 milliards de dettes sur la RFF (réseau ferré de France)ce qui a permis de désendetter la SNCF et de ne plus faire apparaitre cette dette au budget de l'Etat au moment où le gouvernement voulait entre dans l'Euro et donc respecter les fameux critères de performance de Maastricht soit pas plus de 3% de déficit public !!!!
Donc, on a donc créé en 2014 à une société holding de type EPIC qui gère deux entités: SNCF réseau et SNCF mobilité.

La SNCF a abandonné l'entretien correct de ses lignes de banlieue depuis des dizaines d'années, elle utilise des wagons pour les TER datant de 1960, un train sur trois en retard en province, incapable de programmer le transport de marchandises en frêt de façon correcte.

Elle a tout misé sur les TGV, tout en étant incapable de bien gérer la rentabilité des lignes, par exemple, elle est en train de mettre en place une ligne Tours-Bordeaux dont le déficit est programmé, ...
Cela a entrainé la démission de M. J. RAPOPORT, Président de SNCF Réseau qui a sans doute estimé qu'il était trop exposé financièrement et juridiquement en cas de catastrophe financière ou humaine à la SNCF, comme son collègue d'EDF vient aussi de le faire d'ailleurs!

En effet, malgré le quadruplement des subventions de l'État à la maintenance des réseaux, SNCF Réseau ne peut pas faire face humainement et financièrement au vieillissement des voies et surtout aux risques d'accident grave comme à Brétigny sur Orge (7 morts et 61 blessés). Le rapport d'expertise pointe du doigt un "problème de culture collective" à la SNCF et d'une mauvaise maintenance.
L'exemple de la faillite d'AREVA a du bon! A force d'avaler des "boas" des gouvernements successifs qui demandent tout et n'importe quoi aux sociétés nationales et où tous les maires de France interviennent pour que la SNCF crée une gare TGV dans leurs villages, il arrive un moment où les Finances Publiques ne peuvent plus suivre. Chaque année, c'est 3 milliards de subventions supplémentaires à la SNCF. Une gabegie !
En 1995, le gouvernement JUPPÉ a vainement tenté de supprimer les régimes dits "spéciaux" des personnels de la SNCF qui sont très onéreux aux finances publiques notamment en terme de retraite(52 ans pour les conducteurs et 57 pour les sédentaires) et de récupérations en temps (112 à 132 jours de repos complémentaires aux 32 jours de congés annuels. Le personnel et leur famille ont des avantages de transport gratuit exorbitant étendus aux parents, enfants, beaux-parents, dénoncés par la Cour des Comptes en 2014.

Bref une entreprise qui fonctionne très mal! Partout ailleurs, l'entreprise se serait réformée ou aurait déposée le bilan. Là c'est impossible , c'est l'Etat qui est l'actionnaire, les Régions qui paient les subventions: en fait le contribuable paie la note finale chaque année...

La concurrence existe un peu: les avions à bas coût, le co-voiturage et maintenant les autocars "Macron".
Mais depuis longtemps l'UE veut imposer une vraie concurrence dans le domaine ferroviaire. Après des années à tenter de contourner les demandes européennes et les plaintes des autres membres, le gouvernement français a enfin accepté d'harmoniser les règles.
Il faut dire que si les sociétés privées adoptaient les règles de de la SNCF, dés la première année, elles déposent le bilan!
Aussi il faut harmoniser le droit du travail des cheminots entre ceux de la SNCF et les "privés". mais les employés de la SNCF ne veulent perdre aucun de leurs avantages et les employeurs des sociétés privées ne veulent pas des règles de la SNCF qui sont impossibles à financer.
Si nous voulons un trafic ferroviaire stable et opérationnel d'ici peu, il faudra là encore que le gouvernement fasse preuve de courage. Au delà d'une meilleure gestion des Finances Publiques en France, il en va du service public ferroviaire lequel n'appartient pas aux cheminots mais aux usagers. or, ces derniers sont très mécontents!
Lionel DE BUSSIERE


08/03/2016
L'UE et la Turquie ou comment nous perdons nos valeurs !

En page 4 du journal "Le Monde" daté d'aujourd'hui s'étale le titre suivant:" Réfugiés: l'Europe officialise sa bunkérisation". Pendant deux jours les 28 dirigeants européens et le 1er Ministre turc ont tenté de trouver un accord pour bloquer l'arrivée des réfugiés (essentiellement syriens et irakiens)au sein de l'UE. Après cet échec, une nouvelle réunion est programmée dans une dizaine de jours.
Il faut d'abord rappeler que les turcs, lointains descendants de l'Empire Ottoman, sont des musulmans sunnites dont, géographiquement, une petite partie du pays (autour d'Istambul: ex Constantinople)se situe en Europe. Les frontières sud de la Turquie sont la Syrie, l'Irak et l'Iran et celles du nord: la Grèce et la Bulgarie, toutes deux membres de l'UE.

Malgré toutes les mesures prises par les pays européens (membres de l'UE) pour empêcher les réfugiés de venir dans l'Europe des 28, la Grèce reçoit encore chaque jour de 2.000 à 3.000 réfugiés qui en rejoignant ceux qui n'ont pas encore réussi à repartir ailleurs en Europe transforment peu à peu la Grèce en "jungle"( 36.000 migrants en attente).

Et oui!La "Jungle" de Calais: les français sont très majoritairement choqués contre ce camp de migrants voulant se rendre au Royaume-Uni, lequel n'en veut pas! Donc le RU a signé un Traité avec la France en 2003 (dit "du Touquet") par lequel les deux pays s'engagent à reconnaitre que le nouvelle frontière se situe du côté français (Calais, Grande Synthe,...)et qu'il appartient aux services français de police de lutter contre l'émigration illégale vers le RU. Ce pays dédommage la France pour cette aide. Des années plus tard, on voit les résultats: des milliers de migrants bloqués à Calais qui tentent chaque nuit d'aller à Douvres (GB), des centaines de CRS qui essaient de les en empêcher, une ville ruinée et une réputation déplorable de cette ville et au delà de notre pays pour les détestables conditions d'hygiène et de sécurité alimentaire qui y règnent! Tout cela au "pays des droits de l'homme"!
Le Pt HOLLANDE et le 1er Ministre britannique se sont vus très récemment afin de négocier une hausse de l'aide britannique à la France pour les réfugiés (elle passe de 60 millions d'euros à 80 millions).

Les responsables turcs proposent donc à l'UE de faire de même: ils vont gérer les migrants pour les bloquer en Turquie, ils vont même reprendre ceux qui auraient réussi à contourner le barrage turc,...

MAIS, il y a des contreparties! Évidemment, les turcs ne font pas ça pour nos beaux yeux! En échange de leur coopération à la lutte contre les migrants, ils posent trois conditions:

- doublement de l'aide européenne promise l'an passé par Mme MERKEL au nom de Bruxelles, soit on passe de 3 milliards à 6 milliards d'euros sur 3 ans.

- suppression des visas obligatoires pour les turcs qui veulent se rendre dans les 28 pays membres de l'UE

- reprise des discussions pour que la Turquie devienne membre de l'UE à son tour et non membre associé comme Mme MERKEL et M. SARKOSY l'avaient imposés en 2009.

Ce n'est pas rien!!!!

Les responsables européens sont tellement paniqués par cet "afflux" de réfugiés (rappelons que l'UE représente plus de d'habitants 500 millions et que les réfugiés dont on parle sont actuellement en Europe au nombre de 1, 5 million. La Turquie en accueille, elle 2 millions, le Liban: 1,1 million et la Jordanie: 630.000; pour des populations très nettement inférieures).
La France s'est engagée en 2015 à recevoir, sur 3 ans, environ 30.000 réfugiés actuellement bloqués aux frontières grecques et italiennes. Seuls 300 réfugiés sont arrivés à ce jour, dont 152 hier!

Mais jusqu'à présent, pour songer à devenir membre de l'UE de nombreuses conditions étaient nécéssaires dans tous les domaines : financiers, économiques, .... et surtout partager des valeurs démocratiques.
Or, on ne peut pas dire que la TURQUIE d'Erdogan soit sur le chemin de la démocratie voulue à Bruxelles.
- d'une part la liberté de la presse est peu à peu réduite à zéro: encore hier l'armée turque a envahi un journal d'opposition très connu (ZAMAN) et licencié nombre de journalistes pour un faire un journal soutenant le régime et le parti AKP (parti de la justice et du développement).
- surtout, les méthodes employées par le régime autoritaire pour ne pas dire plus de M. Erdogan envers sa minorité kurde sont indignes d'une démocratie. Rappelons que ses services spéciaux sont impliqués par la justice française dans le massacre à Paris de 3 kurdes et surtout que l'armée turque fait semblant de lutter contre Daesch pour bombarder et attaquer les indépendantistes kurdes non seulement ceux qui vivent en Turquie mais ceux qui sont en Irak et en Syrie et qui luttent contre l'État Islamiste et le régime de Bachar el Assad.

Quant à notre président, F. Hollande, il est silencieux sur tous ces sujets. Il n'accompagne pas Mme MERKEL à Ankara négocier le montant de l'aide, il n'indique pas qu'il soutient cette dernière, bien au contraire, il laisse son 1er Ministre faire la leçon à la Chancelière allemande à Munich...
Il est vrai que l'aide aux réfugiés, quels qu'ils soient, n'est pas populaire en France et que les risques électoraux sont réels comme les dernières élections allemandes viennent de le démontrer.
Mais de là à voir un Chef d'État "socialiste" français ne montrer que la patrie des Droits de l'Homme le soit encore?????
C'est ainsi que nous perdons nos valeurs qui font effectivement de notre pays et des autres pays européens un modèle dans l'imagination des autres peuples et qu'ils cherchent un refuge quand la guerre détruit tout depuis des années du fait de dictateurs que nous n'hésitons plus à décorer de la Légion d'Honneur (et oui, Bassar el ASSAD a eu la Lègion d'Honneur!)
Lionel DE BUSSIERE


27/02/2016
FIN de Règne?

F. HOLLANDE est en fin de règne en ce début 2016. De nombreux signes le montrent:

- les insultes et les huées du Salon de l'Agriculture où il est passé à toute vitesse (2 heures). Auparavant , il passait de 8 à 12 heures! Comme son prédécesseur J. CHIRAC, il a basé son fonds de commerce électoral sur les excellents rapports qu'il savait entretenir avec le monde agricole dont il était un élu (Corrèze). Depuis des années, les prix à la production baissent (viande, lait, céréales, ...) tout comme les matières premières dans le monde d'ailleurs! L'exemple de la mauvaise gestion est celle du lait où l'Europe a voté la fin des quotas; aujourd'hui nous avons une surproduction de lait et fatalement les prix s'effondrent. Mais personne n'avait anticipé. N'était-ce pas le rôle du Président et de son ministre de l'Agriculture, par ailleurs fidèle parmi les fidèles de F. HOLLANDE ?

- la déclaration très critique de M. AUBRY et quelques autres dans le journal "Le Monde" mettant gravement en cause la politique de F. HOLLANDE depuis 2012 dans nombre de secteurs et l'accusant d'avoir trahi la gauche et son programme, pire le stigmatisant d'affaiblir la France est accablante pour lui! Qu'une bonne partie de sa majorité (PS et Verts) le somme de changer de suite de politique est un fait saillant de politique intérieure. Si MELENCHON était moins stigmatisant ou AUBRY plus courageuse, nous aurions déjà un candidat de la "vraie gauche" pour 2017. Ce qui est sûr en tout cas, c'est que le Pt HOLLANDE a perdu une bonne partie de son électorat.Il est devenu un social-traitre.

- la situation de l'emploi continue d'être mauvaise malgré l'euro bas et un prix de pétrole très bas qui auraient du permettre une reprise d'activité si les mesures prises en 2012 avaient été dans le sens de ce qui est fait aujourd'hui. Mais le PS et autres étaient mal préparés à la gravité de la crise et ont pris de mauvaises mesures fiscales et économiques qui ont détruit la confiance. Tout a été fait à contre sens! La reprise se fait attendre....

- le remaniement est un échec : après seulement 10 jours qui se souvient qu'il y a eu un remaniement ? Les ministres se disputent entre eux comme jamais que ce soit sur l'aéroport près de Nantes ou la direction de la COP 21, ceux ou celles qui sont parties "balancent" à tout va dans la presse sur l'absence de dialogue avec le Pt...Quelle est la ligne ? Peut-on raisonnablement penser que tout le gouvernement soutient le projet de réformes du ministre du travail? Aujourd'hui, il n'est plus le candidat légitime de toute la gauche et les partisans d'une vraie primaire de gauche augmentent chaque jour. Ce n'est pas pour améliorer la démocratie que M. AUBRY vient de s'y rallier, c'est pour faire battre HOLLANDE et donner à la gauche une chance de gagner en 2017.

- sur cette réforme importante voulue par le 1er Ministre, M. VALLS, et rejetée par la gauche de type "CGTiste" et même au delà; quel va être le choix du Pt ? Désavouer M. VALLS et lui permettre de démissionner et de se positionner comme un réformateur courageux dés 2017 ? Faire passer en force cette réforme souhaitée par Bruxelles et la plupart des pays voisins de la France telle l'Allemagne? Dans ce cas, il court à la catastrophe car il y a un véritable danger de manifestation de masse. Bref, il s'est mis dans une nasse et il semble avoir perdu son talent principal à savoir faire des compromis sur tout!

-F. HOLLANDE ne semble plus avoir les clefs du camion et n'a à sa disposition que de mauvaises solutions. Alors, oui, il est possible qu'il en prenne conscience et qu'il ne se représente pas en 2017. D'abord parce que le taux de chômage n'aura pas baissé malgré les artifices des stages multiples et ensuite parce qu'il a le souci de la trace qu'il laissera dans l'histoire et il ne voudra pas être le président sortant qui fera moins de 10% dés le premier tour !
Lionel DE BUSSIERE


24/02/2016
L'Union Européenne va de plus en plus mal !

Après la crise de l'Euro l'an passé qui a failli voir la Grèce se faire éjecter de la zone Euro, celle des migrants aujourd'hui qui est en train de faire exploser la zone Schengen et où, le Grèce se trouve à nouveau montrer du doigt, arrive aujourd'hui le risque de BREXIT.
Ces crises graves qu'aucun politique n'a vu venir sont doublées d'une déception importante sur ce que l'Europe peut amener aux membres. La crise financière et le chômage important dans les pays membres font douter de la pertinence de l'UE.
A l'origine celle ci a été mise en place pour éviter de nouvelles guerres entre les principaux membres, puis dans le cadre de l'effondrement du communisme à l'Est pour "récupérer" des pays afin qu'ils deviennent des démocraties et confortent la taille du marché intérieur. Sans doute, nous sommes allés trop vite et certains pays n'avaient pas les critères nécéssaires pour être un membre telle la Grèce ou la Bulgarie.
Mais nous n'avons pas fait seulement du commerce, nous avons aussi fait de la géopolitique en arrimant nombre de pays à l'idéal européen. Sauf que le commerce a été la priorité des Britanniques et de nombre de leurs affidés et que nous avons perdu notre âme européenne: celle qui faisait qu'un jour nous aurions une Europe Fédérale qui serait un exemple de démocratie dans le monde et pèserait ainsi comme exemple à suivre.
C'est d'ailleurs, le point positif de la crise des migrants: ils veulent s'installer en Europe où la paix et une vie calme sont assurées. Dés le départ, le rôle des britanniques a été d'empêcher la réalisation de l'Europe Fédérale et ses dirigeants se sont joués des dirigeants français qui parlaient d'Europe mais en fait faisaient tout pour ne pas transmettre à Bruxelles de nouveaux pouvoirs.
- Là encore la crise des migrants est exemplaire des faiblesses de l'UE: qui a tout fait pour éviter que l'Europe ait une administration fédérale à la frontière extérieure de l'UE ou de la zone Schengen? Pas seulement les anglais! Les français ont tout bloquer! On paie aujourd'hui ce double jeu et surtout cette politique à courte vue.
- L'absence d'une Europe fiscale unifiée, notamment au sein de la zone Euro est très pénalisant pour tous les pays sauf ceux qui se comporte de façon déloyale: Luxembourg, Pays-Bas et Irlande. S'il n'y avait qu'une chose à faire durant son quinquennat, le Pt HOLLANDE eut été bien inspiré de prendre cet objectif. Hélas, comme chacun sait, il n'a plus de relations privilégiées avec Berlin et n'a pas d'autres objectifs européens que de maintenir le navire à flots alors même qu'il faudrait un Capitaine franco-allemand inspiré et pragmatique!
- En politique étrangère où tant de moyens sont dépensés en pure perte, l'UE se ridiculise :un seul exemple: l'UE décide d'appliquer une mesure d'identification de l'origine des produits fabriqués dans les colonies israèliennes lors de l'importation en Europe en application de décisions internationales.Furieux, le Premier Ministre d'ISRAËL décide d'exclure l'UE de toute négociation avec la Palestine et de donner aux USA les clefs du camion pour faire la paix dans cette zone. Et bien l'Europe n'a rien fait! Alors même que le premier donateur au Moyen-Orient et surtout en Palestine, c'est l'UE ! C'était l'occasion de laisser à ISRAËL le soin de tout payer en Palestine puisqu'ils considèrent comme non applicables les décisions de l'ONU sur les territoires occupés. Nous nous sommes tus et chacun a pu voir que l'Europe ne comptait pas vraiment face à un Chef d'Etat qui est vindicatif.

Bref, tout laisse à croire que nous allons revenir en arrière et que le rétablissement des frontières un peu partout au sein de l'UE pour bloquer les migrants est un premier pas vers la dislocation de l'UE. Nombre de français sont favorables à ça, surtout ceux qui votent à l'extrème droite et l'extrème gauche. Mme LE PEN tape sur l'Europe à tour de bras, mais les autres dirigeants accusent régulièrement "Bruxelles" dés qu'une difficulté surgit! N'est-ce pas M. LE FOLL ? Même pour l'agriculture, ils mettent l'UE en cause alors que c'est l'UE qui a sauvé l'agriculture française depuis 1958 et qui dépense le plus d'argent à son budget !!!

Les dirigeants actuels des Républicains ou du PS ont aussi dans cet échec programmé une lourde responsabilité car ils ne sont pas au niveau des problèmes et des attentes des citoyens.
Il faut espèrer qu'en France, 2017 sera une bonne opportunité pour parler de l'Europe que nous voulons, avec ou sans le RU (je pense même que ce sera mieux s'ils partent ces anglais!). Il y a tant à faire pour restaurer la confiance des jeunes générations dans l'Europe. Nous avons fait Erasmus, nous devons faire l'Europe citoyenne.
Lionel DE BUSSIERE


18/02/2016
Que faire de la CORSE et autres vestiges de l'Empire français?

Une fois encore les violences corses à Bastia et à Corte, accompagnées de discours anti français interpellent les habitants des autres régions de France. Est-ce que la Corse est vraiment victime d'un Etat français impérialiste qui fait tout pour fouler au pied la fierté locale et ruiner son économie ? Cela est d'autant plus pertinent que depuis décembre dernier les "natios" et les autonomistes corses ont pris le pouvoir à Ajaccio.
Entre 1990 et 2013, le PIB par habitant de la Corse est passé de 14.225€ à 26.887€ se rapprochant ainsi de celui du continent soit 27.856€. Cette augmentation de 73% repose pour l'essentiel sur l'action de l'Etat français: chaque année 44% du PIB est fourni par le reste de la France, l'Etat verse à l'île dite "de Beauté" la somme de 3,6 milliards d'euros.
De plus la Corse bénéficie d'avantages statutaires et fiscaux importants:
- les lois de 1982 et 2002 donnent pleine compétence à la collectivité territoriale locale dans les domaines de la carte scolaire, l'action culturelle, le tourisme, la gestion des ports et des aéroports, les ressources en eau, la gestion des forêts et les critères d'aide aux entreprises.Surtout l'Etat accompagne ces compétences par un transfert de moyens tant au niveau financier que de personnel.
- l'exécutif local est responsable devant l'Assemblée de Corse de sa politique ainsi que dans un Lander allemand et pas du tout comme une Région française ordinaire !L'Assemblée de Corse élit elle-même son Conseil Exécutif composé d'un Président et de 8 membres.
- la langue corse est enseignée dans toutes les écoles primaires de l'île: 3 heures par semaine. Le but avoué est de faire des enfants éduqués en Corse des enfants bilingues. Selon les chiffres , près de 99% des élèves bénéficient de cette mesure.
- la fiscalité est aussi très avantageuse: outre la faiblesse des taux des taxes indirectes comme le tabac, l'Etat prélève moins en Corse sur les bénéfices des sociétés, les taxes foncières et le taux de TVA est partout minoré!
- enfin la mise en place de la "continuité territoriale" entre la Corse et le Continent fait que l'Etat subventionne le coût du transport entre les deux points.

Les déclarations des dirigeants actuels de la Corse font état d'un référendum démocratique à venir afin de savoir si la Corse deviendra indépendante ou restera française. Il faudrait que ce vote ait lieu le plus rapidement possible. Tout comme la Polynésie ou la Nouvelle-Calédonie, un territoire français provenant de l'histoire coloniale de la France peut aujourd'hui préférer vivre sa vie. Cela est respectable et si c'est ce que les Corses veulent, bon vent ! Après tout, Malte et Chypre sont des îles indépendantes et leurs habitants vivent correctement sans la Royaume-Uni.
Mais il faut arrêter le double jeu des corses: soit ils partent, soit ils restent français mais avec les mêmes conditions de vie que nous!
Pour mémoire, la Dordogne dont je suis originaire a un PIB de 18953€ et est 93ème sur 96 dans le classement des richesses françaises...














Lionel DE BUSSIERE


11/02/2016
La tactique du père François....

Même ceux qui ne l'aiment pas sont d'accord pour dire que François HOLLANDE est un redoutable tacticien. Ou plutôt était....Il faut dire qu'il a passé de nombreuses années en tant que Premier Secrétaire du PS et que le poste nécèssite quelques qualités tactiques tant les chausse-trappes sont nombreuses!
Après les graves événements du 13 novembre dernier, l'immense majorité des commentateurs avaient loué à la fois sa volonté de rassemblement et son habileté lorsqu'il avait indiqué qu'il voulait constitutionnaliser la déchéance de nationalité pour les binationaux condamnés pour crimes de terrorisme, comme le demandaient depuis des années le FN et une bonne partie de la droite dont son prédécésseur.

L'opération de triangulation consistant à prendre le programme de son adversaire pour le déstabiliser semblait avoir atteint son but. L'ex-Président SARKOSY ne savait plus quoi dire sur ce point pour critiquer le Président et ne voulait quand même pas le féliciter....
Mais c'était sans compter sur un mouvement d'opinion, certes pas trop fort puisque la majorité des français approuvent encore cette mesure, mais qui touche de plus en plus de monde et surtout l'opposition de nombre de "grandes voix" de gauche et de droite qui ont clairement dit que la proposition ne devait pas être votée en l'état. Bon nombre de députés de gauche et de droite en furent troublés.
Le Président et son premier Ministre tentèrent tout ce qui est possible, y compris la promesse de devenir ministre pour certains lors du remaniement imminent à tel point que certains ont retourné leurs "vestes" hier lors du vote solennel(JM AYRAULT, Barbara POMPILI, ...)
Nous verrons en fin de journée si cela a suffi pour leur assurer un poste dans le gouvernement, mais c'est pas très moral !

Mais si le texte fut voté avec la majorité des 3/5ème requise pour aller ensuite en Congrès à Versailles, l'état des lieux est catastrophique pour l'avenir de François HOLLANDE:

- le PS est fortement divisé. Après avoir bataillé depuis 2 ans pour sa nouvelle politique économique (dite politique de l'offre), il avait pensé que les résultats lui permettraient d'être le candidat naturel de la gauche. C'est peu dire que c'est loupé! Et maintenant, il s'est mis à dos nombre d'intellectuels et de caciques de la gauche qui l'attaquent là où ça fait très mal: les valeurs. D'ailleurs, ce même jour, en Suède, les sociaux démocrates refusent de voter la déchéance de nationalité pour terrorisme proposée par l'extrême droite...C'est devenu tellement tendu que nombre de députés du PS souhaite qu'une primaire à gauche ait lieu fin 2016 afin de choisir un autre candidat et éviter une raclée programmée par les sondages.
- Même la droite est divisée sur ce sujet: dans le cadre des primaires à droite F. FILLION se dresse en moraliste et appelle à ne pas voter la réforme proposée. Certes, ils sont minoritaires mais comme il faut cette majorité des 3/5ème au Congrès, jusqu'à présent le président comptait sur les voix de la droite pour faire passer son texte. Que va faire le Sénat?

Il est devenu évident pour la majorité que loin de soutenir du fond du coeur cette mesure, F. HOLLANDE avait simplement tenté un coup politique afin d'apparaitre comme un rassembleur et le père de la Nation. En plus, il dézinguait son prédécesseur et chef de l'opposition par sa manoeuvre. Et voilà qu'elle se retourne contre lui !!!
C'est le président HOLLANDE qui apparait comme un diviseur alors qu'il fallait rassembler. D'autres voies juridiques lui ont été conseillées pour sanctionner dans 30 ans des terroristes potentiels qui n'en ont strictement rien à faire! Ce devait être un symbole, c'est devenu une cacophonie!!! Il n'a rien voulu entendre et il est impossible aujourd'hui de dire que son texte sera inscrit dans la Constitution; Mais les dégats auprès des électeurs sont d'ores et déja considérables et le dernier sondage montre que F. HOLLANDE a encore chuté dans les intentions de vote. N'est-ce pas un peu mérité?
Ce que les électeurs veulent c'est plus de justice, plus de transparence et moins de coups tordus pour garder à tout prix le pouvoir.
Lionel DE BUSSIERE


04/02/2016
Dans une société démocratique, la violence se justifie-t-elle ?

Aujourd'hui, la CGT a demandé à ses syndicats non seulement de faire grève mais aussi de manifester en solidarité avec 6 syndicalistes de la CGT appartenant à la société GOODYEAR qui viennent d'être condamnés à des peines de prison ferme et des amendes pour avoir gardé en otage des responsables de l'usine et fait quelques dégradations des bureaux locaux. C'est la première fois que des peines fermes sont prononcées par la justice française.
Ces derniers jours, les agriculteurs ont multiplié les actions fortes à l'encontre des locaux administratifs de toutes sortes (préfectures, banques, MSA, ...)et déversé des tonnes de purin et de produits divers sur la chaussée. Le coût des dégâts est estimé à plusieurs centaines de millions d'euros que la collectivité paiera....Les agriculteurs, notamment bretons, sont coutumiers de cette sorte de violence....
Ces deux catégories de population sont fières de ce type de "violences" qu'elles jugent normales en tant que minorités sociales opprimées. C'est la violence de classe qui est à nouveau mise en avant en tant que seul moyen de faire avancer la révolution ou plutôt leur situation personnelle.
Pourtant, dernièrement les tsiganes ont violemment manifesté pour faire libérer certains de leurs amis en prison. Tous les partis politiques de gauche comme de droite ont indiqué que cette violence était intolérable et qu'elle devait être durement sanctionnée. D'ailleurs, après plusieurs semaines d'enquêtes, des tsiganes viennent d'être interpellés et vont être déférés en justice. Il est quasi sur que quelques uns d'entre eux seront écroués pour violence.
Il parait donc évident que la légitimité de la violence dépend du rapport de force du moment.Or, dans une société démocratique aucune violence ne devrait être acceptée! Chaque fois qu'elle est permise, elle condamne en fait ceux qui respectent les institutions dont il faut quand même dire encore une fois qu'elles sont non seulement démocratiques mais légitimes.

D'autres exemples peuvent en témoigner:
- un individu, déjà connu des services de police, est abattu dans le dos par un policier qui avait peur et a tiré sans être en état de légitime défense légale: la Cour d'Assises le juge non coupable. Cependant le Procureur a fait appel de la sentence.

- une femme battue depuis des années par son mari abat ce mari violent de plusieurs balles dans le dos après une énième raclée de la part de celui-ci: la Cour d'Assises la juge coupable et la condamne à 10 ans de prison. Un appel était possible mais son avocat a préféré faire appel au droit de grâce du Président de la République, legs royal totalement anti démocratique.
En effet, seule la Cour d'Assises, par la présence d'un jury populaire, est réellement démocratique.
Mais un jury est-il juste ? Bien évidemment non! D'autres l'ont dit bien avant moi et de plus belle façon:
" Une injustice commise quelque part est une menace pour la justice dans le monde entier" (Martin Luther KING)
Il est donc absolument nécéssaire de faire respecter la loi et les décisions de justice dans les pays démocratiques, c'est le seul moyen de vivre ensemble !
Lionel DE BUSSIERE


27/01/2016
Avenir du Périgord ? Une maison de retraite ?

Cette semaine, le Directeur de Pôle Emploi pour la Dordogne donnait une courte interview au journal Sud-Ouest afin de commenter les mauvais chiffres du chômage , surtout chez les jeunes ! Il note particulièrement une caractéristique des difficultés en Périgord: le mauvais état des routes qui nuit à la mobilité des salariés. Cela fait des dizaines d'années que les routes sont mauvaises, mal entretenues (sauf près des pontes du Conseil Départemental). La mortalité y est forte depuis longtemps (sauf en 2015 où quelques progrès ont été notés). Une seule autoroute transversale (Bordeaux-Brive) passe à proximité de la capitale du Périgord. Les routes nationales telles celles reliant Périgueux à Limoges ou à Angoulême sont épuisantes notamment quand on rentre de Paris ! Mais le Conseil Général dirigé par B. CAZEAU n'en avait eu cure...

Le nouveau Président, Germinal PEIRO, vient d'organiser des Assises Départementales afin de faire une sorte d'état des lieux des manques après 24 ans de "présidence CAZEAU" (sachant qu les deux sont du même parti: le PS).

1) Concernant les infrastructures et les transports, il est noté "une situation assez critique". Enfin! Un aveu des manquements dénoncés par nombre d'habitants de la Dordogne, surtout ceux qui voyagent et ceux qui s'installent ici et qui peuvent donc comparer. Oui, la desserte ferroviaire est très insuffisante et encore le terme est trop lisse! La SNCF se moque de ses usagers périgourdins en accumulant les retards, les mauvaises conditions de transport (debout le plus souvent entre Bordeaux et Périgueux) avec des tarifs élevés. Par exemple les transports "low cost" comme dans le Midi n'existent pas!
Quant à l'entretien des routes, c'est bien de le noter aussi, mais qui est le responsable de l'entretien du réseau routier parmi les élus? Le Président actuel du Grand Périgueux et Maire de Boulazac (J. AUZOU) et donc aussi Conseiller Départemental! Encore un qui ne sait pas que le cumul des mandats nuit à leur efficacité...
Ce que nous attendons maintenant, c'est aussi dans ces domaines un vrai changement et des investissements plus importants qu'avant afin que très vite nous puissions mieux nous déplacer.

2) Concernant l'emploi et le développement économique, il est noté que l'attractivité du territoire est jugée "insatisfaisante" par la majorité des réponses (42,9%) et "une insatisfaction globale pour le dynamisme de l'économie"!!! C'est une litote !Le Périgord se meurt! Tout le monde pouvait s'en rendre compte! Relisez mes premiers commentaires sur ce blog où j'indiquais que dans 10 ans nous serions dans le même état que la Creuse ! Et bien c'est quasiment le cas!

3) Enfin sur les nouvelles technologies qui ne sont d'ailleurs pas reprises en tant que telles! (c'est caractéristique d'une mauvaise appréciation du monde et de son développement!!) Il est noté au détour d'un autre paragraphe "que la perception est mitigée": 51,3% juge insuffisant le simple accès à Internet. Les initiés se souviennent que du fait de l'égo de B. Cazeau, le Plan "Très Haut Débit" de la Dordogne a au moins pris deux ans de retard parce que ce dernier voulait à la fois placer ses hommes aux bonnes places et avoir la main sur les crédits. En bloquant le premier plan, il a fait perdre au département les subventions de l'Etat que ce dernier avait accordé trois ans auparavant ...Bref, la voie royale pour moderniser le département et attirer des jeunes sociétés dynamiques dans un cadre de vie verdoyant est bien en retard et il peu probable que celui-ci se rattrape !

Selon M. PEIRO, le ferroviaire et le très Haut débit sont les priorités du département. Mais je crains qu'en fait on continue comme avant en mettant les crédits sur le tourisme et la grotte de Lascaux et l'agriculture à l'ancienne afin de garder des voix !
Lionel DE BUSSIERE


19/01/2016
Des progrès à faire dans le choix du dirigeant futur....

La Constitution de la Vème République va sur ses 60 ans et a déjà subi quelques modifications profondes qui sont entrées dans nos moeurs:
- l'élection du Président de la République au suffrage universel en 1962
- plus récemment le raccourcissement de la durée du mandat du Président, de 7 à 5 ans, renouvelable qu'une fois.

Au vu de l'ambiance de lassitude des français à l'égard de l'actuel président qui n'a d'égal que la méfiance et le rejet à l'égard de son prédécesseur, il faudrait envisager des modifications à cette Constitution lesquelles seraient de mon point de vue plus importantes que la validation de la déchéance de nationalité pour les binationaux.

La généralisation des primaires pour tous les camps m'apparait bénéfique. Évidemment tout le monde est d'accord pour les candidats de l'opposition. Chacun a pu apprécier les bénéfices pour le PS en 2012 d'avoir mis en place cette procédure, étendue aux sympathisants. On pourrait dire qu'il s'agit presque d'une mise sur orbite du futur président ! Donc, la droite a choisi cette fois ci, malgré une culture antinomique à cette façon de faire, de procéder aussi à une primaire; espérant ainsi bénéficier des mêmes avantages et surtout de la même conclusion: la victoire!!

Mais le parti au pouvoir? Comme en 2012 où SARKOSY a imposé son choix, HOLLANDE veut faire de même en 2017.
Pourtant aux USA où les primaires ont été inventées, cela n'est pas de droit pour le Président en exercice. Ce dernier doit se soumettre au vote de tous les États qui composent les USA afin d'élire les représentants qui eux mêmes choisiront le président des États-Unis. Par exemple en 2012, le Président OBAMA n'a remporté la primaire en Virginie Occidentale que de peu (59 contre 41%); l'adversaire était un détenu condamné à 17 ans de prison pour escroquerie!!!(inimaginable en France !)

D'autres pays démocratiques ont montré que pour rester au pouvoir, il fallait savoir trancher dans le vif et éliminer le dirigeant actuel devenu sans doute "un boulet" pour son camp !

Par exemple, qui se souvient que l'illustre Margaret THATCHER, alors qu'elle était 1er Ministre du Royaume -Uni depuis plus de 10 ans a succombé aux coups donnés par les conservateurs menés par celui qui lui succédera durant sept ans: M. John MAJOR. Elle voulait imposer une modification fiscale importante dont le projet était très impopulaire, son prestige guerrier et financier ne fut pas suffisant pour sauver son poste. Exit Mme Thatcher!

En Allemagne, en 2000, au sein de la CDU,l'actuelle Première Ministre, Angela MERKEL, n'a pas hésité à éliminer le fameux Helmut KOHL, tout auréolé de son rôle très important dans le retour à une seule Allemagne. Auparavant elle aussi avait été l'une de ses ministres.... En 2005, elle fut élue à son tour Chancelière d'Allemagne et elle l'est toujours !

Il faudrait donc que les partis au pouvoir soient en capacité d'apprécier la situation et d'éliminer de la candidature suprème un mauvais candidat qui fera battre à coup sûr son camp même s'il est l'actuel détenteur du pouvoir. Mais pour cela, il faudrait introduire plus de démocratie interne dans tous les partis et une transparence réelle sur les sujets de friction ou les visions différentes de l'avenir du pays. En France, le Président tient tout, y compris son ex parti !
Surtout, il faudrait mettre en place des contre pouvoirs partout afin que les Présidents en exercice ne se comportent pas en monarques!!!
Est-ce un rêve en France ?
Lionel DE BUSSIERE


14/01/2016
L'Union Européenne va mal et a besoin en urgence d'un traitement de choc:

Beaucoup ont noté que lors des voeux de nouvelle année, le Président HOLLANDE n'avait pas prononcé le mot :EUROPE ! C'est un signe clair que l'UE n'est pas dans ses pensées quotidiennes et c'est grave !
L'UE accumule les déboires et parfois les erreurs:

- les problèmes récurrents de la zone EURO, notamment avec la GRÈCE sont dans toutes les mémoires et malheureusement ce n'est pas fini! Les deux principales économies de l'UE, à savoir l'ALLEMAGNE et la FRANCE ont des vues divergentes qu'elles ont du mal à dissimuler. Le Pt français en laissant tomber le pacte de stabilité pour lui préférer le pacte de sécurité augmente encore le fossé. La FRANCE ne fait pas d'efforts importants pour diminuer le déficit budgétaire et cela finira par lasser les allemands. Et ça continue car la Grèce est incapable de rembourser sa dette: faudra-t-il l'exclure un jour ?

- nous sommes encore en plein drame au sein de SCHENGEN: les divergences de vue entre les pays composant l'UE, le jeu solitaire de l'Allemagne, l'isolement de la France, le rétablissement des contrôles en frontières par nombre de pays et surtout l'incapacité de l'UE de mettre les pays de la zone SCHENGEN d'accord sur une même ligne, démontrent l'urgente nécéssité de réformer cet accord et de revoir qui est membre de celui-ci ! Déja, il faudrait enfin mettre de l'ordre: une partie des membres de l'UE ne font pas partie de la zone (Royaume-Uni par exemple) et des pays, tels la Norvège et la Suisse, non membres de l'UE, en font partie ! C'est incompréhensible pour le citoyen lambda. Surtout, il serait temps de mettre en place deux véritables administrations fédérales (POLICE et DOUANES) aux frontières extérieures de l'UE après avoir vérifié que chaque pays soit en capacité d'aider à cette mise en place (cela veut dire par exemple exclure la Grèce de Schengen).

- L'attitude des la Hongrie, de la Pologne tant sur la répartition des immigrés que sur le respect des règles démocratiques au sein de l'UE pose un sérieux problème de fond: l'UE n'est pas là que pour redistribuer de l'argent aux plus pauvres ! Nous avons des valeurs communes à défendre partout et d'abord chez soi. Si cela ne convient pas, il faudra envisager un autre statut que membre...

- le futur référendum au Royaume-Uni sur le maintien ou non de ce pays sera explicite: en ce moment, le NON l'emporte! C'est ironique de voir qu'après avoir tout fait pour empêcher l'UE de devenir une Fédération pour n'être qu'un Marché Commun, les britanniques, ou tout au moins les anglais, veulent quitter l'UE qui leur couterait trop cher et serait trop normatif.
Qu'ils partent! C'est la meilleure chose qui puisse arriver à l'UE afin que l'on puisse enfin envisager à nouveau un avenir commun entre les pays restant.

- surtout, rien n'est proposé par les uns et les autres pour nous faire rêver d'un avenir commun meilleur. Au contraire la concurrence joue à fonds(au niveau fiscal par exemple où l'Irlande, les Pays-Bas, la Belgique et le Luxembourg ont mis en place des règles fiscales pour les grands groupes de façon solitaire et éhontée !)

Mme MERKEL et M. Hollande devraient passer 8 jours ensemble afin de proposer des changements "chocs" pour quelques pays de la vieille Europe afin de réveiller le sentiment pro européen des citoyens et les mettre en oeuvre vite. Leur responsabilité devant l'Histoire est déjà engagée!
Sinon, je crains le pire!
Lionel DE BUSSIERE


08/01/2016
La crise mondiale:

Depuis deux jours, la bourse chinoise s'effondre de 7% et les Autorités locales sont obligées de fermer la bourse afin d'éviter un effondrement plus important. Cela entraine dans la chute toutes les bourses mondiales....
Certains experts expliquent que la crise de 2008 ne sera rien à côté de celle qui se dessine....

Bien sûr, nombre de personnes ne vont pas pleurer sur le sort des détenteurs d'actions qui sont en train de perdre des milliards de dollars. Cependant, il ne s'agit que d'un symbole: à savoir si les bourses s'effondrent, c'est que les économies vont mal! Et qui dit économies en chute libre, veut dire faillites et chômage !

Chacun a bien remarqué qu'en Europe et surtout en France (1,1%), la croissance n'est pas au niveau permettant de résorber le chômage: il faut environ 1,9% de croissance annuelle pour absorber les jeunes qui arrivent sur le marché du travail et donc un peu plus de croissance pour diminuer le nombre de chômeurs. Depuis 3 ans la France a eu une chance insolente:

- baisse considérable du prix de l'énergie (pétrole à 35$ le baril au lieu de 140$ en 2011)
- baisse de l'euro (un euro = 1,08 dollar au lieu de 1,48 en 2011)
- taux d'intérêt de l'argent très faible et même négatif!!!

Mais les mesures internes nécéssaires au redémarrage de l'économie française ont été trop tardives (aide à la compétitivité), insuffisantes (taux d'investissement des entreprises est encore très faible en France)et incomplètes (rien sur l'apprentissage par exemple, au contraire baisse des aides dans ce domaine alors que l'on favorise des emplois publics non productifs).

Surtout, l'économie mondiale si elle a, globalement, un rythme meilleur que la France, n'est pas non plus dans une phase exceptionnelle (2% par an au lieu de 8% quelques années auparavant). Pour améliorer la croissance, l'exportation est un des facteurs importants: si la Chine entre en faiblesse, voire s'effondre, chacun comprend vite que cela sera catastrophique pour nos économies! D'autant que les autres BRICS, comme on les nommait, sont aussi en situation très délicate:
- le BRÉSIL est en situation de pré révolution due à une corruption insupportable, une inflation forte et une économie en régression
- la RUSSIE est nettement en récession du fait de la baisse de l'énergie qui a impacté fortement ses recettes fiscales et surtout du fait de l'embargo occidental suite aux actes de guerre de Poutine en Crimée et en Ukraine.
- l'Inde a du mal à décoller aussi du fait de la corruption et surtout d'une bureaucratie interne très lourde et bloquante.
- l'Afrique du Sud est aussi en récession , là encore du fait de la corruption, d'une mauvaise gestion des gouvernants et de l'augmentation des coûts salariaux.

- la CHINE enfin, souffre aussi de la corruption très importante, même au sein du Parti Communiste, et de l'incapacité de ses dirigeants de passer d'une économie "fabrique du monde" à une économie de consommation. Surtout, la dictature communiste bloque toutes les initiatives ! Or, celles ci sont nécéssaires pour développer une économie de marché. Les chinois sont dans l'impasse: s'ils veulent améliorer leur économie, ils doivent démocratiser leur pays, s'ils ne le font pas, comme c'est le cas en ce moment, ils réduisent leurs capacités d'innovation capitalistiques et font fuir les meilleurs éléments à l'étranger. Comme ils ne peuvent pas revenir à une économie dirigée qui a fait la preuve de sa faillite à nourrir son peuple (exemple de la Corée du Nord où la famine est une fois encore en train de tuer des milliers de personnes), les responsables chinois sont assis sur un siège éjectable ou vont vers une révolution interne.

Dans tous les cas, c'est très mauvais pour l'économie mondiale !!!
Les économies africaines et latino-américaines sont au plus mal du fait de la baisse importante du cours des matières premières essentielles à leurs recettes fiscales et de la baisse des importations chinoises(NIGÉRIA, ALGÉRIE, ARGENTINE, ...)

Enfin, l'économie américaine qui est la plus dynamique du monde n'est pas dans un état permettant au reste du monde d'atteindre une croissance forte. Le chômage et le travail partiels restent impotants et la guerre des prix du pétrole imposé par le meilleur allié des USA, l'Arabie Saoudite, commence à faire des effets dévastateurs: arrêts des investissements (trop onéreux)et début de la hausse des taux de crédit. La politique de la FED d'injecter des milliards de dollars dans l'économie a eu des effets artificiels: d'une part elle a fait croire que l'argent coulait à flot alors que les fondamentaux économiques n'étaient pas revenus au top et d'autre part la productivité est resté faible.
Dés que la politique de la FED s'est raidie, l'économie américaine a commencé à augmenter moins vite.Elle croît encore mais faiblement et n'entraine plus rien !

De ce fait, la consommation reste globalement faible. Cela entraine aussi une faiblesse dans la croyance du peuple dans la prospérité future de nos pays ce qui mécaniquement entraine une hausse de l'épargne pour le cas où !!!

En résumé, l'année 2016 sera une mauvaise année pour l'économie mondiale qui va entrer dans une vague de turbulence.
Cela nous fera encore plus regretter que nos responsables politiques français n'aient pas été capables durant les trois années fastes (2012-2015) où les "planètes étaient alignées" comme je l'ai montré au début de ce texte, de prendre la mesure de l'ampleur de la situation et de décréter "l'urgence à réformer" autrement plus utile à la vie en commun que le plan d'urgence sécuritaire prolongé!
Lionel DE BUSSIERE


03/01/2016
2016:

Je présente à tous mes lecteurs mes voeux de bonheur et de santé pour 2016. J'en profite pour les remercier: j'ignore l'identité de nombre d'entre eux, ce que je regrette un peu mais c'est ainsi !
Chacun a pu lire ou entendre des voeux de toute sorte et il y a peu d'originalité dans la plupart de ceux-ci même quand ils émanent des plus hautes autorités de ce pays.

Quelques exceptions:

-Dans Sud-Ouest, Jean-Claude GUILLEBAUD signe un billet de voeux intitulé "Non aux politiciens sans vergogne!" en attaquant sèchement le 1er Ministre M. VALLS sur les valeurs. Le résumé de son article est dans une citation de René GIRARD:" Si une nation civilisée met de côté ses propres valeurs pour mieux se défendre, elle se suicide ipso facto!"

- Dans l'Express, Jacques ATTALI présente des voeux inquiétants! Outre de nouveaux attentats terroristes de grande ampleur, il prévoit une aggravation des conflits en cours: UKRAINE, SYRIE, LIBYE, ... et la guerre en mer de Chine et en Afrique.Il table aussi sur une nouvelle crise financière mondiale de même ampleur que celle de 2008 et la sortie du Royaume-Uni de l'UE.Il conclue sur un important recul de l'Europe du fait qu'elle est désormais incapable de se réformer et que l'explosion finale est en vue ...Enfin il compare 2016 à 1914 et 1939, pour dire que si nous voulons éviter cela, il faudrait outre un miracle, que chacun prenne charge son avenir.

Quant à moi, je me contenterais de citer Jacques BREL et de vous
"souhaiter des rêves à n'en plus finir, l'envie furieuse d'en réaliser quelques uns.
Je vous souhaite d'aimer ce qu'il faut aimer et d'oublier ce qu'il faut oublier.
Je vous souhaite des passions,
je vous souhaite des silences.
Je vous souhaite des chants d'oiseaux au réveil et des rires d'enfants.
Je vous souhaite de respecter les différences des autres parce que le mérite et la valeur de chacun sont souvent à découvrir.
Je vous souhaite de résister à l'enlisement et aux vertus négatives de notre époque.

Je vous souhaite enfin de ne jamais renoncer à la recherche de l'aventure, de la vie, de l'amour; car la vie est une magnifique aventure et nul de raisonnable ne doit y renoncer sans livrer une rude bataille.
Je vous souhaite surtout d'être vous, fier de l'être et heureux car le bonheur est notre destin véritable !"
Tout est dit! Bonne année 2016, malgré tout!
Lionel DE BUSSIERE


29/12/2015
Déchéance de la nationalité française pour les binationaux condamnés pour terrorisme:

Parmi les mesures destinées à lutter contre les terroristes islamistes dont beaucoup sont des nationaux nés et éduqués en France, le Président de la République a proposé lors de la réunion du Parlement en Congrès à Versailles de nombreuses mesures répressives. Il semble qu'il a voulu dans le même temps apparaitre comme le père protecteur de la Nation et à cette fin, il a proposé nombre de mesures jusque là proposées seulement par l'extrême droite et la droite (Les Républicains). Cela permet non seulement de donner une image de rassemblement du peuple devant la menace terroriste mais aussi de "couper" l'herbe sous le pied de la droite qui a toujours tendance à considérer que la gauche est incapable de faire respecter l'ordre républicain.

L'accueil des français à ces annonces présidentielles a été favorable: plus de 70% d'opinions favorables le lendemain. Dés lors, il semblait que les discussions au sein de l'Assemblée Nationale, puis au Sénat ne seraient qu'une formalité !

Mais, quelques jours après, quelques uns ont commencé à dénoncer l'une des mesures phares de F. HOLLANDE, à savoir la déchéance de nationalité pour les binationaux condamnés pour terrorisme ou ayant commis un crime ou délit contraire aux intèrêts fondamentaux de la Nation. Afin de bien comprendre les dessous de cette affaire, il faut savoir que 3, 3 millions de personnes en France ont une double nationalité, soit 5% de la population française. Mais que 90% de ceux-ci sont des immigrés ou descendants d'immigrés, essentiellement maghrébins.
Il faut dire que cette déchéance est une vieille affaire: créée au XIXème siècle, c'est le régime de Vichy qui a utilisé le plus cette mesure à l'encontre des juifs,(15.154 personnes exactement) surtout les immigrés des pays de l'Est! Fatalement, ça laisse une tâche indélébile à notre honneur quand on sait que les étrangers juifs devaient être regroupés dans un camp spécial, puis transférés en Allemagne!
Depuis lors, cette mesure n'a plus été appliquée.
Mais en 2010, elle ressort et le Président SARKOSY propose de déchoir de la nationalité française ceux qui sont condamnés pour assassinat d'un membre des forces de l'ordre. Tous les leaders de la gauche de l'époque de HOLLANDE à VALLS ont très durement critiqué cette proposition en la considérant comme honteuse et inutile.

Nombre de socialistes sont interloqués et on peut noter que la quasi totalité des parlementaires des groupes socialistes au Sénat et à l'Assemblée Nationale n'ont pas encore indiqués comment ils voteront en janvier pour cette mesure ?
Un sondage vient d'indiquer que 9 français sur 10 sont favorables à celle-ci. C'est assez dire la complexité de la décision de nos élus....

Au niveau de l'efficacité, chacun s'accorde à dire qu'elle sera nulle ! Outre l'obligation de voter un changement de constitution pour adopter cette mesure, il faut rappeler que seuls les binationaux seront concernés. Ceux qui sont seulement français ne peuvent pas être déchus de leur nationalité car le droit international interdit de créer des apatrides. Peu de cas , donc, et il faut reconnaitre que cette mesure ne va pas apeurer les candidats au djihad. Leur départ en Syrie, et demain en Libye, se fera sans penser aux conséquences puisqu'ils sont conditionnés et embrigadés.
Au niveau du symbole, il est fort pour le citoyen qui en quelque sorte renie ainsi un terroriste et le renvoie dans son autre pays. Là débute la difficulté: nombre de binationaux ne peuvent pas revenir dans leur pays d'origine sous peine d'être parfois torturés et emprisonnés: Algériens, Tchétchènes, Kurdes, ...Le droit international interdit de renvoyer des personnes dans leur pays d'origine dans ce cas là, il faut donc les garder sur le sol national. Les Américains ont tenté de contourner cela en créant un camp à l'étranger, 15 ans après ils n'arrivent pas à s'en sortir et donnent ainsi une piètre image de la démocratie....
Ensuite, la vraie difficulté est qu'elle créée deux sortes de français ceux que sur lesquels pèsent cette menace et les autres! Le principe d'égalité des citoyens dans une République une et indivisible est ainsi mise à mal.
En dernier lieu, et surtout, si on commence à voter une mesure comme celle-ci, pourquoi ensuite ne pas l'étendre à d'autres crimes ou délits: en peu de temps tous les binationaux ayant commis un délit pourraient être renvoyés chez le pays de leurs parents ?

Cela n'est pas un État de droit! C'est faire un immense plaisir à tous ces terroristes de modifier nos lois pour tenir compte de leurs crimes.

D'autres pays démocratiques ont connu le terrorisme (Italie, Allemagne, Espagne, Royaume-Uni, ...); aucun n'a utilisé de telles lois pour venir à bout des terroristes qui là aussi provenaient de leurs concitoyens. Dans le temps aussi, nous avons connu des périodes terroristes: au XIXème les anarchistes ont même tué un Président de la République en exercice! Le GIA, l'extrême gauche ont assassiné lâchement des innocents. Les forces de sécurité ont réussi à éliminer ces organisations sans ajouter des mesures aussi fortes à l'encontre du droit français.
Il faudrait que les élus actuels s'inspirent de la sagesse des Hommes d'État qui pensent seulement à l'avenir du pays et non à leur réélection !
Lionel DE BUSSIERE


18/12/2015
Croissance économique: inquiétude pour la France, l'homme malade de l'Europe:

L'INSEE a donné hier une énième prévision de croissance pour 2016 (1,7%) et 2017(2%) pour notre pays: le gouvernement parie sur 1,1% en 2015 malgré la halte au second trimestre et surtout les conséquences des attentats qui font baisser considérablement la consommation et le tourisme au quatrième trimestre.Il faut souligner que pour cette année, une fois encore, le taux de croissance français sera inférieur au taux européen moyen: 1, 5%. Si le taux de 2016 est bien celui prévu, pour la première fois depuis 2008, cela arrêtera la progression du chômage en France, voire le diminuera très faiblement.
Mais là aussi ces prévisions sont inférieures à celles des principaux pays européens et nos concurrents directs en matière de commerce international.

Surtout se profile à l'horizon les conséquences de la politique monétaire américaine: la "FED" vient, pour la première fois depuis longtemps, d'augmenter le loyer de l'argent. Cela a pour effet mécanique d'augmenter le cours du dollar et à court terme de faire baisser l'euro (lequel a déjà baisser de 20% depuis deux ans face au dollar!).
Les américains ont une croissance annuelle qui tourne au dessus de 2% et donc qui crée des emplois. Il est nécéssaire pour eux de faire revenir les consommateurs à la réalité, à savoir le crédit se paie !Tout le monde a oubliè cela depuis 2008 pour que l'économie redémarre, mais c'est fini !
Comme l'essentiel des contrats mondiaux sont libellés en dollars, cela va augmenter les prix à l'importation de nombre de produits et mettre en difficulté les monnaies des pays émergents et en développement. Les opérateurs monétaires vont aller aux USA où l'argent sera mieux rémunéré et surtout plus fiable ! Tous les autres vont être obligés d'augmenter fortement le taux de rapport de leur monnaie pour garder des capitaux étrangers (ex: Brésil a un taux de 14, 25%). Il suffit de lire l'actualité argentine pour comprendre que la dévaluation du peso de 20% environ va augmenter les prix et gêner les industriels locaux pour investir au vu de loyer de l'argent en Argentine !
Certes, la BCE ne va pas copier la FED en augmentant le taux de l'euro tout de suite,vu notre retard de croissance. Mais il faudra assez vite qu'elle le fasse puisqu'elle aussi aura besoin de garder, voire d'attirer les capitaux étrangers. Dés lors, le taux d'argent en euro devenant plus cher, automatiquement, les dettes des États vont être en situation délicates car le coût annuel d'emprunt va augmenter. Or, la situation financière de la France est catastrophique: nous arrivons presque à 100% du PIB en dettes !Quand on paie 1% de taux d'intèrêt, c'est supportable (Quoique ?)mais si ça double ce sera environ 50 milliards de plus à trouver dans le budget pour rembourser. Comment vont faire les gouvernants français dans 5 ou 7 ans ? Car c'est dans ce délai que la note va être présentée ! Or, il est vraisemblable qu'en Europe la croissance sera repartie partout. Grâce aux efforts importants faits, nombre de pays auront des finances saines ou presque et pourront consacrer leurs recettes à des améliorations de la vie en commun.

Pas nous! Ni les Italiens d'ailleurs! Ces deux pays ne font aucun effort pour nettoyer leurs dettes! F. HOLLANDE vient même de décider que le pacte de sécurité avait la priorité sur le pacte de stabilité ! Erreur grave ! personne ne conteste le fait d'augmenter les dépenses militaires ou judiciaires, mais il aurait fallu prendre l'argent ailleurs et le dire!
Le Pt HOLLANDE ne veut pas faire un choix, dans moins de 10 ans nous le paierons tous par un arrêt brutal de la consommation et des exportations parce qu'il faudra payer chaque année entre 60 et 150 milliards d'euros d'intèrêts supplémentaires.

Cet argent ne pourra pas aller ni à la sécurité, ni au secteur social ou à l'éducation ! Après on s'étonne de la difficulté du "vivre ensemble" et surtout du peu d'estime des citoyens envers les politiques ! Certes, le temps politique n'est pas le temps économique, mais nos dirigeants savent tout cela; en n'en tenant pas compte, ils démontrent qu'ils ne pensent pas à notre avenir, seulement à leur réélection !
Lionel DE BUSSIERE


15/12/2015
Commentaires après élections:

Il n'y a aucune raison d'être satisfait du résultat du second tour des élections régionales. Bien sûr, le Front républicain a fonctionné mais le Front National est à plus de 6,8 millions de voix; c'est dire la désespérance de nombreux français car entre les abstentions, les votes blancs ou nuls (qui ont beaucoup augmenté)et le vote FN, cela montre que la majorité des français sont mécontents du système actuel.
Ce que je crains une fois encore c'est qu'une fois la peur passée, la classe politique dirigeante actuelle reprenne ses mauvaises habitudes. Le diagnostic des maux français est pourtant assez connu et quasiment partagé par nombre de citoyens.

1) Il y a d'abord des problèmes de gouvernance et de méthodes:
- mise en place d'un gouvernement ressérré de 18 ministres au maximum, avec respect de la parité sans secrétaires d'Etat qui servent à rien!
- arrêt du cumul des mandats et interdiction d'exercer un mandat exécutif plus de deux fois. A ce sujet, si les démissions de X. BERTRAND et V. PECRESSE sont exemplaires, il faut exiger celle de M. LE DRIAN qui ne peut plus être Ministre !!
- arrêt des nominations de copains aux postes de la République prévus à cet effet pour encaisser un salaire et presque ne rien faire....(préfet hors cadre, Inspecteur Général de l'Administration, ...)
- publication des déclarations de patrimoine de tous les parlementaires
- réduction sensible du nombre de parlementaires
- vraie réforme des collectivités territoriales afin de supprimer les départements et donner des pouvoirs fiscaux aux régions et aux agglomérations de communes en définissant strictement leurs compétences.

2) Réformes à faire en urgence:
- Création d'un Ministère de la Formation professionnelle et de l'Emploi ayant le même budget que celui de l'Education Nationale
- Attribution aux régions de nombre de missions non essentielles pour l'Etat ou pouvant être mieux effectuer par les régions comme le tourisme, les transports, l'éducation au collège et en primaire, la culture,....
- Procéder à une réforme fiscale d'importance afin que tout le monde paie l'impôt sur les revenus de toute sorte
- Créer un Service Civil obligatoire entre 18 et 24 ans de 6 mois pour que tous les jeunes puissent servir le pays ainsi
- Donner à l'Europe de vrais pouvoirs de protections aux frontières extérieures(police et douanes) et plus globalement permettre à l'UE de simplifier son organisation afin de tendre vers une organisation fédérale pour les pays de l'Euro et Schengen.

Bien évidemment, beaucoup d'autres choses pourraient être faites, mais si nous faisons en 18 mois cela, je suis sûr que nous n'aurons plus à fair de votes défensifs et sans doute un vrai choix s'offrira!
Lionel DE BUSSIERE


07/12/2015
Le Front National est en passe de gagner plusieurs régions de France et beaucoup semblent découvrir que nombre de français n'ont pas trouvé d'autres moyens de manifester leur mécontentement à l'égard de la classe politique.
Pourtant depuis 30 ans, de nombreuses raisons se cumulent pour expliquer cette lente et forte montée:

- En premier lieu la crise économique: celle-ci n'a pas débuté en 2008! Depuis le second septennat de F. MITTERRAND, le chômage est un problème qui n'a jamais été réglé ni par la droite ni par la gauche! Malgré les promesses de campagne, les uns et les autres ont échoué. Aujourd'hui, le nombre de chômeurs en France n'a jamais été aussi haut (10, 5%) et en Allemagne ou en Angleterre, il n'a jamais été aussi bas (4,7% et 5, 2%). Aucun homme politique n'a eu le courage de faire des réformes afin de modifier les règles et copier ce qui marche à l'étranger.

- En deuxième, il faut noter que les deux régions où le FN fait son meilleur score sont celles où des affaires de corruption importante ont été mises à jour depuis quelques années sans que des mesures fortes aient été prises par les plus hautes autorités de l'État. Le "Tous pourris est ravageur "! Souvenons nous de la mascarade de la déclaration de patrimoine des parlementaires qui ne peuvent être vus qu'avec un nombre de conditions très restreintes et l'interdiction d'en parler....L'absence de renouvellement des responsables politiques qui permet à nombre d'entre eux de faire une carrière (voire de se faire nommer à un poste rémunérateur aux frais du contribuable) entraine une séparation dans les esprits entre eux et nous. Cela continue de ruiner la confiance du peuple envers ses représentants.

- En troisième: les mensonges récurrents des dirigeants: F. HOLLANDE et N. SARKOSY après J. CHIRAC ont menti souvent et écoeuré nombre de citoyens. Souvenons de la tirade de notre président actuel "mon ennemi est la Finance...", il a géré l'économie française comme la droite l'aurait fait. A partir de là, nombre de gens se disent qu'il vaut mieux voter pour un parti qui est "anti système" même si c'est économiquement idiot car le but est simplement de faire savoir "en haut", que la situation est trop dure "en bas"! Il aurait mieux valu dire avant que les mesures à prendre seraient difficiles mais qu'après quelques années ça ira mieux ! Si les temps politique et économique n'ont pas le même rythme, ce ne suffit pas à expliquer que les hommes politiques prennent leurs concitoyens pour des idiots.

- En quatrième lieu: le clientélisme,le trop grand nombre de collectivités territoriales, le cumul des mandats font des responsables politiques des hommes et des femmes coupés de la réalité. Pour être sûrs de garder leurs "fiefs" , ils développent une pratique d'assistanat et de copinage à grande échelle qui nuisent à la démocratie.

- En cinquième lieu, les appels de la quasi totalité des responsables à un repli identitaire, une fermeture des frontières conduisent à accuser l'étranger de tous les maux. Avant la seconde guerre mondiale, l'extrême droite accusait le juif, aujourd'hui c'est le musulman ! Ceux qui ont fait l'Europe sont morts et leurs héritiers ont dilapidé le capital commun le plus souvent pour des raisons d'égos invraisemblables....Où est l'Europe fiscale ? où est l'Europe de la Défense? Surtout, quand procédera-t-on à une simplification des structures européennes afin que cette technocratie lointaine devienne un gouvernement fédéral qui soit un phare de démocratie et de solidarité dans le monde !

Il n'est jamais trop tard! Mais il faudra en 2017 des hommes ou des femmes nouveaux pour inspirer confiance et éviter le pire !
Lionel DE BUSSIERE


27/11/2015
Le Président HOLLANDE a commis une double faute lors du Congrès dont l'Histoire le tiendra responsable:

Certes aujourd'hui, notre président peut se vanter d'avoir 84% des français derrière lui. Il doit en être ravi en vue des élections de 2017 de s'être ainsi positionné dans les deux premiers au second tour face à Mme LE PEN, cela lui assure la victoire. D'autres responsables politiques français ont été populaires sur le moment et mis dans les poubelles de l'histoire ensuite: E.DALADIER après Munich ou Guy MOLLET lors du vote des pouvoirs spéciaux à l'armée en 1956...

1) Une faute au plan intérieur: le langage martial et viril d'un Président guerrier veut positionner son homme comme un vrai leader qui sait ce qu'il veut! Il parle de guerre avec des ennemis intérieurs manipulés de l'extérieur. Il faut les abattre! Tout d'abord pourquoi n'avoir rien fait depuis les attentats de Charlie, puis celui du Thalys dont seul un miracle et 4 hommes courageux ont permis d'éviter un carnage? Aujourd'hui, nous pouvons comprendre l'État d'Urgence dans l'instant, c'est à dire les 5 ou 6 jours nécéssaires à l'enquête. D'ailleurs les services de police ont parfaitement travaillé et ont évité un autre attentat à La Défense durant ce laps de temps. Comme BUSH aux USA, HOLLANDE parle du bien et du mal et avec ses mesures prises aux propositions de SARKOSY et LE PEN, il copie le "Patriot Act" à quelques éléments près. Or, les années ont permis de voir toutes les tares de ces mauvaises décisions "bushienne", notamment la torture et Guantanamo. Notons que certains envisagent déjà de faire des camps pour enfermer tous les suspects sur les fiches S à titre préventif sans intervention du juge des libertés.
Mais à quoi sert la prolongation de 3 mois ? Donner aux Préfets le pouvoir de perquisitionner à toute heure est dangereux. Plus de 1200 perquisitions ont déjà eu lieu; aucune n'a permis de mettre en lumière une menace terroriste. 80% des perquisitions ont été négatives. Celles qui ont été positives en termes d'interpellations le sont pour de petits dossiers de stupéfiants pour l'essentiel et trois affaires de collectionneurs d'armes. Mais déjà des bavures: des perquisitions chez des commerçants arabes sur dénonciation des voisins, une autre chez des commerçants "bio" pour prendre connaissance des mouvances anti aéroport de Nantes, ....Déjà un député LR propose que cet État soit prolongé sur une année....Alors qu'il faut revoir les missions de la police, recruter des analystes, remettre des gens sur le terrain en banlieue,...
Or, comme le démontre très bien Olivier ROY dans un article récent sur ce sujet, les jeunes djihadistes sont français, certes le plus souvent de la seconde génération d'immigrés mais nous avons aussi un tiers de français non musulmans qui se convertissent. Ce sont des nihilistes qui n'ont le plus souvent rien à faire de la religion musulmane et qui s'en servent pour détruire comme le faisaient leurs ainés anarchistes ou brigadistes ou du GIA. C'est en France qu'il fallait agir! Notons que lorsque Mme EL KHOMRY fut nommée Ministre du Travail, elle était Secrétaire d'État à la politique de la Ville. Elle ne fut pas remplacée!!! N'est-ce pas un symbole ?
Sacrifier le pacte de Stabilité pour augmenter les effectifs de certains ministères est une faute supplémentaire. Il est vrai que l'Armée, la Justice et les services de protection de la Jeunesse ont besoin d'effectifs supplémentaires. Mais il faut dire où nous prenons l'argent pour compenser et tendre vers l'équilibre budgétaire. Si vraiment la jeunesse est le but majeur du quinquennat de HOLLANDE, il ne faut pas laisser un déficit de plus en plus grand à nos petits enfants pour des raisons conjoncturelles. C'est là que nous voyons l'Homme d'État: faire des choix douloureux et les expliquer, assumer si c'est impopulaire! Sinon, demain, nous n'aurons pas la sécurité et nous n'aurons pas la croissance !

2) Une faute sur le plan extérieur: là encore, le Président est le seul parmi les européens à parler de guerre. Les Italiens, les Allemands et les Espagnols qui savent aussi ce qu'est le terrorisme refusent d'employer ce terme. DAECH est un faux État. Toute cette mouvance est née de la politique arabe de BUSH en IRAK et ailleurs. Quand on vante la démocratie et la laïcité en France et que l'on "fricote" avec l'Arabie Saoudite qui est notre meilleur client en matière d'armes et une dictature impitoyable, n'y-a-t-il pas une contradiction ? Quand on refuse de soutenir un gouvernement élu comme en EGYPTE pour soutenir un Général putchiste et lui vendre des armes aussi, nous ne sommes plus crédibles dans le monde arabe pour expliquer que Bachar est un dictateur sanguinaire (ce qui vrai) mais que lui on ne peut pas le soutenir ???? Surtout quand on a fait de même en LIBYE pour chasser Khadafi ou en IRAK pour faire partir Saddam HUSSEIN et que nous voyons le résultat aujourd'hui.
La politique de HOLLANDE au Moyen-Orient est incompréhensible et change sans cesse. Elle est juste opportuniste. La FRANCE n'a plus de politique arabe digne de ce nom et notre choix d'avoir soutenu les dictatures sunnites au détriment de l'IRAN Chiite par exemple est une erreur. Par ailleurs, on ne gagnera pas la guerre contre DAECH car même si nous arrivions à les chasser de SYRIE, ils se positionneraient ailleurs et arriveraient à envoyer des messages à des équipes dormantes. Pour gagner contre une idéologie, il ne faut pas envoyer des avions qui bombardent partout mais combattre les idées et convaincre. Cela signifie que si nous ne sommes pas capables de faire cela, il faudra envoyer des troupes sur place et faire une occupation avec toutes les conséquences néfastes que l'histoire nous démontre.
La tragédie des guerres intra musulmane est si terrible qu'il faudra des décennies pour surmonter cela.D'ailleurs la FRANCE seule ne compte presque plus, où est l'Europe sur ce dossier ? (où est aussi notre ministre des Affaires europénnes?). C'est toujours après coup que la France demande des fonds pour l'aider, ne pourrions nous pas informer avant les 27 autres européens?

Les derniers changements de HOLLANDE quant à la politique guerrière à mener au Moyen-Orient sont à l'image de tous ceux concernant la politique intérieure. Pour l'instant, il semble avoir bien "joué" en prenant le programme de SARKOSY et en étranglant la droite modérée.
Tôt ou tard, les gens vont comprendre que l'on ne joue pas avec les libertés!
Lionel DE BUSSIERE


16/11/2015
Quoi faire après la barbarie du vendredi 13 novembre ?

Il est normal que chacun ait des idées pour combattre la peur qui a envahi bon nombre de citoyens français et aussi sur la manière de mettre fin à ces attentats. Malheureusement, c'est un domaine très complexe et beaucoup de médias disent ou reproduisent des énormités tant au niveau juridique qu'opérationnel. Il faudrait donc que les vrais spécialistes du terrorisme s'expriment mieux et plus.

Tout d'abord, j'ai lu que le Chef d'Etat-Major des Armées avaient indiqué que la lutte contre l'islamisme radical de type Daech prendrait des années. Cela signifie que tous ceux qui parlent en indiquant "yaqua" et "fautquon" qu'ils ne comprennent rien ! Et oui! le terrorisme des anarchistes au XIXème siècle ou celui de l'extrême gauche dans les années "70" a nécessité une bonne vingtaine d'années; mais la démocratie a gagné!

1) Pour prévenir le terrorisme, il ne suffit pas d'augmenter les moyens en hommes et le budget des services de renseignements. En 2001, les américains avaient tous les moyens voulus et avaient recueilli les infos, c'est le traitement qui a pêché! Cela est déjà arrivé en France et arrivera encore partout. D'ailleurs, le juge TREVIDIC qui après 10 ans de fonction à l'antiterrorisme à Paris doit quitter ses fonctions déclare que ce qui est important c'est de développer la phase judiciaire des enquêtes le plus tôt possible et de ne pas laisser "les services" seuls de décider ce qui est bon ou non pour notre peuple. Dans l'augmentation des moyens, il faut donc maintenant donner beaucoup au pôle anti terroriste afin que tous les dossiers en cours soient vite pris en charge.
Par ailleurs, il faut une grande coopération internationale sur ce sujet, avec les américains bien sûr, mais d'abord en Europe où l'on voit bien que les problèmes sont communs. Qui peut encore croire que l'on peut durablement fermer les frontières, si tant qu'elles puissent l'être réellement d'ailleurs? La coopération entre la Belgique et la France depuis 3 jours montrent bien ce que l'on peut faire au niveau des 28 pays membres. C'est un problème de volonté politique!
Enfin, multiplier les gardes statiques devant les bâtiments publics ne sert à presque rien sinon déplacer les terroristes vers des cibles non gardées (comme le Bataclan) et rassurer le provincial que l'État fait le maximum ce qui est faux ! On est en train d'user nos forces de sécurité et l'armée à des tâches qui ne sont pas les leurs!
Quant à ceux qui demandent d'enfermer tous les suspects dans des camps de rétention afin de les empêcher de partir, ils pourraient utilement analyser l'échec à tous les niveaux de Guancanamo. Les américains ne savent plus comment se dépétrer de ce camp et des personnes qui y sont enfermées depuis des années en dehors du droit. Surtout, le non respect des règles de droit permet d'aider le discours des terroristes du fait que nous nous mettons à leur niveau dans l'arbitraire, voire la barbarie quand des tortures sont effectuées sur les prisonniers.
Il n'est pas utile de démontrer qu'en plus ces enfermements n'ont pas permis d'éradiquer le terrorisme, bien au contraire! On peut toujours garder ceux qui reviennent du Moyen-Orient ou ceux qui manifestent par leurs écrits la volonté de tuer mais en veillant à ce qu'un juge des Libertés soient à chaque fois saisi.

2) Pour combattre ces terroristes, les bombardements sur la zone , s'ils ne sont pas suivis par des armées terrestres qui attaquent au sol, ne servent quasiment à rien. Là encore, les dégâts collatéraux sur les civils (qui eux sont aussi envahis par Daech)et les précautions prises par l'État Islamique (EI)rendent contreproductifs ces bombardements. Depuis le début des révoltes, la religion musulmane est mise en avant pour détruire d'abord d'autres musulmans, puis les juifs, les femmes et maintenant tout le monde en France car nous serions des "croisés". Seuls les Kurdes se battent sur place et quelques groupuscules plus ou moins liés aux démocraties mais surtout financés par l'Arabie Saoudite et consorts. Ce sont ces pays qu'il faut obliger à mettre des hommes sur le terrain afin d'affronter physiquement Daech. Le survol du territoire de Daech pour lâcher des bombes n'est pris par les peuples arabes comme une rodomontade. Il faut donc cordonner l'aviation et les troupes terrestres arabes au plus vite!
Si les troupes arabes ne veulent pas se battre, nous ne pouvons le faire à leur place!

Enfin, je comprend que personne en France n'en parle, mais j'espère vivement que un Plan spécial utilisant des forces spéciales puissent vite intervenir sur place dans un camp en pleine zone terroriste en abattant le maximum de "combattants" et en en ramenant deux ou trois en France pour y être jugés.
Lionel DE BUSSIERE


12/11/2015
Comment on maltraite les étrangers ?

Non, je ne vais pas parler de la crise européenne face aux migrants que ceux-ci arrivent de Syrie, d'Irak ou de pays pauvres africains tels la RCA ou la Somalie, voire la Guinée....
Tous ce qui compte en dirigeants Européens et Africains sont actuellement à Malte pour tenter de trouver un accord. Cet accord ne sera qu'un échange d'argent (on parle de 2 milliards d'euros) venant de l'UE vers les pays africains priés en échange de garder leurs "pauvres". De plus,l'UE va créer des camps pour "fixer" les réfugiés dans les pays en bordure de l'Europe. Voilà pourquoi l'UE fait à nouveau les yeux doux à la Turquie quelle que soit la pratique dictatoriale qui se met en place avec Erdogan. Enfin, dans l'esprit des accords de Dublin, l'UE va financer d'immenses bureaux avec camps de rétention dans les pays de 1ère entrée dans l'UE, soit la Grèce, l'Italie, l'Espagne, la Hongrie, ....

Non, je veux à travers deux exemples montrer la bêtise de responsables français afin de montrer qu'ils n'ont qu'une vue à court terme du problème et ne font des discours que dans le sens du vent (mauvais) qui veut mettre à la mer tous les étrangers qui débarquent en France.

1) En Mauritanie, une française installée là-bas a créé un fromage à base de lait de chamelle. Ce fromage (que j'ai gouté) est très bon pour qui aime le fromage. Or, ce n'est pas vraiment dans les moeurs africaines de manger régulièrement du fromage à chaque repas. Aussi a-t-elle voulu exporter vers l'Europe, notamment en Allemagne, où elle avait identifié un marché. Eh bien, qui l'en a empêché pour de basses raisons de règlements sanitaires qui feraient de plus une concurrence déloyale aux fromages du pays ? La France! A la demande des syndicats agricoles! Résultat: cette entreprise mauritanienne a péreclité et la dizaine d'employés se sont retrouvés au chômage.
Peut-être que quelque uns d'entre eux ont tenté de venir chercher un travail en France ?

2) Un étudiant tunisien a obtenu un visa de type D afin de poursuivre ses études en France, en l'occurrence suivre les cours d'un Master à Bordeaux afin d'obtenir le diplôme d'ingénieur. Ce master 2 s'effectue en alternance et il a trouvé, seul, une entreprise en Aquitaine qui accepte de le prendre durant cette année universitaire. Par prudence cette entreprise a sollicité du service "étranger" de la préfecture locale un avis . Cette dernière refuse tout net en estimant que le visa en question ne permet de travailler en France du fait qu'il s'agit d'un visa "étudiant". Rien n'y fit! Par deux fois, l'étudiant se rendit au siège de cette petite préfecture afin de plaider sa cause; non, ce cas était si complexe qu'il faut transmettre une demande spéciale à Paris...Mais les cours commencent le 7 novembre? Que doit-il faire en attendant la réponse? Ce ne fut pas dit, mais on comprit qu'il pouvait rentrer chez lui en Tunisie au lieu de prendre une place d'étudiant à un français!!!
Or, la loi ne dit pas ça: il pouvait sans aucune difficulté suivre son cours à Bordeaux et son alternance ailleurs; il suffisait d'informer le service nommé "DIRECCTE" spécialisé dans le code du travail. Cela lui fut expliqué clairement à la préfecture de Bordeaux qui a considéré avec stupéfaction les élucubrations de leurs collègues ...
De plus, qui peut nier que c'est excellent pour notre langue, notre culture,notre économie et globalement excellent pour notre pays qu'un étudiant vienne chez nous suivre son cursus universitaire.
C'est bien de la bêtise de la part de ces fonctionnaires qui utilisent à tort leurs petits pouvoirs pour régler des comptes avec des étrangers!
Après cela, pourquoi se poser la question de savoir si nous sommes encore la patrie des droits de l'homme ? Voilà pourquoi les réfugiés ne veulent pas venir en France !

Lionel DE BUSSIERE


03/11/2015
Comment gérer le Franc CFA ?

Tout le monde en France ne le sait pas mais dans beaucoup d'ex colonies françaises d'Afrique subsiste un reste de la colonisation: la monnaie ! Celle-ci se nomme Franc-CFA depuis cette époque (cela signifiait: colonies françaises en Afrique). En fait il en existe deux:

- un Franc-CFA pour la zone UEMOA: 8 membres (Union Économique et Monétaire d'Afrique de l'Ouest)
- un Fran-CFA pour la CEMAC: 6 membres (Communauté Économique et Monétaire d'Afrique Centrale).

Depuis l'indépendance de ces pays, leur monnaie régionale a d'abord été liée au Franc français, puis à l'EURO. Un euro vaut 655,957 F-CFA. Cette monnaie est garantie par le Trésor français.
Ces monnaies ont la même valeur mais ne sont pas interchangeables! D'ailleurs, ce ne sont pas les mêmes billets! De plus chacune a sa propre Banque Centrale situées à Dakar et Yaoundé.

Alors imaginons que vous arrivez d'un de ces pays, en déplacement vers le continent Nord Américain ou la Chine, en transitant en France à Roissy CDG Aéroport et que vous souhaitiez changer un peu d'argent?
Notons d'abord, que le F-CFA ne permet pas de payer quoi que ce soit au sein de l'aéroport contrairement au dollar américain voire la livre britannique; mais surtout les offices de change refusent de vous donner des euros à la place de vos milliers de F-CFA. Comment faites vous pour vous acheter un sandwich ou un journal ? C'est ça le lien ancien et amical entre nos pays ?
Qui se souvient qu'en 1994, MITTERRAND et BALLADUR ont imposé une dévaluation du Franc-CFA à l'ensemble de ces pays souverains alors qu'ils n'étaient pas d'accord.
Ceci n'est qu'un exemple mais il démontre que nombreux sont aujourd'hui les responsables africains qui veulent changer les règles du jeu.

En clair: oui à une monnaie unique au sein de notre zone économique (comme pour l'EURO pour nous) mais pas géré par d'autres....

En effet, en étant lié au cours de l'euro, c'est Mario DRAGHI qui décide des fluctuations de leur monnaie. Or, les problèmes de l'UE ne sont pas ceux de l'Afrique de l'Ouest tant au niveau de la croissance que celui de l'inflation.
Heureusement, le cours de l'EURO a beaucoup chuté ces deux dernières années rendant ainsi plus compétitif les produits africains à l'export mais c'est hors de leurs compétences ce qui est totalement anormal.
Il leur faut garder une monnaie régionale afin de développer une zone commerciale solide et avoir , seuls, le pouvoir de faire bouger les taux d'intèrêt, mettre en oeuvre ou non la planche à billets, ...bref utiliser au niveau régional les attributs de la souveraineté financière.
Beaucoup de pays africains ont des déficits budgétaires et auraient besoin de relance keynesienne pour relancer leurs économies qui pâtissent pour la plupart de la baisse des matières premières (pétrole en tête)et de celle des aides des pays développés eux mêmes en difficulté...La rigueur bruxelloise et allemande n'est donc pas très appréciée en Afrique!

Il est évident que d'être accroché à l'EURO n'a pas que des inconvénients! Ce n'est pas l'actuel Président de l'Union Africaine et du ZIMBABWE dont le taux d'inflation approche les centaines de millions annuel (il faut un camion pour amener l'argent nécéssaire à l'achat d'un ticket de bus !!!) qui dira le contraire mais entre l'extravagance et la domination, il doit y avoir un juste milieu qui est le respect de l'indépendance des pays africains.
Il est temps que Paris prenne conscience que le temps des colonies est fini et ouvre les discussions à ce sujet.

Lionel DE BUSSIERE


30/10/2015
Médaille d'or des Jeux Olympiques de la compassion: F. HOLLANDE

Ce n'est pas moi qui le dit mais Daniel Cohn-Bendit à la radio pour se moquer du déplacement du Président de la République en Aquitaine à Petit-Palais afin de participer à une cérémonie spécialement organisée pour lui permettre d'être présent lors du décés de 43 personnes dans un accident d'autobus. En effet, les funérailles familiales avaient eu lieu la veille dans tous les villages touchés par ces morts dramatiques. F. HOLLANDE est donc arrivé le lendemain avec le 1er ministre et une flopée d'autres, juste pour être là.
Il se trouve que le même week-end où l'accident en Gironde eut lieu, trois personnes ont été abattues dans un arrondissement marseillais dont deux mineurs de 14 et 15 ans. Ces morts sont liées au trafic de drogue.
Autant, on se pose la question de l'utilité de la présence du PR et d'une cérémonie spéciale en Gironde alors même que le 1er Ministre était déjà venu le jour de l'accident , lui aussi accompagné de quelques ministres; autant la présence du Chef de l'État à l'enterrement des jeunes marseillais aurait été pertinente.
En effet, l'Etat n'est en rien responsable du dramatique accident ayant fait 43 morts, autant il est directement impliqué dans le fait que des mineurs se fassent "tirer" comme des lapins en pleine ville, fut-elle Marseille ! C'est de la compétence directe du Ministre de l'Intérieur, de celui chargé de la politique de la ville, de l'aménagement du territoire et du premier Ministre que de tout faire pour mettre fin à ces assassinats mafieux. D'autant que par hasard, ce même jour, paraissait un article dans le journal "Le Monde" nous informant du racket organisé par les jeunes des banlieues à l'encontre des responsables des petites et grandes entreprises du bâtiment à Marseille. Bizarrement, ni la TV, ni les radios n'ont repris cette info pour en discuter?
Là, il eut été important que F. HOLLANDE soit présent et dise clairement les mesures que l'État allait mettre en oeuvre pour faire cesser ces morts de gamins et ce scénario maffieux dans les Bouches du Rhône. C'est cela que l'on attend du Président élu! Pas qu'il vienne pleurer nos morts pour le simple motif de nous faire croire qu'il partage nos douleurs.
De nombreux journaux, dont "Le Monde", ont écrit pour stigmatiser le nouveau candidat Hollande qui pense tous les jours à 2017; lequel par ailleurs utilise les moyens de l'État pour être partout....
Lionel DE BUSSIERE


26/10/2015
Assises départementales de la santé en Périgord:

Le nouveau président du Conseil Départemental, M. PEIRO Germinal, a eu l'idée d'organiser des assises sur quelques problèmes importants de société et ce, afin de justifier l'existence des conseillers départementaux dont tant HOLLANDE que SARKOSY voulaient se débarrasser.
Donc, M. PEIRO a invité "tous les acteurs de santé: médecins, services du département et usagers"...La conclusion est de construire des Maisons de Santé un peu partout. Oui! Bien sûr!

Mais c'est un peu court!

- Tout d'abord contrairement à l'annonce, tout le monde n'était pas invité! Il manquait quasiment tous les services de prévention: médecine scolaire, médecine du travail,médecine de la Sécurité Sociale, ... cela fait beaucoup de médecins, lesquels sont par ailleurs très au fait de la situation de leurs concitoyens car ils ne soignent pas seulement, ils mettent en oeuvre des protocoles afin d'éviter aux patients des maladies très graves. C'est d'abord cette médecine qu'il faut développer. Elle coûte globalement moins cher à la Nation et surtout elle est beaucoup plus efficace car elle évite les fléaux infectieux et les maladies dues à la pénibilité au travail. Quand on sait le nombre de postes vacants dans ces fonctions (par exemple: l'hôpital de Périgueux...) essentielles, il est trop tard pour pleurer sur les déficiences éventuelles de la médecine curative.

- Effectivement comme l'article de Sud-Ouest le souligne, il serait temps de déléguer à des infirmières et autres personnels médicaux aptes nombre d'actes que les médecins libéraux se gardent pour assurer leurs fins de mois. Nombre de patients n'ont que de petits "bobos" qui ne nécèssitent pas de voir le "docteur"!!!C'est certes un problème d'éducation médicale des patients mais aussi mettre en place un autre mode de rémunération des médecins libéraux qui devraient avoir un forfait par malade et non un paiement à l'acte qui encourage toutes les dérives...Qui a parlé de cela aux Assises ?

- Quid de la médecine humanitaire ? Même en Périgord, il y a des gens qui ne peuvent pas se soigner. Où sont les services complétement gratuits pour ceux qui n'ont pas la CMU ou les moyens de se payer des soins dentaires? Les institutions ont délégué aux associations humanitaires ces soins. De plus nombre de médecins libéraux refusent de soigner les "pauvres" car cela mettrait trop de temps à se faire payer....
Au vu des subventions dans ce domaine, il reste beaucoup à faire pour améliorer la santé de beaucoup dans le département ! Qu'a proposé M. PEIRO à ce sujet ? Rien !

- Le corporatisme étroit des Ordres qui refusent d'inscrire des médecins ou des dentistes ayant des diplômes français en complément de leurs titres d'origine. Au lieu de leur dire de refaire toutes leurs études en France, on devrait les remercier d'avoir fait payer les études par un autre pays et de vouloir exercer chez nous! Cela fait des économies aux comptes de la Nation! Et je n'aborde pas le scandale des médecins étrangers francophones ayant fait toutes leurs études en France "faisant fonction" de médecins dans tous les hôpitaux de France, mis payés au rabais parce qu'ils sont étrangers! Nous avons des parlementaires en Périgord qui pourraient proposer une loi afin de modifier cela ?

- Enfin un point, soulevé par Mme GASC en fin d'article est très pertinent: c'est l'État qui fixe chaque année le numérus clausus de nombre de médecins ou dentistes habilités. Mais dans le même temps, nous sommes obligés de faire appel à des médecins étrangers d'origine européenne qui s'installent partout: en médecine du Travail, à Bussière-Badil,à Brantôme, .... Certes, on économise la formation, mais c'est ridicule d'autant que nombre d'entre eux ne
maitrise pas le français parfaitement ce qui pose quand même des difficultés...

En conclusion, quitte à faire des Assises, cela eut été mieux de faire le tour des difficultés du secteur au lieu de rester dans l'entre soi et proposer seulement des solutions déjà appliquées ailleurs.
Lionel DE BUSSIERE


19/10/2015
Et si l'état de notre équipe de rugby était caractéristique de l'état de la France ?

Samedi dernier, tous les supporters de rugby ont pu voir une superbe équipe alors même que certains critiques français l'annonçaient vieillissante, en fin de cycle !!!C'était l'équipe Néo-Zélandaise! La notre fut dominée dans tous les compartiments du jeu à tel point que certains joueurs ont dit ensuite avoir honte pour le pays !

Nouvelle-Zélande: 4, 5 millions d'habitants dont 15% de Maoris (le Haka!) et 67% d'européens descendants du Royaume-Uni: 163.000 licenciés en rugby.
France: 67 millions d'habitants dont 438.144 licenciés en rugby, la plupart originaires du sud de la France.
La logique voudrait que les matches soient représentatifs de la puissance démographique de la Fédération, donc la France devrait gagner 9 fois sur 10, or c'est l'inverse !

Pour un tas de raisons que l'on voit rarement dans la presse, sauf en ce moment, ça balance un peu vu l'humiliation reçue qui rejaillit fatalement un peu sur tous les français. Mais au fait ! Aurait-il un rapport entre le rugby et notre système politique ?

1) Comme en rugby, nos institutions sont vieillottes et remplis de personnes âgées ne cherchant pas à améliorer les performances mais à garder une place le plus souvent acquise grâce au copinage. De plus, tous ces dirigeants n'ont aucune culture d'entreprise et ont rarement une connaissance des flux financiers. Quand ils prennent leur poste, ils sont peu préparés à gérer des budgets importants et considèrent la manne financière (des impôts ou des droits TV)comme pouvant être utilisée à leur avantage. Le contrôle interne est rare et mal effectué le plus souvent. Quand on découvre des problèmes de mauvaise gestion, cela se règle dans tous les cas en douceur même si la presse en parle parfois. Ceux qui viennent de l'entreprise et ont fait leur preuve sont malmenés par la masse des élus qui n'ont qu'une expérience locale.

2) Comme en rugby, on ne fait pas confiance aux jeunes. La Nouvelle-Zélande vient d'être sacrée pour la cinquième fois championne du monde des moins de 20 ans. La France a fini quatrième. Mais la grande différence est que les jeunes néozélandais sont vite intégrés dans le pool des internationaux en contrat avec leur fédération alors que les jeunes français pour la majorité d'entre eux sont remplaçants ou jouent en Pro D2 car les dirigeants du TOP 14 leur préfèrent des joueurs du Sud ayant fait leur preuve qui finissant ainsi leur carrière en France avec des salaires mirobolants pour eux. Dans la vie courante, les jeunes ne sont pas pris avec un CDI, au rugby, pareil! Après ils ne sont pas prêts à affronter le niveau international et pour la vraie vie, ils préfèrent soient devenir fonctionnaire territorial soit quitter la France pour aller ailleurs où on leur donne une vraie chance. Pourquoi tous les jeunes français ne vont-ils pas durant 6 mois faire un service civil international afin d'affronter la mondialisation ?

3)Comme en rugby, on garde les avantages acquis comme base de progrès. Un TOP 14 épuisant pour les organismes mais rémunérateurs pour ceux qui jouent. La préférence est clairement pour les clubs et pas à l'équipe nationale. Tous les responsables connaissent le problème comme nos Présidents savent ce qu'il faudrait faire pour améliorer l'état du pays. Au pays de l'électoralisme, l'immobilisme est roi ! C'est du "chacun pour soi"et après on critique l'absence de résultats mais personne ne veut faire d'efforts pour le bien du pays.

4) Comme en rugby, on demande aux entraineurs nationaux de faire des miracles car durant les années de mandat, rien n'est fait pour l'aider. Nous avons le meilleur championnat du monde mais tant pis si Toulon, le champion récent, a investi surtout dans les étrangers et que peu à peu tout le monde fait de même. Ils "seraient" en proportion moins chers que les joueurs français. Toujours ce problème de compétitivité qui casse la production et empêche l'économie de l'un ou de l'autre de bien fonctionner en favorisant l'emploi et la morale financière.

Si nous faisions une compétition France-Singapour par exemple; croyez vous vraiment que ce serait l'économie française qui va gagner à l'avenir ?
Lionel DE BUSSIERE


14/10/2015
La SYRIE, c'est compliqué !

Beaucoup de pays sont impliqués dans la guerre civile syrienne où les bombardements des uns et des autres sur la population civile sont en train de transformer ce conflit en menace d'une troisième guerre mondiale comme l'indiquent certains titres de la presse (voir l'Obs).
Pour comprendre l'ampleur du sujet, il faut auparavant faire un peu d'histoire des religions et de la politique.

Lors de la Grande Guerre, l'Empire Ottoman a choisi de soutenir l'Allemagne. Cet Empire a régné sur un territoire immense allant de l'Algérie actuelle à la Grèce. Aussi, les alliés franco-britanniques ont mis en place une stratégie afin de briser cet empire et d'assurer ainsi leurs approvisionnements en pétrole et en gaz. Les accords SYKES-PICOT en 1916 ont redessiné la carte du Moyen-Orient. Ces accords entre puissances coloniales rivales devaient permettre de se partager l'ex empire. Les français rêvaient d'une grande SYRIE francophone allant du Liban à Mossoul et les anglais soutenaient les bédouins et avaient promis au chef des Hachémites un territoire indépendant en Arabie. En fait, les deux diplomates trahissent leurs promesses publiques en faisant de la Palestine un territoire à part, en traçant une ligne de séparation au Proche Orient séparant les "français" des "anglais". Cependant à la fin de la guerre mondiale, la région de Mossoul devint aussi territoire sous influence britannique.
Le dépeçage de cette zone a entrainé de multiples conflits d'intérêts et quelques bombes à retardement telle la Palestine ! La création de pays tels l'Arabie Saoudite, l'Irak ou la Syrie n'est pas due à l'histoire des peuples mais à la seule volonté des pays coloniaux et comme pour l'Afrique lors du Congrès de Berlin, les frontières de ces États sont totalement artificielles incluant des tribus opposées et en séparant d'autres qui étaient unies auparavant.

La zone est aussi l'objet de querelles religieuses anciennes et fratricides. Chacun connait l'histoire d'ISRAËL, pays imposé par les occidentaux après la seconde guerre mondiale afin de se faire pardonner leur absence lors du génocide juif par les nazis. Depuis lors, une guerre réelle ou latente perdure entre les pays arabes voisin d'ISRAËL, la PALESTINE et l'État juif. Jusqu'à présent, ISRAËL est sorti vainqueur de toutes les confrontations, mais à quel prix !

Surtout, la zone est dominée par la religion musulmane laquelle est scindée en deux: l'une le chiisme représente 10% des musulmans, l'autre le sunnisme les 90% restant. C'est en 656 que la bataille dite du "Chameau"vit la première guerre intra musulmane.
Les descendants de Mahomet se sont disputés l'héritage du prophète. L'assassinat d'Ali, gendre et héritier du prophète en 661, puis la mort de son fils, Hussein petit fils du prophète, constituent les épisodes fondateurs du chiisme. A la bataille de Karbala, Hussein refusa de se soumettre et ses troupes furent massacrées par les armées omeyyades, la tête d'Hussein fut envoyée au Calife. La haine des Chiites envers les Sunnites date de cette époque.
Sous le même socle coranique, les deux courants étaient séparés non seulement par une guerre de succession mais aussi par des divergences idéologiques.
A la mort d'Hussein, les chiites vont se développer dans la clandestinité. Ils sont effectivement systématiquement poursuivis et massacrés s'ils ne se rallient pas à "la vraie foi" sunnite. Les chiites sont gouvernés par un Iman qui est à la fois un guide religieux et politique. C'est cette religion qui a installé Khomeyni en 1979 en IRAN.

Outre ce pays, les principaux pays où les chiites sont majoritaires sont : l'IRAK, le LIBAN, le MAROC, BAHREÏN et au YEMEN.

Les Sunnites sont eux très majoritaires en ARABIE SAOUDITE, en EGYPTE, les autres États du Golfe (KOWEIT, QATAR, OMAN, EAU) et en TURQUIE. Les Sunnites sont aussi présents majoritairement dans d'autres pays de confession musulmane, même s'il existe aussi des minorités chiites importantes en AFGHANISTAN, au PAKISTAN, en INDONÉSIE, en TCHETCHENIE et en TURQUIE. Chez les Sunnites, depuis l'abolition du Califat en 1924, personne ne peut parler au seul nom de l'islam dans son ensemble. Les imans sunnites sont des guides religieux seulement qui dirigent la prière et interprètent les textes sacrés ce qui explique qu'il y a presque autant de vérités que d'imans.
La SYRIE est partagée en 60% de sunnites, 15% d'alaouites (peuple du dictateur Bachar el ASSAD), 10% de chrètiens et 15% de druzes.
Les alaouites sont assimilés aux chiites; peut-on dire que l'on assiste en SYRIE à une guerre religieuse si l'on sait qu'ils ont tout fait pour contester la domination sunnite? Quand la France avait un mandat de la SDN sur le territoire syrien, les alaouites ont été de fidèles alliés de la France. En 1945, ils voulurent être rattachés au Liban encore français pour quelques années, mais cela ne se fit pas, à leur grand regret!

Depuis l'arrivée de Khomeyni en IRAN ce pays fut diabolisé du fait de sa volonté d'indépendance énergétique à l'encontre des intérêts anglo-saxons. D'autant que le grand allié arabe des Etats-Unis et des Occidentaux en général est l'ARABIE SAOUDITE sunnite. Les USA et les Britanniques en intervenant militairement en IRAK pour y chercher des armes de destruction massive, chasser le dictateur local et instaurer la démocratie n'ont réussi à faire que des dizaines de milliers de morts, civils pour la majorité. Comme en AFGHANISTAN où l'OTAN a échoué à rétablir un État et une démocratie par les armes ! Comme en LIBYE où l'intervention franco-britannique a aussi échoué à créer les conditions d'une démocratie.

Personne ne va regretter les dictateurs morts et chacun souhaite la départ de El ASSAD, mais ces interventions ont détruits l'idée de nation dans ces pays qui existaient depuis 60 ans environ et désormais c'est la frontière religieuse qui est revenue séparer les territoires et les peuples.
La RUSSIE a choisi son camp en soutenant plus globalement les Chiites: IRAN, SYRIE et maintenant l'IRAK.
Les Occidentaux soutiennent les pays à majorité sunnites. Mais le compte n'y est pas: nos interventions militaires sont faites au nom de la démocratie. Souvenons du discours de Bush junior: le bien et le mal, la création d'un arc arabe démocratique...
Or, les pratiques coloniales sont encore dans beaucoup de mémoire dans ces pays là et surtout quand on torture, on emprisonne à tout va, on bombarde des civils, des hôpitaux, .... quelle légitimité ont nos déclarations d'intention démocratique ?
C'est ainsi que les mouvances terroristes se sont crées puis développées et aujourd'hui un Califat a été créé sur une partie du territoire syrien et irakien.

Aujourd'hui l'EI ou DAECH (État Islamique), composés majoritairement par des terroristes sunnites massacrent des populations en fonction de critères ethniques et religieux notamment contre les chrétiens et les yézidis d'IRAK..et proclame que l'Islam est une religion de guerre.
Mais il existe aussi un terrorisme chiite qui a été largement soutenu par les services iraniens et le Hezbollah libanais...

Quant à la France, qui a varié dans son intervention en SYRIE jouant d'abord les "va-t-en guerre" en voulant envoyer des troupes terrestres en SYRIE, puis en déclarant ne pas vouloir s'en prendre à l'Etat Islamique en SYRIE pour éviter de coordonner nos vols de bombardements avec les avions du régime légal, puis en le faisant....en choisissant d'armer fortement des régimes dictatoriaux tels l'Arabie Saoudite ou l'Egypte afin de "créér des emplois en France", sa parole est déconsidérée sur place et la France est un acteur secondaire.

En conclusion, seules les troupes arabes des pays voisins de la SYRIE et de l'IRAK doivent aller sur le terrain pour détruire les terroristes. Malheureusement l'état de ces armées n'est pas bon et il faudra du temps pour reconstituer des soldats aptes à combattre.
Cependant, ces soldats doivent savoir pourquoi ils vont aller se battre et pour qui ?
Faute d'idéal, ils ne peuvent pas gagner !Les Occidentaux doivent chercher à motiver ceux qui vont aller au combat, l'argent ne suffira pas....
Lionel DE BUSSIERE


03/10/2015
La stratégie de BAYROU est-elle gagnante ?

Chacun sait que F. BAYROU voudrait être Président de la République: il s'est déjà présenté trois fois et obtenu des scores variés. Il a longtemps pensé que le marchepied pour être Président serait de devenir Premier Ministre.
La stratégie pour arriver est donc assez claire, mais la tactique pour cela est très fluctuante. En effet, au début de sa carrière, il a été trois fois Ministre dans des gouvernements de droite. Certains se souviennent peut-être de la grande manifestation populaire contre son projet de réforme du financement l'école privée où il s'était mis à dos droite et gauche...Ainsi lors de la victoire de CHIRAC en 2002, il ne sera pas désigné Premier Ministre (ce sera D. de VILLEPIN); lui-même sera candidat et fera 6,84% au premier tour. F. BAYROU s'oppose tellement à ce gouvernement qu'il votera la censure avec les socialistes en 2006 lors d'une autre grande manifestation contre le "contrat-jeunes". Beaucoup de centristes s'opposent à cette stratégie d'affrontement avec la droite classique et nombre le quittent. Cela réduit ses chances de réussir à être premier Ministre. En 2007, lors des élections présidentielles, il fera un excellent score: 18,57% au premier tour et arrive ainsi à être au centre du jeu.

M. ROCARD, D. COHN-BENDIT et d'autres personnalités de gauche lancent un appel à une unité au second tour Modem-PS. Souvenons-nous de Ségolène ROYAL, candidate du PS sonnant la nuit en bas du domicile de F. BAYROU afin de discuter d'un accord entre eux. Il refuse d'ouvrir la porte...
Il indique refuser de choisir entre les deux candidats du second tour, quelques années plus tard, il avouera avoir voter blanc!
Mais lors des élections législatives qui suivent, les élus centristes comprennent que pour être élus à nouveau, il faut passer des accords avec le partenaire de toujours des centristes: la droite. Le plus grand nombre d'élus quittent le Modem en critiquant de plus sa gestion du parti: Jean ARTUIS disant que l'on ne gère pas un parti comme une secte.

En 2010, aux élections régionales, le Modem fait 4,10% !!!

Lors des élections de 2012, F. BAYROU s'oppose fermement à la droitisation de la campagne voulue par N. SARKOSY, mais beaucoup d'élus encore au Modem soutiennent ce dernier.Il va faire 9, 17% des voix. S'écroule alors son projet d'être le recours de la droite.
Il choisit officiellement F. HOLLANDE au second tour, qui est élu, mais n'a rien négocié. Le PS lui oppose aussitôt une candidate dans sa circonscription de Pau: il est battu et hors jeu parlementaire.
Il aurait pu être la caution "centriste" de la gauche au pouvoir attendant, comme à chaque fois, la droitisation de la politique de gauche après quelques années de pouvoir (certains appellent ça le réalisme économique): après tout des membres du Modem étaient dans la majorité municipale à Lyon, à Dijon et à Lille (avec Mme AUBRY comme Maire !!!). Tant pis !

Au contraire, il s'oppose au PS et à sa politique fiscale et économique et ce, en étant fidèle à son analyse de la situation de la France, catastrophique selon lui depuis CHIRAC, dont les Finances Publiques sont en piètre état. Lors du second gouvernement sous HOLLANDE, c'est VALLS qui rafle la mise et personne ne fait appel à lui. Il s'oppose de plus en plus au PS et dans le même temps il continue de s'opposer à N. SARKOSY dont le comportement même l'insupporte.

Nous arrivons donc à la période actuelle où il a clairement indiqué qu'il soutiendrait A. JUPPE s'il était choisi par la droite classique comme candidat à l'élection présidentielle de 2017.
C'est là, où on ne comprend plus rien: la droite ayant fini par mettre en place des primaires il faudra faire un choix entre SARKOSY et JUPPE (plus les autres). L'intèrêt de BAYROU et des membres du Modem serait donc de participer aux primaires et d'en profiter pour faire gagner leur poulain lequel a déjà dit qu'il ne ferait qu'un mandat. C'est du pain béni pour BAYROU en 2022 où il aura 71 ans ?
Et bien NON ! Il refuse de participer aux primaires pour garder sa liberté favorisant ainsi N. SARKOSY.
BAYROU pourra à nouveau se présenter en 2017, mais pour faire quoi ?
Pour les élections régionales de fin d'année PARTOUT le Modem s'est allié à la droite classique LR (ex UMP) et UDI.
Pourquoi dés lors faire le jeu de N.SARKOSY et de l'extrême droite en refusant de participer aux primaires ?
Les voies du Seigneur sont impénétrables et les choix de F.BAYROU incompréhensibles s'il veut gagner.
Lionel DE BUSSIERE


25/09/2015
À quoi sert une frontière ?

Beaucoup de citoyens ignorent ce qu'est réellement une frontière aujourd'hui et lorsque nous parlons de l'Europe sont souvent incapables de différencier la libre circulation des marchandises de celles des hommes et des femmes.
Au sein de l'UE, depuis le 1er janvier 1993, toutes les marchandises circulent librement comme auparavant à l'intérieur du territoire français depuis la Révolution (et donc, lorsque les droits d'octroi intérieur ont été supprimés).
Par contre, seuls les pays ayant signé les accords de Schengen autorisent la libre circulation des personnes. Pour complexifier la chose, il faut dire que si certains pays de l'UE ne sont pas volontairement dans Schengen (Royaume-Uni par exemple), des pays voisins mais non membres de l'UE sont partie prenante aux dits accords (telle la Suisse, par exemple).
Précisons enfin qu'outre les marchandises, les services et les capitaux circulent aussi librement dans la zone de l'UE. C'est ce que les économistes définissent comme un Marchè Commun.
Comme la politique commerciale est commune aux divers pays de l'UE, nous sommes en face d'une Union Économique. La frontière est donc à l'extérieur des pays membres.

Or, il se trouve que cette notion de frontière douce, qui depuis 30 ans avait vocation à reculer afin d'englober de plus en plus de territoires, est actuellement remise en cause.
Certes, la disparition de la frontière est contestée en tant que ligne de contrôle d'un territoire délimité par au moins deux parties et le plus souvent fruit de l'histoire sur les continents ou de la géographie pour les îles. Régis DEBRAY dans un entretien récent à un magasine indique : "la frontière est une conquête de la civilisation et quand il n'y en a pas, c'est la loi du plus fort!". Jusqu'alors, il semblait être inscrit dans le mouvement de l'histoire une double suppression:
- celle d'un titre de transport pour les marchandises
- celle d'un visa pour les personnes

Mais que ce soit aux USA ou en Israël, on peut noter qu'il est possible pour certains d'entrer sans visa et pour d'autres, avec des murs très haut et équipés de technologie sophistiquée,tout est fait pour les empêcher d'entrer. Aux USA, ils y arrivent très mal et le nombre de clandestins est le sujet récurrent des élections présidentielles tant le problème est vif ! Les moyens mis en place entre Israël et les Territoires Palestiniens sont plus efficaces mais relève quasiment de l'apartheid et font l'objet de la condamnation quasi unanime des démocraties occidentales.
Au sein de l'UE, pendant longtemps, la lutte contre les immigrants irréguliers était considérée comme un sujet mineur au sein de la Commission. En effet, les technocrates bruxellois sont mieux formés en économie qu'en police et ils sont donc plus à l'aise pour édicter des règles commerciales ou douanières que savoir ce qu'il faut faire pour éviter les immigrants économiques. Alors quand vous avez un mouvement exceptionnel de fuite comme en SYRIE, en IRAK, en AFGHANISTAN et en ERITHRÉE, c'est la panique !
Cela fait 10 ans que l'on sait que les grecs sont incapables de contrôler leurs frontières avec la TURQUIE par où sont passés des milliers de clandestins. Aujourd'hui que la GRÈCE, L'ITALIE, la HONGRIE sont débordés, il faut trouver des règles dans l'urgence. D'autant que dans les 4 pays cités, les Occidentaux sont en grande partie responsables pour 3 d'entre eux des guerres effroyables qui s'y déroulent. La fuite des habitants après 3 ans de guerre au mieux n'est qu'une conséquence.
Alors que fait-on ? Comme les USA, un mur toujours plus haut ! Pour la prochaine présidentielle américaine, le candidat républicain, Donald TRUMP, promet de renvoyer tous les clandestins au MEXIQUE et d'améliorer encore la hauteur des murs.
Il semble que certains pays européens aient grande envie de copier ce modèle. En France aussi nos "Républicains tendance "Sarkosy"pourraient faire leur des propositions de D. TRUMP.
Je recommande aux lecteurs de lire le roman:" Avant la chute" de Fabrice HUMBERT. Il montrait que la volonté des "pauvres" de venir aux USA est trop forte pour être bloquée. La Démocratie se déshonore en utilisant certains moyens pour empêcher les réfugiés de venir chez nous. Il faut savoir si la règle supérieure à défendre est la démocratie ou la protection.

Dans son ouvrage sur "Les Immigrés de la République", Philippe d'IRABARNE indique "que le multiculturalisme est aussi utopique que la société sans classes". Certes! Mais ce sont les utopies qui font avancer le monde !
Nous nous trouvons aujourd'hui face aux mêmes problèmes qu'ont rencontré les libanais d"Origines" écrit par Amin MAALOUF: ils sont aujourd'hui dans le monde entier et peu sur le territoire de départ.Nous avons fait cela en Afrique au XIXème siècle: relisons "Le monde s'effondre" de Chinua ACHEBE contant les conséquences de l'arrivée des blancs dans un village du NIGER.
Aucune frontière peut empêcher le flot. La preuve est faite depuis l'origine du monde. Aussi faut-il s'adapter et accueillir ces réfugiés en faisant tout pour qu'ils puissent revenir chez eux un jour prochain. Ceux qui ne parlent que des avantages économiques éventuels qu'auraient les immigrés ne peuvent pas savoir la peine que connaissent ceux qui ont quitté leur pays et souvent leur famille.
Lionel DE BUSSIERE


21/09/2015
Droit d'asile (suite)

Une ancienne ministre de François HOLLANDE, Mme CARLOTTI, qui a été recyclée comme dirigeante d'une organisation de HLM pour les plus défavorisés vient de déclarer qu'elle avait dans son parc plus de 71.000 logements vacants et immédiatement disponibles pour les réfugiés syriens et autres qui continuent de se rendre très majoritairement en Allemagne.
On aurait pu penser que cette intervention allait être saluée par tous ceux qui voulaient verbalement aider les réfugiés mais se désespéraient des moyens disponibles ? Le Pt HOLLANDE ayant déclaré que nous accueillerons 12.000 réfugiés cette année et autant l'an prochain parce que nous n'avions plus les moyens d'en accueillir plus, ces logements vides permettaient ainsi de redevenir la patrie de tous ceux qui sont poursuivis dans leur pays pour leurs opinions ou parce que ce pays est en guerre?
NON, ce ne fut pas le cas, au contraire, l'entourage du Président a déclaré que l'intervention était inopportune car ces logements vacants étaient situés dans des quartiers à problèmes.
D'abord on ignore quels sont les problèmes? Mme CARLOTTI a dit que les logements sont disponibles, donc en bon état! Entre les lignes, il est possible de conclure que ces logements sont dans les banlieues difficiles...
Tout d'abord, pourquoi garde-t-on vides des appartements en bon état quelle qu'en soit la localisation? Pourquoi l'État français paye (trop cher) l'hébergement de nombre de sans abris ou d'immigrés récents en les mettant dans dans des hôtels alors que ces logements vides leur tendent les bras? Pareil pour les gitans dont chaque ville cherche à se débarrasser!
Le Gouvernement préfére donc des pauvres dans la rue plutôt que dans des logements prévus à cet effet?
Sauf si l'image de la banlieue que notre Président et ses Ministres est celle véhiculée dans l'abominable film d'AUDIARD: "Dheepan" dont on se demande sur quel critère ce film a obtenu la Palme d'Or du dernier festival de Cannes? On voudrait donc éviter aux malheureux réfugiés syriens et autres de se retrouver dans les mêmes conditions que les Tamouls du film? Tous des drogués et des tueurs en banlieue!!!
Je comprend pourquoi le Ministère de la Ville vient de perdre son titulaire lors du dernier remaniement ! Mais bizarrement la presse a peu parlé de ces logements vides ?
Avec une vision aussi indigne des banlieues que celle-ci, il vaut mieux renier les grands principes moraux de notre République !
L'image de la France n'en sort pas grandie.
Lionel DE BUSSIERE


17/09/2015
Pendant la crise des réfugiés, le monde continue d'avancer....

En 2015 l'Union Européenne est, une fois encore, en crise profonde dans deux de ses sous organisations:
- la zone EURO a réussi à trouver un accord qui ne peut être que provisoire tant le montant de la dette grecque par rapport au PIB est ravageur. Il faudra restructurer cette dette, ce que les Allemands ne veulent pas car ce sont leurs contribuables qui vont encore payer le maximum... et la situation de la France n'est pas bonne dans ce domaine là !
- la zone Schengen est en pleine explosion: l'afflux massif de réfugiés du fait des guerres que l'Occident a provoquées en Irak, en Libye et surtout en Syrie où le refus de négocier avec le dictateur local soutenu par la Russie et l'Iran a permis à Daech de conquérir de vastes territoires...déstabilise les pays récemment européens et même les autres...Et on ne parle pas des migrants économiques...

Pendant ce temps là, l'économie mondiale ne va pas mieux! Au contraire! Les pays émergents sont en pleine crise et la Chine fait peur à tous les boursicoteurs et surtout aux investisseurs. Effondrement ? Le commerce entre les USA et l'UE perd chaque année de l'importance (entre 15 et 17% aujourd'hui).

Discrètement, à l'abri des médias pris par le spectaculaire, les Etats-Unis et l'Union Européenne continuent de négocier le futur traité de libre échange dont l'acronyme anglais commence à être connu: TTIP (Transatlanntic Trade and Investment Partnership) ou Partenariat Transatlantique pour le Commerce et l'Investissement: PTCI).

Les deux entités ont besoin de réussir cet accord:
- l'Europe, qui a une forte tendance à se replier sur elle-même, pense ainsi obliger les américains à s'intéresser à nouveau à cette partie du monde car depuis l'arrivée d'OBAMA, les USA ont carrèment tourné la tête vers l'Asie où la croissance se trouve. En outre, les pays émergents les plus importants sont en Asie: Chine, Inde, Indonésie, Philippines, et il ne faut pas oublier ni le Japon ni la Corée du Sud comme pays développés dans la zone. Les gros problèmes de l'UE avec la Russie montrent que les "28" ne font pas peur à la Russie et que seule l'OTAN, sous domination américaine, est capable de freiner les ardeurs des russes dans la zone. Un accord commercial lierait les deux zones occidentales de façon irrémédiable d'autant qu'elles représentent 50% du commerce mondial.
- les USA ont besoin aussi de réussir ce pari économique en faisant signer à l'UE un accord qui est beaucoup plus qu'un accord de libre échange: les droits de douanes entre les deux zones sont à 3% environ. Cet accord est sans précédent et touche au coeur des sociétés.Les américains sont une super puissance en recul dans le monde: nombreux échecs militaires (Aghanistan, Irak, Syrie, ...)et la Chine se profile comme première puissance économique du monde.

Il faut donc que les Occidentaux, qui vivent dans des démocraties, arrivent à s'entendre pour continuer de fixer les règles commerciales, financières et normatives au sein du Commerce Mondial puisque l'OMC a échoué sur les accords de DOHA qui sont totalement enlisés du fait de l'obstruction de l'Inde ou de la Chine...
"Puisque le multilatéral ne fonctionne plus, alors faisons du bilatéral" ont dit les dirigeants américains. Les seuls partenaires économiques actuellement de même niveau que les USA c'est l'UE.

Trois points sont en débat:

- les NORMES: comment arriver à faire que les deux zones harmonisent la protection non tarifaire: santé (hormones), sécurité des consommateurs, respect des règles environnementales, activités culturelles,...En fait, l'UE met en avant le principe de précaution, là où les américains attendent une démonstration de la nocivité des produits. Il va donc falloir trouver une convergence future....

- l'AVENIR des SERVICES PUBLICS: pour les Européens c'est important. Aussi une déclaration préalable a indiqué que les gouvernements pouvaient rester souverains sur les services de l'eau, la santé, la sécurité sociale, l'éducation, ...Ces services ne seront pas obligatoirement privatisés et pourront s'étendre si c'est jugé utile. Il faut cependant se mettre d'accord sur la liste exhaustive de ces secteurs à sauvegarder. Il est évident que pour les Américains, c'est du "donnant-donnant": plus on augmente la liste, plus il faudra des compensations ailleurs pour les USA....

- enfin le moyen de régler les litiges entre les États, partie de l'accord et les grandes compagnies privées sera-t-il un arbitrage ou un recours classique devant les tribunaux des pays visés. Dans ce cadre, les États sont considérés comme juge et parties; aussi depuis longtemps le recours à l'arbitrage privé international est jugé comme plus rapide et plus efficace. Mais les États sont parfois condamnés à des sommes considérables et des saisies de leurs biens à l'extérieur du pays pourront être pratiquées.C'est une menace pour la souveraineté des États et un contournement de la justice publique. Pourtant cette pratique de l'arbitrage privé international est pratiqué depuis longtemps par tous les pays de l'UE et certains membres de l'UE ont même signé des accords bilatéraux avec les USA acceptant cette clause. L'UE a même mis en place un modèle de règlement privé plus rigoureux que celui que les américains voudraient voir signer et l'a accepté avec la Canada et Singapour. Il est donc délicat de refuser ce mode de règlement ?

Tant en Europe qu'aux USA, l'opposition à cet accord est puissante et les lobbies sont en action afin de protéger les intèrêts des uns ou des autres. Il y aura effectivement comme dans tout accord international des gagnants et des perdants...
Mais cet accord éventuel va au delà de l'aspect commercial: il est aussi financier, économique et sociétal.
Il faut aussi savoir si les Européens sont capables d'être autonomes ou sinon ils doivent accepter la géopolitique économique d'OBAMA et faire partie de ce grand ensemble capitaliste occidental aux conditions des plus forts: les Américains.
Vu l'état de l'Europe aujourd'hui, a-t-on vraiment le choix ?
Lionel DE BUSSIERE


10/09/2015
"Le coup d'État permanent" ou changeons de République !!!

Quelques anciens et les politologues se souviennent que François MITTERRAND avait écrit ce livre (le coup d'État permanent) suite au référendum organisé par le Gal de GAULLE qui avait institué l'élection directe à la Présidence de la République. Il trouvait que cela donnait trop de pouvoirs à l'élu. Le même avait glissé à un journaliste à la fin de son second mandat "que les institutions de la Vème République n'étaient pas démocratiques avant lui et ne le seraient pas après lui..."Quand on connait sa façon de présider et les affaires comme celles des écoutes illégales à l'Elysée ou le Rainbow Warrior, nous laisserons l'histoire en juger !

Ce qui est avéré c'est que du temps de de GAULLE, le Président s'occupait "plus de la France que des français" comme on le lui reprochait. Il avait un gouvernement pour les affaires quotidiennes et lui gérait les Affaires Étrangères et la Défense. D'autant que le mandat présidentiel était de 7 ans et que le découplage "Président-Assemblée Nationale"était réel.
Après lui, chaque élection présidentielle a vu les pouvoirs du Président augmenter. Sous CHIRAC, la réduction du mandat à 5 ans et son lien immédiat avec l'élection des députés ont considérablement changé la donne.

Hier, l'ex Président SARKOSY pouvait parler de son 1er Ministre (F. FILLION) comme son "collaborateur" le réduisant ainsi au rang d'un Directeur de Cabinet. C'était méprisant mais pas faux!

Aujourd'hui, celui qui a été élu pour être un Président exemplaire fait comme son prédécesseur. Toutes les nominations remontent à lui:
- le Président propose F. VILLEROY de GALHAU à la tête de la Banque de France.
- le Président nomme Pierre-René LEMAS à la tête de la Caisse des Dépôts et Consignations
- le Président a décidé de nomme Muriel MAYETTE à la Villa Médicis à Rome.
- le Président nomme Claude REVEL (ancienne de la fameuse promotion Voltaire de l'ENA, celle du Président)comme Conseillère à la Cour des Comptes.
- le Président nomme Frédérique BREDIN à la tête du Centre National de la cinématographie.
- le Président nomme Colette HOREL Conseillère d'État en service extraordinaire.
-.....
Bien sûr, il choisit aussi les Préfets, les Ambassadeurs, les Directeurs Généraux des Administrations Centrales, ....
C'est trop !

Pour être réélu, il s'occupe de tout et c'est lui qui annonce toutes les nouvelles: installation d'un commissariat de police, agrandissement d'un hôpital,nouvelle annexe d'un centre administratif, ...
C'est tout l'inverse de de GAULLE, le Président gère les français de son point de vue et il n'a plus le temps et le recul pour suivre les affaires de la France. Il est a loupé le coche dans l'affaire des réfugiés syriens où il annonce royalement que notre pays va accueillir 24000 réfugiés sur 2 ans quand l'Allemagne déclare en prendre 500.000 cette année...Il n'est pas au top non plus sur la façon de mettre fin à DAESH: après avoir refusé de bombarder en Syrie, il s'y résout sans dire qu'il faudra donc s'entendre avec l'actuel dictateur dont il ne voulait plus entendre parler peu avant.

Il s'avère que le Président cumule trop de pouvoirs et qu'il faudrait changer les règles de la Vème afin de revenir à un régime moins monarchique.

Dans quel pays voit-on l'armée partir en guerre sans l'avis de la représentation nationale? la Russie et la France! Au Royaume-Uni, Cameron s'en souvient encore que les députés peuvent dire non!
Pour les nominations, il faudrait s'inspirer de façon systématique de ce qu'il a mis en place pour la Télévision Publique, même si ce n'est pas parfait le système est bon.
Comme au Canada: quel que soit le poste public déclaré vacant, un appel d'offres général est lancé avec le profil et les compétences souhaités; chacun est libre de candidater. Une commission (neutre) par ministère sélectionne les 5 meilleurs et une Commission mixte de parlementaires entend les candidats et choisit l'heureux élu en motivant son choix.
Par ailleurs, la pratique montre que le mandat présidentiel de 5 ans est trop court pour mettre en place la politique souhaitée. Il faut différencier les pouvoirs du Président et du Gouvernement issu du Parlement afin que ce dernier exerce pleinement les pouvoirs que le peuple lui a délégué. En Allemagne, comme en Italie, le Président donne une image du pays, il ne gouverne pas laissant au 1er ministre issu des élections le soin de gérer au jour le jour le pays. Cela permettrait aussi aux (trop) nombreux ministres d'exercer pleinement leurs pouvoirs au lieu d'attendre sans cesse les instructions d'en haut; voire de découvrir la décision du Président dans la presse (n'est-ce pas M.SAPIN ?).
Les prochaines élections en 2017 devraient débattre d'un référendum sur ces sujets et sur celui du non cumul des mandats de tous les parlementaires.
Lionel DE BUSSIERE


10/09/2015
"Le coup d'État permanent" ou changeons de République !!!

Quelques anciens et les politologues se souviennent que François MITTERRAND avait écrit ce livre (le coup d'État permanent) suite au référendum organisé par le Gal de GAULLE qui avait institué l'élection directe à la Présidence de la République. Il trouvait que cela donnait trop de pouvoirs à l'élu. Le même avait glissé à un journaliste à la fin de son second mandat "que les institutions de la Vème République n'étaient pas démocratiques avant lui et ne le seraient pas après lui..."Quand on connait sa façon de présider et les affaires comme celles des écoutes illégales à l'Elysée ou le Rainbow Warrior, nous laisserons l'histoire en juger !

Ce qui est avéré c'est que du temps de de GAULLE, le Président s'occupait "plus de la France que des français" comme on le lui reprochait. Il avait un gouvernement pour les affaires quotidiennes et lui gérait les Affaires Étrangères et la Défense. D'autant que le mandat présidentiel était de 7 ans et que le découplage "Président-Assemblée Nationale"était réel.
Après lui, chaque élection présidentielle a vu les pouvoirs du Président augmenter. Sous CHIRAC, la réduction du mandat à 5 ans et son lien immédiat avec l'élection des députés ont considérablement changé la donne.

Hier, l'ex Président SARKOSY pouvait parler de son 1er Ministre (F. FILLION) comme son "collaborateur" le réduisant ainsi au rang d'un Directeur de Cabinet. C'était méprisant mais pas faux!

Aujourd'hui, celui qui a été élu pour être un Président exemplaire fait comme son prédécesseur. Toutes les nominations remontent à lui:
- le Président propose F. VILLEROY de GALHAU à la tête de la Banque de France.
- le Président nomme Pierre-René LEMAS à la tête de la Caisse des Dépôts et Consignations
- le Président a décidé de nomme Muriel MAYETTE à la Villa Médicis à Rome.
- le Président nomme Claude REVEL (ancienne de la fameuse promotion Voltaire de l'ENA, celle du Président)comme Conseillère à la Cour des Comptes.
- le Président nomme Frédérique BREDIN à la tête du Centre National de la cinématographie.
- le Président nomme Colette HOREL Conseillère d'État en service extraordinaire.
-.....
Bien sûr, il choisit aussi les Préfets, les Ambassadeurs, les Directeurs Généraux des Administrations Centrales, ....
C'est trop !

Pour être réélu, il s'occupe de tout et c'est lui qui annonce toutes les nouvelles: installation d'un commissariat de police, agrandissement d'un hôpital,nouvelle annexe d'un centre administratif, ...
C'est tout l'inverse de de GAULLE, le Président gère les français de son point de vue et il n'a plus le temps et le recul pour suivre les affaires de la France. Il est a loupé le coche dans l'affaire des réfugiés syriens où il annonce royalement que notre pays va accueillir 24000 réfugiés sur 2 ans quand l'Allemagne déclare en prendre 500.000 cette année...Il n'est pas au top non plus sur la façon de mettre fin à DAESH: après avoir refusé de bombarder en Syrie, il s'y résout sans dire qu'il faudra donc s'entendre avec l'actuel dictateur dont il ne voulait plus entendre parler peu avant.

Il s'avère que le Président cumule trop de pouvoirs et qu'il faudrait changer les règles de la Vème afin de revenir à un régime moins monarchique.

Dans quel pays voit-on l'armée partir en guerre sans l'avis de la représentation nationale? la Russie et la France! Au Royaume-Uni, Cameron s'en souvient encore que les députés peuvent dire non!
Pour les nominations, il faudrait s'inspirer de façon systématique de ce qu'il a mis en place pour la Télévision Publique, même si ce n'est pas parfait le système est bon.
Comme au Canada: quel que soit le poste public déclaré vacant, un appel d'offres général est lancé avec le profil et les compétences souhaités; chacun est libre de candidater. Une commission (neutre) par ministère sélectionne les 5 meilleurs et une Commission mixte de parlementaires entend les candidats et choisit l'heureux élu en motivant son choix.
Par ailleurs, la pratique montre que le mandat présidentiel de 5 ans est trop court pour mettre en place la politique souhaitée. Il faut différencier les pouvoirs du Président et du Gouvernement issu du Parlement afin que ce dernier exerce pleinement les pouvoirs que le peuple lui a délégué. En Allemagne, comme en Italie, le Président donne une image du pays, il ne gouverne pas laissant au 1er ministre issu des élections le soin de gérer au jour le jour le pays. Cela permettrait aussi aux (trop) nombreux ministres d'exercer pleinement leurs pouvoirs au lieu d'attendre sans cesse les instructions d'en haut; voire de découvrir la décision du Président dans la presse (n'est-ce pas M.SAPIN ?).
Les prochaines élections en 2017 devraient débattre d'un référendum sur ces sujets et sur celui du non cumul des mandats de tous les parlementaires.
Lionel DE BUSSIERE


04/09/2015
Que la honte nous habite!

Avec retard, quasiment tous les journaux français ont publié hier et aujourd'hui cette photo difficilement soutenable d'un enfant de 3 ans, mort, flottant sur une vague se déversant sur le sable d'une plage turque. C'était un petit syrien ayant quitté quelques jours plus tôt son village avec ses parents et son frère. Ce dernier et sa mère sont aussi morts noyés....
Il semble que la photo, tout comme quelques autres restées célèbres auparavant, est en train de bouleverser l'opinion publique. Il est grand temps !
Les Syriens, tout comme les Libyens ou les Érythréens sont des réfugiés qui fuient leur pays du fait de la guerre et des opinions qu'ils peuvent avoir à l'encontre de Daesch ou des dictateurs locaux, lesquels ne valent guère mieux!
Ils demandent le DROIT d'ASILE !
C'est un Droit International reconnu depuis plus de 60 ans, date à laquelle a été créé le HCR dépendant de l'ONU, pour régler la situation des réfugiés....allemands provenant des pays de l'Est, après la seconde guerre mondiale!
Les réfugiés politiques, quels que soient leur nombre doivent être accueillis et bien traités.

Faut-il rappeler que la France est censée être le pays des Droits de l'Homme et qu'elle se veut universelle ! La tradition d'accueil de notre pays est connue depuis longtemps: souvenons nous des Arméniens (des centaines de milliers ont été accueillis), des Polonais et de tous les juifs qui fuyaient les pogroms et le nazisme.
Ceux qui disent que "c'est une folie" que de faire notre devoir de solidarité envers des êtres humains en détresse trahissent la devise française où le mot "Fraternité" est encore gravé sur le fronton de nos mairies.
Malheureusement, en France, il n'y a pas que l'extrême droite à refuser l'aide aux réfugiés, une bonne part de la droite est au mieux réservée et au sein du PS il faut reconnaitre beaucoup d'indifférence. Aux récentes journées de La Rochelle, le débat sur une réforme éventuelle des 35h passionnait beaucoup les militants présents, pas les réfugiés! D'ailleurs, Manuel VALLS, tout comme la HONGRIE ou la SLOVAQUIE avait refusé en mai dernier la répartition par quota proposée par la Commission avant de l'accepter hier grâce à l'insistance allemande et à l'immense émotion provoquée par cette photo.
Il me semble que sur ce coup là, la France a un peu perdu son honneur? De plus, c'est encore une fois Angela MERKEL qui donne le bon signal:
- d'une part en rejetant les arguments de son extrême droite pour faire "respecter les droits civils universels en tant que principe fondateur de l'Union Européenne"
- d'autre part en indiquant "que l'Islam fait bien sûr partie de l'Allemagne" et qu'il est hors de question de n'accueillir que les chrétiens d'Orient pour mieux renvoyer à la mer tous les autres.
J'eusse aimer que ces mots soient dits dés le mois de mai par notre Président au lieu qu'il ne pense qu'à sa réélection en 2017. Il apparait nettement que dire qu'il faut accueillir des réfugiés politiques originaires du Moyen-Orient ou d'Afrique (Soudan, Nigèria poursuivis par Boko-Haram)n'est pas populaire en France.
C'est le rôle d'un homme d'État de dire que la dignité humaine ne se discute pas à l'aune de quelques voix lors des prochaines élections...
Nous en manquons cruellement (des hommes d'État!) !
Au XXème siècle, il y a déjà eu des migrations de cette ampleur: souvenons nous des Irlandais fuyant l'oppression anglaise et la misère pour s'installer aux USA ou les "boats people" fuyant l'arrivée des communistes au Viet-Nam. Des dizaines de milliers de ces migrants ont aussi péris noyés lors de la traversée. Au moins à leur arrivée, étaient-ils accueillis les bras ouverts!
Européens, que sommes nous devenus pour être si indifférents au sort des plus malheureux? Car nous ne parlons là que des réfugiés politiques qui sont reconnus par le droit international, mais si on aborde le sort des migrants économiques qui ne fuient "que la misère"en Afrique Noire, la réaction de presque tous est de dire qu'ils se débrouillent"!!
On va encore nous sortir la fameuse phrase de Michel ROCARD selon lequel "la France n'a pas vocation à accueillir toute la misère du monde!" Mais il avait ajouté "au moins prenons notre part" ! Aujourd'hui, nous ne sommes pas dans ce cadre: la masse française est indifférente ou hostile. Cela nous perdra !
Nous construisons des murs entre eux et nous (Sud de l'Espagne, Hongrie, Grèce, ...)copiant en cela les Israèliens qui veulent séparer les habitants juifs et arabes Israèliens des Palestiniens.
L'apartheid n'est pas une politique viable et même économiquement elle n'est pas bonne aux pays qui la pratiquent.
Rien ne se règle ainsi ! Ce sont les ponts qui construisent l'humanité et les murs qui favorisent les guerres.
Lionel DE BUSSIERE


29/08/2015
Pourquoi il faut que l'État Islamique (EI) soit défait sur le terrain?

Depuis 2014, l'EI avance en IRAK et en SYRIE. Il n'a pas d'État reconnu mais règne sur un vaste territoire où il a sa monnaie, son drapeau, sa police et son système judiciaire.Son chef, le Calife, est connu: Abou Bakr al-Baghadi. Son adjoint serait Abou Alaa al-Afri.Ils sont épaulés par 3 aides de camp, un Cabinet de 8 membres et 8 Conseils (équivalents à des Ministères) allant de l'information à l'application de la charia ou du renseignement....Ses armées sont estimées au nombre de 150.000 membres dont 30.000 étrangers parmi lesquels 7.000 européens.En peu de temps, l'EI a quasiment fait disparaitre Al-Quaïda ! Toutes les deux agissent de même: elles parasitent les conflits locaux (Touaregs- Mali par exemple)afin de les radicaliser dans un sens anti-occidental et attirer les forces armées de ces pays à intervenir sur place et le plus souvent de se perdre ou de se faire battre (Afghanistan, Irak, Somalie ...)
Le Califat va s'étendre géographiquement. Son territoire comprend de nombreux puits pétroliers et gaziers ainsi que des raffineries qui lui assurent un budget solide.La contrebande d'objets archéologiques prélevés avant destruction des bâtiments lui permet aussi d'engranger nombre de dollars. Aujourd'hui le YEMEN est attaqué, la Libye est en train de passer entièrement aux mains des islamistes, le Nigéria est attaqué par Boko-Haram qui s'est affilié à l'EI comme les Djihadistes algériens.... Partout, en Afghanistan comme au Pakistan, l'EI gagne sur le terrain idéologique. Bientôt, le grand allié des Américains et de la France , l'Arabie Saoudite, sera aussi attaquée !
Ce combat des islamistes radicaux est aussi une guerre entre musulmans: les Chiites (IRAN,..) contre les Sunnites (Egyptiens, Saoudiens,...)
Les Chiites sont dirigés par des Califes qui sont les leaders idéologiques et politiques de leurs membres. Tandis que les Imans des Sunnites sont plus des prêtres commentant le Coran.Cette tendance a séparé le religieux du politique alors que les Chiites veulent que le Calife régisse toute la vie du croyant et que les autres sont, soit des traitres, soit des infidèles et dans les deux cas, ils faut les éliminer.
Outre des problèmes de géopolitique, nous sommes aussi en pleine guerre de religion!

Mais celle ci est très rétrograde à tout point de vue, surtout pour les femmes qui sont mises au niveau des esclaves. Il faut relire les règles de vie imposées aux femmes à Kaboul lors de la gouvernance talibane pour bien comprendre l'arriération des ces règles dont le moindre manquement est puni de la peine de mort!
Je conseille aux lecteurs de lire le magnifique roman de Khaled HOSSEINI "Mille soleils splendides" sorti en français en 2007. Tout est dit !
Or, que faisons nous pour abattre l'EI: participer mollement à une coalition aérienne qui frappe les combattants et les civils et ainsi permettre le développement de l'EI.
Comme BHL en Libye, nombre d'intellectuels français parlent de "guerre juste" mais la présentation d'un choc de civilisation est une erreur grave. C'est le fait d'avoir soutenu des dictatures qui a condamné les pays occidentaux à la guerre aujourd'hui: comment dire que nous sommes démocrates alors qu'après avoir soutenu Saddam, Ben Ali, nous soutenons aujourd'hui au nom de cette démocratie Sissi qui permet le massacre de milliers de frères Musulmans.On lui vend même nos avions....

Il faut discuter avec l'Iran et tous ceux qui soutiennent les Chiites afin de tenter de séparer les intèrêts religieux des stratégies géopolitiques locales. Il faut aussi intervenir à terre avec les forces locales turques et autres qui veulent détruire l'EI mais ne pas accepter en même temps que la Turquie détruise les Kurdes.
C'est très complexe! Mais c'est notre avenir qui est en jeu d'une part notre sécurité quotidienne mais aussi l'arrêt de cette immigration qui fuit la guerre, les tueries, la faim,...

La stratégie de l'EI consiste à épuiser les démocraties occidentales. Souvenons-nous de la façon dont les talibans et les moudjahidines ont battu les forces soviétiques en Afghanistan après avoir fait 1 million de morts sur place et 3 millions de réfugiés qui sont devenus une force de propagande. L'empire soviétique s'est effondré peu après et la Russie a perdu presque toutes ses colonies...
Outre les guerres multiples en Afrique et au Moyen-Orient, l'EI forme des terroristes qui viennent attaquer les peuples européens en s'en prenant à la masse de la population afin de nous effrayer. Ils savent que comme les américains, nous ne voulons pas mourir pour la liberté des libyens ou des afghans auxquels on a pourtant fait gouter les bienfaits de la démocratie, puis on les a laissé tomber!
Pourtant, ce combat contre l'obscurantisme mériterait de meilleures explications et un plus grand engagement de nos dirigeants européens et nord américains.
Lionel DE BUSSIERE


26/08/2015
Contrôles dans les gares et lutte contre le terrorisme:

Suite aux graves évènements survenus dans le train THALYS qui auraient pu être dramatiques sans le courage de quelques personnes, la question s'est immédiatement posée: comment faire pour protéger les voyageurs ferroviaires à l'avenir ? Les gares et les trains viennent d'être identifiées comme des cibles faciles par les terroristes et les services de sécurité sont requis de faire quelque chose, de suite...

Très vite les responsables gouvernementaux et les journalistes spécialisés ont perçu la grande difficulté à mettre en place une protection efficace.

Les contrôles aéronautiques en France concernent 220.000 passagers /jour environ, soit 80 millions par an. Chacun sait qu'il faut se présenter à l'embarquement 2 heures à l'avance , que le contrôle est systématique sur les passagers et leurs bagages à main ou allant en soute,...En fait ce contrôle , dit de "sûreté aéroportuaire", a été délégué par l'État à des compagnies privées qui doivent répondre d'une part à un cahier des charges très strict (notamment que le personnel habilité aux contrôles) et à un appel d'offres effectué par chaque aéroport français.
Afin de tester la fiabilité du dispositif, chaque jour les administrations compétentes (douanes et police)font des tests secrets.
Le coût de l'ensemble est très important dans le prix du billet d'avion. Ce dispositif qui donne globalement satisfaction a fait ses preuves pour décourager les actes isolés, mais les spécialistes savent que face à une organisation bien structurée, ce serait insuffisant car les tests secrets ne sont pas très encourageants...

Les contrôles ferroviaires concerneraient 100 millions de voyageurs par an sur les seuls TGV, 1 milliard 600.000 pour tous les trains, et près de 230 gares.Il sera donc quasi impossible en raison du coût de financer le même type de protection pour tous les voyageurs, leurs bagages et toutes les gares.
Il existe un seul exemple de contrôle de ce type en France: ce sont les Eurostars entre Londres et Paris, puis Londres et Bruxelles via Lille. Un contrôle de sûreté a été institué par les gouvernements concernés afin d'éviter qu'une bombe explose sous la Manche et emporte avec le Tunnel des centaines, voire des milliers de morts !!!
En France, c'est la Douane Française qui est chargée de cette mission de sûreté depuis 1990, donc bien avant les évènements du 11 septembre 2001. La brigade des douanes dédiée située à la Gare du Nord a une cinquantaine d'agents et celle de Lille-Gares aussi.
Le dispositif a été mis en place en mettant des quais, des voies et un canal de contrôle spécifiques au sein de la Gare afin que les voyageurs et la bagages ne soient plus mélangés aux autres après contrôle. La PAF comme d'habitude effectue des contrôles d'identité à l'entrée et à la sortie de la frontière "Schengen" qui est présente puisque le Royaume-Uni n'a pas signé cet accord européen de libre circulation des personnes. Les deux contrôles sont bien distincts et utilisent des méthodes différentes mais vont dans le même but: protéger les voyageurs!
D'ailleurs, l'exemple espagnol pris par certains depuis les attentats de 2004 à Madrid ne concernent que les lignes internationales. Aux USA, les gares sont organisées comme les aéroports: on ne circule pas librement sur les quais! Les voyageurs sont en salle d'attente dans la gare et montent dans le train, en ordre et sur instruction du chef de train.
Il faut aussi noter que les pays européens ont presque tous donné une délégation de contrôle à des sociétés privées sur le modèle de Roissy tandis que les Américains ont créé une Administration fédérale chargée de la sûreté des aéroports et autres lieux servant au transport en commun. Malheureusement aucune évaluation de l'efficience des uns et des autres n'a été effectuée, à ma connaissance.
Une Commission parlementaire doit être mise en place sur la sûreté selon le Sénateur-Maire, M. CARVOUNAS. Il faudra travailler vite et dire la vérité: il n'existe pas de protection totale!

La polémique a aussitôt été soulevée quant à la sélection des contrôles. Tous les spécialistes savent que ceux-ci sont effectués selon des "profils" mis constamment à jour. Cela a suffit à certains pour parler de "contrôles au faciès". polémique stérile qui ne reflète pas la réalité de ces contrôles et qui permet de bloquer la réflexion!!!!
Lionel DE BUSSIERE


17/08/2015
L'économie chinoise en crise:

La gigantesque explosion de Tianjin n'est qu'un signe parmi d'autres de la mauvaise santé de l'économie chinoise. Le début d'effondrement (- 30% en quelques jours) de la bourse de Shanghaï est un signe autrement plus significatif!!
Rappelons d'abord que la CHINE est un pays communiste où la démocratie n'existe pas; au contraire, tous ceux qui s'opposent à un titre quelconque (religieux, ethnique, défenseurs des droits, écologique, politique, ...) au puissant PCC sont mis en prison et dans des camps, avant parfois d'être autorisés à quitter définitivement la Chine !

Non, les vrais signes de crise sont d'une part la baisse importante du taux de croissance: adieu les 10% d'antan, aujourd'hui on se contente de 6% et d'autre part l'échec de la réorientation économique du pays lequel a longtemps tiré sa croissance des exportations et voudrait aujourd'hui développer la consommation intérieure. Ainsi la Chine est devenue l"'atelier du monde" où les grands pays capitalistes font fabriquer leurs produits. Les atouts de la Chine étaient d'une part une main d'oeuvre à très faible rémunération et d'autre part une absence totale de respect des normes tant sécuritaires qu'humaines....
Pour réorienter l'économie chinoise, il faut augmenter les salaires afin de donner des opportunités de dépenses au consommateur, ce qui augmente les coût de production et nuit aux exportations! D'autres pays deviennent plus intéréssant de ce point de vue (Inde, Viet-Nam, ...).
D'autant que la monnaie chinoise s'est lentement réévaluée à la demande de ses partenaires commerciaux et sous l'effet d'une inflation assez forte qui a obligé les autorités à augmenter le taux d'intèrêt de cette monnaie afin de contrer cette tendance inflationniste.
Il reste vrai que la Chine reste un immense réservoir de consommation pour les grands pays industriels qui veulent tous trouver leur propre croissance sur place.

Il faut aussi développer les infrastructures: train, routes,aéroports, ports, et développer l'immobilier afin de loger tous ces paysans chinois qui deviennent des banlieusards exploités.... ...Cela coûte des milliards de dollars! Ces dollars viennent des surplus des ventes à l'exportation accumulées depuis 30 ans avec une monnaie faible. Les banques chinoises, sous contrôle du PCC, ont toutes multiplié les prêts tant aux industriels qu'aux particuliers. De l'avis des experts, l'absence de contrôle interne au sein des banques a créé une gigantesque bulle qui va exploser.

Surtout, la corruption touche tous les secteurs du pays y compris au plus haut niveau !En arrivant au pouvoir en 2012, Xi Jimping a voulu lutter contre ce fléau en même temps qu'il promettait la libéralisation de l'économie ! Malgré des condamnations spectaculaires de hauts responsables, la corruption continue et la libéralisation ne s'est pas fait sentir.
En effet, le vice principal du système chinois est qu'il est dictatorial. Or, le capitalisme et l'économie de marché ont besoin de liberté pour innover! Sans liberté totale, il ne peut pas y avoir d'expérimentation pour créer de nouveaux produits ou des machines.
La dictature, qu'elle soit communiste ou autre, bloque l'esprit d'aventure.
Le système chinois a donc atteint son apogée dans sa forme actuelle et il faut s'attendre à de gros bouleversements.
Espérons que pour éviter d'affronter ses problèmes internes, le PCC ne partira pas sur le chemin de la guerre avec ses voisins vietnamiens, japonais, ....

Depuis les nombreux échecs de l'époque de Mao qui ont conduit à la famine et à la révolte, le PCC a choisi l'économie de marché à gestion centralisée: le socialisme de marché!!!.
Lionel DE BUSSIERE


13/08/2015
Les nouvelles régions:

D'ici la fin de l'année, non seulement nous aurons voté pour le nouvel exécutif régional qui gouvernera la Région pour les six prochaines années, mais nous verrons l'application de la loi du 7 août 2015 portant sur la nouvelle organisation territoriale, dite loi NOTRe.

J'ai déjà dit sur ce blog le mal que je pensais de cette loi qui ne modifie qu'à la marge la répartition des compétences actuelles des collectivités territoriales aussi je ne commenterai que deux points:

1) Les recettes: les responsables locaux se plaignent que l'État diminue fortement les transferts financiers vers les régions tout en augmentant les responsabilités. Aussi, l'idée de dédier des recettes à la Collectivité Territoriale qu'est la Région semble être une bonne idée? Il suffirait de créer une taxe seulement payable aux régions qui le souhaitent: envisager une modulation entre 0 et 10 par exemple!
Prenons l'écotaxe qui avait été votée à l'unanimité de l'Assemblée Nationale et qui a fini à la poubelle des révoltes bretonnes en 2013: M. CUVILLIER, député du Nord et ancien Ministre, vient d'indiquer que, pour sa région, il était urgent de mettre en place une écotaxe car ils sont envahis de camions étrangers (proximité du Royaume-Uni, de la Belgique et des Pays-Bas)qui roulent gratuitement sur leurs routes au frais des contribuables français. Immédiatement son homologue de la Région ALSACE, elle aussi envahie par les camions allemands et des pays de l'Est, a indiqué que c'était une idée formidable !
Notons une nouvelle fois que le 1er janvier prochain, les belges mettent en place "Viapass" pour tous les camions..En Europe, l'Allemagne, la Slovaquie, la Tchéquie, la Pologne, l'Autriche ont depuis des années ce système de taxation comme la Suisse d'ailleurs.
La France est le pays du croisement de tous ces véhicules et en ces temps de difficultés budgétaires, obliger les camions étrangers à payer une taxe dont une partie servirait à refaire nos routes et autres voies de communication, serait très pertinent !
Mais au sein de l'UE, il est interdit de faire payer les étrangers européens sans que les français paient aussi afin d'éviter toute discrimination. Il faut donc trouver la bonne base pour les camions français ce que le gouvernement AYRAULT n'avait pas su faire! Ne pas faire payer les déplacements purement locaux et les véhicules agricoles semblent faire consensus.
Alors faisons-le !
Mais Manuel VALLS, du lieu de ses vacances a dit "NON!" Plus de taxe, même écologique !

Pourtant si on laisse libre chaque Région de décider:
- de faire payer ou non
- de décider à quel taux
ce serait pertinent? Non ?
Imaginons que la Bretagne refuse l'écotaxe: les camions étrangers qui traversent d'autres régions passeraient par ce territoire. Ils pollueraient plus mais payeraient plus de gaz-oil !!! C'est un vrai choix! Il mériterait au moins d'être débattu au Parlement ?

2) Les mouvements de fonctionnaires territoriaux qui devraient suivre la création des nouvelles capitales régionales:
L'application de la loi et les choix gouvernementaux auraient du entrainer qu'une bonne trentaine de milliers de fonctionnaires rejoignent la nouvelle capitale afin d'être proche du Préfet de Région et du Président de Région....Outre le lobby des édiles divers des villes non retenues qui craignent à juste titre de perdre des compétences et des populations, on se heurte à des fonctionnaires qui depuis des années sont installés dans un lieu et ne comptent pas en bouger: la mobilité c'est pour les fonctionnaires d'État et le secteur privé. Il va donc falloir convaincre avec diverses primes d'accompagnement, ce qui est normal, mais ce qui l'est moins, c'est par démagogie pure, de décider qu'un service central irait dans une ville qui n'est plus capitale régionale afin d'éviter ce regroupement efficace et surtout pour complaire au responsable politique local, surtout s'il est du même bord que le gouvernement (élections bientôt...)
Exemple: en Aquitaine malgré le fait que Bordeaux soit LA capitale incontestée, on va laisser se créer des services régionaux à Limoges et à Poitiers.
Bonjour la simplification car il va falloir:

- soit faire partir de Bordeaux vers l'une de ces villes les services qui géraient jusqu'àlors le rectorat ou le logement, voire l'agriculture, l'aménagement du territoire (exemples réels) -soit garder l'organisation actuelle et dans ce cas à quoi sert la nouvelle région ?

Surtout où vont être les économies qui étaient mises en avant dans les motivations de la loi ?

Le Ministre de l'Intérieur vient de déclarer:" Nous ne sommes pas dans une logique comptable.."
Ah bon ? Le déficit français est résorbé? Avons nous atteint les fameux 3% de déficit en tant que norme européenne que le Pt Hollande a promis d'atteindre en 2017....
Je crains que l'on se moque de nous ! Et c'est dommage car l'idée régionale est une grande idée qui mériterait que l'on respecte la logique et l'esprit.
Ce ne sera visiblement pas le cas !
Lionel DE BUSSIERE


03/08/2015
La jungle commence à Calais (traduction libre d'un vieux proverbe anglais indiquant que dès que l'on quitte l'Angleterre, on quitte la civilisation !!!

Chacun a dans la tête les images TV des immigrants à Calais tentant par tous les moyens de se dissimuler dans un camion ou un container afin d'entrer ainsi illégalement en Angleterre. Chaque jour plusieurs milliers de migrants tentent de passer, parfois en nombre: 3.000 d'un coup! Les forces de police française présentes pour protéger le site d'Eurotunnel et empêcher les clandestins de passer clandestinement ne sont que de 200 à 250 hommes. Parfois, un migrant meurt lors d'un accident.
A Calais même, là où débute la "jungle" si bien nommée qu'elle est devenue le surnom donné par les habitants de Calais aux villages de toile des africains vivant dans le pourtour de la plate-forme d'Eurotunnel, des milliers d'Africains, d'Afghans, de Syriens, d'Irakiens, de Soudanais, d'Erythréens, ...attendent leur tour de passer pour aller vivre dans ce qui leur semble le paradis par rapport à ce qu'ils ont vécu et vivent depuis leur départ vers l'Angleterre.

Alors, pourquoi Calais? Si ce fût la dernière ville anglaise sur le continent, c'est fini depuis longtemps ! La frontière entre la France et l'Angleterre est officiellement située à Douvres, ville en territoire britannique. Il serait donc normal de laisser passer tous ces candidats à l'immigration en Angleterre afin que les services d'immigration de SM britannique étudient chaque dossier et donne les suites qu'ils jugeront utiles. Ce serait aussi à eux de renvoyer chez eux les candidats immigrants refusés pour les raisons que seuls les Tribunaux britanniques pourraient apprécier.
Il faut aussi noter que, s'ils font encore partie de l'Union Européenne, le Royaume-Uni, n'est pas membre de l'Accord de Schengen c'est à dire l'accord européen permettant la libre circulation des citoyens européens au sein des pays membres. Dés lors la frontière entre la France et le Royaume-Uni est vraiment à Douvres !
Pourquoi donc sont-ce les services français qui font le sale boulot à Calais d'empêcher les migrants de passer? En 2003, sous Chirac, un certain Sarkosy alors Ministre de l'Intérieur avait signé avec son homologue britannique les accords dit "du Touquet" permettant un contrôle au lieu de départ du continent moyennant une petite contrepartie financière...Aujourd'hui B. Cazeneuve a obtenu 5 millions d'€/an de son confrère!!! BRAVO !

Nous acceptons d'être traités par les Anglais comme un Dominion!!!! C'est incroyable ! Nous faisons d'ailleurs la même chose avec nos ex colonies sans états d'âme: à savoir au Maroc, au Mali, en Tunisie , ... le Gouvernement français donne de l'argent et un peu de formation afin que la police locale garde les migrants d'Afrique de l'Ouest qui veulent venir en France.

Il n'y a pas de bonnes solutions pour empêcher les migrations vu le nombre de guerres au Moyen-Orient et dans l'Est Africain. Dés lors, c'est les règles de droit international et d'humanité qui doivent s'appliquer .

Chaque pays d'accueil se doit d'accueillir correctement ceux qui veulent s'installer chez eux et de les aider à y vivre. Chaque pays peut aussi refuser des migrants et les renvoyer chez eux si leur vie n'est pas en danger. Mais ce devoir ne doit pas être délégué à d'autres qui n'auraient en tête que: "empêcher" par tous les moyens!
C'est indigne de nos démocraties !
Lionel DE BUSSIERE


30/07/2015
Transparence de la vie publique:

Chacun se souvient du scandale "CAHUZAC", ce ministre du budget socialiste qui avait dissimulé ses comptes à l'étranger, probablement alimentés par de la fraude fiscale lorsqu'il était médecin !!!
Afin de démontrer au bon peuple qu'il ne restait pas sans rien faire face à ce scandale qui a fait par ailleurs un tort considérable aux socialistes, le Président HOLLANDE a fait voter des mesures de transparence pour les Ministres et plusieurs milliers de Hauts Fonctionnaires en charge de l'État.
Bizarrement, les Parlementaires ont été exclus de cette loi et ils sont astreints à un autre texte qui les oblige à effectuer lors de leur élection une déclaration de patrimoine. Cette déclaration est visible dans toutes les préfectures mais il est interdit de prendre des notes, de photocopier et de diffuser le contenu sous peine d'une amende de 45.000€. Il faut dire que tous les députés et sénateurs se sont battus ensemble pour éviter que ces déclarations soient publiques....
Cela démontre l'état civique de nos élus....

Bref, je suis allé ce matin à la Préfecture de la Dordogne afin de voir les 6 déclarations des parlementaires périgourdins puisque le décret d'application venait (enfin!) d'être publié début juillet.

- Première surprise: les déclarations des deux sénateurs n'étaient pas présentes? Explication de l'employée qui me surveillait: "ils ont été élus en septembre 2014 et il faut leur laisser le temps". D'abord ils ont été réélus! Ensuite 8 mois pour faire une déclaration de 6 pages, c'est faisable? Non ? Seuls les 162 sénateurs réélus faisaient partie du lot; donc nos 2 sénateurs socialistes du Périgord auraient dû transmettre leurs déclarations. Enfin, impossible de savoir quand elles seront disponibles et c'est à moi de me renseigner pour savoir si elles sont arrivées en Préfecture????

- Seconde surprise: sur 4 députés, 3 n'ont pas remplis la liste de leurs biens meubles, tableaux, bijoux, ... ils possèdent des maisons et des appartements mais vides ?

- Enfin, le remplissage des documents n'est pas fait pour aider à la transparence, au contraire! Il est difficile de s'y retrouver avec sa seule mémoire quant aux adresses des maisons, leur valeur d'achat, le montant des travaux, les prêts liés à ces immeubles mais à des comptes différents. Le tout sur des pages différentes....
exemple: un député déclare une maison achetée 200.000€, déclare avoir fait 338.000€ de travaux et évalue sa maison à 300.000€ ???

En résumé, la Transparence n'est que très superficielle et il faut rendre toutes ces déclarations publiques. personne n'est obligé d'être un élu ! Ils doivent donc être soumis aux mêmes règles que ces 4000 Hauts-Fonctionnaires dont la déclaration est accessible sur le site de la HATVP.
Voilà ce que devrait être la prochaine nuit du 4 août en abolissant ce privilège !!
Lionel DE BUSSIERE


27/07/2015
Politique étrangère de la France:

Je pourrais aborder la bourde de N. Sarkosy lors de son récent déplacement en Tunisie qui a choqué les Algériens: non seulement il a laissé entendre qu'une partie des problèmes tunisiens venaient de son voisin algérien en omettant son rôle dans l'explosion de l'État libyen, mais il a indiqué aussi que la situation algérienne actuelle le préoccupait et que l'Union pour la Méditerranée (UPM)devrait prendre en charge ce dossier....
Qui se souvient de l'UPM, création de l'ex-président en 2008 dont le siège est à Barcelone? De mémoire pourriez vous me citer le nom de son Secrétaire Général sans doute grassement payé depuis toutes ces années à ne rien faire en compagnie d'une bonne cinquantaine de fonctionnaires internationaux ????

Non, je voulais vous parler de l'Iran: l'accord de Vienne le jour de notre fête nationale a mis fin à des années de guerre froide et élimine la possibilité d'une guerre nucléaire au Moyen-Orient. Mis à part le gouvernement d'extrême droite israélien, le reste du monde a salué l'accord!
Mais à bien regarder,pas tout le reste du monde ! L'Arabie Saoudite et les quelques pays ou principautés locales où les sunnites sont au pouvoir sont mécontentes de l'accord... Effectivement, on ne sait pas qui est le plus inquiet de cet accord, les Israèliens ou les Saoudiens?
Cela rebat les cartes dans la zone: les Saoudiens soutiennent, du Yémen à la Syrie ou en Irak, toutes les milices sunnites qui luttent à mort contre leurs frères chiites soutenus, eux, par les Iraniens.
La France a choisi depuis longtemps son camp: pour des raisons économiques et financières, sa diplomatie soutient le Roi d'Arabie Saoudite et ses alliés. Nous venons de vendre (enfin !) des avions Rafale à l'Égypte de Sissi et au Qatar, puis des navires de guerre aux mêmes...

Durant les négociations entre l'Iran et les "5+1", le représentant français a été le plus dur à l'encontre des Iraniens, entrainant même le report de l'accord l'an passé.

Or, M. Fabius, Ministre des Affaires Étrangères français a prévu de se rendre à Téhéran la semaine prochaine accompagné d'hommes d'affaires pour signer des contrats...Les Américains, les Allemands, les Britanniques se sont déjà rendus sur place !

Que disent les Iraniens ?
"M. Fabius n'est pas le bienvenu !" ont indiqué les Gardiens de la Révolution et l'homologue iranien de M. Fabius a déclaré que la France allait payer d'une part sa désertion lors de l'embargo américain et d'autre part sa dureté dans les négociations. Ce dernier pose la question de la fiabilité d'un accord avec des entreprises françaises telle Peugeot si dés que les USA le demandent, nous quittons le territoire iranien....
Car si l'accord a été signé, il faudra encore du temps pour l'appliquer ensemble et les relations entre les USA et l'Iran restent mauvaises.
Dur, dur pour les affaires commerciales françaises !!!

L'accord de Vienne c'est aussi de la "real politique": il faut lutter contre l'État Islamique ! Pour cela, l'Iran, allié avec la Russie et la Syrie officielle est le mieux placé.
Qui demain va aller affronter à terre les islamistes? Pas les occidentaux qui ne veulent plus de morts pour défendre leurs idéaux et préférent envoyer des "vassaux" locaux. Mais les Saoudiens et leurs alliés, s'ils sont très riches, sont peu nombreux. Sur terre, il faudra donc compter sur les Iraniens et les Turcs, ces derniers voulant en profiter pour régler définitivement le cas d'un État Kurde qu'ils ne veulent pas alors qu'il existe de fait dans la désorganisation irakienne.
Bref, les USA, la Russie, l'Iran et l'Arabie Saoudite avec chacun leurs alliés ont un intérêt commun: faire disparaitre Daesch. La France a un rôle secondaire désormais en jouant le rôle du meilleur allié des sunnites, nous nous sommes mis à dos les autres: à savoir les chiites (Iran et de nombreuses milices comme au Liban par exemple); les Russes, les Turcs!
De plus, nous jouons un jeu dangereux avec les USA en étant plus "royaliste que le Roi"à savoir que nous sommes meilleurs soutiens de Netanyahou et des Saoudiens que les USA eux-mêmes !
L'Iran est un grand pays bien éduqué, une forte culture et un complexe industriel puissant qui va retrouver une place mondiale de choix dés la fin de l'embargo.
Certes ce n'est pas un modèle de démocratie mais pas pire que l'Arabie Saoudite ...
Il n'est pas sûr que nous ayons fait le bon choix et surtout su jouer un rôle d'arbitre impartial.
Il est probable que nous allons le payer !!!!
Lionel DE BUSSIERE


20/07/2015
Action du Maire de Périgueux

Ces jours ci fleurissent dans la presse locale des bilans sur une expérience lancée par la mairie de Périgueux, à savoir avoir réduit les places de parking sur une grande partie de la minuscule Place du Coderc. Cette dernière, située dans le centre ville historique, est utilisée chaque matin pour le marché et jusqu'alors devenait un parking l'après midi et le soir. De ce fait, notamment l'été avec les touristes, les terrasses de café voyaient surtout passer des voitures cherchant une place pour se garer....Les piétons passaient donc très vite pour aller flâner dans l'une des deux seules rues piétonnes de Périgueux: la rue Limogeanne.
Ces difficultés avec les touristes nourrissaient un vaste débat sur l'attractivité de notre ville: le Maire actuel lors de sa campagne l'an passé où il fut élu par surprise, avait critiqué vertement l'état de la ville (trottoirs sales, quartier de la Gare délabré, ville morte les dimanches et jours fériés,insuffisance de nuitées des touristes de passage par manque d'hôtels corrects, ...)
Le Maire avait donc prévu que cet été, on allait voir ce qu'on allait voir, afin de donner plus d'attrait à la ville, il allait piétonniser le Centre et on commençait par la Place du Coderc.

Aussitôt, levée de boucliers des commerçants locaux qui ne jurent que par la voiture garée devant leur magasin. Aucun d'entre eux n'est aller voir comment les Maires de Colmar ou de Bordeaux ont, en une mandature, piétonnisé leur centre ville en développant le commerce local, notamment les restaurants, bars et magasins de fringues ! Chacun sait que pour une petite ville comme la nôtre,nous avons dans les banlieues Nord et Sud deux très grands centres commerciaux où l'on peut se garer facilement et faire toutes ses courses...le centre ville ne peut plus entrer en concurrence avec ces Centres Commerciaux !!

Bref, si on veut que le centre ville redevienne dynamique, il faut investir dans les créneaux du plaisir de chiner et pouvoir manger ou boire le long de la rivière ou d'un monument historique en terrasse. Pour cela, pas de voitures qui polluent et gênent.
Des exemples ailleurs démontrent la pertinence de l'analyse!


Et bien la Maire a immédiatement reculé:
- l'expérience ne durera qu'un mois (15/07-15/08) et la place ne sera qu'en partie réservée aux piétons.
- Pire, les commerçants locaux donnent des informations aux journalistes selon lesquelles "on veut faire mourir notre ville"; "notre rue est déserte";....au bout de 4 jours d'expérience!

Aucun ne veut se poser la question: "Pourquoi des dizaines de commerces ferment en ville ?"
Bien sûr, il faut changer le type de commerce: celle qui a un petit magasin de couture n'aura plus sa place dans un centre ville complétement réservé aux piétons. La façon d'acheter en se promenant n'est plus la même que celle qu'ont connu nos grands parents!

Le rôle du Maire, au delà de tenter de convaincre les plus récalcitrants, est d'avoir une vision de sa ville et de la mettre en place dans les 6 ans de son mandat. Presque 18 mois de passé et rien n'est fait! Aucun aménagement au Quartier de la Gare n'a démarré! En ville, on en est encore aux expériences afin de tenter de recueillir l'unanimité ce qui est impossible !
Par exemple, pour relier les deux parties de la vieille ville, il faudrait aussi piétonniser la rue St-Front où là une sorte de "ramblas" pourrait être créée..

Ce qui manque le plus, c'est la volonté de faire et ne pas tenter de plaire car on trouvera toujours plus conservateur que soi et la majorité élue à Périgueux l'est déjà conservatrice !!!!
Lionel DE BUSSIERE


09/07/2015
La politique ce n'est pas que du vent ....

Avez vous vu fonctionner une éolienne de près dans un village proche ? Si oui, vous savez le bruit que ça fait et sans doute pensez vous que les éoliennes c'est bien pour la nature car ça n'émet pas de CO2 ?
C'est vrai, mais il y a d'autres aspects que beaucoup ignore et en Périgord nous voyons de plus en plus de demandes d'installation d'éoliennes, soit dans le sud du département, soit du côté de Bourdeilles et même dans le Parc Naturel du Limousin-Périgord....car il y a de l'argent à gagner pour les initiés....

A côté du coût de la construction, il faut payer la location des terrains aux propriétaires pendant 15 ans; par ailleurs des dividendes sont versés par l'opérateur à la commune, à la communauté de commune et au département. Soit environ 5.000 €/an au propriétaire, 40.000 € à la communauté de communes et 20.000 € au département ! Dans cette période de disette financière, ça aide à la décision !

Un élu du Pas de Calais a réussi à faire voter des implantations lui rapportant 108.000 € par an..., un autre a gagné 54.000 € par an pour 5 éoliennes sur son terrain. Il faut savoir que si l'Académie de Médecine a recommandé d'implanter au minimum à 1500 m d'une habitation une éolienne pour des motifs graves de santé publique, le Parlement a voté pour une distance de 500 mètres seulement....
Il se trouve que que le Service Central de Prévention de la Corruption vient d'informer les préfets de la recrudescence "des prises illégales d'intérêts" de la part des maires et de leurs adjoints.
Vous en avez entendu parler ?

Prenons l'exemple de ce parc naturel dont le Nord de la Dordogne est partie prenante: les habitants du village de PENSOL (87) ont découvert que le maire avait donné son accord à la construction d'éoliennes, juste à proximité de leur hameau, sans que personne ne les consulte auparavant? Une éolienne, c'est haut comme la moitié de la Tour Eiffel ! C'est bien au bout de votre jardin avec le bruit en plus notamment la nuit...Ils l'ont appris par la démission d'un élu périgourdin d'un autre village proche, refusant de s'aligner !
Le problème des décideurs multiples: Région, Département, consultants divers, et des élus locaux ayant une double "casquette": élu et patron d'une entreprise locale s'enchevêtre dans ce type d'affaires où seuls une petite minorité de "décideurs" s'arrangent entre eux et se partagent les bénéfices au détriment des habitants ignorant ce qui se trame et réagissant trop tardivement pour faire annuler les votes car les délais sont très courts.
Ici, comme dans toute la France, il existe des coïncidences cadastrales entre les futures zones d'implantation éolienne et les parcelles appartenant à des élus ou à leurs proches...

Là comme dans d'autres domaines, la Cour des Comptes Régionale est trop loin, trop démunie et surchargée...
Le contrôle interne et externe des décisions des élus manque terriblement, pourtant c'est à ce prix que la Démocratie locale s'intallera véritablement.
Lionel DE BUSSIERE


06/07/2015
GRÈCE, encore....

C'est le sujet unique du moment qui démontre l'égoïsme des élites françaises et eropéennes! Pourtant, d'autres pays méritent aussi l'attention en ayant en outre une situation matérielle beaucoup plus difficile que la Grèce:

-1) la Tunisie: Exemple de démocratie en train de se construire, la seule des pays arabes. C'est pour cela qu'elle est visée par l'État Islamique qui par deux fois a massacré des touristes afin que le retentissement de ces morts bloquent le tourisme, principal pourvoyeur de devises (comme la Grèce d'ailleurs!). Que fait le Gouvernement français pour la Tunisie ?
- la dette de la Tunisie envers la France s'élève à 1 milliard d'euros. Le Président Hollande, le 5 juillet dernier, a décidé de transformé 60 millions d'euros de cette dette en investissements et de prêter 500 millions supplémentaires pour "soutenir" le pays....Manuel Valls en septembre 2014 a donné le feu vert à la création de deux fonds d'investissements dotés chacun de 10 millions d'euros !!!
Suite à la révolution de Jasmin et surtout à la calamiteuse gestion des islamistes (Ennahdha)laquelle a recruté 100.000 personnes dans la fonction publique en 2 ans de pouvoir entrainant une hausse des salaires de 55% et surtout un déficit public égal à 10% du PIB en 2014 contre 1% en 2010. La croissance est quasi nulle et 630.000 chômeurs en 2014 contre 500.000 en 2010. Le système bancaire tunisien est au bord du gouffre: il faudrait injecter près de 2 milliards d'euros pour pouvoir payer les déficits nombreux des établissements publics. Mais la Banque Africaine de Développement et la Banque Mondiale lors d'une réunion à Tunis le 18 juin dernier ont refusé.
Et nous leur offrons 500 millions d'euros, seulement ???

Pour la Grèce, après avoir déjà perdu, en 2010, plusieurs milliards d'euros, la France est engagée dans la future faillite au minimum pour 42 milliards d'euros + sa part dans le Fonds de Solidarité.

Pourquoi la Grèce est mieux traitée que la Tunisie ? D'autant que faisant partie de l'UE les grecs peuvent migrer et travailler n'importe où au sein de l'UE alors que les tunisiens qui veulent venir en France: visas, contrôles, interdiction de travailler,...;

2) la RCA: chacun sait la grave crise qui sévit là-bas! Il s'agit d'une ancienne colonie française dont l'absence d'Etat et d'aide réelle de l'ancien colonisateur ont contribué à la misère et la corruption. En décembre 2013,la France est intervenue pour éviter le pire: elle devait rester 6 mois, ça fait 18 mois et on commence seulement à retirer nos troupes, mais tout est à faire! Et que fait la France au niveau civil pour restaurer cet État absent: écoles, routes, hôpitaux,..?
- à titre bilatéral, la France a royalement annoncé 35 millions d'aide ainsi répartis: 9 millions d'aide alimentaire, 14 millions d'aide au développement, 2 millions pour l'aide à la sortie de crise (????) et 6 millions d'aide budgétaire globale. La France apporte aussi son soutien à des programmes européens type "Bêkou"(Fonds multibailleurs) à hauteur pour l'UE de 100 millions d'euros. Enfin elle intervient auprès du FMI pour aider la RCA a obtenir des aides financières dans le cadre du PPTE (Pays Pauvres Très Endettés). Peuplée de 4,7 millions d'hts sur une superficie d'une fois et demie la France, la RCA était en 2012 dans un état misérable: 180ème sur 186 pays du monde; depuis lors c'est pire !
25% de la population a besoin d'aide alimentaire, 80% vit au dessous du seuil de pauvreté, plus aucun investissement étranger depuis et une dette de 1 milliard de dollars.

Qu'ont-ils fait pour que nous leur refusions une aide décente?

Je sais que nous ne pouvons pas aider tout le monde, mais une certaine justice dans la distribution de l'aide m'apparaitrait fondamentale pour une approche globale de l'homme.
Je laisse à ceux qui manifestent contre "l'austérité" à Athènes et à Paris la responsabilité de lutter contre les dictatures de l'argent; en attendant; chacun serait bien inspiré de remettre les pendules à l'heure afin de donner à ceux qui en ont vraiment besoin...
Lionel DE BUSSIERE


29/06/2015
GRÈCE: il est temps que ça se termine! Vivement le Grexit !!!

Le premier Ministre grec a le sens du coup théâtral et il est véritablement doué pour se faire passer pour une victime maltraité par ces vilains créanciers qui abusent de leur position !!
Qu'en est-il en réalité ?

1) Depuis son élection, TSIPRAS passe une partie de son temps à médire de ses interlocuteurs à Athènes et à jouer les bons élèves à Bruxelles. Ce double langage, identique à celui de son Ministre des Finances qu'il a dû enlever des négociations, a fini non seulement par lasser les créanciers mais surtout à saper la confiance nécessaire à ces discussions techniques. En maniant l'invective contre les représentants de l'UE lors de son intervention télévisée lors de l'annonce du référendum, il a définitivement rompu le lien tenu qui subsistait entre JUNCKER et lui. Que TSIPRAS n'assume pas les mesures difficiles que lui demandent de mettre en oeuvre les créanciers parce qu'elles sont contraires à ses promesses électorales, on peut le comprendre; mais faire voter un référendum sur des propositions techniques des créanciers déjà obsolètes et indiquant qu'il recommande le "NON" est invraisemblable et un peu indigne d'un homme politique responsable.

2) La seule question qui devrait être posée est "Voulez vous rester dans la zone euro aux conditions qui viennent d'être discutées entre les créanciers et le gouvernement grec ?"Quelle que soit la réponse du peuple grec, au moins les dirigeants grec et européens sauraient à quoi s'en tenir. Là, ça sent le coup politique! Surtout, cela met le pays en grande difficulté car les fonds sont bloqués à compter de demain soir. Les premières réactions des bourses mondiales au matin du 29/06, montrent une baisse assez faible: pas de panique internationale contrairement à ce que TSIPRAS prévoyait. Par contre, dans son pays, 80 milliards d'euros se sont évaporés et il a fallu fermer les banques et instaurer un contrôle des changes...

3) Comment sortir de ces difficultés ? La Grèce doit sortir de la zone Euro, au moins provisoirement pour une durée de 5 ans. Elle doit reprendre sa souveraineté financière et faire la preuve que, seule, elle est capable de gérer enfin son budget et sa balance commerciale. Pour cela le retour à la monnaie locale et à une forte dévaluation seront obligatoires. Ensuite, nous verrons bien si le programme de l'extrême gauche grecque est applicable....

4) Un des points majeurs de friction entre la Grèce et ses créanciers était le niveau d'excédent budgétaire. En effet, il serait temps après deux siècles que les grecs ne vivent plus grâce à l'argent prêté mais grâce aux bénéfices d'une bonne gestion à la fois commerciale et fiscale. Les négociations avaient fini par entériner pour 2015 un excédent de 1%, puis 2% l'année d'après et 3% ensuite.. C'est sur cet excédent que les créanciers auraient pu être remboursé aussi est-il normal qu'ils accordent à ce point une attention toute particulière.Notons que le gouvernement précédent avait commencé à dégager un excédent , rapidement perdu de vue après quelques semaines du programme TSIPRAS ! Ce dernier verra bien vite après le Grexit comment les marchés vont le traiter lors des émissions de bons du Trèsor grec qu'il sera obligé d'émettre pour boucher son budget... Comme en 2009 avant que les créanciers actuels ne sauvent la Grèce de la faillite en commençant par prêter 110 milliards d'euros et en effaçant 200 autres milliards.
Les grecs devaient recommencer à s'autofinancer en 2012, impossible! Toujours en déficit ! Donc les 3 créanciers ont encore prêté (130 milliards d'euros supplémentaires) et évidemment ils ont demandé des mesures correctives afin de bien faire comprendre qu'ils ne voulaient subvenir sans cesse aux besoins des grecs.
La dette grecque est aujourd'hui de 322 milliards d'euros.

5) Mais la répartition des créances s'est effectuée différemment: chaque pays de la zone euro s'est engagée à cautionner un certain montant auprès du Fonds Européen de Stabilité Financière et a effectué un prêt bilatéral direct.
Par exemple la France est engagée à hauteur de 42 milliards d'euros: 11,4 en direct et 31 en tant que caution. Si la Grèce ne rembourse pas, le budget de la France devra mettre au passif de ses comptes 42 milliards d'euros supplémentaires. Notre pays est lui aussi lourdement endetté et ce ne sera pas bien apprécié par les Agences de notation. C'est une des voies de trouble monétaire grave que pourrait générer un Grexit avec abandon des créances.
Il faut noter aussi l'importance de la somme: en France le budget annuel de l'aide au pays en développement est de 8, 1 milliard d'euros (année 2014). Quand on voit ce qui arrive à la TUNISIE, on peut penser que ce pays a au moins autant besoin de l'aide financière française que la GRECE !!!

6) Par contre il est clair pour les spécialistes que décider de Washington ou de Bruxelles qu'il faut augmenter la TVA de façon importante ou le prélèvement fiscal direct dans un pays qui s'est toujours avéré incapable de se réformer et où le secteur informel et la fraude fiscale sont les normes habituelles, est une décision décalée de la réalité.
La privatisation des trop nombreuses entreprises publiques devrait être privilégiée. Mais laissons les grecs, hors de la zone Euro, décider des réformes. Nous verrons bien au bout de 5 ans où ils en sont des réformes de fond! Parce que jusqu'à présent, TSIPRAS, n'a rien fait pour changer ça !
L'idée de D. STRASS-KAHN de suspendre le remboursement des prêts pendant deux ans pourrait être étudié favorablement, cela permettrait aux grecs de constater que nous aurons tout fait pour les aider, mais comme le dit le proverbe: "Aide toi, le ciel t'aidera!"
Lionel DE BUSSIERE


25/06/2015
GRÈCE et TCHAD: même situation ????

Tous les médias sont polarisés sur la dernière ligne droite d'un éventuel accord entre les créanciers de la Grèce et les dirigeants actuels de ce pays; aussi beaucoup ont loupé l'information selon laquelle les créanciers du TCHAD, regroupés dans ce que l'on nomme "Le Club de Paris, venaient d'annuler en totalité la dette du Tchad au titre de la politique dite du PPTE (Pays Pauvres Très Endettés).
Le Tchad a respecté les directives du FMI et des autres bailleurs de fonds. Il en tire des avantages. Tous ceux qui critiquent l'action du FMI devrait y réfléchir car des pays endettés dans le monde, il n'en manque pas et aucun n'est aidé comme la Grèce aujourd'hui !
Mis à part la démocratie (et ce n'est pas rien!), la situation financière et économique de ces deux pays se ressemblent.

La Grèce n'a jamais été capable d'avoir un budget en équilibre. La corruption et le clientélisme règnent, les administrations financières sont inorganisées et les hommes politiques ne pensent qu'à leurs intérêts ....
Au XIXème siècle, la France et l'Angleterre furent obligés de payer même les intérêts des emprunts qu'ils avaient consentis à la Grèce !!! Tous les prêts de ces deux pays avaient été détournés par les politiques de l'époque...
Ce pays fût déclaré en faillite et mis sous tutelle en 1897. Une seconde faillite a été déclarée en 1932. Les derniers remboursements des créanciers de l'époque datent de 1969....
Même les américains dans le cadre du Plan Marshall n'ont pas réussi à obtenir un assainissement des pratiques économiques et financières locales.
La Grèce a les mêmes caractéristiques que les États africains: présence d'une fonction publique importante et peu efficace. L'État grec fonctionne très mal et coûte cher ! Comme en Afrique, la Grèce est un pays ayant une balance commerciale toujours déficitaire et au lieu d'investir tout l'argent prêté dans la modernisation de l'appareil économique, il préfère consommer et favoriser ainsi le clientélisme.

Tous ceux en Europe qui accusent l'UE de ne rien faire oublient que depuis son adhésion à l'UE, il y a 30 ans, le Grèce s'est vu octroyer un nouveau Plan Marshall: chaque année 4% du PIB grec était fourni à ses dirigeants grâce aux contribuables européens.
Faut-il noter que l'aide au développement pour l'Afrique est à hauteur de 0,7% selon les normes onusiennes, pas 4%! La France ne donne que 0,3% en dons pour l'Afrique!
La Grèce n'est donc pas mal traitée par les européens. D'autant que lors de la troisième faillite (en 2010), 240 milliards d'euros lui ont été prêtés et les créanciers privés ont perdu 70% de leurs créances!!!

La Grèce n'est pas un pays à économie de marché classique comme dans les autres pays de l'UE, c'est un pays de rente! Il faut donc arrêter d'augmenter les impôts (TVA et autres) qui ne rentrent pas! Il faut privatiser toutes les missions non régaliennes de l'État grec afin de renouer avec l'efficience et la compétitivité.


La solidarité entre pays et identique à celle entre les gens: à force de pratiquer l'assistanat, le contribuable trop pressuré s'en va! En Europe, la Norvège et l'Islande refusent d'entrer dans l'UE car ils seraient des contribuables "nets" et s'y refusent. La Grande-Bretagne en a assez de payer et veut partir ou changer les règles. Croyons nous vraiment que les Allemands vont accepter de payer pour les "pauvres" sans de fortes contrepartie encore longtemps ?
Ceux qui crient au manque de solidarité européenne sont de mauvaise foi ou mal informés.

Le mieux est que la Grèce sorte de l'Euro. La solidarité européenne ne peut plus continuer à être ainsi utilisée en pure perte! Il faut que la Grèce exerce sa souveraineté financière seule et apporte la preuve qu'elle en est capable ou bien elle bénéficiera un jour du programme PPTE du Club de Paris...
Lionel DE BUSSIERE


23/06/2015
Une erreur grave du gouvernement au sujet des ports:

La France est une nation agricole et a toujours été indifférente à son avenir maritime. Déjà du temps de sa splendeur, lorsque notre pays tentait d'être la première puissance mondiale, elle s'est toujours fait griller la place par les Italiens, les Portugais et les Espagnols qui ont conquis des empires. Mais surtout par les Anglais qui furent presque tout le temps les maitres des océans. Chacun a appris en histoire la grandeur de l'Empire Britannique au summum de sa gloire sous la reine Victoria au XIXème siècle et celle de son empire colonial qui lui a permis jusqu'à la Seconde guerre mondiale de dominer la monde.

Certains arrivent à apprendre de ses erreurs, malheureusement ce n'est pas le cas de la France ! Le Général de Gaulle s'est battu pour mettre en place la PAC au sein de l'Europe en jouant la politique de la chaise vide et il a gagné. Notre agriculture ultra protégée a permis à nos paysans de s'enrichir en étant largement subventionnée.

Personne ne s'est battu pour nos ports et notre rôle en mer. Il y a eu durant quelques années un Ministre de la mer sous MITTERRAND afin de tenter de coordonner tous ces éléments vitaux pour notre avenir de grande puissance. Puis on a oublié ...
Pourtant 80% des marchandises qui circulent le font par voie maritime. Les principaux ports français sont ANVERS et ROTTERDAM !!! LE HAVRE et MARSEILLE sont loin derrière! Quant à BORDEAUX....
Chacun peut comprendre les milliers d'emplois qui se créeraient si les millions de tonnes de marchandises transitant par les ports du Nord de l'Europe étaient rapatriées en France.

Il parait que nous avons un ministre du Commerce Extérieur ? Il commente chaque mois notre déficit en invoquant les mêmes excuses.
Mais il oublie de dire que son gouvernement vient de prendre une décision gravissime à l'encontre des ports français:

-L'ILE de FRANCE est majoritairement dépendante pour ses importations des ports du Nord. Néanmoins, 68 millions de tonnes de marchandises et 40% de l'approvisionnement en pétrole passe par Le Havre. Il faudrait donc investir massivement d'une part dans le développement de ce port normand et surtout, dans les voies de communication qui permettent aux marchandises de quitter Le Havre vers Paris ou l'inverse.
La voie de chemin de fer a des tunnels qui ne laissent pas passer les containers de 40 pieds, lesquels sont obligés d'aller vers Lille puis de revenir en région parisienne, ce qui renchérit le coût. D'autant que les voies ferroviaires Le Havre-Paris sont dans un triste état.
Pareil pour les voies navigables qui ne permettent pas de transporter ces containers entre les deux villes. Il faut aussi notre l'engorgement de l'autoroute allant d'un point à l'autre.

- Qu'a fait ce gouvernement ? Au lieu de favoriser la création d'une autoroute ferroviaire et la finalisation du Grand Port Le-Havre-Rouen-Paris dont la modernisation aurait coûté 160 millions d'euros au budget français; il a préféré faciliter le passage des marchandises de Paris vers les ports du Nord en projetant un nouveau canal traversant la Picardie. Ce nouveau canal va permettre le passage de péniches de grande taille (185m et 4400 t de fret). Ce projet va coûter, selon les premières estimations, 4,5 milliards d'euros. 40% de cette somme sera financée par l'UE, mais il reste quand même 60% à financer par l'État français à une époque où on fait la chasse au gaspillage ????

- Ce mauvais choix est désastreux pour la Normandie et surtout pour le développement de nos voies de communication ainsi que pour l'emploi et le commerce extérieur français.

Mais qui le sait? C'est bien de débattre pendant des semaines s'il faut ouvrir le dimanche 5 ou 12 semaines? Mais le choix portuaire n'aurait-il pas du être débattu à l'Assemblée Nationale ?
Je m'étonne que notre Ministre des Affaires Étrangères si attentif à sa région ait laissé passer ce choix néfaste aux intérêts français. Le combat Rouen contre Le Havre en Normandie est depuis longtemps dépassé en matière portuaire: Rouen est un port de rivière spécialisé sur les céréales. Le sort des deux ports est complémentaire.

C'est l'absence d'intérêt des français pour leur avenir maritime qui est dramatique et le choix du gouvernement est incompréhensible en termes de développement.
Lionel DE BUSSIERE


19/06/2015
GRECE, fin de partie! Il est temps !

Le feuilleton grec semble passionner les foules et cela ressemble à un feuilleton que l'on peut suivre à la TV avec ses excellentes réparties, les bon mots et dans le rôle du méchant: les européens et dans celui de la pauvre victime: le gouvernement grec! Plusieurs fois par semaine, les réunions qui semblent déterminantes se terminent par l'absence de décisions.
Cela permet à tous les commentateurs de faire haleter le citoyen français qui évidemment voudrait que la soi-disant victime gagne à la fin.

1) Tout d'abord, il faut noter que la Grèce a des dettes depuis fort longtemps. Les grecs ont déjà été en faillite deux fois dans leur histoire récente. Ils n'en ont tenu aucun compte et ils ont continué à dépenser plus qu'ils ne faisaient rentrer comme impôts. Pour équilibrer le budget, ils ont emprunté de plus en plus; vivant ainsi sur un pied qu'ils ne pouvaient assumer seuls.

2) Pour entrer dans la zone EURO, ils ont menti: il était prévu que le déficit ne pouvait pas être supérieur à 3%. Après des élections gagnées par les socialistes, ces derniers ont découvert que les comptes publics avaient été volontairement trafiqués afin "d'être dans les clous". C'est sans doute lors de cette découverte qu'il aurait fallu exclure les grecs de la zone euro car leur déficit était de 12,8% et ce depuis plusieurs années!

3) Après tant de déficit, arrive obligatoirement le moment où il devient impossible de payer les créanciers et les dépenses courantes surtout quand on a rien fait pour changer un système de corruption notoire !L'UE, la BCE et le FMI ont aidé en 2010 la Grèce en restructurant la dette afin de sauver les banques grecques à court d'argent. Restructurer veut dire que les créanciers de l'époque ont perdu des milliards d'euros en acceptant de se porter garant de nouveaux emprunts, sous réserve de réformes financières.

4) Pour éviter le renouvellement de la triche, les trois créanciers institutionnels ont imposé un contrôle sur place et donné des directives aux gouvernements grecs successifs. Fatalement, la diminution des dépenses publiques afin de tenter de stabiliser le budget en équilibre a été durement ressenti par la population. Vivre avec ses moyens est plus difficile que de vivre à crédit ...Mais les réformes structurelles peinent à se mettent en place: imposition des armateurs, de l'Eglise orthodoxe, modification du comportement de l'administration par une lutte contre la corruption notamment fiscale et douanière...En fait, la dette a continué d'augmenter atteignant environ 180% du PIB ce qui est intenable car le montant des remboursements est trop élevé.

5) L'économie de la Grèce ne s'est pas améliorée: toujours basée sur le tourisme et le secteur maritime. C'est une économie du tiers monde qui a bien vécu des aides européennes pour restructurer ses fondamentaux. Maintenant, il faut continuer de serrer la ceinture! Mais on ne peut pas dire n'importe quoi ! De nombreux articles décrivent la misère des retraités grecs qui vivent difficilement avec 600 €/mois. Ce que demande le FMI, c'est d'arrêter de faire partir les fonctionnaires grecs et de nombreux autres salariés à moins de 50 ans. Pas de diminuer les retraites! Mais pour cela il faut avoir un comportement honnête et ne pas promettre une chose à Athènes et dire le contraire à Bruxelles.De nombreux pays africains n'ont pas ce niveau de retraite ni d'ailleurs quelques pays européens et les bonnes âmes ne s'en émeuvent pas ?

6) Les négociations techniques ont été très bien menées par la Commission Européenne et de nombreux compromis sont trouvés, mais il manque le courage à TSIPRAS de dire les choses à son peuple: tout n'est pas possible.On ne peut pas refuser les règles du jeu de l'Eurozone et continuer de vouloir y dicter sa loi !

7) Aussi joue-t-il son dernier joker: faisons de la politique: est-ce que Mme MERKEL et ses collègues vont assumer de faire sortir un pays de la zone euro face à l'Histoire ?
Il ne reste que ça ! Faire peur au monde entier que l'abandon de la Grèce va emporter l'économie mondiale...

8) J'espère que ça ne marchera pas et que les dirigeants européens ne céderont pas à ce chantage. La Grèce peut reprendre sa souveraineté financière en quittant la zone euro, qu'elle le fasse! J'attends avec impatience le résultat des mesures que prendra le gouvernement grec actuel avec le nouveau drachme afin de relancer l'économie grecque! Mais c'est une autre histoire et ce sera un exemple pour les historiens comme l'Argentine à l'époque !
Lionel DE BUSSIERE


11/06/2015
M. VALLS: la faute, c'est le déni !

Depuis plusieurs jours la polémique enfle au sujet du déplacement du Premier Ministre à Berlin, avec un avion de l'État, afin d'être présent lors de la finale de la Ligue des Champions à laquelle participait son club de coeur: le FC Barcelone.
Après 5 jours de silence, il vient d'avouer, lors d'un autre déplacement, à La Réunion, que "si c'était à refaire, il ne le referait pas" et qu'il allait rembourser à l'État le coût des billets de ses deux fils qu'il avait amené avec lui de Poitiers à Berlin et retour.

Plusieurs leçons sont à tirer de ce fâcheux épisode:

- Manuel VALLS a expliqué le lendemain de ce déplacement qu'il avait été invité par l'UEFA afin de discuter de l'Euro 2016 qui se déroule en France. Outre que cette "réunion de travail" juste avant le match ne figurait ni sur son agenda ni sur celui de M. PLATINI, Président de l'UEFA; il faut bien rappeler qu'au sein du gouvernement français, il y a :
- Un ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports: M. Patrick KRAMER
- Un Secrétaire d'État aux Sports auprès du Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports: M. Thierry BRAILLARD.
Ces deux ministres n'avaient donc pas les compétences et le temps nécessaires pour aller à Berlin discuter de l'Euro 2016 ? Il faut que notre premier Ministre fasse tout lui-même?
Cela semble d'autant plus une excuse de gamin pris en faute qu'il se trouve que M. PLATINI avait un rendez vous officiel avec le Président de la République, en présence de tous les autres ministres concernés, pour parler de l'Euro 2016 deux jours après la finale de Berlin....
Donc, il se moque du contribuable et du citoyen en mentant ainsi !
Quand on vante la République exemplaire, il faut éviter ce type de comportement !

- Le citoyen "de base" a appris deux jours après qu'il avait amené ses deux fils dans l'avion gouvernemental. M. VALLS a justifié leur présence en indiquant que l'avion étant déjà prévu, les enfants ne coûtaient rien à l'État? Mais en arrivant à La Réunion, il a indiqué qu'il allait rembourser le coût du déplacement de ses deux enfants soit 2.500€. Mais pas le sien ? Alors, les enfants, ils étaient un coût ou non ? Là encore, l'argumentation est faible et laisse sceptique le citoyen de base.

- Si j'étais un militant socialiste présent à Poitiers, je l'aurais mauvaise! Alors que tous ces militants ont plein d'états d'âme quant à la politique sociale du Premier Ministre et que le Congrès auquel participe ce Premier Ministre aurait pu être un moment de convivialité entre ces ministres et les militants dubitatifs quant à la pertinence de cette politique gouvernementale, M. VALLS préfère partir de Poitiers directement à Berlin voir le match. En clair, à Poitiers, il était en mission comme lorsqu'il parle devant le Medef ?
Où sont la convivialité et la solidarité entre socialistes????

- Il a fallu 5 jours pour que M. VALLS réalise qu'il avait commis une erreur grave qui est devenue une faute du fait de son comportement mensonger. Voilà la vraie coupure entre les gouvernants et le peuple. Tout le monde commet des erreurs et les responsables politiques plus que d'autres car ils sont sous les feux des projecteurs, mais il vaut mieux rectifier de suite quand on a réalisé que nous sommes dans le déni.

De plus, il ne rembourse que les frais de ses fils; alors qu'il semble évident à chaque citoyen qu'il doit aussi rembourser SON VOYAGE à Berlin qui n'a aucune justification que son "bon plaisir".
Il est peut-être encore temps de le faire, mais très vite car sinon cette affaire va lui coller aux doigts comme le Fouquets à l'ex Président SARKOSY.
Lionel DE BUSSIERE


04/06/2015
La SOLIDARITÉ: principe de vie de l'EUROPE!

L'Europe va mal! D'une part, les rêves des fondateurs se sont évaporés dans les discussions techniques et l'agrandissement à 28 pays et d'autre part le mode de gouvernance de l'Union Européenne (UE) est incompréhensible pour le citoyen de base.

Pour la première fois, la possibilité pour deux pays de quitter l'Europe est envisagée et ce qui parait intéressant à l'analyse est que le principe fondateur de l'Europe, à savoir la totale solidarité entre les membres, est invoquée en sens contraire par les deux pays que sont le Royaume-Uni et la Grèce:

- Il faut tout d'abord noter que le Royaume-Uni n'est pas membre de la plupart des organisations dépendant de l'UE telles la zone EURO, la zone SCHENGEN, EUROJUST,...chacun sait que ce qui intéresse les Anglais est juste d'être membre d'une grande zone de libre échange. Pour contrer la création de l'Europe de Six, ils avaient créé l'AELE (Association européenne de libre échange). Compte tenu du succès de la vraie Europe, ils ont demandé à entrer dans cette organisation sans en payer le prix (au propre et au figuré.
Souvenons-nous du fameux:"I want my money back" de Mme Tatcher ! En résumé, les Anglais ne veulent pas payer pour les autres européens ! En effet, le principe institutionnel est que les plus riches doivent verser à la caisse commune pour aider les plus pauvres. La solidarité c'est ça! La Grèce est l'un des pays d'Europe qui a le plus bénéficié des fonds européens ainsi constitués...
Je parle sciemment des Anglais car il faut aussi noter que les Écossais manifestent clairement leur volonté de rester en Europe quel que soit le résultat du référendum que l'actuel Premier Ministre britannique va organiser très prochainement afin de faire plaisir à son aile droite et aux isolationnistes. Tactiquement, il prend un risque car les réponses au référendum sont rarement celles que l'on attend ! (N'est-ce pas Mrs Chirac et Hollande ?). Pour inciter ses compatriotes à voter"OUI" afin de rester dans l'UE, M. Cameron veut modifier un autre principe de solidarité à savoir la libre circulation des personnes au sein de ce territoire et l'attribution des mêmes droits sociaux à ces européens que les nationaux.
Comme l'a écrit justement l'ancien Premier Ministre français, M. Rocard, "Partez, Mrs les anglais !". Seul le commerce les motive! Qu'ils s'en aillent et l'UE s'en portera mieux.
En effet non contents de ne pas participer à l'essentiel de l'UE, ils bloquent la quasi totalité des réformes en discussion du fait du principe d'unanimité: budget commun, politiques économique et fiscales, ...
Alors au nom de la nécessaire solidarité, vivement qu'ils partent !

- Quant au Grecs, c'est la solidarité inversée! Non contents d'avoir été admis au sein de l'UE seulement au nom de l'histoire, d'être entré dans la zone EURO en trafiquant les statistiques officielles et d'avoir vécu largement de la solidarité active des autres membres, les grecs voudraient que ce régime d'exception continue! Aucune administration fiscale digne de ce nom, pas de taxation des plus fortunés (armateurs et Église locale, des revenus attribués sous forme de retraite ou de salaires à un niveau plus haut que la productivité du pays puisse tenir, un nombre de fonctionnaires impressionnant, ...
Bref, la Grèce a failli faire défaut en 2010, une bonne partie des créanciers ont accepté d'effacer une large part de leurs créances. Les Institutions internationales que sont le FMI et la BCE, ainsi que l'UE ont mis en place un plan d'aide de plusieurs centaines de milliards d'euros sous réserve de réformes importantes et vu leur précédent de mensonge, un suivi attentif, sur place, des réformes.
La dette actuelle des grecs est de 321 milliards encore aujourd'hui (175% du PIB) dont 142 prêtés par l'Europe. A force d'efforts, la Grèce arrivait à un excédent primaire du budget de 4% environ, malheureusement les remboursements de la dette prennent la presque totalité de cet excédent. Mais beaucoup de réformes ne sont toujours pas encore faites: montant des retraites, taxation des riches, ...et l'excédent vient de disparaitre en 2015!!!
Le nouveau gouvernement grec a été élu pour ne pas faire ces dernières réformes estimant que les grecs avaient fait assez d'efforts et que la solidarité européenne devait acquitter le solde à payer. C'est ainsi que M. Tsipras explique dans son article dans "le Monde": nous avons fait les 3/4 du chemin, c'est à l'Europe de faire le reste et c'est de la politique ! Il faut reconnaitre qu'il est très fort M. Tsipras: de ses très grandes faiblesses, comme un judoka, il a renvoyé les négociateurs européens et du FMI dans leur camp, seulement technique!

Depuis lors, il fait tout pour faire peur au monde entier quant aux conséquences pour l'équilibre financier de la planète si la Grèce sort de la zone EURO, incapable de payer ses dettes au vu du non respect des exigences liées, entrainant un référendum populaire qui actera la sortie de ce pays de la zone Euro. Il n'a pas hésité à s'allier avec les Russes et les Américains à cet effet afin qu'ils fassent pression sur Mme Merkel réputée la plus intransigeante des dirigeants européens...

Mais comment Mme Lagarde, Directrice du FMI pourrait-elle justifier auprès de son board de céder sur des contraintes que le FMI n'a jamais accepté pour des pays dans une situation autrement plus dramatique que la Grèce (je pense à l'Afrique notamment!) ? Mme Merkel, de son côté, comment fera t-elle pour faire accepter aux Lettons et aux Slovaques que les grecs continuent d'avoir un niveau de retraites supérieur à eux ?
Bref, ce n'est plus de la solidarité, mais du racket!
Au vu de l'importance du PIB grec au sein de la zone Euro, les conséquences financières seront faibles et la BCE est beaucoup plus outillée pour répondre aux quelques secousses boursières qui suivront le départ de la Grèce de la zone Euro qu'en 2010 en pleine crise à Wall Street.

C'est juste le symbole d'une union qui se détricote qui pose problème. Mais doit-on tout accepter?
NON ! Car c'est là qu'il y aura une zone Euro à deux vitesses: ceux qui respectent les règles communes et ceux qui s'en moquent! La Grèce doit être un exemple!
Ils peuvent partir et régler ainsi, en pleine souveraineté financière, grâce au retour au drachme, leurs difficultés...
Lionel DE BUSSIERE


28/05/2015
FOOT-BALL: champions de la corruption! Des arrestations très opportunes:

Les arrestations effectuées en SUISSE, deux jours avant leur congrès, d'une petite dizaine de responsables de la FIFA a attiré la lumière sur la corruption dans le milieu du foot.
Les nombreux échos, dans la presse nationale et internationale, nous laissaient bien penser, au vu des centaines de millions d'euros en jeu chaque année au niveau des transferts des joueurs et surtout des deux ou trois milliards d'euros que "pèsent" le choix du pays qui tous les 4 ans organise la Coupe du Monde;que de grosses "magouilles" étaient probables.
Cependant peu d'affaires en justice ont conforté ce sentiment: en France, seule l'affaire TAPIE était dans toutes les mémoires.

S'agissant de Coupes du Monde, les rapports géopolitiques de puissance sont présents:

- Il faut noter que les arrestations d'hier ont été faites à la demande des Autorités Américaines qui travaillaient sur des corruptions importantes en Amérique du Sud et dans les Caraïbes dans les milieux officiels du foot-ball quant à l'attribution de plusieurs Coupes du Monde depuis 20 ans.... Les interpellés vont prochainement être transférés aux USA et il est évident que leurs interrogatoires par la magistrate en charge du dossier va sans doute permettre de prouver que la corruption de la FIFA est une pratique courante. Son Secrétaire Général depuis 20 ans, M. J. BLATTER, sera obligatoirement au centre de cette corruption. En Afrique, en Asie, en Europe de l'Est, les présidents des fédérations de foot-ball sont aux ordres des dirigeants locaux et se moquent totalement de l'avis des supporters. De très nombreux cas de corruption ont été prouvés et toujours étouffés dans la discrétion.

Par ailleurs, peu de véritables enquêtes internationales ont été faites dans le domaine des paris sportifs (Interpol est démuni) qui sont le plus souvent tenus par les "mafias" c'est à dire le crime organisé. Ces paris sont générateurs de fortunes(plusieurs milliards d'euros: exemple en Malaisie en 2012 un centre de paris clandestins a été identifié: un milliard d'euros y était passé, 150 personnes interpellées,...) et offrent des possibilités de blanchiment exceptionnelles.

- Mais le plus important est à venir: les deux prochaines Coupes du Monde ont été attribuées en 2018 à la RUSSIE et en 2022 au QATAR. Tiens, tiens....
On sait qu'en RUSSIE, POUTINE s'est beaucoup investi dans l'organisation de cette Coupe du Monde comme il l'avait fait pour les derniers Jeux Olympiques.
Par ailleurs, chacun sait que le QATAR est souvent accusé de financer les mouvements islamistes extrémistes au Moyen-Orient et que les dirigeants de ce pays utilisent le sport en général et le foot-ball en particulier pour faire passer une image moderne (PSG et Barcelone sont financées par ce pays) ...

Je suis curieux de voir si les enquêteurs américains vont identifier des blanchiments d'argent pour ces deux pays. D'un certain côté, il serait étonnant qu'aucune somme d'argent n'ait été discrètement versée à l'un ou à l'autre pour aider à la décision ?

Souvenons nous de l'affaire "ISL"! Cette filiale d'ADIDAS avait versé de 1989 à 2001, 105 millions d'euros de pots de vin à divers dirigeants de la FIFA dont le prédécesseur de M. BLATTER, M. J. HAVELANGE. En 2005, la justice suisse a transigé avec la FIFA, laquelle a payé 5,5 millions de francs suisses pour arrêter l'affaire.

La leçon qu'il faudra tirer de cela est encore une fois que l'absence de démocratie encourage la corruption.
Les fédérations de foot-ball sont gérées par des patriarches qui profitent largement du système. L'utilisation des fonds est non contrôlée par des Commissaires aux Comptes extérieurs au système. de plus, les dirigeants sont sans cesse réélus par des Assemblées générales "aux ordres"!
Le cas de M. BLATTER est caractéristique: 20 ans qu'il est dirigeant et il se représente! La règle devrait être "deux mandats" et c'est tout!
Si une véritable gouvernance démocratique existait dans toutes les associations sportives telle celle que beaucoup souhaite pour notre pays: non cumul , transparence des biens, et non cumul des mandats dans le temps, je suis sûr que l'immense blanchiment d'argent lié au foot serait jugulé!

Lionel DE BUSSIERE


25/05/2015
Appel pour une vraie liste régionale autonome:

Les élections régionales approchent et il va falloir voter pour des listes dont le mode de sélection est étranger aux citoyens de terrain.
Quant on voit la façon dont l'Écosse, et avant ce pays, la Catalogne, ont obtenu de vrais pouvoirs, notamment fiscaux, de leurs capitales afin de mettre en oeuvre une politique proche des préoccupations du peuple; on se dit qu'il est grand temps en France de procéder de même !

La réforme territoriale qui sera définitivement votée dans quelques jours est une fausse réforme: il n'y a aucun transfert de pouvoir supplémentaire ! Or,il faut réformer nos institutions: que l'État français gère au mieux de nos intèrêts les pouvoirs régaliens: justice, armée, diplomatie! Ce sera, dans une époque troublée, et très dangereuse, une occupation à plein temps !

Pour tout le reste, y compris l'Éducation et les Finances, laissons les pouvoirs régionaux décider et organiser.

Il faut un vrai Parlement à Bordeaux et un gouvernement local responsables devant le peuple des choix à faire dans les domaines quotidiens: nous avons en Aquitaine, une culture, une langue, des industries, une agriculture, bref tout ce qui peut faire vivre et travailler ses habitants au pays.

Les futurs "têtes de listes" des partis nationaux tels le PS, l'UMP ou le FN ne sont que les porte voix des grands chefs parisiens ! Ils sont coupé du peuple depuis longtemps! Il suffit de voir l'autisme d'A. Rousset sur la prolongation des lignes LGV vers la frontière espagnole pour comprendre qu'ils vivent dans un autre monde que le nôtre. Quant à la future responsable de la liste UMP la seule réalité qu'elle connaisse est celle de la TV...

Pour réussir à créer un rapport de force favorable à une telle modification de pouvoirs, il faut que le rapport de force en notre faveur soit puissant. Les prochaines élections régionales de décembre 2015 sont une opportunité exceptionnelle !

J'appelle tous ceux qui partagent ces idées à se réunir dans chaque département du nouveau territoire aquitain afin de mettre en place des structures démocratiques pour présenter rapidement une liste "régionale" pour l'Autonomie de l'Aquitaine. Cela nous permettra de peser ensuite à Paris pour obtenir, comme en Écosse, des pouvoirs réels.

Nos représentants ne seront pas des politiciens professionnels: chacun s'engagera sur la transparence et le non cumul des mandats comme sur la limitation de ceux ci à deux consécutifs.

Via les réseaux sociaux et la presse locale, faites savoir que vous soutenez la création d'une liste indépendante de tous partis et pour l'Autonomie de l'Aquitaine !

Lionel PASCAL
Périgueux 24000
Lionel DE BUSSIERE


18/05/2015
Réformes aux collèges:

La Ministre de l'Éducation Nationale (et de l'Enseignement Supérieur par intérim), Mme Najat VALLAUD-BELKACEM se trouve pour la première fois en première ligne du combat politique à l'occasion des réformes du collège dont elle pensait que ça passerait sans difficultés....

Le Président HOLLANDE avait indiqué mettre la jeunesse au coeur de ses priorités et a favorisé ce ministère de l'éducation en y créant 60.000 emplois supplémentaires durant son quinquennat. Malheureusement pour lui, le classement PISA 2013 révèlent que la FRANCE bat des records d'injustice et chute de plusieurs places au classement mondial PISA en se retrouvant 25ème (22ème en 2009)!
Ce classement de l'OCDE indique que l'école française favorise les élites. Nous sommes 18èmes sur 34 membres de l'OCDE et nous obtenons juste la moyenne...Ce qui est grave est que l'écart s'accroit année après année.
L'OCDE considère que la France est le pays le plus inégalitaire de cette organisation internationale, mais surtout d'autres pays dont les inégalités avaient été stigmatisées telles l'ALLEMAGNE ou l'ITALIE ont su depuis 5 ans prendre des mesures et les résultats se sont améliorés !

Le diagnostic est donc posé depuis des années, il serait temps pour un gouvernement qui se veut de "gauche" de mener une réforme globale pour lutter contre l'échec scolaire. Le collège "unique" a été identifié comme le maillon faible de notre dispositif.
Deux mesures faisaient l'unanimité:
- améliorer la formation initiale et continue des enseignants. La première avait été supprimée par SARKOSY et DARCOS en 2008 sans que l'on comprenne pourquoi? C'était une hérésie et il faut remettre en ordre la formation afin que les cours se passent mieux!
- Identifier les collèges en difficulté et concentrer des moyens supplémentaires sur ceux ci durant plusieurs années.
Au lieu de cela, la Ministre a mis en place une réforme plus vaste.
Elle a d'abord commis une erreur de présentation: elle a présenté dans le même temps une réforme de l'organisation des collèges avec une réforme des programmes.
Du coup, elle a réuni tous les opposants à chacune des réformes, lesquels demandent la suspension immédiate de l'ensemble.
La majorité des syndicats enseignants, très conservateurs, appellent à la grève demain 19 mai et veulent aussi l'arrêt des réformes....

- La réforme principale au collège, la gouvernance, permettait de donner 20% d'autonomie quant à l'organisation des cours parmi la masse des programmes obligatoires et facultatifs. Bien sûr, le Chef d'établissement ne décidait pas seul! Un projet d'établissement aurait été validé par les représentants des enseignants et des parents. C'est trop pour les enseignants qui veulent rester au temps de Napoléon: tous les élèves français doivent faire le même cours à la même heure sur l'ensemble du territoire national... Il y a belle lune que chacun sait que le ministère est ingérable et qu'il faut donner beaucoup plus d'autonomie aux établissements scolaires afin que les mesures d'adaptation nécessaires à la personnalité et à l'environnement des élèves soient prises en compte.
Au pays de l'égalité et du jacobinisme absolu, le mot "autonomie" est un gros mot ! C'est pourtant une réforme qu'il faudra garder.

- La réforme des programmes est plus complexe à expliquer: elle consiste, grosso modo, à simplifier le programme de 6ème et suivant afin d'éviter que des offres optionnelles, notamment de langues, permettent à quelques uns de se retrouver ensemble dans des classes élitistes. Donc l'allemand, le latin et le grec dés la sixième , c'est fini! Ce n'est pas faux, mais il faut bien dire que supprimer les classes européennes en allemand à l'heure de l'Europe est une faute. Là encore pourquoi obliger tout le monde à apprendre l'anglais dés la sixième ou plutôt le continuer car cette langue est apprise dés l'école primaire. En respectant l'autonomie du collège, nous pourrions avoir selon notre situation géographique des classes européennes en allemand, en anglais, en espagnol, en italien,...Ces classes européennes obligent les élèves à faire environ 32 h/semaine au lieu des 24 actuellement pour les classes normales car outre la langue, il y a des cours d'histoire , de géographie supplémentaires.
Si en seconde, tous les élèves pouvaient parler correctement une langue étrangère et écrire un français sans fautes....
Après il restera à faire des efforts en mathématiques car l'OCDE a démontré que c'était notre principale faiblesse !
Je me souviens du livre "La foire aux cancres" de Jean CHARLES dans les années "60" qui déjà suggérait la suppression du latin afin de donner plus d'heures de cours en français. Aujourd'hui, où les élèves de terminale ont pour la plupart une orthographe d'un enfant de l'école primaire, niveau CE2, le renforcement de cours de français s'impose !!
Quant à la réforme de l'histoire, il faudrait revenir à du bon sens: nous voulons que nos enfants aient une bonne idée de la chronologie des faits historiques au collège. Les explications géopolitiques de l'histoire pourront se faire durant les 3 années de lycée.

La réduction des inégalités à l'école est un marqueur de séparation entre la droite et la gauche, mais tout le monde devrait se réunir pour revoir ces réformes mal conduites et retenir les deux priorités que nous montre l'OCDE indiquées ci-dessus.
Lionel DE BUSSIERE


10/05/2015
HOLLANDE est en campagne depuis un an:

Le Président HOLLANDE vient de fêter le troisième anniversaire de son accession au pouvoir. Il reste donc deux ans pour prouver aux français qu'il a le niveau pour "rempiler" en 2017.

Chacun a noté que depuis la défaite aux municipales en 2014, plus personne à gauche ne parle de primaires au sein du PS....
Depuis la défaite aux départementales de 2015, les frondeurs et autres groupuscules d'extrème gauche ou les "VERTS" se font discrets dans la critique du "social-traitre".
Je parie qu'après la dernière défaire aux régionales en décembre prochain, un mouvement "spontané" pour éviter de renouveler l'erreur du 21 avril 2002 et appeler à l'unité derrière HOLLANDE va être lancé....

Son Ministre des Affaires Étrangères, Laurent FABIUS, qui l'a méprisé dans la passé, vient d'indiquer que trois réformes importantes resteraient dans le bilan positif d'HOLLANDE à la fin de son quinquennat:

1)Le mariage pour tous: c'est un marqueur de gauche ! A défaut de réussir dans le domaine économique, il a réussi à faire passer cette loi même si le gouvernement s'y est mal pris. Quoique en disent les opposants de droite d'alors, ils savent qu'ils ne reviendront pas sur cette loi comme ils ne sont pas revenus pur le PACS ou l'avortement. Dans un pays démocratique et laïque, chacun est libre de vivre légalement avec qui il souhaite....c'est une liberté supplémentaire!

2) Le tiers payant: Là, il va vite ! Le corps médical est vent debout contre cette réforme et la Ministre de la Santé a multiplié les maladresses sur ce dossier. Le fonds de la réforme apparait bon: permettre à tous les démunis d'aller consulter sans payer comme cela se passe pour les produits pharmaceutiques. Mais les médecins ne veulent pas d'un système bureaucratique pour les gérer et les surveiller. De plus, ils indiquent que la faiblesse de leurs rémunérations (23€ alors qu'un vétérinaire prend au moins 40€ pour un animal) ne leur permet pas de payer une secrétaire pour poursuivre les mutuelles multiples afin de rentrer dans leurs sous. Le problème n'est donc pas réglé et le dossier est à revoir car rien ne se fera sans l'accord des médecins!

3) La réforme régionale: Là, FABIUS se fout du monde! La loi NOTRe est tout sauf une réforme et elle a tellement multiplié les exceptions qu'elle n'a plus d'intérêt hormis la taille des régions. Mais la taille ne signifie rien; la vraie réforme aurait été les pouvoirs dévolus à ces régions. Si nous avions eu un réformateur ambitieux, il aurait pu faire une amélioration des structures françaises qui serait rentré dans l'histoire comme la Loi DEFFERRE. Là, nous avons un exemple de manoeuvre pour enfumer les partisans des pouvoirs locaux !

Donc, à part ces 3 réformes, selon FABIUS, rien ne restera! Il a de l'expérience pour parler ainsi et il m'a convaincu que quasiment rien n'a été fait durant des 3 premières années...
Malheureusement, rien ne sera fait durant les deux dernières ! le Président est en campagne et il commence la distribution des cadeaux aux uns et aux autres!

Son voyage aux Antilles est la preuve de ce que j'avance:
Non, il préfére se comporter encore une fois en Président du ...Conseil Départemental qu'il n'a cessé d'être en fait !
- distribution de trois gendarmes sur un île
- deux cyclotrons installés sur deux autres
- un compromis fiscal dans une autre encore au détriment de l'intèrêt national
- une chambre du Tribunal à installer ailleurs
- un foyer éducatif
- un centre d'apprentissage de langues étrangères....

Il aurait pu profiter de son déplacement et de l'inauguration du Monument contre l'esclavage pour donner une totale autonomie aux départements d'Outre-Mer qui auraient chacun un vrai gouvernement local, la liberté de gestion des moyens, le retrait de tous les fonctionnaires "blancs" qui sont des vestiges des colonies, .... bref faire une politique de gauche fondée sur la liberté et le respect.
Mais le Président HOLLANDE est indécrottable! Il gère sa réélection comme il a fait pour la Corrèze.

Lionel DE BUSSIERE


30/04/2015
Lecture fortement recommandée:

Peut-être quelques uns de mes lecteurs connaissent le magasine "XXI"? Le dernier numéro a 208 pages pleines et d'un très grand intérêt. Il est sorti en mars dernier, le prochain numéro est programmé en juin 2015.
Il faut lire ces articles de près d'une dizaine de pages chacun portant sur des sujets aussi variés que l'INDE ou la vie en IRAN, voir les fortes photos des ouvriers travaillant à "la Peuge". Ceux qui aiment le "Rap"seront enchantés de l'article qui leur est consacré !
Bref, c'est une ouverture sur le monde non seulement géographique mais aussi sur la musique, la culture, la vie !
Toujours très intéréssé par tout ce qui se passe en Afrique j'ai été heureux de lire l'article intitulé "La princesse angolaise" qui confirme au monde entier l'importance de la corruption tant dans la contrebande de diamants que dans les ventes de pétrole avec les "Majors"...

L'éditorial de dernier numéro, signés par Laurent BECCARIA et Patrick de SAINT-EXUPÉRY, donne le ton: après avoir raconté les mésaventures d'un journaliste anglais voulant faire son métier et qui en a été empêché par les sponsors du journal (The Daily Telegraph), ces journalistes confirment qu'ils sont libres de toute publicité et de tout parti !!

Cela me donne l'occasion pour dire tout le mal que je pense du supplément du journal "Le Monde" dont le nom est "M"; lequel nous est imposé avec l'achat du quotidien le samedi matin moyennant d'ailleurs un supplément non négligeable.
Ce magazine se voudrait dans la lignée de l'illustre quotidien (que je lis chaque jour depuis 50 ans) mais il n'est qu'une revue pour "bobos" où la multitude des pages (près de 50 !) de mode et de luxe couvrent chaque un article plus fouillé, mais pas explosif, de 2 ou 3 pages.

La plupart des quotidiens français ont copié ce modèle et nous vendent un supplément la veille du week-end, certes, pas toujours avec une vocation intellectuelle que revendique celui du Monde !
C'est vrai qu'à force d'avoir la presse française achetée par de grandes sociétés côtées au CAC 40 telles Total, LVMH ou Rotchild, la question de l'indépendance peut légitimement se poser comme en Angleterre ? Même l'Humanité ne se contente pas d'être largement subventionnée par le contribuable mais a pour partenaire le Groupe TF1, donc Bouygues et le Groupe Lagardère....
Qui peut réellement croire que les quotidiens sont alors indifférents aux aspirations de leurs "sponsors"?
La liberté de la presse passe par ces journaux rares sans publicité (comme le fameux "Canard Enchainé" d'ailleurs)et le meilleur moyen de les aider , c'est d'acheter ces journaux !
XXI mérite votre attention!
Lionel DE BUSSIERE


27/04/2015
Les élections régionales, les manoeuvres continuent:

Les principaux partis politiques viennent de faire connaitre leurs têtes de listes pour les élections de décembre 2015. Quand le choix est difficile du fait de la pléthore de candidats, les responsables parisiens se donnent quelques semaines supplémentaires afin de tenter de trouver une unité (au moins de façade!).
En effet, les dernières élections départementales ont permis à la gauche de bien comprendre que sans union de la gauche, la défaite était programmée en décembre mais aussi en 2017. C'est ce qu'avait prévu HOLLANDE qui est un redoutable manoeuvrier.

Mais à droite, c'est beaucoup plus compliqué:
- la droite comprend l'UMP et deux Centres: l'UDI et le MODEM, rallié à droite
- au sein de l'UMP, plusieurs tendances s'opposent qui sont en pleine bagarre et ont accepté de participer à des primaires (tant décriées en 2011 lorsque le PS les avait organisées)dont la règle fondamentale est qu'en cas de défaite, on se bat par la suite pour le vainqueur de la primaire et contre le FN et le PS.
Deux leaders se dégagent: SARKOSY et JUPPÉ. Ce n'est pas que des problèmes d'égos! SARKOSY continue ses "buissonades" droitières sans BUISSON alors que JUPPÉ veut rassembler et apaiser la vie politique à droite. Ce dernier est le favori des sondages et SARKOSY le favori des membres de l'UMP.

C'est là où les difficultés commencent pour tout le monde:
- si un parti veut exister, il lui faut être présent à l'élection présidentielle, sinon, il disparait peu à peu (voir le PCF qui s'est fait manger par le PS. de même pour les responsables politiques, il leur faut participer aux primaires pour compter ensuite (voir VALLS et MONTEBOURG pour le PS).
- mais si tout le monde se présente au premier tour de la présidentielle,on recommence 2002; compte tenu de la grande probabilité de la présence du FN au second tour, il faut à tout prix passer le premier tour... donc rassembler son camp et au delà même!
- le PS vient de faire la leçon aux Verts et au Front de Gauche, lesquels ont bien compris mais veulent une inflexion de la politique de HOLLANDE afin de ne pas avaler un boa...
- le MODEM veut bien participer à la primaire de la droite si JUPPÉ est sûr de gagner???sinon, il partira à la bataille. Pour SARKOSY, c'est des voix en moins dés le premier tour ! DANGER !

- nouvelle difficulté: l'UDI, qui a toujours été un alibi centriste à l'UMP comme les Radicaux de Gauche le sont pour le PS, est officiellement allié avec le MODEM dans un mouvement nommé "ALTERNATIVE"devant permettre à terme de créér un vrai Centre assez fort pour être indépendant. Donc de pouvoir avoir un candidat à l'élection présidentielle....

Résumons: tel que c'est parti, l'UMP, devenue "Les Républicains" fait sa primaire tout seul: SARKOSY, maître du parti l'emporte. Il sera candidat de la droite, mais il sera battu dés le premier tour si les sondages sont vérifiés et permettra à HOLLANDE de battre au second tour Marine LE PEN.
Quant aux centristes, ils auront aussi un candidat (BAYROU, voire BORLOO que je vois bien revenir à temps!, mais ils ne sont pas assez forts pour s'imposer au second tour. Leur puissance quasi unique est celle de nuire à SARKOSY qui a beau se débattre avec ce noeud coulant, il sera pendu !

La seule solution pour la droite serait que les candidats centristes acceptent de participer aux primaires de l'UMP et soutiennent le vainqueur qui serait bien sûr JUPPÉ. Mais les sarkosystes ne veulent pas entendre parler de ça !!!

Lionel DE BUSSIERE


19/04/2015
Capitales des Régions: On se moque de qui ?

Il me faut revenir, encore une fois, sur cette annonce de réforme territoriale début 2014 par le Président HOLLANDE et le Premier Ministre, M. VALLS. Les dernières décisions concernant le choix des capitales régionales m'apparaissent comme une lâcheté supplémentaire de nos responsables. Déjà depuis l'annonce, la dite réforme a abandonné en route ce qui en faisait l'essentiel à savoir la suppression des départements. Non seulement ceux-ci ont été maintenus en l'état, mais leurs compétences non encore définitivement votées seraient identiques à ce qu'elles étaient, sauf le transport scolaire...
Il était aussi prévu de limiter les clauses de compétence générale en attribuant à chaque collectivité un domaine précis de compétence: là encore le gouvernement a accepté tellement d'exceptions des parlementaires que tout est revenu comme avant! Donc de la commune à la région, chaque collectivité peut agir simultanément avec les autres!

C'est vrai que les régions ont été géographiquement modifiées: nous en avons 13 au lieu de 22. Il restait à déterminer le nom des nouvelles entités et de choisir la capitale.

Sur ce dernier point, nous craignons le pire et malheureusement nous l'avons!

Prenons un exemple: la NORMANDIE. Elle rassemble désormais la Basse Normandie et la Haute Normandie, donc pour le nom c'est facile! Mais pour la capitale...
Trois villes se disputaient les suffrages:
- Le Havre: ville récente la plus peuplée de Normandie et surtout la plus dynamique grâce à son port.
Cette ville a eu le tort depuis la seconde guerre mondiale d'avoir des élus à contresens de ceux qui étaient à Paris ou à la région: communiste quand les autres étaient à droite, et maintenant à droite quand les autres sont à gauche. Donc elle n'a jamais eu d'avantages administratifs!
Cela permet de l'éliminer de suite.
- Caen: capitale historique de la Normandie, choisie par Guillaume le Conquérant, fidèle au Roi de France quand Rouen se soulevait contre les impôts, ruinée par l'absolutisme de Louis XIV en matière de religion mais qui a le tort maintenant d'avoir une municipalité de droite.
- Rouen: capitale des Ducs de Normandie depuis 843 dont la richesse passée a reposé sur le commerce fluvial, capitale du pouvoir anglais durant leur occupation qui a vu brûlé Jeanne d'Arc. Principal port français au XVIème siècle, Rouen fut vite détrônée par Le Havre créé par François 1er. Depuis lors, ville universitaire et judiciaire. Laurent Fabius est l'homme politique qui compte sur place.

Le choix était complexe !
L'un des buts de la réforme des régions était d'économiser sur le coût de la gestion des collectivités. Aussi est-il proposé de mettre ROUEN, capitale de Normandie et CAEN siège du "Parlement". Cela rappelle quelque chose?
L'Union Européenne a pour capitale BRUXELLES et son parlement est à STRASBOURG. Tous les ans, de multiples plaintes viennent démontrer le coût exorbitant de cette division car des tonnes de dossiers doivent régulièrement aller de l'une à l'autre ville sans compter deux milliers de fonctionnaires afin de soutenir la Commission devant les parlementaires.

C'est ce modèle dispendieux et peu commode que notre gouvernement recommande au vote du Parlement français?????
Car non content de l'établir en Normandie, le gouvernement le recommande aussi dans la plupart des régions: TOULOUSE et MONTPELLIER vont faire de même... et parfois on va partager à trois les responsabilités pour ne fâcher personne: ainsi en Aquitaine où la capitale BORDEAUX n'est remise en cause par personne, il est prévu que les services des 3 régions actuelles demeurent au sein de la ville où ils sont actuellement soit Poitiers et Limoges ? Où sont les économies potentielles ? Dans l'Est, Metz, Nancy et même Reims contestent le droit de Strasbourg, capitale européenne mais qui ne pourra là aussi avoir tous les services réunis...

Ainsi nous allons arriver dans un pays où il y aura plus de capitales que de régions ! Ce qui sera la preuve de l'incapacité de nos responsables à décider.
Le courage ai-je mis en exergue de ce blog! C'est réellement ce qui manque le plus à nos dirigeants. Ils veulent faire des réformes en faisant plaisir à tout le monde: impossible ! Mais plus tard, quand notre déficit se sera encore aggravé, on dira que c'est la faute à l'Europe! Pour une fois ce sera vrai! Mauvais exemple du partage des capitales!
Lionel DE BUSSIERE


17/04/2015
Les fautes à éviter quand on est de gauche et que l'on arrive au pouvoir:

Je viens de finir un ouvrage de Jean-Noël JEANNENEY qui s'intitule : "Leçon d'histoire pour une gauche au pouvoir". Ce livre analyse la politique qu'a menée la Cartel des Gauches de 1924 à 1926. L'auteur avait pour ambition de délivrer quelques messages au PS de François MITTERAND afin qu'il n'échoue pas de la même façon qu'Edouard HERRIOT, leader du Parti Radical (le PS de l'époque!). Mais quelques leçons du livre peuvent facilement s'appliquer à François HOLLANDE...

Tout d'abord, il faut quand même indiquer les limites de la comparaison: la Constitution de la Vème République donne des avantages de stabilité et de durée que celle de la IIIème ne pouvait pas avoir. Notamment le rôle du Président de la République a totalement changé la donne, surtout depuis que son mandat a été réduit à 5 ans ce qui en fait un super Premier Ministre, très impliqué dans la politique au jour le jour. Surtout F. HOLLANDE, lequel trouve toujours autant de plaisir à jouer les Premiers Secrétaire du PS....

1) Il apparait clairement qu'il faut immédiatement auditer l'état du pays (pas 6 mois après, de suite!) et dire la vérité aux citoyens, notamment dans le domaine des Finances Publiques. Sinon, lorsque les temps difficiles arrivent et qu'il faut faire des choix douloureux pour le contribuable, il est trop tard pour attribuer la responsabilité aux prédécesseurs. Donc le nouveau gouvernement a tendance à différer la décision et plus on tarde plus la chute est rude! En 1924, le franc s'est écroulé en peu de temps: la livre anglaise a plus que doublé son taux vis à vis de notre monnaie. Or, depuis 1914, nous devions emprunter pour payer les fonctionnaires et les dépenses courantes. La droite au pouvoir à partir de 1918 a crié:" l'Allemagne paiera!". Sauf qu'elle a pas payé et c'est le niveau de vie du français qui a payé. HERRIOT n'a pas changé cette politique et a échoué à redresser les finances de la France. Il a bien fallu mettre en place une politique rigoureuse en matière budgétaire, mais trop tard pour en recueillir les fruits. Cela rappelle quelque chose ???? Mais aujourd'hui les gouvernants accusent à la fois l'UE et l'Allemagne d'étrangler le budget français avec un Euro trop fort (il a baissé) et une limite de 3% de déficit trop dure....

2) Une défiance envers les hauts fonctionnaires, références trop importantes envers des notions économiques datées et une inculture de la marche de l'entreprise. Il est vrai que les gouvernements n'ont pas de temps d'apprentissage et que lorsqu'ils arrivent au pouvoir, il leur faut être efficace de suite. Le droit à l'erreur, tant de décisions que dans le choix des hommes n'est pas permis. N'est-ce pas J. CAHUZAC ? Il faut agir vite et bien. Après c'est foutu! Le Pt HOLLANDE est en train de tenter de se refaire la santé dans le domaine économique et financier après avoir fait pendant 2 ans une politique de la demande complétement à côté de la plaque. Si nous sommes actuellement les derniers de la classe en matière de croissance et de taux de chômage, c'est du fait du grave contresens du Président en 2012 et de l'inculture économique de nombre de ses soutiens!
Comme en 1924, augmenter le traitement et le nombre de fonctionnaires ne fait plaisir qu'à la clientèle électorale! C'est un avantage conjoncturel; vite regretté par le pouvoir et évidemment critiqué par l'opposition. Très vite, l'inflation à l'époque, le chômage aujourd'hui, viennent dévorer cet avantage électoral et l'ensemble du pays paiera la note!

3) Éviter les menaces provocatrices et impraticables: en 1924 déjà on voulait faire payer les riches! La mesure de taxation à 75% des revenus supérieurs à 1 million d'euros a donné une coloration de gauche à HOLLANDE, mais son application partielle et provisoire l'a mis en position de traitre à la "vraie gauche" et économiquement elle a fait fuir nombre de cadres de haut niveau. Financièrement, elle a ramené quasiment rien!

4) Enfin, forcer ses alliés à participer au gouvernement: en 1924, les socialistes soutenaient sans participer! En fait ils critiquaient toujours car pas assez à gauche ! On se souvient que ce fut le cas des communistes en 1936 lors du Front Populaire, de même après 1983, les communistes quittèrent le gouvernement pour éviter d'assumer une politique de rigueur. A voir les frondeurs, les Verts et autres Front de Gauche, on comprend que rien n'a changé ! Les plus à gauche trouvent toujours que la politique menée n'est pas assez à gauche et il est tellement plus confortable d'être opposant ....

En conclusion, il semble que les leçons d'histoire n'aient pas été retenues par les uns et les autres!
Lionel DE BUSSIERE


10/04/2015
Incompétences des responsables, irresponsabilité des politiques au CAP-Rugby de Périgueux (Dordogne)

La presse nous confirme la situation déplorable dans laquelle les dirigeants actuels du CAP-Rugby ont mis le club. A lire leurs interviews, la sanction fédérale serait injuste et ils continuent de parler de l'avenir du Club avec eux à sa tête ?
Comment les périgourdins, qui aiment leur club et ont suivi depuis 4 ans les déboires de celui-ci, pourraient faire confiance à une équipe incompétente et incapable d'avoir une analyse lucide de leur échec ?
Les responsabilités de cet échec sont multiples:
- dirigeants incompétents
- responsables politiques irresponsables

1) Incompétence des dirigeants:
C'est la seconde fois que le co-président REINHART met le club en difficultés financières graves. La première fois, il avait nié toute responsabilité laissant à son ex co-président, S. TURBAN, celle de la mauvaise gestion (bon camarade!!!). On se souvient en 2012 que les collectivités territoriales (donc, les contribuables) ont mis la main à la poche pour sauver le Club et compenser un déficit d'environ 300.000 €. La contrepartie était durant les 3 années suivantes d'établir un budget de 900.000 € au maximum et de rembourser le prêt aux collectivités dans ce même laps de temps. Cette promesse n'a pas été respectée par le Président REINHART. Dans l'opacité la plus totale, ce dernier a manigancé des budgets dans son coin et a toujours cherché à éviter que les adhérents du CAP demandent des explications.
Que s'est-il passé en fait ? Le Président REINHART a embauché en août 2013 un Directeur Général, Nicolas COÛTE, qui a littéralement envouté le Conseil d'Administration du CAP notamment Claudette MOREAU et Edouard REINHART qui étaient dithyrambiques à son égard tout au long de l'année sportive 2013-2014. Ce dernier, quoique salarié du Club, avait tous les pouvoirs! Il suffit de relire les interviews qu'il donnait à la presse locale ou réécouter les déclarations à RFBP:
- déclaration de N. COÛTE dans "DL" du 4/12/13: "Il faut 12 à 18 mois pour assainir financièrement le club!"(Effectivement, il a assaini!)
- déclaration de NC publiée dans "Le 24 Sport" en septembre 2014: " Nous avons dû faire (REINHART et NC) face à des inepties de gestion comptables assez importantes; beaucoup de personnes privilégiaient leurs intérêts, pas ceux du Club" (c'est un régal de lire ça aujourd'hui !!!)
"Dans le cadre de la politique de structuration du budget et en ayant découvert certaines choses (?: Il ne dit pas quoi?), nous avons fini la saison avec un budget de 1,5 million d'euros".
- dans le SO du 5/09/14: "le club aligne maintenant un budget de 2 millions d'euros"
Le but déclaré a été de recruter pour monter en Pro D2: le moins que l'on puisse dire est que c'est loupé! La réalité a été que REINHART et MOREAU attendaient avec impatience l'arrivée de "GROS SPONSORS" au CAP, promis par N. COÛTE, afin de leur laisser le Club et de récupérer leurs billes...
Faut-il être cruel et parler de cette idée de créer un café en centre ville ou de l'épisode ridicule où NC a porté plainte pour détournement informatique des licences des joueurs, ce qui a failli entrainer le forfait du CAP (selon le SO du 6/09/14) alors que c'est lui qui était incapable de se servir de l'informatique de la FFR !!!
Surtout il s'est servi de son poste pour parler à tort et à travers, avec l'accord de son Président, dénigrant tout le monde, notamment en chargeant des joueurs dans l'épisode d'Auch ou de la bagarre d'après beuverie en centre ville. Était-ce son rôle d'informer aussitôt la presse des errements de joueurs immatures afin de les jeter aux chiens (DL du 4/12/13: "Les joueurs s'inquiètent davantage de leurs chèques que de mouiller le maillot; certains sont meilleurs sur le dansefloor que sur le terrain!". Pire, il s'est servi de cela pour démissionner de son poste de DG alors qu'en tant que grand manipulateur, il arrivait au bout de ses possibilités : même Claudette MOREAU avait commencé à comprendre que l'argent promis depuis 15 mois par N. COÛTE n'arriverait jamais....
Mais NC, même lourdement responsable des errements, n'était qu'un salarié: le seul responsable moral et financier de cette débâcle est le CA élu et son Président E. REINHART qui devra rendre des comptes.
Il leur faut maintenant assurer le trou comptable : selon le SO de ce jour, les responsables du Club ont mis 470.000 € la saison passée et si officiellement il ne manquerait que 450.000 € cette année, ce serait en fait 720.000 € qui manquent à la caisse. Cela fait beaucoup! Merci Nicolas pour ce magnifique travail!

Il est, dés lors évident que on ne peut pas laisser ces incompétents gérer la suite! En descendant en Fed 3, beaucoup de créanciers (fournisseurs et salariés, URSSAF, ...) vont se tourner vers la justice pour obtenir leur argent. Le CAP risque d'être mis en faillite. Or il faut au contraire une équipe crédible capable de discuter avec ces créanciers et autres partenaires afin d'établir un plan de sauvegarde sur 10 ans. La convocation d'une AG extraordinaire doit être convoquée par un administrateur provisoire remplaçant l'équipe d'incapables.
Toute association est sous le contrôle du Procureur de la République du TGI local; il serait souhaitable que ce dernier prenne ses responsabilités en intervenant dans le débat pour nommer un administrateur de façon urgente.

2 Irresponsabilité des politiques:
- Le CAP a bénéficié largement depuis longtemps de subventions publiques de la Mairie de Périgueux et du Conseil Général de la Dordogne. La gestion de l'argent public, soit celui du contribuable, donne des obligations à ceux qui en bénéficient. Une gestion transparente et exemplaire pour les membres du Club et des comptes rendus de suivi du partenariat établi entre le Club et les collectivités locales.
Par exemple, toute association bénéficiant d'une subvention supérieure à 153.000 € doit en fin d'année transmettre un rapport à chaque collectivité expliquant l'usage de l'argent public et les comptes du club. Cela n'existe pas pour le CAP ou alors le document n'est pas public ce qui est interdit.
L'actuel Président, E. REINHART, a revendiqué son illégalité lors de l'AG de janvier 2015 qui était faite en dehors du délai légal (6 mois après la date de clôture des comptes). Comment un dirigeant d'un club d'une grande ville peut, au vu et au su de tous, se réjouir d'être dans l'illégalité lorsqu'il s'agit de rendre des comptes aux adhérents? Les comptes annuels n'ont pas été certifiés et nous ignorons encore le montant exact du déficit, le montant exact de toutes les rémunérations de N. COÛTE, (est-ce vrai, qu'outre son salaire, il touchait une IK de 80.000kms/an + un véhicule de fonction?).....
La bonne gouvernance est au coeur du débat politique comme certains l'ont compris, mais c'est la même chose pour ceux qui bénéficient de l'argent public. Oui, Mme MOREAU a sans doute mis de l'argent personnel dans le Club, mais cela n'empêche pas de bien gérer l'argent du contribuable et d'être redevable d'une mauvaise utilisation. A ce sujet, il est facile de vérifier que les remarques orales du Commissaire aux Comptes en 2013 n'ont pas été suivies d'effet (je n'ai pas connaissance de son rapport écrit).
Enfin, il faudra bien que A. AUDI s'explique sur son rôle dans ce dossier et de son amitié avec Nicolas COÛTE: celle-ci a-t-elle eu pour effet non seulement de faire engager NC au CAP comme DG, mais surtout de lui faire avoir tout pouvoir au sein du CAP et de le protéger lorsque ses erreurs de gestion commençaient à devenir de notoriété publique. Ils se connaissent depuis fort longtemps et sont arrivés à Périgueux ensemble pour conquérir cette ville. L'un a réussi, l'autre a "fui comme un lapin" après avoir "planté le CAP" et avoir obtenu une chance de survie en se présentant comme UMP comme conseiller départemental à Trélissac....avec le succès que l'on sait !
Au sein du Conseil Municipal de Périgueux, le maire s'est entouré de membres du CA du CAP (Dunoyer, Macary, ...) et je peux témoigner qu'il connaissait depuis son arrivée en tant que candidat à la mairie la situation plus que délicate des finances du Club. Mais pour agir, il aurait fallu très vite changer l'équipe dirigeante et licencier NC...
Bref, on a les amis que l'on choisi; mais il faut les assumer et d'un pont de vue politique et financier, c'est plus qu'une erreur, c'est une faute d'avoir sans arrêt soutenu Nicolas COÛTE et maintenant de charger l'actuel Président seul. Tout le CA est responsable de cette déconfiture et celui qui lui a toujours apporté son soutien aussi !

En conclusion, il apparait clairement que seule une AG extraordinaire pourra prendre les mesures qui s'imposent et que l'équipe actuelle doit partir de suite!

Ceux qui ont mis le CAP en Fédérale 3 ne sont plus légitimes pour diriger le Club!
DÉMISSION IMMÉDIATE du Conseil d'Administration du CAP-rugby !
Dire que le slogan du Club est "Faites nous rêver!", avec E. REINHART et son DG, c'est plutôt "Ah! le cauchemar!


Lionel PASCAL
Lionel DE BUSSIERE


03/04/2015
DORDOGNE: élections départementales:

Comme chacun le prévoyait le PS a gardé la main mise sur le Conseil Départemental local. Deux changements à noter:
- un grand changement: les femmes sont en nombre: 50% des Conseillers, soit 25 au lieu de 3 avant!!!!
- un petit changement: le Président est nouveau! Enfin nouveau, il a remplacé l'ancien qui a laissé la placé après 32 ans de service....
Conclusion des changements: le nouveau Président est un homme, faudrait quand même pas que les femmes soient trop gourmandes!

CUMUL: de ce côté là, aucun changement:
- le nouveau Président(Germinal PEIRO)est député et président de sa communauté de commune, donc aussi conseiller municipal; j'ignore le nombre de syndicats d'eau ou d'autre choses dont il s'occupe aussi ainsi que les associations recevant des subventions du Conseil Départemental ou de sa mairie où il joue un rôle....
Il a annoncé que sous son "règne" il ferait régner la transparence ? Je demande à voir! Si quelques militants socialistes avaient laissé faire, il avait tenté de placé sa femme (ex UMP)dans un autre canton comme candidate socialiste....
Enfin, il a 61 ans et se présente comme "Instituteur". Sauf que la retraite des instituteurs est à 55 ans! mais ça fait mieux de se présenter comme "actif";
Surtout que au sein de la nouvelle assemblée élue dimanche dernier, sur 50 membres, 20 sont des retraités de la fonction publique et 12 de l'enseignement....
- la nouvelle première vice-présidente, Colette LANGLADE, est aussi députée depuis 2008 et membre de l'enseignement: professeur. Son attachée parlementaire, vient d'être élue Conseillère après avoir été élue maire d'Agonac l'an passé.

Il y a eu environ 45% d'abstentions ou votes nuls à ces élections départementales , ce qui est mieux qu'ailleurs. Aussi les dirigeants du PS sont très heureux, dans cette ambiance délétère d'avoir "garder" le département au PS. Ils ne se posent pas la question de qu'ils représentent encore? Quand on étudie attentivement la profession des élus, on voit vite qu'ils ne représentent pas le monde réel: pas de jeunes, pas d'étrangers, quasiment pas de gens du secteur privé! C'est pas eux qui vont nous faire la mondialisation! Pas étonnant que le haut débit ne soit pas installé en Périgord: ils préférent tout miser sur la GROTTE de LASCAUX !

Ce lieu est caractéristique des errements du Conseil présidé par l'illustre CAZEAU, prédécesseur de PEIRO lequel a créée aux Eyzies un Pôle International de la Préhistoire (le PIP)sur fonds locaux juste en face du Musée de la Préhistoire (sur fonds nationaux): les deux ont le même objet: la préhistoire.
Autant ce dernier apporte un plus culturel et tente d'être dynamique dans une contrée totalement isolée, autant le PIP ne sert à rien malgré la vingtaine d'emplois créés et le magnifique parking qui le dessert.
Mais qui continue de payer les frais de gestion du PIP? le contribuable!

J'étais farouchement pour la réforme territoriale annoncée en 2014 par HOLLANDE et VALLS qui supprimait le département! hélas, elle a été abandonnée:
- 13 régions au lieu de 24
- seule la compétence du transport scolaire est transférée du département à la région. mais le département garde la gestion des collèges ? Chercher l'erreur !

Je lis dans un grand quotidien du soir que la défaite de la gauche est due "au vide intellectuel d'une gauche coupée du peuple". L'article est signé de J. JULLIARD.Il fait partie d'une double page du "Monde"intitulée:"Malaise dans la représentation".
J'aimerais bien qu'en Périgord, nos élus locaux de gauche ou de droite se posent enfin la question de leur utilité en tant que représentant du peuple de ce qu'ils font vraiment pour le peuple !
Lionel DE BUSSIERE


30/03/2015
Après le second tour les élections départementales: double satisfaction du Président HOLLANDE:

Oui, le titre est un peu racoleur! Mais il correspond à une vérité: il est évident que HOLLANDE et son gouvernement auraient préféré une large victoire du PS... Mais c'était impossible! Aussi a-t-il eu beaucoup de plaisir dans cette défaite programmée!
Nous sommes à mi mandat, donc toutes les oppositions se focalisent sur le gouvernement en place. Il faut aussi bien reconnaitre que jusqu'alors, les français étaient très indifférents au sort des Conseillers Généraux devenus Départementaux ce qui entraine naturellement un taux d'abstention élevé mais c'est quand même mieux qu'un sondage!!!
Notons aussi que personne ne sait quelles seront les réelles compétences de ces Conseils puisque la loi n'est pas encore votée par le Parlement, ce qui pourrait être anticonstitutionnel?
Je continue de penser que le gouvernement aurait dû aller au bout de ses déclarations de 2014 et supprimer les départements en répartissant ses compétences sur les régions et les communautés de communes. Le conservatisme l'a emporté!
Mais, bon, les français ont voté en nombre (environ 50%) et quelles sont les leçons que l'on peut tirer de ce scrutin ?

1) La première est l'arrivée en quantité des femmes dans ces assemblées car la seule mesure pertinente de ce scrutin est la mixité obligatoire.

2) Dispersée la gauche a perdu de nombreux départements. Quelle joie pour HOLLANDE de voir le département de Martine AUBRY, le Nord, passer à droite comme l'Essonne présidée par l'un des chefs des frondeurs, Jérôme GUEDJ,...le plaisir de voir ceux qui le critiquent incapables de garder à la gauche leur "fief" comme on dit!
De même, le PCF n'a plus qu'un seul département: 18 sièges sur 50 pour le Front de Gauche et 10 pour le PS. Quant à EELV, le ministère de l'Intérieur leur donne 2,03%, moins qu'Eva JOLY aux dernières présidentielles....même à Grenoble pas de victoire significative pour les partisans de Mme DUFLOT! On ne parle même pas des Radicaux de Gauche qui ne compte plus! Alors, JL MÉLANCHON peut bien continuer de dire pis que pendre du Pt HOLLANDE, ce dernier a prouvé que sans l'union de la gauche le PS perdait, certes, mais ses alliés disparaissaient....
Adieu le groupe parlementaire et les avantages afférents !!!
La leçon va porter!
Déjà JC CAMBADELIS "appelle les formations de gauche au dialogue. Le rassemblement est essentiel, il faut l'Union..." Tout est dit!
Il reste deux ans avant 2017 et en décembre prochain une élection: les Régionales dont le vote se fait sur liste à la proportionnelle. La moitié des régions socialistes sont sérieusement menacées (il faut dire que le PS et ses alliés tiennent toutes les régions sauf l'Alsace).
Gageons que certains vont commencer à discuter pour présenter des listes communes ?

Conclusion: HOLLANDE a prouvé par l'absurde qu'il était incontournable et qu'en 2017 c'était autour de lui qu'il fallait se rassembler pour gagner.

3) Outre cette satisfaction, HOLLANDE a vu son meilleur "ennemi", Nicolas SARKOSY, gagner ces élections et gonfler ses pectoraux en faisant clairement allusion à 2017 où il compte bien se présenter. Cerise sur le gâteau: en Gironde, A. JUPPÉ s'est "planté" : le département reste à gauche! Pire dans une France qui se droitise, le Sud-Ouest, terroir d'Alain JUPPÉ résiste et la gauche se maintient! Comment entrainer le pays quand on n'est pas capable d'entrainer son camp ? C'est du pain béni pour SARKOSY qui montre à tous ses qualités d'organisateur. Mais c'est un petit plaisir pour HOLLANDE qui est certain de battre SARKOSY que ce soit au premier ou au second tour car il est établi que ce dernier ne fera pas le plein des voix au Centre au vu de ses positions extrémistes proche du FN. Le Pt HOLLANDE va recentrer sa politique. Depuis le début de 2014, avec l'arrivée de VALLS son seul but est de faire une politique économique conforme aux souhaits des centristes et des sociaux démocrates.

Conclusion: HOLLANDE a choisi son adversaire en sachant qu'il peut le battre.

4) Le FN progresse quasiment partout mais ne conquiert rien de concret. HOLLANDE attend le retour de la croissance pour faire baisser les soutiens populaires du FN, la croissance en Europe va s'améliorer sensiblement.
En France, cette croissance sera plus faible car de nombreuses réformes sont à faire.
Pour un second quinquennat ???,
Lionel DE BUSSIERE


30/03/2015
Après le second tour les élections départementales: double satisfaction du Président HOLLANDE:

Oui, le titre est un peu racoleur! Mais il correspond à une vérité: il est évident que HOLLANDE et son gouvernement auraient préféré une large victoire du PS... Mais c'était impossible! Aussi a-t-il eu beaucoup de plaisir dans cette défaite programmée!
Nous sommes à mi mandat, donc toutes les oppositions se focalisent sur le gouvernement en place. Il faut aussi bien reconnaitre que jusqu'alors, les français étaient très indifférents au sort des Conseillers Généraux devenus Départementaux ce qui entraine naturellement un taux d'abstention élevé mais c'est quand même mieux qu'un sondage!!!
Notons aussi que personne ne sait quelles seront les réelles compétences de ces Conseils puisque la loi n'est pas encore votée par le Parlement, ce qui pourrait être anticonstitutionnel?
Je continue de penser que le gouvernement aurait dû aller au bout de ses déclarations de 2014 et supprimer les départements en répartissant ses compétences sur les régions et les communautés de communes. Le conservatisme l'a emporté!
Mais, bon, les français ont voté en nombre (environ 50%) et quelles sont les leçons que l'on peut tirer de ce scrutin ?

1) La première est l'arrivée en quantité des femmes dans ces assemblées car la seule mesure pertinente de ce scrutin est la mixité obligatoire.

2) Dispersée la gauche a perdu de nombreux départements. Quelle joie pour HOLLANDE de voir le département de Martine AUBRY, le Nord, passer à droite comme l'Essonne présidée par l'un des chefs des frondeurs, Jérôme GUEDJ,...le plaisir de voir ceux qui le critiquent incapables de garder à la gauche leur "fief" comme on dit!
De même, le PCF n'a plus qu'un seul département: 18 sièges sur 50 pour le Front de Gauche et 10 pour le PS. Quant à EELV, le ministère de l'Intérieur leur donne 2,03%, moins qu'Eva JOLY aux dernières présidentielles....même à Grenoble pas de victoire significative pour les partisans de Mme DUFLOT! On ne parle même pas des Radicaux de Gauche qui ne compte plus! Alors, JL MÉLANCHON peut bien continuer de dire pis que pendre du Pt HOLLANDE, ce dernier a prouvé que sans l'union de la gauche le PS perdait, certes, mais ses alliés disparaissaient....
Adieu le groupe parlementaire et les avantages afférents !!!
La leçon va porter!
Déjà JC CAMBADELIS "appelle les formations de gauche au dialogue. Le rassemblement est essentiel, il faut l'Union..." Tout est dit!
Il reste deux ans avant 2017 et en décembre prochain une élection: les Régionales dont le vote se fait sur liste à la proportionnelle. La moitié des régions socialistes sont sérieusement menacées (il faut dire que le PS et ses alliés tiennent toutes les régions sauf l'Alsace).
Gageons que certains vont commencer à discuter pour présenter des listes communes ?

Conclusion: HOLLANDE a prouvé par l'absurde qu'il était incontournable et qu'en 2017 c'était autour de lui qu'il fallait se rassembler pour gagner.

3) Outre cette satisfaction, HOLLANDE a vu son meilleur "ennemi", Nicolas SARKOSY, gagner ces élections et gonfler ses pectoraux en faisant clairement allusion à 2017 où il compte bien se présenter. Cerise sur le gâteau: en Gironde, A. JUPPÉ s'est "planté" : le département reste à gauche! Pire dans une France qui se droitise, le Sud-Ouest, terroir d'Alain JUPPÉ résiste et la gauche se maintient! Comment entrainer le pays quand on n'est pas capable d'entrainer son camp ? C'est du pain béni pour SARKOSY qui montre à tous ses qualités d'organisateur. Mais c'est un petit plaisir pour HOLLANDE qui est certain de battre SARKOSY que ce soit au premier ou au second tour car il est établi que ce dernier ne fera pas le plein des voix au Centre au vu de ses positions extrémistes proche du FN. Le Pt HOLLANDE va recentrer sa politique. Depuis le début de 2014, avec l'arrivée de VALLS son seul but est de faire une politique économique conforme aux souhaits des centristes et des sociaux démocrates.

Conclusion: HOLLANDE a choisi son adversaire en sachant qu'il peut le battre.

4) Le FN progresse quasiment partout mais ne conquiert rien de concret. HOLLANDE attend le retour de la croissance pour faire baisser les soutiens populaires du FN, la croissance en Europe va s'améliorer sensiblement.
En France, cette croissance sera plus faible car de nombreuses réformes sont à faire.
Pour un second quinquennat ???,
Lionel DE BUSSIERE


29/03/2015
RUSSIE, IRAN, .... quelle efficacité ont les sanctions économiques vis à vis des pays visés par l'ONU ?

Ce week-end se réunit à Genève les ministres des Affaires Étrangères des grands pays de ce monde et celui de l'IRAN afin de tenter de mettre fin au boycott économique de ce dernier pays suite à son désir de développer l'industrie nucléaire civile et militaire. Le pays n'arrive plus à vendre son pétrole et ne peut plus se moderniser car toute la technologie occidentale lui est interdite, de plus ses banques ont été mises hors jeu. L'IRAN est donc très affaibli et veut absolument mettre fin à cet embargo car le peuple gronde! Cela fait des années qu'il n'en peut plus et aimerait bien redevenir un pays "normal"ouvert sur les autres après plus de 10 ans d'embargo.
Nous avons vu aussi que CUBA après 40 ans d'embargo américain à son encontre a réussi à passer un accord avec le Président des USA pour mettre fin à cet embargo et permettre ainsi à l'économie cubaine, exsangue, de s'introduire dans la mondialisation et surtout de profiter de la manne que représente les millions de touristes américains potentiels, interdits de CUBA depuis tant d'années....Il faut noter à ce sujet que le Parti Communiste qui est vent debout contre la mondialisation et les traités de libre échange avec les USA à titre général, a vivement salué comme une grande victoire du Parti Cubain cet accord avec le Pt Obama, accord qui doit d'ailleurs être approuvé par le Congrès américain, ce qui n'est pas acquis!!!

Depuis mars 2014, les Etats-Unis, puis l'UE ont mis en place un embargo de plus en plus sévère avec la RUSSIE afin de la punir de l'annexion de la CRIMÉE et surtout de son rôle actif en UKRAINE où elle soutient militairement les séparatistes pro russes. Là encore, cet embargo fait mal à la RUSSIE surtout que dans le même temps la baisse importante du prix du pétrole commence à révèler la grande fragilité économique de la RUSSIE où le Pt Poutine n'a pas développé l'économie russe mais s'est contenté de gérer (au plus près !!!)les revenus pétroliers. Les sanctions d'un point de vue économique sont très efficaces.

Pourtant depuis un an d'embargo, le Pt Poutine n'a jamais été aussi populaire dans son pays et dans l'immédiat la population ne conteste pas la politique de Poutine.
On peut noter aussi que tant à CUBA qu'en IRAN la population est épuisée par la situation et l'absence de nombreux produits, mais la population n'approuve pas les sanctions. Certes ces pays sont des dictatures où le rôle de l'opinion est réduit à peu du fait d'une répression féroce à l'égard des opposants, voire même le meurtre organisé de ceux-ci !

Au niveau politique, peut-on dire que les sanctions sont efficaces ? En AFRIQUE du SUD, lors du combat contre l'apartheid, ce le fut! C'est grâce aux sanctions internationales que ce régime honni a été mis à bas.
Si à CUBA et en IRAN, les américains avaient laissé ces pays au sein de la mondialisation, ne seraient-ils pas tombé tout seul dans l'escarcelle de la démocratie ?
En RUSSIE, il faut noter que Poutine se radicalise et se souvenir d'une part que ce pays possède la bombe atomique et d'autre part que les territoires où l'armée russe est présente ont toujours fait partie de la "zone" russe depuis les tsars!

Alors que faire ?

Il est évident que l'arme de l'embargo renforce les pouvoirs des dictateurs, augmente le nationalisme des habitants (donc le risque de guerre tant le nationalisme est dangereux) et permet aux dirigeants de ces pays sous embargo occidental, même validé par l'ONU, de jouer la carte de la victime "innocente" et de montrer ainsi du doigt le grand mèchant américain...
Il faut aussi noter l'absence quasi totale d'une politique indépendante de l'UE dans ces cas là !
Enfin, notons que la politique d'embargo est très orientée: ISRAËL qui viole allégrement toutes les décisions de l'ONU tant sur les colonies, que sur les droits de l'homme ou par la possession sans autorisation internationale de l'arme nucléaire n'a jamais eu de sanctions économiques...Les USA s'y opposent à chaque fois et il faut bien dire que personne en EUROPE ne demande d'établir un embargo quelconque à son égard.

En se basant sur les premiers exemples ci-dessus (Afrique du Sud, Cuba), on peut considérer que sur le long terme l'embargo strictement respecté peut se révéler efficace. Mais il n'en demeure pas moins injuste car le plus souvent c'est le peuple qui en soufre (souvenons nous de l'embargo contre l'IRAK sous Saddam Hussein) et les dirigeants continuent d'avoir la belle vie comme au ZIMBABWE !
Enfin, ce qui est regrettable est que le plus souvent ce sont les pays démocratiques qui votent l'embargo économique en même temps que des restrictions de déplacement des dirigeants visés. Et cet embargo est souvent violé par des pays qui veulent à tout prix faire des affaires (CHINE).
Alors, oui, c'est efficace mais tout est affaire de proportion car le but est de prévenir un conflit armé; pas d'humilier le pays et ses dirigeants!
Il faut aussi en permanence garder la porte de la négociation ouverte...
Lionel DE BUSSIERE


26/03/2015
La force du FN en France:

L'excellent score qu'a obtenu, lors des élections départementales, le Front National dans notre pays semble encore surprendre quelques uns et surtout les représentants des partis paraissent désarmés en termes d'arguments audibles pour lutter contre le développement de ce parti.
De mon point de vue trois causes expliquent l'appartenance au FN et l'écoute de plus en plus grande des citoyens français à l'égard de son programme:

1) Le vieux fonds xénophobe et raciste à l'origine de ce parti dont le fondateur, JM LE PEN, continue d'assumer la présence. Depuis toujours l'extrême droite xénophobe et raciste en France alliée aux ultranationalistes ont été présents et représentent environ 7% des votants. On les retrouve tant au XIXème siècle avec les dreyfusards et les catholiques intégristes de l'avant séparation de l'Eglise et de l'Etat. Puis on les voit tout le long de l'entre deux guerres en s'en prenant aux juifs et aux communistes: on arrive à Vichy !.. là encore mélangé à une idéologie ultra nationaliste! Lors de l'indépendance en Algérie où les extrêmistes de droite se rebellent contre la République en compagnie de quelques militaires égarés et ces gens là créent l'OAS et deviennent anti-arabes lorsque l'Algérie devient justement indépendante.
Le sort de juifs lors de la seconde guerre mondiale aurait dû entrainer l'extinction de ces extrémistes; hélas Non ! Il y a même des "négationnistes" comme aujourd'hui on a des "complotistes" attribuant toutes les guerres et les attentats aux juifs....
Devant un tel niveau de bêtise , il est inutile de tenter de convaincre ces partisans racistes de changer de point de vue. Il faut les laisser dans leur monde et juste veiller à ce qu'ils ne deviennent pas dangereux pour les autres (comme en Norvège récemment...)

2) La crise économique, aujourd'hui comme en 1929, permet le développement de la xénophobie (les étrangers prennent le travail des locaux, il faut donc les renvoyer chez eux, d'autant que certains "baisent nos femmes" en plus !) L'extrême droite n'a jamais été un fervent soutien du capitalisme et de l'économie de marché. Leurs théories sont restées au niveau des corporations et de la défense de l'agriculture traditionnelle (voir Pétain !). Elle est donc à l'aise dans la critique du système lorsque celui-ci est en crise et rejoint en cela les gens d'extrême gauche. Cela explique aussi pourquoi nombre de gens de gauche n'hésitent pas à un moment donné à franchir le fossé et à rejoindre leurs adversaires d'extrême droite sur la base d'une convergence économique. Plus la crise est grave, plus le chômage se développe, plus le citoyen en difficulté chaque mois pour payer son loyer et faire vivre sa famille prête une oreille complaisante à ces analyses. On peut toujours dire que c'est économiquement idiot, il faut être dans cette situation pour comprendre que dans ces cas là on se raccroche à l'explication la plus simple: renvoyons les étrangers, fermons les frontières, fabriquons français et obligeons tout le monde à travailler (création des camps de travail...).
Les réponses à cette présentation sont nombreuses mais inaudibles au peuple car ceux qui donnent les leçons n'en font pas partie: professeurs d'Université, énarques, fonctionnaires,...
Il faut parler leur langage comme G. Marchais ou M. Le Pen le font si bien..

3) Les derniers arrivés dans les partisans du FN sont nombreux et là la responsabilité des partis de gouvernements est avérée. Notamment celle du PS ! Il faut lire le bel article de Florence Aubenas dans le journal "Le Monde" la semaine passée où elle parle de sa rencontre avec une ex femme de ménage dans l'Aisne. Cette dernière vit à 65 ans dans un wagon SNCF immobilisé et a fait le ménage pour le Président du CG-Sénateur de ce département pendant 30 ans en tant que socialiste (PS). Il vient d'être éliminé du second tout par son ex femme de ménage sans avoir rien compris!
Pourquoi cette dernière a-t-elle adhèré au FN? elle avait besoin que quelqu'un l'aide à avoir un rendez vous médical pour son mari. Le seul qui l'a aidé, c'est le représentant du FN...
Ces soi disant socialistes qui occupent des postes électifs depuis tant de temps! Ils n'ont pas la moindre once d'empathie vers les pauvres et les gens en difficulté. Ils méritent d'être éliminés à chaque élection. Il y a belle lune qu'ils n'ont plus la foi! Le socialisme au départ c'était fait pour aider les miséreux pas pour se placer!
La remarque vaut pour la droite plus ou moins catholique qui n'a même plus le sens de l'aumône et ne sait pas ce que le mot charité veut dire!
Ils se rejoignent dans l'indifférence et l'égoïsme ces élus de droite, du centre ou de gauche qui n'ont plus en tête que leur avenir...
Que demandent les citoyens: au minimum avoir des élus honnêtes et à l'écoute.Plus personne ne veut de profiteurs centrés sur eux-mêmes! C'est aussi là dessus que le FN surfe ! Et là, les autres partis peuvent réagir en imposant des mesures drastiques en matière de probité et de transparence.Là est le problème de confiance !

Il faut donc, dans cette période de crise, que la transparence des élus soit totale et limiter les fonctions électives à deux au maximum et à deux fois être élus à une fonction.
Nous en sommes loin ! Si réellement le gouvernement VALLS veut contrer le FN, voilà les lois à mettre en place de suite (statut du lanceur d'alerte, exclusion à vie des élections des corrompus, développement des Cour des Comptes Régionales,...)!
Dans le domaine économique, on sait que les gouvernants n'ont pas la main quoiqu'ils en disent (la baisse du pétrole, de l'euro et des taux d'intèrêts ne sont absolument pas dus à HOLLANDE).
Mais dans le domaine de l'éthique la responsabilité, le Président HOLLANDE pourrait être déterminant!

Lionel DE BUSSIERE


23/03/2015
Elections départementales: commentaires après le 1er tour:

Des résultats de ces élections, les observateurs politiques ont fait leur choux gras de la montée du FN et du taux de participation meilleur qu'annoncé!
Pour ma part je retiendrai deux points:

Le premier est de considérer qu'il eut mieux valu au Président HOLLANDE et au gouvernement VALLS plus de courage afin de supprimer les départements et de nous éviter ces élections en mi-mandat; Les constitutionnalistes des républiques françaises avaient jusqu'alors mis en place des élections cantonales renouvelables d'abord par tiers puis par moitié afin d'éviter ce vote qui sera toujours contestataire à mi mandat comme le savent si bien les Présidents américains qui en subissent les conséquences.....HOLLANDE aurait pu en parler à OBAMA: quand on voit ce que fait le Congrès américain en politique étrangère pour contrer (bêtement) le Pt OBAMA; on comprend que les créateurs de la Constitution de la Vème République étaient bien inspirés dans ce domaine des élections à mi mandat comme dans la durée du mandat présidentiel qui n'aurait pas dû être modifié afin de permettre au Président de garder de la hauteur et de se contenter de fixer le cap au lieu de mettre les mains dans le cambouis quotidien! Le Pt HOLLANDE a fini par comprendre l'utilité du 49§3 de notre constitution; dommage qu'il n'ait pas compris que la seule réforme qui vaille en matière territoriale aurait été de donner de vraies compétences aux Régions et aux Communautés d'Agglomérations afin de permettre à notre pays d'être plus efficaces.

Le second est que pour progresser dans les élections intermédiaires, il vaut mieux être contre tout qu'être pour quelque chose! La progression du FN ne devrait plus surprendre. Comme au début de la Vème République, le PCF était crédité de 25% des intentions de vote et n'est jamais parvenu au pouvoir! La célèbre remarque de PEGUY à KANT (Kant a les mains propres, mais il n'a pas de mains!)s'applique tout le temps en politique ! C'est pour cela que l'alternance a du bon, ça permet à certains d'atterrir: que ce soit en Grèce avec l'extrême gauche aujourd'hui ou en 2012 avec les socialistes, la prise du pouvoir leur a permis de prendre conscience des réalités et de laisser tomber peu à peu les discours purement idéologiques... ce que le Front de Gauche, n'a pas compris non plus! Les deux Fronts sont seulement dans la posture et l'idéologie.Mais pour accéder au pouvoir en tant qu'opposant, il faut aussi être pragmatique sans se renier! Et c'est compliqué car on vite accusé de trahir ses promesses!

Dés lors, la modification de 3 ou 4% des uns ou des autres est anecdotique! Je souhaite seulement qu'il y ait plus souvent une réelle alternance dans les directions des villes , des régions, des départements, ..; afin d'éviter la création et le maintien de petits féodaux locaux lesquels profitent de leurs pouvoirs en favorisant leur famille et leurs amis afin de se maintenir.
C'est aussi pour cela qu'il faut voter la limitation des mandats dans le durée et le nombre.

Lionel DE BUSSIERE


19/03/2015
Triste jour que celle de la victoire de "BIBI":

En ISRAËL, les élections de mardi dernier ont mis en tête le parti LIKOUD, celui de Benjamin NÉTANYAHOU, surnommé "Bibi" lequel a obtenu 30 sièges sur 120 disponibles. Ce dernier sera désigné pour former le nouveau gouvernement en s'alliant avec l'extrême droite ultra nationalistes et ultra orthodoxes et autres mini partis favorisés par le mode d'élection (proportionnelle).
Ce n'est pas le résultat que beaucoup (dont moi) espéraient mais la Démocratie , c'est aussi ça !

Il y a environ 8 , 3 millions d'habitants dans ce pays et 5, 9 millions d'électeurs. Seuls 71,8% sont allés votés.
Sachant que le LIKOUD a obtenu 25% des voix, un rapide calcul nous montre que un million et soixante quinze mille personnes ont voté pour "Bibi". Quand on sait que le programme de BIBI était basé sur la seule affirmation "tant que je serai là , il n'y aura pas d'État palestinien à nos côtés", on réalise le drame.

La fiction des accords d'OSLO est ainsi mise à jour. Un million de personnes décident de refuser ce que des centaines de millions d'autres approuvent dans le monde.

Il faut en tirer les conséquences pour les 5 ans à venir:
1) Le statut de la Cisjordanie et de Gaza en tant que territoires autonomes en voie d'indépendance ultérieure est annulé. Ce ne sont plus des territoires occupés, mais des territoires conquis par la force (en dépit de toutes les condamnations de l'ONU). ISRAËL doit donc les gérer. De ce fait, il faut immédiatement que l'UE arrête de payer les fonctionnaires palestiniens. C'est à ISRAËL de le faire! D'ailleurs depuis que l'Autorité Palestinienne a porté plainte contre ISRAËL devant la Cour Pénale Internationale, ISRAËL n'a plus donné les droits de douane à l'Autorité qui se trouve de ce fait complétement démunie. Il faut donc aller au bout de la logique du LIKOUD: ce parti va administrer le "grand ISRAËL" et se mettre ainsi au ban des Nations.

2) En s'isolant, même de son meilleur allié américain, le LIKOUD a choisi de passer en force, il faut donc exclure ISRAËL de toutes les Organisations Internationales tant celles dépendant de l'ONU que celles sportives.Faisons respecter le droit international!

3) La logique du LIKOUD est la même que celle du parti "blanc" en Afrique du Sud du temps de l'apartheid, il faut donc que la communauté agisse de même car il est évident que les Arabes en ISRAËL sont des citoyens de seconde zone et que les forces de sécurité maltraitent régulièrement (voir tous les documents sur ce sujet émanant de citoyens israêliens ou des livres tels "Les matins de JENINE" de Susan ABULHWA ou "Le Prince Vert" de Mosab Hassan YOUSEF).

Des années vont encore être perdues pour faire la paix entre ces deux pays (ISRAËL et PALESTINE), mais plus grave entre ces deux peuples qui en viennent à se haïr de façon incroyable. Les américains n'ayant pas pu, du fait de la position des Républicains, faire cèder le LIKOUD sur son programme, son leader, BIBI ayant même humilié l'actuel Président OBAMA en allant au Congrés présenter son programme électoral, seul l'isolement de ce pays nationaliste, guerrier, refusant toutes les offres de paix pourra faire entendre raison à ses extrémistes.
Ils sont en outre source de guerre potentielle pour les démocraties occidentales:
1) en intervenant de façon peu diplomatique dans le problème nucléaire iranien avec des arguments polémiques dont même le chef du service israëlien des renseignements disent qu'ils sont faux!
2) en refusant la paix avec la Palestine, le gouvernement israèlien continue de donner des raisons à des jeunes exaltés pour aller faire le djihad au Moyen-Orient et se transformer en terroristes contre les démocraties...

Lionel DE BUSSIERE


11/03/2015
Un virage dangereux à prendre pour les deux partis de "gouvernement":

Même si personne ne connait encore avec précision le détail des pouvoirs des futures assemblées départementales, la reculade du gouvernement VALLS quant à la réforme territoriale laissera des traces à Bruxelles où il va être de plus en plus difficile de convaincre non seulement les "technocrates" de MOSCOVICI mais surtout les représentants des pays ayant fait de dures réformes pour "entrer dans les clous" des 3% de déficit maximum. Deux nouvelles années ont été obtenues par la France pour respecter sa parole, de moins en moins crédible!

Si ces deux années supplémentaires ont été accordées, ce n'est pas parce que M. SAPIN a convaincu de la pertinence de son plan de réformes et d'économies à faire, c'est surtout dû à la reconnaissance de la faiblesse de notre pays!

Chacun des 27 partenaires de la France voit avec anxiété l'arrivée du FN dans les allées du pouvoir tant son programme économique est aux antipodes de celui de Bruxelles, mais surtout personne ne voit l'un des deux "grands partis" capable d'empêcher cette arrivée.
Les deux partis (PS et UMP) sont sur le point d'exploser:

- Le PS se retrouve quasi seul: le PCF, le Front de Gauche et EELV sont dans l'opposition dure avec le gouvernement et ont d'ailleurs constitué des listes, ensemble le plus souvent, pour les élections de ce mois mettant ainsi le PS et son seul allié (le PRG) en grande difficulté de ne pas recueillir ainsi le pourcentage de voix nécéssaire pour être présent au second tour (12,5% des inscrits). Cela rappelle furieusement les élections présidentielles de 2002 où la "gauche plurielle" de JOSPIN en présentant des candidats dissidents (TAUBIRA, CHEVENEMENT,...)l'ont coulé dés le premier tour! On connait la suite: CHIRAC avec 82% des voix!!!
Il ne semble pas que le PS soit en situation de rassembler à gauche d'autant plus qu'en son propre sein, une partie non négligeable de ses membres (les fameux frondeurs)sont dans l'opposition à la politique "hollandaise" et hésitent à franchir le Rubicon de l'alliance avec l'extrême gauche, mais les électeurs de ces "frondeurs" peuvent s'abstenir, favorisant ainsi les liste de droite et d'extrème droite. C'est ce que veut dire M. VALLS en criant son angoisse! Les opposants lui répondent de changer de politique...

- Mais il ne faut pas que l'UMP s'amuse des difficultés de son principal opposant jusqu'à présent car la menace FN pèse lourdement sur l'avenir de l'UMP.
Après les élections départementales, nous aurons vu dés le second tour se déchirer les membres de ce parti entre ceux qui veulent le "NI-NI", ceux qui voteront pour le FN et ceux qui préférent le PS. Parmi les alliés de l'UMP, le MODEM condamne tout rapprochement avec le FN tout comme l'UDI. Mais là aussi au sein de l'UMP la tendance des anciens centristes (tel RAFFARIN) et d'autres fidèles à l'idéal gaulliste (tel JUPPÉ)sont prêts à un clash si la direction de l'UMP indique vouloir soutenir le FN pour contrer les socialistes. On a vu les évolutions de N. SARKOSY à ce sujet qui ne sait plus quoi faire car ses électeurs sont réellement partagés. Dés lors, le risque d'implosion du parti UMP est réel car le FN de MLP ratisse large avec un programme nationaliste et pétainiste qui attire les gens de droite et au delà.

Ces risques d'éclatement sont d'autant plus forts que les programmes économiques des uns et des autres sont peu différenciés pour l'électeur moyen:
- l'UMP était au pouvoir, il y a peu, et son programme d'augmentation des impôts ainsi que son incapacité à faire face à la crise de 2008 est dans toutes les mémoires. Si on compare le programme de l'UMP avec celui des Conservateurs britanniques ou celui de la CDU, on comprend que l'absence de vraies réformes crédibles est un lourd handicap pour la droite "sarkosyste"
- en face, l'absence de courage de HOLLANDE et la "hollandisation" de VALLS (voir sa réforme territoriale!)ne donne pas d'espoir de vrais changements aux réformateurs.

Bruxelles a compris tout ça et espère vivement que les deux nouvelles années données à la France lui permettront de convaincre ses dirigeants de réformer ?
Partout où les gouvernants ont été réélus, c'est là où des réformes ont été faites!
Lionel DE BUSSIERE


03/03/2015
Elections départementales:

Il faut être français pour inventer une élection où personne ne connait les futurs pouvoirs des personnes élues ! Et bien, le gouvernement actuel vient de le faire:
- en début 2014, le gouvernement VALLS annonçait une grande réforme territoriale qui comprenait une réduction du nombre de régions et un accroissement de leurs pouvoirs
- au détriment des départements dont les assemblées (Conseil Départemental) devaient être supprimées en 2020 et dont l'essentiel des pouvoirs allaient être immédiatement transférés aux régions
- idem pour les agglomérations de commune qui allaient prendre l'essentiel des pouvoirs des communes tel le permis de construire par exemple

Toutes ces réformes bienvenues permettaient de simplifier l'organisation territoriale afin de savoir qui fait quoi et de plus en diminuant sensiblement le nombre de conseillers en France, nous allions faire des économies.
Mais en un an, les défenseurs des avantages acquis des élus de tout bord se sont fait entendre: notamment au sein du PS, parti au pouvoir dont les élus nationaux proclament à Paris leur volonté de réformes et rassurent les habitants de leur circonscription en indiquant que rien ne se fera au détriment des populations, surtout les rurales !
Bref, les élus ont commencé par faire admettre qu'il ne fallait pas diminuer globalement le nombre d'élus.
Un exemple: en Aquitaine, la nouvelle région comprendra l'actuelle région Aquitaine, le Poitou-Charentes et le Limousin. Evidemment pour mettre plus d'un millier de conseillers régionaux ensemble, il faut refaire un bâtiment et un amphithêatre....
Pour les élections départementales, le découpage des cantons a été refait et chacun d'entre eux sera représenté par un couple afin d'établir la parité (bonne idée!), mais le nombre de conseillers reste le même alors que le nombre de cantons a été divisé par deux. Surtout, mis à part le social qui aurait pu être attribué aux agglomérations, les lobbyistes des départements se battent pour garder le plus de pouvoirs possibles: routes, collèges, ... surtout ne rien changer! Même chose pour les communes qui conservent le même nombre de personnel alors même que les agglomérations devraient prendre en charge une part des compétences et donc vont recruter des employés et augmenter ainsi les impôts locaux!
Le Parlement se dispute encore sur la répartition exacte des pouvoirs: bien peu pense à la France, la plupart pense à leur réélection!
En Dordogne, pays pauvre et endetté (le 4ème le plus endetté de France: 1032€ par habitant alors que la moyenne nationale est de 543€), les professions de foi de la plupart des partis proposent encore plus de dépenses (on est déjà à 1332€ par habitant)mais peu de dépenses d'investissement (330€/habitant). Et dans ce chiffre il y a surtout les investissements dus à Lascaux 4, conséquence de la mégalomanie de l'ancien président du CG de Dordogne, B. CAZEAU qui a tout misé sur le tourisme en négligeant le haut débit, les voies de communication et les zones industrielles.

Outre le cumul des mandats tant en nombre qu'en durée (deux mandats maximum), la démocratie française s'honorerait de simplifier en réduisant le nombre de collectivités territoriales et surtout le nombre de représentants.
Mais n'est-ce pas un rêve que d'attendre que nos élus aient assez de conscience de ce qui va arriver à notre pays s'ils ne s'élèvent pas au dessus des intèrèts partisans ?
Lionel DE BUSSIERE


19/02/2015
L'islamisme radical: un problème de jeunesse en mal d'action positive ?

Les attentats de "Charlie" et su supermarché casher fréquenté par des personnes de confession juive, puis ceux de Copenhague ont apeurés les français. Pourtant d'autres attentats du même type quelques années auparavant (affaire Merah) ou ailleurs qu'en France (Nigéria, Egypte,...)auraient du entrainer une émotion au moins aussi importante et la mise en place de mesures correctives.
Le départ de nombreux jeunes français devenus djihadistes en SYRIE (plus de 900 selon les services de renseignements français)interpellent aussi nos compatriotes. Notamment, comme le montre un article dans le Sud-Ouest du 19/02, au sujet de la petit ville de Lunel particulièrement frappée par ces départs. Selon leurs informations dix personnes, originaires de Lunel, auraient trouvé la mort en SYRIE ces dernières semaines.
Parmi les djihadistes, il faut noter la présence de français: à la fois des convertis et des présents en France depuis deux ou trois générations. Il ne s'agit donc pas seulement d'un problème d'immigration mal maitrisée comme les esprits simplistes voudraient le faire croire.

Parmi les causes de cette attirance vers la religion musulmane et surtout vers le radicalisme extrémiste, les journalistes et les politiques mettent en avant les conditions économiques de ces jeunes. Vivant dans des cités où la drogue serait le pain quotidien, sans travail parce que sans formation, ils se convertissent dans les halls d'escaliers des tours de HLM et finiraient d'être radicalisés par un séjour en prison...
Certes, ces explications sont à garder mais elles n'expliquent pas pourquoi certains ayant un bon travail et de bonnes études se radicalisent ?

Les psychologues mettent en avant la perte de l'autorité: familiale et scolaire! Beaucoup de familles sont monoparentales et il se trouve qu'une femme seule à élever plusieurs enfants dans des conditions parfois difficiles a du mal à se faire respecter par des garçons n'ayant plus de pères. Ce d'autant plus que l'image de la femme n'est pas bonne dans la religion musulmane: un garçon aura ainsi beaucoup de mal à obéir à une femme, fût-elle sa mère !
Il est exact aussi que les établissements scolaires ne brillent pas par le strict respect des règles de vie commune. Selon les sources enseignantes, un cours de 50mn au collège et au lycée comporte au moins 20 mn de discipline. Faut-il ajouter que l'instruction civique, certes toujours programmée, est en fait abandonnée par les enseignants afin de finir d'autres cours jugés plus importants....?

Quelques sociologues expliquent aussi cette radicalisation par la recherche d'un idéal. La disparition du communisme comme modèle de changement de l'homme du fait des millions de morts que cette idéologie a causé (dernier exemple au CAMBODGE) et les perspectives de vie dans les sociétés à économie de marché qui n'ont comme but que de faire de l'argent font qu'une partie de la jeunesse, toujours à la recherche d'un monde meilleur, se tourne vers le religieux. Les bouddhistes attirent un peu; de même que certains évangélistes américains. Certes les juifs ont aussi un idéal fort à proposer mais tout se concentre sur la défense d'ISRAËL. Mais la seule religion qui propose un modèle de vie et permet à de jeunes encore immatures de croire qu'ils vont changer le monde, c'est actuellement la religion musulmane.

Enfin, les géopolitiques montrent clairement que la persistance du conflit Israelo-palestinien et les guerres au Moyen-Orient (SYRIE, IRAK, LIBYE, ...)où les puissances occidentales sont en guerre contre certains musulmans (IE ou QUAÏDA) font de ces extrémistes musulmans des victimes vers lesquelles la compassion des jeunes va tout naturellement. Il suffit de voir dans un film des enfants et des femmes tués par des bombardements aveugles, des villes arabes détruites, .. bref tout l'attirail de la démonstration de mauvaise foi par des imans engagés dans l'extrémisme, cela fait des exaltés.
Mais il faut dire aussi que les grandes puissances y mettent du leur: personne n'obligeait Bush et Blair de mentir à leur peuple pour pouvoir attaquer l'IRAK ou Cameron et Sarkosy profiter d'une résolution de l'ONU mal formulée pour détruire la LIBYE....
Depuis lors, la guerre et les destructions!! Je ne parle pas de l'IRAN où le blocus économique américain affaiblit fortement l'économie locale. D'ailleurs, même en CHINE et en RUSSIE, les musulmans sont pourchassés et de façon particulièrement brutale !

Ainsi, certains jeunes pensent aller du côté des victimes et aider au changement afin de créér un monde (musulman) meilleur !!!
Il faudra donc ne pas se contenter de donner plus de pouvoirs à des services de police actuellement débordés. Mais aussi reprendre l'éducation à l'école et veiller à ce que les prêches des imans se fassent en français sur des bases qui font les principes de la République notamment en interdisant le prosélytisme en dehors des lieux de culte.
Lionel DE BUSSIERE


10/02/2015
Quel est l'avenir de la Grèce au sein de l'UE ?

Lors de son discours devant le Parlement nouvellement élu, le 1er Ministre, M. Alexis TSIPRAS, a globalement gardé sa ligne électorale en parlant de respect et d'honneur. Il a aussi violemment attaqué l'Allemagne en réclamant le remboursement de sommes prêtées aux nazis durant la dernière guerre mondiale et le versement d'indemnités de guerre...
Il faut quand même bien noter que si la Grèce a des dettes, c'est qu'elle a dépensé plus qu'elle ne recevait pendant de très nombreuses années sans que cela n'inquiète pas les grecs jusqu'au jour où....

Le montant total de la dette grecque est de 306 milliards d'euros, soit 177% du PIB. Cet argent doit être remboursé en 30 ans à un taux de 0,56%. Les sommes dues le sont essentiellement au FMI, au Fonds Européen de Stabilité Financière et à la BCE (voilà pour la troïka).
Par deux fois les Européens sont venus au secours de la Grèce récemment:
- en 2010 en prêtant 110 milliards d'euros
- en 2012 en prêtant 130 milliards d'euros et en annulant 70% de la dette privée des banques grecques, soit 107 milliards d'euros.
La Grèce doit rembourser environ 8 milliards d'euros pour payer les intèrêts des prêts chaque année, dans un premier temps; puis à partir de 2025, il faudra rembourser le capital en plus...Mais les caisses sont vides, d'autant plus que les grecs ont arrêtés de payer leurs impôts au début de la campagne électorale lorsqu'ils ont compris que le parti SYRISA allait gagner !!!

Il faut indiquer qu'en contrepartie de ces avances l'État grec s'est engagé sur le chemin des réformes dont la liste a été préparée par la fameuse TROÏKA. Il faut aussi dire que la volonté de venir sur place vérifier les dires des grecs quant à l'avancement des réformes exigées est dû au fait que ce pays a menti sciemment en falsifiant les statistiques nationales pour entrer dans la zone "euro". Ce fût découvert trop tard!

Parmi les points importants que devait effectuer le gouvernement grec, une réforme des impôts figurait en bonne place:
- d'une part élargir la liste des contribuables; notamment l'Église Orthodoxe grecque, plus gros propriétaire foncier du pays, actuellement dispensé de tout impôt. Mais aussi les propriétaires de compagnies maritimes, eux aussi dispensés afin que leurs pavillons restent grecs.
- d'autre part fiabiliser la collecte de l'impôt pour ceux qui sont censés être imposables.
Selon les chiffres fournis par la Troïka, environ 20 milliards d'euros d'impôts manquent à l'appel!!! Cela veut dire que si les grecs étaient capables de collecter correctement leurs impôts, il n'y aurait quasiment pas de problèmes de remboursement.
Surtout, on a évalué les créances des grecs envers leur système fiscal: 72 milliards d'impôts impayés. C'est extraordinaire: une grande partie des problèmes de l'État grec serait réglé s'il arrivait à faire payer ses citoyens.
Quand on ajoute les deux éléments, on voit bien que le problème de la dette est bien un problème grec et que c'est à eux de faire des efforts pour acquitter leur dû !
Alors, nous savons que depuis 2 ans le budget grec est redevenu structurellement équilibré suite aux efforts très importants que le gouvernement précédent a demandé aux grecs. Ce que chacun nomme l'AUSTÉRITÉ.
Les choix du nouveau gouvernement grec sont compréhensibles, mais on ne peut pas demander aux créanciers de laisser courir leurs créances alors même que les dépenses vont à nouveau nettement augmenter, sans que les réformes soient menées à bien.
La façon d'aborder les négociations par ce nouveau gouvernement est maladroite car elle établit de suite un rapport de force en obligeant les autres parties à se raidir. Certains pays sont prêts à étudier un étalement plus long (50 ans ?), mais aucun ne veut perdre son argent.
D'autant que d'autres pays de l'UE ont fait des efforts: ESPAGNE, PORTUGAL et IRLANDE. Ces pays seraient aussi en droit de demander les mêmes faveurs!!Et je ne parle pas des pays africains qui verraient avec horreur les faveurs attribuées à un pays somme toute favorisé par rapport à eux! Jamais le FMI n'a abandonné une créance, même avec le plus pauvre des pays.
Donc, il ne faut pas rêver...
Le choix va être entre aménager à la marge les conditions des prêts et discuter sur les réformes à venir ou bien la Grèce va quitter la zone EURO car elle sera en faillite.
Lionel DE BUSSIERE


05/02/2015
La guerre du pétrole est-elle menée par les américains ou les saoudiens et dans quel but?

La majorité des pays du monde est heureuse de la chute du prix du pétrole brut depuis quelques semaines et comme il semble que cette chute va durer au moins un an, ceux qui cherchent de la croissance à tout prix (n'est-ce pas F. Hollande ?)sont aux anges. Les économistes estiment qu'en France la baisse du coût du pétrole va générer entre 0,3 à 0,5% de croissance supplémentaire et diminuer le déficit de la balance commerciale où le poste "énergie" est très important. Quel bonheur pour le gouvernement actuel qui n'a rien fait pour ça mais va en récolter les bénéfices!
L'intérèt bien compris de la France aujourd'hui est de garder plusieurs sources: l'électricité consomme encore 22% de toute la demande d'énergie en Europe. C'est la chaleur qui est la plus grosse consommatrice d'énergie en Europe avec 50% de la demande, le transport a besoin aujourd'hui de 28% de cette même énergie. Aussi ces chiffres permettent de mettre en perspective les efforts à faire pour économiser l'énergie...
On espère que cette baisse n'empêchera pas le gouvernement de faire les réformes promises à la Commission Européenne pour équilibrer les comptes publics ? A suivre !

Néanmoins, les experts et les journalistes s'interrogent doctement sur l'origine de cette baisse brutale: 114$ le baril en septembre 2013, 112$ en juillet 2014, 102$ en septembre et 48$ en février 2015...

Les premiers annoncent une chute de la demande de pétrole du fait de la crise économique mondiale. La Chine est en train de ralentir et comme l'Europe importe moins d'énergie parce que ses usines tournent un peu à vide...A cela, s'ajoutent les déliquescences de certains pays producteurs: Libye, Irak, ...
Certains avancent la thèse d'une hausse forte de l'offre due aux Canadiens avec leur sable bitumineux, aux Américains avec leur pétrole de roche mère, des nouvelles découvertes en Afrique et au Mexique, ...bref les réserves de pétrole augmentent avec le temps: 700 milliards de barils en 1973 et 1.750 milliards de barils aujourd'hui. Dans 3 ans, les États-Unis vont dépasser la production de l'Arabie Saoudite.

Fatalement, les prix chutent devant une telle quantité à vendre avec une activité économique qui ralentit!

En tous cas, ceux qui prédisaient la fin de l'énergie à bas coût ont complétement tort! C'est exactement l'inverse ! Et on ne dit rien du coût des énergies renouvelables (énergies solaires, biomasse, éoliennes,..) qui devient prohibitif avec un prix pétrolier aussi bas !!!

D'autant que d'autres énergies ont été mises à jour en très grande quantité:
- le GAZ:186.000 milliards de m3. Dernier exemple en date le Mozambique: suite à une découverte récente, par l'ENI, les réserves estimées sont de l'ordre de 2.800 milliards de m3....
- l'uranium
- le charbon...
Nous avons vécu avec la hantise du renouvellement de chocs pétroliers, comme en 1973 et en 1986, et des erreurs de vision du Club de Rome qui voulaient faire cesser la croissance...

Bien sûr, cet abaissement des prix va avoir de multiples conséquences:
- coût des investissements pour la recherche de nouvelles réserves ne va pas pouvoir être rapidement amorti et beaucoup d'investissements seront suspendus
- coût des raffineries existantes va s'améliorer car on ne va pas en créer d'autres proches des pays producteurs dans l'immédiat
- le seuil de rentabilité du pétrole est estimé entre 45 et 70$, aussi tant que le prix au baril reste durablement bas, on ne cherchera pas de nouvelles sources, mais la rentabilité des "vieux" pays producteurs va rester importante. C'est pour cela que l'Arabie Saoudite ne craint pas de voir le prix du baril baisser. Par contre celles des nouveaux pays producteurs (Russie) ou qui ont besoin d'investir pour moderniser leurs puits (Iran) vont se trouver en difficulté.

La politique des pays occidentaux, dont la France, devrait être de mettre en place une politique énergétique ne permettant à aucun pays de profiter de sa place de producteur important pour obliger un autre pays à se plier à ses volontés? Cela ne vous met pas sur la piste?
La Russie et l'Iran sont les grands perdants de cette chute qui sont en train de ruiner leurs recettes fiscales. N'ayant de plus que des exportations industrielles ou agricoles faibles, la balance commerciale de ces pays devient fortement déficitaire et entrainent le mécontentement des habitants qui ne peuvent plus payer les biens de consommation courante importés. C'est aussi le cas du Vénézuela et de l'Algérie!

Il semble bien que le seul but de cette baisse du prix du baril n'ait rien à voir avec la loi de l'offre et de la demande ou des préoccupations écologistes dépassées mais bien de géopolitique: il faut faire plier la Russie pour les Américains et l'Iran pour les Saoudiens.
L'un n'aura plus les moyens de faire la guerre en Ukraine et l'autre ne pourra pas investir dans la recherche atomique. D'autant que dans les deux cas, les embargos qui sont en place touchent au but. Les Iraniens n'en peuvent plus et c'est là l'unique raison de leur recherche d'un accord international à Genève depuis 3 ans et les Russes découvrent que le nationalisme au sein d'économies mondialisées a un coût.
En France et en Europe, la baisse du prix du pétrole et l'attitude de la Russie devraient faire réfléchir ceux qui veulent abandonner la filière nucléaire qui sécurise notre approvisionnement énergétique. Comme le dit le bon sens populaire, il n'est pas bon de mettre tous ses oeufs dans le même panier!
Lionel DE BUSSIERE


02/02/2015
Joie de vivre, attitude des français et relance de la consommation:

Dans l'excellent magazine mensuel intitulé "La Revue" N° 49 du mois de février, il a un article sur Artur AVILA, mathématicien de 35 ans qui vient de recevoir la médaille "FIELDS", équivalent aux Prix Nobel de l'académie suédoise.
A. AVILA est aujourd'hui franco-brésilien, par choix, mais il continue de vivre dans les deux pays, à Rio et à Paris où il est à la fois Directeur de recherche au CNRS et membre de l'Institut Français de mathématiques à Jussieu-Paris Rive Gauche.

Dans cet entretien, il parle librement des pays qu'il connait bien: ceux où il vit et les États-Unis.
Ses paroles sur les français et notre pays méritent d'être entendues:

" En France, il y a plus de temps pour les plaisirs quotidiens; même si, à Paris la vie est vraiment stressante. Les Parisiens courent tout le temps, passent des heures dans les transports sans jamais se poser! On vit à l'étroit dans des appartements minuscules et chers....Et puis à Paris tout est quadrillé !...à Paris il faut être discipliné même pour manger: on ne trouve pas de restaurant à trois heures de l'après midi, ou tard le soir...Mais c'est aussi une question d'attitude: à Madrid, si je cherche un bar après le dîner, il y en a dix qui m'accueillent. En France, c'est l'inverse. On me refoule...L'apparence compte beaucoup. On te regarde de la tête aux pieds, tes vêtements, tes chaussures et.. on te dit :NON! Le client doit implorer, alors qu'en Espagne, c'est le patron qui implore le client d'entrer. Ici, le client n'a aucun pouvoir."

Et je me souviens que même à Périgueux quand je me suis installé ici, je me suis fait refoulé aussi deux fois par le responsable du restaurant "Cocotte" la première fois à 19h00 car nous étions 8 et il aurait fallu bouger des tables, la seconde fois vers 23h00 en été, nous étions deux, mais il était trop tard...

Bref, vous m'avez compris: les français sont des râleurs permanents et sont peu adaptables aux souhaits des autres même dans une période difficile, économiquement parlant. Certes, notre pays s'honore d'être encore celui qui accueille le plus de touristes mais les statistiques montrent aussi que ces mêmes touristes dépensent beaucoup moins par jour en France qu'en Espagne ou aux États-Unis. Tous ceux qui ont des amis étrangers venant en France pour la première fois savent l'étonnement de ces visiteurs quant au côté désagréable de nos garçons de café, voire des chauffeurs de taxis....

Et si tout le monde était un peu grognon en France ? N'est-ce pas pour cela que nous détenons le record en matière d'Épargne. Nous avons peur du lendemain alors même que nous sommes l'un des pays les plus riches du monde avec un système de santé au top! Peu le savent car peu voyagent vraiment loin pour découvrir des civilisations forts différentes.

Les économistes indiquent que pour faire repartir le pays, il faut relancer la consommation. Pour cela il faut le moral et de la joie de vivre! Certes, c'est compliqué après les tragiques événements de début janvier; mais en Afrique ou au Moyen-Orient, ils connaissant beaucoup plus de drames que nous! Cela n'empêche pas les vivants de profiter de la vie et de consommer !
Il est probable que les soldes vont êtres mauvaises et que les commerçants vont se plaindre de la dureté des temps. Mais ils devraient aussi se poser des questions sur leur accueil, leur sens de la fête, leur intèrêt pour les gens différents... bref tout ce qui fait la vie !!! Dans un entretien au JDD, JP RIVES déclare en parlant de rugby: "Tentez tout, votre audace y mettra de l'ordre!"

C'est cela qu'il nous manque: de l'audace, de la folie et le sens de la fête!
Lionel DE BUSSIERE


30/01/2015
Le Maire de Périgueux devrait intervenir vite dans la gestion du club de rugby local: le CAPD

Hier soir avait lieu l'AG annuelle du club et ce qui s'est passé est pathétique pour les supporters du club et risque de faire fuir les sponsors.
Nous avons vu sur la tribune une équipe dépassée et dangereuse pour la ville de Périgueux à travers l'image que son président et ses comptables ont donné:

-1) Un Président dans l'illégalité: tous ceux qui militent dans des associations savent qu'il faut les présenter en AG annuelle au plus tard 6 mois après l'arrêt des comptes. Ceux du CAP s'arrêtent avec la fin de saison, soit le 30/06/2014. Donc, le Président REINHART avait jusqu'au 31/12/2014 pour convoquer une AG. Sinon, il faut demander une autorisation exceptionnelle à la justice locale et motiver le retard. Le cabinet comptable, les deux juristes du Club et le Président ignoraient cette règle (art 612.2 du Code des Communes et Conférence du 9/05/07 sur le transparence et le gouvernance associative par l'ordre des Experts Comptables). Interpellé à ce sujet, le Pt REINHART s'en glorifie en expliquant qu'"il avait perdu du temps pour faire des économies en mutualisant les services payants du Commissaire aux Comptes"...Une nouvelle AG est convoquée le 24 février. J'espère que contrairement à l'an passé, nous pourrons avoir une copie des déclarations du Commissaire aux Comptes dans leur totalité.
-2) Un Président dans le déni: incapable de trouver des candidats nouveaux pour compléter son Bureau, il a démontré sa méconnaissance totale des statuts du Club. Ces derniers ont pourtant été adoptés en petit comité de façon irrégulière: lors de la dernière AG en décembre 2013, l'AG extraordinaire n'avait pas adopté les nouveaux statuts préparés par les deux juristes du Club. Ces statuts étaient truffés de notions contraires à l'ordre public et leur adoption, après une longue suspension , fut reportée à l'AG suivante. Pour éviter de se justifier à nouveau, le Pt REINHART a fait adopté ses nouveaux statuts par son CA, non compétent pour cela! Malheureusement, le contrôle de légalité de la Préfecture n'a pas réagi et aurait du demander le PV de l'AG extraordinaire...Bref, la notion de membre précise qu'il faut avoir payé 10€ et être agréé par le CA (???) pour être reconnu. L'un des participants à l'AG a raconté être allé en octobre 2014 voir le Trésorier du CAP pour devenir adhèrent et que ce dernier n'a pas su comment faire et devait le tenir au courant des suites...
Le Pt REINHART a demandé 10 jours pour mettre en place ce statut d'adhérent lequel donne le droit de vote aux AG du Club...Les élections sont repoussées au 24/02. Amateurisme ?
-3)Un Président flou sur la situation comptable passée et présente ! Par exemple on ne sait toujours pas combien était payé l'ancien DG, N. COUTE. Le quotidien DL laissait entendre qu'il avait un contrat à temps partiel (?). Selon la rumeur locale, il était surtout payé en IK (80.000kms en un an à 1€60 le km ?. Quant à la situation actuelle on comprend qu'elle est difficile et que les joueurs ne sont pas toujours payés en fin de mois, mais que quelqu'un met de l'argent pour eux ? En tout cas, il semblerait que les professionnels ont du souci à se faire: plus d'argent pour la saison prochaine = nombreux départs !On en saura plus le 24/02 ?
-4) Un président aux abois: l'attitude du Pt était celle de quelqu'un prêt à partir dés qu'un candidat se présente en espérant lui laisser l'ardoise qui se dessine ?
-5) Un Président illégitime: Même s'il est en place, l'absence de transparence réelle au niveau comptable et la mauvaise gouvernance du club font du Pt un responsable illégitime qui fait du tort à notre ville.
-6) Les sponsors extérieurs au département ont été scotchés des façons de faire des dirigeants du CAP: on approche quand même la gestion de 2 millions d'euros!. Une entreprise ne peut plus fonctionner comme cela aujourd'hui! Il est inutile d'attendre des sponsors extérieurs avec un tel comportement. C'est là le point le plus grave et le Maire de Périgueux, M. A. AUDI, devrait vite intervenir. Lui qui veut faire venir des entreprises en ville et redonner à sa ville la notoriété d'une capitale ne devrait pas accepter de laisser penser qu'il couvre ces agissements en continuant de donner une subvention annuelle conséquente (330.000€)et un discours de soutien lors de l'AG. Sinon, il ne sera pas crédible longtemps !
Il est temps qu'un mandataire vienne gérer le Club afin de finir la saison et préparer la suivante! Après, cela risque d'être trop tard !
Lionel DE BUSSIERE


23/01/2015
HOLLANDE a-t-il changé ?:

Trois ans après son fameux meeting électoral au Bourget où le candidat HOLLANDE accusait son ennemi "la Finance" de détruire lentement la France; le Président HOLLANDE est le premier responsable de la gauche française a se rendre à Davos, haut lieu de rencontres des plus grands financiers et hommes d'affaires de la planète.

On ne le dira jamais assez: HOLLANDE a totalement loupé son début de quinquennat du fait de son indécision, de son manque de courage et de sa volonté de toujours tenter de faire un compromis. Deux ans de perdu à prendre des dizaines de mesures qui ont mis l'économie française encore plus à plat que ne l'avait fait son prédécesseur. Il faut clairement dire que des ministres tels Mme DUFLOT au Logement et MONTEBOURG à l'Industrie ont été catastrophiques et depuis leurs départs, VALLS rame comme un malheureux pour remonter la pente ....

Il faut noter que le Président HOLLANDE a bien une chance exceptionnelle dans sa vie. Bien entendu, je ne parle pas ainsi des récents attentats où son talent dans la compassion et les beaux discours ont trouvé des français meurtris, reconnaissants de sa volonté de rassembler pour lutter contre la barbarie.

Non, je parle là de faits économiques sur lesquels il n'a eu aucune influence et qui vont bien lui servir en vue de sa candidature à une réélection en 2017:

- l'effondrement du prix du baril du pétrole: les causes sont plurielles: baisse de l'activité industrielle du fait de la crise, même en Chine, production de pétrole qui explose aux USA du fait du gaz de shiste. Bref, la demande diminue et l'offre s'accroit, mécaniquement le prix baisse puis s'effondre. On est aujourd'hui à 45$ le baril au lieu de 130$ il y a à peine un an. Cela diminue le déficit de notre balance de paiement car nous importons beaucoup d'énergie (le gaz devrait suivre la baisse du prix pétrolier)et cela diminue aussi le coût de nos productions utilisatrices d'énergies importées.

- l'euro fait de même et baisse considérablement! Malgré les récriminations françaises contre l'euro fort de l'an passé, ce n'est nullement grâce à l'action de la France que l'euro a baissé. Mais d'une part du fait de la déflation qui menace la zone Europe et d'autre part du fait que pour relancer l'économie les taux d'intèrèt de l'euro sont proches de zéro alors que le taux des autres monnaies est plus élevé. Donc là encore, mécaniquement, le dollar monte car les capitaux affluent en zone dollar et l'euro baisse. Comme 40% de notre commerce extérieur se fait en dehors de la zone Euro, cette baisse entraine une diminution du prix de fabrication à l'export qui s'ajoute à celle liée au prix bas du pétrole.

- depuis hier, la BCE copie la FED et utilise la "planche à billets" pour des montants très élevés sans tenir compte de la volonté allemande qui refusait cette mesure. Là encore, les menaces conjuguées de la déflation et la longueur de la crise économique obligent la Banque Européenne (BCE) à injecter des milliards d'euros sur les prochaines années, cela se nomme l'Assouplissement Quantitatif. Outre les effets sur la déflation, les Chefs d'États de la zone Euro souhaitent que cela relance la consommation des ménages et des entreprises et qu'ainsi la plus dure crise économique que le monde ait connue depuis celle de 1929 prenne fin.La masse monétaire ainsi mise dans les tuyaux devraient permettre aux banques de prêter nettement plus qu'aujourd'hui tout en respectant les nouvelles règles consécutives à la crise des subprimes aux USA. Ce programme a été un succès aux États-Unis et eu Royaume-Uni; par contre les effets au Japon se font encore attendre...

Alors le Président HOLLANDE est confiant dans sa bonne étoile et se demande si les réformes impopulaires demandées par Bruxelles et une partie des français sont bien utiles ???
Il faut cependant qu'il garde en tête que les faits extérieurs si positifs soient-ils ne feront pas redémarrer l'économie française seuls. Ces éléments sont des détonateurs qui peuvent entrainer l'envoi de l'obus de la croissance très haut sous réserve que l'environnement soit favorable à son départ. Sinon, ça fait pschittt... et nous nous retrouverons seuls à la traine de l'Europe.
Aussi c'est bien d'aller à Davos demander aux entreprises internationales de venir s'installer en France, c'est bien de faire voter la loi MACRON (?)mais cela ne suffira pas. Il faut entamer des réformes d'ampleur notamment fiscales pour attirer les entreprises, les hauts dirigeants et la revente des starts up, il faut investir massivement dans la recherche privée, il faut éliminer les carcans administratifs comme les départements, il faut réformer le Code du Travail, ..et surtout, il faut que le Président HOLLANDE fasse une grande réforme européenne en accord avec Mme MERKEL (même fiscalité par exemple entre les deux pays?) afin de redonner de l'espoir aux jeunes que l'Europe c'est l'avenir.
Tout cela en réduisant les déficits tant budgétaire (revenir dans les fameux 3%)que commercial. Pour cela il faudra faire des choix car nous ne pourrons pas tout faire !!!
Lionel DE BUSSIERE


19/01/2015
Instruction civique à l'école, cours de morale laïque et intégration au sein de notre pays:

A l'occasion des attaques terroristes qui ont meurtri et soulevé les français, la formation à l'école a une fois de plus été mise en cause. De nombreux intervenants ont souligné d'une part l'absence de formation des enseignants sur ces sujets (alors même que la France est un des rares pays européens à mettre dans ses programmes l'instruction civique, mais faute de temps, il semble que ces formations soient mises de coté ?)et d'autre part la grande inconnue quant à la réelle compréhension par les élèves de ces cours puisqu'il n'y a pas d'examens spécifiques lors du déroulement des différentes scolarités: école primaire, collège et lycée.

Il existe pourtant un mode d'évaluation qui repose sur l'échelle du développement moral de KOHLBERG. Ce dernier est un psychologue américain qui a fait ses recherches sur les adolescents de 10 à 16 ans à l'Université de Chicago en 1958. En s'inspirant du modèle de développement cognitif par paliers d'acquisition mis en place par J. PIAGET, Laurence HOHLBERG a développé sa thèse selon laquelle le développement moral est:
- séquanciel
- irréversible
- intégratif
- transculturel

Il a montré que les niveaux étaient identifiables et que tout le monde n'atteint pas le niveau 6 qui est le haut de l'échelle.
Concrètement voici les différents niveaux:
- 1) le bien est récompensé et le mal est puni : un bonbon ou une privation de jeu (auparavant une claque sur les fesses du bébé). L'obéissance est une valeur comprise par l'enfant.
- 2) l'enfant a compris et il agit pour avoir une récompense et être reconnu.
- 3) l'enfant cherche à faire plaisir à son environnement. Le jugement de sa famille puis de ses camarades de classe est important. Il apprend ainsi la loyauté et la confiance.
- 4) la notion de vie en groupe s'élargit sensiblement et l'adolescent découvre la loi et l'ordre. On peut parler de conformisme social.
- 5) l'adolescent possède les éléments pour pouvoir s'affranchir de la morale conventionnelle en comprenant qu'il faudra respecter les lois mais que toutes ne sont pas bonnes. Il développe ainsi son sens collectif (nation) .
- 6) le jeune homme a fait le tri et ne gardera que les principes éthiques conforme à sa conscience et se battra dans les associations ou dans les groupes religieux ou caritatifs pour que la cupidité et l'égoïsme soient vaincus.

Selon ces études, la majorité des individus restent bloqués au niveau 3 ou 4. Or pour vivre en collectivité dans un pays laïque, il faudrait que l'immense majorité atteigne le niveau 6...
Il est assez probable que les terroristes auxquels nous venons d'avoir affaire étaient malheureusement resté au niveau 1, et encore !

Il y a dans toutes les écoles des médecins scolaires, certes en nombre bien insuffisant, il faudrait pourtant créer des psychologues scolaires capables de faire des tests systématiques aux élèves afin de repérer les déficiences. Celles-ci, comme pour les matières où le jeune enfant est faible, seraient comblées par l'obligation de suivre des cours particuliers.

J'entends déjà la levée de boucliers de tous ceux qui crient au fichage ou au danger de la détection précoce, mais il me semble que ces mesures méritent d'être étudiées et expérimentées dans un département à risques....
Lionel DE BUSSIERE


16/01/2015
Lutte contre le terrorisme et respect des 3% de déficit:

Après la quasi unanimité du peuple français et de ses représentants élus qui ont chanté dans l'enceinte de l'Assemblée Nationale une marseillaise, inédite depuis le 11 novembre 1918, chacun aimerait que l'union nationale se maintienne.... Un récent sondage indique que 78% des français voudraient qu'un gouvernement d'union soit constitué dés maintenant! Mais nous allons, sans doute, assister au retour des oppositions partisanes, c'est la vie politique qui veut ça!

Observons le début de ces divisions:

- Nicolas SARKOSY a déclaré qu'il fallait désormais que le budget du Ministère de l'Intérieur soit hors "contraintes bruxelloises" quant au respect du déficit français. Quelle belle idée! Les socialistes se sont empressés de lui rafraichir la mémoire: lorsqu'il était Président, la RGPP s'appliquait aussi au Ministère de l'Intérieur et les effectifs de police et de gendarmerie avaient diminué d'environ 6.000 hommes pour chacune de ces administrations durant son mandat. Il faut avouer que c'est de bonne guerre de répliquer ainsi... mais adieu l'unanimité de façade!

- dans la foulée François HOLLANDE, a indiqué qu'il fallait désormais ralentir la réduction des effectifs de l'armée en utilisant une phrase tellement alambiquée qu'elle ressemblait à celle de SAPIN quand il parlait de l'arrêt de la croissance de la courbe de chômage....Là aussi, c'est l'actuel Président qui a décidé de restreindre sérieusement le budget des Armées en mettant en danger les capacités opérationnelles de notre pays.Avec plusieurs Opérations Extérieures (Mali, RCA, IRAK et peut-être bientôt Libye...)soit 9500 hommes et la réquisition des militaires pour "Vigipirate- attentat" sur l'ensemble du territoire français qui prennent plus de 10.000 hommes; les limites opérationnelles sont atteintes.
Heureusement que nous ne sommes pas allés en Syrie !
Bref, le Président a été moqué sur sa droite et sa gauche quant à ses contradictions budgétaires et l'obligation d'ici fin mars de présenter à l'UE un budget plus en rapport avec nos obligations internationales. D'autant que si le déficit de budget en 2014 est moindre que prévu (86 milliards d'euros quand même), le pourcentage de déficit public reste identique (4,4%)aux prévisions (mauvaises) de l'INSEE. Nous sommes donc loin des 3% ....Personne ne sait où F. HOLLANDE va prendre l'argent pour les Armées ? Lui, non plus d'ailleurs!

- enfin, il faut comprendre que l'Éducation Nationale, la grande mise en cause quant à l'absence de sens civique des jeunes qui ne respectent plus rien, même pas une minute de silence pour les morts, va finir son tour de table et en même temps que des nouvelles mesures sur les programmes dans les écoles , elle va présenter la note !!!Qui va contester que l'instruction civique et morale nouvelle formule va coûter de l'argent? Où va-t-on le trouver?

Et nous retrouvons dans le shéma d'avant: l'absence de courage des deux présidents précédents, plus le souci de l'actuel de différer les choix difficiles mettent la France en état de dépendance.
Nous n'avons pas les moyens de nous protéger des groupes terroristes parce que nous n'avons pas la volonté de faire des réformes profondes et douloureuses pour retrouver notre souveraineté financière. Et nous avons une chance extraordinaire: le coût des emprunts continuent de baisser année après année. Pourvu que ça dure !

VALLS va -t-il en profiter pour faire un appel aux centristes et à une partie de l'UMP pour trouver une majorité d'idées (comme l'avait fait ROCARD)? Ce serait le moment!
Lionel DE BUSSIERE


12/01/2015
L'après 11 janvier 2015:

La gestion de la crise due aux terroristes a recueilli la quasi unanimité d'avis positifs des citoyens lesquels ont d'ailleurs manifesté en masse hier, comme le demandait le gouvernement. Il faut donner acte au Président HOLLANDE de cela.
Il y a des scories, évidemment: la présence dans la manifestation des responsables de pays n'ayant strictement rien à faire de la liberté d'expression tels la Turquie, la Russie, la Hongrie, le Gabon, le Qatar, ....Mais il était sans doute difficile au gouvernement français de refuser l'arrivée de ces ministres qui tenaient, pour des raisons de posture, à être sur la photo....
Personne n'est dupe aussi de l'arrivée en urgence du 1er Ministre israélien: les élections législatives sont proches dans ce pays et les français sont désormais le premier contingent d'immigrants! J'eusse aimé une réaction française aux déclarations offensantes de M. Benjamin NETANYHOU quant aux capacités de la France à protéger ses citoyens en appelant les français de confession juive à venir se réfugier en Israël....Surtout venant de quelqu'un qui dirige un pays en guerre perpétuelle avec ses voisins et dont la sécurité (pas excellente, au demeurant!) se fait par des méthodes que la démocratie réprouve (lire à cet effet: "Le prince vert" de Mosab Hassan YOUSEF et " Le poète de Gaza" de Yishai SARID).

La FRANCE est une Démocratie. Elle est un pays pour tous et pour toutes les religions qui doivent vivre ensemble en respectant les libertés de chacun.
C'est parfois difficile à expliquer: par exemple le blasphème n'est pas un délit en France. Dans de nombreux pays à religion d'État, c'est pénalement poursuivi; mais pas chez nous! C'est heureux car chacun peut dire du mal du Dieu de l'autre du moment que l'on en reste au niveau philosophique ou du dessin.

1) Je ne ferai pas de commentaires sur "JesuisCharlie" vu le nombre de ceux ci sur les réseaux sociaux. Mais je reste frappé par le vide sidéral des enseignants sur ces sujets. J'ai noté que nombre d'entre eux ont refusé de faire la minute de silence dans leurs classes parce qu'ils ne se sentaient pas capables d'expliquer à leur classe les éléments fondateurs de notre société: liberté d'expression et laIcité !!!Certes, je sais qu'il n'est pas facile dans certaines classes d'aller à rebrousse poil de ce que les enfants entendent à la maison. Mais les "hussards de la République" avaient -ils des classes plus faciles dans les campagnes lorsqu'en 1905 fut voté la loi de séparation de l'Église et de l'État et que parfois l'armée dut intervenir pour faire calmer les ardeurs des catholiques intégristes ?
Pourquoi baissent-ils les bras aujourd'hui ? C'est la foi laïque qui leur manque ou le courage?
Pour éviter à l'avenir que les gamins se fassent insulter de "sale arabe" ou de "sale juif"dans les cours de récréation, il faudra que les professeurs d'école commencent par être présent dans ces cours et écoutent ce qui s'y dit au lieu de "papoter" dans une salle de classe. Surtout, il faudra reprendre les cours de morale laïque chaque jour à l'école depuis le CP jusqu'en CM2 afin que cette morale du respect entre bien dans les têtes.
C'est par l'instruction que l'on bâtit un monde où chacun respecte l'autre, sinon ce sera la guerre comme au Moyen-Orient ou dans certaines régions d'Afrique.

2) L'unanimité des citoyens français ne durera pas. HOLLANDE va surfer sur sa nouvelle stature internationale durant quelques mois, mais la réalité de la crise va le retrouver. Sera-t-il maintenant capable de faire ce que ni MITTERRAND, ni CHIRAC n'ont voulu faire, c'est à dire demander aux citoyens de s'unir pour faire des réformes profondes où chacun paiera sa juste part pour que le vivre ensemble redevienne possible et donne ainsi de l'espérance à nos enfants ?(je ne parle pas de SARKOSY, ce n'est qu'un chef de clan!).
C'est dans ces moments là qu'un homme politique peut se transformer en Gomme d'État: le courage et la vision à long terme sont obligatoires. Si j'en juge par les trois années de pouvoir, je ne pense pas qu'HOLLANDE aient ces qualités, hélas!

Mais j'aimerais bien me tromper !
Lionel DE BUSSIERE


08/01/2015
FACE à la BARBARIE:

Hier 12 personnes ont été abattues dans les locaux du journal CHARLIE HEBDO par au moins deux extrémistes, très probablement islamistes, au vu des premiers élèments de l'enquête.

Pour beaucoup de français ce journal impertinent n'ayant comme seule arme qu'un humour souvent ravageur était le symbole d'un pays libre. Tout le monde ne partageait pas les opinions de ce journal, mais tout le monde en France veut qu'il survive malgré la tragédie et la disparition de beaucoup de ses talentueux dessinateurs.

Car il ne faut pas se tromper, en assassinant les responsables de CHARLIE HEBDO c'est la liberté qu'ils voulaient assassiner. Pauvre ALLAH qui doit supporter d'avoir d'aussi horribles cons parmi ses soi disant adorateurs !
Ce n'est malheureusement pas la première fois que quelques illuminés par une idéologie religieuse ou politique tuent pour faire peur et nous réduire à l'état de bêtes!

Beaucoup de réactions spontanées ont appelé à l'union des français afin de combattre les obscurantistes assassins: hier soir partout en France et dans le monde des manifestations silencieuses regroupant des milliers de personnes ont eu lieu de façon très digne.

Très peu de français ont appelé à la guerre pour venger ces assassinats. C'est ainsi qu'il faut réagir:
- Non, nous n'avons pas peur et chacun d'entre nous portera le message des victimes: la liberté de dénoncer les obscurantistes d'où qu'ils soient est une mission sacrée pour un journaliste et un devoir pour un démocrate.
- Dénoncer comme "barbares" des tueurs se réclamant de l'Islam, ce n'est pas s'en prendre à l'immense masse des français de confession musulmane qui sont atterrés par cette sauvagerie dénoncée par les imans de France. Pas d'amalgame !
- La France n'est pas en guerre et pour se défendre de ces agressions, nous devons garder nos valeurs et notre droit. Les appels de certains à un retour de la peine de mort ou à des méthodes d'enquête utilisées par la CIA après le 11/09/2001 sont indignes de notre démocratie. De plus nous avons vu les résultats de ces interventions américaines en IRAK, en AFGHANISTAN ! Pour demander aux autres pays de devenir des démocraties, encore faut-il que nous respections ses principes et que jamais nous nous abaissions au niveau de la barbarie.
- La seule guerre qui doit être menée est contre l'État Islamiste et ses filiales sur place afin de détruire la source de la barbarie comme nous avons réussi à détruire le nazisme.
Lionel DE BUSSIERE


08/01/2015
FACE à la BARBARIE:

Hier 12 personnes ont été abattues dans les locaux du journal CHARLIE HEBDO par au moins deux extrémistes, très probablement islamistes, au vu des premiers élèments de l'enquête.

Pour beaucoup de français ce journal impertinent n'ayant comme seule arme qu'un humour souvent ravageur était le symbole d'un pays libre. Tout le monde ne partageait pas les opinions de ce journal, mais tout le monde en France veut qu'il survive malgré la tragédie et la disparition de beaucoup de ses talentueux dessinateurs.

Car il ne faut pas se tromper, en assassinant les responsables de CHARLIE HEBDO c'est la liberté qu'ils voulaient assassiner. Pauvre ALLAH qui doit supporter d'avoir d'aussi horribles cons parmi ses soi disant adorateurs !
Ce n'est malheureusement pas la première fois que quelques illuminés par une idéologie religieuse ou politique tuent pour faire peur et nous réduire à l'état de bêtes!

Beaucoup de réactions spontanées ont appelé à l'union des français afin de combattre les obscurantistes assassins: hier soir partout en France et dans le monde des manifestations silencieuses regroupant des milliers de personnes ont eu lieu de façon très digne.

Très peu de français ont appelé à la guerre pour venger ces assassinats. C'est ainsi qu'il faut réagir:
- Non, nous n'avons pas peur et chacun d'entre nous portera le message des victimes: la liberté de dénoncer les obscurantistes d'où qu'ils soient est une mission sacrée pour un journaliste et un devoir pour un démocrate.
- Dénoncer comme "barbares" des tueurs se réclamant de l'Islam, ce n'est pas s'en prendre à l'immense masse des français de confession musulmane qui sont atterrés par cette sauvagerie dénoncée par les imans de France. Pas d'amalgame !
- La France n'est pas en guerre et pour se défendre de ces agressions, nous devons garder nos valeurs et notre droit. Les appels de certains à un retour de la peine de mort ou à des méthodes d'enquête utilisées par la CIA après le 11/09/2001 sont indignes de notre démocratie. De plus nous avons vu les résultats de ces interventions américaines en IRAK, en AFGHANISTAN ! Pour demander aux autres pays de devenir des démocraties, encore faut-il que nous respections ses principes et que jamais nous nous abaissions au niveau de la barbarie.
- La seule guerre qui doit être menée est contre l'État Islamiste et ses filiales sur place afin de détruire la source de la barbarie comme nous avons réussi à détruire le nazisme.
Lionel DE BUSSIERE


04/01/2015
Crise au sein de la zone EURO: quoi faire de la Grèce si SYRIZA gagne ?

Si la gauche radicale l'emporte en Grèce lors des prochaines élections, nous allons nous retrouver devant une crise sérieuse qui pose un vrai problème quant à la solidarité des membres de la zone EURO.

Chacun se souvient des causes de l'effondrement de la Gréce: mensonge prolongé sur ses résultats et très mauvaise organisation de l'État: clientèlisme, corruption, absence d'imposition de l'Église orthodoxe (grande propriétaire) et des compagnies maritimes, fonctionnaires trop nombreux et peu productifs, ...

L'UE et le FMI sont venus au secours de la Grèce (prêts de presque 800 milliards d'euros sur 10 ans) sous réserve de sévères conditions de réformes afin de permettre à ce pays de devenir fiable économiquement. C'est ce que l'ultra gauche nomme l'austérité car les remèdes ont effectivement été rudes et les mauvaises habitudes dataient d'un siècle !!!
Les efforts des grecs et des européens qui ont avancés l'argent des prêts commencent à porter leurs fruits selon les économistes du FMI.
Evidemment, le peuple grec souffre chaque jour par rapport à avant où il avait un peu "la belle vie" aux frais des voisins.

Le parti radical de gauche Syriza, qui inspire notre Mélenchon national, a bâti sa stratégie sur cette souffrance et propose quelques mesures fortes pour corriger cela:
- au début, il proposait de ne pas rembourser la dette à l'UE et au FMI, mais en sentant l'odeur du pouvoir, il a modifié sa demande et propose de restructurer la dette. Cela veut dire quoi? Cela signifie qu'une nouvelle fois, les créanciers de la Grèce passent à pertes nombre de leurs prêts! Les créanciers publics et privés ont déjà en partie restructuré la dette antérieure de ce pays de façon très importante. Le principal créancier public est l'Allemagne....Donc ce sont les créanciers qui subissent la perte de l'argent avancé.

- surtout Syrisa indique qu'il mettrait fin aux mesures d'austérité sur les retraites, les salaires, le nombre de fonctionnaires, ... Bref, la Grèce recommence comme avant ?

Ces propositions ne peuvent pas être acceptées: à la limite, les créanciers pourraient admettre de renégocier le montant des remboursements grecs afin de dégager un peu plus d'argent pour investir dans les infrastructures mais pas pour jeter à nouveau de l'argent par les fenêtres.

Comment les grecs peuvent penser que les autres européens et le FMI vont accepter de "s'asseoir" sur une partie de leurs créances afin de permettre d'augmenter le nombre de fonctionnaires alors même que nombres de réformes de fond pour les quelles les autorités grecques s'étaient engagées en contre partie des prêts ne sont toujours pas effectuées ?

Il n'y a qu'une solution si les grecs veulent appliquer le programme de Syrisa: quitter la zone EURO, voire l'UE dans la foulée. Ils seront libres de faire ce qu'ils veulent à l'avenir. L'UE aura perdu environ 600 milliards d'euros pour rien, mais elle ne dépensera pas plus d'argent en pure perte.
Enfin, l'époque a changé: si la Grèce part de la zone Euro, cela ne fera pas de secousses au sein de la zone.
Nous aurons à notre porte un exemple à regarder d'un pays qui a choisi la démagogie et comme l'Argentine rentrera dans d'énormes difficultés économiques et financières même si le Grèce dévalue son nouveau drachme très fortement. De plus, la Grèce n'a pas les céréales comme source de devises: seulement le tourisme et ça ne suffit pas car des milliers d'endroits sont attirants en matière de tourisme...
Donc, nous allons attendre le vote des grecs sans inquiétude cette fois ci !
Lionel DE BUSSIERE


03/01/2015
2015: Je souhaite à tous celles et ceux qui me lisent une très belle année pleine de rêves, d'aventures et de voyages afin de découvrir d'autres cultures, d'autres mondes et d'autres gens!

Nul ne doute que l'année 2015 va être difficile: selon les sondages les français sont les gens les plus pessimistes de la terre! Les afghans ou les kenyans, qui ont des conditions de vie plus dures, sont plus optimistes que nous? Cela voudrait-il dire que nous sommes tellement gâtés que nous ne pouvons pas avoir mieux ou plus ? Possible !

La crise économique qui se prolonge sans que nos dirigeants ne nous fassent apercevoir le bout du tunnel est déjà une des causes principales de ce pessimisme. Mais la guerre civile en Ukraine où l'attitude nationaliste de la RUSSIE peut faire dégénérer le conflit avec les Pays Baltes, l'Ossétie du Sud et même la Pologne...
Bien sûr, la crise au Moyen-Orient qui continue de s'étendre: toujours la guerre entre ISRAËL et son voisin palestinien mais aussi la création d'un État Islamique dans la SYRIE et l'IRAK délabrés à cause de leurs dirigeants inconscients et des multiples interventions américaines néfastes à la paix. La crise du nucléaire iranien où rien n'est encore réglé, ISRAËL attend l'opportunité et le feu vert américain pour attaquer l'IRAN. Si lors des prochaines élections américaines nous avons encore un Président "va-t-en-guerre"(BUSH fils N° 2)que va-t-il se passer ?
Quand on parle d'interventions inopportunes, les américains ne sont pas seuls en cause: la France et le Royaume-Uni sont intervenus en LIBYE pour un résultat catastrophique ! Il faut revenir pour éliminer les groupes islamistes qui terrorisent les États africains situés au sud de ce pays. Notre intervention au MALI est directement la conséquence de l'intervention ratée en LIBYE.
Est-ce vraiment notre rôle de jouer les gendarmes internationaux ?

L'actuel Président français voulait intervenir presque seul et sans mandat onusien en SYRIE pour abattre le régime actuel. Il est intervenu en RCA de façon tardive et sans les moyens nécéssaires pour mettre fin à l'anarchie du pays...

Enfin, peu en parle, mais la situation de la corruption du fait de l'économie informelle due à la vente de la cocaïne aux USA et en Europe dont les mafias se sont emparée m'apparait comme une source de soucis majeurs dans l'avenir. En Amérique Latine, en Afrique et en ITALIE, voire en ESPAGNE et dans le sud de la France, les mafias ont pris le pouvoir et gèrent les affaires, exécutent les opposants et achètent les voix.
Au MEXIQUE: 20.000 exécutions par an du fait des narcos!!!!A Marseille seulement une cinquantaine par an, mais ça progresse! Surtout la corruption progresse et c'est gravissime pour nos démocraties.
Au lieu de se replier sur nous mêmes, nous devons mieux et plus participer au combat contre les mafias et tous les extrémismes.
Lionel DE BUSSIERE


29/12/2014
Réfuter les arguments du FN:

Ce matin, j'écoutais Europe 1 et Florian PHILIPPOT était interrogé sur l'actualité du jour. Je dois reconnaitre qu'il parle bien, mais il m'a convaincu qu'il ne fallait rien laisser passer car les arguments utilisés par le FN sont loin d'être pertinents.

Tout d'abord, il y a un certain relent de Georges MARCHAIS (ex N° 1 du PCF en 1970 pour les plus jeunes), c'est à dire d'affirmer des choses fausses et simplistes qui touchent le peuple justement parce que la solution préconisée est facile à comprendre. Surfer sur le malheur des gens en critiquant ce qui existe et leur proposer un remède miracle qui donnerait du travail à tout le monde, un salaire décent à tous les travailleurs,un pays à nouveau puissant et riche et de l'espoir que nos enfants auront mieux que nous.... le rêve que tout un chacun entretient!
Mais si c'était facile, on aurait pas attendu le FN pour le mettre en oeuvre ?

Aussi, les gens du FN n'hésitent pas à dire des choses que les gens aimeraient voir arriver:
Ex: le problème des grèves des médecins: ils refusent le tiers payant pour éviter d'être comme ne Grande Bretagne socialisés. En fait le fonds du problème est que 23€ pour une consultation est ridicule pour quelqu'un qui a fait 7 ans d'études mais comme c'est la Sécu qui paie, elle refuse même que le tarif des consultations soit de 25 € (demande des syndicats de médecins!!). Aux USA, le tarif est de 100 € et tous ceux qui ont un animal savent que le vétérinaire prend 40 € par visite et qu'il prescrit des médicaments qu'il vend lui même (double bénéfice). Personne ne rembourse l'usager du vétérinaire, donc personne ne se préoccupe du tarif...
Pour un humain, ce sera 23 €: c'est insuffisant pour faire du bon boulot de médecin, tant pis!

C'est donc un vieux problème, complexe et personne n'a la solution miracle car elle coûte très cher. Qu'a dit ce matin M. PHILLIPOT: pas de logique comptable! La santé n'a pas de prix!
Comme le premier gouvernement MAUROY en 1981 ! En deux ans, ils ont coulé le budget et il a fallu d'urgence rétablir le contrôle des changes et mettre en place un Plan de rigueur qui continue depuis à s'exercer car à gauche aussi certains estiment que la logique comptable n'a pas lieu d'être dans certains secteurs: santé, éducation, recherche,...

C'est totalement irréel, mais quelques citoyens en désespérance sont prêts à les croire comme on croit en un monde meilleur plus tard quand on est croyant! En paraphrasant MARX, le FN c'est l'opium du peuple! Mais c'est tout aussi dangereux!

Il faut rappeler que le FN est un parti d'extrême droite (c'est à dire à droite de l'UMP)particulièrement NATIONALISTE. Or, de tout temps le nationalisme c'est la guerre! Il suffit de voir quel est leur héros aujourd'hui: POUTINE. c'est d'ailleurs assez drôle qu'après avoir adoré l'Allemagne et haï l'URSS, le FN aime la Russie et hait l'Allemagne d'aujourd'hui. Il leur fait toujours un ennemi extèrieur (le juif, hier, l'arabe aujourd'hui) cause de tous nos maux et un modèle de nation avec un homme fort qui se comporte en despote faute d'avoir de bons moyens de convaincre!

Face au FN, il faut aussi reconnaitre la faiblesse des partis gestionnaires. Cela tient d'abord à l'absence de dirigeants respectés et rassembleurs: à droite SARKOSY n'est qu'un chef de clan dont il est loisible de voir que seul l'argent l'intérésse dans le pouvoir; à gauche, l'homme est sympathique mais n'a pas les compétences pour entrainer et diriger. Il faudrait renouveler les têtes d'affiches si l'on veut éviter de voir le FN gagner!

Ensuite le programme de ces deux partis est trop semblable: la droite de SARKOSY n'a pas de propositions telles celles que CAMERON en GB a proposé. Bruno LE MAIRE et François FILLION reprennent un peu de ce programme. je ne dis pas que c'est ce qu'il faut faire, mais il est clair, peut répondre aux déficits abyssaux que la France a ! Cela a aussi un coût social évident mais les français peuvent le choisir: ça a du sens pour gérer notre pays.
Quant à la gauche au pouvoir, elle est décredibilisée par son erreur de diagnostic initial. depuis lors, elle rame pour tenter de sauver le peu qui reste à sauver, mai il faut bien avouer que si la droite était de bonne foi, elle voterait une bonne partie des textes de VALLS.
Ce dernier pourrait être un candidat social-démocrate crédible mais son parti le laissera-t-il aller à la bataille?
Quant à l'extrême gauche, elle se complait dans le marxisme du XIXème siècle: Mme DUFLOT qui a plombé pour longtemps le bâtiment et la construction publique les a rejoint! Grand bien leur fasse!

Contrairement à ce que certains affirment, l'avenir n'est pas entre les pro européens et les anti européens. L'avenir est à choisir entre devenir comme les Argentins qui s'écroulent dans le populisme depuis 40 ans et comme les Canadiens qui depuis plus de 20 ans ont pris les mesures pour corriger les errements passés.
L'Europe nous pousse à faire le second choix, mais nous sommes seuls à décider!
Lionel DE BUSSIERE


17/12/2014
Mettre les Universités françaises en situation d'indépendance:

Sous SARKOSY, les Université françaises ont été officiellement mises en situation d'autonomie de gestion. Cela constitue un plus indéniable dans la compétition mondiale que se livrent entre elles les Universités du monde entier afin d'attirer par la suite les meilleurs chercheurs et aussi de permettre que la renommée de la dite université soit reconnue et que des financements privés viennent récompenser l'excellence de la formation.

Hélas, cette loi d'autonomie a été un leurre:
- le calcul du coût réel des salaires et pensions a été volontairement ou non sous estimé. De ce fait, les gestionnaires cherchent désespérement comment finir l'année comptable pour payer les primes et autres frais divers que leur personnel attend. Pour faire des économies, la plupart commence à bloquer les recrutements et à ne pas remplacer les départs.... bref c'est la crise!
- il s'agit en fait d'une fausse autonomie car les gestionnaires n'ont pas le pouvoir d'augmenter les droits d'inscriptions des étudiants et leurs dépenses sont incompressibles.

Dés lors, on arrive à une situation ubuesque où les conditions de travail du personnel administratif sont déplorables: pas de chauffage, pas de moyens nouveaux, pas de travaux d'entretien, ..; bref une situation que les universités du tiers monde connaissent mais qui est plus surprenante dans un pays qui se trouve être la 5ème puissance mondiale.... qui plus est avec un gouvernement qui officiellement a donné la priorité à l'éducation et à la recherche ! Dans quel état serions nous si ce n'était pas prioritaire ???

Aussi, les étudiants ont une mauvaise image de monde de l'Université, notamment les étudiants étrangers qui se demandent où ils sont tombés ! Documents provisoires de réussite au diplôme transmis un an après! remboursements des frais pour les chargés de TP attribués avec un an de retard et au vu d'une montagne de papiers...
Plus grave, les Universités françaises sont en train de louper la formation à distance en français (e-formation): les étudiants africains notamment sont très demandeurs de formation sur la réforme de l'État, les Finances Publiques, la gouvernance, les sciences de l'environnement, .. or tout cela se fait en anglais sans problème, mais quelle université française est actuellement capable de faire ce travail?
C'est bien beau de glorifier la francophonie quand il y a des postes à prendre, mais il faudrait la mettre en oeuvre au sein des Universités et que celles ci soient véritablement tournées vers le monde et pas seulement sur elles !

Il faut donc des moyens nouveaux afin de permettre à nos Universités de dégager des moyens financiers en rapport avec les besoins du monde nouveau et mondialisé. Donnons l'indépendance financière à nos universités afin qu'elles puissent aller vers l'excellence en engageant les meilleurs enseignants et donner aux étudiants les meilleures chances de réussite dans la vie future. L'État pourra toujours attribuer des bourses aux plus démunis mais tous les autres paieront le prix de l'excellence !
Tous ceux qui ont fait des études à l'étranger savent bien le coût dérisoire des inscriptions universitaires en France. Au vu de la situation budgétaire, la seule solution pour sauver les Universités françaises est d'augmenter considérablement les droits d'inscription.
Lionel DE BUSSIERE


11/12/2014
La désignation à l'OIF de Mme JEAN (Canada): une faute française dans la façon de faire:

Le sommet de l'Organisation Internationale de la Francophonie à DAKAR a permis l'élection d'une canadienne, d'origine haïtienne, Mme JEAN, qui a une très bonne expérience de la vie publique et dont l'histoire personnelle donne du sens à l'OIF.
Il n'en reste pas moins que les pays africains qui sont largement majoritaires à l'OIF n'ont pas réussi à faire élire un africain à la tête de cette organisation alors même que l'Afrique représente près de 55% des locuteurs quotidiens du français. Pire, leurs dirigeants sont repartis humiliés par la façon de faire de la France, encore une fois !

Le Président HOLLANDE avait fait savoir, afin de se démarquer de son prédécesseur, qu'il appuierait un responsable africain "présentable" (déjà rien que l'expression...), c'est à dire respectant des principes démocratiques recommandés depuis le fameux discours de La Baule du temps du Pt MITTERRAND...
Mais, il a fait aussi savoir qu'il avait proposé à l'ancien Pt du BURKINA-FASSO, Blaise CAMPAORÉ, le poste si ce dernier acceptait de ne pas "rempiler" en tant que président de son pays. Chacun sait que l'arrivée au pouvoir de B. CAMPAORÉ n'a pas du tout été démocratique ni ses nombreuses années au pouvoir. Dés lors, l'argument pour bloquer les candidatures du BURUNDI et du CONGO BRAZZA devenait moins recevable...
Par ailleurs, quand on va en visite d'affaires au KASAKHSTAN, au QATAR, en RUSSIE ou en CHINE sans faire la leçon aux dirigeants de ses pays, il est gênant de garder ses leçons de morale démocratique qu'aux seuls africains...et de les sanctionner en empêchant leur élection à la tête d'une organisation internationale dont ils sont les moteurs.

J'imagine l'incompréhension, puis la rancoeur du Pt KABILA de R.D.C., pays ayant le plus grand nombre de francophones au monde, de ne pas être consulté par F. HOLLANDE sur ce sujet; lui qui a déjà subi l'humiliation lors d'un sommet précédent en octobre 2012, à Kinshasa, de devoir attendre exprès,deux heures, le nouveau Pt français, F. HOLLANDE, juste élu,puis de subir une leçon publique de démocratie; lui faisant ainsi payer l'insuffisance de ses élections locales jugées pas assez démocratiques.
Aujourd'hui, les responsables du CONGO BRAZZA, du BURUNDI, du TOGO, du TCHAD et d'autres sont partis prématurément du sommet de Dakar, fâchés.
La ministre des Affaires Étrangères du RWANDA en a profité pour dénoncer une nouvelle fois la leçon française "en trouvant qu'il n'est pas normal que ce soit le président français qui décide de l'avenir politique des pays africains."

Depuis son élection, le Pt HOLLANDE avait pourtant modifié sa ligne initiale et prenant en compte la réalité des pays avec lesquels l'histoire nous lie. Au contraire de son prédécesseur, il mettait les africains au coeur de la politique africaine française et n'hésitait pas à intervenir en Afrique à la demande des pays qui le sollicitaient. Mais c'est plus dans l'urgence que dans la réflexion que la France est intervenue au MALI et en RCA. Aujourd'hui la FRANCE tente de transmettre les dossiers à l'ONU et aux africains estimant de pas devoir intervenir dans leurs débats. Surtout, nous n'avons plus les moyens de tout faire en Afrique: la FRANCE diminue chaque année son budget de coopération, nommé maintenant aide au développement, qui loin des 0,7% promis, tourne plutôt vers les 0,4% en 2014!

Il semble que la seule politique africaine du MAE soit économique désormais! Revenant en Afrique (exemple du MOZAMBIQUE, où nous avions bêtement fermé le poste économique, alors que ce pays offre énormément d'opportunités!) car c'est le continent qui aura la plus forte croissance ces prochaines années. Nous avons beaucoup décroché en Afrique (on est passé de 10,1% à 4,7%en vingt ans) concurrencé non seulement par la CHINE, mais aussi le JAPON, le TURQUIE, le BRÉSIL, ...sauf dans les pays francophones où nous nous maintenons tout juste.
En fait nous sommes passés d'un statut de partenaire spécial à partenaire normal.
Quelle que soit les qualités de l'Armée française, elle ne peut plus faire de politique. Nous devons nous habituer à ne plus faire de politique de la canonnière mais une politique non plus asymétrique mais réellement entre partenaires égaux.
Dés lors, les leçons sont déplacées. Ce sont les populations africaines qui feront leur avenir! Il ne nous reste, sur une partie de l'Afrique, que l'atout culturel: le français. Minoritaires en locuteurs, la France paie encore la moitié du budget de l'OIF. Cela ne devrait pas suffire à empêcher un africain d'être élu sur des critères "parisiens" (même si Mme JEAN est une excellente candidate).
Le Pt HOLLANDE ne connaissait rien de l'Afrique avant de prendre ses fonctions et n'avait visiblement pas d'atomes crochus avec ce continent. Il est arrivé avec des principes et n'a pas commis l'erreur de son prédécesseur de prendre les africains pour des attardés. Mais en 3 ans, il a pu voir la réalité et comme avec la RUSSIE ou la CHINE, à défaut d'aimer l'AFRIQUE et ses peuples, il faut les respecter.
Lionel DE BUSSIERE


09/12/2014
BUDGET 2015: un problème de crédibilité:

Lors d'un commentaire précédent sur cette question difficile nous avions indiqué que les déclarations de M. SAPIN étaient peu crédibles et qu'aussi bien l'INSEE que la Commission Européenne remettaient en cause ses prévisions de croissance et de recettes; et par là même toute la crédibilité de sa présentation budgétaire.
Le Ministre de l'Économie a obtenu un sursis de 3 mois par Bruxelles pour un déficit excessif (supérieur à 3%)et le gouvernement s'est engagé à réformer l'économie française: c'est l'objectif de la loi MACRON présentée aujourd'hui au Parlement et déjà si contestée par l'extrême gauche et les plus réactionnaires de la droite...Notons qu'en ITALIE, le Président du Conseil italien a réussi, lui, à faire voter sa réforme du droit du travail !

L'Assemblée Nationale devait examiner hier les dernières mesures rectificatives du budget 2015 qui prenaient en compte les modifications de croissance pour l'an prochain même si M. SAPIN plaide la bonne foi (?):
- les recettes fiscales 2014 seront moindres que prévues: 272,9 milliards d'euros, soit 11,5 milliards de moins que prévu l'an passé et 6 milliards de moins qu'en juillet dernier !!!Comment dans ce cas croire le Ministre quand il programme une hausse des recettes due à l'amélioration de la lutte contre la fraude, notamment quant à la TVA ?
- L'impôt sur le revenu devait rapporter 74,4 milliards, il en rapportera 68,3 !
- L'impôt sur les sociétés devait lui ramener prés de 39 milliards, il en ramène 34,9 milliards. En 2012 cet impôt ramener 60 milliards d'euros au budget.
-Enfin, conséquence de tant d'approximations, le déficit du budget sera de 88,2 milliards, soit 4,3 de plus que prévu en juillet dernier...

Il parait que le Ministre cherche les raisons d'une telle diminution des rentrées fiscales qui ne peuvent pas être attribuées à une mauvaise organisation de ses services.
Bien sûr, la quasi stagnation de l'économie française est l'une des causes des moindres rentrées, mais on pourrait aussi se poser la question de l'exode des français les plus riches, donc payant le plus d'impôts sur le revenu et surtout de celui des sociétés qui s'installent désormais à Londres ou à Hong-Kong? A force de déstabiliser les contribuables par d'incessantes taxes et de faire les "poches" à toute occasion aux plus riches, ceux-ci vont dans des cieux plus cléments! c'est immoral, mais efficace.
Il suffit de regarder le nombre de nouvelles taxes votées hier par l'Assemblée pour comprendre:
- majoration de 20% des logements non affectés à l'habitation principale
- non déductibilité de la taxe sur les locaux à usage commerciaux
- majoration de la taxe sur les surfaces commerciales
- en surtout relèvement de la taxe sur les transports payée par les entreprises afin de financer le nouveau passe Navigo !

En matière de finances publiques et d'impôts, il faut de la stabilité et faire attention à la concurrence internationale... M. SAPIN finira-t-il par comprendre que trop d'impôts tue l'impôt !
Lionel DE BUSSIERE


05/12/2014
Baisse des dotations de l'État aux collectivités locales:

Les collectivités territoriales se plaignent des baisses de revenus que vont entrainer celle programmée des dotations de l'État en mettant en avant le fait qu'elles investissent beaucoup et que la charge de l'effort est trop important pour elles. Les analystes ont montré que partout, le recrutement de personnel et l'absence de hiérarchie des compétences entre elles, étaient une source de gabegie.... ce qu'elles contestent !

Alors je vais vous compter l'histoire de l'aéroport de Périgueux:

- en Périgord, nous avons deux aéroports très largement subventionnés à 50 kms l'un de l'autre, mais relié seulement par une route étroite, dangereuse et mal entretenue:
BERGERAC voit passer près de 300.000 passagers essentiellement grâce à des lignes à bas coût vers les pays du Sud. Cela coûte 1.136.000 € à la collectivité qui gère la structure dédiée (syndicat mixte Air Dordogne).
PÉRIGUEUX a presque 6.000 passagers. Une seule ligne quotidienne BERGERAC-PÉRIGUEUX-ORLY et retour six fois par semaine avec un appareil de 19 places appartenant à la compagnie privée TWIN-JET.
Cette ligne coûte au contribuable 204€/ passager...soit au total 1.211.000 €. Le seul saut de puce BERGERAC-PÉRIGUEUX coûte 160.000€ pour moins de 2000 passagers! Ce saut sera sans doute supprimé et remplacé par un autocar ou un taxi....

- l'État payait jusqu'à présent 277.000€ et il faut à partir de 2015 que les collectivités locales mettent plus d'argent pour suppléer l'État qui se désengage.
- le Conseil Général va verser: 605.000€
- la Communauté du Grand Périgueux: idem: 605.000€
- la ville de Périgueux: 232.000€
- l'ex Communauté de l'Isle-Manoire: 63.000€
- le village de Bassillac (où est situé l'aéroport):16.000€.

Mais il faut savoir qu'à proximité d'autres aéroports existent:
- BRIVE: 80 kms; 3/4h d'autoroute; 40.000 passagers mais qui obtient 1.225.000€ de subventions (il faudrait 60.000 passagers par an pour trouver l'équilibre).
- AGEN: 130 kms, 1h1/2 de route; 40.000 passagers aussi; 1,7 million d'euros de subventions d'équilibre !
- LIMOGES: 100 kms, 2h de route (car très mauvais état et à deux voies principalement); 10.000 passagers. Pas de chiffre connu de subvention. Concurrence entre le train (3h) et l'autoroute directe (3 heures aussi) sur PARIS.
- BORDEAUX-MÉRIGNAC: 130 kms, 2 h d'autoroute; Grand aéroport international qui a de nombreuses liaisons quotidiennes (y compris le dimanche) avec les aéroports parisiens ou marseillais, lyonnais, ..;coût d'un vol aller retour environ 220€.
D'ailleurs le Président du Conseil Général de Dordogne dont la collectivité subventionne la ligne au départ de Périgueux, utilise seulement la ligne de Bordeaux-Paris....

En résumé que font l'État et la Région censés être les responsables de l'aménagement du territoire en France ?
Avons nous réellement besoin de tant d'aéroports sur une surface aussi étroite ?
Au pire, en utilisant l'argent de toutes ces subventions, ne pourrait-on pas sortir de terre un aéroport moderne en plein milieu de ce territoire où nous pourrions inclure ANGOULÊME (qui a aussi un petit aéroport, mais surtout une grande gare TGV qui dessert le Périgord en bus à partir de la gare.
En tout cas, la preuve est faite que des économies sont possibles et que la baisse des dotations sera une excellente contrainte pour obliger nos élus à rationaliser les choix et économiser ainsi l'argent du contribuable.
Lionel DE BUSSIERE


04/12/2014
SIMPLIFICATIONS ADMINISTRATIVES:

Depuis de nombreuses années, tous les gouvernants promettent aux citoyens de leur simplifier la vie et de diminuer ainsi la bureaucratie.
Il suffit de voir le nombre de personnes affectées dans chaque entreprise aux suivis des informations obligatoires qu'il faut transmettre au fisc, à la sécurité sociale, aux caisses de retraite, ...et il apparait que le futur compte "pénibilité" individualisé sera proche d'une usine à gaz!

Autre exemple: le ministère de la Justice: quand on a commis un excès de vitesse, le propriétaire du véhicule reçoit un document lui résumant les suites pécuniaires et administratives (perte de point). Il peut s'en disculper s'il apporte la preuve que quelqu'un d'autre conduisait le véhicule. Dans une famille comportant des enfants majeurs, ça arrive !
Dés lors vous écrivez au Centre de gestion spécialisé dans le suivi des amendes automatiques afin de donner l'identité de l'infracteur.

Un mois après vous recevez un refus ? Pourquoi ? Un texte prévoit qu'il fallait transmettre ce courrier en lettre recommandée avec A/R.
C'est un détournement pur et simple du droit:
- d'une part, ce service reconnait avoir reçu votre demande mais n'en tient pas compte du fait qu'il n'est pas arrivé en recommandé. Cette forme de courrier a été créée pour l'envoyeur afin de pouvoir ultérieurement prouver qu'il a bien écrit. Ce ne peut être en aucun cas en faveur du récepteur du courrier puisqu'il l'a ! De plus, le fait d'envoyer un courrier en recommandé coûte un peu d'argent (5€) et ce n'est pas normal.
- d'autre part ce service inverse la charge de la loi: car leurs courriers nous signifiant l'excès de vitesse ou le refus de transfert de responsabilité devraient, eux, être en recommandé avec A/R pour être sur que nous l'ayons bien reçu.
C'est cela l'esprit de la simplification!

Vous ne pensez pas qu'une correction s'impose sur ce cas ?
Ce serait même l'occasion de se pencher sérieusement sur le fonctionnement du Ministère de la Justice lequel ne répond jamais aux courriers que l'on lui envoie:
- extrait d'une jugement
- suite d'une plainte déposée contre X
- remboursement d'une caution

Selon les déclarations du gouvernement, ce ministère est favorisé au niveau budgétaire, Cela ne se traduit pas dans les faits ! Essayez simplement de téléphoner à un TGI quelconque pour avoir une info ? Au moins 20 essais avant d'obtenir parfois une réponse sur un ton désagréable.
D'ailleurs, le papier à entête des lettres des magistrats n'ont jamais une ligne téléphonique indiquée au cas où nous voudrions poser une question....
Bref, pour la simplification, il y a encore de la marge !
Lionel DE BUSSIERE


01/12/2014
La République Centrafricaine; un an après: quel bilan !

Il y a un presque un an, le Ministre de la Défense donnait l'ordre à l'armée française d'intervenir en RCA afin de prévenir "un génocide" potentiel et promettait que la mission de maintien de l'ordre ne durerait pas plus de six mois.

Quel bilan peut-on tirer de cette action ?

Dans les aspects positifs, il faut bien sûr retenir que cette intervention d'abord solitaire et tardive, puis aidée par des forces africaines et européennes a permis de rétablir une certaine paix civile, notamment à Bangui. Il existe encore des moments de graves tensions, ayant parfois encore entrainé des morts, mais le pillage systématique et le lynchage des musulmans sont terminés. Il faut aussi saluer les efforts de la Communauté internationale, surtout africaine, pour tenter de régler la situation politique afin d'aider la présidente et le gouvernement intérimaires.

Dans les aspects négatifs, et il y en a, nous devons tout d'abord critiquer la façon de faire du gouvernement français.
- nous sommes partis seuls en RCA après avoir attendus plus de 6 mois pour répondre à l'appel de détresse du gouvernement local. Intervention effectuée sans en avoir discuté préalablement avec nos partenaires européens qui l'ont très mal pris et se sont longuement faits priés pour mettre de l'argent et des moyens au pot commun servant à financer l'opération EUFOR-RCA.
- M. LE DRIAN, Ministre de la Défense français, avait été bien imprudent de dire que tout allait se terminer en 6 mois et des élections démocratiques se tiendraient au plus tard fin 2014....Outre la guerre civile qui régnait partout, la destruction de l'état civil dans les mairies centrafricaines laissaient penser que cela allait demander de longs et lourds efforts pour établir des listes électorales fiables. Effectivement, d'abord repoussées en 2015, les élections sont maintenant programmées en 2016 au mieux !
- sur place, il est vite apparu que les forces africaines qui sont venues nous aider étaient incapables de faire le job sauf les tchadiens lesquels étaient détestés de la population chrétienne. Il a donc fallu renvoyer les tchadiens et solliciter d'autres pays, eux aussi sans moyens. Quant aux forces européennes, elles ont établi leur PC en Grèce et sont intervenus très tardivement. Le mandat de ces forces vient d'ailleurs d'être modifié: désormais il est prévu de reformer une armée locale (les FACA) afin de la rendre opérationnelle. C'est ce que l'on nomme la mission RSS: remettre sur pied les FACA sera un vrai défi, dit-on dans les milieux européens ! Certes! Mais on peut se poser la question pour un pays aussi pauvre et en faillite comme la RCA, doit-il commencer pour se reconstituer par refaire une armée efficace dont le risque qu'elle fasse encore un coup d'Etat plus tard n'est pas à sous estimer d'un point de vue historique et socio-politique.
Pourquoi ne prend-t-on pas exemple sur le Costa-Rica en supprimant l'armée et en permettant ainsi de focaliser les moyens internationaux sur la formation de policiers, de douaniers et de magistrats ?

- En effet, l'aspect le plus négatif de l'intervention française est l'absence de moyens et de perspectives pour aider le pays à se reconstruire. La France n'est plus en 1979 où l'opération BARACUDA a permis de renverser le pouvoir local et d'en mettre un autre. Notre pays a compris que nous avons changé d'époque et surtout nous n'avons plus les moyens financiers pour assurer l'intendance.
Il y a dans le monde de nombreux Etats faillis ou presque: SOMALIE, LYBIE, IRAK, AFGHANISTAN, ...La communauté internationale est souvent sollicitée pour payer et envoyer des troupes. Le résultat est loin d'être glorieux: souvenons de l'opération américaine en SOMALIE!!! Doit-on parler de l'échec en IRAK ou en AFGHANISTAN où les troupes repartent en laissant la corruption et le désespoir, plus des milliers de morts civils?
Prés de nous un seul exemple assez positif: le KOSOVO mais à quel prix!!Ce petit territoire (1, 8 million d'habitants) a accueilli 11000 fonctionnaires internationaux et 2500 exercent encore sur place (essentiellement des magistrats, des douaniers et des policiers). En fait il fût mis sous tutelle de l'ONU.

N'est-ce pas la bonne solution pour la RCA ?

La Communauté Internationale et la France sont elles prêtes a mettre les mêmes moyens qu'au KOSOVO en RCA afin de reconstruire un Etat et de préserver la paix sur place ? Évidemment non!
Pourtant, ce pourrait -être un bon exemple car la RCA est géographiquement plus grande que la France mais peu peuplée (5 million d'hts) et possède un sous sol et une agriculture aux potentiels évidents.
Il est possible de construire une économie qui fonctionne et un État de droit.

Il ne suffit pas de croire que des élections suffiront à rétablir la paix en RCA. Il faut un véritable engagement à long terme de notre pays en RCA. Seule la France a la connaissance du terrain et bénéficie globalement de la confiance de la population.
Avec un mandat clair de l'ONU et des autres organisations internationales telles l'Union Africaine et l'OIF (francophonie), la France pourrait coordonner les aides à la RCA sur une durée de 5 ans au minimum.

Une tutelle onusienne apparait comme la seule solution efficace permettant aux centrafricains de reprendre confiance dans leur avenir et à la France de créer une nouvelle relation à l'inverse du néocolonialisme qui a prévalu jusqu'àlors.
Lionel DE BUSSIERE


30/11/2014
SARKOSY, Chef de Parti: et après ?

Nicolas SARKOSY est donc maintenant le chef de l'UMP. Chacun a compris que c'était pour lui la première étape pour se représenter à l'élection présidentielle de 2017 et vaincre enfin son adversaire préféré (Hollande) puisque selon lui, en 2012, il n'a pas perdu mais il lui a manqué 15 jours pour gagner !!!

Pour vaincre à la présidentielle, il faut outre un parti en ordre de bataille, rassembler son camp et rassembler au centre puisque dans le système constitutionnel de la Vème République, les grands partis se retrouvent au second tour l'un contre l'autre.

En 2017, nous aurons pourtant un changement important puisqu'il apparait selon les sondages que le FN sera au second tour avec 25% des voix environ. Le PS et l'UMP doivent donc éliminer l'autre dés le premier tour.

Tout d'abord, Sarkosy va avoir du mal à mettre de l'ordre dans l'UMP pour plusieurs raisons:
- il est responsable de la faillite financière de l'UMP qu'il a coulé en dépassant le montant des dépenses autorisée pour la campagne de 2012 (donc aucun remboursement public)et la fameuse affaire des fausses factures Bygmalion dont il dit ignorer jusqu'au nom mais qui a enrichit quelques uns des cadres de l'UMP. Il faudra sans doute vendre le siège du parti ?
- pendant la campagne il a comme d'habitude dit du mal de tous ses adversaires et amis, parfois de façon humiliante pour eux comme pour R. Dati ou X. Bertrand. Difficile de leur demander de se dévouer pour le patron après !
- les règles de la primaire qui désignera le candidat de la droite ne sont pas encore établies: le MODEM a dit clairement qu'il ne participera pas à une primaire avec Sarkosy. L'UDI vient d'indiquer que dans ce cas, l'UDI n'a pas non plus vocation de jouer les supplétifs et qu'elle n'y participera pas.
- Il restera que l'UMP ce qui permettra d'éliminer Juppé et de choisir Sarkosy. Mais la droite sera très divisée car il est très probable dans cette hypothèse que les partis du Centre auront au moins un candidat et peut-être verra-t-on Juppé ou Fillion se lancer en candidats indépendants ?
Donc le risque que Sarkosy ne soit pas en seconde position est immense: l'extrême droite ne l'aidera pas même s'il reprend ses thèmes; le Centre refusera de le suivre dans sa droitisation en campagne comme en 2012.

A gauche, il est difficile de dire si Hollande sera candidat ! La situation économique peut s'améliorer, certes, mais il semble bien que l'image de l'actuel Président soit tellement plombée par ses échecs tant économiques que sur son personnage qu'il ne passera pas le cap. Comme en Espagne avec Zapatero, Hollande laissera quelqu'un d'autre représenter le PS et il est très probable que ce sera Aubry, mais ce sera dur pour elle de rallier le Centre du fait qu'elle flirte avec les frondeurs. Aussi faut-il étudier les chances de Valls qui rassemblera la majorité du PS actuel et beaucoup de centristes.

Ce sont ces derniers qui feront l'élection de 2017: à gauche comme à droite, les grands partis devront choisir des hommes ou des femmes compatibles avec le Centre sinon, ils seront éliminés dés le premier tour.
C'est pour cela qu'à droite le choix de Sarkosy est incompréhensible et mènera ce qui reste de l'UMP à une seconde défaite.
Lionel DE BUSSIERE


26/11/2014
ASIE et FRANCOPHONIE:
Comme le lecteur aura pu le constater, j'ai été silencieux durant plus de 3 semaines du fait de mon départ à l'étranger durant ce laps de temps.

J'ai passé ce temps au Viet-Nam et au Cambodge. Pays en plein développement, surtout le Viet-Nam, où l'on voit bien les effets de la mondialisation dans ses aspects positifs, à savoir que les citoyens de ces pays ne soufrent plus de la faim. Mieux même dans le sud du Viet-Nam, maintenant réunifié depuis 35 ans, l'américanisation et l'industrialisation de Saigon est visible à tous. Un dynamisme exceptionnel se dégage de ce pays qui a su garder au nord son charme et ses traditions et au sud la réactivité économique de l'Amérique.

Au Cambodge, le développement est moins perceptible: les immenses dégâts de la période "Khmer Rouge"où plus de 2 millions de personnes ont été torturées et massacrées pour créer le nouvel homme communiste, sont encore pesant dans la société.
Malheureusement, là comme ailleurs, la corruption est notoire: il suffit de regarder l'occupation du domaine public au centre de Phnom Penh où les commerçants proches des nombreux généraux peuvent s'installer moyennant des sommes importantes rapidement transformée en belles villas.
Au Viet Nam, la corruption existe aussi sur le modèle chinois: plus discrète, elle touche cependant tous les secteurs. Les enseignants, les médecins comme les policiers doivent "toucher" pour vivre correctement car le salaire moyen est faible: 250€/mois environ. Cela est sensiblement plus faible qu'en Chine et permet à de nombreuses industriels mondiaux de s'installer dans ce pays où la main d'oeuvre est d'un coût compétitif et très obéissante, même si elle est peu productive selon les études locales (5 fois moins qu'en Corée du Sud !).

Une absence de marque dans ces deux pays: la FRANCE.

Mis à part TOTAL, les entreprises françaises ne sont pas visibles: banques, voitures, énergies, hôtellerie, .... ne se voient pas dans les rues comme leurs homologues allemandes, chinoises, japonaises et bien sûr américaines car les peuples locaux ne sont pas rancuniers à l'égard des USA ! Même les cafés STARBUCKS sont présents...

Alors que le sommet de la francophonie va rassembler à Dakar en fin de semaine tout le gratin des pays qui parlent français à un titre ou à un autre, les pays de l'ex Indochine n'ont plus aucun signe visible de la présence française durant 70 ans. Par exemple au Viet-Nam le français a été officiellement abandonné comme langue étrangère au lycée depuis 2007. Partout la langue locale est doublée d'une information en anglais et cette dernière langue est parlée par la majeure partie de la population.
Que s'est-il donc passé pour avoir ainsi abandonner l'Asie à l'anglais ? Le fait d'avoir perdu la guerre en 1954 a-t-il pesé ? On voit bien qu'en France les 3 pays de l'ex Indochine ne sont jamais cités et très peu visités par nos dirigeants qui vont en Afrique plusieurs fois dans l'année! C'est plus qu'une erreur de stratégie; c'est une faute grave pour le développement de nos valeurs.
Est-il encore temps de revenir sur cette absence ? Sans doute oui! car au niveau de la restauration des monuments, la France fait des choses mais ça ne se sait pas: les autres pays mettent un panneau avec une explication dans leur langue (allemand, japonais)et leur drapeau. Nous rien !
Aprés ça on comprend mieux pourquoi la France est en panne !
Lionel DE BUSSIERE


30/10/2014
CORRUPTION en FRANCE:

Sur le dernier classement de Transparence Internationale (TI), ONG spécialisée dans la corruption des pays, sur 177 États classés, la FRANCE est au 22ème rang mondial et au 10ème rang européen (recul d'une place par rapport à 2012). C'est clairement une position indigne d'un grand pays démocratique !

Transparence Internationale concentre son étude sur la corruption dans le secteur public et définit la corruption comme l'abus d'une charge publique à des fins d'enrichissement personnel.

L'OCDE vient de sortir son rapport annuel sur la corruption dans le monde. Cette Organisation Internationale, dont le siège est à Paris, a effectué des remontrances à la France du fait que le combat contre la corruption des agents publics étrangers n'était toujours pas mis en oeuvre malgré les demandes antérieures de l'Organisation du Château de la Muette. Aucune action en justice n'a été enregistrée alors même que des pays mettent à jour des infractions graves de corruption où des entreprises françaises (y compris publiques) sont impliquées.

Dernier exemple datant du 27 octobre 2014: en Espagne: GDF-SUEZ, à travers sa filiale COFELY, est mis en cause dans une grave affaire où une cinquantaine de personnes ont été interpellées dont plusieurs maires et présidents de région. Le principal mis en cause, M. GRANADA est l'ancien secrétaire général du parti au pouvoir actuellement , lequel aurait mis 1,5 million d'euros en Suisse de façon illégale. Quatre responsables de COFELY ont été placés en garde à vue et son directeur M. MAURICE, français en poste depuis 2009, est écroué.

Il faut bien comprendre que la France n'agit pas contre les actions de corruption à l'étranger c'est pour protéger ses responsables qui bénéficient des fameuses rétro-commissions.

Chacun a en tête l'accumulation d'affaires de fausses factures sous CHIRAC et depuis le début de la Vème République, les affaires liées à la "Francafrique"; Ah! la fameuse République des mallettes !!!.

L'arrivée de Nicolas Sarkosy a notablement augmenté le nombre d'affaires: financement Khadafi, contrat KARACHI, arbitrage TAPIE,...
Il faut aussi noter que l'actuel parti au pouvoir (le PS) est sérieusement mis en cause dans des affaires de corruption locales comme à Marseille, Hénin-Beaumont, ...
Dans tous ces dossiers, il nous faut attendre les décisions de justice pour connaitre la vérité, mais il n'en demeure pas moins que l'odeur de ces scandales est vraiment nauséabonde et d'autre part que la justice est trop lente à rendre son avis.
La justice en France manque cruellement de moyens humains et matériels (voir les comparaisons par rapport aux pays européens de l'UE) et surtout le Parquet n'est toujours pas indépendant. Il apparait que depuis 2012, les procureurs sont plus libres de leur décision de poursuivre ou non les délits de corruption, mais hiérarchiquement, ils dépendant toujours de la Ministre de la Justice.
Des organisations françaises militent de façon plus ou moins efficace pour améliorer les choses: TI et ANTICOR.
Cette dernière organisation se spécialise dans le combat contre la corruption locale car il est vrai qu'elle devient si prégnante que nous sommes quelques uns à être ébahis de l'absence de réaction du peuple. Mais le système ne fonctionne-t-il pas avec l'accord de la majorité des français ?
C'est normal de condamner les Cahuzac et autres ! Mais quand on accepte de payer des travaux sans factures, que l'on demande à passer devant les autres sur la liste des HLM de notre ville, que le but est de frauder le fisc chaque fois que possible,... bref toutes les petites corruptions que nous nommons "combine" et qui affaiblissent la conception du vivre ensemble.

Nous avons les hommes politiques que nous méritons ! Il faudra un sursaut moral pour mettre fin à cet abaissement du pays tout entier. Malheureusement, je ne vois pas la voix morale et légitime parmi les intellectuels de notre temps qui va donner un sens à ce combat comme Victor HUGO ou Albert CAMUS l'avaient fait à leurs époques.
Lionel DE BUSSIERE


24/10/2014
Département et électoralisme:

Le combat d'arrière garde des départementalistes périgourdins afin de sauver leurs petits pouvoirs locaux se déroule sous les yeux d'une presse locale complice. Les responsables locaux connaissent le coût pour le budget de la France de l'empilement des structures: communes, communautés de communes, pays, canton, département, région, État et l'UE pour finir! Surtout, ce qui est nuisible c'est l'absence de clarté dans les compétences aussi les Conseillers Départementaux (ex Généraux) qui vont être réélus en mars 2015 tentent de démontrer qu'ils doivent garder une compétence générale et qu'ils servent à quelque chose:

- dans le canton de Bussiére-Badil, le conseiller Didier VIGNAL (PS) a réuni les maires du canton afin de leur faire savoir qu'il allait distribuer 660.000€ de "travaux"publics d'ici mars après avoir fait le bilan de son action passée: 1, 5 million d'euros distribés. Mais ce canton a été supprimé dans le cadre de la réforme votée par l'actuelle majorité en 2012 et le nouveau canton couvre le nord du département....

- le conseiller de Ste-Alvère, Philippe DUCÈNE, (UMP) se met en congé de son parti du fait dit-il "de l'absence de vision départementale de son parti". Il accuse les conseillers généraux actuels d'être devenus "les mendiants du Conseil Général". Il est vrai qu'en Aquitaine l'UMP Alain JUPPÉ s'est prononcé pour la suppression des départements. Il semble qu' en Dordogne cette ligne ne fasse pas l'unanimité ?

- le conseiller général de LALINDE, Serge MÉROU, (PS) déclare au sujet de la suppression de subventions attribuées par la CCI de la Dordogne à l'aéroport de BERGERAC en toute illégalité et donc dénoncées par la Cour Régionale des Comptes " Le diktat des services de l'État ne nous fait ni chaud ni froid !". Il faut dire que cet aéroport et celui de la capitale départementale, PÉRIGUEUX-BASSILLAC coûtent fort cher à la collectivité départementale. Le déficit de l'aéroport est estimé à 1,2 million d'euros dont le CG éponge 49% et la collectivité d'agglos de BERGERAC 30%, la CCI 20%, ...En outre, il faut aussi éponger le déficit de la ligne BERGERAC-PÉRIGUEUX-ORLY et retour: 750.000€ financés par les mêmes et la ville de PÉRIGUEUX. Enfin, payons pour le déficit de l'aéroport de PÉRIGUEUX-BASSILLAC: 750.000€ aussi toujours financés par le CG et la ville de Périgueux cette fois-ci !!!!
La gestion déplorable par le Conseil Général de la Dordogne a été citée comme l'exemple de la gabegie de la décentralisation dans une récente émission TV. Pour mettre fin aux difficultés financières de ces aéroports, M. MEROU fait un appel au secours à la ... région AQUITAINE ! Là, il se souvient que la région existe quand il s'agit de trouver de l'argent pour montrer qu'il est présent.

- ces errements aériens sont d'autant plus néfastes que dans le même temps, la Cour des Comptes nationale dénonce la gestion des TGV, notamment la ligne POITIERS-LIMOGES. Cette ligne était défendue par l'ancien maire de Périgueux qui a tenté de convaincre son ami F. HOLLANDE de dégager des fonds pour cela afin, dans un deuxième temps, de développer la ligne LIMOGES-PÉRIGUEUX. Les magistrats financiers dénonce le financement d'un projet LGV mal étudié qui ne verrait le jour qu'en 2030, le rapport parle d'une ligne "d'intérêt purement local". La rentabilité économique de cette ligne est impossible selon ce même rapport.

Qu'a fait le Conseil Général depuis 20 ans au sujet des autoroutes transversales en Périgord ou de l'idée du raccordement proposé par l'Association "Develop'SO" ? Qui a pensé à développer un TGV BORDEAUX-LYON-TURIN passant par PÉRIGUEUX ?
Le président du Conseil Général ne s'occupe que du tourisme (voir Lascaux 4) qui lui permet de voyager et tente de mettre en place un cluster touristique ?

La conclusion est simple: pour développer le local, il ne fait pas compter sur le CG mais sur la Région!
Lionel DE BUSSIERE


15/10/2014
Décentralisation:

Le procès XYNTHIA de l'ancien maire (de 1989 à 2014) de l'agglomération, bien nommée, "La Faute sur Mer" et de ses anciens collaborateurs, ainsi qu'un fonctionnaire de la Préfecture locale (DDE), a fait prendre conscience aux français que la décentralisation a des effets pervers ! Si cet ancien maire, M. MARRATIER, est condamné à de la prison ferme pour avoir accordé des permis de construire dans des zones inondables, cela permettra à la décentralisation de devenir plus rigoureuse et sans doute moins sujette à l'électoralisme que chacun peut voir dans nos cités.
Hélas! plusieurs morts dans cette cité balnéaire auront payé de leur vie l'inconséquence, voire pour la première adjointe, un grave conflit d'intérêt, des édiles de La Faute sur Mer.

En Périgord et de façon heureusement moins dramatique, le maire de TRÉLISSAC, F. COLBAC vient de se ridiculiser avec son budget. Il avait fait voté un budget comportant un emprunt de 800.000€ non validé par une banque. La Cour des Comptes régionale l'a , à juste titre, retoqué! M. COLBAC a persisté dans l'erreur et le Préfet a usé de son droit de rectification budgétaire et a imposé une hausse des impôts locaux de 15% dés cette année afin d'équilibrer le budget. Il est d'ailleurs probable que pour rembourser les emprunts en cours la ville soit obligé d'augmenter les années suivantes ces impôts locaux.
L'impéritie d'un maire sera ainsi payée par ses administrés, ce qui est normal puisque plusieurs fois réélu.
Mais ce qu'il l'est moins c'est l'hypocrisie de ce maire. Il est affilié au Parti Communiste, sa commune détient le record du département de la Dordogne pour la non construction de logements sociaux dans le territoire de sa commune: 4,20% au lieu des 20% et depuis que la gauche est au pouvoir 25% obligatoire dans chaque commune sous peine d'amende. Trélissac paie ainsi 500.000€ de pénalités ! Pour une ville de banlieue dirigée par la gauche, ça la fout vraiment mal !

Là encore, c'est une conséquence de la décentralisation: le maire signe les autorisations de construire. Dans le cadre de la réforme des communautés d'agglomérations, le gouvernement a vainement tenté de faire passer ce pouvoir au Président de l'Agglo....

Ces errements nuisent d'autant à l'image des maires et de la décentralisation qu'en même temps, la Cour des Comptes vient de publier un rapport dévastateur contre la gestion des collectivités territoriales où sont notamment dénoncées la hausse des effectifs des agglos:

+ 148% de 2000 à aujourd'hui.
+ 12, 8% pour les communes dans le même temps.

Si des transferts d'effectifs avait suivi le transfert de compétences, nous aurions dû voir une baisse sensible des effectifs des communes !

Après cela, nous ne nous étonnerons pas que nombreux sont ceux qui dénoncent le millefeuille territorial français et la gabegie financière qui s'en suit.

Le déficit des collectivités est de 9,2 milliards d'euros en 2013; c'est un peu plus de 10% des déficits français alors qu'il ne représentait que 3% l'année d'avant.

En clair, juste avant les élections municipales, les maires ont embauché à tout va...Les chiffres montrent une hausse plus forte des dépenses que des recettes: pour compenser l'écart c'est soit l'emprunt, soit l'impôt (avant une élection: impossible !).
Le premier poste budgétaire est la masse salariale: 26% du total et en hausse de 3,2% en 2013. La Cour indique aussi qu'il faut revoir le système de rémunération des fonctionnaires territoriaux et les obliger à faire 1607 h /an de présence dans leurs fonctions....

Tous les experts savent qu'il faut réduire à deux niveaux les collectivités territoriales: la région et la communauté d'Agglos. Mais cela soulève des montagnes de contestation de la part de tous les conseillers municipaux et généraux dont on supprimera le poste (voir le chantage des Radicaux de Gauche et de bon nombre d'élus socialistes des départements ruraux). Clientélisme quand tu nous tiens !

Depuis le 27 avril 1969, le référendum sur la régionalisation n'a plus bonne presse et je vois mal le Pt HOLLANDE se lancer dans un référendum alors que son impopularité bat des records et que le courage n'est pas son fort jusqu'à présent!

Donc, il est probable que nous aurons une loi de décentralisation encore une fois couteuse et compliquée où seul le contribuable paiera !
Lionel DE BUSSIERE


13/10/2014
Réformes en France ou pas de réformes ???

J'imagine qu'il est difficile de se faire une opinion quand on est étranger sur la réalité des réformes en France ? Depuis le temps que nos dirigeants promettent que nous allons bientôt en faire...
Il suffit d'observer le duo HOLLANDE VALLS à la manoeuvre: depuis l'arrivée en tant que Premier Ministre, Manuel VALLS multiplie les déclarations volontaristes quant à sa volonté de réformer en profondeur notre pays. Il tombe bien car malgré le tapage des conservateurs en tout genre, la majorité des français attendent ces réformes car ils ont compris que nous ne pouvons pas continuer ainsi.
Même si aujourd'hui nous venons d'avoir un Prix Nobel d'Economie, il n'est pas nécéssaire d'avoir cette reconnaissance internationale pour comprendre que l'on ne peut pas indéfiniment dépenser pour les dépenses courantes en empruntant. Or, c'est ce que nous faisons! On nous parle des investissements que l'UE doit faire (300 milliards d'euros) pour relancer la croissance, mais depuis 1974 nous vivons avec des prêts, certes le taux est peu élevé, mais si ça change ???
Alors oui, nous devons dépenser moins et effectivement c'est plus difficile de diminuer les dépenses courantes en année de maigres croissances, voire de dépression, que dans les années heureuses (Ah! CHIRAC! quels mauvais souvenirs, vous laisserez dans l'histoire à ce sujet...)

Mais, on peut aussi faire des réformes qui coûtent peu mais qui changent les habitudes.
Par exemple, le travail du dimanche et jours fériés: selon les experts, cela créerait environ 20000 emplois seulement! Certes quand on a plus de 3 millions de chômeurs officiels, ça pèse peu! Et pourtant, cela permettrait à des jeunes en recherche d'emplois d'entrer dans le monde du travail. Actuellement à Paris, les touristes asiatiques sont obligés de prendre l'Eurostar pour aller faire des emplettes à Londres car à Paris, les grands magasins sont obligés de fermer. Récemment on a vu Mme HIDALGO et M. FABIUS (ministre en charge du tourisme entre autres missions) s'opposer sur ce sujet. Résultat : on attend !!!!

Dans de nombreux pays européens, les magasins sont ouverts le dimanche et les jours fériés. les employés qui travaillent ces jours là sont le plus souvent des jeunes qui ont besoin d'argent tout en faisant des études. En quoi cela gêne-t-il les employés des jours ordinaires ?

De mon point de vue: pour travailler le dimanche, il faut que l'employeur respecte deux conditions:
- que l'employé soit volontaire
- que le tarif horaire soit beaucoup plus élevé que celui des jours ordinaires
Dés lors que ces conditions sont remplies, qu'importe que la société commerciale fasse plus de chiffres d'affaires ? Que veut-on ? Que ce soit les anglais qui le fassent ?

Parmi les opposants à cette ouverture dominicale, on trouve une étrange alliance de conservateurs:
- les chrétiens qui tiennent à ce que Dieu soit loué ce jour là
- la CGT et FO qui imposent un repos dominical aux salariés ce jour là

Tout comme le mariage pour tous, je peux comprendre que les catholiques traditionalistes ne veulent pas que des homosexuels se marient à l'Eglise. Il s'agit de leurs pratiques. Mais le mariage à la mairie, siège laïque de la République, du moment que la majorité le décide, il faut le faire comme ça et respecter ainsi les idées de chacun car de plus elles ne gênent pas ceux qui veulent, après la mairie, aller à l'Eglise !
Pour le travail le dimanche, c'est pareil: que ceux qui veulent célébrer Dieu le dimanche ne travaillent pas, ceux qui veulent se reposer le fassent et tous les autres pourront ainsi travailler comme ça leur chante.
De plus, les éventuels clients qui se reposent pourront aussi aller voir les commerces ouverts en famille et faire leurs courses de temps en temps....

Alors VALLS et MACRON font de grandes déclarations selon lesquelles ils ont été nommés là pour RÉFORMER

Mais le Président HOLLANDE, comme d'habitude, tergiverse et plus personne ne sait si les réformes annoncées: Code du Travail, allocations chômage, ... vont voir le jour.

Les élections dans les pays voisins et en France en 2012 démontrent que ceux qui ont une chance d'être réélus, ce sont ceux qui réforment !
C'est la posture de VALLS, mais se positionne-t-il pour 2017 ou 2022 ? La rapidité des réformes à mettre en oeuvre n'est pas la même et si c'est 2022, il n'a aucun intèrêt à aider HOLLANDE à être réélu....
Lionel DE BUSSIERE


10/10/2014
Écotaxe: les français sont-ils vraiment inréformables ou nos dirigeants manquent-ils de courage ?

La ministre de l'Écologie, Ségolène ROYAL, a déclaré hier qu'elle abandonnait le projet de mettre en place les restes de l'écotaxe sur les routes françaises du fait de la menace de bloquer le pays par les associations de transporteurs routiers.
Cette décision est très lourde de conséquences pour notre pays, notamment sur le plan financier.

Tout d'abord, on ne peut que s'étonner qu'un impôt écologique consistant à faire payer le pollueur (camion), notamment étranger, qui utilise nos routes ait été ainsi abandonné. Il faut se souvenir que cet impôt fut voté à la quasi unanimité sous le quinquennat de SARKOSY en 2009 pour tous les véhicules de plus de 3t,5. Programmé en 2011, puis en 2012, il fut mis en place en fin de 2013 et devait rapporter presque 1,5 milliard d'euros au budget de la France. Cet argent allait servir à la création de transports propres (tramway, ...) et aux régions pour améliorer les dessertes ferroviaires notamment. Bref, une excellente chose qui aurait du plaire à tout le monde !

Mais, sa mise en place se fit après 18 mois de "matraquage fiscal" de la gauche au pouvoir avec le gouvernement AYRAULT et un ras le bol se fit connaitre, notamment en Bretagne où les routes et autoroutes sont traditionnellement vierges de péage. Après quelques combats de rue, le gouvernement AYRAULT recula une première fois et suspendit l'écotaxe.

On découvrit alors que la collecte de cet impôt avait été confiée par le gouvernement FILLON, après un appel d'offres, à une société italienne, ECOMOUV',qui gardait pour elle environ 20% de l'impôt en contrepartie des investissements effectués.Depuis la Révolution française de 1789, c'était la première fois qu'un impôt était "externalisé" comme du temps de la Ferme Générale sous l'ancien régime. Il faut savoir que le coût de la collecte de l'impôt en France (fiscal ou social)est d'environ de 3%. Dés lors, 20% parut très excessif ! La justice fut parait-il saisie pour enquêter sur l'appel d'offres, sans résultats à ce jour !
Néanmoins, Ecomouv' bénéficie d'un contrat "blindé" et le gouvernement français va devoir la dédommager: 650 millions pour rembourser les portiques installés (et parfois détruits) et 850 millions de dédit.
Il faut aussi noter que les 200 employés d'Écomouv' vont se retrouver au chômage. Ajoutons que 130 fonctionnaires des douanes, chargés du contrôle de la perception de la dite taxe, sont installés depuis 2011 à Metz "l'arme au pied" à ne rien faire puisque rien ne marche...

Au sein du nouveau gouvernement dirigé par M. VALLS, Mme ROYAL fut en charge de faire fonctionner la nouvelle taxe dénommée "taxe de transit transport". Les camions empruntant les routes nationales principales (sauf la Bretagne !) sur 4300 kms devaient payer la taxe, laquelle devait rapporter 600 millions d'euros. Rien que ça !

Au vu de la situation des finances Publiques françaises, on aurait pu penser que le gouvernement allait faire le nécéssaire pour faire payer les transporteurs routiers français et étrangers. D'autant que le gouvernement VALLS avait déjà effectué des gestes fiscaux non négligeables envers les transporteurs routiers français:

- l'augmentation de 2 centimes par litre du gaz oil décidée récemment ne les concerne pas. Seuls les particuliers vont payer....
- l'autorisation de transport est passée de 40 tonnes à 44 tonnes sur nos routes
- la taxe nommée "taxe à l'essieu" pour les transporteurs va être supprimée

Qui plus est, les pays voisins de la France telles l'ALLEMAGNE, l'AUTRICHE, la SLOVAQUIE, la SUISSE, la TCHÉQUIE, ... ont mis en place cette taxe sans difficultés particulières avec leurs transporteurs et les transporteurs français qui utilisent ces voies routières !

C'est donc une défaite en rase campagne que subit une nouvelle fois le gouvernement socialiste.
La suspension immédiate de l'Écotaxe nouvelle formule a été jugée comme une mesure de bon sens ce matin par le Premier Ministre français.
Et bien NON, ce n'est pas une bonne nouvelle pour la France:

- d'une part cet impôt est juste: comme pour les nitrates en agriculture, le pollueur doit payer. En l'occurrence, qui va payer pour compenser le manque à gagner de cette reculade lamentable: le contribuable de base, comme pour la récente hausse du gaz oil. On ne s'étonnera plus de savoir que contrairement à leurs déclarations, les ménages ne verront pas leurs charges baisser en 2014 et 2015. La rapporteur PS de l'Assemblée Nationale, Mme RABEAU (la bien nommée!)évalue les prèlévements supplémentaires à 3 milliards et demi d'euros !!!

- alors que Paris essaie de convaincre Bruxelles de sa volonté de réformes en profondeur pour faire baisser le déficit des Finances Publiques (4,3%) vers le 3% éxigé par les Traités, cette façon de faire sera encore une fois mis au débit d'un gouvernement incapable de tenir parole.

Mais ce n'est pas que le gouvernement socialiste qui va être blâmé, c'est la France qui est désormais perçue comme incapable de se réformer. Surtout, nos dirigeants sont considérés comme manquant de courage car ailleurs, les gouvernants ont fait les réformes sans céder aux manifestants.
C'est tous les français qui paieront cette lâcheté !
Lionel DE BUSSIERE


08/10/2014
Réformes territoriales, que va-t-il rester des bonnes intentions de M. VALLS ?

Lorsqu'il fut nommé Premier Ministre en début d'année, suite à la raclée du PS aux municipales, Manuel VALLS a obtenu une première fois la confiance de l'Assemblée Nationale en faisant des promesses de réformes dans de nombreuses directions....
L'une des promesses, qui surprit tout le monde, fut de proposer une grande réforme territoriale comprenant une mesure phare: la suppression des départements et une autre importante: la diminution du nombre de régions en France en divisant par deux ce nombre et de récupérer nombre des compétences du département, permettant ainsi à celles-ci de pouvoir se comparer avec les "länders" allemands.

Depuis 20 ans en France, des centaines d'études démontrent que le millefeuille territorial et l'absence de délimitations des compétences des collectivités territoriales sont d'un coût prohibitif pour nos finances publiques et surtout une source d'inefficacité reconnue par tous. Exit le département ....

Chacun se souvient encore de la levée de boucliers des Présidents des Conseils Généraux qu'ils soient socialistes ou de l'opposition !!!
Le Président de l'Association des Présidents de CG, socialiste, M. LEBRETON, fit un discours contre le gouvernement du même niveau vindicatif que ceux des bonnets rouges qui agissaient sur les routes à l'époque. Puis dans la discrétion des vacances, on vit beaucoup de Présidents de Conseils Généraux discuter avec le Président HOLLANDE:
- la majorité des Conseils Généraux sont socialistes: pourquoi les supprimer ?
- les CG ont beaucoup d'argent à distribuer et beaucoup d'emplois dépendent de ces conseillers
- bref, c'est le fonds de commerce de nombre de "barons" socialistes et radicaux locaux qui ne veulent pas perdre leurs pouvoirs et sont près à se battre à mort pour cela.

Le coup venant d'un socialiste, c'est difficile de s'opposer frontalement; aussi, vit-on les lobbies, notamment agricoles, à l'oeuvre. Avec efficacité !

D'autant que durant ce même été, les frondeurs furent virés du gouvernement et pour garder 3 radicaux de gauche inconnus, le Premier Ministre fut obligé de leur promettre qu'il tiendrait compte de leur avis et que les Conseils Généraux dans les zones rurales seraient plus ou moins maintenus en l'état.

Quant à l'opposition, sur le terrain, elle fut aussi vent debout contre la réforme par principe et surtout par intérêt: eux aussi trouvent des avantages à être Conseiller Départemental comme le veut le nouveau nom. Mais, au niveau national, tous les leaders (JUPPÉ, COPÈ, BERTRAND) étaient clairement pour la réforme et surtout pour la suppression des départements et le développement des communautés d'agglomérations.

Lors des dernières élections sénatoriales, ce fut une concert commun: socialistes et UMP de terrain firent leur campagne sur l'assurance que s'ils étaient élus, les CG continueraient...

Ainsi en Périgord, les deux sortants socialistes furent réélus facilement en promettant à chaque Maire que ses pouvoirs de maires ne seraient pas dilués dans une communauté d'agglomération toujours lointaine (!) et que le Conseil Général saurait se montrer généreux pour sa commune s'il votait intelligemment....
D'une pierre, deux coups: on déglingue les communautés de commune en campagne et on renforce les pouvoirs du CG. Ainsi dans le département, les socialistes firent un score remarquable. Germinal PEIRO, futur Président du Conseil socialiste en remplacement de B. CAZEAU, réélu sénateur, indiqua sa profonde satisfaction ...
Aujourd'hui, le Parlement doit reprendre le texte et devrait voter cette réforme ou plus exactement ce qu'il en reste !!
En fait, on va ajouter au millefeuille quelques strates: la métropole, le département rural, la fusion départementale, ??? et de même pour les communautés d'agglos: les intercommunalités seront la norme en montagne et dans les zones rurales sauf exceptions ?
Quid des moyens financier ? Quand on voit le bazar engendré par les conséquences financières du Grand Paris : les élus locaux de Paris (PS) et des Hauts de Seine (UMP) se sont mis d'accord (???) pour rédiger un nouvel article modifiant le texte gouvernemental en matière de fiscalité locale afin de ne pas perdre le pouvoir de décider; on perçoit que le gouvernement va tout céder à ses élus locaux : le rapport de force n'est pas du côté du gouvernement !
Les élus locaux ont déjà acté la défaite des socialistes à la présidentielle et aux législatives suivantes en 2017. Tout ce qui les intérésse, c'est de sauver leurs meubles !!!
Alors la réforme des Finances Publiques en France, vous pensez !!!
Lionel DE BUSSIERE


03/10/2014
Le budget de la France pour 2015:

Messieurs SAPIN et ECKERT viennent de présenter, avec retard tant les arbitrages étaient délicats, le projet de budget 2015.

Ce budget repose sur des prévisions de croissance (1%) et prévoit un déficit budgétaire de 4,3% (au lieu de 4,4% cette année). Enfin concernant la croissance de la dépense publique, objet de toutes les attentions de Bruxelles et des marchés financiers, elle sera de 1,1%.

En premier lieu, ces chiffres ne sont pas bons car ils ne respectent pas les objectifs promis par le gouvernement:
- le déficit budgétaire devait être de 3% en 2015. La France l'avait promis, nous sommes incapables de respecter notre parole pour la troisième fois consécutive !
- les dépenses publiques françaises sont, avec celles de FINLANDE, tiennent le record des économies occidentales (57 et 58% du PIB). Chacun s'accorde à dire qu'il faut les faire baisser. Or, loin de le faire, on les laisse encore augmenter en tenant un discours hypocrite de la baisse de la tendance... Effectivement, les dépenses vont augmenter moins vite qu'auparavant, mais elles augmentent quand même, sans compter que, jusqu'àlors aucun gouvernement n'a respecté son engagement chiffré !!!!

En second lieu, le Haut Conseil des Finances Publiques, présidé par le Président de la Cour des Comptes, Didier MIGAUD, ex député socialiste, indique que les chiffres du gouvernement sont optimistes notamment dans le domaine de la prévision de croissance. Le HCFP fait allusion à une étude de l'INSEE sortie le même jour prévoyant une croissance atone pour 2015 à 0,1% (au lieu de 0,4% en 2014, taux inférieur aux prévisions en 2013....). Il est aussi prévu par l'INSEE une consommation stagnante et surtout une baisse des investissements dans les constructions en 2014 (-7,4%); dans les entreprises (-0,6%)....
Dans ces mêmes entreprises, le taux de marge, déjà le plus faible de l'UE va encore baisser malgré la mise en place du CICE (Crédit d'Impôt pour la Compétitivité et l'Emploi), il sera de 29,4 au lieu de 29,8% en 2013.
Inutile de dire qu'avec des chiffres comme cela, le chômage va encore augmenter: il faut 1,5% de croissance pour arrêter la hausse du chômage. Cela signifie que notre économie continue de détruire des emplois !

A partir de là nous avons trois thèses:

- celle des "frondeurs" et autres membres de la gauche communisante qui considèrent que dans la crise actuelle du capitalisme, il faut relancer la demande à fonds perdus pour relancer la machine industrielle française. Peu importe le niveau de déficit budgétaire, ce qu'il faut c'est distribuer du pouvoir d'achat. Or, ce raisonnement n'a jamais été corroboré par les faits. Aucun exemple au monde d'une relance massive qui réussisse !

- celle du Front National et autres nostalgiques d'un monde passé allant de "Debout la République" à la CGT, tendance PCF: la France se retire de la zone EURO, elle ferme ses frontières aux produits étrangers, notamment à la Chine, elle rétablit des frontières économiques en taxant les produits importés, ... C'est une chimère dangereuse car elle plait à tous ceux qui sont en difficulté au sein du monde moderne. Au lieu de protéger, la politique doit préparer l'avenir ! Ceux là ne font que ressasser leurs souvenirs d'un monde soi disant meilleur en se comparant à la lutte des canuts lyonnais contre la mécanisation. En définitive, ils veulent nous faire prendre le chemin du retour en arrière.

- celle du courage qui ne prend pas les électeurs pour des idiots incapables de comprendre la situation financière où nous nous trouvons et surtout qui sont soucieux de l'avenir de leurs enfants. Il faut prendre des mesures drastiques dans tous les domaines, les expliquer avant, écouter les critiques afin de rendre ces mesures les moins injustes possibles et donner des échéances pour les mettre en oeuvre assez rapprochées afin qu'elles soient crédibles aux yeux des autres pays.

Quand on voit la mauvaise situation de P. MOSCOVICI à Strasbourg, on comprend que nous ne sommes plus écoutés ailleurs lorsque nous implorons la compréhension pour notre "situation exceptionnelle" (SAPIN dixit). d'autres que nous ont fait face à la même situation et ont su prendre les mesures qu'il fallait et aujourd'hui, ils en recueillent les fruits.
Ce n'est pas les conseils qui manquent en France, mais le courage !
Lionel DE BUSSIERE


29/09/2014
Élections sénatoriales:

Au niveau national, les élections au Sénat se caractèrisent par deux faits:

- la droite redevient plus nombreuse en sénateurs que la gauche (PS + PC + EELV). Mais la droite, c'est l'UMP et l'UDI. Ce dernier groupe de centristes a gagné plus de nouveaux sièges que l'UMP et se place ainsi au centre du jeu. L'autre groupe centriste, le Modem, étant, comme à l'assemblée, quasi inexistant du fait des contres pied de son leader Bayrou lors des dernières présidentielles. Il existe aussi des "dinosaures": les radicaux de gauche dont le leader, JM Baylet, a pris une gamelle !

- le FN fait son entrée au Sénat avec deux sénateurs d'extrème droite qui ont rassemblé au delà du nombre prévisible des conseillers municipaux élus en mars dernier. C'est un fait que le FN monte (hélas) en puissance, mais quand on a des électeurs, on a des élus !

En fait, qui s'était aperçu que le Sénat était à gauche depuis 3 ans ? Pas grand monde !

-D'une part, il était présidé par un sénateur du PS, fidèle de Hollande, mais très discret: il a, en secondes noces, épousé une jeune cubaine et il passe plus de temps dans les Caraïbes qu'en France. Il a mis 3 ans à mettre en premier sa vie privée.... Par ailleurs, il a été très effacé pour réformer cette assemblée laquelle s'est signalée encore une fois totalement opposée aux projets de loi contre le cumul des mandats et la transparence financière des élus de façon rigoureuse et contre le projet de réformes territoriales du gouvernement Valls.

- D'autre part, la gauche au Sénat était plutôt désunie: notamment les élus du PCF ont plusieurs fois votés avec ceux de la droite pour bloquer un texte proposé par le gouvernement. Les "verts" sont des alliés peu fiables et ont eux aussi été souvent à l'encontre des souhaits du PS. Bref, le Sénat était déjà une assemblée d'opposition.

Dés lors, on peut légitimement se poser la question : A quoi sert le Sénat aujourd'hui ?

Nous avons 348 sénateurs qui siègent au palais du Luxembourg à Paris et qui gagne chacun 13.340 € brut par mois + 7548€ mis à disposition pour rémunérer leur collaborateur + quelques avantages matériels (dotation en micro informatique, gratuité au réseau SNCF et RATP en 1ère classe et un forfait généreux en matière téléphonique).

Depuis 1958, le Sénat est une institution de second niveau puisque en cas de désaccord avec l'Assemblée Nationale, ce sera toujours cette dernière qui aura le dernier mot. C'est pour cela que quelle que soit la majorité à l'Assemblée Nationale, elle a toujours réussi à se passer de l'avis des sénateurs en dernier ressort.
Les sénateurs se défendent en indiquant qu'ils sont les représentants des territoires et la ruralité et que de ce fait ils sont plus près du terrain que les députés qui sont parfois élus dans un élan passionnel. C'est assez savoureux d'entendre cela de la part de gens qui pour la plupart cumulent leurs mandats avec d'autres mandats locaux afin de devenir des potentats locaux incontournables.
Leur principal titre de gloire est d'avoir tout fait en 1969 pour refuser la réforme du Sénat et des régions que le Général de Gaulle voulait mettre en place bien conscient des blocages que cette assemblée faisait à longueur de temps.Ils ont réussi et de Gaulle a quitté le pouvoir dés le 28 avril 1969. Aujourd'hui, j'entends à Europe 1, Daniel Cohn-Bendit reconnaitre que cette réformes était épatante et qu'il faudrait la réaliser de suite????

Chacun a bien compris que les sénateurs étaient aussi aujourd'hui vent debout contre la réforme des territoires que la gouvernement Valls avait lancé en mars. Certes, depuis, Valls a bien modéré son discours à ce sujet et la suppression des départements n'est plus à l'ordre du jour. Pourtant le principal défenseur des départements , le radical de gauche JM Baylet, vient de perdre son fauteuil de sénateur (excellente nouvelle au demeurant!). Mais au sein des sénateurs PS nombreux sont ceux qui sont opposés à une réforme du Sénat (comme en Périgord où M. Cazeau a ouvertement fait campagne contre la réforme).

Le Sénat a été et sera toujours contre les réformes pouvant remettre en cause leurs pouvoirs qui reposent sur le clientélisme et la distribution de subventions. C'est une structure du passé ressemblant à la Chambre des Lords en Angleterre afin de permettre à des vieux messieurs de garder leurs privilèges.

La Suède a supprimé son Sénat il y a quelques années: il ne semble pas qu'elle ait perdu en démocratie. Mais elle a déjà fait des économies: à une période de notre histoire où il faut réduire les dépenses publiques, il serait temps de songer à supprimer ceux qui ne servent pas à grand chose .. d'autant que la France a aussi un Conseil Économique, Social et Environnemental dont les 500 membres, rémunérés aussi, sont désignés ou élus par l'État et les corps constitués.
Allez M. le Premier Ministre, du courage ! Supprimez les entités inutiles !

Au minimum, une fusion des deux serait pertinent ?



Lionel DE BUSSIERE


21/09/2014
Le retour de SARKOSY:

C'est tout sauf une surprise ! A-t-il réellement quitté l'univers politique français depuis son échec de 2012 ? Non !
Par contre, aujourd'hui il ne revient pas par "devoir" comme il l'avait dit mais par intèrêt:

- il veut prendre la présidence de l'UMP: il n'encourt aucun risque, il l'aura ! Tous les sondages indiquent que pour les adhérents UMP, SARKOSY est le meilleur! L'UMP est seulement un parti politique en pleine déconfiture:

- financière à cause de SARKOSY d'ailleurs (Dépenses de campagne non remboursées + affaire Pygmalion).

- humaine: des querelles de chefs épouvantables ont cassé le parti lors d'élections internes à la présidence: SARKOSY a tout fait pour que F. FILLION ne soit pas le Président et a aidé COPPÉ à la prendre

- idéologique: quel est le programme exact de l'UMP aujourd'hui ? Nul ne peut le dire car chacun y va de ses propositions. Entre B. LEMAIRE et L. WAUQUIEZ, il y a de l'espace...

Bref, N. SARKOSY aura du boulot pour remettre de l'ordre et de l'organisation, mais il y arrivera car il a les qualités pour ça !
Par contre, il n'est pas attendu comme le Messie par tout le monde à l'UMP: JUPPÉ, FILLION,...ne vont pas lui faciliter la tâche.
Pourquoi ?

Ces derniers tiennent absolument à la primaire à droite prévue dans les statuts. Or si la primaire est ouverte aux non adhèrents de droite (càd non encartés à l'UMP), SARKOSY sera battu! Voilà pour quoi SARKOSY veut absolument le pouvoir à l'UMP et supprimer la primaire si dangereuse pour lui...Cela va entrainer des cassures à droite ! Tous les discours de SARKOSY pour rassembler son camp et au delà la droite et le Centre vont se retrouver en porte à faux !
C'est donc mal parti, mais pas injouable. SARKOSY veut seulement être candidat contre HOLLANDE en 2017 tant il est sûr de le battre (actuellement tout le monde peut battre HOLLANDE ...)et même M. LE PEN !
Mais il va falloir passer sur les corps de JUPPÉ, BAYROU et peut-être de quelqu'un de l'UDI qui aura envie de prendre de l'autonomie.

Pendant ce temps, ceux qui sont heureux de revoir SARKOSY, ce sont les fans de HOLLANDE: ils veulent rejouer le match de 2012 et pensent le gagner encore une fois en jouant sur le rejet de SARKOSY engendré par son absence d'éthique, ses propos clivants et ses échecs économiques (60% des votants de HOLLANDE en 2012 voulaient d'abord se débarrasser de SARKOSY). Comme l'a dit très bien dit CAMBADELIS: "il a un bilan, ce sera son boulet!

Ce qui est grave pour la FRANCE, c'est qu'encore une fois nous allons voir une querelle d'hommes dont chacun sait qu'ils nous ont menti et ne sont plus crédibles aujourd'hui .
Ce qui est vital c'est qu'enfin M. VALLS rentre dans le concret et fasse des réformes au lieu de faire sans arrêt des annonces électorales du type de celle consistant à suprimer la première tranche d'IRPP ou donner satisfaction à tous les conservateurs qui veulent garder les départements et leurs petits pouvoirs...
Si VALLS fait des réformes en profondeur comme celles que l'Europe attend de nous, alors, les jeux deviennent plus ouverts; BAYROU et d'autres pourraient être intéréssés ?

Mais est-ce possible ? Quelle marge de manoeuvre a M. VALLS ? Ne joue-t-il pas déjà 2022 ?
Lionel DE BUSSIERE


17/09/2014
Vote de confiance:

Le second gouvernement VALLS vient d'obtenir la confiance du Parlement avec un nombre de voix inférieur à celui de la majorité de l'Assemblée, mais les voix des abstentionnistes ne sont pas comptabilisées.
J'avoue ma perplexité quant aux comportements de certains groupes:

1) Tout d'abord le MEDEF qui laisse volontairement fuité la veille du vote des propositions réactionnaires au sens propre et se décrédibilise ainsi en tant que partenaire social. Même la CFTC a hurlé à la provocation ! Il faut dire que demander la suppression de 2 jours fériés par exemple pour augmenter la croissance de 1% est ridicule: une étude de l'INSEE datant de la suppression du lundi de Pentecôte chiffre un jour férié à 0,2%. d'autant que le problème n'est pas celui là : la France est dans la moyenne des européens pour le nombre des jours fériés annuels; mais de la durée des vacances. J'explique: officiellement les salariés ont 5 semaines. Sauf que la quasi totalité des fonctionnaires ont obtenu lors des négociations dur les 35h environ 25 jours de RTT, ce qui fait que les congés sont de 9 semaines; Ainsi quand il a été négocié cet abandon du lundi de Pentecôte afin de financer l'allocation dépendance, ces mêmes fonctionnaires ont obtenu de le garder contre 2 mn de temps de travail supplémentaire quotidien !!!
Toutes les propositions du MEDEF sont ainsi: au lieu de s'attaquer aux vrais problèmes (pénibilité de certains métiers par exemple), cette organisation ne fait que des offres impossibles à discuter. Quel jeu joue donc le MEDEF et son président, P. GATTAZ, qui affiche toujours son badge "1.000.000 de jobs" alors même qu'aucun accord entre ses fédérations et les syndicats n'a abouti au sujet des contreparties du Pacte de responsabilité. Aimer les entreprises n'est effectivement pas un gros mot, même pour un socialiste; mais aimer les "esclavagistes", Non !

2) Les frondeurs ont sensiblement augmenté lors du vote (32 députés socialistes, soit 3 fois plus que lors du premier vote). Que veulent ces frondeurs: que la règle des 3% ne soit pas une barrière rigide, que la dépense publique ne diminue pas et que les dotations publiques aux collectivités territoriales ne diminuent pas.
Ils devraient être contents: le déficit public sera en fin 2014 à 4,4% soit supérieur à celui de l'an passé, les dépense publiques continuent d'augmenter et la réforme territoriale est en partie enterrée grâce aux Radicaux de Gauche qui avaient fait un casus belli si les départements étaient purement et simplement supprimés.... Bref, ils ont eu satisfaction et logiquement ils auraient dû voter la confiance.

Mais, en fait nous ne sommes plus dans une discussion économique, mais dans une posture en vue de 2017. Pour beaucoup de membres du PS, il est hors de question que M. VALLS récolte un avantage quelconque de sa politique sociale démocrate. Ce doit être M. AUBRY qui sera la prochaine candidate du PS soit d'ici la fin du quinquennat de F. HOLLANDE si tout continue d'aller mal, soit pour la présidentielle de 2017 afin de tenter de limiter la casse au PS car il est sûr que F. HOLLANDE ne sera pas de nouveau candidat. Mais ces frondeurs ne jouent-ils pas avec le feu ?

3) Les centristes aussi m'étonnent: j'ai bien compris que BAYROU avait déjà choisi JUPPÉ comme futur candidat en 2017, sans doute en pensant être son futur Premier Ministre; BORLOO est pour l'instant en convalescence longue durée et le moins que l'on puisse dire est que l'alliance entre le MODEM et l'UDI ne marche pas au delà des discours de façade; Pourtant les propositions de VALLS correspondent en gros à celles que les centristes auraient pu faire s'ils n'avaient pas décidé récemment de mettre la barre à droite en copiant celle de l'UMP. Autant je peux comprendre qu'ils reprochent à VALLS de ne faire que des déclarations et qu'il serait temps de rentrer dans le concret autant s'opposer de façon idéologique me semble totalement inadapté à la gravité de la situation française. Ils auraient du s'abstenir afin de laisser le Premier Ministre mettre en oeuvre en quelques mois des réformes de fond que l'on connait et attend.
Là encore, c'est un jeu dangereux pour les Centristes que de refuser la main tendue pour discuter. Cela fait indirectement le jeu du Front National.
Lionel DE BUSSIERE


15/09/2014
La FRANCOPHONIE:

Fin août 2014, a été remis au Président de la République un rapport de près de 300 pages intitulé "La francophonie et la francophilie, moteurs de croissance durable." A DAKAR, les 28 et 29 novembre prochain se tiendra le 15ème Sommet de la Francophonie où sera désigné le successeur d'Abdou DIOUF, Secrétaire Général de cette organisation Internationale depuis 2002.

Qui parmi les journalistes politiques nationaux parle ou a parlé de ces éléments pourtant si importants pour notre langue et aussi un peu pour la FRANCE ? Personne ! Remarquez c'est pareil pour les hommes politiques français plus prêts à faire des commentaires sur les amours présidentielles dont chacun s'accorde à dire qu'ils n'élèvent pas le débat que de s'intérèsser à la francophonie ! Il y a quelques années, un débat avait été lancé sur l'Identité Française: un ministère avait été créé ! Mais la francophonie avait été omise du débat.

Pourtant l'OIF (Organisation Internationale de la Francophonie) regroupe 77 États et 900 millions d'habitants sur les cinq continents de notre monde. Parmi eux, 220 millions sont francophones (13% de la population mondiale) dont près de 100 millions sont des africains. Le français est la langue officielle de 32 États.
On peut affirmer que l'espace économique de la francophonie dépasse les frontières institutionnelles de la langue française; ainsi sont inclus des pays comme l'ALGÉRIE ou ISRAEL dont le français n'est pas la langue officielle. De plus il faut ajouter environ 50 millions d'élèves hors zone qui apprennent le français pour diverses raisons.

Il est prouvé que deux pays partageant la même langue échangent 65% plus que s'ils n'en avaient pas. Les analyses propectives montrent que les francophones pourraient être 770 millions en 2050. Mais aussi qu'il y a un risque que l'usage du français décline à l'avenir.
Le déclin de la francophilophonie entrainerait, selon le rapport cité plus haut, une perte de marché importante pour les entreprises françaises et surtout un effondrement du droit français au profit du droit anglo-saxon des affaires. En outre, nous imaginons sans peine la perte liée des Universités françaises et globalement de la culture francophone dans le monde.
Enfin, rien qu'en France des milliers d'emplois seraient détruits par la baisse de l'usage du français.

Le rapport cité (dit rapport ATTALI)préconise 53 propositions qu'il est impossible de citer de façon exhaustive, mais certaines sont tellement de bon sens que l'on a peine à penser qu'elles ne soient pas en place:
- structurer une offre d'apprentissages à distance dans tous les domaines universitaires
- favoriser la création de salles de cinéma dans tous les pays pauvres
- confier aux Alliances françaises dans le monde la promotion des produits français
- favoriser la mobilité des francophones
- structurer le réseau des "influenceurs" francophones dans le monde
- créer des unions juridiques et normatives francophones sur le modèle de l'OHADA en Afrique

Enfin et surtout, envisager une Union Économique francophone qui à terme sera aussi intégrée que l'Union Européenne.
J'entends déjà tous les racistes et autres partisans du repli sur soi hurler que cela permettrait la venue de milliers d'arabes ou de noirs sur notre beau pays ! On voit bien que le développement de notre langue, notre droit et de notre culture leur sont indifférents... Mais ce n'est pas une surprise ! C'est pour cela qu'il faudrait faire de cette dernière proposition un axe fort du débat politique français afin de donner du sens à notre avenir qui pourrait ainsi être double en EUROPE et au sein de la FRANCOPHONIE.

Aucun français ne peut être candidat à ce poste de SG pour des raisons institutionnelles, mais aucun candidat ne peut être élu sans son agrément. Traditionnellement, le poste est réservé à un Africain. Mais cette année, nous avons une candidate exceptionnelle provenant du Canada: Mme Michaëlle JEAN.
D'origine haïtienne, émigrée au CANADA, parlant 5 langues, ancienne Gouverneur Général de ce pays durant 5 ans, Mme JEAN semble avoir le profil idéal et toutes les compétences pour le poste. Pour l'instant deux motifs de blocage: elle n'est donc pas africaine même si elle est arrière-arrière-arrière-arrière petite fille d'esclaves et surtout la France est réservée à l'égard d'un concurrent du Nord (Canada) traditionnellement un peu concurrent de la France au niveau de la Francophonie.
J'espère bien que notre pays fera honneur à son histoire et qu'après avoir pesé les 4 autres candidats par rapport à Mme JEAN, elle appuiera sa candidature.
Lionel DE BUSSIERE


09/09/2014
La RUSSIE et l'UE:

L'Union Européenne vient de décider d'une troisième vague de sanctions économiques à l'encontre de la RUSSIE. Il est probable qu'elles feront autant d'effets sur les dirigeants russes que les deux premières, c'est à dire peu. Le premier ministre russe vient de dire que désormais son pays répliquerait durement à chaque mesure.
Pendant ce temps, les dirigeants ukrainiens se voient dans l'obligation de négocier des cessez le feu successifs au gré de la volonté des russes car l'armée ukrainienne est en très grande difficulté et proche de la déroute face aux rebelles pro russes bien armés par la RUSSIE et aidés par des milliers "de volontaires" venant de RUSSIE afin de défendre la grande RUSSIE.

Pourtant les faits parlent d'eux mêmes et démontrent clairement que la RUSSIE ne respecte pas la Charte de l'ONU et joue un double jeu terriblement dangereux car il repose sur l'assurance que les Européens n'ont pas le courage d'aller au front !
- en 2008 après avoir attaqué la GEORGIE, la RUSSIE a annexé les provinces "séparatistes" d'OSSÉTIE du SUD et l'ABKHAZIE.
- la CRIMÉE vient d'être annexée sans difficulté
- un avion de ligne malaisien a été abattu par les séparatistes pro russes avec du matériel russe
- les preuves s'accumulent de la présence de nombreux militaires russes en UKRAINE (soldats qui se perdent, association des mères de soldats, ...)

Face à cela l'UE et les USA prônent des sanctions économiques sans effets immédiats. L'OTAN (dont l'UKRAINE n'est pas membre)vient enfin de durcir le ton à Newport où les États membres se réunissaient. Le Président OBAMA a fait un discours clair que la nécéssaire défense des pays baltes en cas d'agression russe.
Car le problème est là: après ces agressions, vers où vont aller les russes: les États baltes ont des minorités russes très importantes et il sera facile pour Poutine de dire que ses troupes interviennent pour défendre les russophones. Je n'aimerais pas être moldave en ce moment: pays non membre de l'OTAN, la MOLDAVIE est sans doute le prochain objectif de Poutine.
Les USA sont prêts à aider les européens mais c'est d'abord à ces derniers de se mettre en ordre de bataille. Il n'y a guère de différence dans la façon de faire de Poutine que celle d'HITLER avec la Tchécoslovaquie à l'époque que nous avons laissé dévorer ce pays ami par les armées allemandes, puis la POLOGNE pour laquelle nous sommes officiellement entrés en guerre sans bouger de notre ligne Maginot.
Pour ceux qui doutent , lisez le livre de Thierry HESSE "Démon" qui dénoncent les massacres scientifiques des russes en TCHÉTCHÉNIE les comparant à ceux des juifs par les nazis.

L'arrêt de la vente des navires de type "Mistral" ne suffira pas à faire comprendre aux dirigeants russes qu'il ne faut plus aller plus loin. Cette force de réaction rapide doit vite se positionner pour fermer les frontières entre la RUSSIE et l'UKRAINE afin d'isoler les pro russes et leurs amis.
Si l'EUROPE ne se donne pas les moyens de se faire respecter, elle ne se fera pas ! Et cela passe par une hausse sensible des budgets militaires malgré la crise.... Faute de quoi, j'ai bien peur que POUTINE fasse la guerre pour rétablir l'Empire Russe.
Lionel DE BUSSIERE


05/09/2014
Merci beaucoup pour ce moment !

Le Président HOLLANDE n'a pas de chance: à chaque fois qu'il tente de "se refaire" au niveau politique, il y a un évènement qui le met en difficulté et qui occulte totalement sa conférence de presse ou sa dernière déclaration.
Lui avait indiqué dans sa célèbre tirade qu'il serait un homme normal qui ne mettrait pas sa vie privée en pâture à l'opinion publique en se comportant comme un vulgaire "people", il est servi !

Le livre sorti avant hier par son ex compagne est particulièrement féroce à l'égard de l'homme "François" qu'elle connait très bien et dévastateur pour "le Président" à travers l'anecdote sur les "sansdents" dont les réseaux sociaux et les partis d'extrême gauche et d'extrême droite se sont emparés avec jubilation.

Parmi sa garde rapprochée, beaucoup mettent en avant le côté "alcôves" du livre pour dire du mal de l'auteure dont il est vrai que le sens politique ne semble pas la qualité première à travers le fameux "texto" de soutien à l'opposant socialiste à la candidature de Mme ROYAL à La Rochelle en 2012, Olivier FORLONI et à la sortie de ce fameux livre. Mais si ce dernier ne contient aucun secret d'État (il manquerait plus que ça !), il est passionnant au niveau de la sociologie de l'homme politique qui a été élu président des français. C'est au moins aussi intéréssant que les Mémoires de Saint-Simon!
Je parle évidemment de Louis de ROUVROY, Duc de Saint-Simon, célèbre par ce document qui raconte par le menu, certains disent par la vision d'un trou de serrure, la vie à la Cour de Louis XIV et sous la Régence.

Après Nicolas SARKOSY qui avait largement utilisé les médias pour être élu et tenter de maintenir une certaine popularité, François HOLLANDE nous oblige à s'intérésser à ses "femmes": souvenons de la naissance du quatrième enfant du couple où on voyait Ségolène dans son lit d'hôpital à la naissance, de leurs vacances à Mougins, ...L'actuel Président ne peut pas dire qu'il est une victime ! Il connait les règles du jeu médiatique et les journalistes sont ses amis.
C'est à lui d'avoir une attitude conforme à la fonction et à notre époque (MITTERRAND et ses deux foyers, voire plus, avec l'argent de la République et le silence des médias, c'est fini !).

Durant les cinq ans où Lionel JOSPIN fût Premier Ministre, la presse, a-t-elle eu une seule affaire de sexe à sortir , NON ! Raisonnablement, si Martine AUBRY avait été élue à la présidence, pense-t-on sérieusement que des affaires d'alcôve seraient venus troubler les discussions politiques ? Non aussi !
Après CHIRAC, le cavaleur, SARKOSY l'exhibitionniste, nous avons échapper de peu à l'obsédé DSK pour élire HOLLANDE. Donc les électeurs français ont le Président qu'ils méritent !

Aussi ne faut-il pas faire la fine bouche et se boucher le nez à la lecture du livre de l'ex compagne du Président HOLLANDE. C'est un règlement de compte par une femme humiliée, trompée publiquement et répudiée.
Mais il y a des leçons politiques à tirer !

Les électeurs de F. HOLLANDE s'identifient un peu à elle et se sentent pour beaucoup trompés dans leurs choix. Mais ce ne sera pas F. HOLLANDE qui va répudier le peuple; il y a maintenant de grandes chances que ce soit l'inverse !
Lionel DE BUSSIERE


31/08/2014
Réformer l'éducation en France:

Dans le domaine économique, nous avons une balance commerciale déficitaire depuis 20 ans car nos produits sont trop chers dans le monde, dans le domaine financier, nous sommes en déficit trop important depuis 30 ans car nous n'arrivons pas à diminuer nos dépenses publiques et il faut pour compenser le "trou" comptable, augmenter fortement les impôts...
Bref, peu à peu la France s'enfonce dans les profondeurs du classement mondial et beaucoup de nos concitoyens s'en prennent aux étrangers ou à l'Allemagne accusés dans leurs domaines de nous empêcher de tenir notre place.

Pourtant il existe deux réformes vitales pour l'avenir de notre pays que les gouvernements devraient mettre en oeuvre et pourtant...

La première réforme est celle du "millefeuilles" territorial encore une fois annoncée par M. VALLS mais dont il semble que pour parvenir à garder les Radicaux de Gauche dans sa majorité, le premier ministre vient d'en enlever un pan très important: la suppression des départements ! A suivre donc!

La seconde est celle de l'Education Nationale: là comme dans le domaine économique le classement de nos performances est mauvais. Le classement dit de Shanghaï nous laisse simplement 4 établissements dans les 100 premiers.... c'est peu ! Bien sûr, les syndicats et une bonne partie des cadres du Ministère ont indiqué que la mesure et les critères de performance retenus n'étaient pas pertinents....
L'autre évaluation qui devient d'ailleurs peu à peu la référence européenne est le classement PISA. Cette évaluation se fait sur 65 pays et la France s'y classe aussi très mal. Notre pays est très en dessous de ce que l'on peut attendre au vu des sommes considérables qui y sont affectées et qui reste le premier budget du pays, juste devant le remboursement de notre dette.

Le responsable de l'OCDE en charge de l'éducation indique dans un entretien au journal "Le Monde" que "l'enseignement en France n'est pas pertinent" du fait que nous sommes en décalage complet avec le monde moderne.
Là encore nous résistons à la mondialisation en refusant de nous adapter: à une époque où l'ordinateur permet à tous les enfants scolarisés d'accèder par un simple clic à l'ensemble des données de façon dynamique (voir Wikipédia), nous continuons à transmettre des savoirs à des élèves que restent passifs au lieu de permettre à tous ces étudiants de savoir chercher, de pouvoir analyser les données recueillies et surtout de les mettre en perspective et de les structurer en faisant preuve de synthèse et d'esprit critique.
Au JAPON, il est ainsi possible de faire apprendre 40 élèves en même temps: les enseignants sont formés à la gestion d'une classe de la même façon que les cadres des sociétés internationales sont formés à la DRH et à la gestion personnalisée de ses personnels.

Certes on peut encore s'étonner comment un gouvernement (sous SARKOSY) a pu supprimer purement et simplement la formation préalable des enseignants afin de les envoyer dés le recrutement sur le terrain où il ne pouvait faire que du mauvais travail de pédagogie puisqu'ils en avaient été privés. Le gouvernement socialiste en 2012 a rétabli cette formation préalable mais de façon insuffisante. Il faut apprendre aux enseignants à gérer des élèves comme on "gère " du personnel: attention individuelle, psychologie, objectifs personnalisés, entretiens réguliers, ...
Au sein de l'établissement scolaire et universitaire, il faut mettre en place un vrai projet de formation où tous les enseignants seront partie prenante. Pour cela, il faudra arriver à donner beaucoup d'autonomie aux chefs d'établissements et qu'ils aient le choix de leurs enseignants. Ces derniers ne doivent plus être traités comme des ouvriers du temps de Charlie Chaplin (Les temps modernes). Ils doivent s'investir réellement dans le projet de formation et les objectifs doivent être ainsi partagés. Plus l'exigence sera le but, plus les élèves et les étudiants adhèreront et progresseront.
Il est aussi pertinent de changer l'organisation trop bureaucratique de ce ministère. Le dernier qui s'y était essayé (sous le gouvernement JOSPIN) s'est magnifiquement "planté" en voulant un peu brutalement dégraissé le "mammouth" comme il disait en parlant de son ministère !!
Ceci étant, nulle part dans le monde il n'existe une entreprise de plus d'un million de salariés. Il faut "casser"cette organisation en séparant le primaire (aux communautés d'Agglos ?)des collèges et lycées (aux régions?) et l'Université qui seule resterait nationale. Le mythe napoléonien de l'égalité de l'école en France est un mythe : notre pays a une école qui accroit les inégalités aujourd'hui; Il faut donc laisser les décideurs près des problèmes et non pas tout réguler de Paris !
Enfin, il faudra aussi casser un autre mythe: le baccalauréat ! Il coûte une fortune à organiser, surtout il oblige les lycées publics à fermer dés le 2 juin de chaque année soi disant pour organiser ce bac qui est attribué à 87% des postulants. Un certificat de fin d'études secondaires serait plus pertinent.
Surtout, il faudra ensuite donner aux Universités à la fois le droit de recruter ses enseignants, ses étudiants et de fixer le tarif d'inscription librement. Le rôle de l'Etat est d'aider les plus défavorisés d'entre nous: les bourses devraient être là pour ça. Pour les autres et les étrangers, le plein tarif devrait être appliqué.

Si en deux ans l'actuel gouvernement arrive à faire ça, il n'aura aucun bénéfice électoral immédiat car les résultats seront visibles dans 10 ans au moins, mais il entrera dans l'histoire. Le veut-il ? Pourtant ces réformes ne coûtent pas d'argent, au contraire !
Lionel DE BUSSIERE


29/08/2014
L'UE et l'UKRAINE:

Combien se souviennent qu'il y a un an, le peuple de Kiev se soulevait contre son dictateur-président corrompu et pro russe du seul fait qu'il voulait refuser le traité d'alliance avec l'UE et allait signer un traité d'accord économique avec la Russie ? De nombreux morts sont tombés sur les barricades et la place Maïdan....
Après avoir conquis au mépris du droit international la Crimée à l'Ukraine, les preuves arrivent démontrant la présence des forces russes en Ukraine auprès des séparatistes de Donetsk. Chacun se doutait que les séparatistes avaient reçu de l'aide, des armes, des conseillers de la Russie. Mais nul pensait que Poutine allait délibérément envoyer des parachutistes et des chars afin d'aider les pro-russes en grande difficulté face à l'offensive de l'armée ukrainienne qui veut recouvrer sa souveraineté sur l'ensemble du territoire ukrainien, désormais amputé de la Crimée.

Les buts de Poutine et de l'armée russe sont clairs: remettre l'Ukraine sous la botte de la Russie comme du temps de l'URSS si possible et au moins empêcher que l'Ukraine soit attirée dans l'orbite de l'UE. La démocratie et le développement ne peuvent pas venir de l'UE aux portes de la dictature nationaliste que dirige Poutine aujourd'hui.

Pour cela, il semble prendre des risques: au mieux rétablir la guerre froide avec les pays membres de l'OTAN, au pire déclencher une guerre avec l'Ukraine qu'il sait gagnée d'avance !Les USA sont déjà bien occupés avec le Moyen-Orient complexe: le Pt Obama vient d'avouer qu'il ne sait plus quoi faire ! En Libye, où La France et le Royaume-Unie sont allés libérer le "peuple libyen", les dirigeants de ces pays et les pays voisins ne savent plus quoi faire non plus !!! Bref, la voie est libre pour Poutine !

En effet, en face de lui les dirigeants occidentaux ne veulent pas qu'un soldat de l'OTAN meurt pour Donetsk et Kiev. Les principaux dirigeants de l'UE (Merkel, Cameron, Hollande) se sont déjà mis difficilement d'accord pour mettre en place des sanctions économiques aux effets peu évidents à long terme et nuls à court terme.
Pour prendre l'exemple que de la France, nous utilisons en Guyane la fusée russe Soyouz pour Galiléo dans le ciel (lequel Soyouz nous a d'ailleurs bien "planté"), les navires de type "Mistral" sont prêts à être acheminés en Russie. D'ailleurs les troupes russes sont déjà à St-Nazaire depuis un mois afin de s'entrainer à comprendre comment fonctionne la technologie de pointe sur ces bateaux de guerre !

Le Conseil de Sécurité de l'ONU ou le Conseil Européen peuvent bien se réunir aujourd'hui, Poutine sait qu'ils ne décideront rien d'efficace à son encontre !
C'est cela qu'il faut modifier: l'UE pour laquelle des ukrainiens sont morts au nom de l'image démocratique que nous donnons dans le monde doit prendre de vraies mesures de rétorsion contre la Russie et isoler complétement ce pays afin qu'il en paie de suite le prix.
C'est notre avenir qu'il s'agit ! Souvenons de Münich !

Lionel DE BUSSIERE


27/08/2014
Le changement ne sera pas pour maintenant !

Chacun se souvient du mot d'ordre de la campagne de F. HOLLANDE en 2012. Depuis lors, la descente à 17% des français qui apprécient encore l'action du Président démontre que les électeurs ayant voté pour lui sont déçus, voire en colère !
Comme l'explique simplement l'animateur de radio, Laurent RUQUIER, lors d'un récent entretien avec la presse où il révélait avoir voté "Hollande" et faire partie des déçus: " du temps de Sarkosy, la droite le soutenait, la gauche s'opposait et maintenant avec Hollande la droite s'oppose mais une grande partie de la gauche aussi !"

C'est exact et c'est dû à l'ambiguïté du Parti Socialiste avec la politique économique depuis 1983. La grande majorité des électeurs du PS sont restés figés dans une idéologie marxiste faisant de chef d'entreprise un exploiteur. Il suffit d'entendre les hurlements des gens de la "vraie gauche" lorsque les sociétés du CAC 40 déclarent des millions d'euros de bénéfices ou quand les dirigeants de sociétés, petites ou grandes, s'accordent des salaires mensuels à 6 chiffres. Loin de moi de penser que cela est moral, mais tous les pays du monde (sauf la Corée du Nord) vivent avec l'économie de marché et celle-ci a des règles qu'il faut respecter sous peine de couler.
Parmi les règles à respecter, la gestion des équilibres financiers du budget et de la balance commerciale du pays est fondamentale. S'il est possible de s'en dispenser durant des périodes difficiles, il faut profiter des bonnes périodes pour corriger les facilités accordées.
La France est en déficit budgétaire important depuis 1974,lequel aggrave la dette nationale année après année: on vient de franchir les 2.000 milliards d'euros de dette (heureusement que pour l'instant on emprunte à moins de 2% !), on a une dépense publique à 57,1% du PIB pour 44,7 en Allemagne, un taux de prélèvement fiscal de 47% au lieu de 40,4% en Allemagne. Et le pays ne marche pas, le chômage augmente, la croissance est absente, ....et certains veulent que l'on augmente les déficits pour éviter "l'austérité". En 2010, nous étions à 7% de déficit budgétaire, est-ce que nous allions mieux? Non !

Il faut arrêter de parler d'austérité en France quand l'emploi public croit année après année, la dette augmente, le déficit commercial s'accroit du fait de la hausse des importations, ....

La réalité, c'est que nous empruntons pour vivre le quotidien, pas pour investir et innover !
Et nous revoilà sur le problème de la compétitivité de nos entreprises: pour investir et embaucher, il faut un taux de marge suffisant ! Lorsque HOLLANDE a pris le pouvoir, le taux de marge était le plus faible d'Europe et les coûts, notamment salariaux les plus élevés. Mais pour la plupart des socialistes ces éléments sont inconnus et n'ont jamais été discutés dans les Congrès. Aussi sont-ils arrivés en 2012, comme en 1981, comme en 1997 la "fleur au fusil": les riches vont payer ! Sous entendu, tous les chefs d'entreprises vont payer et la hausse d'impôts a été ce que l'on sait!
Depuis le début de l'année 2014 et ensuite avec l'arrivée de VALLS, la politique dite de l'offre par opposition à celle, d'origine keynésienne de la demande, vise à renforcer les entreprises françaises afin qu'elles puissent dans un premier temps avoir des marges, puis embaucher et investir et à diminuer les dépenses publiques qui coûtent trop en impôt.

Cela prendra des années!!! Le temps économique n'est pas le temps politique !

La grande erreur d'HOLLANDE a été de ne pas avoir le courage de dire que cela aller être très dur pour les français, mais s'il l'avait dit, aurait-il été élu ? Au vu du score de BAYROU, on peut en douter ! Cependant, il n'est pas le seul, CHIRAC, SARKOSY ont commis la même lâcheté et durant un temps plus long.
Souvenons-nous: quand CHIRAC et SCHROEDER avaient obtenu de Bruxelles de dépasser le fameux 3% de déficit, l'Allemagne en a profité pour se réformer et nous pour distribuer de l'argent à tous ceux qui demandaient...
Aujourd'hui, l'Allemagne nous taille des croupières partout en matière commerciale dans le monde où nous perdons chaque année des parts de marché et eux en gagne ! Notons aussi, pour ceux obnibulés par le niveau de l'euro, que 60% de nos échanges s'effectuent au sein de la zone euro, donc avec un taux de change neutre !
L'Allemagne en excédent commercial peut baisser les impôts, arrive à rétablir depuis cette année l'équilibre de son budget et rembourse ses dettes, donc a plus de marge de manoeuvre pour investir et embaucher.

Elle se renforce, la France coule encore plus au fond.

La droite a tort de se gausser du gouvernement VALLS 2, il a certes une assise à gauche insuffisante, mais il va faire le sale travail que la droite n'a pas eu le courage de faire; En Allemagne, Schroeder a été battu à l'élection suivante à ses réformes et MERKEL a tiré tous les bénéfices de ces réformes.
Il serait injuste qu'il en soit ainsi en France et il faudrait que la droite la plus intelligente (JUPPÉ) s'associe au gouvernement VALLS pour que les réformes aboutissent comme cela se passe encore une fois actuellement en Allemagne. Quant au Centre (Modem), j'avoue ma perplexité de les voir refuser d'accepter de soutenir VALLS ? Dire que BAYROU avait voté HOLLANDE et l'a soutenu toute la première année!!! Aujourd'hui, le Modem est dans une position incompréhensible pour ses électeurs d'alors.
Lionel DE BUSSIERE


25/08/2014
Deuxième gouvernement VALLS:

Après les critiques fortes du ministre de l'Economie A. MONTEBOURG à l'encontre justement de la politique économique suivie par le gouvernement auquel il appartient, le Président de la République, sur proposition du Premier Ministre, M. VALLS, a accepté la démission du gouvernement et a chargé ce dernier de lui proposer en une journée un nouveau gouvernement uni sur la même ligne.

A. MONTEBOURG avait contesté de façon encore plus forte que d'habitude la politique de l'offre mise en place par M. VALLS, la "politique d'austérité " du gouvernement socialiste et avait appelé le Président de la République à s'opposer de façon frontale avec le gouvernement allemand dont il conteste la pertinence pour l'Europe (alors même que le parti social-démocrate allemand soutient Mme MERKEL et sa politique de gestion équilibrée des finances publiques). Enfin, il avait aussi indiqué au Pt de la République qu'il fallait se battre à Bruxelles pour "changer" la politique actuelle.
Ce que déclare A. MONTEBOURG est partagé par nombre de socialistes aujourd'hui après avoir fait le fond de commerce du Front de Gauche depuis 2 ans. Mais quand on est ministre d'un gouvernement, il est inconvenant de critiquer cette politique ! L'un de ses prédécesseurs socialistes, JP CHEVENEMENT, l'a bien expliqué: "Quand on est ministre, on ferme sa gueule ou on démissionne!". C'est ce qu'aurait du faire A. MONTEBOURG avant de parler !

En fait, sous couvert de différent économique, voire idéologique entre socialistes de gauche et sociaux-démocrates, le départ d'A. MONTEBOURG est une grande manoeuvre politique pour se mettre sur la ligne de départ de l'élection présidentielle de 2017:
- dés le début du quinquennat, JP MELANCHON et le Parti Communiste français ont joué sur les deux tableaux: soutien au coup par coup au Parlement (il y a des élections locales à assurer ....) et contestation de plus en plus forte des orientations économiques du gouvernement. Mais aux élections européennes, MELENCHON a pris une belle veste et c'est le Front National qui a raflé la mise !
- EELV a commencé par participer au gouvernement et a soutenu du bout des lèvres pendant près de 2 ans la politique économique du gouvernement socialiste. Mme DUFLOT, ministre du logement (dont le bilan est tragique pour le secteur du bâtiment et des TP) vient de sortir un livre réquisitoire à l'encontre du Pt HOLLANDE juste 4 mois après son départ du gouvernement. Elle a très bien compris les causes de la très forte impopularité de F. HOLLANDE et les Verts ont quitté le navire afin que C. DUFLOT se positionne en pôle position pour 2017 comme la candidate de la "vraie gauche" au vu de l'échec de MELANCHON.

- Du coup A. MONTEBOURG a compris qu'il y a une place à prendre au sein du PS où les "frondeurs" deviennent de plus en plus nombreux. Il lit les sondages qui confirme que l'actuel Président est à 17% d'opinions favorables, or le PS est encore le parti de gauche le plus important et il y a un coup à jouer: éliminer F. HOLLANDE de la course afin d'éviter que le PS français plonge en 2017 comme avant lui PAPANDREOU et ZAPATERO en Grèce et en Espagne !
Les mêmes causes faisant les mêmes effets. Il fallait donc vite quitter ce gouvernement qui s'enfonce dans le désespoir des français afin d'apparaitre comme un sauveur lucide et courageux dans deux ans !!!

Par ailleurs, il faut noter que les institutions de la Vème République, tant décriées dans le passé par le PS sont quand même bien pratiques pour F. HOLLANDE et le PS ou ce qu'il en reste:
- demain un nouveau gouvernement va voir le jour , unanime sur la politique économique , mais aura-t-il une majorité au Parlement ?
- outre la droite, vont voter contre, le Front de Gauche, EELV et un certain nombre de frondeurs. Sans compter les Radicaux de Gauche qui menacent de quitter le gouvernement si la réforme territoriale se fait....Si parmi les parlementaires 4 ou 5 deviennent ministres afin de remplacer les partants qui suivent MONTEBOURG (FILIPETTI, HAMON, TAUBIRA, ???), cela va faire juste pour le PS d'obtenir les voix au vote de confiance nécéssaire à tout nouveau gouvernement.Et je ne parle pas du Sénat!
- si le vote de confiance passe parce que les députés savent qu'en cas de refus, il faudra aller devant les électeurs et là, c'est la rouste assurée pour les députés socialistes; à l'avenir chaque vote un peu délicat (énergie, pacte de responsabilité, budget, ..) va se faire avec le fameux article obligeant les députés soit à voter soit à faire tomber le gouvernement et aller devant les électeurs!!!!

Il n'y a pas que la politique économique qui va être passionnante dans les deux ans et demi qui viennent, les grandes manoeuvres de 2017 sont lancées !

Bon courage M. le Président car vos ennemis feront tout pour vous couler et vos amis veulent vous écarter afin d'éviter une déroute électorale qui les entrainerait eux aussi au fond du trou !
Lionel DE BUSSIERE


23/08/2014
Cour Pénale Internationale:

Deux conflits actuels, en UKRAINE et à GAZA devraient être portés devant la Cour Pénale Internationale (CPI) instituée pour poursuivre devant une juridiction internationale permanente, située à La Haye, comme la Cour Internationale de Justice (CIJ), mais dont le but est de poursuivre les individus (et donc pas les États, dépendant eux de la CIJ) ayant commis des crimes de guerre, des crimes contre l'humanité , des génocides et bientôt des crimes d'agression.
La Cour Pénale Internationale découle du statut de Rome, fruit d'un accord international: 120 États l'ont signé au départ le 17 juillet 1998 et elle a pour mission de responsabiliser les dirigeants des pays du monde de façon préventive et répressive si nécéssaire afin de faire respecter partout les Droits de l'Homme.

Malheureusement, la CPI n'est compétente que sous deux conditions:
- soit un pays membre du Statut de Rome dépose une plainte pour le crime commis
- soit le dossier est transmis par le Conseil de Sécurité de l'ONU

On comprend de suite pourquoi le Président syrien malgré le nombre de ses crimes n'est pas poursuivi pour crime de guerre, ... Au Conseil de Sécurité de l'ONU, la Russie et la Chine mettent leur veto et bien évidemment la SYRIE n'est pas membre de la CPI.

Pour l'UKRAINE, dans le cadre de son conflit interne et avec la RUSSIE, il apparait qu'il faudrait que ce pays saisisse la CPI d'une part pour poursuivre son ancien dirigeant, Viktor IANOUKOVITCH, qui a fait tirer sur la foule à Kiev et d'autre part pour poursuivre les dirigeants séparatistes manipulés par la RUSSIE. Il faut que l'UKRAINE reconnaisse la compétence de la CPI de façon rétroactive en votant la ratification de ce Traité international. Même si l'instruction du dossier obligera les uns et les autres à être patient, celà permettra dans 3 ou 4 ans de connaitre la vérité dans la façon dont le Pt Poutine manipule les choses et surtout de faire condamner, poursuivre, voire arrêter n'importe où les dirigeants condamnés.

Pour ISRAEL, pays qui bien sûr n'a pas signé le Traité de Rome, tout comme les Etats-Unis d'Amérique, il faudrait en urgence que l'Autorité Palestinienne reconnaisse aussi la compétence de la CPI. La PALESTINE est un État reconnu par l'ONU depuis 2012 et dés lors ses dirigeants sont en capacité de signer, puis de faire ratifier ce fameux traité. De suite après, les dirigeants palestiniens pourront porter plainte contre les dirigeants israéliens et les chefs militaires de ce pays qui auraient commis à GAZA des crimes contre l'humanité: tortures, meutres,...De fait, le risque est aussi que les dirigeants du Hamas qui ont fait de même devraient aussi être poursuivis et condamnés pour ces faits.

Rappelons que l'ancien dirigeant de la COTE D'IVOIRE, Laurent GBABO, croupit en prison à La Haye dans ce cadre depuis plusieurs années maintenant et il attend ainsi son procès. J'ignore quel sera le jugement à son encontre, mais je suis sûr que cela a calmé beaucoup de monde en Afrique.
Il serait grand temps de ne pas laisser à l'Afrique le déshonneur d'avoir des dirigeants en attente de jugement: tous ceux que je viens de citer devraient aussi attendre à La Haye que la justice internationale tombe sur eux et qu'ils soient condamnés si les faits sont avérés.
La paix dans le monde en sortira vainqueur et surtout les Droits de l'Homme.
Lionel DE BUSSIERE


21/08/2014
Le Président HOLLANDE en visite dans l'Océan Indien:

François HOLLANDE est cette fois bien parti dans les îles de l'Océan Indien. Il commence par La Réunion, puis plus au Nord à Mayotte termine son déplacement par une journée à Moroni, capitale des Comores. Ce dernier pays, indépendant depuis 1975, peuplé de moins d'un million d'habitants est composé de quatre îles dont Mayotte que la France revendique comme un territoire français au mépris du droit international depuis des années. L'AG de l'ONU a condamné la France, mais le vote est non contraignant; au sein du Conseil la France a usé de son droit de veto pour éviter qu'une résolution la contraigne à donner l'indépendance ! .
Sous prétexte d'un vote des habitants de cette île, lesquels ont choisi de rester français après la décolonisation, notre pays n'a pas hésité à conforter ce choix, plus ou moins manipulé par Jacques CHIRAC en violation de la parole de son prédécesseur. L'ONU a condamné le principe de l'indépendance sans Mayotte. Chaque année lors de l'Assemblée Générale de l'ONU, la France promet au gouvernement comorien une aide supplémentaire s'il accepte de retirer sa plainte contre la France pour cette violation du droit international dont il est évident que sans ce tour de passe passe financier la France serait condamnée.

Depuis peu, Mayotte est devenue un département français. Pourquoi ne fait-on pas voter les Centrafricains sur ce sujet: je suis sûr qu'ils aimeraient beaucoup être français eux aussi !!!

On comprend bien que cette façon de faire est honteuse pour le pays des droits de l'homme. On aurait pu espérer qu'un Président socialiste revienne sur cette situation afin de mettre notre pays en conformité avec les règles de l'ONU. Et bien Non! F. HOLLANDE va visiter les deux sites comoriens et sans doute une nouvelle fois indiquer au président comorien qu'il bénéficiera de la manne financière de notre grand pays s'il s'abstient encore une fois de protester en septembre prochain.

Au delà du cas de Mayotte qui fait l'unanimité du monde contre la France, se pose le problème de l'indépendance de tous nos départements et territoires d'Outre-Mer. A quel titre gardons-nous encore ces colonies dans les Caraïbes, le Pacifique ou l'Océan Indien ? Tout ça c'est le fruit de notre histoire coloniale; Tous les autres pays ayant eu des colonies ont donné l'indépendance à ces territoires.
Regardons ce qui se passe dans les Antilles: les fonctionnaires français en grand nombre ainsi que tous les fonctionnaires locaux sont payés entre 50 et 100% de plus que le fonctionnaire métropolitain; sans compter les autres avantages: pas ou peu d'impôt sur le revenu, vacances supplémentaires, voyage payé entre les îles et la métropole, ...Avec ça, le niveau des prix est très élevé surtout quand on compare avec les îles voisines qui sont souvent aussi pauvres qu'en Afrique (Ex: Ste-Lucie). Ils ne peuvent donc rien exporter, trop cher, il faut les subventionner, c'est à dire les assister afin qu'ils puissent payer l'essence, le pain, ...Inutile de préciser que dans ces conditions le taux de chômage est considérable et bien plus élevé qu'en métropole. Mais les indemnités représentent plus qu'un salaire chez les voisins; alors on continue comme ça ! Certains on voulu l'indépendance (Guadeloupe), mais à force de les subventionner, les habitants préfèrent l'argent à la liberté (voir la Fontaine, la fable du chien et du loup).
Tous les partis politiques sont silencieux à ce sujet de l'extrême gauche à l'extrême droite; Pourquoi ? Pour quels intérèts secrets? le sous sol marin dit-on ?
Cela mérite-t-il que tous les partis politiques se couvrent de honte en refusant d'aborder ce problème de décolonisation ?
Je croyais que la France était le pays des droits de l'homme....
Lionel DE BUSSIERE


18/08/2014
La suppression des bourses au mérite: une erreur inexcusable!

Comme souvent, les mauvais coups se portent durant l'été, période où les décideurs savent que la majorité des électeurs et des journalistes sont loin des centres de décisions et que celles ci peuvent passer "en douce" !

Nous venons d'apprendre que la Ministre de l'Enseignement Supérieur a publié le 24 juillet dernier un décret au Journal Officiel supprimant l'attribution de bourses aux étudiants "méritants". Ces derniers sont les bacheliers ayant obtenu la mention "Très Bien" au baccalauréat de l'année passée: ils pouvaient compter sur une bourse mensuelle de 200 euros attribuée sans examen de la situation fiscale et familiale des parents. Cela représentait en 2013 une dépense de 55 millions d'euros, selon Bercy .
Chacun sait bien que l'État français cherche des économies partout et utilise malheureusement plus la technique du rabot pour faire baisser les dépenses publiques que celle consistant à faire courageusement des réformes structurelles, mais là il s'agit d'une erreur énorme dont j'espère vivement que les étudiants exprimer leur mécontentement.

Tout d'abord, il est inadmissible que cette mesure n'ait pas été auparavant débattue au Parlement car il s'agit d'un vrai débat de société. Mme FIORASO ne peut pas supprimer cette mesure mise en place depuis 2001 par un simple décret pris sans discussion ni avec les élus de la République ni avec les syndicats d'étudiants simplement en expliquant que le nombre de mentions "Très Bien" est devenu plus élevé.
Bien sûr, les syndicats étudiants sont plus attentifs aux bourses sur critères sociaux et certains vont peut-être considérer que les étudiants ayant obtenu une mention "Très Bien" au bac sont tous des enfants de la grande bourgeoisie !
C'est faux, nombre de ces étudiants sont issus des classes moyennes et même des classes dites populaires. Quelle meilleure récompense pour ces élèves que de se voir attribuer une bourse à titre individuel en récompense de leurs résultats lesquels sont le plus souvent le fruit des années de travail antérieures. C'est ça le mérite et si nous voulons que notre société perdure, il faut savoir le récompenser.

Attribuer des bourses aux enfants qui en ont besoin est une nécéssité, mais le faire aux meilleurs l'est tout autant !

Quel signe déplorable donné aux plus méritants que d'avoir supprimer ces bourses pour un motif financier si peu élevé ! Je pourrais donner des dizaines de pistes au sein des dépenses publiques pour trouver l'équivalent de cette somme, sachant que le budget de la France est d'environ 2000 milliards d'euros, mais je ne vais être démagogue !
Je voudrais juste que cette mesure soit rapportée aussitôt et que si vraiment nos élus pensent que c'est un vrai moyen d'économies qu'au moins qu'ils en débattent en toute transparence et qu'un vote ait lieu afin d'assumer leur responsabilité en supprimant la reconnaissance du mérite.
Lionel DE BUSSIERE


07/08/2014
Quelle chance avons-nous eu de naître français alors que nous n'avons aucun mérite pour cela !

Aujourd'hui l'actualité est désespérante:

- en UKRAINE, la guerre se rapproche entre les russes et les forces ukrainiennes légales. Comme d'habitude ce sont les civils qui sont obligés de s'enfuir ou s'enterrer dans des caves en attendant que les milices pro-russes et l'armée régulière ukrainienne en aient fini. Faut-il aussi rappeler que quelques semaines en arrière, les russes ont pris en force la CRIMÉE. Il y a 150 ans, ce territoire avait fait déjà l'objet d'une guerre (souvenons de Sébastopol ou de Malakoff)afin de contrer l'expansionnisme russe....
- en PALESTINE et en ISRAËL la trêve va sans doute durer quelques mois , voire deux ou trois ans! Des milliers de blessés, près de 2000 morts, GAZA quasiment détruit et NETANYAHOU fier du "travail" effectué alors que la quasi totalité de la communauté internationale trouve que cela suffit et qu'il est temps que l'ONU impose une solution dont il est clair que les extrémistes des deux bords font tout pour que cette solution n'arrive jamais. La droite israélienne se retrouve dans la même position que les "blancs" en Afrique du Sud avant le retour de MANDELA. Mais je ne vois pas son alter ego en ISRAEL ???
- en LIBYE: la guerre civile est présente: chaque tribu se bat pour obtenir le contrôle des sites pétroliers, source du pouvoir, de l'argent et des armes.Là encore les civils s'enfuient pour aller se réfugier en TUNISIE pour la plupart, pays qui est devenu presque paradisiaque à côté de ses turbulents voisins...
- en IRAK, des milliers de chrétiens et des sunnites sont obligés de s'enfuir de leur pays sous la poussée de djihadistes chiites armés et fanatiques. Certes sous S. HUSSEIN ce pays était sous le joug d'un dictateur sanguinaire (voir comment il a tué des milliers d'opposants, notamment des kurdes) mais l'intervention américaine a multiplié le nombre de morts: plusieurs centaines de milliers de tués, le plus souvent des populations civiles qui ne demandent qu'à vivre dans cette belle région!
- faut-il parler des massacres en SYRIE depuis 3 ans où un chef encore plus sanguinaire que les autres utilise des armes chimiques pour massacrer ses opposants et détruire son pays ville par ville ?
- en AFGHANISTAN, le vote du futur président n'est qu'un épisode de la lutte sanglante entre ethnies pour le pouvoir, massacres aidés par les Britanniques, les Russes, les Pakistanais, les Indiens et évidemment les américains ainsi que par l'OTAN qui a prêté ses forces...
- en CHINE: les minorités musulmanes et tibétaines sont massacrées aussi au nom de l'unité des HAN et personne ne dit rien car la CHINE c'est le "business" mondial...
- au MALI: une petite pais s'installe en attendant que les Touaregs recommencent à vouloir leur indépendance!
- en Centrafrique: la guerre civile vaguement arbitrée par l'Opération SANGARIS continue chaque jour à charrier ses morts dont le monde entier se moque !
- en GUINÉE: EBOLA tue chaque jour sans qu'un remède soit trouvé comme le paludisme tue des centaines de milliers de personnes en Afrique depuis tant d'années sans que des moyens conséquents soient mis en oeuvre pour trouver des vaccins.

Des milliers d'immigrés prennent des risques insensés pour tenter de vivre en Europe, souvent dans des conditions déplorables pour nous, mais ils trouvent enfin la paix, de quoi manger et dormir...
Les règles internationales sont insuffisantes pour mettre fin à ces massacres: notamment il faut élargir le rôle de la Cour Pénale Internationale qui devrait s'auto-saisir au lieu d'attendre soit une plainte d'un pays ou le feu vert du Conseil de Sécurité unanime.
Alors, je me demande quel mérite avons nous pour être né français aujourd'hui ? Je ne dis pas que notre pays est un paradis, mais quand même nous ne vivons pas le même monde !
Pourquoi le SERVICE CIVIL INTERNATIONAL n'est-il pas obligatoire pour tous les jeunes français de 18 à 22 ans afin qu'ils aillent ailleurs aider et comprendre la misère du monde ?
Lionel DE BUSSIERE


01/08/2014
Vladimir POUTINE et Benyamin NETANYAHOU: deux nationalistes dangereux pour la paix dans le monde:

Les récents évènements en UKRAINE et à GAZA où des centaines de morts innocents viennent de payer de leurs vies la volonté de puissance des dirigeants russes et israèliens et surtout leur esprit nationaliste afin de mettre au dessus de tout l'agrandissement géographique et géopolitique des pays qu'ils dirigent.
Quiconque connait un peu l'histoire des peuples sait que le nationalisme, c'est la guerre !!
On sait que les pays n'ont pas d'amis seulement des intèrêts, mais la défense de ces derniers est bien mal effectuée car les deux hommes sont munis d'une paire d'oeillères exceptionnelles.

La RUSSIE est en difficulté économique, son seul argument économique est d'avoir du gaz, de l'exporter partout et de faire payer le prix fort à chaque contrariété comme elle le fit avec l'UKRAINE durant les 15 dernières années jusqu'au moment où tout a dégénéré du seul fait que la majorité des ukrainiens préfèrent allers vers une Union Douanière avec l'Europe plutôt qu'avec le grand voisin russe qui les a opprimé du temps de l'URSS. Insupportable pour M. Poutine qui a annexé la CRIMÉE en quelques jours sans réaction du reste du monde et a voulu récidiver avec la région de Donesk, à la frontière avec la RUSSIE, cette fois ci la quasi totalité des pays ont refusé le jeu guerrier de M. POUTINE et chacun prend des mesures pour isoler son pays dont la population "chauffée à bloc" par une propagande nationaliste soutient à 90% la politique dangereuse de son dirigeant. Ce dernier, dont il faut rappeler qu'il est un dictateur n'hésitant pas à être aussi sanglant que les nazis dans la répression comme en TCHECHENIE, peut ainsi se vanter de défendre l'histoire de la Grande RUSSIE et de s'en prendre au "méchants américains" et de se moquer des 28 pays européens formant l'UE qui ont bien du mal à mettre en place une parade crédible à cette politique belliqueuse. On frémit en pensant que 100 ans exactement en arrière, le comportement de POUTINE aurait pu nous conduire à la guerre mondiale....

Pour ISRAËL, tous ceux qui connaissent le terrain et les jeux politiques locaux savent que le seul moyen de fédérer les pays arabes qui sont très divisés comme chacun sait est de s'en prendre aux palestiniens. De plus, ISRAËL peut réoccuper GAZA ou expédier tous les habitants de ce petit territoire ailleurs, ça ne réglera pas le problème palestinien. Les deux pays doivent vivre cote à cote et ça ne sera possible que si un accord international respectant les droits des deux parties est signé. Depuis son élection, NETAYAHOU n'a de cesse de mettre en oeuvre "le Grand ISRAËL" en prenant encore des territoires à la PALESTINE: il a autorisé sans cesse la création de colonies en CISJORDANIE qui non seulement empêche la continuité du territoire, mais isole peu à peu les enclaves cisjordaniennes incapables ainsi de former un ensemble cohérent et ceci au mépris du droit international. Il faut le dire et le faire savoir: ISRAËL est le seul pays qui viole le droit international sans état d'âme comme le faisait l'Afrique du Sud du temps de l'apartheid. D'ailleurs, ce mot pourrait parfaitement s'appliquer désormais à l'état des lieux comme la ville d'HEBRON en témoigne tous les jours.
Mais le grand soutien des Israèliens, à savoir les USA, viennent de modifier leur position en condamnant la politique d'augmentation forcenée de colonisation. Qui plus est, un accord entre les grandes puissances nucléaires et l'IRAN est en voie de réalisation. NETAYAHOU a indiqué que le plus grand danger qui menace son pays était l'IRAN. Malheureusement pour lui, le chef de ses services secrets a indiqué qu'il n'en était rien et que ce qui menaçait ISRAËL est l'absence de paix avec les pays voisins, tous arabes ! Les américains partagent ce point de vue ! Comme ils soutenaient le nouveau gouvernement palestinien où FATAH et HAMAS pour la première fois depuis longtemps étaient réunis et prêts à reconnaitre l'existence d'ISRAËL pour faire la paix. Mais en revendiquant le respect de leur territoire souverain et des droits afférents comme un État normal...
Dés lors, ce dirigeant nationaliste a attendu le premier motif pour refaire une guerre contre l'ennemi et celui-ci est tombé dans le panneau! Il faut bien dire que le HAMAS a eu une attitude totalement inconséquente en refusant se s'excuser pour le meurtre des 3 adolescents enlevés. Mais la guerre à GAZA a permis de souder les israéliens et d'avoir de nombreux soutiens extérieurs, dont celui de F. HOLLANDE qui a officiellement donné un chèque en blanc à l'armée israélienne pour détruire le HAMAS. Le prix de ce nationalisme et de la poursuite du Grand Israël est élevé: prés de 1500 morts du côté palestiniens dont de nombreux enfants et une soixantaine de soldats d'ISRAËL.
Tout ça pour quoi? Il leur faudra à nouveau discuter et vivre à côté, mais la haine est présente et forte chez tous les arabes qui rêvent de revanche. Alors que l'attitude d'OBAMA permettait d'avancer vers la paix, on a compris que le dirigeant israèlien n'a pas hésité à déclencher une guerre pour empêcher un accord qui réduirait le territoire de son pays.

Comme POUTINE, NETAYAHOU est un dirigeant nationaliste dangereux pour les autres pays qui doivent s'unir pour les mettre au ban des nations.
Voilà où nous mènent la Grande Russie et le Grand Israël: un grand risque de guerre mondial !
Lionel DE BUSSIERE


29/07/2014
Quelle politique économique pour la France ?

Le site Médiapart consacre un long article sur l'échec total de la politique économique des gouvernements socialistes depuis l'élection de F. HOLLANDE. Après avoir critiqué le manque de préparation à gouverner et l'absence de culture économique notamment dans le domaine des entreprises, les commentateurs critiquent la nouvelle politique , dite de l'offre, mise en place par le Président depuis le début de 2014.
Il est vrai que les résultats sont absents et selon certains journalistes, le Président commencerait même à être pessimiste et ne plus avoir d'espoir pour que la croissance revienne à un niveau permettant d'espérer une baisse significative du chômage d'ici 2017, faute de quoi, F. HOLLANDE a indiqué qu'il ne serait pas légitime pour se présenter une seconde fois à l'élection présidentielle.
Une des clefs du problème est de trouver la bonne martingale pour diminuer les dépenses de la Nation afin de réduire son endettement et tenter de repasser sous la barre des 3% prévus par les Traités européens tout en permettant une certaine relance de la consommation afin de ne pas couler la croissance déjà bien faiblarde....
Faute d'avoir vraiment choisi une politique économique, notre Président, comme d'habitude, tente de faire la synthèse des deux politiques:

- une réduction de 50 milliards d'euros de charges dont 15 milliards de diminution de dépenses de l'État non encore clairement identifiés. Au sein de ce que la "gauche du PS" et le Front de gauche nomment des cadeaux aux entreprises, il y a pour 30 milliards environ la fameuse aide à la compétitivité aux entreprises mise en place début 2013: le CICE (Crédit d'Impôt compétitivité - emploi)! pourquoi dans ce cas "la poste" non seulement touche près de 200 millions à ce titre (en quoi est-t-elle soumise à la compétition internationale sur notre territoire ?)mais c'est grâce à cette aide que la société "La poste" est bénéficiaire en 2013!
Il s'agit en fait d'une erreur de conception du gouvernement: il a donné à tout le monde des entreprises alors qu'il aurait fallu attribuer cette aide qu'aux entreprises qui exportent et sont de ce seul fait soumis à une pression internationale. Toutes les entreprises ont pris l'argent afin de reconstituer leur marge et quasiment aucun emploi n'a été créé avec ces subventions....

- incapacité à décider quels services de l'État il faudra supprimer dans le cadre d'une véritable décentralisation; Pourquoi garder à Paris des fonctionnaires qui continuent de gérer le tourisme , voire la culture alors que ces missions vont être attribuées aux régions. La vraie réforme n'est pas la nouvelle carte, mais la réalité des pouvoirs qui vont être attribués à ces nouvelles régions et notamment va-t-on enfin leur donner un pouvoir fiscal ?
Ce sont les collectivités locales qui investissent le plus aujourd'hui dans les infrastructures du pays (ports, aéroports, routes, voies ferrées et navigables, ...)Il faut les laisser faire car l'avenir est de favoriser les regroupements de communes et les régions qui sont les collectivités locales les plus à mêmes de gérer au mieux les besoins des populations. C'est à l'État et à la Sécurité Sociale de faire des choix, certes drastiques, mais nécéssaires à la survie économique de notre pays. Malgré le dernier rapport de la Cour des Comptes qui trouve que les économies dans la gouvernance locale sont trop lentes, c'est par le transfert de pouvoirs que se feront ces économies, pas par la diminution systématique des crédits.

Il est encore temps de faire des choix et pas seulement des compromis, là encore c'est un problème de courage!
Lionel DE BUSSIERE


28/07/2014
drapeau en berne ?
Depuis ce matin et pour 3 jours, notre Président a décidé de mettre tous les drapeaux français en berne sur les bâtiments officiels de la République pour célébrer la disparition de 5' français au Mali dans un accident d'avion.
Attention, ce n'est pas 3 jours de deuil officiel que seul le Conseil de Ministres peut décider, Non c'est une mesure nouvelle, copiée sur la décision récente des Pays-bas lorsqu'ils ont perdu plus d'une centaine de ressortissants en UKRAINE dans un autre accident d'avion (abattu par les pro-russes). Pour l'avion d'Air Algérie, les causes de l'accident sont encore ignorées, mais il semble que la météo en soit la cause.
C'est donc la première fois que ce type de mesure est décidé en France et par une décision unilatérale du Président HOLLANDE. Un journaliste de Sud-Ouest a indiqué que nous avions ainsi un Président "compassionnel".

Donc, 54 morts en avion, c'est 3 jours de drapeaux en berne; l'an passé pour l'accident ferroviaire de Brétigny ayant entrainé 7 morts et 30 blessés graves? Pas de drapeaux en berne pour une journée ? La route tue en France ces dernières années environ 3400 personnes, pourquoi pas un jour avec drapeau en berne pour eux ?

Le Président va devoir désormais établir un barème: tant de morts, tant de jours de deuil !

C'est bien de vouloir faire du neuf à tout prix pour démontrer aux français que "LE " président pense à eux ! D'ailleurs, il a annulé son voyage à La Réunion pour présider toutes les réunions consécutives à l'accident d'Air Algérie an Mali. Surtout pour ne pas laisser son Premier Ministre effectuer ces réunions et bénéficier ainsi de toute la "gloire" de la gestion et des nombreux passages dans les médias au même moment où les nouveaux chiffres du chômage sortent pour le mois de juin et démontrent encore une fois une hausse continue des chiffres des sans emplois en France.
Car c'est cela la réalité: la compassion de F. HOLLANDE n'est qu'une étape dans le plan de reconquête de l'opinion publique de notre Président ! Il a fait le Tour de France, avant il s'est montré avec les "bleus" et aujourd'hui celui que ses collaborateurs décrivent comme "glacial" et "sans coeur" devient le Président des enterrements.

Sous la IVème République, nous avions le Président qui "inaugurait les chrysanthèmes", aujourd'hui, il préside les cérémonies de deuil national au lieu de nous dire comment la crise financière, commerciale et économique du pays va se régler...
On peut comprendre que "la com" soit importante pour une bonne présentation des choses, mais quand il n'y a que de "la com" et plus de fonds, il faut dénoncer cette façon de faire qui prends les français pour des idiots.
Lionel DE BUSSIERE


20/07/2014
Politique étrangère de la France: un échec ?

Un des rôles principaux d'un président français est non seulement de représenter notre pays mais aussi de définir la ligne en politique étrangère; sachant qu'un pays n'a pas d'amis, mais n'a que des intérêts.
Après plus de deux années "aux manettes", on peut commencer à établir un bilan, et c'est pas brillant:

- en Afrique, il semblait aisé de succéder à N. SARKOSY dont le fameux discours de Dakar avait "plombé" sa présidence et dont l'activisme des ses représentants parallèles ressemblait fort à la Francafrique dont il avait indiqué qu'il la supprimerait. Pourtant le Pt HOLLANDE débute par un grave impair en humiliant le Pt de la République Démocratique du Congo, lors d'un sommet de la francophonie à Kinshasa, en le faisant attendre, avec son épouse, deux longues heures lors de la réception officielle. Le motif avancé pour cette offense serait de lui faire comprendre qu'il n'est pas un démocrate. Tous les Chefs d'État africains ont pris ça pour eux d'autant que depuis, chacun a pu voir que F. HOLLANDE n'avait pas le même comportement avec les grands démocrates que sont les chefs d'État de Russie et de Chine ou même au Kazackstan....
Dans le côté positif, il a aussitôt gâché son action par des erreurs qui ont bloqué les avantages de sa décision:

En Algérie, il a tenté d'établir une relation normalisée avec les dirigeants algériens dont beaucoup sont très francophiles. Hélas, son mauvais jeu de mot lors d'une réunion avec le CRIF sur la sécurité en Algérie n'a pas du tout mis les rieurs de son côté, bien au contraire.
Au Mali, où les français ont été accueillis comme des sauveurs, le parti pris d'aider les Touaregs locaux au détriment de la politique intérieure malienne et surtout l'abstention de l'armée française à Kidal, lors d'une attaque de ces Touaregs qui ont mis une "raclée" à l'armée malienne ont, non seulement retourné l'opinion locale contre nous, mais a fait ressortir toute la haine du colonialisme et ses mauvais souvenirs.
Enfin en RCA, l'armée est arrivée trop tard parce que le gouvernement français n'avait pas mis la RCA dans ses priorités et surtout de façon trop faible: que l'on songe au KOSOVO (10.000 km2) l'ONU avait mis 55000 militaires et 2500 personnels civils. En RCA (625000 km2) aucun personnel civil, des troupes africaines mal armées, environ 8000 hommes en tout. Nous sommes en grande difficulté sur place et notre crédibilité en Afrique en prend un bon coup.
Après, le Président peut toujours aller signer des accords de défense au Niger, au Tchad ou ailleurs, la portée de son discours sera limitée. Si le Nigèria nous a aidé lors de l'enlèvement de nos compatriotes au Cameroun, il n'y a pas de relation étroite avec les dirigeants de ce pays pas plus qu'avec ceux d'Afrique du Sud ou d'Egypte. Pour ce dernier pays, d'ailleurs, quelle est la position de la France ? On soutient le nouveau Maréchal SISSI ou on dénonce son coup d'État ???

Surtout, quelle est la ligne officielle: la démocratie (Ah! le discours de La Baule de F. MITTERRAND !!!) ou les affaires ?

- En Chine, notre relation est essentiellement commerciale. Mme MERKEL vient de faire son septième voyage en Chine pendant que notre Président a passé 36 heures sur place....Comment créer une relation personnelle en si peu de temps ? D'autant que la Chine a un comportement un peu belliciste avec ses voisins et qu'il faut être présent pour comprendre. Nous pourrions faire la même remarque pour l'INDE, le PAKISTAN, l'INDONÈSIE, les PHILIPPINES, chacun de ces pays ayant plusieurs centaines de millions d'habitants et où nous sommes trop souvent simple spectateur indifférent. Et nous ne parlons pas du VIET-NAM où la FRANCE a une bonne carte à jouer !

- Au Moyen-Orient: notre place au Conseil de sécurité de l'ONU et notre histoire sur place (mandats en Syrie, au Liban du temps de la SDN) font de la France un acteur très important. Or, si nous sommes présents, la ligne de notre politique est incompréhensible: "va-t-en guerre" en Syrie, plus dur que les USA à l'encontre de l'Iran qui se nucléarise, ...et puis plus rien ! Aujourd'hui, heureusement que nous ne sommes pas allés en SYRIE pour aider ces djihadistes qui viennent de massacrer des milliers de personnes, qui donnent le choix aux chrétiens d'Orient de se convertir, mourir ou partir après six siècles de présence...Quelle est notre position en IRAK ? partition ? qui soutient-on ?
Quant on conflit israélo-palestinien, la première déclaration du Pt HOLLANDE donnant un chèque en blanc au gouvernement de droite d'Israel est totalement à l'encontre de toute la politique arabe de la France depuis de GAULLE. Non seulement, nous ne faisons rien pour aider à la résolution du conflit mais en plus on prend ouvertement partie pour la guerre et contre le droit en ne soutenant pas fermement le leader de la Palestine en Cisjordanie qui est tout sauf un extrémiste.

- Avec les USA, le Pt HOLLANDE là aussi a décidé de prendre un profil de soumission: il suffit de voir l'absence de condamnation de sa part quant à la pénalité à l'encontre de la BNP et surtout dans le cadre de l'affaire SNOWDEN. Tous les moyens de communication moderne sont espionnés par les américains et bien loin de condamner cela et surtout d'impulser en Europe une politique indépendante dans ce domaine, il laisse faire ??? Nous sommes très inquiets du résultat du traité transatlantique en cours de discussion...

- Avec la Russie, la faiblesse de notre réaction dans le cadre de la crise ukrainienne est calamiteuse ! Nous allons vendre deux frégates armées aux russes et nous sommes en train de former leurs marins pendant que le Pt POUTINE joue double jeu et fournit des missiles aux séparatistes pro russes en Ukraine. Même le Pt OBAMA a indiqué que le règlement du problème ukrainien était d'abord un problème européen. Or l'Europe et ses dirigeants sont en train de se partager les postes et il apparait que la FRANCE n'aura pas grand chose, alors prendre une décision ferme à l'encontre de Poutine ....

- En Europe, c'est là le plus grand échec de la politique française: au sein de l'UE, la voix de la France s'éteint peu à peu que ce soit au Parlement ou au sein de la Commission. Au sein de la zone EURO, c'est la BCE et l'Allemagne qui décident et en dehors de cette zone, ce sont les britanniques qui se font le mieux entendre afin d'avoir le maximum d'avantages pour leur pays (voir la City par exemple!). Même au sein des "pays dit du Sud", c'est dorénavant l'ITALIE qui mène le jeu: son jeune dirigeant a commencé des réformes de structures qui permettent à nos partenaires de rétablir la confiance alors que la FRANCE reste bloquée avec son déficit commercial qui s'aggrave, son déficit financier qui augmente, son déficit budgétaire qui ne revient pas au niveau des 3% promis de nombreuses fois, ... bref la France est devenue l'homme malade de l'Europe et sa voix ne porte plus !

Quelle déception de voir son pays ainsi se positionner dans les pays de moyenne importance ! Seule notre armée nous permet encore de jouer presque dans la Cour des grands, mais attention au syndrome "Guy MOLLET", ce socialiste de la SFIO qui nous a entrainé dans la honteuse intervention de Suez et qui a été incapable de prendre la mesure de la révolte algérienne pour l'indépendance. Pourvu que F. HOLLANDE ne devienne pas comme lui !
Lionel DE BUSSIERE


19/07/2014
Réforme des régions:

Depuis le 27 avril 1969 c'était devenu un tabou! Personne n'osait reprendre une réforme dont les électeurs avait dit "NON" à de GAULLE. De mon point de vue, à tort: la réforme était déjà nécéssaire mais les électeurs ont juste voulu dire au Général que le temps de la retraite avait sonné....
Quelques référendums locaux (Alsace, Antilles, Corse) avaient de même lamentablement échoué du fait de manoeuvres politiciennes des uns et des autres. L'ex président SARKOSY avait fait voté une mini réforme instituant le conseiller territorial, devant à terme avoir les compétences du conseiller régional et départemental. La gauche s'était élevée avec force contre cette réforme du seul fait qu'elle soit mise en place par la droite.
Il faut savoir que la gauche est majoritaire partout et de loin:dans les régions, dans les départements, au Sénat, à l'Assemblée Nationale et jusqu'en mars dernier dans les municipalités et les Agglomérations. Le PS étant essentiellement un parti d'élus, ceux-ci sont attentifs à garder leur "job".
La déroute des municipales, puis des européennes et celle très probable des sénatoriales a obligé le Président HOLLANDE à proposer une réforme des territoires et des compétences de ceux ci.
Pour obtenir ces réformes deux voies:
- un référendum (mais on sait d'expérience que les citoyens répondent à une question non posée, à savoir voulez vous montrer au Président que vous en avez marre de lui !)
- un vote du Congrès (Assemblée + Sénat) réuni à cet effet à Versailles mais il faut les 3/5 des voix. C'est possible mais compliqué car il faut être sûr de recueillir des voix extérieures à votre parti. L'ex Président SARKOSY a réussi ce coup lors de la dernière législature avant que la gauche prenne la majorité au Sénat, mais d'une seule voix de majorité !!!
Le Président HOLLANDE a décidé de débuter par une réforme géographique des régions: passer de 22 régions à 12, 13 ou 14 ! Nous allons voir. C'est déjà très compliqué car des leaders régionaux aussi importants que Martine AUBRY sont contre la dernière mouture en indiquant que pour réformer il faut une vision et une méthode.... bref une bonne ambiance entre socialistes !Heureusement pour le gouvernement, des membres de l'UMP ont indiqué qu'ils ne s'opposeraient pas au vote de cette carte. Car s'il ne fait pas le plein des voix socialistes, pas la peine de réunir le Congrés d'autant que les Radicaux de Gauche (encore présents au Sénat)sont furieux contre HOLLANDE: ils ne veulent pas entendre parler de réformes des territoires, c'est leur survie !Le PC et les Verts sont peu enthousiastes et cherchent surtout à marchander leur voix....
Il est vrai que la carte proposée initialement est sortie des tiroirs du PS après des discussions n'ayant que peu à voir avec les territoires: les égos des barons et grands ducs socialistes étaient le seul sujet d'attention du Président. L'exemple type est la future région Aquitaine: le Président de cette région, M. ROUSSET, ne veut pas de concurrent: aussi est-il d'accord pour absorber la région limousine (Qui connait le président de cette région en train de mourir lentement depuis 40 ans ?), il a accepté aussi la région "Poitou-Charentes" après s'être assuré que Mme ROYAL ne désirait pas revenir dans ses terres après son séjour ministériel. Donc, nous avons une gigantesque région qui flatte l'égo de M. ROUSSET mais qui n'a pas de points communs ni d'histoire ni de culture ensemble. Les populations du Sud de l'actuelle Aquitaine veulent partir avec le Midi-Pyrénnées dont ils sont plus proches géographiquement et surtout culturellement( les montagnes, le rugby, l'art de vivre, ..)

Surtout, on occulte ainsi l'essentiel: faire de grandes régions pour faire quoi , avec quels pouvoirs ? Si la taille suffisait à faire une grande région cela se saurait. Dans les autres pays européens, les régions marchent parce qu'elles ont de vrais pouvoirs indépendants par rapport à la capitale du pays. Et là, le Président HOLLANDE est plus discret:

- exemple 1: le tourisme: en France tout le monde est compétent; la commune, le département, la région et l'État. Depuis le dernier gouvernement, au niveau national, le tourisme a été donné au Ministère des Affaires Étrangères (MAE). Attribuer la totalité des pouvoirs aux régions semblent une bonne idée ! Mais il faut supprimer une direction parisienne et surtout il faut couper les crédits permettant aux maires et conseillers départementaux de se promener un peu partout dans leurs territoires pour faire croire qu'ils agissent...Ce sera dur !

- exemple 2: l'emploi: de même en France, tout le monde a sa petite compétence pour le succès que l'on connait: 12% de chômeurs dont 25% de moins de 25 ans alors qu'en Allemagne on est à 5%. À Périgueux par exemple, outre la direction "Pôle Emploi" nationale, la région et le département ont aussi des actions pour l'emploi. La ville a financé une Maison de l'Emploi en plus avec des crédits des uns et des autres, notamment ceux de l'Etat; lequel étant fauché a fait savoir qu'il ne pourrait plus continuer de financer les initiatives locales...
Toutes les études montrent que c'est au niveau régional que l'aide à l'emploi, notamment à travers une politique de formation professionnelle, est le plus efficace. Donc on donne à la région, tous les crédits dans le domaine de l'emploi et on supprime les structures parisiennes et locales autre que régionale ??? Là encore, tous les élus locaux vont s'y opposer. Pourquoi ? Et la politique du "plaçou", c'est à dire trouver un petit boulot à l'ami du frère de votre copine d'enfance dans votre village... Pour ces élus, la politique ne sert pas à rendre le pays plus efficace mais à se rendre indispensable....
Alors, que va devenir la réforme des régions à la sauce hollandaise? Je crains qu'elle n'aille pas très loin au delà de l'apparence.
Lionel DE BUSSIERE


09/07/2014
Òu est passé l'esprit gaullien ?

Je reviens sur la pénalité infligée par l'État de New-York (USA) à la BNP-Paribas (France) pour avoir , selon les américains , violé l'embargo de ce pays contre CUBA, l'IRAN et le SOUDAN.
Outre la pénalité de 8 milliards d'euros, la banque est mise sous surveillance spéciale par le FBI et devra livrer à ce service américain durant 5 ans, toutes les informations demandées.
Non seulement, ils écoutent tout le monde, même leurs amis mais en plus ils exigent les informations de la banque concernant toutes les transactions économiques effectuées entre des pays étrangers, pour des biens ou service n'ayant aucun rapport avec les USA, seulement parce que les transactions sont faites en dollars.

Si le Général de Gaulle était encore au pouvoir, nous aurions pu entendre une réponse tant à l'affaire SNOWDEN que pour celle de l'amende de la BNP qui aurait valu son pesant de cacaouètes.

Mais là rien! Le Pt HOLLANDE a continué à regarder les matches de foot de la Coupe du Monde et son petit train train pour tenter de regagner quelques points dans les sondages. Je suppose que la semaine prochaine, il fera un tour à vélo ? Remarquez, l'opposition est tellement prise par sa déroute financière qu'elle n'a plus le temps de faire attention à l'actualité même française, alors internationale ...Quant à l'ex-Président SARKOSY, il n'a pas même été écouté par les américains et il ne peut pas jouer encore les victimes...
Ah oui, les Belges , qui sont actionnaires de la Banque française, se demandent s'ils ne devraient pas vendre leurs actions. L'un de leurs responsables a même dit que contester l'impérialisme financier américain dans ce cas, c'est favoriser le contournement des embargos... Faut-il lui rappeler que pour les européens, il n'y a pas d'infraction: si le paiement avait été effectué en EUROS, il ne serait rien arrivé à la BNP.

Òu est l'Europe sur ce coup là ? Qui va dire aux américains que cela suffit et qu'il faut désormais commercer en euros.
Il faut que la France et l'Europe riposte: la question des écoutes est un vrai scandale mondial, la façon dont les américains utilisent internet, google et tous leurs moyens de liaisons électroniques pour espionner le monde entier sans jamais respecter la liberté de chacun devrait être l'axe de la riposte. Interdisons de suite à ces sociétés l'accès à toutes les sources d'informations officielles en France et en Europe, renvoyons chez eux tous les diplomates et autres directeurs de ces sociétés d'espionnage au service de leur pays. Il parait que Mme MERKEL est offusquée de la façon de faire d'OBAMA qui ne s'est toujours pas excusé !Mais les autres dirigeants ? et le Pt HOLLANDE ?
Heureusement que nous sommes alliés car si nous étions ennemis que nous ferait-il de plus nos "amis" américains ?

Les américains font de la politique et en l'occurrence de la géopolitique: ils nous signifient qu'ils n'ont rien à faire de l'Europe; désormais seul l'Orient les intérésse. Et dire que certains en France veulent quitter l'UE et revenir au franc...Ils n'ont rien compris au monde de demain.
Malheureusement, les hommes politiques qui nous dirigent depuis 10 ans, non plus ! ils n'ont pas de vision et pas de courage ! J'attends que quelqu'un en Europe se lève et donne une direction pour que notre voix démocratique et respectueuse des libertés soit à nouveau entendue.
En attendant, il faut refuser de continuer les discussions sur le Traité de Libre échange entre nos deux pays!
Lionel DE BUSSIERE


27/06/2014
Quelle EUROPE pour demain ?

Les dirigeants européens se réunissent aujourd'hui afin de décider quel sera le remplaçant de Manuel BARROSO à la tête de la Commission ? Sans doute le luxembourgeois Jean-Claude JUNCKER et c'est une excellente chose:

- JC JUNCKER est le représentant du parti (le PPE)qui a obtenu le plus grand nombre de sièges et de voix pour les élections européennes. Même si ce n'est pas inscrit dans le marbre d'un traité, il avait été convenu que le vainqueur serait le prochain président. Son adversaire, l'allemand Martin SCHULZ, avait de suite soutenu son ex adversaire après avoir reconnu sa défaite car ce qui importait, c'est du vote populaire que devait sortir le nom du Président et non des arrangements d'arrière cour entre grandes puissances comme auparavant. C'est comme cela que nous avons eu pendant trop de temps Manuel BARROSO qui avait été pris par défaut pour éviter quelqu'un ayant des idées et du caractère. Les anglais, avec Tony BLAIR, avaient notamment tout fait pour empêcher le belge Guy VERHOFSTADT d'être nommé!
L'actuel premier Ministre anglais se croyant toujours le fils de Mme TATCHER (I want my money back !)ne voulait pas suivre cette règle tacite et était prêt à s'opposer au Parlement Européen nouvellement élu qui lui, avait bien comme intention de faire respecter la démocratie. La plupart des autres pays européens ne voulaient pas d'un combat avec le Parlement sur une règle de démocratie.

- Pour éliminer le leader du parti ayant gagné les élections européennes, lequel se trouve être du même bord que lui, M. CAMERON indique qu'il est trop fédéraliste et un homme du passé. Il est bien temps d'avoir à nouveau un fédéraliste à la tête de la Commission. Depuis DELORS nous n'en avons plus eu !!! Les britanniques veulent quitter l'Europe si JUNCKER est désigné, et bien qu'ils la quittent ! N'oublions pas qu'ils sont en dehors de la zone EURO par choix, en dehors de SCHENGEN par choix aussi, en dehors de "l'Europe sociale" de même, en dehors du Pacte budgétaire pour sauver sa CITY, ... et nous ne comptons plus les éventuelles avancèes refusées par ces anglais qui se trouvent mieux seuls ! Comme le disait récemment l'ancien Premier Ministre français, Michel ROCARD, qu'ils s'en aillent! l'Europe pourra enfin progresser !

- Car c'est là le vrai problème à régler: face aux votes anti européens de mars, il faut faire des choix: une Europe Fiscale au sein de la zone EURO (les anglais n'en veulent pas ), une Europe plus sociale avec un salaire minimum européen (les anglais n'en veulent pas), une Europe de la Défense pour faire face aux défis en UKRAINE ou en RCA (les anglais n'en veulent pas, l'OTAN suffit pour eux!), ... Partout pour progresser, il faut respecter la règle de l'unanimité ou faire des Europes à taille variable où chacun s'y perd.
Le vrai programme de demain n'est pas de resservir le plan de croissance à la sauce hollandaise qui dissimule l'absence de réformes en France et le non respect des 3% de déficit dont notre pays s'est engagé à plusieurs reprises à respecter le chiffre en 2011, 2013 puis 2015, ...

Non, le vrai programme c'est de faire plus d'Europe ensemble pour en faire un acteur mondial fort et respecté dans le domaine de l'énergie comme dans le domaine de sa monnaie.
Une Europe qui ne sera pas simplement la banquier de l'accord de paix au Moyen-Orient sans avoir le droit de donner un avis, une Europe qui donnera l'exemple dans ses rapports avec les pays en développement, une Europe qui passera des accords avec les autres pays de la Méditerranée pour régler les problèmes de migration, ....bref, une Europe qui sera à nouveau un phare dans le monde !
Lionel DE BUSSIERE


22/06/2014
La bataille du rail:

Selon les apparences ce serait les cheminots, surtout les deux syndicats SUD et CGT, qui auraient perdu la bataille de l'opinion quant à la loi sur la réforme du système ferroviaire en France présenté par l'actuel gouvernement. Une analyse plus profonde montre qu'en fait ce serait bien le gouvernement qui a perdu la guerre du rail en Europe !
Tout d'abord, ces 10 jours de grève ont fait perdre à la SNCF 180.000.000 d'euros, ce qui pour une compagnie déjà déficitaire, n'est pas rien !

Quel était l'enjeu de la loi ferroviaire ?

En 2019, le TGV devra être libéralisé et en 2022 ce sera le tour des TER. Le frêt ferroviaire est déjà libéralisé et la SNCF est quasiment absente au sein de l'UE de ce secteur et en France, le trafic "camions" lui taille des croupières. On peut déjà dire que la bataille du frêt est perdue , encore une fois au profit de l'Allemagne qui a su se mettre en position de force avant la libéralisation de ce secteur: le trafic a chuté de plus de moitié à la SNCF.

La concurrence est inéluctable au sein de l'UE, cela ne veut pas dire la fin du service public contrairement à ce que les extrémistes syndicaux voudraient faire croire: en 2012,même l'actuel Secrétaire de la CGT, M. LEPAON, proposait d'ouvrir à la concurrence les lignes RER dés 2015.
Que propose le gouvernement: la création d'une holding de 10.000 personnes gérant deux sociétés-filiales soit SNCF mobilité avec 200.000 salariés et SNCF Réseau avec 50.000 cheminots.C'est censé permettre de faire face aux défis de la concurrence au sein de l'UE.

Pour ne pas perdre les nouvelles batailles, il aurait fallu régler plusieurs problèmes:

1) Une dette colossale: dés la création de Réseau Ferré de France (RFF),20 milliards d'euros avaient été mis dans le passif du bilan ! Aujourd'hui la dette est de 44 milliards pour les deux entités: 34 pour RFF et 10 pour la SNCF...Chaque année la dette augmente mécaniquement de 1,5 milliard d'euros !!! Avec la réorganisation, le gouvernement espère limiter la dette à 59 milliards en 2025 au lieu de 79 milliards si rien n'est fait....
SUD et la CGT voulaient que la dette soit récupérée par l'État, ce qui en période de diminution du pourcentage du déficit (les fameux 3%)est impossible.
Il faut donc d'abord stabiliser la dette puis la faire diminuer; pour cela, seule solution, améliorer la productivité. En France, le coût d'un TER est de 20 € par kilomètre et par an alors qu'il est de 12 € en Allemagne. Il faut aussi noter que pour des raisons de grave déficit public, l'État a diminué, en 10 ans, les subventions d'équilibre à RFF d'un milliard d'euros. Avant la crise, l'État a programmé la mise en place de 4 LGV (lignes à grande vitesse)qui coûtent une fortune à la SNCF alors même que le trafic passagers de ce moyen de transport est en baisse du fait des compagnies aériennes à bas coût et au co-voiturage qui se développe notamment chez les plus jeunes car le prix du billet de TGV est inabordable pour les moins de 25 ans, même avec la carte "jeunes".
Améliorer la productivité des agents de la SNCF pour arriver à l'équilibre un jour, cela signifie réduire les effectifs d'au moins 2500 agents chaque année. De plus, il faudrait modifier le coût horaire des agents afin d'arriver au niveau d'un salaire européen dans ce secteur. Quand on connait la volonté des cheminots de garder leurs privilèges: retraites à 50 ans et horaires hebdomadaires réduits notamment, il peu imaginable de penser que l'actuel gouvernement va aller dans cette voie....

2) Une impréparation totale face à la concurrence au sein de l'Europe depuis longtemps programmée mais dont tous les gouvernements ont refusé de traiter les conséquences. Le mot tabou de tous les dirigeants de la SNCF et des Ministres des Transports est "concurrence dans le rail". Pourtant, dans le "ciel", la concurrence existe et nous ne pouvons pas dire qu'AIR FRANCE ne joue pas bien son rôle même dans des périodes délicates. Que je sache, Aéroports de Paris et Air France ne sont pas unies? Ce sont des compagnies privées ! Pourtant ce sont deux très grandes compagnies mondiales, leaders dans leurs domaines. Chaque aéroport provincial a une autonomie totale vis à vis des compagnies aériennes qui desservent la France, le plus souvent géré par la CCI et la Région. Les employés des compagnies aériennes ont un statut de branche qui semble leur donner satisfaction et chaque compagnie négocie leurs salaires en fonction des résultats financiers. Il peut même arriver que le personnel accepte des baisses de primes pour aider la compagnie à se sauver.
Pourquoi cela n'est-t-il pas possible à la SNCF: nous pourrions voir les gares appartenir aussi aux régions et aux CCI locales, les voies étant libres et concurrentielles, plusieurs compagnies ferroviaires utiliseraient celles-ci comme les avions utilisent les voies du ciel et le personnel de chaque compagnie ferroviaire aurait ses propres avantages au sein d'un statut de branche ferrovaire. Est-ce que le client serait ainsi mal traité , Le service public ne serait-il pas mieux assurer qu'aujourd'hui ?
Mais voilà, en acceptant de céder en fin de grève à la minorité syndicale bien relayée par quelques députés du Front de Gauche, et "Verts", le gouvernement a totalement hypothèqué l'avenir. Il ne pourra pas y avoir de réelle concurrence entre diverses compagnies ferroviaires parce que le gouvernement a aligné par le haut les avantages du statut actuel de cheminot.
C'était là le vrai débat et le bras de fer était quasiment gagné (12% de grévistes) quand le Premier Ministre a craqué....

Alors payons !!!!
Les régions ont consacré en 2013 près de 6 milliards d'euros au lieu de 3 milliards en 2007, pourtant on ne peut pas dire que les TER fonctionnent mieux, au contraire ! Le TGV est en quasi faillite et les multiples investissements sont repoussés en 2030 au mieux et son coût est devenu prohibitif pour les localités qui le veulent; d'ailleurs pourquoi en France nous aurions 200 gares TGV quand en Allemagne il y en a seulement 30 ! Ah ! Démagogie et électoralisme !
Il parait que le gouvernement cherche 50 milliards d'euros d'économie dans les dépenses publiques ? C'eut été un bon moyen de faire passer un message à Bruxelles pour montrer la réelle volonté de réformes en France. Hélas....
Lionel DE BUSSIERE


15/06/2014
Grèves: CGT et FN

Le gouvernement socialiste doit faire face, pour la première fois, à quelques mouvements sociaux d'ampleur non négligeable et qui est frontal. Que ce soit à la SNCF ou avec le mouvement des intermittents du spectacle, et bientôt avec la SNCM à Marseille, la CGT est en pointe et veut à travers ces grèves montrer que la politique du gouvernement est hostile à la classe ouvrière qu'elle seule représente....
À la SNCF, le mouvement dure depuis quelques jours, il semble un peu s'essouffler et risque d'être très impopulaire demain s'il gêne un tant soit peu les candidats bacheliers à composer. La quasi totalité des citoyens ne comprend rien dans ce mouvement dont d'autres syndicats tiennent absolument à se démarquer. En résumé, le gouvernement veut faire voter une loi pour regrouper les sociétés qui gèrent le rail: les voies et les trains. Mais en même temps, pour se conformer à des décisions européennes prises à l'unanimité il y a plusieurs années, il faut que la gouvernance de la SNCF puisse permettre au secteur privé d'utiliser les voies ferrées françaises. Cela se passe fort bien dans les autres pays européens, notamment en Allemagne où la Deutchbähn a remporté de nombreux marchés et est ainsi devenue le premier transporteur de frèt en Europe pendant que la SNCF coulait totalement dans ce secteur... En France, ce sont les camions qui dominent très largement le secteur du frèt, notamment les camions étrangers qui passent gratuitement sur nos autoroutes alors que les véhicules français paient une taxe à l'essieu. Bref, le gouvernement promet que les employés et ouvriers de la SNCF garderont, à travers ce nouveau statut, les mêmes avantages qu'aujourd'hui, mais ce n'est plus le problème: la CGT, aidé par SUD, veut faire plier le gouvernement et faire annuler le projet de loi.

Pour les intermittents, c'est pareil, de longues discussions ont eu lieu l'an passé au sujet du déficit de l'UNEDIC dont le statut des intermittents est responsable d'un déficit annuel d'un milliard d'euros. Comme toujours dans les discussions globales, c'est un "package": il y a des gagnants et des perdants. Visiblement le régime des intermittents a été durci quant à la durée nécéssaire de travail annuel pour obtenir les indemnités. Là encore la CGT part à la "guerre"sur ce segment et va faire annuler tous les festivals d'été pour faire du chantage au gouvernement lequel est coincé car les signataires de l'accord global (MEDEF, CFDT, ...)menacent de ne plus discuter et signer quoi que ce soit à l'avenir si le gouvernement change les données de l'accord....

Partout, on trouve des salariés qui selon les analystes sont le fonds de commerce du FN. Je vais détruire un tabou: parler du lien conservateur de la CGT et du FN qui ont la même analyse objective de la situation économique du pays et accusent les mêmes (UE, le libéralisme, ...) d'être les responsables des transformations de la société dans laquelle ils vivent.
Certains vont dire que non, la CGT veut le bonheur de la classe ouvrière et ne peut pas être comparé à ces "fachos" du FN....
Il me semble que ce sont les même électeurs et les mêmes analyses: ils refusent la mondialisation, veulent défendre leurs droits et surtout leurs privilèges dans une société en mutation et ils leur importent peu que ce conservatisme bloque la France et que de ce fait nous sommes à la traine partout.
Quel modèle économique, ils nous proposent: la Corée du Nord, le Vénézuéla, Cuba, ..on ne sait pas car nulle part une économie qui ne tient pas compte de la réalité du monde a pu subsister; L'URSS ou l'Argentine le démontrent: l'une s'est écroulée au bout de 70 ans et l'autre sous les mêmes blocages de sa CGT n'a pu suivre le mouvement du monde après la seconde guerre mondiale et se trouve aujourd'hui dans une situation dramatique.

La démocratie exige que la majorité l'emporte sur la minorité: il serait grand temps que dans le domaine social un mouvement minoritaire soit obligé d'arrêter ses errements égoïstes au détriment des accords signés par la majorité.
Lionel DE BUSSIERE


06/06/2014
BNP contre USA ???? Le Gouvernement français commet une erreur:

Le Président français F. HOLLANDE et le gouvernement prennent fait et cause pour la BNP qui se trouve menacée de payer une amende allant jusqu'à 16 milliards de dollars selon la dernière dépêche. Pourquoi ?
- Des pays (Cuba, Soudan, Iran,...) étaient sous embargo américain et il est interdit de commercer avec eux. La banque est accusée d'avoir contournée cet embargo entre 2000 et 2010, comme d'autres banques d'ailleurs...Ces pays sont considérés comme "terroristes" et le fait d'avoir utilisé la monnaie américaine (laquelle sert de référence mondiale) est l'élément concret de l'infraction: toute opération en dollar doit être conforme à la législation américaine du fait qu'à un moment donné il faudra compenser les échanges monétaires.

Deux commentaires pas si hors sujet en préambule:

1) Le candidat HOLLANDE a bien fait un discours contre la Finance en 2012 quand il voulait être élu et qu'il stigmatisait ce monde infâme???? Cela doit lui faire drôle d'être obligé de défendre la finance, même nationale ?

2) Tous ceux qui critiquent l'euro et veulent revenir au "Franc" devrait méditer la puissance de feu d'une monnaie. Souvenons nous de la remarque de KISSINGER aux Européens: "le dollar c'est notre monnaie, c'est votre problème!" C'est toujours vrai !

Sur les faits:
- Je suis stupéfait de la maladresse du président français et des ministres qui interviennent. L'Ambassadeur de France à Washington a bien du leur dire qu'aux USA on ne mélange pas les genres: la justice est indépendante, vraiment! Le Pt OBAMA ne peut pas donner d'instructions aux magistrats ou à la Banque Centrale! Ces interventions sont totalement contre productives.
- C'est vrai que l'amende et autres sanctions programmées sont disproportionnées à la faute de la BNP. Les Néerlandais ont payé près de 700 millions de dollars pour un délit identique (Iran) et les Britanniques de même pour l'Iran, le Soudan et la Birmanie.
Pire, le Crédit Suisse pour avoir aider à blanchir de l'argent lié au trafic de drogue a payé 2 milliards de dollars et l'UBS (Suisse) pour avoir organisé la fraude fiscale et l'évasion de capitaux liée, une amende similaire. Alors pour la BNP, c'est évident que c'est excessif !
Règlement de compte ou politique intérieure? Qui sait?

Que faire alors ?

- Il me semble que de nombreuses sociétés américaines ne sont pas en règle vis à vis du fisc français: Google, Amazon, ... Il faut les mettre en justice et leur proposer une transaction de plusieurs milliards d'euros à chacune.

- Obliger tous nos partenaires commerciaux à échanger en euros.

- Faire modifier les règles de droit international en demandant qu'à l'avenir un arbitrage international décide des sanctions à payer pour toutes les violations décidées par l'ONU.
Lionel DE BUSSIERE


04/06/2014
La droite la plus bête du monde !!!

A la fin du XIXème siècle, CLÉMENCEAU avait stigmatisé la droite la plus bête du monde à l'occasion de l'élection de Sadi CARDOT à la Présidence de la République. Depuis lors ce terme a été un peu galvaudé du fait d'une utilisation récurrente par une gauche qui pourrait parfois s'appliquer la critique, surtout en ce moment !

Quand on voit le spectacle des disputes au sein de l'UMP, on se dit que le Président HOLLANDE a vraiment de la chance d'avoir eu des adversaires comme cela. D'ailleurs, c'est si vrai que aujourd'hui le premier parti d'opposition est le Front National. Il est fort possible que cette maxime de CLÉMENCEAU puisse s'appliquer à l'UMP.

En premier lieu, suite à l'élection présidentielle, l'UMP n'a pas effectué de "débriefing". Il faut se souvenir de la phrase de Mme MORANO: "Nous avons presque gagné!".
Chacun sait qu'à une élection, il n'y a qu'un gagnant et un ou des perdants. Refuser de dire que l'on a perdu, c'est un déni. Comme tout déni, il se paie très fort ensuite!

Il fallait évidemment faire un bilan de la droitisation de la campagne du candidat SARKOSY (tendance BUISSON) et en tirer les conséquences. Au lieu de ça, les dirigeants du parti ont préféré parler d'autres choses afin de n'avoir pas à critiquer, même un peu, la campagne de leur candidat. Lequel a quand même perdu toutes les élections depuis 2007. Dans un parti démocratique, il y a des leçons à tirer en vue des campagnes suivantes si on est toujours battu ????
A cause de ce déni, l'UDI a quitté l'UMP et a rejoint le MoDEM pour tenter de faire un parti du Centre populaire. C'est raté, le FN a tiré les marrons du feu, mais il fallait essayer avec des hommes et des femmes plus dynamiques et un programme renouvelé.
L'UMP se retrouve avec à sa droite des extrémistes à tout (Immigrés, Euro, mondialisation, ...)dont une partie de ses responsables partagent un peu la tendance très droitière et, à sa gauche, le Centre "Alternative" qui se construit très doucement.
L'ex-Président SARKOSY, outre ses affaires judiciaires à répétition qui semblent l'empêcher d' être à nouveau candidat, il a aussi coulé financièrement son parti d'une part en ne respectant pas le montant autorisé pour sa campagne et maintenant en étant, au moins moralement, responsable des fausses factures du dossier COPPÉ et autres. Quel bilan !!!

En second lieu, qui peut dire le programme de l'UMP aujourd'hui ? Nous l'avons vu sur l'élection européenne, les dissonances sont nombreuses et parfois cela va au delà: un député ancien collaborateur de l'Ex indique qu'il ne votera pas pour son parti....Hormis s'opposer systématiquement à toute proposition du gouvernement actuel, quel sera le programme de l'UMP lors des prochaines élections qui ne reprendrait pas celui du FN ?
Sur la réforme territoriale , on sent bien la gêne. Certes le gouvernement fait de la manipulation afin de remonter la pente, mais normalement l'UMP et le PS devrait se mettre d'accord sur une réforme de ce type qui ne favorise aucun parti mais attaque tous les conservatismes de droite comme de gauche.
Un parti qui a été au gouvernement et qui veut y aller bientôt, se doit d'avoir une attitude responsable (pas comme le PS l'a fait lorsqu'il a eu le pouvoir en 2012 par exemple en supprimant tout ce qui avait été voté antérieurement).
Sur la fin de la clause de compétence générale et la disparition des départements, il y a bien des points communs entre les deux réformes; celle d'hier par SARKOSY et celle du Pt HOLLANDE aujourd'hui.
Les français attendent des chefs de parti une vision de notre pays dans les 20 ans qui viennent et pas des querelles dépassées qui stérilisent les réformes et dégoutent les électeurs des hommes politiques.

Il parait évident que pour l'UMP ce responsable ne pourra pas être SARKOSY qui oublie en permanence que 60% de ceux qui ont voté HOLLANDE souhaitaient en premier lieu se débarrasser du Pt SARKOSY. La majorité des français ne souhaitent pas son retour pour remplacer HOLLANDE en 2017.
Il faut qu'un autre leader se lève et arrive à fédérer les tendances gaullistes et centristes, sinon, il y a un vrai risque pour l'UMP que le second tour voit un combat VALLS contre Mme LE PEN !
Lionel DE BUSSIERE


29/05/2014
L'après 25 mai 2014;

Les responsables politiques ont employé les termes les plus forts pour parler de la victoire du parti des LE PEN aux élections européennes: séïsme, tremblement de terre, ....
Pourtant tous les sondages prévoyaient cette victoire et les citoyens français pouvaient avoir divers sentiments à cet égard, mais pas être surpris. Depuis le 21 avril 2002, chacun sait que le FN est de plus en plus entendu par les français. Il est très probable que Mme LE PEN soit au second tour de la prochaine présidentielle en 2017.

Il faut reconnaitre que depuis dimanche, la boue sortant de l'UMP et hier, la nouvelle hausse du chômage en France a encore donné des forces à tous ceux que les hommes politiques des grands partis de gouvernement écoeurent du fait de leurs mensonges et des tripatouillages multiples avec la morale....
Dois-je signaler que lundi soir notre Président a parlé ? Qui a retenu quelque chose de son intervention à la TV ?
Notre Président n'est plus entendu depuis longtemps, mais aujourd'hui on ne l'écoute même plus !!!
Cela peut-il encore durer 3 ans ? Certains veulent des élections anticipées pour permettre au peuple de redonner une ligne. Mais la constitution de la Vème République (que les socialistes avaient tant critiquées au début)donne au Président des pouvoirs et une légitimité pour 5 ans. Le président HOLLANDE sait bien qu'en cas de législatives, son parti, le PS, va prendre une raclée. Ceux qui le savent encore mieux, ce sont tous les élus du PS qui ont déjà mangé la poussière aux municipales et se préparent à d'autres défaites annoncées: sénatoriales, régionales , cantonales, ...

Le Pt HOLLANDE et son 1er Ministre de combat, M. VALLS, indiquent que maintenant ils ne changeront plus de ligne économique et politique; un tiers des élus du PS pensent et disent qu'ils vont dans le mur comme le disent aussi le Front de Gauche et le PCF.
Mais tout le monde est d'accord pour accuser l'Europe d'être la cause de tous nos maux: euro trop fort, frontières mal vérrouillées, protectionnisme insuffisant, libéralisme commercial trop poussé, Allemagne trop forte, nous trop faibles ,...
C'est tout juste si certains ne disent pas qu'une bonne guerre permettrait de régler cela rapidement....

Il serait important qu'enfin les français regardent la vérité en face et se posent la question des réformes à faire afin de redevenir une puissance européenne écoutée et une nation où la justice et l'équité sont des mots ayant du sens.
Il suffit de lire les remarques des ducs régionaux et des barons départementaux (la plupart du PS) contre la future réforme territoriale voulue par leur Président pour comprendre qu'il faut "dégager les sortants " au plus vite. C'est vrai qu'aux référendums, les français répondent à une autre question que celle qui a été posée et en profitent pour dire NON à chaque proposition: souvenons nous des référendums locaux en Corse, dans les Antilles et dernièrement en Alsace où chaque fois la simplification territoriale souhaitée a été refusée par les citoyens-électeurs.
Le mille feuille territorial a donc de beaux jours devant lui. Cela montre aussi que les hommes politiques sont au niveau des électeurs: pas de hauteur de vue d'hommes d'Etat, juste des arrangements d'arrière cour afin de garder les avantages des fonctions...
Voilà où ça nous mène !
Les moulinets de M. MONTEBOURG dans le domaine économique sont pitoyables et donnent à l'extérieur une image détestable des français. Dans le domaine économique aussi, nous sommes en retard de plusieurs réformes.
Que faire ? Il serait temps que une grande coalition prenne le pouvoir en préconisant de vraies réformes: fiscales, territoriales, sociales, ... et se serve de l'Europe non comme un repoussoir mais comme un tremplin. Faire bouger la zone Euro et lui donner une contenance économique, industrielle et sociale devrait être un but commun. Nous n'avons pas besoin des anglais pour cela: ils ne sont déjà pas dans l'Euro et la zone Schengen et veulent sortir de l'Europe; alors laissons les sur leur île et avançons !
Vite, avant qu'il ne soit trop tard et que la violence vienne encore rigidifier les relations en France !
Lionel DE BUSSIERE


19/05/2014
PAPANDRÉOU, ZAPATERO, SCHROEDER, HOLLANDE ?

Quel est le point commun de des quatre hommes politiques européens ? Tous sont des sociaux démocrates qui ont gouverné leur pays respectif en étant élu sur une amélioration du sort des plus démunis. Sans l'emphase du fameux meeting du Bourget de notre actuel président alors candidat, tous ont dénoncé le poids du système financier mondial dans le développement de la misère en Europe.
Les trois premiers ont pris une raclée lors des élections qui ont suivi leur passage au gouvernement. Ils ont été en situation de mettre en oeuvre leurs promesses dés après le début de la crise financière, puis économique de 2008....

Ils ont fait le contraire de ce qu'ils avaient promis: baissant le montant des retraites, diminuant le nombre de fonctionnaires, sabrant fortement dans le budget "social" de leur pays, ...bref l'inverse d'une politique sociale.

Ça vous rappelle quelqu'un ? Oui, le quatrième ? Lui a eu de la chance: il a été élu alors que le plus fort de la crise était passée et les conséquences de celle ci lui ont permis d'avoir le pouvoir. Il faut rappeler que 60% des électeurs de F. HOLLANDE ont voté pour "virer" SARKOSY et pas pour son programme et sa personnalité.
Aujourd'hui, un sondage sur les présidents de la République de la Vème République montre que F. HOLLANDE est avec 0,5% de bonnes opinions le cancre de la classe. Par ailleurs, d'autres sondages indiquent qu'il stagne à 18% d'opinions favorables parmi l'ensemble des électeurs français et rien de ce qu'il entreprend ne semble avoir d'effets positifs.

Est-il définitivement "grillé"? Lui pense que non en indiquant qu'il a été à 3% d'opinions favorables avant les primaires du PS en 2011 lorsque DSK était encore en course....
Non, pensent la majorité des sondeurs et aussi des fidèles du Président qui restent anonymes pour l'instant.
HOLLANDE va-t-il finir comme ses trois autres camarades socialistes: archibattu et honteux car considéré non seulement comme des traitres, mais des incompétents? Pour deux d'entre eux, n'ayant démontré aucune qualité d'hommes d'États, ils restent honnis dans leur pays et en Europe.
D'ailleurs, aucun d'eux ne figurent comme candidats sur les listes européennes....seul SCHROEDER est considéré comme ayant fait "le job" mais a été compris trop tard.

Je me souviens que lors de la campagne présidentielle, A. MONTEBOURG est venu à Coulounieix-Chamiers, banlieue de Périgueux. L'un des assistants lui a posé une question sur le programme économique du candidat qui semblait totalement décalé par rapport aux problèmes du moment et a demandé s'il n'y avait un risque pour HOLLANDE de finir comme PAPANDRÉOU et ZAPATERO ?
Une bordée de sifflets a accompagné la fin de la question , laquelle fut évacuée par l'orateur.

Aujourd'hui, le PS paie la note de son inculture économique et de l'absence de courage de ses dirigeants. HOLLANDE ne sera pas au second tour de l'élection présidentielle si SARKOSY ne se représente pas et qu'il doit affronter JUPPÉ et M. LE PEN.
Que lui reste-il pour l'histoire ? Durant les 3 ans qu'il a à faire, il lui faut faire passer des réformes en utilisant tous les pouvoirs que lui donne l'actuelle constitution afin de remettre la France économique sur les bons rails et s'inspirer largement de ce qu'à fait SCHOEDER en Allemagne.
Pour cela, il lui faut éviter les mesures électoralistes pour faire plaisir à ses copains et une partie de ses électeurs. A ce niveau d'impopularité, il ne risque plus rien et il ne reviendra pas dans le jeu.
Aura-t-il le courage ?
Lionel DE BUSSIERE


17/05/2014
Le 25 mai, pourquoi faut-il voter aux élections européennes ?

1) Tout d'abord parce que un droit de vote, ça s'utilise ! Il faut être un "électeur gâté" comme il y a des enfants gâtés pour vouloir refuser de se rendre aux urnes à plus de 50% du corps électoral. Ces abstentionistes pas intéréssés par l'Europe en train de se construire savent-ils au moins que dans beaucoup d'endroits du monde certains meurent encore pour faire exercer une démocratie véritable ? Connaissent-ils seulement leur histoire pour savoir que deux siècles seulement les séparent de régimes monarchiques ou d'élections censitaires où seuls ceux qui payaient des impôts pouvaient voter ? Ne pas voter, c'est un caprice inadmissible !

Quelles raisons avancent ceux qui refusent de voter ?
-Que nos élus sont tous "pourris" (je l'entend de nombreuses fois chaque jour !). Nous avons les élus que nous méritons. C'est aux électeurs d'imposer le non cumul des mandats, un contrôle sur la fortune et les avantages de nos élus, ... Pourquoi ne le faisons-nous pas ? D'une part parce que les électeurs ne sont pas meilleurs que les élus: ils critiquent, mais font de même pour la plupart (fraude fiscale, travail au noir, ...)et d'autre part parce que c'est plus difficile d'être exigeant. Une association comme ANTICOR qui publie une Charte lors des élections municipales très claire sur ce sujet a fait globalement un "bide" partout" et dans le département de la Dordogne, 3 candidats maires l'ont signé (aucun élu!).

- L'Europe et nos élus sont trop loin de nous: c'est vrai mais sont-ils élus pour vivre à nos côtés ? C'est un parlementaire que nous élisons, pas une assistante sociale ! Avec les moyens techniques d'information aujourd'hui, nous avons des centaines d'informations qui tombent pour nous informer de l'action des uns et des autres. Si de façon objective , nous listons tout ce qu'à fait l'Europe depuis 50 ans, nous voyons bien que beaucoup de choses ont avancé.

2) Ceux qui veulent être élus, mais sont des nationalistes vindicatifs et sont contre l'Europe: c'est à dire le Front National, Debout la République, la partie de la gauche pro-chevénementiste et montebourgeoise,...
Il ne faut pas voter pour ces listes: le nationalisme, c'est la guerre, disait MITTERRAND avec justesse. Il suffit de se rendre dans les villes et villages de France pour voir les conséquences de ces idées en lisant la liste des "Morts pour la France". Plus jamais ça, disaient nos anciens ! Grâce à l'Europe, c'est enfin respecté !

3) Ceux qui à l'UMP et au PS ne se servent de l'Europe que pour avoir un poste bien rénuméré et ne se rendent quasiment jamais à Strasbourg pour voter (Mme LE PEN , Mme DATI, M. MÉLENCHON, M. DESIR, .... La vraie absence de démocratie est là: avec le vote à la proportionnelle et la création d'immenses circonscriptions, ce sont les Etats-Majors des partis qui décident. le plus souvent le choix des candidats n'est pas ratifié (MoDEM, UDI, ...) ou de façon purement formelle (UMP, PS, Front de Gauche,... Tous ceux là aussi, il faut les éliminer et les obliger à redevenir des citoyens normaux qui cherchent un travail à Pôle Emploi et pas à l'UE ...Il faut plus de démocratie partout, y compris dans les partis !

Maintenant, il est évident que l'Europe est imparfaite et que d'énormes choses restent à faire et c'est à travers les propositions vers plus d'Europe qu'il faut choisir. Nous sommes une fois encore à la croisée des chemins, choisissons celui qui défendra dans un monde globalisé nos valeurs et nous permettra de vivre dignement.
L'Europe est un modèle pour le reste du monde, soyons en fier et le 25 mai votons pour des listes qui fassent avancer l'Europe.
Lionel DE BUSSIERE


11/05/2014
MELENCHON se sectarise tout seul:

La semaine passée, Jean-Luc MÉLENCHON devait venir à Périgueux afin de soutenir la liste du Front de Gauche aux prochaines élections européennes. Il a annulé au dernier moment, victime d'un virus grippal ?
Était-ce en fait une maladie diplomatique afin d'éviter de rencontrer l'ex chef de file du même Front de Gauche qu'il a viré méchamment en janvier dernier de son parti en le traitant de "pouilleux" simplement du fait que ce périgourdin d'extrême gauche avait accepté de prendre un "apéro" avec un ancien ministre gaulliste âgé de 92 ans et populaire à Périgueux pour y avoir été Maire et Député. Grâce à cette exclusion rapide la liste "Front de Gauche" n'a pas pu avoir de candidat aux élections municipales locales.

Sa façon de faire avait été jugée fort peu démocratique et peu respectueuse de la procédure interne du parti.

Beaucoup plus grave, M. MÉLENCHON vient de mettre au ban de ses réunions les journalistes des quotidiens nationaux que sont "Le Monde " et "Libération" dont chacun sait qu'ils ne sont pas fascistes...et même s'ils l'étaient, la liberté de la presse est un droit fondamental dans une démocratie comme la France.
Pourquoi ? Parce que ces journalistes seraient de "vrais lâches", "régis par un devoir d'obéissance" ! Aussi a-t-il demander "à ses amis de les surveiller de façon étroite et vigilante, de filmer leurs agissements, ..."

On reste stupéfait devant l'énormité de quelqu'un qui se veut attentif aux libertés... pour les autres dans ses déclarations tonitruantes contre la droite et l'actuel gouvernement. S'il était au pouvoir, ces journalistes et son ex représentant auraient été bons pour 20 ans de camp de travail.
Il est vrai que les modèles de société de JL MÉLENCHON sont CUBA et le VENEZUELA dont chacun connait le respect des règles démocratiques. Que la presse libre soit inexistante à CUBA depuis 50 ans et largement empêchée de faire son travail depuis la prise de pouvoir de CHAVEZ et de son successeur qui n'hésitent pas à mettre en prison les journalistes tentant de rendre compte des évènements actuels au VENEZUELA, ne gênent en rien notre homme de gauche ?

Les propos de JL MÉLENCHON sont inaceptables. S'ils avaient été prononcés par les "LE PEN", nous aurions vu de nombreuses motions afin de dénoncer l'atteinte à la liberté de la presse et sans doute des manifestations auraient été montées afin de dénoncer ses attaques lors de ses déplacements en province.
Rien de tel n'avait été préparé à Périgueux, mais ça n'enlève rien à la gravité de ses paroles. Déjà que son parti est en difficulté du fait justement de ses excès dans la dénonciation du gouvernement actuel, alors que 80% de ses troupes (celles au PCF) viennent de passer des alliances avec le parti au pouvoir dans le cadre des élections municipales; JL MÉLENCHON est en train de s'isoler à l'extrême gauche.

Il y avait une pléthore de candidats avec les troskystes habituels et le Parti Communiste, mais maintenant il y a aussi Mme Duflot laquelle est en train de prendre le créneau de la contestation de gauche "responsable", non pas dans les propositions économiques mais dans le respect de la démocratie. Elle prend une place laissée libre par les abus de notre homme de "gauche". Tant pis pour lui !
Lionel DE BUSSIERE


05/05/2014
Collectivités locales et économies budgétaires:

Comment appliquer localement les directives du nouveau gouvernement VALLS qui souhaite imposer aux collectivités locales une cure d'austérité afin de diminuer sensiblement les doublons tant dans le personnel que dans les investissements ?

Tout d'abord supprimer à nouveau la clause de compétence générale de ces nombreuses collectivités pour que l'on sache enfin "Qui fait quoi ?"
C'est surtout difficile pour le Président de la République car le précèdent Président et son gouvernement avaient supprimé la dite clause en 2011 avec effet en fin 2012. Entre temps, les socialistes sont arrivés au pouvoir et ont aussitôt rétabli la fameuse clause à la demande générale des élus de ce parti avec effet en janvier 2014. Donc, on redéfait la loi que Mme LEBRANCHU avait défendu ardemment et la clause de compétence générale sera supprimée prochainement par la même Mme LEBRANCHU.....

Ensuite, on favorise les Régions et les Communautés d'Agglomérations. Les Conseils Départementaux devront être à terme supprimés. Par ailleurs, l'État va diminuer fortement les dotations aux collectivités ce qui les incitera à mieux gérer leurs dépenses et entrainera une diminution des investissements de ces mêmes collectivités, lesquels représentent 70% de l'investissement national.

Un exemple en Dordogne est à suivre pour comprendre si ces souhaits sont réalisables:

En Périgord, nous avons au sein de ce département pauvre et enclavé plusieurs aéroports qui vivent surtout grâce aux subventions publiques. Notamment, à Périgueux et Bergerac, chacune de ces villes, situées respectivement à 126 et 90 kms de Bordeaux,ont un aéroport. Celui de Bergerac qui a développé le "low cost" depuis quelques années voit passer beaucoup plus de voyageurs que celui de la ville capitale du département. Il faut aussi préciser qu'une des autres Sous Préfecture, Sarlat, est située à proximité de Brive (Corrèze) qui bien évidemment possède aussi un aéroport plus important que celui de Bergerac. Au Nord du département, la dernière Sous Préfecture, Nontron, se trouve à 50 kms d'Angoulême ville ayant la Gare TGV reliant Paris en moins de 3 heures et à 60 kms de Limoges, ville ayant aussi un aéroport régional et une gare importante.

Sauf le week-end, un vol quotidien aller retour est subventionné entre Bergerac, Périgueux et Paris-Orly.C'est une société privée (TWIN-JET)qui est concessionnaire de la ligne aérienne, laquelle est en déficit. En Dordogne , on parle du saut de puce, puisque 50 kms séparent les deux villes. Mais une route en état déplorable relie les deux villes et le train fonctionne très mal aussi...et il est plus facile d'aller prendre l'avion à Bordeaux par l'autoroute qui relie chacune de ces villes à Bordeaux que d'aller de l'une à l'autre de ces vieilles cités en guerre depuis toujours...

La Communauté d'Agglomération bergeracoise verse à la compagnie aérienne bénéficiant de la ligne aérienne une somme de 29 866€ alors que c'est la ville de Périgueux qui détient jusqu'à la fin de l'année le droit d'exploitation de la ligne, laquelle voit passer 8000 passagers /an. La ville de Périgueux a versé en 2013 environ 600 000€ pour aider à combler le déficit.
Le coût total de la ligne nécéssite un budget de 2 millions d'euros.
Ensuite, c'est le Conseil Général de la Dordogne qui aide le plus avec un montant de 283 000 €. D'autres entités versent leur obole: la CCI, l'ex communauté Isle-Manoire, la ville de Bassillac et une association de chefs d'entreprise...
Enfin l'Etat donne 277 000 € jusqu'à présent mais n'a budgété que 110 000 € pour 2014.

Lors des élections municipales, les représentants de Bergerac ont indiqué que la Dordogne n'avait besoin que d'un aéroport ? Lequel ?
Dans la nouvelle Agglo du Grand Périgueux un conseiller municipal de Périgueux a été élu chargé "Conseiller délégué chargé de l'aéroport".
C'est là un bel exemple à mettre en place pour prendre une mesure qui non seulement aidera au désenclavement du territoire, mais aussi permettra de rationaliser la gestion de l'aéroport périgourdin en occupant une place au centre du département.

Mais comme dans d'autres pays en faillite chaque agglomération veut son aéroport, en a-t-on encore les moyens ? Est-ce vraiment utile de multiplier les aéroports à 60 kms les uns des autres et de continuer une guerre des subventions qui est en fait de la démagogie populaire et qui démontre encore une fois l'absence de sens de l'Etat de nombre de nos élus locaux.
Lionel DE BUSSIERE


30/04/2014
Politique en Périgord:
Personne ou presque ne le sait mais une adhérente MoDEM est sur la liste du mouvement "Les Européens" candidate aux élections européennes pour la région "Grand Sud-Ouest". Les plus attentifs ont noyé que c'est le MoDEM qui est mentionné, l'UDI, le partenaire centriste de la nouvelle alliance "ALTERNATIVE" n'est pas cité en Dordogne par le communiqué de presse.
Il faut dire que c'est une haine farouche qui oppose les représentants des deux mouvements dans ce département, lesquels s'ignorent et se révèlent dans l'incapacité de "monter" une journée ensemble, sous la bannière d'ALTERNATIVE, du représentant principal de cette liste. Une journée devait être organisée le 30 avril: elle fût annulée la veille au soir.
Vu que l'Europe est assez peu populaire en France et en Périgord en particulier, la querelle historique des leaders locaux du seul mouvement européen doit sans doute permettre de mettre en place une campagne dynamique !!!! Querelle d'égos ?

Oui évidemment! Chacun dans l'union veut être le seul chef....

On ne peut cependant qu'être consterné par ces batailles internes qui continuent de dégoûter l'électeur de la politique ne voyant, à juste titre, des gens qui se divisent pour des postes et non qui se battent pour des idées.

Regardons les récentes élections municipales: à Périgueux, l'ancien maire: M. MOYRAND, honnête homme, a été battu non seulement dans sa ville mais dans l'agglomération où son parti(le PS) est majoritaire. Une bonne partie de ses "amis" socialistes ont préféré voter AUZOU, candidat communiste, que pour MOYRAND lors de l'élection à la présidence de la communauté d'agglos. Avant cela, nous avions vu la droite locale divisée entre les gaullistes historiques et la droite classique, type SARKOSY. Là encore la haine était telle que la liste battue a refusé officiellement pour l'autre liste de droite.
Cette dernière a écrasé la première renvoyant JP DAUDOU à une future retraite paisible car il est évident qu'il ne sera pas réélu Conseiller Général l'an prochain.
Le communiste élu, M. AUZOU, a remarquablement manoeuvré pour avoir ce poste; certes pas en travaillant en tant que Conseiller Général de son canton de banlieue officiellement chargé des routes en Dordogne ! Il suffit de voir l'état des routes dans ce département pour comprendre ce qu'est un pays sous développé et enclavé. Mais en étant copain avec B. CAZEAU, Président socialiste du Conseil Général du département et qui hait M. MOYRAND. C'est vrai que le Conseil Général est fier de notre enclavement et consacre ses fonds à Lascaux 4 et aux voyages internationaux liés à l'inauguration de cette exposition devant éblouir le monde ?
Même au sein du PC et du Front de Gauche, les périgourdins se sont divisés: leur candidat ayant bu un coup avec un ancien ministre de droite, il fut exclu sur le champ et les deux maires communistes de la banlieue de Périgueux se sont divisés sur leur soutien: F. COLBAC a soutenu M. MOYRAND (PS) et J. AUZOU a soutenu le FG. Le mauvais sort de la division intestine a aussi frappé le Front National: le candidat de Périgueux qui n'a pu constituer une liste a été exclu du FN dés la fin du second tour....

Bref, dans tous les partis périgourdins règne la division donnant à notre territoire l'allure d'un village gaulois se battant autour de l'odeur du poisson....
Quelle déplorable image donnons-nous! Comment voulons nous attirer des jeunes à la noblesse du débat d'idées avec des gens qui ne pensent qu'à leurs places et sont prêts à tout pour y arriver ?
Pendant ce temps le Périgord continue de s'enfoncer en termes économiques dans un pays qui est lui-même en grande difficulté dans la mondialisation.
En fait, le Périgord, c'est juste un concentré des défauts français !
Lionel DE BUSSIERE


29/04/2014
Des milliards d'euros d'économies à faire; mais où les prendre?

Depuis 20 ans, dix sept pays ont réduit de 3 points de PIB leur dépense publique, alors pourquoi la France n'y arriverait pas ? Certes, une bonne part d'entre eux l'ont fait en période de croissance. A cette époque, les gouvernements français préféraient dépenser sans compter: souvenons nous de la fameuse cagnotte découverte par CHIRAC afin d'obliger le gouvernement JOSPIN à dépenser cet argent plutôt que de l'affecter au remboursement de la dette. Les français n'avaient aucune envie d'économiser en remboursant et l'argent fut dépensé sans retenue au vu des prochaines élections présidentielles que JOSPIN perdit, comme chacun sait dés le premier tour, et que CHIRAC gagna haut la main contre LE PEN.
Bravo le démagogue !!

Après cela, comment peut-on penser qu'il existera un homme d'État en France assez courageux pour dire aux français leur fait et les contraindre à réduire les dépenses publiques dont nous détenons quasiment le record mondial pour une efficacité assez faible.
Avec Manuel VALLS, la gauche découvre, enfin, la nécéssité des économies... et le moins que l'on puisse dire que ça ne fait pas l'unanimité à gauche !!!
Non seulement une partie des caciques socialistes ne veulent pas de la fin du mille feuille territorial, notamment la disparition des Conseils Généraux, mais la gauche du PS ne veut pas d'efforts budgétaires parce que cela empêcherait la croissance. Ce sont les mêmes qui protestent contre l'austérité européenne mais qui sont incapables de proposer des pistes d'économies sérieuses, autre que prendre aux riches, afin d'équilibrer un jour prochain notre budget.
Ces députés demandent que le gouvernement "optimise" fiscalement les grandes entreprises.Il est exact que dans le monde entier les entreprises capitalistes utilisent les défaillances fiscales de certains pays afin de payer moins d'impôts. La France ne peut pas se retrouver seule à faire cela ! L'OCDE est en train de mettre en place des normes internationales dans le domaine fiscal afin d'harmoniser les règles fiscales. Evidemment, ça prend du temps !Mais il vaut mieux en passer par la diplomatie que de prendre des mesures radicales tout seul !

Que s'est-il passé avec la taxation de 75% sur les revenus supérieurs à 1 million d'euros /an ?Exil de la plupart des cadres des grands groupes internationaux. Délocalisation de grandes entreprises françaises (mais de doit étranger) en SUISSE, à HONG-KONG, aux PAYS-BAS,...
Que s'est-il passé quand la fiscalité a fortement augmenté en 2013 ? Départ de nombres de jeunes cadres voulant bénéficier de revenus correspondant à leur investissement....

Nous ne vivons pas sur une île déserte ! Aussi, le pouvoir de décider de façon purement idéologique donne sans doute un plaisir moral aux radicaux de la gauche socialiste mais cela nuit fortement aux intèréts de notre économie. Il nous faut à la fois avoir un objectif qui ne change pas chaque année dans le domaine fiscal et le faire partager à nos voisins, surtout en Europe.
Quand on voit le taux d'imposition des sociétés en France et chez les 27 autres membres de l'UE, nous voyons que nous avons un taux trop élevé. Le gouvernement actuel se voit obliger de le diminuer afin qu'il soit au moins dans la moyenne des taux. Sinon, les sociétés vont ailleurs....
C'est sans doute "immoral" pour certains mais si l'économie était morale , ça se saurait !

Ces députés qui se nomment "la gauche de la gauche" oublient que c'est lorsque l'on a produit que l'on peut distribuer. Si les mesures fiscales de ces dogmatiques détruisent l'image de la France en tant que pays "business friendly", les grandes entreprises mondiales investiront ailleurs en Europe. C'est ce qu'elles ont commencé à faire dés la fin de 2011 avec les mesures de F. FILLION, puis elles ont pris peur avec celles du gouvernement AYRAULT d'autant que l'attitude de la CGT au cours du conflit GOODYEAR a convaincu beaucoup d'industriels mondiaux que nous étions "anti patrons". M. MONTEBOURG a fini par comprendre qu'il fallait être accueillant !
Il faut que le gouvernement VALLS obtienne la majorité pour continuer son action et dans celle-ci, il serait pertinent que nombre de députés de droite et du centre votent aussi en ce sens. Il n'y a pas d'autre voie à suivre pour revenir à notre niveau de puissance.
Lionel DE BUSSIERE


24/04/2014
Comment économiser des milliards d'euros ?

Le débat sur le respect des 3% de déficit et l'obligation d'économiser au moins 50 milliards d'euros fait rage, surtout entre membres du Parti Socialiste.
Depuis le début de 2014 et le changement de politique économique du Pt HOLLANDE, nous assistons à une division des socialistes: d'une part ceux qui veulent continuer la politique "anti-riches" des deux premières années de présidence HOLLANDE avec les conséquences économiques que chacun peut voir et ceux qui prennent conscience que ce sont les entreprises qui créent l'emploi et qu'il faut donc les aider pour relancer la croissance.

Il est vrai que la gauche actuelle n'est pas seule responsable de l'état désastreux de nos finances et de notre commerce extérieur.....De CHIRAC à SARKOSY ou HOLLANDE, faire croire à l'électeur que le Président peut tout changer et qu'il suffit de promettre n'importe quoi pour être élu est une constante dont les français semblent heureux tous les 5 ans de croire !!!

En attendant, aujourd'hui nous sommes au bord du précipice et il faut vite décider des mesures pour tendre vers les exigences du Traité que nous avons voté.

Deux mesures me semblent à mettre en oeuvre rapidement sans que quiconque n'en ait parlé:

- revoir la réforme des retraites et équilibrer les moyennes de calcul des retraites: 15 ans par exemple pour le privé et pour les fonctionnaires. Cela augmenterait légèrement les petites retraites inférieures au SMIC en passant de 25 à 15 ans de temps de base dans le privé et de l'autre côté, l'État fera une sérieuse économie en mettant les fonctionnaires sur la même base que le privé pour le calcul de la retraite soit 15 ans au lieu de 6 mois. De plus cela règlera une injustice car il n'y a aucun motif pour faire coexister cette différence: les fonctionnaires ont déjà l'avantage d'avoir la sureté de l'emploi, il n'y a pas de raison valable pour qu'ils continuent à bénéficier d'un privilège historique en matière de retraite.
Calculer rapidement, cela fera une économie de 1 milliard d'euros par an, ce n'est pas rien !
On peut même faire une réforme rétroactive pour toutes les retraites actuelles supérieures à 2500€ ....On alliera ainsi la justice et l'efficacité financière !!!

- la réforme de la pénibilité au travail est est encore aux prémices que déjà 2 taxes supplémentaires sont créées pour financer le travail pénible et ainsi on tire à nouveau sur la compétitivité des entreprises. Ne serait-il pas possible, comme l'UDI vient de le proposer, de remettre aux 40h/semaine tous les employés de bureaux à horaires fixes et de donner 35, voire 32h/semaine à ceux qui réellement ont un métier pénible: ouvriers du bâtiment, mineurs, ouvriers au 3X8 hebdomadaire, ....
Là encore, ça ne couterait rien à l'État ou à l'employeur par rapport à aujourd'hui et ça rapporterait 7 ou 8 milliards d'euros/an au budget.

Une majorité d'idées pourrait voter ces textes au parlement.

C'est vrai qu'il y a une difficulté: les fonctionnaires seraient ceux qui contribueraient le plus, mais est-ce injuste? Il y a en France 1 million de fonctionnaires de plus qu'en Allemagne sans que nous soyons mieux administré, au contraire ! Avant de faire des réformes de fonds sur le millefeuille territorial, voici des réformes qui rapportent! Les ministres et les parlementaires étant en grande majorité des fonctionnaires à l'origine, auront-ils le courage de ne pas être corporatistes et de montrer l'exemple de réformes courageuses? Quant aux syndicats de fonctionnaires, évidemment, ils ne vont pas dire qu'ils sont d'accord ! Mais au fond, chacun sait que l'heure est grave et qu'ils doivent contribuer à l'amélioration de la situation financière du pays dont leurs salaires représentent une grande part des charges de la France.
Lionel DE BUSSIERE


22/04/2014
ARMÉE: quel avenir ?

France Info vient d'effectuer une série de reportages sur l'armée française en RCA dont le titre est : "Armée: bouts de ficelle"! On apprend ainsi que pour suppléer l'absence de blindage des véhicules utilisés, les militaires mettent leurs gilets pare-balles dépliés aux portières et des sacs de sable derrière eux ! L'état des véhicules est tel qu'il faut faire appel le plus souvent au sens du bricolage des Africains dont l'ancienneté du parc auto leur permet depuis longtemps de réparer des mécaniques avec du fil de fer! Les soldats doivent acheter leurs ventilateurs et leurs moustiquaires pour se protéger du paludisme dans un pays où cette maladie tue encore beaucoup! Les semelles de leurs chaussures de marche se décollent au bout de 3 heures et les coutures des sacs à dos craquent ....

Le président d'une association d'anciens militaires indique que déjà en 2005 une Commission parlementaire avait rendu un rapport sur l'état du matériel des armées très documenté et très alarmant ! Depuis 2005, de nombreuses lois, dites de programmation militaire, sont venues encore aggraver la situation. On se sait pas assez que que ce sont des hommes qui paieront de leur vie cette absence de moyens, comme en 2008, à Ouzbine, en AFGHANISTAN où 10 soldats sont morts: l'OTAN avait noté le manque de moyens des français notamment de radios et de munitions...

Pour le citoyen de base, l'armée coûte beaucoup d'argent. Est-ce encore vrai ? NON!

- La France privilégie les grands programmes tel l'avion RAFALE (coût: 44 milliards d'euros) jamais vendu à l'étranger et dont le contrat de fabrication prévoit que l'armée française doit toujours en acheter au prix fort. De plus, la dissuasion nucléaire sanctuarise 10% des dépenses du ministère (près de 4 milliards d'euros) au détriment des moyens conventionnels. Qui décide de cela aujourd'hui ? Les militaires, NON !

- la part de la Défense dans les dépenses publiques diminue fortement depuis 20 ans et atteint un seuil critique (1,5% du PIB)qui ne rend plus crédible une menace militaire française (SYRIE ?).

Un organisme de recherche spécialisé basé en SUÈDE, le SIPRI, nous apprend que les dépenses militaires ont chuté en 2013: 1.250 milliards d'euros, soit 1,9% de baisse consécutif à 0,4% en 2012. C'était la première fois depuis 1998 !

Mais, ces dépenses militaires ont fortement augmenté dans les pays émergents et depuis 2004 elles ont doublé en CHINE, en RUSSIE et en ARABIE SAOUDITE. Si les USA ont toujours le plus gros budget de défense, il a baissé l'an passé de 7,8%, la CHINE a vu son budget augmenter de 7,4%. La plus forte augmentation a eu lieu en Afrique: + 8,3%, notamment l'ALGÉRIE et l'ANGOLA. Enfin, au Moyen-Orient où certains chiffres sont inaccessibles aux chercheurs (IRAN), l'ARABIE SAOUDITE dépasse la FRANCE, laquelle est tombée à la cinquième place mondiale. Les autres pays de la zone arabe ont accru leurs budgets de 4%. C'est le même chiffre, mais à la baisse que le budget français de la Défense a subi depuis 2008.


Qui juge qu'une nouvelle guerre mondiale est impossible ? N'est-ce pas le rôle des armées de se préparer à ce type de combats tout en espérant que ça n'arrive jamais ? Nous venons de connaitre une longue période de paix en France, c'est exceptionnel dans notre histoire. Mais cela signifie-t-il que ce sera la paix éternelle ...

L'agitation armée qui se lève à l'Est de l'Europe où l'on redécouvre le côté belliqueux de Poutine, la dangerosité de la situation en UKRAINE et demain dans les PAYS BALTES et l'inquiétude du comportement agressif de la CHINE en Asie à l'égard de tous ses voisins, font prendre conscience à quelques uns qu'en cas de guerre contre ces dictatures, comme en "14" ou en "39", l'armée française partira se battre dans des conditions matérielles déplorables qui nous ont pourtant coûter cher en vies humaines et une défaite humiliante.

Ce ne sera pas encore une fois faute au manque d'informations: les gouvernements de gauche comme de droite savent la gravité de la situation! heureusement que nous ne sommes pas allés en SYRIE car l'armée syrienne c'est autre chose que celle de LYBIE et nous aurions eu d'énormes pertes.
Il est exact que depuis 2008 nous connaissons la crise et que des économies doivent être faites, mais pourquoi sur la Défense (3,2% de la dépense publique) plus que sur l'Éducation Nationale ( 10,8% de cette dépense) ? Au moins, il faut en débattre publiquement.
Il s'avère que chaque Plan de Programmation Militaire depuis 20 ans est présenté comme une analyse stratégique alors que ce n'est qu'une adaptation comptable à nos difficultés financières(exemple: 33675 postes à supprimer d'ici 2018).

Récemment, le Président OBAMA est venu en EUROPE pour nous dire que la défense de nos démocraties ne pouvait être seulement fait par l'armée américaine et qu'il fallait d'une part que les budgets des pays européens reviennent à un niveau de 2,5% du PIB et d'autre part qu'il fallait faire une Armée Européenne.
Vaste programme !!!

Justement en RCA, l'Europe n'est pas capable d'envoyer 1000 soldats en quelques semaines et doit quémander à la GEORGIE de l'aide!!!! Quant à la France, on a bien vu les limites de notre armée: déjà occupée au MALI, elle ne peut pas apaiser la situation dans un territoire plus grand que la France. Elle a fait avec "les moyens du bord" et ils sont limités.

Faute d'une armée européenne avant longtemps, il vaudrait mieux veiller à ce que notre armée puisse au moins défendre notre territoire cette fois ci! Cela veut dire que les moyens doivent correspondre à l'état des menaces dans le monde. Les menaces ne sont pas seulement terroristes!

Il est vrai que lorsque le Ministère de la Défense n'est pas même capable de payer correctement ses hommes (voir échec du logiciel LOUVOIS: 4 ans avant d'arrêter les frais pour revenir au manuel), on ne peut que s'inquiéter de la façon dont la "grande muette" est gérée.

C'est d'ailleurs l'un de ses problèmes: pas de syndicats à l'intérieur des régiments, culture de l'obéissance absolue et devoir de réserve particulièrement respecté. La haute hiérarchie militaire n'a pas su se faire entendre des décideurs: aujourd'hui, il faut être "énarque" pour être écouté ! De ce fait, elle est en partie décrédibilisée auprès de ses troupes qui lui reproche l'absence de vues prospectives sur l'armée de demain. La hiérarchie aurait du permettre aux agents de ce ministère d'avoir confiance en eux parce que la Nation sait qu'elle pourra compter sur eux ! Ce n'est plus le cas!
Il serait temps que ce débat soit sur la place publique au lieu de circuler entre spécialistes.

Faute de quoi, les "politiques" peuvent supprimer des milliers de postes sans déclencher de manifestations dans les rues ou décider dans leurs cabinets que le budget sera consacré à l'arme nucléaire au détriment des moyens ou de l'entrainement sans être interpellé par des militaires conscients qu'il s'agit de leurs vies.
L'armée est à l'image du pays, elle va mal!
Lionel DE BUSSIERE


11/04/2014
Affaires Européennes: la faute !

Le Pt HOLLANDE vient de remanier son gouvernement en nommant un nouveau Premier Ministre, Manuel VALLS, son Cabinet en nommant son ami(Jean-Pierre JOUYET) au Secrétariat Général de l'Élysée et au Parti Socialiste en organisant l'arrivée comme Premier Secrétaire du parti de Christophe CAMBADÉLIS afin de remplacer Harlem DÉSIR dont l'échec à ce poste est reconnu par tous y compris dans son camp.

Pour "exfiltrer" M. DÉSIR, il a été décidé de le nommer au gouvernement. Ce n'est ni la première fois ni, sans doute, la dernière que ce genre de pratique de promotion due à l'incompétence se voit en politique comme d'ailleurs dans les administrations: relire "Le principe de Peter" des deux auteurs canadiens Laurence PETER et Raymond HULL, paru en 1969.

Mais là c'est plus qu'une erreur de casting: nommer M. Harlem DÉSIR Secrétaire d'État aux Affaires Européennes est une faute grave.
A travers ce symbole, on fait passer un message à nos partenaires européens: celui qui est chargé de régler les problèmes très complexes avec les voisins et amis n'a pas été mis là pour ses compétences mais pour le recaser honorablement (pour lui!). Certes, il fut élu le 13 juin 1999 député européen,et réélu en 2004 et 2009; mais il est connu pour être un absentéiste important à Strasbourg. Personne ne se souvient qu'il se soit manifesté dans le débat européen depuis des années par une intervention positive pour faire progresser l'Europe.

Autre point: 7 ministres des Affaires Européennes en 7 ans! Sous la droite ou la gauche, on note l'importance du poste puisqu'il ne lui est jamais laissé le temps de s'initier aux rouages européens très complexes et surtout de nouer des liens avec ses homologues étrangers et avec les responsables bruxellois. Qui connait le nom du prédécesseur de M. DÉSIR ? Ce n'est pas sérieux d'agir ainsi !

Par dessus le marché, le Gouvernement a décidé que les Secrétaires d'État ne siègeraient plus au traditionnel Conseil des Ministres du mercredi sauf si leur domaine de compétence était abordé. Alors, soit M. DÉSIR sera présent toutes les semaines car l'Europe est présente à chaque fois que l'on parle d'agriculture, de défense, de politique étrangère, d'énergie, d'éducation, ...bref de tout ! Et dans ce cas, pourquoi ne pas l'avoir nommé directement Ministre afin qu'il soit présent à chaque fois ?

Où, et c'est plus grave, il ne sera jamais convoqué. Tout est organisé pour se passer de lui:
C'est d'autant plus probable que dans le même temps le Service Gouvernemental chargé des Affaires Européennes (SGAE) est passé de l'autorité du Premier Ministre à celle du Président de la République, sans oublier que le nouveau Secrétaire Général de l'Élysée est un ancien responsable des Affaires Européennes sous ... SARKOSY !

Comment 6 semaines avant les élections européennes peut-on faire un contre sens de cette gravité ? Autant faire un bras d'honneur à nos voisins et à Bruxelles en leur indiquant clairement que nous n'avons quasiment plus rien à faire de leurs avis. Jusqu'à présent seuls le Front National et le Front de Gauche tenaient un discours anti européen.
Le Pt HOLLANDE, en agissant comme il l'a fait, va renforcer l'image négative de l'Europe. Il en portera la responsabilité devant l'histoire.
Lionel DE BUSSIERE


09/04/2014
PERIGUEUX: Michel MOYRAND, l'homme qui a tout perdu en quelques jours:

Depuis des mois, tout le monde prévoyait que le Maire de Périgueux, Michel MOYRAND, serait réélu "dans un fauteuil". La droite était divisée et les querelles entre les deux parties de l'UMP étaient quotidiennes! Même le commandeur du gaullisme, Yves GUENA, du haut de ses 92 ans et de son passé en Périgord avait choisi un camp contre l'autre au lieu de tenter de réunir les candidats dans une seule équipe dont chacun pensait que ce serait la condition d'un éventuel succès.
Un premier sondage avait indiqué début mars que la liste AUDI avait creusé l'écart avec l'équipe dissidente de l'UMP mais qu'elle serait battue par la "gauche" au second tour.
Après quelques problèmes, la quasi totalité des listes dissidentes à gauche et à droite (FN par exemple) étaient dans l'impossibilité de constituer une liste.

Seules 3 listes restaient en compétition: la "gauche" avec MOYRAND comme tête de liste, AUDI à la tête d'une alliance UMP-MoDEM-UDI et le dissident DAUDOU.

La semaine précédente le premier tour, Michel MOYRAND se laissait aller à dire qu'il serait élu dés le premier tour et qu'ensuite il allait être élu Président de l'Agglomération du Grand Périgueux où les socialistes sont majoritaires à eux seuls.
Dés le premier tout, Jean-Paul DAUDOU mordait la poussière avec sa liste en faisant moins de 14%. Mais le Maire n'était pas réélu !! Au niveau national, le PS avait de nombreuses pertes.
Un second tour devait être mis en place. Cela s'annonçait plutôt bien car le Maire avait 47% et comme DAUDOU refusait d'appeler officiellement à voter AUDI, les transferts de voix à droite devaient mal se passer.
Mais voilà ! Contexte national et volonté de la droite de reprendre le pouvoir à Périgueux où elle avait été battue de 113 voix en 2008, la liste AUDI gagnait le second tour avec plus de 160 voix d'écart.... Antoine AUDI devenait le nouveau Maire de Périgueux.

Sonné par la défaite, Michel MOYRAND songé à abandonner ses mandats. Son parti le sollicite car de nombreuses mairies de l'agglomération du Grand Périgueux étaient aussi passées de gauche à droite. Si la gauche dans son ensemble était encore majoritaire, le PS ne régnait plus seul.
Pire, le vrai concurrent de MOYRAND, Jacques AUZOU, communiste et maire de BOULAZAC avait discrètement oeuvré depuis des mois en s'assurant que si MOYRAND était battu, il serait candidat et les voix de la droite irait sur lui....
Ce type de manoeuvre rappelle les vieux souvenirs des deux bretons "Yves GUENA et Yves PERON", l'un gaulliste historique et l'autre résistant et communiste en Périgord. Relisons les mémoires d'Yves GUENA quand il décrit comment au second tour il a été élu Sénateur au détriment, déjà , des socialistes.
L'histoire se répéte !
M. MOYRAND vient de déclarer qu'il n'était plus candidat à la Présidence: en 4 jours il a fait les comptes et il n'aura pas la majorité. Il préfère déclarer forfait avant d'être à nouveau battu!
J'attends avec impatience les prochaines sénatoriales où deux socialistes ont déjà été proposés par le PS pour se succéder à eux mêmes: il s'agit des deux cumulards bien connus: Mrs CAZEAUD et BERIT-DEBAT. Il est probable qu'un UMP sera élu dans le secret des urnes grâce aux voix communistes.
Ah! la politique ! c'est complexe, mais parfois c'est profondément humain!
Lionel DE BUSSIERE


05/04/2014
C'est toujours la faute à l'Europe !!!

Le nouveau gouvernement vient d'être constitué et dés lundi le nouveau ministre des Finances et des Comptes Publics, Michel SAPIN, est obligé d'aller à Berlin afin d'expliquer les raisons pour lesquelles la France demande une nouvelle fois des délais pour rentrer dans les 3% de déficit autorisés par le Traité de Maastricht. Franchement, nous devrions avoir honte de quémander l'indulgence allemande avant de solliciter officiellement ce nouveau report à Bruxelles.

Notre dette est à un niveau élevé: 93,5% du PIB pour 2013, elle continue de croitre: 94 ou 95% en fin de 2014....
Le déficit est de 4,3% fin 2013 alors que nous étions engagé à être à 3% à cette époque, puis à 3,7%, puis à 4,1%.....Depuis 2003 et le Gouvernement RAFFARIN, nous accumulons les promesses non tenues.Michel SAPIN parle de la trajectoire à suivre ....
Certains voudraient comparer notre situation à celle des Italiens qui viennent de mettre 10 milliards d'euros pour les bas salaires afin de relancer la consommation et donc la croissance. Mais les Italiens sont à 2,7% de déficit: ce qui signifie qu'à l'intérieur de la fourchette des 3% du Traité, ils disposent d'une marge de manoeuvre que nous sommes incapables de nous donner !
Cela devrait faire cesser les critiques de la soi disante politique d'austérité menée par les gouvernements français depuis 2008. Avec des déficits abyssaux, ce n'est pas l'austérité, c'est la gabegie ! Les Italiens, en outre, ont déjà accompli des réformes de fonds: suppression du Sénat, modification du Code du Travail, ...
Depuis la fin 2012, les impôts ont atteints un niveau unique en Europe et comme 'trop d'impôts, tue l'impôt"; les rentrées fiscales sont désormais insuffisantes pour toutes les dépenses de l'Etat, des collectivités territoriales et de la Sécurité Sociale. Il faudra donc diminuer ces dépenses: le Pt HOLLANDE a annoncé 50 milliards d'économies qu'il nous annoncera dans quelques jours. C'est déjà insuffisant puisque la réduction du déficit n'est pas celle attendue...
Nous avons de la chance dans notre malheur: les taux d'emprunt continuent d'être très bas (2,4%)mais chacun sait que cela va augmenter, et mécaniquement le montant de la dette ! Comment va-t-on faire dans ce cas ? La France est devenue l'homme malade de l'Europe: trop de dettes, compétitivité en berne, manque de courage des dirigeants et inconscience collective des citoyens qui continuent de penser que tout cela est la faute de l'Europe !!!!
Nous promettons à chaque fois de faire des réformes et le Président est incapable d'avoir le courage nècéssaire à leurs mises en oeuvre....
Depuis plus de 10 ans nous ne respectons pas le code de bonne conduite financière en Europe, et malheureusement, comme beaucoup de mauvais conducteurs pris par "la patrouille" nous accusons les autres d'être responsables ce ces infractions répétées.
Comment voulons nous obtenir l'indulgence des autres pays dont beaucoup ont vraiment connu l'austérité et fait des réformes ?
Nous allons vers d'énormes difficultés au sein de l'UE et notre voix ne sera plus entendue car nous n'avons bientôt plus de crédibilité.
Lionel DE BUSSIERE


02/04/2014
À quoi jouent "les verts"(EELV) ?

Presque deux ans après leur participation au gouvernement dirigé par JM AYRAULT, les deux ministres "verts" viennent de faire savoir qu'ils ne seront pas ministre à nouveau, avec Manuel VALLS comme premier ministre. Ils ont précisé que ce n'était pas un problème d'homme mais de programme politique. C'est donc directement le Président HOLLANDE qui est mis en cause. Le Conseil National des "Verts" vient de confirmer cette position. Il est vrai que Mme DUFLOT est la vraie "patronne" du parti et sait se faire obéir.

Pourquoi abandonner la majorité socialiste maintenant ? Après la déroute de leur candidate à l'élection présidentielle de 2012 (Mme E. JOLY), la négociation entre la direction du PS et celle d'EELV leur avait été très favorable afin qu'ils puissent avoir un bon groupe à l'Assemblée Nationale et nombre de leurs revendications ont été mises en avant lors de la constitution du gouvernement.
Mais voilà, les "Verts" ont découvert la réalité de la situation économique, financière et même énergétique de la France en arrivant au pouvoir. Ce n'était pas brillant !!!
Aussi la transition écologique et la fermeture de nombre de centrales nucléaires ne furent pas les priorités du gouvernement d'autant que nombre de socialistes (MONTEBOURG) et de syndicalistes (CGT) ne partageaient pas ce point de vue.
De plus, les "Verts" français sont plutôt du style "pastèque" c'est à dire vert à l'extérieur mais bien rouge à l'intérieur. Aussi après les 20 premiers mois de tâtonnement du gouvernement afin de tenter de trouver une synthèse entre ceux qui veulent une "vraie "politique de gauche (augmentation des impôts, taxation des riches, emploi aidé pour tous, augmentation du déficit afin de relancer la machine économique, ...) et ceux qui veulent remettre la France au niveau des principales puissances économiques mondiales (en favorisant l'investissement, la recherche, la compétitivité des entreprises et la création d'emplois dans les entreprises privées); le choix de fin d'année 2013 du Président HOLLANDE a soulevé un tollé chez les "Verts" comme dans toute l'extrême gauche en France!

Que veulent aujourd'hui les "Verts" ?
- qu'un écologiste soit le ministre d'un grand ministère de l'écologie
- que ce dernier ait le même poids que le ministre de l'Économie afin de peser sur les choix du pays
- que des centrales nucléaires ferment vite
- que le ministère de l'écologie n'ait pas de contraintes budgétaires afin de mener à bien la transition écologique
- que le pacte de responsabilité soit modifié de façon substantielle afin de donner aux entreprises bénéficiaires des objectifs contraignants dans le domaine du chômage
- faire voter le texte sur le droit de vote des étrangers aux élections locales d'ici la fin 2014.

C'est un programme qui est plus proche de celui du Front de Gauche que celui du PS !!!
Quel poids électoral pèsent-ils pour être aussi exigeants ? Nous l'avons vu, aux Présidentielles, ce fût catastrophique ! Aux Municipales, ils firent mieux que le PS du fait qu'ils ont réussi à se différencier, mais mis à part Grenoble, où sont-ils en position de responsabilité ? Leur voix dans le pays est très peu entendue.

M. CANFIN a été un ministre inexistant au Ministère du développement (qui se souvient de l'avoir entendu sur la RCA par exemple ?)
Mme DUFLOT laissera un bilan mitigé: elle ne s'est pas du tout occupé de l'égalité des territoires et ses deux lois sur le logement n'ont pas atteints ses objectifs, surtout les chiffres exécrables de la construction en France lui sont en grande partie imputables !
Le programme du Pt HOLLANDE préconisait 500.000 logements par an. En 2013, seuls 335.000 logements ont été mis en chantier, une baisse de 5% par rapport à 2012. Pas glorieux donc !

Les deux ministres verts s'en vont et préparent leur positionnement en vue de 2017 dans l'opposition de gauche avec MÉLENCHON et le PCF.

Pourtant, M. VALLS leur offrait l'opportunité de réaliser une bonne partie de leur programme: il leur a offert la gestion d'un grand ministère de l'Écologie, des Transports et de l'Energie avec des moyens adéquats. De plus, il s'est engagé à modifier la loi électorale afin qu'une partie des députés soient désormais élus à la proportionnelle.
Ce n'est pas rien! Mais ce fut insuffisant car la réponse des Verts est idéologique et non pragmatique. Mme DUFLOT annonce ainsi sa candidature en 2017 pour la prochaine présidentielle.

Le Président va donc devoir trouver une majorité sans eux en tentant de garder tous les membres du PS (une partie lorgne aussi vers le Front de Gauche), les Radicaux de Gauche et quelques clubs de gauche peu importants en nombre et même en idées!

Va-t-il avoir le courage de se tourner vers le Centre ? Le Premier Ministre, ex rocardien, connait bien les risques puisque son mentor l'a fait en son temps dans une période à peu près similaire à celle d'aujourd'hui ?
Il faut l'espérer !
Lionel DE BUSSIERE


31/03/2014
La nouvelle politique de HOLLANDE est-elle déjà condamnée avant d'être votée par le Parlement ?

Mme ROYAL et M. RAFFARIN qui se détestent, ont cependant la même analyse à l'issue de la "raclée" reçue par le parti du Président: l'heure est grave pour le pays !
De façon plus classique, Mme LE PEN et M. MELENCHON demandent un changement complet de la politique du gouvernement AYRAULT en mettant fin à l'austérité et à la rigueur budgétaire. Juste le jour où un nouveau dérapage du déficit de ce même budget pour l'année 2013 est annoncé par l'INSEE, ce qui va nous mettre en difficulté avec Bruxelles.
M. PLACÉ (EELV), membre de la majorité, réclame aussi la fin de l'austérité et indique qu'il ne votera pas le pacte de responsabilité en l'état, pierre angulaire de la nouvelle politique économique du gouvernement.

Mais peut-on le remettre en cause ? Là encore Bruxelles veille: cela fait partie des promesses faites par le Pt HOLLANDE l'an dernier afin d'avoir un délai supplémentaire pour assainir les comptes de l'État français. Notons aussi que le gouvernement a attendu les municipales pour donner le détail des 50 milliards d'euros d'économies des dépenses publiques, mais qu'il faudra bien s'y coller ! Et même que 50 milliards ne suffiront pas: le gouvernement a fait de nouvelles promesses aux entrepreneurs lors des discussions autour des Assises de la Fiscalité afin de leur redonner confiance et investir.

- suppression de la surcotisation de l'impôt sur les sociétés pour les groupes faisant plus de 250 millions d'euros de CA
- taux de l'impôt sur les sociétés abaissé à moins de 30% (au lieu de 33,33% aujourd'hui)
- augmentation du crédit d'impôt pour la recherche de 6 à 8%

A coté de cela quel programme pour "le peuple de gauche" ?
- les fonctionnaires ne seront pas augmentés en 2014 comme en 2013 et ce depuis 2010
- la Sécurité Sociale va encore diminuer ses remboursements et bloquer toute hausse du coût des visites médicales
- le nombre de fonctionnaires dans la plupart des administrations nationales et locales diminueront plus vite que sous SARKOSY afin de tenir la promesse d'augmenter le nombre d'enseignants
- les collectivités territoriales vont voir leurs dotations financières nettement diminuer

Comment les leaders du PS vont réagir à cela ?
Au niveau local, les réactions locales sont claires: tout est de la faute de HOLLANDE et pas de la leur, persuadés qu'ils sont d'être d'excellents gestionnaires en distribuant postes et avantages à leurs fidèles. Ils oublient aussi le tort considérable que leur cause le refus d'appliquer les règles de non cumul prévues au programme du candidat HOLLANDE
Au niveau national:il semblerait que ce soit un problème de pédagogie !!! Nous comprenons mal ce que fait le gouvernement car il explique mal....

Je crains que ces explications soient insuffisantes ! Nous assistons sans doute à un rejet durable du PS. C'est son choix idéologique qui le fait couler ! Pour les socialistes la politique de l'offre est une hérésie.
Nous allons donc assister à une restructuration politique:
- le Front de Gauche dont le PCF + EELV = la gauche du PS actuel vont se retrouver pour devenir l'équivalent de 'Die Linke " en Allemagne
- un PS social démocrate
- une UMP recentrée (UDI = MoDEM), équivalente à la CDU allemande
- un FN alliée à une droite "buissonisée" qui sera toujours anti système
- le reste ira à des divers de droite ou de gauche selon le cas;
Mais nous aurons aussi, comme dans beaucoup de pays démocratiques en Occident (USA, Allemagne, ...), une forte hausse de l'abstention de la part des électeurs dégoutés de l'absence de changements possibles.

Cela va être très dur de trouver un consensus pour réformer la France et ainsi Bruxelles va être le grand méchant loup qu'il faut abattre....
Lionel DE BUSSIERE


28/03/2014
Après le second tour des élections municipales, un changement de cap est-il encore possible ?

Selon un sondage publié hier, 87% des français veulent un changement de politique économique du gouvernement actuel (LCI-Opinion way). Par ailleurs, l'opposition (UMP, UDI, FN) presse le Chef de l'État de changer de politique. La gauche du PS et le Front de Gauche, comme les verts d'EELV manifestent aussi pour un changement de politique économique, pas dans le même sens bien sûr!
Le Chef de l'État reste silencieux et selon les commentaires des journalistes bien introduits, il n'a pas encore choisi s'il garde ou non l'actuel 1er Ministre. En effet, à quoi servirait un nouveau 1er Ministre s'il n'incarne pas une nouvelle politique à mettre en oeuvre ?

Mais le Président HOLLANDE est coincé ! Il a déjà changé de politique économique fin 2013 et il a commis l'erreur de ne pas profiter de ce changement important pour d'une part changer ce 1er Ministre et d'autre part resserrer son gouvernement pour le rendre "plus professionnel" (comme le demande de façon assez comique M. Harlem DÉSIR !)
Souvenons-nous, le 17 juillet 1984, Laurent FABIUS était, à 37 ans, nommé 1er Ministre de F. MITTERRAND. En 1983, le PS avait reçu une "raclée" aux municipales en perdant 36 villes de plus de 30.000 hts sur 161.Face à l'échec économique et financier de la gauche (déjà ?)qui avait beaucoup distribué en arrivant au pouvoir en 1981, le Président MITTERRAND renvoie P. MAUROY et va faire appliquer une politique de rigueur (à l'origine de la coupure des élus du PS et du peuple qui avait cru aux promesses de "changer la vie") et une politique pro européenne avec l'Allemagne dont l'euro sera la concrétisation quelques années plus tard. Cela n'a pas empêché le PS d'être battu sèchement aux élections législatives suivantes.

Nous sommes à nouveau dans ce cas de figure, sauf que le Président HOLLANDE a joué ses rares bonnes cartes en dépit du bon sens. Lui qui sait si bien différer une décision au lendemain, voire au surlendemain; que n'a-t-il attendu le second tour des élections municipales pour annoncer sa nouvelle politique économique de l'offre et du pacte de stabilité en liaison avec les entreprises au lieu de la politique keynésienne qui lui servait de credo ?
Aujourd'hui, il n'a plus d'atout maitre ! Il est probable que lundi prochain son changement fasse un flop !
D'autant que ses électeurs et une bonne parti des élus ne soutiennent pas sa nouvelle politique, bon nombre ne la comprennent pas en pensant que c'est une politique de droite ! Pensez, il veut redonner de l'argent aux "patrons" alors que toute sa campagne présidentielle s'est faite sur le dos des "riches" et des entrepreneurs.

Le Président HOLLANDE se trouve fort dépourvu pour deux raisons majeures:

- tous ses élus l'accusent de les mener dans le mur ! Or, au PS, les élus, c'est le nerf de la guerre: tous ont besoin de ces postes électifs pour vivre. Les prochaines élections seront de toute façon mauvaises.
L'inculture économique du PS, le fait, d'avoir une surreprésentation de fonctionnaires, d'apparatchiks et de professions protégées parmi ses élus et, de ce fait une quasi absence de représentants du monde de l'entreprise, a entrainé que seul l'affrontement de "classes" soit encore le mode culturel de nombre de hiérarques de gauche. Par deux fois, nous avons vu où ça les mène...

- pour compenser le départ éventuel de sa "gauche", le Président HOLLANDE n'a pas de réserves comme du temps où Michel ROCARD avait passé des accords ponctuels avec le centre. Aujourd'hui, l'immense majorité du centre est à droite avec ou proche de l'UMP et, faute d'avoir su tendre la main au MoDEM après la présidentielle son leader s'est lui aussi rapproché de la droite.
Pourtant la nouvelle politique économique du Président correspond bien aux souhaits du Centre et même d'une partie de la droite à l'UMP. Évidemment ils ne vont rien faire pour aider HOLLANDE ! Ils attendent que le fruit soit mûr afin de prendre les places.

Au lieu de promettre la lune, les deux principaux partis auraient mieux fait de dire la vérité aux français et de leur dire que des efforts longs et difficiles leur seront demandés dans les 10 prochaines années. Mais comme le dit du fond du coeur, l'ancien Président SARKOSY: "Bon courage à ceux qui veulent être élus avec un tel programme!" Il est probable que le Président HOLLANDE pensait de même en 2012.
Sauf qu'aujourd'hui, c'est la France qui est dans l'impasse du fait de l'absence de courage de ses dirigeants et cela profite aux extrêmes.
Lionel DE BUSSIERE


27/03/2014
Municipales en Périgord(suite):

Nous arrivons au second tour et en Périgord comme partout en France, le PS est en net recul du fait que depuis le début de la Vème République, les élections de mi-mandat sont toujours mauvaises pour le pouvoir en place. Donc rien d'étonnant ! Mais hier de nouveaux chiffres sur le chômage sont sortis et ils sont très mauvais au niveau national (+ 0,9%) et encore plus en Aquitaine (+ 1, 4%). Naturellement, ces chiffres inquiètent encore plus les candidats appartenant au PS et ses alliés( ils ont enlevés les logos du parti afin de paraitre "plus local"). D'ailleurs, tous les candidats de gauche accusent le Président HOLLANDE et son gouvernement d'être responsable de leur défaite ou de leur mauvais score. Vive la solidarité !
Aucun ne se remet en cause afin de chercher localement des causes de désaffection des électeurs; mais par contre comme la peur de perdre le poste est devenue présente, le niveau de la campagne est tombé à un niveau très bas.
Quelques exemples:

- le recordman du cynisme: M. TERRIENNE, successeur de Bernard CAZEAU et visiblement son éléve dans la pêche aux électeurs quel que soit le moyen. Il a écrit aux Présidents des Associations qui reçoivent du Maire actuel (lui) des subventions en leur demandant de réfléchir avant dimanche car son opposant va les réduire.Sauf que cet opposant n'a rien dit de pareil! Alors comment M. TERRIENNE explique ce dérapage: "On est dans le second tour! le résultat est incertain, chacun attaque avec ses arguments!" Pauvre ville de Ribérac avec un maire à ce niveau !

- le Maire actuel de Périgueux pourrait être cité aussi! Voilà ce qu'il dit de son opposant: "Il ne connait rien du fonctionnement d'une collectivité, c'est très complexe! Il n'a pas les dispositions requises pour gérer la ville." Son opposant sera minoritaire au département, à la région, au sein de l'Agglomération où"il faut avoir ses entrées". Fameux comme raisonnement! Si on n'est pas tous au même parti, nous ne pouvons pas être élu Maire. Cela se nomme comment ce type de pensée ? C'est d'autant plus étonnant dans la bouche de M. MOYRAND que ces propos étaient ceux tenus en 2008 par son opposant de l'époque, l'ancien Ministre X. DARCOS, à son encontre. Tout le monde à l'époque avait trouvé cela suffisant (à juste titre) et ça n'avait pas porté chance à son opposant ! Cela pourrait se renouveler aujourd'hui ....

- enfin, même s'il a été élu dés le premier tour, il faut nommer le Maire de Coulounieix-Chamiers (banlieue de Périgueux)qui conteste le droit à son opposant battu de faire un recours pour abus de pouvoir. Cet opposant a le toupet de faire remarquer que le Chef de Cabinet de M. ROUSSARIE avait été son directeur de campagne. Ce qui n'est pas interdit sous réserve de bien séparer les deux missions. Or, il semble que ce ne fût pas le cas. Dés lors l'opposant fait des "manigances honteuses" et M. ROUSSARIE "regrette une politique de caniveau." Ah bon! Faire un recours en justice en France, c'est donc honteux pour ce maire réélu ? Si c'est avéré ce qu'il a fait, il faut souhaiter qu'il ait une interdiction de se représenter, cela lui apprendra ce qu'est la démocratie en France.

Durant le même temps, Jean LASSALLE, publie ses cahiers de doléances qui sont d'actualité en période d'élections. Selon le "député qui marche", 9 français sur 10 disent "ça va péter !"( l'enquête récente sur les jeunes indique le même climat).
Il découvre que les causes de désespoir des électeurs sont d'une part "la politique" et d'autre part "la situation économique". Bravo pour la découverte !

Tous ces candidats avec un ego démesuré et se comportant localement comme des potentats sont effectivement la source du rejet de la politique. Pour revenir à des débats ouverts et constructifs sur les programmes, il faut encore une fois faire voter un texte de limitation du cumul des mandats, non seulement politique et sur la durée de ceux-ci mais aussi mettre dans le pot toutes les associations liées (syndicat des eaux, du tourisme, de l'électricité, ...). Comme les élus ne veulent pas de ce changement, il faudra un référendum pour obtenir cette loi.
Déjà votons pour ceux qui promettent de ne pas cumuler !
Lionel DE BUSSIERE


25/03/2014
Commentaires d'après 1er tour de municipales:

Les gros titres de la presse indiquent globalement la même chose: un FN gagnant, un PS sanctionné et une UMP rattrapant une partie des pertes d'il y a six ans.
Pour les commentaires des responsables politiques, il est possible de reprendre ceux d'il y a 6 ans en inversant les rôles: "Il faut que le Président SARKOSY et son gouvernement changent de politique et écoutent le message du 1er tour" disait F. HOLLANDE, alors 1er Secrétaire du PS. "Le gouvernement n'a pas à tenir compte d'élections locales" disait F. FILLION alors 1er Ministre.
Il existe cependant des différences avec 2008: d'une part le niveau des abstentionnistes a encore augmenté et d'autre part le FN a réalisé une vraie percée nationale en pouvant se maintenir dans 229 villes au second tour.
Même si la démocratie en France n'existe vraiment que depuis 150 ans, cette montée du populisme et le rejet par les plus déshérités du vote jugé inutile sont des choses déjà vues dans l'histoire de France. Malheureusement avec une fin tragique !
Il faudrait donc que nos dirigeants en tiennent compte et démontrent qu'ils ont appris quelque chose depuis le premier tiers du XXème siècle. La crise économique qui écrase les plus faibles depuis 2008 sans qu'une solution apparaisse nous mène tout droit dans le mur. Que des bruits de bottes soient en outre audibles à l'Est n'est pas pour nous rassurer !

Quelques villes de banlieues se sont distinguées par une abstention record tournant aux alentours de 60 à 75% des inscrits. Ces villes ont un taux de chômage de 30% et de 65% pour les moins de 25 ans. De nombreux immigrés y vivent, mais ils ont la nationalité française et ont bien compris que personne ne s'intéressait à leur sort! (Ceci montre aussi qu'avant de faire une loi pour faire voter les immigrés de nationalité extra UE résidant depuis plus de 5 ans sur notre territoire, il faudrait d'abord régler les problèmes d'emploi dans ces villes!).

Un des éléments importants de la montée du FN et de l'abstention est évidemment le fait que pour des millions de votants, rien n'a changé à leur sort après l'arrivée des socialistes au pouvoir. Les promesses ne peuvent être tenues du fait de leur inapplicabilité au monde réel que le Président HOLLANDE et nombre de ses ministres ont découvert en s'installant. La France ne vit pas sur une île et notre économie est liée étroitement à celles des voisins européens et aux principales économies du monde tels les USA et la Chine.
A gauche comme à droite, des partis anti-système font de la peur leur fond de commerce empêchant ainsi la nécéssaire adaptation de notre pays à la mondialisation. Il n'y a pas de différence de fond entre MELENCHON et LE PEN au niveau économique et financier ! Il est facile de réunir les laisser pour compte en leur proposant un futur radieux !

Revenir au corporatisme comme au Moyen-Âge et sous Pétain afin de protéger les petits commerçants, agriculteurs, ouvriers et artisans des "envahisseurs". Puis un homme providentiel fédére ces mécontents dans un système de syndicats verticaux qui dénoncent la main mise des élites, naturellement corrompues, qui privent le pays de sa richesse car ils sont à la botte de l'étranger (juif, arabe, capitaliste américain....).
Le futur dictateur promet une nouvelle démocratie, un respect de l'ancien monde et des réformes sociales qui permettraient la mise en place d'un monde merveilleux. Ces promesses intenables font fuir toutes les entreprises et bloquent les initiatives des plus dynamiques. On améliore la sauce avec une grosse pincée de nationalisme (Ah! la France d'avant, combien était-elle belle et bonne pour tous!!!Oubliant d'un coup le travail des enfants, les journées de 12 h, l'absence de sécurité sociale, des congés payés, ...).
On termine en dénonçant la corruption des élus (tous pourris!) et on est prêt à revivre le boulangisme ou le pétainisme (je rappelle à ceux qui l'ont oublié que nombre de communistes et de socialistes ont soutenu Pétain et pendant longtemps!).

Avec l'Europe et la mondialisation, nombre de français vivent une crise identitaire, économique et sociale. Le développement de l'économie de marché, la création encore récente de structures supranationales (UE ONU, ...), l'émergence de puissances nouvelles et l'augmentation des flux migratoire sont perçus comme une atteinte grave à l'Etat Nation et sa souveraineté.
Ceux qui votent FN ou Front de Gauche ont non seulement peur de perdre leur rang dans le pays mais que celui-ci perde sa place dans le monde.
Il faut dire aussi que le clientélisme du PS (c'est un parti d'élus issus de la franc-maçonnerie ou du copinage d'associations subventionnées ayant perdus depuis longtemps le contact avec les plus démunis) et l'affairisme de beaucoup à l'UMP aident ceux qui critiquent les dirigeants.

Peut-on encore faire quelque chose ? Pas en envoyant l'armée comme le proposait bêtement la sénatrice de Marseille, mais en créant des zones franches de taxes pour toutes les sociétés qui s'installent dans toutes ces villes à 70% d'abstentions et de chômage, en obligeant nombre de services administratifs à s'installer dans ces villes et de quitter ainsi le confort de Paris ou d'autres villes confortables, ....
bref c'est un Plan Marchal concentré sur 20 villes au maximum qui devrait être mis en place pour redonner espoir et confiance dans la démocratie .
Lionel DE BUSSIERE


23/03/2014
RCA: quel rôle pour la France ?

Dans mon commentaire du 28/11/2013, j'indiquais que la France serait en RCA pour longtemps et non pour 6 mois comme l'indiquait, à tort, le Ministre des la Défense, M. Le Drian. Quelques mois après, chacun voit bien que l'enlisement est là: sur place la situation est de plus en plus dramatique:
- au niveau sécuritaire: malgré le départ de milliers de musulmans vers le Tchad, la guerre des religions subsiste et la paix civile est loin d'être en vue.
- au niveau humanitaire: toutes les ONG crient au secours; le nombre de déplacés est considérable et l'absence de moyens médicaux est cruciale alors même que la saison des pluies arrive et que des milliers de réfugiés se cachent encore dans la forêt afin d'éviter les vengeances;
- au niveau étatique: c'est dramatique: l'État centrafricain n'existe plus, il n' y a plus d'argent pour payer les fonctionnaires,l'économie est détruite pour longtemps et les bailleurs de fonds ne savent pas comment redresser la pays.
- au niveau de la solidarité internationale: après quelques semaines d'intérêt, l'Ukraine a pris "la vedette"et les voisins de la RCA comme ses amis tournent la tête ailleurs. L'UE n'arrive pas à débloquer 1000 soldats pour aider les troupes françaises sur place, les pays de la CEMAC, voisins de la RCA, ne peuvent plus payer pour ses fonctionnaires et demandent de l'aide pour les réfugiés, MSF appelle au secours pour éviter un désastre humanitaire !

La RCA n'est pas dans l'histoire récente le seul pays à avoir atteint ce degrés de délitement et malheureusement, en Afrique d'autres pays ont atteints des seuils où plus rien ne peut être fait: Somalie, Soudan.
Que peut-on encore faire pour la RCA afin d'éviter l'effondrement complet ?
- Rétablir la sécurité du territoire: les armées africaines et françaises sur place doivent être vite aider en moyens humains et matériels afin de faire disparaitre les coupeurs de route et les bandes armées étrangères. Il faut reformer les FACA (Forces Armées Centrafricaines) en repartant de la base, c'est à dire non en fusionnant toutes les troupes actuelles en une seule, mais en créant un bataillon, puis un autre, etc...pour qu' en une année une nouvelle armée soit opérationnelle et unie. La France devra avoir un rôle important au vu de notre histoire commune dans ce domaine.
-Rétablir les Finances: en même temps que la sécurité du pays, il faut remettre en place un État, donc des moyens financiers qui ne peuvent pas venir seulement des dons de l'étranger. En RCA cela veut dire de recréer une administration des douanes efficiente car 85% des recettes budgétaires de la RCA proviennent des droits de douane. Recréer une administration financière prendra nécessairement du temps. Plusieurs années seront nécessaires pour mettre en place une douane intègre et efficace. En attendant, l'externalisation du dédouanement et de la perception des recettes douanières semble une solution provisoire mais immédiatement opérationnelle. Au bout de 3 ans de ce régime de "privatisations", la douane locale, aidée par la France et l'UE, sera en mesure de prendre le relai. La France a certes un problème de ressources, mais si on peut envoyer 1600 soldats, on doit pouvoir envoyer 100 douaniers !
La nouvelle douane de RCA devra être crée sur le modèle de la nouvelle armée: sélection, test et recrutement définitif après un temps de vérification des qualités douanières et éthiques afin de développer un vrai professionnalisme au service des citoyens.

- Après cela, il sera opportun de mettre en place des administrations du Transport, de l'Agriculture, de la Santé et de l'Éducation pour ne parler que des premiers besoins de la RCA.

La France, l'UE et les pays africains voisins doivent se concerter afin de réaliser au plus vite cette rénovation et sauver la RCA et sa population.
Lionel DE BUSSIERE


21/03/2014
Les élections en Périgord:

Quelques chiffres pour tenter de saisir la réalité locale:
- sur plus de 10.000 candidats aux municipales, près de 3.000 sont des retraités.
- en 2013, parmi les communes de plus de 10.000 hts, Périgueux tenait le record des villes du Sud-Ouest en matière d'imposition (taxe foncière: 44,54)
- sur près de 30.000 hts à Périgueux, 10.000 vivent avec moins de 1.000 € par mois
- 3.000 logements sur 20.000 sont vacants dans cette ville alors que l'on programme de nouveaux logements pour les 6 prochaines années.
- le revenu moyen du périgourdin est inférieur à 20.000 € par an, moins de 50% paie l'impôt sur le revenu.

- DEVELOP'SO, petite organisation qui milite pour un développement équilibré du Périgord et un désenclavement de nos territoires (notamment par l'électrification de la voie de chemin de fer de Périgueux à Coutras) a écrit à tous les candidats-maires des principales ville du département. Seules 5 réponses sont revenues dont les deux opposants à Périgueux du maire socialiste actuel qui milite lui pour la ligne Périgueux-Limoges. Les périgourdins veulent-ils vraiment se désenclaver ? La question se pose au vu de l'état des lieux économique et social du Périgord et du désintérêt quasi total des édiles actuels et futurs.
Selon une récente étude, 60% des français perçoivent la mondialisation comme une menace, le chiffre des périgourdins dans cette étude n'est pas précisé, mais il doit être proche des 90% !!!
Une autre étude récente a montré que le Limousin détenait le record de France du pessimisme et de la prise d'anti dépresseurs, du fait essentiellement de l'âge moyen de cette région assez proche du Périgord géographiquement, sociologiquement et sans doute moralement !
Il faut donc nous tourner non vers cette région limousine en perdition mais vers Bordeaux, capitale de l'Aquitaine à laquelle nous appartenons historiquement. De plus, les élus locaux devraient relire la théorie sur l'histoire du développement économique autour des ports depuis l'antiquité.

- ANTICOR, association qui milite pour la transparence et l'intégrité des élus, notamment en réclamant la fin du cumul des mandats afin de lutter contre les conflits d'intérêts et les trafics d'influence en tout genre, a aussi écrit à tous les candidats afin qu'ils souscrivent à une charte éthique. Seulement 3 candidats maires ont répondu positivement....

- Périgueux fait partie d'une Communauté d'agglomérations récemment mise en place qui a fait l'objet de compromis délicats entre les maires de banlieues, de villages situés à 15 kms de la capitale du Périgord et celle-ci. Mais ce n'est pas le maire de l'agglo que nous allons élire, non ! c'est ceux de nombreuses entités qui se veulent encore indépendantes et dont les maires élus seront chargés de défendre non l'intérêt général mais celui particulier des 38 communes composant l'agglo. La majorité des missions de l'Etat sont réalisées par plusieurs niveaux de collectivités, d'où les doublons, les gabegies financières et la perte d'énergie des futurs élus ! Mais au lieu de le dire, chacun préfère faire croire aux citoyens qu'il va être l'homme qui peut tout...
Pour rendre la politique plus efficace et donc plus crédible, il faudrait vite remettre à plat le rôle de chacun, évaluer l'efficacité des structures et l'utilité des actions des uns et des autres.
Cela permettrait en outre de dépenser moins et mieux ! Pour améliorer nos performances, il faut absolument regrouper les communes , supprimer les départements, renforcer les pouvoirs des régions et supprimer en même temps les contrepouvoirs parisiens.
Dans son dernier livre, Pascal LAMY analyse les faiblesses de la France dans la mondialisation. Parmi celles-ci figure en bonne place les pouvoirs locaux trop faibles avec une fausse décentralisation car chaque entité ne veut pas perdre sa parcelle de pouvoirs. Si nous voulons revenir dans la course au développement économique, il faut retrouver du dynamisme et s'ouvrir sur le monde.

Lionel DE BUSSIERE


17/03/2014
L'approvisionnement en énergie va devenir un énorme problème géopolitique pour l'UE et surtout pour la France:

Suite à l'annexion de la Crimée par la Russie, les pays occidentaux menacent la Russie de sanctions économiques diverses, ce qui n'impressionne pas du tout les russes. Ils ont raison, ce n'est que de la gesticulation: ni les américains ni les peuples de l'UE ne veulent se battre pour sauvegarder la souveraineté de l'Ukraine sur ce territoire. Ils ouvrent ainsi des boulevards à M. Poutine pour envisager calmement des annexions futures: après avoir pris deux territoires en Géorgie, un à l'Ukraine, à qui le tour ?

Les dirigeants des pays de l'UE font une analyse commerciale du rapport de force: ils ont besoin du gaz et du pétrole russes.

Quels sont les fournisseurs d'énergie dans le monde afin que nos besoins soient satisfaits:

- L'Iran: pays avec lequel nos rapports sont mauvais du fait que ce pays veut développer une industrie nucléaire civile et sans doute militaire et surtout que son gouvernement soutient des régimes criminels tel en Syrie ou des organisations jugées terroristes tel le Hezbollah au Liban. L'Iran est avec la Russie le principal soutien du régime sanguinaire de Bachar al ASSAD en Syrie.Un boycott est déjà en cours à l'encontre de cet Etat...
- Les pays du Golfe (Arabie Saoudite, Émirats divers,...): qui sont officiellement nos amis mais qui financent les mouvements islamistes les plus radicaux opposés à l'Occident, politique de grand écart dont il faudra bien sortir un jour ?
- La Libye: personne ne sait qui va sortir vainqueur de la guerre interne qui se déroule sous nos yeux, mais là encore les islamistes sont bien placés !
- Le grand Sahel: si l'Algérie est encore stable (pour combien de temps ?), on ne peut pas dire la même chose des autres pays de la zone: Mali, Soudan, Centrafrique sont les plus connus des pays en voie de décomposition , voire de somalisation. Mais qui peut être sûr de l'avenir du Tchad, du Niger ou de la Mauritanie ? Une logique de chaos s'installe dans ces pays qui sont de gros fournisseurs d'énergie: pétrole et gaz; mais aussi uranium.
- je ne parle même pas du Vénézuela, l'une des plus grosses réserves d'hydrocarbures du monde, dont l'économie va à vau l'eau.

Les USA sont en train de devenir auto suffisant en matière d'énergie grâce à la possibilité qu'ils se sont donnés d'exploiter le gaz de schistes, pire ils vont devenir exportateur net. Le coût très faible des matières premières énergétiques aux USA commencent à entrainer non seulement la fermeture de nombreuses usines de produits chimiques au sein de l'UE mais aussi la fermeture d'usines électriques au gaz car le charbon américain est quasiment donné... Cependant, les USA sont loin de l'Europe et surtout ils sortent de deux guerres perdues: Irak et Afghanistan; et n'ont aucune envie de perdre encore des GI et des dollars pour des problèmes européens.

Quant à l'UE, incapable d'avoir une politique étrangère commune comme l'exemple ukrainien vient encore une fois de le démontrer au sujet des sanctions éventuelles, (Les Britanniques veulent protéger la City dominés par l'argent russe, les Allemands ont des liens forts avec GOZPROM, fournisseur du gaz russe nécéssaire à l'économie allemande du fait d'un abandon trop rapide de l'industrie nucléaire). Les français ont aussi des intèrêts commerciaux (Qui est en train de vendre 2 bateaux de guerre à la Russie ?)absolument nécéssaires au redressement de notre balance commerciale, ... comment, donc, l'UE incapable aussi de réunir 3000 soldats pour intervenir en RCA à la demande de l'ONU, pourrait-elle faire quelque chose de concret et de fort à l'encontre des russes ? Impossible !

Alors les principes démocratiques et la volonté de la majorité des Ukrainiens d'être lié à l'UE, on n'en a rien à faire ! Nous avons bien des centaines de milliers de morts en Syrie sur la conscience, y compris par l'usage d'armes chimiques, "ligne rouge" oh combien défendue par les démocrates; alors quelques centaines de morts ukrainiens de plus....
Comme la Russie pourrait aussi intervenir sur les autres ex républiques de l'ex URSS, pays aujourd'hui aussi riches en pétrole, rien ne sera fait pour réellement bloquer les dirigeants russes dans leurs limites territoriales actuelles. Pourtant sans faire la guerre, des actions fortes de boycott économique de la Russie serait envisageable du fait que la population russe, même très nationaliste, veut vivre comme en Occident. De ce fait, une action dure de blocage des marchandises et des personnes dirigeantes de Russie pourrait mettre un feu rouge à M. Poutine. Mais nous manquons de volonté, de courage et de stratégie....
Alors, au suivant !
Lionel DE BUSSIERE


15/03/2014
En Périgord, les surprises du vote:

Hier soir avait lieu à Périgueux un débat entre les trois leaders des listes pour être Maire de cette ville, dont le Maire sortant, Michel MOYRAND. Or, il a fait une réponse sur la question du chômage à Périgueux que ni ses deux opposants, ni la presse locale n'a relevée: " La ville résiste mieux que le département...mais on a inversé une tendance.."
Il faut savoir pour apprécier le début de la réplique que le département est dirigé par son ennemi intime, M. Bernard CAZEAU, qui est aussi Sénateur du PS et ce depuis de ( trop) nombreuses années. En Dordogne, outre les deux Sénateurs, les quatre parlementaires sont de gauche dont trois députés inscrits au PS. Bel exemple de solidarité !!
C'est vrai que la capitale du Périgord comme le territoire qui l'entoure sont en déshérence économique et industrielle depuis un moment et qu'il semble que rien ne changera demain si on continue de se comparer au sein d'un département pauvre et enclavé où seul le tourisme et la gastronomie sont mis en valeur par les responsables politiques locaux. Pour eux, l'industrialisation de la Dordogne, ce n'est pas leur problème !
Ensuite, toujours au sujet de cette réplique, le Maire actuel reprend le refrain de son ami le Président HOLLANDE qui nous l'a bien servi tout au long de l'année 2013 avec le résultat que l'on connait !
Ce qui est dommage pour les périgourdins, c'est que le combat pour l'industrialisation de leur département n'est pas repris par leurs élus. Vivre et travailler au pays, c'est bon pour les retraités et les fonctionnaires locaux, mais nos enfants ....

Dans le journal local, on apprenait aussi que le Bourgmestre de la ville d'AMBERG, ville jumelée à Périgueux, devait abandonner son mandat. Pourquoi ? Il est atteint par la limite d'âge en Allemagne pour exercer ce type de responsabilité, soit 65 ans !!!
Cela ferait du bien en Périgord d'établir une règle comme celle-ci: selon les statistiques officielles, nous avons près de 3000 retraités dans notre département candidats à des fonctions municipales dont presque la moitié sont retraités de l'enseignement.
Le futur ex maire d'Amberg exerçait une fonction de contremaitre au sein d'une entreprise privée locale (SIEMENS). En Périgord, les cadres d'entreprise et les dirigeants d'entreprise représentent moins de 500 candidats. Nous sommes actuellement dirigés par des gens qui ne connaissent pas la mondialisation: ils sont restés dans le département toute leur vie, le plus souvent comme fonctionnaire territorial ou enseignant, et ils pensent vraiment que le monde ne change pas. L'actuel gouvernement a mis 18 mois à comprendre le monde économique et celui de la concurrence mondiale; mais combien faudra-t-il de temps pour que les dirigeants de nos localités et de nos petits départements ruraux soient au fait de la réalité économique au lieu de faire leur petit "Maduro" ou "Kristner" qui détruisent peu à peu la richesse de leur pays par pure idéologie et manque de hauteur de vue ?
Lionel DE BUSSIERE


13/03/2014
Pouvoir judiciaire ou autorité judiciaire ?

L'agitation médiatique de la semaine passée quant aux nombreuses affaires liées à Nicolas SARKOSY empêche les citoyens de saisir les enjeux du débat et des procédures ouvertes par les Juges d'Instruction à savoir qui décide des poursuites judiciaires ?

- Depuis toujours, le Parquet (procureurs) sont aux ordres du pouvoir légitime en France, même si, il peut arriver que "la parole soit libre alors que la plume est serve" comme l'indique le célèbre adage, les ministres de la Justice ont donné des instructions orales ou écrites à leur Parquet et ils reçoivent chaque jour des notes leur résumant les affaires sensibles.
- A la différence de ces derniers,les magistrats du Siège bénéficient d'un certain nombre de garanties leur permettant d'exercer leur mission de justice en toute liberté.

- Deux importantes réformes de la Magistrature sont actuellement bloquées par les partisans de l'ex président SARKOSY: d'une part une réforme du Conseil Supérieur de la Magistrature qui fait la carrière des magistrats afin que le pouvoir politique ne puisse plus modifier l'avis de ce Conseil lors des promotions et d'autre part, donner aux membres du parquet les mêmes garanties que les magistrats du siège, ce qui séparera de façon définitive le lien avec le pouvoir politique quel qu'il soit.
Cela créera un Pouvoir Judiciaire indépendant.

- Autant le Général de Gaulle a été d'une intégrité qui apparait, avec le recul, exceptionnelle (vous pensez, il payait de sa poche, la part d'électricité dépensée pour son logement de fonction !), autant ses successeurs se sont montrés moins regardants sur les principes d'intégrité que ce soit GISCARD avec les diamants de Bokassa; MITTERAND avec le logement de sa maitresse et de sa fille dans les Palais de la République, les voyages à l'étranger en famille, tous frais payés en Egypte et la vente de la société de son ami des camps de prisonniers à une société publique à un prix trop élevé et enfin Chirac dont on se souvient encore de toutes les affaires dont la dernière lui a valu une condamnation dont il n'a pas fait appel.

L'arrivée de N. SARKOSY a nettement augmenté les affaires d'autant que la presse est mieux informée qu'avant et surtout que les moyens de communication moderne (internet, photos, ..)multiplient les sources d'information et les moyens de preuve. Il faut dire que jusqu'àlors, aucune condamnation n'a été prononcée à son encontre.
- Pourtant, il est l'objet de nombreuses informations judiciaires très diverses qui donnent de lui l'image d'un affairiste ne pensant qu'à l'argent et fonctionnant sur le mode clanique. L'ex Président étant lui-même avocat et riche, il a, à sa disposition, d'excellents juristes qui font feu de tout bois afin de bloquer les procédures sur des erreurs de formes essentiellement. C'est d'autant plus important pour lui de ne pas être condamné que cela bloquerait son retour à la candidature pour redevenir Président. Ce qui explique aussi que ses partisans crient à l'acharnement judiciaire !
- Mais il faut reconnaitre au moins une chose au président HOLLANDE, il n'intervient pas sur les procédures en cours pour protéger ses amis. Cela ne veut pas dire qu'il ne se délecte pas d'apprendre que son principal opposant accumule les procédures, mais il n'est pas à la manoeuvre.
- Par contre, informé, il l'est, de même que Mme TAUBIRA, Mr VALLS et AYRAULT ! Le mensonge de Mme TAUBIRA pris en flagrant délit comme celui de VALLS, plus discret, est idiot et démontre que nombre de ministres du gouvernement actuel sont des amateurs peu éclairés.

- Il est en définitive peu important de savoir si ce duo de ministres menteurs ont été informés mi-février ou plus tôt lors de l'ouverture officielle de l'information judiciaire contre SARKOSY et son avocat pour trafic d'influence, les juges saisis vont faire leur travail et d'ici un an nous aurons une décision de non lieu ou de poursuites. C'est seulement à ce moment là que chacun pourra se faire une opinion sur le caractère délictueux ou non des conversations de M. SARKOSY.
- Donnons le pouvoir à la justice de faire son travail, par contre il faudrait mieux protéger le secret de cette instruction. Cela éviterait aux journalistes et à nombre de politiques de dire des bêtises et de détruire les fondements de la démocratie dont le respect des juges doit être un élément important.
- Enfin, je terminerais en souhaitant que les juges fassent très attention: leur "Mur des CONS" où N. SARKOSY ainsi que M. HORTEFEUX figuraient était une honte et aurait du être sanctionné. Il n'y a pas que la femme de César qui doit être insoupçonnable, les magistrats aussi ne peuvent pas être suspectés de parti pris ou alors il faut qu'ils démissionnent.

- La droite devrait s'entendre avec la gauche afin de voter une réforme de la magistrature comportant les deux éléments cités en introduction et en augmentant les obligations de secret et de discrétion de ces magistrats.
La démocratie en France aurait ainsi fait un grand pas
Lionel DE BUSSIERE


11/03/2014
HOLLANDE, l'Américain !

Dans le domaine de la politique étrangère, "l'Américain" était le surnom que certains journalistes avaient donné à l'ex Président SARKOSY du fait qu'il avait achevé le retour de la France dans l'OTAN, déjà bien entamé par ses prédécesseurs MITTERRAND et CHIRAC.
Pourtant, ce surnom irait beaucoup mieux à l'actuel Président de la République tant sa politique étrangère colle à celle de notre puissant allié: les Etats-Unis d'Amérique:

- Chacun se souvient de la posture française lorsque Bachar el-ASSAD, Chef de l'Etat syrien a franchi la ligne rouge que le Pt OBAMA avait lui-même fixé un an avant, c'est à dire utiliser l'arme chimique contre son peuple, cette utilisation devait être, avait-il dit, militairement punie.Sans l'approbation du Conseil de Sécurité, la France de Mrs FABIUS et HOLLANDE étaient prêts à aller bombarder la SYRIE. Abandonnée d'abord par les Britanniques dont le Parlement n'a pas autorisé l'entrée en guerre, puis par les amis américains qui se sont mis d'accord avec l'"ennemi" russe pour éliminer les stocks chimiques de l'armée syrienne; nous avons été un peu ridicules dans notre position guerrière isolée, lâchée par le Pt OBAMA au dernier moment.

- Sur le dossier du nucléaire iranien, de même la France est la seule à refuser le premier accord à Genève. Le Premier Ministre israélien en est ravi ! Puis, on tombe d'accord avec les autres sans que les garanties de l'IRAN aient été plus fortes ? La récente saisie de roquettes et d'armes, destinées à la zone de GAZA, envoyées par l'IRAN après de multiples "coupures", découvertes par la marine israélienne démontre que l'IRAN n'est pas dans une phase de recherche de la paix au Moyen-Orient. Ce pays a été un de nos amis auparavant et nous sommes désormais hors jeu pour tenter de trouver un accord sur le nucléaire. D'ailleurs, en SYRIE, l'IRAN soutient le HEZBOLLAH et l'armée du tyran Bachar el-ASSAD en armes, en soldats d'élite et en argent. La France soutient officiellement l'Armée Syrienne de Libération, composée de démocrates et surtout des Frères Musulmans et des Islamistes les plus radicaux équipés et financés par l'Arabie Saoudite et le Qatar.Plus personne ne se préoccupe des milliers de morts et de l'anéantissement de la SYRIE dont la partition est inscrite dans les faits.

- Bachar el ASSAD est aussi soutenu par la RUSSIE qui estime avoir été dupée dans l'équipée franco-britannique en LYBIE et surtout pour protèger son port militaire à Tartous. Enfin, une solidarité de dictateurs est de mise: BACHAR et POUTINE même combat !
On le voit bien au sujet de la crise en UKRAINE: la Crimée va subir un référendum qui validera le rattachement de ce territoire (et là encore de son port de guerre)à la RUSSIE; et le tour sera joué ! En face, encore une fois la FRANCE a eu le discours le plus offensif à l'encontre de la politique russe, très vite nous avons été isolé car tant le Royaume-Uni que l'Allemagne ne voulaient pas d'histoires avec le grand Ours Russe. Les américains ont aussi laissé faire car aucun américain ne veut mourir pour Sébastopol. Là encore, la RUSSIE était un de nos vieux alliés et la FRANCE aurait pu, dans d'autre temps, être le pays de contact afin de sauver l'intégrité territoriale de l'UKRAINE. Certes pas comme en GEORGIE où l'intervention de l'ancien Président SARKOSY, si elle a permis d'éviter que les chars russes arrivent à Tliblissi, nous avons aussi entériné la quasi annexion de l'Ossétie du Sud et de l' Abkhasie par la RUSSIE. La France a vertement condamné le comportement russe, puis s'est ralliée à la réal-politique germano-américaine.

- En Afrique, il parait claire que les USA ont délégué à la France la gestion de la lutte contre QAIDA tant au MALI qu'en RCA. Les moyens aériens et de télécommunications américains ont été mis à disposition de la France afin qu'elle réussisse sa mission au mieux. Mais dans les deux cas, notre armée va rester longtemps sur place. Malgré un léger mieux avec les services algériens, nous avons du mal à gérer la zone du Sahel: l'Algérie ne veut pas de nous sur zone et les maliens, une fois libérés de l'attaque de QAIDA, veulent gérer les Touaregs seuls....Quant en RCA, outre le complet effondrement de l'Etat local, la politique régionale du TCHAD, dont nous avons tant besoin par ailleurs, amène à une partition de fait du territoire centrafricain d'autant que comme au SOUDAN, le sous sol riche en uranium, en or et en pétrole sera du côté de la partie OUBANGUI du Nord, pro tchadienne et pro ougandaise. Bref, la politique du Pt HOLLANDE en Afrique est dictée par des considérations militaires et non démocratiques comme il s'y était engagé lors de sa campagne. Mais là aussi le pragmatisme est de rigueur et le partage des tâches avec notre allié américain évident.

- Même dans le très long conflit israélo-palestinien, la France s'est ralliée à la politique américaine et conforte John KERRY dans sa démarche. Non que celle-ci ne soit pas bonne à mettre en oeuvre, mais quand on sait que l'UE est le principal bailleur de fond en Palestine, l'action de la France et de l'UE pourrait être au moins aussi intense que celle des américains. Non, nous nous contentons d'une politique de "suiveur" !

En conclusion, il faut bien reconnaitre que si du temps du Général de Gaulle, la France avait une politique étrangère, nous n'en avons plus de lisible et dorénavant nous "pesons" autant que le CANADA ou la SUEDE, mais nous continuons la politique de la "posture" !
Lionel DE BUSSIERE


07/03/2014
IL EST TEMPS D'Y PENSER:

Le Premier Ministre français, JM AYRAULT, vient d'indiquer qu'il se verrait bien à la tête d'un gouvernement ressérré. C'est vrai que lors du dernier Conseil des Ministres franco-allemand, nous étions un peu ridicule avec nos 38 ministres assis faisant face à 18 ministres allemands ???? M. AYRAULT a ajouté quelques jours après que 7 ministres dans l'immeuble financier de Bercy, c'était un peu trop ! Bravo! Cela ne fait bientôt que 2 ans qu'il est à la tête de ce gouvernement élargi, pourrait-on dire ? C'est vrai qu'il faut que chaque tendance du PS ait une place, sans compter un tout petit de place pour les "VERTS" et les "Radicaux de Gauche", sans oublier un représentant du Parti de JP CHEVÊNEMENT, ....
Dans le même temps que ce Conseil commun, en ITALIE, un nouveau gouvernement venait d'être constitué et son nouveau Premier Ministre, le très jeune Mattéo RENZI, avait promis un gouvernement de combat contre la crise économique et le chômage. Dans un premier temps, il nomme 16 ministres, dont la moitié de femmes. Parfait! se dit-on! Il tient parole. Hélas, deux jours après, il nomme 36 Secrétaires d'Etat.... afin que là aussi chaque parti et chaque tendance de chaque parti puisse avoir un représentant. Pourquoi ne tiennent-ils pas parole ? Comprennent-ils vraiment les dégâts dans l'opinion à chaque fois que les responsables politiques font le contraire de ce qu'ils ont promis ?
Hier, à Science-Po Bordeaux, M. FILLION était interrogé sur l'actualité et il a promis que si la droite revenait "aux affaires" (Oh! le beau mot!), le gouvernement ne comprendrait pas plus de 18 membres en parité. Il a aussi relevé que 577 députés dans un immeuble conçu pour 400 ne permettait pas un bon travail parlementaire. Il proposait de réduire à moins de 400 le nombre de députés et de renforcer leurs équipes. Que ne l'a-t-il fait lorsqu'il était Premier Ministre !!!
C'est ainsi de tous les côtés, car la gauche au pouvoir n'a pas le monopole du mensonge et de la "combine".
Regardons de plus près la démission du Président du Sénat, M. BEL, Sénateur de l'Ariège: il annonce qu'en septembre prochain il ne sera pas candidat au renouvellement de son poste de Président, et même qu'il renonce à toute fonction élective. Quand on connait les avantages financiers du poste, on se dit qu'il doit y avoir anguille sous roche ?
Certes, M. BEL est un président peu présent: sa femme est cubaine et il préfére passer son temps au soleil des Caraïbes que se coltiner un bande vieux râleurs. C'est un choix honorable. Puis on apprend qu'en fait, des délicates pressions ont été faites afin qu'il laisse la place au Maire de Dijon, M. François REBSAMEN, qui rêve d'être Ministre de l'Intérieur à la place de Manuel VALLS dans un prochain gouvernement, mais dont le Président HOLLANDE préfére qu'il aille à la Présidence du Sénat.
M. REBSAMEN est connu pour être un actif opposant à la loi du cumul des mandats, position totalement contraire à celle de Martine AUBRY, ex- Secrétaire du PS et du Président HOLLANDE ( quoique ?), mais être en même temps ami de ce dernier. A une époque où une bonne partie de la population est contre le cumul des mandats, ce serait une provocation que de nommer le principal opposant au cumul, Ministre de l'Intérieur, d'autant que l'actuel, est parmi les ministres les plus populaires....Ce qui ne courre pas les rues parmi les ministres de l'actuel gouvernement ! Donc, on va le garder et donner à l'ami de Dijon une place enviable et enviée....

Dans la réforme de l'État et des Finances Publiques que tout le monde attend, il faut du courage. C'est ce qui manque le plus à nos hommes politiques aujourd'hui ! Aussi, ma conviction est simple: SORTONS LES SORTANTS QUI CUMULENT DEUX MANDATS OU PLUS !
Lionel DE BUSSIERE


04/03/2014
Dépenses Publiques:

Bruxelles vient de se rappeler au bon souvenir du président HOLLANDE et de ses Ministres en charge du budget de notre pays: la promesse du président d'avoir un déficit budgétaire inférieur à 3% en 2015 ne parait pas tenable ! Quelques jours auparavant la Cour des Comptes avait déjà indiqué que le montant des dépenses publiques ne respecterait pas les promesses faites par le Pt HOLLANDE lorsqu'il a sollicité deux ans supplémentaires pour arriver à cet objectif chiffré prévu au fameux Traité de Maastricht. de plus, l'Allemagne où les amis sociaux démocrates du Président sont maintenant au gouvernement vient de dire à Bruxelles qu'il fallait être sévère avec ceux qui ne respectent pas le Traité et qu'aucune indulgence ne serait tolérée.
Chacun sait maintenant que le Président HOLLANDE est le champion de la procrastination, soit une tendance pathologique à différer l'action au lendemain et dans son cas c'est même clairement au surlendemain !!
En pourcentage du PIB, les dépenses publiques en France sont passées de 56,6% en 2012 à 57,1 en 2013.....
Il va donc enfin dire où il va réduire de 50 milliards d'euros en 3 ans les dépenses en France, lesquelles sont d'un montant annuel de de 1118 milliards d'euros (en 2012), pour arriver à cet objectif dont il parle sans donner de faits concrets pour nourrir le débat.
Rien que pour 2014, l'objectif de réduction est de 15 milliards d'euros. Le Gouvernement AYRAULT fait savoir qu'il ne pratiquerait plus la politique dite du "rabot" à savoir réduire tous les ministères de 2% par exemple d'une part du fait que ce rabot à force de passer depuis 10 ans a usé complétement les organes et d'autre part parce que ce gouvernement dit faire des choix politiques de réduction et non faire de la RGPP à l'aveugle comme l'avait fait l'ex Président SARKOSY en ne renouvelant pas un fonctionnaire sur deux partant en retraite.

L'idée est bonne; mais mise en pratique, elle donne quoi ? On coupe quoi ? les dépenses sociales ? le budget des collectivités locales ? le logement ? la culture ?

Le Gouvernement a créé la MAP (Modernisation de l'Action Publique)afin de remplacer la RGPP. La France est devenue la championne toute catégorie des Dépenses Publiques, au sein de l'OCDE, juste derrière la Finlande mais loin devant l'Allemagne, l'Italie et le Royaume-Uni qui sont de même niveau que nous. Ce sont essentiellement les salaires qui constituent la grande majorité des dépenses, ce qui signifie qu'il faut impérativement réduire les salaires pour diminuer ces dépenses.
D'où l'idée de Vincent PEILLON qui gère 1,2 million de fonctionnaires de l'Éducation et a proposé que les augmentations d'ancienneté automatiques des fonctionnaires soient simplement supprimées. Bien sûr ceux ci ont hurlé à la provocation d'autant que le point d'indice de ces fonctionnaires n'est plus augmenté depuis 2010. Le Premier Ministre voyant les élections municipales arriver et les députés socialistes (la plupart sont des fonctionnaires) revenir de leur circonscription en geignant devant une proposition aussi "débile "(sic) a , par écrit, promis que ça ne se ferait pas.....
Donc, il va falloir diminuer le nombre de fonctionnaires: tous les ministères non essentiels viennent de se voir notifier des baisses d'effectifs deux fois supérieures à celles que le Gouvernement FILLION avait faite. Ces réductions d'effectifs vont être étendus à tous les opérateurs de l'Etat (Météo par exemple) et aux collectivités territoriales qui ont beaucoup recrutés ces dernières années. L'Éducation Nationale ne se verra pas imposer ce régime sec, pourtant un simple calcul montre qu'en France nous avons 841700 enseignants pour 12 313 300 élèves. Cela fait un enseignant pour 14,5 élèves, au vu des résultats français dans les enquêtes internationales, il y a de quoi se poser des questions sur leur efficacité ??? Sauf que de nombreux enseignants sont détachés ailleurs et que le rapport est plus proche d'1/20. Ce qui ne place pas notre pays en mauvaise position de ce point de vue là.
Revenons au nombre de salariés du public: s'ils n'enseignent pas, ne peut-on pas supprimer leurs postes ?
Il va falloir aussi réduire les dépenses sociales. La Cour des Comptes a donné des pistes; mais électoralement, il faut du courage pour faire cela avant des élections, c'est ce qui manque le plus, le courage !
On pourrait aussi réduire le millefeuille territorial, mais là encore , nous nous heurtons aux membres du Parti au pouvoir qui détiennent la majorité des Institutions Régionales (Mairies, Départements, régions) ...
Nous en sommes là ? Aucune piste émanant du président HOLLANDE n'est indiquée. Va-t-il choisir ? Ou va-t-il renvoyer aux calendes grecques (c'est le cas de le dire!) les réductions de déficits de notre budget et se fâcher ainsi avec Bruxelles et quelques uns de ses partenaires?
Ah ! C'est dur d'être Président...
Lionel DE BUSSIERE


26/02/2014
Crise de la jeunesse d'aujourd'hui:

Avez-vous lu l'enquête "Génération quoi?"réalisée par deux sociologues de la jeunesse: Cécile Van de Velde et Camille Peugny, chercheurs à l'Université de Paris VIII ? Elle a été effectuée auprès de 210.000 jeunes de 18 à 34 ans.
Ayant des enfants, j'avais pressenti que leur façon de voir la société aujourd'hui n'était pas éclairée par l'espoir d'une vie meilleure que la nôtre, mais la découverte de leurs réponses m'a "scotché" et me laisse inquiet.

1) D'abord, sur la valeur "travail", au contraire de l'idée reçue, ils aiment le travail et justement ils en voudraient un ! Pas de l'intérim ou des CDD successifs, non! un vrai CDI où on leur ferait confiance ??? Ils veulent pouvoir penser à l'avenir et ils savent que ça passe par un travail à long terme dans lequel ils peuvent projeter leur avenir. Faut-il rappeler que les jeunes sont les plus touchés par le chômage au sein de l'Europe: en France 25% des jeunes sont au chômage et certains pays de l'Europe du Sud ont plus de 50% de jeunes au chômage. Ne faudrait-il pas arrêter les demi mesures telles le contrat d'avenir et être plus innovant: dans le cadre du pacte de responsabilité mis en place, donner la priorité à l'embauche détaxée (cotisations sociales) seulement aux moins de 25 ans en CDI ?

2) Ensuite, ces jeunes ne sentent pas reconnus par la société française, ce qui explique la forte hausse des départs à l'étranger, notamment dans les pays anglo-saxons dont la réputation d'ouverture n'est plus à faire. Notre pays est similaire à l'Afrique où seuls les "vieux" ont droit à tout en particulier au respect et à la parole alors même qu'ils sont souvent dépassés par le modernisme et la mondialisation. Nous avons une génération plus éduquée que jamais et nous les laissons aux marches du pouvoir. Un exemple: c'est actuellement la mise en place des listes de candidats aux municipales; vous avez vu le nombre de retraités qui figurent sur ces listes ? Souvent plus de 50% des candidats ! Et à côté de cela, la place des moins de 25 ans ? Quand il y en a un à titre d'alibi, c'est déjà rare ! Va-t-il falloir instituer des quotas de jeunes pour les élections comme on a du le faire pour les femmes, lassés de voir que les Partis politiques continuaient à ne mettre que des hommes à cheveux blancs (ou teints) au pouvoir ! Il faut que ceux qui ont le pouvoir soient réellement représentatifs de notre société, s'ils n'ont pas leur place, il faudra la leur faire !

3) Ces jeunes accusent les "vieux" d'égoïsme: ils n'ont rien, nous avons beaucoup et surtout la génération des "babyboomers" a pris énormément et ne veut pas partager quand la crise est là. Les retraités sont les plus favorisés et les jeunes n'ont qu'à attendre leur tour !!! or, ils sont conscients que nous allons vivre de plus en plus vieux, que nous serons pour la moitié dépendants, que cela représente beaucoup d'argent et que ce seront encore eux qui vont payer tout cela. Ils trouvent que cette génération d'après guerre partie en retraite à 57 ans pour beaucoup, qui vivra jusqu'à 85 ans en moyenne en prend un peu trop à son aise. Ont-ils tort ? La solidarité intergénérationnelle devrait être revue en leur faveur.

4) Alors qu'ils sont l'avenir, ils ne font aucune confiance "aux politiques": gauche comme droite sont honnis du fait de leur manque de parole une fois au pouvoir. Aux USA, on oublie souvent que le président des Etats-Unis est élu par 50% des électeurs potentiels, on y va tout droit en France tant la différence entre l'UMP et le PS est insensible dans le cadre de la crise et d'une économie mondialisée. C'est sur ce terreau que le FN gagne du terrain: 30% des jeunes voudraient que le travail soit prioritairement réservé qu'aux seuls français. Ils ne pensent même pas que c'est déjà le cas dans la Fonction Publique, laquelle représente 8 millions de salariés. Et ils oublient que la plupart des étrangers sont venus et viennent pour prendre des emplois que les mêmes français ne veulent pas faire (mineurs, éboueurs, chantiers du bâtiments, travaux agricoles, ...). Par contre, ces jeunes qui ne croient plus à la politique sont souvent engagés dans des associations pour aider, ouf !

5) Pour finir, plus de la moitié de ces jeunes sont prêts à se révolter comme leurs ainés en 1968 afin de changer les règles du jeu. Ils en ont assez d'avoir fait des études pour végéter pendant trop longtemps. ATTENTION, les responsables de partis politiques en France! Vous êtes sur un volcan qui ne demande qu'à exploser ! Il ne suffit pas de dire dans la campagne que la jeunesse est votre priorité; il faut le démontrer par des actes!
Par exemple, pourquoi ne pas instituer un Service Civil Obligatoire pour tous les jeunes de 20 ans pendant 4 à 6 mois ? C'est une chance extraordinaire d'être né français ! Imaginez vous centrafricain, ukrainien, iranien ou chinois ? Quel est votre mérite d'avoir eu la chance d'être né ici ? AUCUN! L'ex président Chirac a commis l'erreur de ne pas remplacer le service militaire par un service civil lorsqu'il a supprimé le premier, il n'est pas trop tard!
Envoyons à l'étranger ces jeunes qui se veulent solidaires afin qu'ils découvrent le monde ! Et pour ceux qui restent en France, mettons les dans les hôpitaux afin d'aider, dans les maisons de retraite, les EPAD ! Au lieu de les mettre dans les administrations territoriales à faire des cafés pour les autres, mettons les au travail dans l'aide et la solidarité, en les rémunérant bien sûr!
Lionel DE BUSSIERE


24/02/2014
HOLLANDE, quelle majorité demain ?

Suite à la manifestation de Nantes contre le nouvel aéroport local, voulu par l'actuel 1er ministre et ancien maire de cette ville, la ministre du logement et de l'égalité du territoire, Cécile DUFLOT, a indiqué qu'elle soutenait totalement les buts de cette manifestation, sans approuver les violences, évidemment. M. AYRAULT lui a demandé de sortir de l'ambiguïté ?
Mais qui doit sortir de l'ambiguïté , les "verts" ou le Président HOLLANDE et son Premier Ministre ?
Il est évident aux yeux des observateurs que le président n'a pas une majorité pour suivre son virage social-libéral: je ne parle pas du Front de Gauche depuis le début du quinquennat, méfiant à l'égard du Président HOLLANDE et désormais vent debout contre sa politique de l'offre. Le PS a une majorité à l'Assemblée Nationale à lui seul et peut se passer des "verts", mais il ne l'a pas au Sénat où il se fait refouler régulièrement des projets de lois par une alliance entre communistes et UMP, voire centristes qui s'opposent à la minorité socialiste. Ainsi l'actuel projet de réforme de l'Inspection du Travail a été refusé par le Sénat , il est fort probable que la Commission mixte "Sénat-AN"ne trouve pas de solution honorable pour le projet cher à M. SAPIN car "le centriste de cette commission" votera sans doute avec les opposants UMP-PC. Les "verts" ont un rôle d'appoint au sein du gouvernement et depuis leur présence au sein de celui-ci, il est difficile de percevoir leur apport: un seul rappel: le ministère de l'Écologie leur échappe et il en est à son troisième titulaire du fait du renoncement régulier des socialistes à la transition écologique vers des énergies non polluantes et non nucléaires sur le modèle allemand.Par contre les "Verts" qui se veulent "vraiment de gauche"voient bien les effets dévastateurs au sein de leur maigre électorat de la nouvelle politique économique et sociale du Président qui tourne le dos aux promesses de la campagne.
Mais s'il faut maintenant respecter ses promesses !!!!!
Certes les "verts" sont des opportunistes pragmatiques, mais au vu de nombre de couleuvres qu'ils ont déjà avalés depuis presque 2 ans, ils arrivent à l'indigestion et les futures échéances électorales les obligent à étudier un départ du gouvernement pour rejoindre sans doute le Front de Gauche auquel ils sont souvent alliés contre les socialistes dans les municipales à venir.
Une partie de l'UMP serait tenter d'approuver la nouvelle politique du Président, d'autant qu'elle ressemble fort à celle qu'ils auraient mis en oeuvre s'ils avaient été élus. Mais la droite est d'une part sous la pression du Front National qui s'oppose à tout, y compris l'Europe et l'euro, fait qui devient peu à peu populaire au sein de son électorat et d'autre part, elle n'a pas fait le deuil de la défaite à la présidentielle.
Le deuil veut dire trouver des explications à cette défaite. Or, l'ancien Président interdit ce deuil en ostracisant tout responsable désirant en parler et surtout en indiquant qu'il n'a pas perdu mais "presque gagné"!!!!Le fait qu'il veuille prendre sa revanche en 2017 et qu'il est soutenu pour cela par la frange la plus droitiste de l'UMP, prête à s'allier au Front National pour gagner, bloque totalement le travail de réflexion de l'UMP afin que ce parti s'adapte à la nouvelle donne et mette en avant un programme économique et social réalisable. Comme pour le parti Républicain aux Etats-Unis avec le Tea party, nous voyons bien la main mise des extrémistes sur l'UMP lors des manifestations dites "sociétales" qui dégénérent et les déclarations de son Secrétaire Général, M. COPPÉ, qui se ridiculise avec son livre sur le genre et sur le fait de promettre la suppression de la loi sur le mariage pour tous si la droite revient au pouvoir, ce qu'elle ne fera évidemment pas comme pour le PACS ou l'avortement...Le Tea Party a fait perdre les dernières élections présidentielles au camp républicain aux Etats-Unis, leurs équivalents français fera de même en France !
Même si c'est parfois regrettable, une élection de ce type se gagne au Centre et les extrémistes doivent rester à leur place: celle d'éternels mécontents au mieux ou de dangereux intégristes parfois.
Mais en France, où est le Centre ? Le nouveau parti de BAYROU et BORLOO est aux abonnés absents??? l'un fait sa campagne à Pau et l'autre est sérieusement malade, mais donc leur parti, c'est eux ?
Que l'on parle de politique sociale ou d'intervention en Afrique, personne ne vient dire quelle serait le choix d'ALTERNATIVE. Les porte parole de ce parti sont -ils aphones ?
Déjà à l'Assemblée Nationale, ALTERNATIVE ne représente quasiment rien, mais comme les "Verts" pourraient être une force d'appoint. Pour quelle politique ? Ils approuvent globalement la nouvelle politique du Président dans le domaine économique, mais par exemple où prendraient-ils les 50 milliards d'euros pour faire baisser les dépenses publiques ? Un député UMP vient de proposer une baisse de 150 milliards...Pourrait-on trouver un accord à ce sujet?
Au Sénat, le PS + les partis centristes ont la majorité.
A un moment donné, il faudra bien que pour notre pays quelqu'un se lance pour proposer une nouvelle majorité conforme aux besoins de réformes de la France et en parlant vrai, les français comprendront que le temps est venu?
Lionel DE BUSSIERE


19/02/2014
Le futur problème de la France sera l'ÉNERGIE:

Chacun a pu voir les chiffres du commerce extérieur français dont le bilan 2013 est calamiteux: 61, 189 milliards d'euros de déficit, moins qu'en 2012 (67, 2 milliards !)mais nos voisins allemands ont pour la même année un excédent de 182 milliards d'euros.
Mais nous ne savons pas assez que l'essentiel de ce déficit est dû à l'énergie: le déficit hors énergie est de 13,5 milliards d'euros. C'est déjà beaucoup, mais à côté du déficit énergétique c'est presque insignifiant ! Pourtant Mme BRICK, Ministre du Commerce Extérieur Français consacre ses forces et son temps qu'à la réduction du déficit hors énergie et n'aborde pas du tout la façon de réduire celui qui est donc le plus important ? Elle a été une ministre de l'Écologie fugace au début de l'arrivée au pouvoir des socialistes et doit donc connaitre le sujet.
Mais attention, c'est explosif ! Donc on n'en parle pas !
Les consommateurs français ont l'énergie électrique la moins chère d'Europe grâce à l'énergie nucléaire dont les "Verts" veulent voir la fin et dont l'actuel Président de la République a promis de réduire la proportion. Nous allons donc faire comme l'Allemagne qui a décidé voici 4 ans de passer de l'énergie nucléaire à l'énergie verte. Avec des coûts énormes que son économie peut assumer. Pas nous !
Les entreprises françaises dans le domaine de l'énergie sont parmi les leaders mondiaux : TOTAL, EDF, AREVA, GDF-SUEZ, ....et elles sont toutes empêchées d'exercer sur notre territoire pour diverses raisons:
Comme la recherche de gaz de schiste est interdite en France, le coût du gaz devient exorbitant pour notre industrie car il faut le faire venir de Russie, d'Algérie, ...pareil pour le pétrole dont le coût augmente aussi. Non seulement toutes nos raffineries sont déficitaires et devraient fermer les unes après les autres (voir FOS et DUNKERQUE) pour aller s'installer à proximité des lieux de production où les dirigeants des pays sont moins regardants quant aux normes environnementales, mais notre industrie chimique devra aussi fermer prochainement pour les mêmes raisons: le coût ! Il est 4 fois moins élevé aux USA qu'en France! Donc elles aussi vont délocaliser. Peu à peu, nous n'allons pas perdre que nos industries lourdes comme l'automobile mais d'autres liées directement aux sources d'énergie qui sont la base même des coûts de production. On pourra toujours faire des usines à gaz comme la réduction "compétitivité"afin de réduire le coût des charges sociales, mais commençons par l'abaissement des coûts de production.
Aujourd'hui GREENPEACE a déversé du charbon devant le palais de l'Elysée afin de convaincre Mme MERKEL et son hôte, F. HOLLANDE, de renoncer au charbon et au nucléaire définitivement pour développer les énergies renouvelables!
Comme le font les pays émergents qui se préoccupent d'abord de développer leur pays avant de développer des énergies plus propres, il faut répondre aux intégristes "verts" que l'emploi en France est plus important pour le peuple que de toucher des indemnités chômage dans un pays sans usines!
Il faut d'urgence permettre aux entreprises françaises de rechercher si oui on non le sous sol français contient du gaz utilisable pour développer des industries à bas coûts et ensuite de chercher comment le produire de façon propre. Il faut aussi continuer de développer la filière nucléaire en France afin d'avoir une électricité peu onéreuse.
Si nous ne faisons pas ça, l'avenir industriel de la France est sérieusement compromis !
Lionel DE BUSSIERE


12/02/2014
Rapport de la Cour des Comptes: La SNCF , l'exemple de ce qu'il ne faut pas faire !

La Loi Organique relative aux Lois de Finances (LOLF)a totalement modifié le contrôle interne des finances publiques françaises. Depuis, la notion de performance a été incluse dans le vocabulaire des parlementaires et un bon ministre n'est pas obligatoirement celui qui a réussi à augmenter le budget de son ministère (quoique? nous n'en sommes pas sûrs en lisant certains entretiens de ces ministres dépensiers qui doivent penser que l'argent du contribuable est inépuisable...) mais utilise ces fonds publics au mieux dés le premier euro !
De plus, la personnalité de Philippe SEGUIN, Premier Président de la Cour des Comptes au moment de cette importante réforme en 2002, puis à sa mort, la nomination de Didier MIGAUD, socialiste nommé par l'ex Président SARKOSY, ont fait avancer sérieusement le contrôle de l'argent public. D. MIGAUD domine véritablement son sujet et peut se permettre de faire la leçon à tous les ministres du Budget en place afin de les rappeler à leur devoir: rétablir des finances saines afin de garder notre souveraineté économique et financière.
Une fois encore, en s'inspirant de ce que fait le GAO aux Etats -Unis, la Cour des Comptes publie son rapport annuel et dénonce ainsi tous les abus pour tous ceux qui utilisent l'argent des contribuables de mauvaise façon.
C'est le cas de la SNCF où il est dénoncé l'usage abusif de la gratuité du transports par près d'un million de personnes. En effet, depuis la création de cette société ferroviaire, les employés de celle-ci ont eu comme avantages (en nature pour le fisc) de pouvoir voyager gratuitement sur toutes les lignes et en permanence. Pour favoriser un meilleur dialogue social, cet avantage a été étendu à la famille proche et même moins proche (grands-parents, beaux-enfants, ...)puis les médecins du travail et autres habilités à voir des employés de la SNCF, leurs familles, des employés du Ministère des Transports, pas seulement ferroviaires, mais aussi terrestres, que ces personnes s'occupent d'écologie, ... bref la SNCF a un peu plus de 200.000 employés actifs mais un million de personnes utilisent ce "droit": la gratuité du train.
On apprend même que ces personnes peuvent réserver un compartiment complet alors qu'ils voyagent seul (ils veulent être tranquilles!), qu'ils effectuent des dizaines de réservations simultanées afin de bloquer jusqu'au dernier moment la place qu'ils veulent à l'heure et au jour choisi, ...
Toutes ces réservations sont gratuites et faites hors connexions informatisées ce qui alourdit encore la note.
La Cour des Comptes estime que cette politique est abusive et estime à plus de 100 millions d'euros les économies potentielles. Financièrement, la SNCF est en mauvaise santé et a oublié d'investir dans la réfection des voies pendant 20 ans pour favoriser le TGV. C'est d'autant bienvenu que la SNCF a très mauvaise presse auprès des usagers qui en ont marre des retards, des trains inconfortables et des agents en grève régulièrement pour défendre leur idée du service public.
D'ailleurs, sur les abus signalés, le syndicat CGT est aussitôt monté au front pour défendre "leur droit" à la gratuité...
Cela en dit long sur l'idée qu'ils se font du service de l'Etat ! Il faut d'abord dire que la Cour des Comptes n'a pas dit qu'il fallait interdire la gratuité aux agents actuels de la SNCF, mais à TOUS LES AUTRES: famille , retraités, fonctionnaires, médecins, ... et oui, même les retraités devront payer leur train: ils partent en retraite à 50 ans, c'est leur choix!
Peut-on vraiment s'offusquer du fait que la belle famille d'un cheminot doive payer son train ? A quel titre, le fonctionnaire parisien des transports terrestres ou aériens doit-il avoir la gratuité permanente ?
Que la SNCF et ses employés se préoccupent plutôt de rectifier très vite l'image d'une société vieillote et peu efficace. La semaine passée la Région Midi-Pyrénées a arrêté de payer les subventions à la SNCF estimant que le service rendu en contre partie était trop déplorable, d'autres Régions veulent faire de même! M. PEPY, PDG de la SNCF, voilà des objectifs à atteindre avec vos personnels et il serait temps de leur faire comprendre que le service public ce n'est pas se servir d'abord !
Cette critique de la gestion de la SNCF est d'autant plus pertinente que c'est la même chose à la RATP, à Air France, ...et chacun sait qu'à EDF, les employés ont non seulement l'énergie gratuite mais aussi le Comité d'Entreprise le plus riche du monde car ils ont obtenu en 1945 1% du chiffre d'affaires de la société EDF à l'époque et ça continue chaque année...
Certes, ces économies ne suffiront pas à elles seules à rétablir l'équilibre des comptes publics, mais c'est avec les "petits ruisseaux que l'ont fait les grandes rivières "dit le proverbe!
Vive la Cour des Comptes ! Mais trouvera-t-on des hommes politiques assez courageux pour suivre ses prescriptions ? Cela est une autre histoire...
Lionel DE BUSSIERE


10/02/2014
Votation en SUISSE:

Hier, les suisses ont voté à 50,5% pour un contrôle de l'immigration dans leur pays en décidant d'appliquer des quotas annuels aux étrangers. Ce vote va attirer des commentaires nombreux en France car il a dû faire plaisir à Mme LE PEN et tous ceux qui depuis des années considèrent qu'en France nous avons trop d'étrangers. La SUISSE a 3 ans pour mettre en place une législation nouvelle tenant compte de ce vote.
On peut déjà remarquer que le vote a été acquis surtout dans les cantons où il y a le moins de travailleurs et immigrés étrangers. Les cantons de Genève et Lausanne notamment se sont opposés à cette mesure. Mais ils devront l'appliquer !
Ce sont essentiellement des immigrés européens qui vont être victimes de cette mesure, les français en premier...
Depuis les Accords de Berne signés en 1999 et appliqués en 2002, il y avait une libre circulation totale des marchandises et des personnes entre la Suisse et l'UE. En fait sans le dire, la Suisse faisait partie de l'UE à tous les niveaux des échanges. De ce fait, la Suisse a un taux de chômage de 4% et une activité économique florissante ne tenant pas seulement au secret bancaire, lequel d'ailleurs est en voie de disparition.
Les principaux dirigeants européens ont déclarés que ce vote aurait des conséquences lourdes pour la Suisse: on ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre ! Ils ne veulent plus des étrangers européens, ils s'excluent d'eux mêmes de l'Union douanière, économique, de Schengen, ...
Comme la quasi totalité des partis politiques suisses préconisaient le NON à ce "référendum", les dirigeants suisses n'ont pas étudié les conséquences de ce vote contre les "immigrés". En effet, seul un parti dit "populiste"(l'UDC) avait fait campagne pour le rejet des immigrés; ils ont gagné!
Ce vote est donc de la part des citoyens suisses un vote anti-élite, anti partis dominants, anti syndicats, ... Bref, il va être étudié comme un cas d'école pouvant survenir en France car malheureusement si nous avions chez nous un vote du même type , je crains que le vote anti-immigrés l'emporte aussi tant les gens ont peur de tout et surtout de l'étranger!
Mais il faut que l'UE agisse vite et fort pour tirer les conséquences de ce vote: sortir la Suisse de l'UE de fait doit être un objectif à atteindre d'ici quelques mois. La Suisse fait 60% de son commerce extérieur avec l'UE, il faudra que les suisses voient ces rapports commerciaux baisser fortement. Il faut que les suisses perçoivent rapidement les conséquences pratiques de leur décision.
Il faut que financièrement et économiquement la Suisse paie le prix fort et que son économie en subisse toutes les conséquences néfastes.
C'est à ce prix que nous pourrons en France montrer à tous ceux qui sont prêts à voter pour le Front National que leur programme ne tient pas la route et que ce vote FN est irresponsable en terme d'avenir du pays.
Lionel DE BUSSIERE


04/02/2014
La corruption en France:

L'Organisation Internationale "Transparence Internationale" a classé la France à la 24ème place sur 180 pays classés. Au vu de notre position à l'ONU comme membre permanent du Conseil de Sécurité et 5ème puissance économique mondiale, le classement n'est pas flatteur !!
L'Union Européenne de son côté vient de sortir une étude montrant qu'au sein des 28 pays de l'Union, la corruption couterait 120 milliards d'euros.
Il se trouve que le diagnostic sur la France est loin d'être enthousiaste ! Surtout la Commission reproche à notre pays de n'avoir pas "élaboré de stratégie spéciale contre le phénomène".
Lors d'un sondage, les français jugent à 68% que la corruption est très répandue dans notre pays et seulement 19% d'entre eux trouvent que les mesures du gouvernement pour lutter contre ce fléau sont efficaces.
Effectivement, plusieurs mesures avaient été recommandées par l'OCDE:
- allongement de la prescription
- incrimination du délit de trafic d'influence à des responsables étrangers
- restriction du cumul des mandats
- limitation des mandats à deux successifs
- renforcement des règles de financement des partis

Il est évident que la plupart de ces mesures n'ont pas reçues d'application en France sauf une petite restriction du cumul des mandats qui a d'ailleurs fait quasiment l'unanimité de la classe politique contre cela; menés par l'ami du Président et député-maire de Dijon et le président de l'Assemblée nationale.En Dordogne, tous les parlementaires cumulent des mandats et aucun ne veut réellement perdre un mandat, n'est-ce pas M. CAZEAUD ? Mais les députés PEIRO, DEGUILHEM, LANGLADE qui sont aussi Conseillers Généraux et maires de communes rurales se battent encore pour nous faire croire qu'en cumulant ils défendent leurs électeurs !

Depuis les lois sur la décentralisation, les maires et conseillers généraux ont des pouvoirs financiers très importants. De nombreux appels d'offres sont effectués dans des conditions délictueuses ou opaques: ce sont souvent des entreprises locales qui sont prises contre le sponsoring du parti majoritaire ou du club de sport local. De même, les grandes entreprises de Travaux Publics ou d'eau ont des liens troubles avec les élus.
Il suffit de se pencher sur les affaires judiciaires en cours à Marseille, dans le Pas de Calais pour comprendre que ce qui a été mis à jour là-bas est ce qui se passe ici, sans que ce soit démontré, certes!
D'abord parce que ces affaires sortent lors de plaintes de particuliers lésés au niveau fiscal. En effet, tous les surplus, pour vérifier les fondations du bâtiment à construire par exemple, qui va dans la poche d'un parti et celle de son plus important représentant parfois,se payent en impôt. C'est donc le contribuable qui paie et qui parfois en a marre! C'est malheureusement rarement le cas d'une découverte des Cours des Comptes régionales qui sont en nombre insuffisant et assez peu curieuses. Ce n'est jamais le cas de la presse régionale dont les qualités d'investigations sont inexistantes car la presse régionale est toujours dans la cour des gens au pouvoir quels que soient le parti d'ailleurs.
Ce matin, sur Europe 1, un ex parlementaire, Didier SCHULSTER, qui a connu la prison à Paris il y a 20 ans pour corruption, indiquait que de CHIRAC à EMMANUELLI, de JUPPE à TAPIE, l'histoire récente montre que la corruption des élus est réelle et que ce sentiment détruit l'image de la démocratie et fait le lit des extrémistes.
Il faut absolument faire voter les mesures citées ci-dessus et donner aux services anti-corruption beaucoup plus de moyens et de pouvoirs? Si les parlementaires refusent, le référendum devrait être utilisé pour cette bonne cause. Enfin, il faut définitivement exclure à vie de la politique tous les élus pris la main dans le pot de confiture quel que soit le degré de gravité de la faute.
Notre Président qui se voulait "normal" et moral, est-il en position de faire cela ? C'est pourtant une proposition qui aurait le mérite de mettre chacun devant ses responsabilités. Il n'est pas trop tard pour exiger cela avant 2017.
Lionel DE BUSSIERE


24/01/2014
Le logement: exemple type d'une action gouvernementale ratée:

Des taux immobiliers à des taux historiquement très bas: 3,08%. Mais, depuis 2013, ça remonte doucement (2,9% en début 2013). Il est prévu que les taux augmentent de façon plus sensible à compter de la mi 2014, comme 60% des achats immobiliers sont directement liés au taux des prêts, cela va renchérir le coût de l'achat....
A Berlin, le prix du m2 est de 5,73 € tandis qu'il est de 26,51 € à Paris....et les logements neufs continuent d'augmenter à Paris
François HOLLANDE avait promis en 2012 la construction de 500.000 logements /an et il s'en est construit à peine 340.000 en 2013. Soit une baisse de 9% par rapport à 2012 et surtout de 16% sur les maisons individuelles....
Enfin, les banques prêtent de moins en moins au primo accédants: la part des moins de 35 ans s'est réduite de 8,4 points pour les prêts de plus de 25 ans.

Toutes ces informations montrent qu'à l'évidence s'il y avait un secteur dans lequel le gouvernement devait "mettre le paquet" pour diminuer le coût du logement du français moyen, c'était bien l'immobilier !!! D'autant que là, il n'y a pas de compétition mondiale. Mais on peut faire des comparaisons: en Allemagne, pays servant habituellement à nos comparaisons dans le cadre de la compétition mondiale, le niveau des salaires est globalement identique à celui des français, par contre les loyers sont très nettement inférieurs comme le montre le prix au M2 à BERLIN mais aussi à HAMBOURG (6,30 €) ou DUSSELDORF (7,37 €). En matière de pouvoir d'achat, ça change beaucoup de choses, non ?
Il y a en France environ 58% de français propriétaires de leur logement contre 35% en 1954. Le logement est largement subventionné en France et pour tout le monde que ce soit à travers le PEL, le prêt à taux réduit, l'APL ou l'aide à la pierre, c'est à dire des aides pour que les acquéreurs paient moins ou tout au moins soit incités à acheter dans le cadre de la rénovation des centre ville (Malraux), dans les DOM, dans les zones difficiles, ... (GIRARDIN, SCELLIER,PERISSOL, de ROBIEN et DUFLOT).
Cette dernière, ministre du logement depuis 18 mois revendique lors de ses voeux "18 mois de politique active et exigeante dans le domaine du logement.."
Pourtant l'échec est patent , jamais il n'y a eu si peu de logements construits en France. Par idéologie, elle a commencé à taxer "les riches" que sont fatalement tous les propriétaires ! Oubliant que nombre d'entre eux ont acheté pour financer leurs retraites et qu'ils ont besoin du loyers pour vivre afin de compléter leur revenu ou qu'il leur faudra vendre cette résidence secondaire lorsqu'il faudra payer la maison de santé quand arrivent les 75 ans ou 80 ans... aussi la hausse de la plus value des résidences secondaires, ajoutée à l'augmentation du délai pour en être dispensée (de 15 à 30 ans , puis 22 ans ...)ont calmé les ardeurs des acheteurs potentiels.
A cela, il faut ajouter la hausse depuis le 1er janvier de la TVA qui est passée en 2 ans de 5,5% à 10% pour la plupart des travaux à la maison. Quant on connait la hausse de l'énergie depuis 5 ans, on voit que le futur propriétaire est devant de grosses difficultés financières. Pourtant la France dépense pour le logement plus d'argent en aides diverses qu'en Allemagne ou au Royaume-Uni. Notre politique est donc particulièrement mauvaise.

On a environ 5 millions de logements sociaux: toutes les villes devaient avoir 20% de leur construction dans ce secteur sous peine de pénalités à payer. cela vient de passer à 25% et une hausse des pénalités en plus.
Quels résultats: un exemple en Dordogne: quelle est la ville ayant le plus bas taux de logements sociaux , TRÉLISSAC, ville dirigée depuis 20 ans par un ...communiste ????
Combien de logements vides à Périgueux (30.000 hts)?: environ 3000 ! Oui, vous avez bien lu !
Plus personne n'a confiance en l'avenir et les taxations multiples et les lois à sens unique pour protéger seulement le locataire immobilisent la situation.
Dans le cadre de la nouvelle politique du Pt HOLLANDE tournée vers l'entreprise, il faut aider la batiment (20.000 entreprises de ce secteur en faillite en 2013) et l'aider c'est réduire les normes et faire baisser le prix au M2 du foncier.
Tiens au SENEGAL, pays à économie libérale , le Gouvernement vient de décider de baisser le montant des loyers de 4 à 25% suivant les secteurs...
Lionel DE BUSSIERE


21/01/2014
Le grand chambardement:

L'année 2014 vient de voir se mettre en place un mouvement historique de la politique économique du Parti Socialiste qui soutient les déclarations du Président HOLLANDE faisant dorénavant des entreprises la base de sa politique économique et sociale. En fait, une sorte de BAD-GODESBERG du SPD allemand, lequel a eu lieu en Allemagne en 1959 et indiquait officiellement l'abandon du marxisme comme idéologie, la reconnaissance de l'économie de marché, la libre concurrence et la libre initiative de l'entrepreneur, la dénonciation du communisme et indique qu'il représente le peuple entier et pas seulement les travailleurs,....

Les annonces de François HOLLANDE ont consacré l'abandon du Programme Commun de la Gauche signé en 1971 par MITTERAND, MARCHAIS et FABRE.

Ce nouveau programme de réforme, inspiré selon certains par le MEDEF, a été aussitôt condamné par le Front de Gauche, dont les communistes font partie, mais a recueilli un accord de principe, sous réserve de passer aux actes, des deux partis centristes (MODEM et UDI)et aussi d'une partie de l'UMP (Juppé, Fillion, Baroin entre autres).
A travers ce bouleversement économique qui ressemble à un tremblement de terre, on voit les plaques tectoniques se mettre en branle et il est sûr que d'ici 2017, nous verrons plus clairement les changements politiques induits par ce chambardement.
Comme je le préconise depuis quelques années, la situation économique du pays est telle qu'il faut un gouvernement d'Union Nationale afin de prendre les mesures qui s'imposent pour remettre la France dans la course mondiale et sauver notre souveraineté.Comme en Allemagne, en Italie, ....
Cette modification politique trouvera sa traduction à l'occasion des élections européennes où s'affronteront à la proportionnelle les grands partis: PS et UMP, mais aussi les centristes unis sous la bannière "ALTERNATIVE" et les europhobes de droite (FN) et de gauche (FG).
Car loin d'être la cause du déclin économique de la France, l'Europe est au contraire son présent et son avenir. Personne ne peut nier l'absence de transparence d'un certain nombre de décisions européennes et l'incompréhension quasi générale de la structure de l'UE où trop d'organes se marquent à la "culotte" et nuisent à la démocratie directe.

Il faudra bien simplifier le tout:
- d'une part le gouvernement de l'UE avec l'élection directe d'un "Président" européen
- créer un gouvernement économique de la zone "euro"
- donner le droit d'initiative législative au Parlement européen
- permettre l'harmonisation fiscale à la majorité simple au lieu de l'unanimité actuelle qui bloque tout
- élargir la brigade franco-allemande à d'autres pays de la zone "Euro"pour lancer un Europe de la Défense
- mettre le Royaume-Uni devant sa responsabilité historique: participer au lieu de tout bloquer ou bien quitter l'UE
- enfin ne pas permettre d'autres élargissement sans une évaluation réelle des structures démocratiques du pays candidat à l'adhésion.

Voilà quel devra être le programme de ceux et celles qui veulent à nouveau une France forte dans le cadre d'une Europe unie défendant ses valeurs humanistes et démocratiques.
Pas le repli sur soi et la haine de l'autre dont notre histoire montre que cela se termine toujours de façon dramatique.
Quand on commémore le centenaire de la "Grande Guerre" qui a vu des centaines de milliers d'hommes mourir sur le champ de bataille, où le déclin de la France a réellement débuté du fait de la disparition d'une génération complète de jeunes français, chacun devrait avoir le devoir de tout faire pour qu'à l'avenir l'UE soit un modèle de vie et d'organisation sociale.

Lionel DE BUSSIERE


16/01/2014
Qui a trompé qui ?:

Non, je ne parle pas encore des affaires sentimentales de notre Président, mais je fais référence à sa conférence de presse et à ma conclusion sur le dernier billet. J'indiquais que pour les anglo-saxons, on est suspecté lorsque l'on est un homme public de tromper sa femme, de pouvoir aussi tromper le peuple.
Quel est aujourd'hui le sentiment de nombre d'électeurs socialistes ? D'être "cocus!". C'est dangereux pour la démocratie car les "cocus" vont renforcer les abstentionnistes et les extrémistes (FN et FG).

Il est clair qu'avec 18 mois de retard, le Président HOLLANDE prend la bonne direction en promettant une importante baisse des dépenses publiques et en défendant les entreprises seules capables de créer de véritables emplois.
Il suffit de lire les commentaires du Front de Gauche et en particulier du responsable du parti Communiste Français, Pierre LAURENT, pour comprendre sa déception. Un fossé s'est creusé entre eux. D'ailleurs, je suis curieux de voir comment les communistes peuvent à la fois soutenir le Parti Socialiste dans les mairies et le critiquer aussi fort sur toutes ses décisions. Au moins , JL MELENCHON est cohérent en restant dans la critique permanente. Mais le PCF est tenu (voir mon billet sur l'aide au journal "l'Humanité"). Ceci explique sans doute cela, plus un peu de luttes de "places"....
La gauche du PS est aussi déstabilisée et se raccroche sur les contreparties exigées du patronat que les parlementaires devront mettre : 1 million de créations d'emplois en 3 ans et même maintenant 2 millions d'emplois en 5 ans selon MONTEBOURG!!!

Ceux-là n'ont toujours rien compris: en 2013, nous avons eu 69000 suppressions d'entreprises: un chiffre presque égal au record de 2009 l'année de la crise pour tout le monde. Mais nous, en France, on continue à supprimer des entreprises parce qu'elles étouffent sous les normes et les contraintes fiscales spécifiquement françaises.
Non, les entreprises ne vont pas créer des millions d'emploi tout de suite ! D'abord, elles vont reconstituer leurs marges: oui, en France, elles ont les marges les plus faibles d'Europe. Puis, avec ces marges, elles vont investir si elles considèrent qu'une stabilité réglementaire est en vue et qu'elles croient le Président quant à sa promesse de baisser les charges des entreprises et les dépenses publiques. Et enfin, elles vont embaucher car avec les investissements, le croissance reviendra et il sera temps de voir quelle redistribution il sera fait. Mais ça va prendre au moins 5 ans pour en arriver là.
L'opposition centriste a raison de prendre au mot le Président: 50 milliards d'euros de baisse de charge d'ici 2017 (y compris le CICE lequel à peine en marche fonctionnant mal en favorisant surtout les grandes entreprises non concurrencées sur le marché français (comme la Poste)n'est pas efficace), cette baisse doit donc commencer vite. Surtout, il faut voir où les dépenses publiques vont réellement baisser. N'oublions pas que le déficit budgétaire doit aussi revenir à moins de 3% d'ici 2017.
La piste du millefeuille territorial est bonne mais va se heurter à tous les bénéficaires des avantages financiers des rois du cumul de mandats qui ont toujours fait avorter toutes les réformes de ce type depuis le référendum du Général de Gaulle sur la régionalisation jusqu'à la récente réforme "Balladur" laquelle prévoyait déjà une réduction des Régions. En fait, outre une loi interdisant le cumul des mandats de façon stricte, il faut aller jusqu'à la fusion des départements et des régions et obliger financièrement les communes à fusionner.

En dernier lieu, le Président a été un peu court sur l'Europe et il faudra veiller à ce qu'il propose une harmonisation fiscale entre l'Allemagne et la France: ça va prendre des années ? Et bien, commençons de suite! Il faut aussi programmer des entreprises communes dans d'autres secteurs que l'aviation, l'espace et maintenant l'énergie. Il y a l'agroalimentaire, le secteur automobile, ferroviaire et surtout les voies d'avenir: l'informatique, la santé,...
L'UMP est elle partagée entre ceux qui s'opposeront à tout du moment que c'est HOLLANDE qui le dit et ceux qui sont prêts à étudier une aide ponctuelle car cela rejoint en fait leurs convictions économiques et européennes.

Car c'est là le piège tendu par le Président: laissant de côté les électeurs socialistes extrémistes, il se rapproche du Centre afin de pouvoir gouverner ensemble la fois d'après. Il ne risque rien, le Centre n'a pas de candidats capable de passer le premier tour, et l'UMP sera divisée. Si le FN arrive en 2017 en seconde position, qui sera élu ? François HOLLANDE !
Comme quoi, la politique est complexe !
Mais ceux qui pensent à la France et à l'Europe n'ont pas le choix, il faut dire au Président: "chiche!" et être d'une exigence scrupuleuse à son égard. En 2017, nous verrons alors comment se présente la situation.
Lionel DE BUSSIERE


12/01/2014
Vie privée- vie publique quand on est Président ?

La récente "affaire" de François HOLLANDE avec une actrice que le français moyen découvre via le magasine Closer a entrainé de multiples réactions:
- selon un sondage 77% des français sont indifférents cette affaire de coeur qui n'aurait aucune conséquence sur le niveau d'impopularité du Président, tant il est déjà très bas.
- unanimité de la classe politique pour dire que c'est une affaire privée et que cela ne devrait pas être publié par la presse.

Est-ce vraiment une affaire privée ?

1) "Moi, Président, je suis irresponsable": En se promenant en scooter dans Paris derrière un policier qui le conduit ainsi chez sa maitresse après avoir dissimulé son véhicule de fonction dans un parking proche du domicile de la dame, F. HOLLANDE met en jeu sa sécurité. Quand un Chef d'État décide de faire la guerre à QUAÏDA au MALI, veut bombarder la SYRIE, fait la police en RCA, il se crée des ennemis et il est régulièrement menacé par des terroristes. Si notre Président était abattu dans le hall d'un immeuble parisien par deux terroristes lorsqu'il quitte l'appartement de Julie GAYET au petit matin, la FRANCE serait tétanisée ! Mais ce serait de la seule faute du Président qui depuis le début de son mandat refuse d'être protégé en permanence. Ce qu'ont fait quelques photographes de presse: suivre le Président, le prendre en photo plusieurs fois chez son amie,sans être découverts, des terroristes entrainés pourraient le faire. Leur faciliter la tâche est irresponsable.

2)" Moi, Président, je suis inconséquent": Celle qui fait fonction de première dame aujourd'hui, malgré le fait que ce statut n'existe pas en France, vient d'être publiquement humiliée. Certes, d'autres avant elle l'ont été. Mais elle a une existence officielle puisque tout en étant journaliste à Paris-Match, elle dispose d'un bureau à l'Elysée et d'un Cabinet pour traiter les dossiers de sa compétence. Notamment, elle s'est engagée pour lutter contre l'enfance en danger dans le monde et bénéficie des facilités que l'Etat français veut bien lui donner. Faut-il rappeler que Valérie TRIERWEILER et François HOLLANDE ne sont pas mariés, ni Pacsés et qu'ils n'ont donc aucun lien juridique qui les lient. Malgré cela elle a accompagné le Président partout, parfois avec difficulté comme en Inde où le protocole indien est très rigoureux sur les règles matrimoniales....
En fin de mois, F. HOLLANDE va au Vatican en visite officielle, même si le Pape François est assez ouvert, il sera difficile que Valérie l'accompagne... prochainement le Président doit aller en visite d'Etat à Washington où Valérie était aussi invitée. Cela devient quasiment impossible à faire: il ne peut pas se faire accompagner par une femme, sciemment humiliée ainsi.Il faut vite qu'ils prennent une décision et que Valérie TRIERWEILER quitte le palais présidentiel, son bureau et son statut, qui était précaire !
De la part du président, c'est totalement inconséquent pour l'image de notre pays à l'étranger.

3) " Moi, Président, je suis un menteur": Les français sont très tolérants avec les affaires de coucherie, mais de moins en moins ! On peut se moquer des américains et de leur puritanisme, mais aux USA ce n'est pas la coucherie qui est blâmée, mais la tromperie. Ce n'est pas la même chose! Pour un américain "normal", si son Président ment à sa compagne, il peut aussi mentir à son peuple. ET le mensonge au peuple n'est pas acceptable là-bas. l'est-il aujourd'hui en France lorsque beaucoup de citoyens se demandent si le candidat HOLLANDE ne les a pas trompé lors de sa campagne électorale ?

Alors ? Pensez-vous toujours que cette affaire est une affaire privée ? Moi, non !
Lionel DE BUSSIERE


10/01/2014
HOLLANDE: le VIRAGE ?

Comme je l'avais écrit auparavant, le Président et son gouvernement ont fait un contresens économique en arrivant au pouvoir en Mai 2012 en niant le problème de la compétitivité des entreprises françaises au sein de la mondialisation. Porté par une gauche économiquement encore marxisante qui refuse l'économie de marché, HOLLANDE, candidat a fortement critiqué les entreprises (souvenons-nous des critiques à l'encontre de TOTAL chaque année lors du bilan financier de cette société internationale qui ferait trop de bénéfices) et les banques (Ah! le meeting du Bourget et l'attaque frontale contre la Finance....).

Je ne sais pas si le Président HOLLANDE était mal formé et mal informé de la réalité économique mondiale ou s'il était simplement cynique.

Dans les deux cas, c'est inquiétant et il est le premier à en souffrir puisque sa cote de popularité est la plus basse de la Vème et qu'il a perdu sa crédibilité. Son affirmation d'inverser la courbe du chômage avant la fin de 2013 ne sera pas tenue et il est assez probable qu'elle ne le sera pas en 2014. Laurent FABIUS vient de le reconnaitre dans un entretien aux Echos: "Pour diminuer le chômage, il faut davantage de croissance..." En 2014, une croissance de 0,9% a été retenu par le gouvernement comme hypothèse de croissance, or il faut au moins 2% pour changer les choses !!!
Outre, l'erreur d'analyse au départ, le gouvernement a voulu combler le déficit financier de notre pays en augmentant fortement les impôts. Les socialistes ayant fait annulé la "TVA sociale" de SARKOSY-FILLON à leur arrivée au pouvoir, ils ont fait payé aux entreprises les hausses massives d'impôt. Celles-ci , déjà en mauvaise posture avant (plus bas taux d'Europe de marge brute)ont arrêté d'investir car elles n'avaient plus confiance dans l'avenir.

Que disait l'ex-chancelier allemand SCHMIDT (socialiste): "les investissements des entreprises d'aujourd'hui sont nos emplois de demain".

Malheureusement, les socialistes français n'acceptent que honteusement de dire qu'ils doivent gouverner au sein d'une économie de marché mondialisée. Souvenons-nous de la diatribe de Lionel JOSPIN contre Tony BLAIR, socialiste comme lui, (non pas pour la guerre en IRAK, où il avait mille fois raison) contre le centrisme du Premier Ministre britannique qui a gouverné son pays pendant 16 ans. De même, le chef du gouvernement espagnol, M. ZAPATERO, a été voué aux gémonies pour avoir pris des mesures très sévéres afin de lutter contre la crise en Espagne, comme le socialiste PAPANDREOU en Grèce ou les socialistes au Portugal.
Aujourd'hui, le gouvernement français ne préconise pas la baisse des retraites et des salaires des fonctionnaires; mais il veut diminuer les dépenses publiques de façon vigoureuse, diminuer le déficit de la Sécurité Sociale, .... bref de nombreuses mesures sévères pour redresser notre compétitivité économique et retrouver notre souveraineté financière.
Nous allons souffrir différemment: plus de hausse d'impôts, mais des baisses de prestations diverses et pour certains des baisses de revenu.

Cela risque de casser la majorité de gauche au pouvoir: outre le Front de Gauche qui est totalement opposé à ces mesures, beaucoup à la gauche du PS sont perdus et ne savent pas s'ils doivent partir ou subir?
Le Centre devrait prendre la main et proposer une Union commune comme en Allemagne ou en Italie, au moins le temps nécéssaire pour remettre l'économie du pays dans le droit chemin. De même, l'opposition de droite républicaine ne devrait pas rester dans une opposition stérile à des réformes économiques, en fait peu éloignées de ce qu'elle faisait quand elle était au pouvoir en 2011, et prendre au mot le Président pour le "marquer à la culotte" dans son programme de réformes économiques.
Lionel DE BUSSIERE


08/01/2014
Avez-vous vu un billet de 500€ ?

La quasi totalité des citoyens européens ne le savent pas, mais il existe un billet de 500€, instrument monétaire le plus important au monde car les billets de 500 $ américain et 1.000 $ canadien sont supprimés afin de lutter contre le blanchiment d'argent. Au Royaume-Uni l'usage du billet de 500 € est interdit car trop facile à dissimuler lors des passages frontières: un million de £ en devises européennes telle le billet de 50 € pèse 2 kgs (2300 billets) au lieu de 50 kgs en billets de 50 £.
Il existe dans le monde 290 milliards d'euros en circulation sous la forme de billets de 500 €:
il est démontré qu'au sein de l'UE l'usage du numéraire au dessus de 100 € avait disparu dans la quasi totalité de ses membres. Le bulletin de la Banque Européenne a indiqué qu'au maximul 20% des citoyens paient en espèces pour des sommes allant jusqu'à 1.000 €. Mais au déla , c'est la carte bleue!
D'ailleurs, avez vous vu un billet de 500€ ? Parait-il de couleur bleue ? Moi jamais !
Alors à quoi sert-il ?
À frauder !!! Il apparait qu'une faible partie de ces billets sont thésauriser, 25% des billets sont détenus à l'extérieur de la zone EURO. Le reste permet à tous les trafiquants et fraudeurs en tout genre de frauder tranquillement et de dissimiler les bénéfices de la fraude en billets de 500 €.
La fraude, c'est bien sûr le trafic de drogue, celui des cigarettes, maintenant celui des contrefaçons, mais c'est aussi l'argent de la prostitution, du trafic d'armes, .... et celui des fraudes fiscales dont l'affaire CAHUZAC est un exemple connu mais courant pour les spécialistes. Partout en France, les citoyens essaient de ne pas déclarer leurs revenus au fisc. certains ont plus de facilités que d'autres pour faire ça: les commerçants par exemple !
Certains se souviennent de l'affaire des pharmacies où une petite société avait mis au point un logiciel qui retirait des recettes quotidiennes toutes les sommes payées en espèces et refaisait la comptabilité au fur et à mesure. Pensez-vous vraiment que seuls les pharmaciens ont utilisé ce logiciel ? L'étude de la presse régionale et nationale démontre que deux catégories de métiers pratiquent le travail "au noir": le bâtiment et le tourisme (restauration et hôtellerie). Cette masse d'argent accumulé n'est pas toujours dépensé sur place sinon, le fisc s'apercevra un jour de votre niveau de vie peu en rapport avec ce que vous déclarez. Donc, on envoie ces espèces en Suisse, au Luxembourg et en Andorre, depuis quelques années dans les territoires d'outre-mer de la Grande-Bretagne (Jersey, île de Man, Bermudes, Iles Caimans, ... et à Singapour.
Les services des douanes du monde entier découvrent parfois des sommes considérables, les organismes de lutte contre le blanchiment d'argent (TRACFIN en France)mettent à jour parfois des combines remarquables. Mais cela ne représente pas même 10% de la réalité de la fraude.

Alors pourquoi l'UE ne supprime-t-elle pas ce billet de 500 € ? C'est inexplicable et on pourrait affirmer qu'il s'agit quasiment de complicité de recel de fraude fiscale ou autre. Il me semble qu'une sensibilisation des citoyens à ce fléau permettrait de le règler.
ou bien les politiques des différents pays y trouvent un intèrêt ? Un livre de G. POURADIER, datent de quelques années: "À propos de l'argent public" chiffrait l'évaporation de l'argent public par les collectivités locales ou nationales à 3.000 milliards de francs...
Depuis lors, les "affaires" continuent; inutile de les citer toutes, ce serait trop long ! Et elles touchent à droite et à gauche.
Il faut que les citoyens prennent en mains le contrôle des Finances Publiques partout: au niveau local et national. Il faut renforcer les moyens des Cour des Comptes régionales qui ne trouvent quasiment rien d'anormal dans les comptes des départements, des régions et de municipalités ?? Pourtant au vu de nombre de subventions accordées à de multiples associations sans aucun contrôle de l'utilisation, on est en droit de se poser des questions.
Lionel DE BUSSIERE


05/01/2014
Cannabis: légalisation ?

Beaucoup ont pu lire ou entendre le professeur d'économie à La Sorbonne, Pierre KOPP, expliquer pourquoi la légalisation du marché de la drogue serait bonne pour notre économie. C'est donc en ces termes "marchands" que désormais, on aborde ce problème.
250 tonnes de cannabis sont consommées chaque année en France, la quasi totalité provient du Maroc en contrebande.
Le trafic de drogue représente en France un marché de 2 milliards d'euros !!!Le commerce des autres drogues produit 1 milliard d'euros de recettes supplémentaire.
Sur 36 pays étudiés parmi les pays développés, une étude montre que la France avait le plus grand nombre de consommateurs de cannabis. Pour la cocaïne, le nombre de consommateurs a triplé depuis l'année 2000 et 3% de la population des personnes âgées de 17 ans sont des consommateurs réguliers.
Par ailleurs, 1% du PIB français est consacré à la lutte contre le trafic de stupéfiants (police, douanes, gendarmerie), soit 20 milliards d'euros, avec l'insuccés que l'on sait puisque jamais les quantités de drogue sur le territoire n'ont été aussi importantes et les prix aussi bas. Donc, ça rentre à tout va !!! Enfin, la prise en charge sanitaire de la toxicomanie revient à 1, 5 milliard d'euros.
En 2011, 44% des garçons et 39% des filles de 17 ans avaient déjà expérimenté le cannabis, soit 2 fois plus qu'en 1993. Dans la tranche d'âge 18-44 ans, le nombre de personnes ayant déjà pris au moins une fois du cannabis a aussi doublé dans le même temps et 12% des personnes intérrogées dans l'enquête de l'OFDT reconnait en avoir pris dans l'année écoulée. Cela fait environ 13,4 millions de personnes concernées....

Les médias sont remplis d'articles décrivant les mafias dans les banlieues où une économie parallèle s'est mise en place et où de nouveaux métiers ont été créés: guetteur, nourrice, vendeur, artisan du petit trafic, patron du plus gros, ...Partout sur ces territoires, l'espace public a été pris par les trafiquants. Que ce soit en Seine-St-Denis, à Marseille ou en Corse, le nombre d'homicides liés au trafic de drogue est en train de décupler. Selon les études faites, le premier semi-grosiste gagnerait 550.000€/an, le second niveau: 76.000€/an et les petits revendeurs entre 60 et 130.000€ par an
Dans le même temps, les bilans des services spécialisés (Douanes et Police) sont chaque année meilleurs et les différents ministres font leur show à la TV afin de montrer l'efficacité de leur action. Même dans des petite villes comme Périgueux, il est facile à tout collégien ou lycéen des établissement locaux d'acheter en toute impunité, sur les lieux mêmes où ils étudient, du cannabis, voire de la coke et les dealers locaux sont connus par les élèves.
La barrette se vend aux alentours de 6€, le gramme de cocaïne à 50€ et les pastilles d'ectasy à 50€ aussi.
Tout le monde s'en contrefiche: direction des établissements, infirmières et policiers. Ne pas attirer l'attention sur tel ou tel lieu, ça fera mauvaise impression.... Quelle hypocrisie !!!

Pourtant, on peut affirmer qu'il y a clairement un échec des politiques répressives.
Tous les résultats d'études à ce sujet le montre dans tous les pays développés. Ceux qui ne me croient pas devraient lire le livre de Jon ROBERTS et Evan WRIGHT: "American Desperado"qui raconte la vie d'un des plus grands trafiquants de drogue aux USA dans les années 1980-1990. Les abus de toutes sortes liés à la drogue, comme le montre par ailleurs le film récent de SCORSESE: "Le loup de Wall Street" et qu'ils lisent dans les pages 500 et suivantes comment les trafiquants se moquaient des services répressifs américains. A MIAMI, depuis cette époque la drogue est totalement banalisée et pas chère. C'est le cas en France avec 10 ans de retard. Le trafic ne se cache plus: il est sous nos yeux!
Il y a bien un lobby de la répression à tout va qui trouve ses aises grâce à l'hypocrisie ambiante: souvenons-nous du ministre du gouvernement ROCARD qui a sauté au bout de 24h pour avoir simplement poser la question de la pertinence de la politique répressive dans ce domaine !!! Vincent PEILLON a failli passer à la trappe aussi pour avoir fait de même. Depuis le débat est clos.Manuel VALS vient de le redire avec les mêmes arguments que ses prédécesseurs depuis 40 ans.
Une seule personnalité politique défend la légalisation du cannabis: M. VAILLANT, ancien ministre de l'Intérieur socialiste.
En Europe, les Pays-Bas ont légalisé les premiers l'usage personnel du cannabis avec quelques abus et cela a entrainé que ce pays soit devenu un centre touristique pour tous les amateurs de "fumette". L'Espagne, puis le Portugal ont fait de même et il semble que cela n'ait pas augmenté la consommation plus qu'en France.
Depuis le 1er janvier 2014, un Etat américain, le Colorado, vient de légaliser la vente de cannabis mais dans un cadre strict.

Comme pour le tabac et l'alcool, interdiction de vente aux personnes âgées de moins de 21 ans. Les vendeurs seront agréés (débitants de tabac ?)car le produit sera vérifié par les services de l'État. Évidemment, la vente sera taxée (la recette estimée est de 27 millions de dollars US/an). Par référendum, l'argent ainsi récolté sera majoritairement consacré au développement des écoles. Seule une partie des taxes sera consacrée à la lutte contre la toxicomanie.
Mais celle-ci englobe pas uniquement le cannabis, mais aussi le tabac et l'alcool. Là aussi les français sont hypocrites: en matière de dépendance, il n'y a pas de différence entre les 3 produits. Les récentes études sur la santé des français montrent qu'une hausse sensible des usages à risques en matière d'alcool a été constatée. Une hausse significative des épisodes d'ivresse déclarés pour les deux sexes est enregistrée, notamment chez les hommes de 18 à 34 ans et les femmes de 18 à 25 ans.Quant au tabac, sa consommation ne recule pas, notamment chez les jeunes.
L'alcool reste la "drogue" la plus consommée et problématique dans le cadre professionnel.

En fait, le seul débat qui devrait avoir lieu c'est les conséquences sur la santé publique de l'usage des ces SPA (substances psycho-actives) que sont le tabac, l'alcool et la drogue. Actuellement, on en tolère deux tout en multipliant les mesures de prévention, pourquoi pas le cannabis, même si les conséquences sur la santé sont plus fortes.
Qu'il soit interdit de conduire après avoir bu, c'est normal, cela est d'ailleurs régulièrement contrôlé par les forces de l'ordre. Celles-ci ne peuvent le faire de façon systématique pour la drogue alors même que les effets désastreux sur la conduite sont avérées.

Conclusion: Je ne préconise pas l'usage libre, mais d'abord un vrai débat, puis comme en COLORADO, un référendum en France pour l'adoption ou non de la légalisation du cannabis dans les mêmes conditions que dans cet État américain.
Tout pour mettre fin à l'actuelle hypocrisie française !
Lionel DE BUSSIERE


02/01/2014
Meilleurs voeux pour 2014:

Comme la tradition l'exige le Président HOLLANDE a présenté ses voeux le 31/12 au soir où on apprend qu'il a été vu par moins de 8 millions de téléspectateurs au lieu de 11 millions l'an passé. Surtout, les commentaires ont été négatifs; non pas seulement par la droite mais aussi au sein de son propre camp qui a , semble-t-il, découvert avec stupeur les directives du Président à son gouvernement pour 2014 à savoir:
-aider les entreprises
-faire baisser les dépenses de l'Etat

Effectivement, c'est un sacré changement d'entendre François HOLLANDE dire qu'en France il y a "trop d'impôts" !!!
Dans le monde développé, il existe un indice dit "indice des directeurs d'achats"dont le nombre "50" est le signe du fossé séparant les pays qui sont en croissance et les pays qui sont en récéssion. Les derniers chiffres de cet indice viennent de sortir:au sein de la zone Euro, l'Allemagne et l'Italie sont très performants avec une note de 54,3. La zone Euro progresse particulièrement dans sa composante "production" qui est à 54,9 le mois denier.

Sauf en France qui régresse dans tous les domaines en tombant à 47,00 en décembre au lieu de 48,4 en novembre.

Ce n'est pas du tout un bon signe pour la courbe de chômage, laquelle, elle, n'a pas fini de croitre. Nous avons une croissance très faible selon nos statisticiens, mais en fait nous sommes en récession: la population française a cru plus que le PIB ces dix dernières années. Si la moyenne de croissance est de 0,5% et que la population croit de 1%, cela veut dire qu'en fait chacun a un revenu plus faible qu'avant.
Concrètement la population a augmenté de 1,8 million d'hts depuis le dernier recensement(2007) et la croissance du PIB est égale à zéro dans le même temps, ce qui mathématiquement indique une baisse individuelle de plus de 2%, ce qui n'était pas arrivé depuis la dernière guerre mondiale.
Tous la communication gouvernementale n'y pourra rien du fait que le bon sens populaire avait ressenti cette baisse de pouvoir d'achat et d'augmentation du chômage bien avant les voeux.
Pour le Président HOLLANDE il ne reste désormais que la possibilité de copier son ex- collègue allemand (SCHROEDER)afin de diminuer les charges des entreprises qui exportent. Pour relancer la consommation, on verra plus tard car la TVA augmente encore depuis hier.Mais il va falloir (enfin) envisager de vraies réformes pour diminuer les dépenses car la politique du "rabot" a depuis longtemps touché ses limites. En définitive, le Président va faire une politique proche de celle qu'aurait fait la droite au pouvoir et qu'il aurait critiqué s'il avait été battu en 2012.
Voilà pourquoi, comme en Allemagne, comme en Italie, devant la gravité de la crise, les partis défendant l'Europe, la liberté et l'économie de marché doivent s'allier pour réformer et faire face à un monde concurrentiel, dur pour nous mais bénéfique pour la population du monde. N'oublions pas que depuis 10 ans la pauvreté (moins de 1$,25/jour) a diminué de moitié dans le monde grâce à la mondialisation.
PS: bonne et heureuse année à tous
Lionel DE BUSSIERE


29/12/2013
Liberté de la presse: le gouvernement ne recherche pas la justice:

A la mi-décembre, le gouvernement a discrètement effacé une dette de 4 millions d'euros qu'il détenait sur un prêt précédent au journal communiste "L'Humanité". Ces derniers jours, nous apprenons que, sur ordre du gouvernement, le fisc, réclame plus d'un million d'euros au site Internet "Médiapart".
Sur ce dernier redressement fiscal, le directeur du site Médiapart, Edwy PLENEL, a choisi l'affrontement en appliquant à sa société un taux de TVA de 2,1% au lieu de 19,60% prévus par la loi. En effet, les sites de presse électroniques ne bénéficient pas comme les journaux "papier" d'une TVA "super réduite" (2,1%). Le fisc a donc procédé en 2013 à un redressement de Médiapart sur les années 2008 à 2010 incluses, dans un premier temps ! Dans un second temps, le fisc va notifier les années 2011 à 2013. À cette estimation, le fisc ajoute une pénalité de 40% des sommes fraudées et des intérêts de retard; ce qui fait que le service des Impôts vont réclamer 6 millions d'euros à Médiapart d'ici peu. Depuis 2008, les sites d'information en ligne demandent à bénéficier, comme la presse écrite, du taux "super réduit". Rappelons que ces sites vivent comme le reste de la presse des abonnements et de la publicité. Mais la presse écrite a, en plus, des aides: postales pour le transport des journaux et cette TVA à 2,1%. Médiapart a 81.000 abonnés et la décision du fisc français va certainement le couler.

Chacun aura en mémoire que Médiapart est l'organe de presse qui a dévoilé l'affaire CAHUZAC l'an passé et a dénoncé la passivité du Président HOLLANDE et de quelques uns de ses ministres lors de découverte de l'affaire.

De l'autre côté, le Parti Communiste Français (PCF), membre du Front de Gauche et propriétaire du journal "L'Humanité" vient de choisir de soutenir les listes du Parti Socialiste dans la quasi totalité des villes de France lors des prochaines municipales, notamment à Paris. Cette décision a mis en colère le leader du Front de Gauche, M. MELENCHON, qui n'arrête pas de critiquer le Président HOLLANDE et son gouvernement sur sa politique sociale insuffisante. Cette décision du PCF peut faire éclater le Front, mais cela assure au PS une première place dans beaucoup d'agglomérations dés le premier tour des "municipales" et donne l'image d'un parti "rassembleur". Il se trouve que le journal du PCF est depuis longtemps en fâcheuse posture financière: faute d'argent frais, il aurait du fermer comme tant d'entreprises aujourd'hui dont la compétitivité est insuffisante pour survivre au sein d'un monde concurrentiel.Ce journal diffuse à 47.000 exemplaires.
Certes, la liberté de la presse est essentielle en démocratie. Depuis toujours, la presse, en France a été aidée par l'Etat. Rappelons aussi que le journal "L'Humanité" a été créé en 1904 par Jean JAURES, un socialiste donc et qu'il est devenu communiste en 1920. Depuis lors, il a été le soutien indéfectible du PCF, soutenant toutes les positions de celui-ci, y compris à l'époque du stalinisme. Aujourd'hui, ce journal est sur une ligne anticapitaliste. Depuis 2001, le journal fait appel à des soutiens intellectuels et financiers larges (TF1 et le Groupe Lagardère), d'ailleurs la faucille et le marteau ont disparu du journal. Il est l'un des deux journaux le plus subventionné par l'Etat(48 centimes par numéro selon la Cour des Comptes).
Il est évident que la direction du PCF a négocié avec le gouvernement pour annuler la dette citée plus haut dont le ministre du Budget (M. CAZENEUVE) a défendu à l'Assemblée Nationale la pertinence "au nom de la liberté de la presse"...

Celle-ci est donc à géométrie variable ! Il est totalement injuste d'aider l'un et de taxer l'autre. On sent bien qu'il s'agit d'un règlement de compte d'un côté et d'une magouille de l'autre.
Même si ça se fait discrètement, cela pèsera plus tard lors des votes de ceux qui défendent réellement la liberté de la presse.
Lionel DE BUSSIERE


19/12/2013
La défense aujourd'hui:
De son passé, la France a gardé des traditions militaires fortes et même si les dernières guerres mondiales et coloniales n'ont pas été à la gloire de nos soldats, ceux ci ont fait ce que les gouvernements voulaient sans toujours avoir les moyens d'obtenir des résultats probants. Encore aujourd'hui, l'armée française est sur de nombreux fronts: les plus connus en Afrique: MALI, RCA. En 2011 sous le gouvernement précédent, la Libye et la Côte d'Ivoire connurent des interventions décisives pour la marche du Monde. Et je ne dis rien de la SYRIE où à la surprise générale, le Président HOLLANDE a failli nous trainer en guerre sans l'aval de l'ONU.
C'est dire l'importance de l'armée dans les attributs de la puissance de la France dans le monde. Avec notre siège à l'ONU, ce sont les signes extérieurs de grande puissance. En effet, pour les autres attributs: la géographie, l'économie et la population, nous sommes comme pour les critères de performance que j'avais traité précédemment une puissance moyenne, et encore en déclin !
Le siège à l'ONU ne durera pas éternellement tellement il est anachronique: d'autres vraies puissances veulent aussi une place et l'ONU se réformera tôt ou tard. L'unanimité étant requise, ça prend du temps ! Mais il serait normal de voir au Conseil de Sécurité avec les 5 actuels membres permanents, l'Afrique du Sud, le Nigéria, le Brésil, le Mexique, l'Egypte, le Japon voire l'Iran, ...Et puis, un jour ce sera sans doute l'Union Européenne qui remplacera le Royaume-Uni et la France comme membre permanent.
Il nous reste donc l'Armée. Une armée en perte de vitesse du fait que depuis des dizaines d'année son budget sert de variable d'ajustement aux difficultés financières du pays.Plus les budgets social, salarial, sanitaire augmentent et creusent les déficits; plus celui du Ministère de la défense diminue. Il est aujourd'hui autour de 2% de l'ensemble, soit en gros de 40 milliards d'euros et 290 000 employés.
Le gouvernement actuel a continué sur cette lancée, mais nous atteignons l'os et il semble que nous n'ayons plus les moyens de notre politique internationale; de ce fait nous devons appeler à chaque fois au secours les USA et surtout les autres pays européens. Ceux-ci peuvent ainsi se libérer facilement de nous laisser seul au Front en subventionnant nos forces.
Il y a sans aucun doute encore des améliorations de gestion à faire dans les armées: il suffit de voir l'immense bug depuis deux ans du logiciel de paiement des salaires et primes pour comprendre que nous avons un vivier d'économies.
- De 2008 à 2011, 30 000 emplois ont été supprimés mais bizarrement, le coût salarial a augmenté dans le même temps d'un milliard d'euros: nos généraux sont passés de 300 à 450 et tous les autres échelons ont suivi ....
- 1200 militaires travaillent dans le service de "com" des armées ?
- les hôpitaux militaires qui gèrent 16000 personnels soignent à 90% des civils.
Aujourd'hui, les matériels sont souvent obsolètes, notamment les hélicoptères et les blindés sur roues. Dans le même temps, nous payons des sociétés privées pour développer des armements ultramodernes mais d'un coût très excessif pour un seul pays.
Exemple: l'avion "le Rafale" pas encore vendu à l'étranger car trop complexe et trop cher (coût pour le budget français 48 milliards). De plus, il faut avoir en mémoire que le développement permanent de l'arme nucléaire immobilise environ 4 milliards d'euros par an.
Nous devons modifier en profondeur notre façon de gérer le budget militaire d'autant qu'un récent sondage indique que les français choisissent en premier et pour 33% d'entre eux l'armée comme premier choix de restriction budgétaire dans le cadre contraint de 2014.
Il est inutile de voter des Plans pour étaler les dépenses sur 5 ans. Il ne faut pas descendre en dessous de ces 2% et même, il va falloir envisager d'augmenter ce budget car des menaces se profilent dont la presse parle peu.
En Asie, la CHINE multiplie les conflits territoriaux: avec le JAPON autour de l'archipel des Senkaku et l'Ilôt de Ieodo. Mais aussi avec la CORÉE du SUD, TAÏWAN,la MALAISIE, BRUNEÏ, les PHILIPPINES et l'INDONÉSIE au sujet des archipels PARACEL et SPARTLY.
Enfin avec l'INDE, la CHINE depuis la guerre de 1962 continue de revendiquer quelques milliers de Km2 supplémentaires à proximité du TIBET appartenant à l'INDE: les incidents de frontières se multiplient. Tous ces pays sont en train de gonfler leur budget militaire tout comme les pays de l'ex- Union Soviétique encore dans la zone d'influence de la RUSSIE ainsi que l'ensemble des pays du Moyen-Orient: le conflit entre ISRAEL et l'IRAN est toujours vivace.
L'Europe de la Défense n'existe pas; certes nous avons l'OTAN, mais on voit bien que les armées européennes désarment et que la majorité d'entre eux ne veulent pas de politique militaire à l'instar des suédois qui se veulent neutres.Dans l'immédiat, le seul critère de souveraineté qui nous reste est l'armée: le président français décide d'aller en guerre sans réunion préalable à Bruxelles. Quel pouvoir ! Mais il est fragile. Pour la SYRIE nous avons été un peu ridicule et nous sommes restés, seul, l'arme au pied.
Cette ambigüité doit être levée et nous devons montrer l'exemple en créant comme pour l'EURO un espace européen réduit de défense. Ceux qui ne veulent pas y être , tant pis pour eux! A force de s'éliminer de toute création européenne pour des raisons diverses, il ne restera que de vrais européens voulant vivre ensemble et défendre leur mode de vie.
Lionel DE BUSSIERE


16/12/2013
Encore une couche au millefeuille:

Le 1er janvier 2014 sera créé en Périgord une nouvelle agglomération regroupant 33 communes autour de Périgueux et dont le nom est: "Le Grand Périgueux". Cette nouvelle "agglo" regroupe ainsi prés de 95.000 hts.
Cette création a été très rude à négocier du fait des egos très importants de certains politiques impliqués. Tout d'abord, précisons que ce n'est pas une querelle politique puisque la quasi totalité des Maires sont de gauche, la plupart au parti socialiste. Pour la future présidence de "l'agglo" vont se présenter, s'ils sont réélus, le Maire de BOULAZAC (PC) et celui de Périgueux (PS). Pour avoir une chance de gagner, le maire de BOULAZAC a fait entrer toutes les communes proches de lui telle "La Douze" ou "Milhac d'Auberoche", charmants villages de campagne situés à 20 bonnes minutes de Périgueux. Ces villages n'ont rien en commun avec les préoccupations de Périgueux; par contre des villes voisines comme COULOUNIERS-CHAMIERS, ATUR, CHANCELADE, MARSAC, BOULAZAC, NOTRE DAME de SANILHAC et TRELISSAC sont proches et devraient apprendre à travailler en commun. Elles ont les mêmes problémes à régler et l'objectif final devrait être la fusion de ces communes que je viens de citer afin d'harmoniser la gestion, rationaliser les coûts et partager les charges.

Un souci de bonne gestion et d'efficacité du bien public (l'impôt) et non la lutte des places.

La future élection n'est pas jouée car le Président du Conseil Général, Bernard CAZEAU, n'aime pas le maire de Pèrigueux et incite les maires PS de la future agglomération à voter pour celui de Boulazac... Ambiance !Notons quand même qu'il faudra qu'ils soient réélus ce qui n'est pas évident pour celui de Périgueux et celui de Boulazac devra passer en Cour d'Appel à Bordeaux auparavant qui décidera des suites à donner à un certain mélange de casquettes. A suivre !

Mais ceci n'est qu'anecdotique car le fond du problème est la création d'une nouvelle entité avec des compétences propres qui vient se mêler des dossiers déjà gérés par la Région (Ex:transports) ou les communes (voiries). Il est prévu près de 400 fonctionnaires dans cette nouvelle structure qui vont s'occuper des piscines, les poubelles, les voiries principales, les déchets, les transports en commun,la voie verte, l'assainissement et l'accueil des gens du voyage.
Les élus provisoires promettent qu'aucune augmentation d'impôt ne s'en suivra, ce qui laisse le citoyen, dubitatif ... car aucun transfert de poste n'est prévu des différentes 33 mairies vers l'"Agglo"? De plus, on parle déjà d'ajouter des compétences: les routes, l'aide à domicile, les centres de loisirs et les grandes équipes de sport collectif (Rugby et Basket). Les futurs maires élus en 2014 dans un cadre budgétaire difficile seront heureux de ne pas augmenter les impôts locaux et transférer à l'"Agglo" des charges nouvelles sans perdre de fonctionnaires et de moyens. La future assemblée a prévu 67 délégués à cette assemblée dont 13 vice-présidents (ceux qui ont des indemnités, des voitures, des secrétaires et des bureaux!!)

Et vous pensez vraiment que l'on va croire que globalement les impôts locaux ne vont pas augmenter?

Cet empilage de structures administratives (commune, agglo, département, région, Etat, Bruxelles)est unique au monde et nous coûte non seulement beaucoup d'argent pour ces 500.000 élus divers que possède la France, mais surtout nuit à l'efficacité. Il n'y a pas de clarté dans les compétences des uns et des autres, aussi faut-il aller passer son temps en réunions diverses et longues pour convaincre si possible et surtout quémander des fonds.
Enfin, vu les egos des ces responsables, les décisions sont souvent incohérentes. Par exemple, en 2014 la région va augmenter de 7,25% le budget des transports en Aquitaine pour aider au développement. En même temps le Conseil Général de la Dordogne va baisser de 37 à 30 millions le budget des routes.
La Dordogne est un territoire enclavé qui a besoin de développer ses routes et ses voies de chemin de fer afin d'attirer des entreprises qui viennent qui si la mobilité de leurs cadres est garantie. Ce n'est pas le cas actuellement aussi la Dordogne aurait intèrêt à "mettre le paquet" sur les routes et le rail au lieu de faire "Lascaux 4" qui fait le tour du monde avec le président CAZEAU comme animateur.
Même du point de vue seulement touristique, c'est une erreur de stratégie: dans le domaine ferroviaire, Périgueux est un cul de sac. A partir de cette ville, il est impossible de faire dans la journée un aller retour vers les grands centres touristiques du Périgord. Aussi les touristes passent et vont dormir ailleurs, vont manger ailleurs, ... et on s'étonne que SARLAT soit vu pour la plupart des français comme la capitale du Périgord. Tant mieux pour elle, mais pour l'ensemble du département ce n'est pas bon signe d'avoir sa capitale méconnue et décliner année après année. Nous allons ressembler à la Creuse d'ici peu. Voila où mène une politique à courte vue sans organiser l'avenir en multipliant les organes pour faire plaisir à tout le monde. Mais ça ne marchera plus longtemps, il faudra réformer et là où le Général de Gaulle a échoué il y a prés de 50 ans, il devrait y avoir un homme d'Etat qui se lève et qui réforme.
Lionel DE BUSSIERE


13/12/2013
Amendes municipalisées:
Les députés viennent de voter une loi qui permet à chaque Maire de fixer, avec l'accord son Conseil Municipal, le montant de l'amende (nommé "forfait" désormais ?). Les associations d'automobilistes montent aussitôt au créneau (sans jeu de mots) pour profiter de la vague anti taxes nouvelles et dénoncent cet abus de droit (selon elles) effectué seulement pour des objectifs fiscaux. Certains députés ont déjà indiqué qu'ils feraient un recours au Conseil Constitutionnel pour rupture de l'égalité des citoyens.
Pourtant je trouve cette loi nécèssaire: il y a un an, l'amende était de 11€, aujourd'hui elle est à 17€. Pour certains c'est insignifiant et donc pas décourageant.
Tous ceux qui ont des véhicules de fonction, de société, ... se font payer l'amende par leurs employeurs et en profitent pour se garer n'importe où sans acquitter le droit de stationnement. Dans nos villes européennes dont les centres n'ont pas été conçus pour les voitures et autres camionnettes, nous sommes obligés d'éviter le stationnement prolongé afin de ne pas bloquer les centres. Aux Etats-Unis, où les villes ont été construites pour beaucoup après les premières voitures, les maires ont choisi d'interdire le stationnement en ville et ont créé des parcs de stationnements à l'entrée des cités. Quand vous allez à New-York, vous voyez beaucoup de taxis jaunes dont le coût est faible et le métro marche bien.
C'est ce qu'à fait le Maire de Bordeaux en créant le tramway: un moyen de transport public efficace avec une tarification diversifiée pour tenir compte des niveaux sociaux et des grands entrepôts à voitures à l'entrée de l'agglomération.
Résultat: le centre ville de Bordeaux s'est encore développé, les commerçants du centre sont heureux de voir la foule déambuler et acheter chez eux et non en banlieue où le stationnement est certes plus aisé mais on ne se promène pas devant les entrepôts de vêtements...
Aussi, tous les commerçants des "centres ville" devraient soutenir cette initiative et demander à leurs maires de mettre un niveau d'amende dissuasif dans un premier temps et réaménager le centre pour en faire des lieux piétonniers où il fait bon se promener par la suite.
Enfin, il faut en finir avec cette fausse égalité qui fait que partout en France on devrait faire la même chose: il est évident que les problèmes de stationnement ne sont pas identiques à Paris (où la place manque et où 2/3 des pénalisés ne paient pas leur amende)et à Calais, ville détruite lors de la dernière guerre et où il est plus facile de stationner. Pourquoi alors sanctionner de façon uniforme ?
Ceux qui s'opposent à cette mesure sont des gens qui ne pensent qu'à leur confort immédiat et n'ont qu'une vague idée de la discipline collective pour le "vivre ensemble".
Dés lors, j'attends de mon Maire qu'il agisse en ce sens.
Lionel DE BUSSIERE


05/12/2013
Classements de la France dans le monde:

Une série de classements viennent de sortir dans des domaines forts différents: salaires, corruption, niveau d'instruction, liberté de faire des affaires, ...
Évidemment, nous allons toujours trouver des citoyens opposés à ce type de classements, pour de mauvaises raisons le plus souvent, car ceux-ci mettent en évidence nos lacunes.
Nous allons comparer notre classement avec l'Allemagne qui est la première économie européenne et la France qui est la seconde:

PIB Allemagne (3ème) France (5ème)

Doing Business 20ème 34ème

Indice de corruption 12ème 22ème

PISA (instruction) 10ème 25ème

Compétitivité mondiale 4ème 23ème

La France ressort de cette comparaison assez meurtrie ! Compte tenu de notre puissance économique (certes en régression), nous devrions être beaucoup mieux classé: or nous reculons année après année dans tous les domaines ! Ce qui est gravissime, c'est le classement PISA, dont la presse vient de parler, car c'est l'avenir !Parmi les premiers de ce classement des connaissances des enfants de 15 ans, deux régions sont en tête: l'Asie qui fait de la discipline et de l'apprentissage par coeur les bases de leur enseignement et les pays nordiques qui font tous les efforts possibles pour aller vers le niveau de l'enfant quel qu'il soit ! Nous, nous n'avons pas choisi une méthode et surtout nous laissons aucun pouvoir aux éducateurs sous le prétexte fallacieux de l'égalité républicaine ! Chacun sait qu'elle est impossible ! D'ailleurs selon le classement du BIT, la France est 131ème en matière d'égalité "homme-femme"dans le domaine salarial! L'Allemagne qui était plus mal classée que la France en 2001 pour le PISA, l'a dépassée aujourd'hui. Cela signifie que des réformes en profondeur peuvent améliorer les choses rapidement...
Mais dans ce domaine comme dans d'autres, pour faire des réformes, il faut du courage politique et assumer les mécontentements générés par les réformes. Surtout, il faudrait laisser faire des expérimentations et casser cette idée d'égalité factice pour permettre à tous les territoires d'adapter les moyens de l'éducation à ses besoins: pourquoi ne pas laisser la maternelle, le primaire et le collège aux agglomérations de communes, le lycée et l'université aux régions ? En Allemagne, il n'y pas de ministère de l'éducation nationale; ce sont les "landers"(régions) qui sont compétents pour gérer l'enseignement. Visiblement, ça ne marche pas mal ! Et ça parait normal: en France, l'Éducation Nationale c'est plus d'1,4 million de fonctionnaires, INGÉRABLE !!!!
Quant à l'indice de corruption, un grand pays comme le nôtre, ne peut pas être très fier de ce classement: pourtant les leçons de morale aux autres , on sait les donner ! Beaucoup connaissent les "affaires" qui malheureusement sont encore le lot de tous les partis au pouvoir et permettent ainsi le rejet des politiques! Ah! quand on pense qu'en SUÈDE, un ministre qui utilise la carte bleue du ministère pour acheter une baguette de pain est non seulement obliger de rembourser et même obligé de démissionner... Ça laisse rêveur ! À quand le non cumul des mandats et la publication libre de tous les biens des élus et de leurs conjoints ? On a encore du pain sur la planche, notamment au niveau local où trop de potentats profitent du système pour pratiquer non seulement la corruption mais aussi le népotisme et le clanisme !
Ces classements démontrent le lent déclin de la France du fait de son refus des réforme mais surtout de l'absence de courage et de pédagogie des hommes politiques en charge de l'avenir de nos enfants.
Pourtant dans ce lot de mauvaises nouvelles, la France vient d'être classée 1ère lors de la DELOITTE Technologie FAST 500 EMEA qui classe le taux de croissance des jeunes entreprises dans le monde(start up) au cours des 5 dernières années. Et bien, YMAGIS a gagné avec un taux de croissance de 59096% !!!!!Elle a été crée en 2007! BRAVO ! Donc, on peut encore faire partie des gagnants!!

Lionel DE BUSSIERE


28/11/2013
"La FRANCE interviendra en RCA seulement pour 6 mois" (Déclaration de J.Y. LE DRIAN, Ministre français de la Défense).
La réponse à cette affirmation est clairement: NON ! La situation en République Centrafricaine est dramatique et l'intervention française dans le cadre de l'ONU n'a que trop tardé. Le 1er Ministre centrafricain avait fait appel à notre pays en avril 2013 afin que la France (où quelques centaines de soldats étaient déjà sur place à Bangui)l'aide à sécuriser la capitale et le corridor de transport menant au Cameroun (la RCA est un pays enclavé dépendant du port camerounais de Douala pour son approvisionnement). A l'époque le gouvernement français et son Président étaient pris par les suites de l'intervention au MALI et une autre intervention éventuelle armée en SYRIE....Aussi, personne ne prit la peine de répondre aux Autorités centrafricaines qui appelaient "au secours!".
Aujourd'hui, Laurent FABIUS parle de situation pré-génocidaire (attention RWANDA bis!), le vice-sécrétaire général de l'ONU, M. Jan ELIASSON, "de pays au bord du chaos"; l'ONG Human Rights Watch "de crimes de guerre commis par la SELEKA (actuellement au pouvoir en RCA),...
Durant ce laps de temps, des centaines de viols, des dizaines de morts, des milliers de déplacés, des populations affamées et qui se cachent dans la brousse voisine pour une population n'atteignant pas 5 millions d'habitants !
La responsabilité morale de la France et de toutes les Organisations Internationales (Banque Mondiale, Union Européenne, ..) sur place est totale. Cela fait longtemps que la RCA va à vau l'eau: Bokassa, Bozizé, tous ces militaires ayant pris le pouvoir par la force et ayant exploité à leur profit les richesses minières du sous sol local (diamants, or, ....). Qu'a-t-on fait pour changer cela ? Pourtant la misère du peuple était déjà visible et la dictature bien présente !
Aujourd'hui, c'est pire, c'est vrai! Aussi l'armée française, un peu aidée par les armées africaines déjà sur place, mais sans moyens et surtout sans volonté politique, va rétablir l'ordre.
Et après ? On v a faire comme au MALI: des élections présidentielles à toute vitesse pour se débarrasser du problème ? Pour établir la démocratie sur place, il faudra du temps et celle-ci ne se réduit pas à des élections alors même que les listes électorales sont à faire, d'ailleurs tout est à faire dans ce pays car il n'y a jamais eu d'Etat à proprement parlé dans ce pays qui est une pure construction coloniale. Depuis l'indépendance de la RCA, aucun réel contrôle de l'argent donné ou prêté n'a eu lieu ! Un petit pays, pauvre et enclavé, on peut laisser sa population se débrouiller et mourir en silence !

Et bien, non! Après le rétablissement de paix civile, qui prendra effectivement moins de temps qu'au MALI, il faudra aider à construire un Etat: c'est à dire établir des Finances Publiques transparentes, faire des routes, donner des moyens aux hôpitaux et aux services de santé dans les villages, permettre aux lycées et à l'université d'effectuer leurs missions d'instruction,... et construire la Démocratie locale.
L'UE, l'Union Africaine et la France (ex-colonisateur) devront se coordonner pour établir un Plan de reconstruction du pays qui prendra sans doute au moins 5 ans.
Durant ce temps, il faudra refaire une constitution permettant aux centrafricains de choisir le type de démocratie qu'ils souhaitent: présidentielle, élective, fédérale, décentralisée, ...
La RCA aura besoin de l'aide française et internationale, sous une forme civile et la présence de l'armée française sera le gage de la sécurité retrouvée. Comme au MALI, la France sera là pour longtemps, M. LE DRIAN! Dire le contraire c'est dissimuler la vérité !
Lionel DE BUSSIERE


26/11/2013
ÊTRE ÉLU À TOUT PRIX;

La Maire de Montreuil (Mme VOYNET) vient de faire savoir qu'elle ne se représenterait pas à St-Denis lors de la prochaine élection municipale en indiquant: "je refuse de partir en campagne en promettant logement et jobs à tour de bras, de garantir à toute personne rencontrée dans la rue que sa demande, même injustifiée,sera traitée en priorité, de promettre à chaque dirigeant d'association une augmentation de sa subvention annuelle après 2014, ..."
L'ancienne ministre du gouvernement JOSPIN, quoique de gauche (EELV), n'était pas assurée d'être réélue et ses ennemis n'étaient pas à droite; non, c'était d'une part son prédécesseur communiste et surtout un membre éminent du PS envoyé au front par Claude BARTOLONE,PS et chef de file de ce parti dans le département où il fut Président du CG, où il ne supporte pas que quiconque ait des responsabilités dans ce département ne lui rende pas hommage.
Le système féodal, quoi!!!
Cela ne vous rappelle rien ? Dans les Bouches du Rhône, dans le Pas de Calais, et en Dordogne où sévit le Président CAZEAU surnommé "le dictateur".
Même s'ils sont tous au PS, je ne veux pas lancer une campagne "tous pourris"; car je sais qu'au PS, il y a des militants qui sont purs. Mais tout de même, ce parti qui est au pouvoir depuis 18 mois et se trouve incapable de mettre en place le non cumul des mandats pourtant promis lors de la campagne présidentielle, seul capable de limiter la caractère féodal de certains hiérarques socialistes qui font honte à l'idéologie qu'ils défendent soi-disant. Comme par hasard, la semaine passée, les deux sénateurs de la Dordogne ont été à nouveau proposés pour être les candidats du PS lors des sénatoriales de l'an prochain par leur parti (le PS) sans autres candidats en face et parmi ces deux candidats: Bernard CAZEAU, l'Empereur local du Périgord (le second ne vaut pas mieux: Président de la CAP et ancien maire de Chancelade, tout puissant sur place). Ces deux élus se sont opposés à la proposition (très modeste) du gouvernement de limiter le cumul des mandats: on comprend pourquoi ! Leur seul intèrêt est le pouvoir pour eux et leurs vassaux. Quel est le nombre de Ribéracois embauchés au sein du Conseil Général de la Dordogne de 2800 membres ? 200, 300 ? Rien que autour du club de rugby, il y a en déjà 40 et le club a été rétrogradé!!!!
Je ne cherche pas à m'acharner sur ce déplorable exemple de mauvais Président, mais indiquer à ceux qui me lisent que trop, c'est trop!
Mme VOYNET a raison: il faudrait se débarrasser de tous ces cumulards et de plus limiter le nombre de mandats à deux, quel que soit le poste où ils ont été élus. C'est ainsi que le " Tous pourris" cessera car les citoyens verront alors que leurs élus seront plus proches d'eux d'autant que ces derniers retourneront vers le peuple quelques années après et non comme aujourd'hui à 76 ans où ils en veulent toujours plus.
Lionel DE BUSSIERE


22/11/2013
Politique étrangère au Moyen-Orient:

J'avoue avoir été déçu du résultat du voyage du Président de la République en ISRAEL et en CISJORDANIE: c'est bien de dire en hébreu qu'il sera toujours l'ami d'un pays qui viole depuis des années les recommandations de l'ONU et d'indiquer en arabe :" Vive l'amitié franco-palestinienne"; mais outre que cette dernière formule est convenue, l'équilibre n'est pas respecté dans les deux formulations utilisées. C'est d'autant plus une erreur qu'entre la Palestine et Israël, ce n'est pas l'égalité de langage qu'il faut mettre en avant mais l'équité entre un Etat dans l'illégalité et la toute puissance et un peuple palestinien épuisé par le poids des contraintes imposées par le pays qui est plus proche de l'apartheid (juifs d'un côté; arabes de l'autre)que d'un régime démocratique.
J'aurais aimé que le Président français ne se contente pas d'aller faire un discours à Ramallah et de se recueillir sur la tombe de Yasser ARAFAT.
Pourquoi n'est-il pas aller à Hebron ? C'est une ville officiellement placée en territoire palestinien, aussi belle que Jérusalem, de fait surveillée par l'armée israèlienne, laquelle patrouille dans la vieille ville comme chez elle. Il aurait pu voir les rues des boutiquiers arabes couvertes d'ordures et d'excréments jetés par les israéliens qui vivent au dessus de ces commerces rachetés à prix d'or par les occupants à ces misérables commerçants. Peu à peu; les israéliens achètent la rue, puis une autre, ... et l'armée met alors des barbelés pour empêcher les arabes d'aller ... chez eux. Les Israèliens veulent ainsi acheter HEBRON.
Déja que pour aller de Ramallah à Hebron, vous devez faire un long détour pour contourner la zone israèlienne et traverser 5 "checks points" où tout le monde descends et justifie de son identité auprès du jeune militaire qui se comporte vraiment en pays conquis. Dois-je rappeler que la Cisjordanie, selon les accords internationaux est un territoire non israélien. Or, l'Autorité Palestinienne n' a de pouvoirs que sur un cinquième de ce territoire. Partout ailleurs, seule l'Armée Israélienne décide de tout et surveille les frontières et les murs que ce pays a élevé pour séparer les territoires et empêcher à l'avenir la création d'un véritable Etat palestinien à ses côtés.
Le Président HOLLANDE aurait dû profiter de la récente amitié des dirigeants israéliens à l'égard de la France, suite à son attitude très pro israélienne lors des négociations à Genève avec l'IRAN, pour être un ami exigeant et demander les mesures suivantes:
- sanctionner financièrement ISRAËL à l'avenir pour toute création de colonies interdites par le droit international
- arrêter de payer avec l'UE tous les fonctionnaires palestiniens en cas de violation flagrante des accords d'OSLO par Israël. Si les israéliens considèrent la Palestine comme un territoire occupé et non un Etat indépendant, ils n'ont qu'à payer pour gérer ces territoires et leurs cadres. Ce n'est pas à l'UE de le faire.
- arrêter de bloquer les recettes douanières des territoires palestiniens pour faire pression sur l'Autorité Palestinienne.
- créer une Commission mixte et paritaire pour régler les difficultés administratives dues au comportement des israélien des colonies lesquels refusent tout rapport avec l'Etat palestinien.

Il est évident que le conflit ne va pas se régler en quelques semaines si on applique ces mesures, mais cela permettra aux palestiniens de voir que la France les aide vraiment et à ISRAËL de songer réellement à négocier au lieu d'imposer.
Les Palestiniens ont perdu tout espoir dans l'aide des pays occidentaux et c'est regrettable. Aujourd'hui, les élites palestiniennes ne sont plus pour la création de deux pays voisins, mais attendent que la population arable dépasse celle des israéliens et la démocratie tant vantée leur permettra de prendre le pouvoir ou fera apparaitre au grand jour la volonté des dirigeants d'Israël de pratiquer l'apartheid comme en Afrique du Sud avant l'arrivée de MANDELA. Au rythme de la démographie, c'est 50 ans à attendre !!!

Lionel de BUSSIERE

PS: Pour le foot, je me suis trompé ! L'équipe de France s'est qualifiée pour le prochain mondial. C'est la première fois qu'ils jouent en équipe depuis fort longtemps. Tant mieux, si c'est le début d'une autre attitude. Je note cependant que les meilleurs joueurs, ce soir là étaient les plus jeunes dont j'avais parlé comme membres de l'équipe des moins de 19, championne du Monde de leur catégorie, à savoir: Paul POGBA et Raphaël VARANE et que le meilleur sur le terrain a été Mamadou SAKHO (22 ans).D'autres jeunes talentueux sont prêts à jouer si les équipes de Ligue 1 où ils ont signé le leur permettent de temps en temps: DIGNE à PSG et THEUVIN à Marseile! Les vieux: NASRI, EVRA et autres THURAM peuvent aller se faire voir ailleurs qu'à Rio !
Lionel DE BUSSIERE


21/11/2013
La mise à plat du système fiscal français: une manoeuvre tactique ?

Le gouvernement a compris que le ras-le-bol fiscal était très présent en France et que les mouvements plus ou moins violents dans la rue pouvaient être très dangereux d'autant qu'ils bénéficiaient d'une grande indulgence de la population. Après les "bonnets rouges", les artisans manifestent contre la hausse de TVA au 1er janvier prochain, les agriculteurs contre la réforme de la PAC, les transporteurs contre le maintien de l'écotaxe, ....
En France, comme ailleurs les révoltes fiscales peuvent entrainer des révolutions. Alors JM AYRAULT a sorti la réforme fiscale à mettre en place de suite. Aussitôt, le président HOLLANDE a indiqué que ça prendrait du temps....
Il faut noter que celle-ci était au programme du candidat HOLLANDE et que ce dernier avait jugé que c'était trop risqué de la mettre en oeuvre au début de son quinquennat ??? Mais vaut mieux tard que jamais ! Il faut aussi signaler que la situation fiscale française lui a valu d'être récemment dégradée par l'Agence S&P ce qui n'est pas de bon augure d'autant que les analyses de l'OCDE, du FMI et de l'UE sont assez pessimistes quant aux chances de rebond rapide de l'économie française, et donc de la réduction du chômage.Par ailleurs, les rentrées fiscales sont plus faibles qu'attendues! Normal, dés la première année de fac en Sciences Economiques, on apprend que "trop d'impôt, tue l'impôt!".

L'erreur d'analyse économique et financière du gouvernement actuel a conduit à privilégier la hausse d'impôts au lieu de diminuer les dépenses budgétaires; depuis, le gouvernement rétro-pédale pour réorienter les décisions économiques dans un sens favorable aux entreprises et non aux ménages. Par exemple, dans la réformette des retraites en train d'être adoptée par le Parlement, il est prévu une faible hausse des cotisations des salariés et une hausse identique des entreprises, mais cette dernière sera intégralement compensée.

N'est-il pas trop tard pour obtenir la confiance du peuple sur ce délicat sujet ou dit autrement, le gouvernement actuel a-t-il encore une légitimité pour faire une réforme de cette ampleur ?

Les chiffres sont affolants: nous sommes passés de 1993 à 2012 de 41,4% à 46,3% du PIB en prélèvements obligatoires (un quasi record parmi les pays développés) lesquels représentent 967 milliards d'euros. Sur cette somme, 53,2% vont à la Sécurité Sociale, 33,32% à l'Etat (répartis pour sa part en 58% d'impôts indirects et 42% d'impôts directs (24,1% d'IRPP et 17,9% d'impôts sur les sociétés) et enfin 12,96% pour les diverses collectivités locales et à titre presque anecdotique, 0,52% pour les Institutions Européennes.
Au sein de l'UE la concurrence fiscale joue à fond jusqu'à présent: ainsi le taux d'imposition légal maximum sur les revenus des sociétés est en France de 36,1%, soit le record d'Europe ! En effet l'Irlande a le record inverse: 12,5%, l"Allemagne est à 29,8%, l'Italie: 27,5%, l'Espagne: 30% et le Royaume -Uni : 23%. Bien sûr, vous allez dire mais les sociétés du CAC 40 ne paient pas ça car elles "optimisent "leur fiscalité. C'est exact mais:
- toutes les petites et moyennes sociétés, c'est à dire celles qui créent les emplois en France paient ce taux excessif
- dans les autres pays de l'UE aussi les grandes sociétés capitalistes optimisent leur fiscalité
- enfin les grandes entreprises américaines liées à l'INTERNET (Google, Amazon, Apple, ... ne paient pas d'impôts sur les sociétés en France car leur centre est en Irlande.
Nous vivons dans une économie de marché et la logique capitaliste joue à plein. D'ailleurs, les vrais sujets de contestation sur ce sujet sont souvent mal posés; et là encore seuls les chiffres permettent une vision claire:

- les paradis fiscaux existent toujours: une estimation récente (voir Gabriel ZUCMAN) donnait un chiffre de 350 milliards d'euros placés dans ces paradis par des sociétés françaises, seulement au titre des entreprises, ce qui entraine une perte fiscale en France de 17 milliards ! Un autre rapport, parlementaire, (BOCQUET et DUPONT-StAIGNAN)chiffrait le manque à gagner pour la France à 70 milliards d'euros d'impôts divers.
- l'optimisation dont on vient de parler, la manipulation des prix de transfert entre sociétés mères et filiales et la fraude sur la valeur en douane lors de l'importation des marchandises entrainent une fraude qui réduit d'au moins 30% le montant de l'impôt sur les sociétés.
- la lutte contre le travail "au noir" permet là aussi de chiffrer la manque à gagner: pour la seule TVA 32,2 milliards d'euros manquent à la France.
- le placement et la dissimulation de fortune par des particuliers est chiffrée à 220 milliards d'euros pour la France selon ces mêmes documents.

Alors commençons par lutter contre la fraude fiscale car si on compare les budgets des ministères et le montant de la fraude , on est effaré de l'inaction des Autorités Françaises et aussi de celle de l'UE dans ce domaine.
Pour l'ensemble de l'UE, la fraude fiscale est estimée à 2.000 milliards d'euros ....Qu'attendons-nous? Il faut d'urgence et en priorité HARMONISER nos régimes fiscaux au sein de l'UE et en premier lieu entre la France et l'Allemagne. Outre la justice qui s'en suivrait cela mettrait aussi la compétitivité des entreprises françaises au même niveau que celle de l'Allemagne.
Si nous abordons maintenant le sujet de l'IRPP, chacun aura des propositions à faire pour utiliser l'impôt à des fins économiques: aide au logement,à la famille, aux oeuvres sociales, aux DOM-TOM, à l'énergie verte, aux frais de garde des enfants, ..Il y a 427 dispositifs fiscaux permettant à ceux qui paient l'IRPP ou l'Impôt sur les sociétés d'obtenir une réduction partielle ou totale.
Notons aussi, que moins d'un français sur deux paie l'IRPP.
C'était une promesse du candidat HOLLANDE de réduire les "niches fiscales", or il les a faites explosées: 80 milliards d'euros de réduction légale pour les particuliers et les entreprises en 2014: 10 milliards de plus que l'année 2013 laquelle avait déjà augmenté.
Les comparaisons internationales montrent qu'en France les taux d'IRPP sont plus faibles qu'ailleurs car les gouvernants successifs, par manque de courage, prèférent augmenter les impôts indirects, moins sensibles mais plus injustes car tout le monde paie.
Ainsi, augmenter la TVA de quelques points au 1er janvier prochain permet d'engranger 8 milliards d'euros par an. Notons qu'en 2011, le gouvernement précédent sous le vocable de TVA sociale voulait augmenter la TVA et que cette mesure a été combattue par le PS, lequel une fois au gouvernement a fait annuler cette mesure... pour la reprendre 18 mois plus tard !!!
Le gouvernement planche sur une fusion de l'IRPP et de la CSG (CSG:une invention fiscale de M. ROCARD)en créant une CSG progressive. Par ailleurs l'ecotaxe, dont il faut rappeler que cet impôt a été voté en 2008 à l'unanimité des députés de droite comme de gauche car c'est un bon impôt a été suspendu, mais pas supprimé. Les transporteurs n'en veulent plus, pas plus que les agriculteurs! Que va faire le gouvernement ?Il faut reconnaitre que la privatisation du recouvrement de cet impôt mis en place par la droite le dernier jour de leur présence pose quelques problèmes de droit et surtout d'éthique.
Les rumeurs indiquent aussi que le gouvernement pense à créer un impôt nouveau pour les propriétaires de logements ayant remboursé leurs prêts. En effet, ceux-ci ne paient ni loyer, ni charges de remboursements mensuelles puisqu'ils sont propriétaires et dans le cas où ce logement serait leur résidence principale, ils seraient exclus de la taxe sur les plus values en cas de vente. Et bien, le gouvernement voudrait imposer ces propriétaires ....Outre que ce serait catastrophique pour la création de nouveaux logements, je souhaite bien du plaisir au Ministre qui va défendre cette absurdité inventée par un bureaucrate de BERCY !!!
Enfin et pour terminer, le sujet des impôts locaux est aussi à revoir, mais pas dans le sens où nos élus locaux le proposent c'est à dire un mille feuille fiscal identique à celui des territoires. Nous avons des communes, des agglomérations de communes, des départements, des régions et chaque entité prélève sa dîme de façon de plus en plus lourde. Les Hôtels du Département ou de Région sont luxueux, les fonctionnaires locaux se multiplient et leurs compétences se mélangent. Maintenant, il va falloir payer pour les voitures de service des Présidents d'Agglos, les Hôtels des Agglos, .... Trop, c'est trop!
Un seul exemple: la culture: tout le monde s'en mêle de l'Etat à la plus petite commune qui veut son festival. Supprimons le Ministère de la Culture à Paris, supprimons toutes ces subventions à des organisations de "copains" et créons par région un service culturel à dimension humaine et possédant des compétences et des moyens.
Tous ces éléments montrent que la mise à plat du système fiscal en France prendra du temps et que c'est au début d'un quinquennat que les président élu et sa majorité peuvent réformer. Surtout, nous ne sommes pas sur une île et c'est dans le cadre européen que nous devons effectuer cette réforme nécèssaire au développement de la France.
Lionel DE BUSSIERE


16/11/2013
ILS N'IRONT PAS AU BRÉSIL ET TANT MIEUX!
L'équipe de France de foot a perdu 2-0 en UKRAINE et a ainsi très sérieusement compromis sa chance de disputer la coupe du Monde de Foot au Brésil. Tout en étant patriote, je peux vous dire que je m'en réjouis! Cette génération de footballeurs ne mérite pas ce bonheur, bien au contraire ils méritent une bonne leçon et surtout de rester dans la mémoire collective comme une génération de ratés prétentieux.
Quand on voit le plaisir de jouer ensemble et de porter le maillot tricolore qu'ont les handballeurs, les basketteuses et les rugbymen, il saute aux yeux que pour les français du foot, jouer ensemble , c'est une corvée !
Bien sûr, ils ne sont pas tous hypocrites et nous font savoir dés la Marseillaise qu'ils ne sont pas là pour défendre avec honneur le maillot tricolore.
Pourtant être international de football comporte au moins 3 avantages:
- mener une vie sportive exceptionnelle d'une part du fait que l'on joue à haut niveau et d'autre part que tous ces jeunes gens voulaient faire ce métier depuis leur jeunesse. Donc, ce bonheur de jouer devrait se voir et rejaillir sur leur jeu.
- ils ont dans leur club des salaires mensuel avoisinants les 400.000€/mois. Jouer en équipe de France leur augmente leur notoriété (droit d'image qui leur fait gagner des contrats, avec des sponsors, juteux) et leurs gains augmentent encore !!! (les primes de victoire sont conséquentes). Comme ils font leur métier en grande partie pour l'argent, ils devraient être ravis.
- enfin, ils représentent notre pays parce qu'ils ont les meilleurs au moment du match et ça c'est quelque chose d'exceptionnel qui devrait les transcender.
Je pourrais même ajouter que, avant eux , ils faisaient rêver les enfants, parfois les plus grands comme en 1998 avec l'équipe "Black-blanc-bleu".
Il est possible que dans le groupe d'aujourd'hui, deux ou trois montrent encore quelque chose, je pense à LLORIS ou MATUIDI ? Mais tous les autres sont des enfants trop gâtés, inconscients de leur situation et comme les enfants gâtés, il faut les sanctionner afin qu'ils apprennent le respect des autres. Il est dommage que les entraineurs aux qualités humaines évidentes que sont L. BLANC et D. DESCHAMPS ne l'aient pas compris en temps utile et ont maintenu leur confiance à des gens qui en étaient indignes.
Il sera sage de recommencer après notre élimination mardi prochain avec des nouveaux, notamment ceux qui ont gagné le championnat du monde des - de 19 ans l'an passé. Presqu'aucun ne mérite de continuer d'avoir l'honneur de porter le maillot frappé du Coq. Bon débarras!
Lionel DE BUSSIERE


13/11/2013
Le Racisme n'est pas une opinion, c'est un DÉLIT:
Depuis quelques semaines, cela semble amuser quelques français de voir la Ministre de la Justice, Mme TAUBIRA, se voir traiter de guenon. Les plus hautes autorités de l'Etat ont tardé à condamner ces insultes et indiquer clairement que le racisme est un délit en France et donc condamnable par la justice au même titre que la pédophilie.
Je prend cette comparaison qui m'apparait pertinente car comme beaucoup (trop) de monde je reçois parfois sur mon adresse mail des blagues racistes de copains ou de vagues relations qui croient intelligent de répercuter ces horreurs au départ anonymes sur le réseau social. Mais feraient-ils cela sur des blagues mettant en cause leurs enfants ? Non ! Bien sûr ! et si cela arrivait, ils porteraient plainte aussitôt en justice ! Pourquoi ne le fait-on pas pour le racisme ? Même quand c'est anonyme, la police retrouve les auteurs de photos pédophiles, elle pourrait trouver sans plus de difficultés les auteurs de blagues montrant des noirs dans un zoo mangeant des bananes... Elle devrait le faire et la Garde des Sceaux serait bien inspirée de donner des instructions à ses Procureurs de rechercher ces infractions et d'en poursuivre les auteurs.
Sur ces sorties racistes des uns et des autres, j'aurais aussi aimé que les plus hautes autorités morales de notre pays (Eglises, Académies diverses, ...)condamnent le racisme et rappelle l'histoire de France à ce sujet.
- Traiter les noirs de singes ou les arabes de bougnouls est identique à ceux qui dans l'entre deux guerres ont injurié les juifs. A-t-on déjà oublié les étoiles jaunes pendant la guerre, les rafles des enfants juifs, les interdictions d'exercer des emplois publics pour les personnes de confession israèlite,....bref toute l'époque de l'antisémitisme de l'extrême droite avant guerre qui injuriait "les juifs et leurs suppôts"comme responsable de toutes les difficultés de la France d'alors et cela s'est transformé sous PETAIN et LAVAL, et avec le soutien de beaucoup de gens de droite et l'indifférence quasi générale du peuple français, par les horreurs des camps et de l'acheminement des juifs en Allemagne, avec la complicité des pouvoirs publics français. C'est cela que nous voulons revoir ? Certains n'hésitent déja pas à proposer de remettre à la mer tous les "basanés" ! Nous n'avons donc tiré aucune leçon de l'histoire qui n'est pourtant pas si éloignée de nous. Que font les professeurs d'histoire dans les lycées ? Voilà une bonne raison de manifester.
- Ces actes racistes resurgissent aujourd'hui d'une part à cause de la crise économique et d'autre part du fait que le FN et une part de l'UMP sont ouvertement anti-étrangers, les accusant de tous les maux. Voila commence l'horreur! Souvenons-nous de la débilité du fameux discours de DAKAR par Nicolas SARKOSY: "l'homme noir n'est pas encore entré dans l'histoire". Outre que c'est traiter les noirs d'arriérés incapables, c'est faux! Je conseille vivement à ceux qui me lisent, de lire et de faire connaitre le livre: "Le Rhinocéros d'or" par François-Xavier FAUVELLE-AYMAR.Ils comprendraient que les siècles obscurs de l'histoire africaine sont du à l'absence de sources nombreuses et au manque d'intèrêt de nos chercheurs; mais qu'en réalité cette époque (du Xème siècle à l'avant colonialisme)est une époque en or pour l'Afrique.L'Afrique d'alors a connu de puissantes et prospères formations politiques, a participé aux grands courants d'échanges intercontinentaux,avait des villes où les rois africains avaient des palais aussi beaux qu'à Versailles. Le commerce de l'or, des marchandises de luxe était très important et connu du monde entier jusqu'à la Chine. Ce n'est pas parce que l'écriture n'était pas la voie privilégiée que les sociétés africaines étaient sous développées. Là encore la responsabilité de l'enseignement aujourd'hui et des hommes politiques incultes est énorme dans ce retour au racisme claironnant.
- Enfin, tous ces racistes qui se pensent des "vrais français" pourraient au moins avoir la reconnaissance du ventre: oublier les milliers de Nord-Africains et de Noirs qui se sont engagés (parfois de force) en 1914 et durant la dernière guerre mondiale et dont beaucoup ne sont pas revenus, ces hommes ont aidés à libérer la patrie et permettent à tous de s'exprimer aujourd'hui. Les fameux "tirailleurs sénégalais" et les "spahis" se sont comportés en héros pour notre salut de français.
Certes, ceux qui comparent Mme TAUBIRA à une guenon seraient sans doute plus proches des nazis qui ont systématisé la hiérarchie des races, des partisans de l'apartheid en Afrique du Sud, du KU Klux Kan aux Etats-Unis (lire à cet égard le beau livre de J.H. GRIFFIN :"Dans la peau d'un noir" afin de comprendre ce qu'est l'humiliation de l'intérieur lorsque l'on est traité de nègre par "ceux qui ont l'oeil de haine, qui déssèchent l'âme des hommes et privent des êtres humains de droits qu'ils accordent sans hésiter à des animaux."
Alors, j'attends du Président de la République une intervention solennelle et des consignes claires aux Procureurs et aux Enseignants afin de ne plus continuer sur cette infâme descente aux enfers.
Lionel DE BUSSIERE


11/11/2013
QUE FAIRE ?
Dans le cadre de la politique de la ville, les services spécialisés ont identifiés les zones où plus de 50% de la population vivait avec moins de 11.250€/an. Ils ont listé environ 1300 zones qui seront prioritaires pour des aides dédiées et bénéficier d'aides à la rénovation urbaine.
Fort bien! Il se trouve que en tout premier lieu ce sont des zones où l'Etat est absent: police, poste, pôle emploi, ...et en recoupant la carte des ces 1300 zones, certains spécialistes viennent de découvrir qu'elle recoupait celle d'une forte implantation du FN !!!!
Ce n'est nullement un hasard; les crises économiques depuis celle de 1929 entrainent la misère, donc la désespérance en des solutions rapides et le choix des extrêmes politiques pour changer radicalement de système. Avant la 2ème guerre mondiale, cela nous a conduit au nazisme, au stalinisme et à la guerre.
Dans le même temps, le JDD publie un sondage où les français refusent à 64% toute mesure d'économie quant au budget de la France et comme chacun sait ils sont aussi désormais majoritairement contre l'augmentation des impôts pour combler le déficit comptable du pays (mais nous détenons le record de prélévements fiscaux avec le Danemark avec un taux de plus de 46%). Comment faire alors ?

Notre déficit est triple:

- déficit commercial très important depuis des années (74 milliards d'€ en 2011 et 67 en 2012)

- déficit budgétaire: en déficit depuis 1981: nous empruntons non pas pour des investissements exceptionnels, mais pour assurer les salaires et autres dépenses régulières : pour combler le trou: soit environ 95 milliards d'euros/an qui s'ajoutent à la dette en cours

- déficit public (comprend le précédent + le déficit de toutes les administrations locales et hospitalières et les déficits sociaux): presque 2000 milliards d'euros de dette cumulée à ce jour et quasiment 100% du PIB de la France. Les seuls intèrèts de la dette sont passés de 1982 à aujourd'hui de 7,3 milliards d'euros à 50 milliards/an (à titre indicatif, le budget de l'Education Nationale en 2012 est de 61 milliards d'euros et c'est le plus important de la nation; mais 94% de ce budget va aux salaires car l'EN est le premier employeur européen avec 1 million de fonctionnaires). Or, nous avons des taux d'emprunts très bas (2,12% à 10 ans), mais ça va grimper.

La récente dégradation de la situation financière de la France par une Agence de notation (même si on en pense du mal !)peut être le début d'une catastrophe à venir: 1% de taux de plus entraine environ 18 milliards d'euros supplémentaires à payer; le budget de la Culture est en 2014 de 7,20 milliards d'euros !!!!).

Nous sommes dans une spirale de dette. Il faut donc nous serrer la ceinture pour revenir à un équilibre budgétaire et prendre des mesures pour que notre pays redevienne exportateur net comme l'est l'Allemagne aujourd'hui.
C'est là que les difficultés commencent ! Il y a plusieurs façons de rétablir l'équilibre: augmenter les recettes (impôts), mais il semble que nous soyons au maximum du tolérable et les comparaisons internationales le démontrent; ou diminuer les dépenses.
François FILLON avait indiqué en 2008 qu'il était à la tête d'un Etat en faillite. Ce n'est pas exact car nous pouvons encore rembourser nos mensualités. Cependant le 1er Ministre d'alors au lieu de prendre de suite des mesures de rigueur budgétaires a, au contraire, accru les dépenses et a ainsi considérablement accru nos déficits, faisant ainsi le contraire de ce qu'il dénonçait. Il faut dire que cette façon de procéder faisait consensus à droite et à gauche, laquelle à l'époque estimait même que les dépenses étaient insuffisantes...
Depuis la mi-2012, le gouvernement de M. AYRAUD répète qu'ils ont trouvé des Finances Publiques calamiteuses et se sont fixés comme objectif de les rééquilibrer, ne serait ce que pour des motifs de souveraineté; d'autant que la dette française est majoritairement détenue par des étrangers. Après avoir très fortement augmenté les impôts sans réussir à équilibrer, au contraire, le gouvernement va enfin diminuer les dépenses pour tendre vers cet équilibre.
Evidemment à l'extrême gauche, certains demandent, au contraire, d'augmenter plus encore les dépenses sociales et le Front de Gauche a même dit qu'il fallait arrêter de rembourser la dette jusqu'à ce que l'équilibre revienne naturellement? De l'autre côté, le FN propose de quitter la zone euro et de remettre des barrières douanières à l'importation. C'est idiot économiquement parlant dans les deux cas, mais ça prend car c'est simple à faire, alors vu l'état des lieux, beaucoup se laissent prendre à ces propositions dont personne d'autre en Europe et dans le monde n'envisagent d'appliquer ces mesures sauf le Vénézuela. Quand on voit l'état de ce pays, on n'a plus guère envie de suivre son régime nationaliste.

Le sondage du JDD donne cependant des pistes d'économies éventuelles suggérées par les français:

1) diminuer le budget de la Défense. C'est depuis 20 ans celui qui a le plus subi de coupes budgétaires, mais à court terme c'est le plus facile car le personnel n'a rien à dire car les syndicats sont interdits.Mais à long terme, c'est plus complexe: tous les maires se battent pour maintenir dans leur commune le régiment présent. Partout, on se bat pour refuser les fermetures des usines qui travaillent pour la Défense. Et, oui, c'est compliqué de choisir!

2) diminuer les aides sociales versées aux chômeurs: c'est une vraie différence idéologique entre la gauche et la droite. Mais en Allemagne, c'est la gauche qui a fait ça et c'est grâce à ces mesures que les entreprises allemandes sont compétitives et que les budgets sont excédentaires partout. Ah! C'est pas simple de choisir !

3) Fusionner les départements et les régions d'une part et regrouper toutes les communes voisines pour diminuer les charges et améliorer l'efficacité des services. Mais tous nos élus sont contre car ils perdent leurs avantages et leurs petits pouvoirs. Et puis en Périgord comme dans d'autres lieux, l'assistanat est bien ancré. Quel est le rêve de la plupart des parents du département: que leurs enfants soient embauchés au Conseil général où il y a pourtant 2800 employés. Si l'Allemagne a 1 million de fonctionnaires de moins que la France, est-elle pour autant sous administrée ? Il semble que non!

Alors, il faudra bien que les français prennent conscience que les solutions ne sont pas celles proposées par des extrêmes populistes mais dans un ensemble de réformes structurelles qui feront mal car elles modifieront nos habitudes.Mais ça ne peut plus durer, il faut que les "politiques" aient du courage et proposent des voies difficiles mais réalistes. D'autres l'ont fait ou vont le faire, nous ne sommes pas idiots: nous comprenons que les vraies réformes, c'est maintenant ou ce sera la chienlit.
Lionel DE BUSSIERE


07/11/2013
HOLLANDE le tacticien:
Chacun peut avoir son avis sur la gravité de la situation française, mais tout le monde est d'accord pour dire que nous touchons le fond, comme on dit! Ce n'est d'ailleurs qu'une absence de mémoire car dans les années 80 nous avions une situation quasi identique: que les plus anciens se souviennent:déjà l'industrie française connaissait une crise sérieuse, la rigueur se mettait en place avec le jeune FABIUS comme 1er Ministre, le Front National montait dans les sondages, plusieurs dévaluations du Franc se succédaient, l'UE nous demandait de faire des réformes de fonds et une campagne xénophobe à l'encontre des maghrebins se répandait. La gauche prenait une volée aux élections, malgré la montée du FN, mais le Pt MITTERAND était royalement réélu en 1988.
L'actuel Président a vécu cette époque et nous pouvons affirmer qu'il a deux bases dans son attitude actuelle:
- les crises économiques durent plus ou moins 5 ans, selon tous les théoriciens. Celle-ci, aussi grave que la crise de 1929 va sans doute durer une année ou deux de plus, mais faites le calcul: la crise a débuté en 2007-2008 + 5 = 2012-2013. Nous n'allons donc pas tardé à sortir de la crise et ce que répète depuis 18 mois le Président et son gouvernement: fin 2013, la courbe du chômage va se modifier et l'économie redémarre. Certes, à 0,2% de croissance, cela ne suffira pas cette année pour que les citoyens sentent la sortie de crise, mais ça devrait aller en 2017! C'est la seule année qui compte puisque c'est l'année de l'élection présidentielle où François HOLLANDE va se représenter pour le PS.
- depuis sa défaite en 2012, la droite se déchire: outre l'ancien Président qui ne veut pas raccrocher et empêche ainsi l'UMP de se choisir un successeur, il y a pléthore de candidats: FILLON, COPPE, voire JUPPE. Mais surtout, l'UMP est en train de se scinder entre ceux qui veulent se rapprocher du FN pour éviter de perdre et ceux qui ne veulent pas en entendre parler tel l'UDI qui du coup se rapproche du MODEM en perdition depuis les multiples erreurs tactiques de BAYROU. Ils sont incapables de se mettre d'accord sur un programme économique changeant réellement la donne comme CAMERON l'a fait au Royaume-Uni lors des dernières élections où il a battu les travaillistes. Donc, on peut légitimement présumer qu'en 2017, il y aura 2 ou 3 candidats à droite et au centre. Cela fera les affaires de Marine LE PEN qui ainsi va imiter son père, comme en 2002, en se positionnant en seconde place et comme son père elle sera battue largement au second tour! Et qui sera cette fois-ci triomphalement réélu ? François HOLLANDE.
Bravo à tous ceux qui ont des egos plus gros qu'eux, ils seront tous perdants, sauf notre bon François.
Lionel DE BUSSIERE


06/11/2013
Encore un recul:
Personne ne s'en est aperçu, mais aujourd'hui les vétérinaires faisaient grève. Pourquoi ? Le gouvernement avait décidé de séparer leurs activités médicales et pharmaceutiques. Seuls ceux qui ont des animaux, domestiques ou d'élevage, savent que les "vetos", comme on les nomme, remplissent les deux fonctions. Pour nous les humains, c'est comme si lorsqu'on consulte le médecin, il nous donnait une ordonnance et nous délivrait aussitôt, et sur place, les médicaments. Certes, ce serait pratique!
Mais au niveau de l'éthique ?
Déjà que de nombreux comités ont stigmatisés les liens financiers entre les médecins et les sociétés pharmaceutiques qui leur soufflent parfois les médicaments à mettre sur ces ordonnances, même si l'efficacité n'est pas avérée... Sans compter, pour les cliniques privées tous les actes médicaux inutiles et dispendieux, voire les dépassements d'honoraires exigés en liquide !!! Or, les médecins sont surveillés par la Sécurité Sociale qui a un budget à respecter et de ce fait les médecins sont parfois sanctionnés. Mais ils n'ont pas d'activités pharmaceutiques.
Les "vetos"cumulent donc les deux fonctions à un prix défiant l'entendement: la visite pour un vaccin est à 40€ (23€ pour un humain)et ils vous fournissent des médicaments dont la quasi totalité sont fabriqués avec des molécules identiques à celles de nos propres médicaments à quelques détails prés, mais sont vendus 3 à 4 fois plus chers et non remboursés. Or, il n'y a pas que les "riches" qui ont des animaux: outre les éleveurs, beaucoup de personnes âgées, seules, ont un chat ou un chien à la maison qui leur tiennent compagnie.
Comme rien n'est remboursé par la Sécurité Sociale, tout le monde s'en moque ! Et les "vetos" comme les "labos" s'en mettent plein les poches; car personne n'est obligé d'avoir un animal chez soi !
Alors les pharmaciens, qui eux aussi sont très contrôlés par la Sécurité Sociale, ont eu une idée: c'est à eux de vendre tous les médicaments pour hommes et pour bêtes ! Le gouvernement a donc pris une décision en ce sens. Dans les campagnes, le nombre de médecins diminuant sensiblement, celui des pharmaciens doit faire de même; aussi pour maintenir une présence médicale en zone rurale et sans doute aussi pour standardiser les revenus, l'idée était intéréssante à mettre en oeuvre.
L'Ordre des Vétérinaires a protesté contre cette mesure qui allait effectivement moraliser leur profession et faire baisser leurs revenus.Le gouvernement a immédiatement cédé, comme il le fait sur tout en ce moment.
Et bien les vétérinaires ont maintenu leur ordre de grève à titre d'avertissement....
Dans quelle République est-on tombé ?
Lionel DE BUSSIERE


02/11/2013
Révolte fiscale en Bretagne; et en Périgord ?

Aujourd'hui à QUIMPER se déroulera une importante manifestation de Bretons unis contre l'écotaxe et à travers elle contre l'excès de prélèvement fiscal à l'encontre des entreprises, notamment de la filière agroalimentaire. La compétitivité de ces entreprises est détruite par un coût de production très nettement supérieur à celui de l'Allemagne depuis quelques années, de nombreuses entreprises licencient et arrêtent leur production.
Les manifestants portent un "BONNET ROUGE", (offert par Armor-Lux, l'entreprise qui a bénéficié de la pub de Arnaud MONTEBOURG), ce bonnet est le symbole d'une révolte bretonne en 1670 contre les nouveaux impôts (notamment sur le tabac et la fiscalité indirecte)imposés par COLBERT afin de permettre au Roi Louis XIV de faire la guerre contre la .... HOLLANDE. Les bretons disent qu'ils sont les seuls à s'être révoltés contre le Roi-Soleil et ce, pour des motifs fiscaux. L'ecotaxe est encore plus sensible en Bretagne depuis que le Gal de GAULLE avait accordé à cette région une dispense de péages sur les autoroutes en construction. Depuis lors, ils revendiquent un régime fiscal particulier et ils avaient obtenu pour l'écotaxe une réduction de 50% du fait de leur isolement.
C'est profondément injuste que le Périgord n'ait pas eu, au minimum, le même avantage, voire plus compte tenu de son enclavement géographique, routier et ferroviaire. En effet, au titre de la région Aquitaine, le Périgord a 30% de réduction sur l'écotaxe: mais notre situation n'est pas celle du Pays Basque et de l'Agglomération bordelaise.Nous notons aussi que nous n'avons aucun Ministre Périgourdin pour nous défendre. Nous n'avons qu'une seule autoroute transversale et des relations ferroviaires avec les grandes villes autour de Périgueux (Bordeaux, limoges, Angoulême ou Toulouse) inexistantes ou dans un état déplorable. Les petites entreprises agroalimentaires du département sont donc pénalisées par cet isolement dont les élus à la région Aquitaine ne tiennent aucun compte. Pire, ceux du Conseil Général n'ont de priorité que pour le tourisme et rien pour l'activité des entreprises et les voies de communication transversales (le Périgord a servi de modèle au dernier livre de HOUELLEBECQ, "La carte et le territoire"où l'auteur décrit la France comme un immense zoo où les travailleurs des autres pays viennent se reposer...Merci SM Bernard 1er, Pt du CG de la Dordogne !!
Mais que faire alors pour que le Périgord soit considéré et mieux traité ? D'abord rappeler à chaque périgourdin qu'il est le fruit de l'histoire et que celle-ci montre que les Bretons ne sont pas les seuls à s'être soulevés contre le Roi Louis XIV durant son règne (1661-1715): en 1635, à Périgueux, les habitants se soulevèrent contre l'éventualité de nouvelles taxes: les séditieux criaient:"Vive le Roi sans gabelle!".
Auparavant le Périgord s'était illustré par la révolte des CROCQUANTS: en 1594, les paysans (ceux qui payaient des impôts à l'époque)se soulevèrent contre l'imposition de "tailles" nouvelles. Après maintes batailles sur les terres périgourdines contre les armées du Roi, en février 1595, les Etats du Périgord demandèrent et obtinrent la remise des tailles en retard et l'abolition de toutes les nouvelles taxes.
Enfin en 1707, le Roi ayant créé de nouvelles taxes, une véritable jacquerie eut lieu dont les historiens expliquent la violence par le mécontentement général et la colère due aux nouvelles taxes.
Un important ministre du gouvernement actuel a indiqué à son retour de vacances d'été que les français souffraient d'un "ras le bol fiscal". Que dire alors des périgourdins dont l'économie est celle d'un territoire sous développé de l'Afrique voisine ?
Faut-il envisager la création d'un Parti du Périgord ?Au vu de l'inaction pour notre territoire de nos élus au Conseil régional et de tous nos parlementaires dont aucun n'a pris la peine de parler d'une aide accrue au Périgord sous forme de réduction de taxes et de création de voies de communication modernes et rapides. Faut-il demander pourquoi Périgueux est passé en 40 ans de 50.000hts à moins de 30.000 aujourd'hui ? Nous sommes un territoire qui meurt? Comment faut-il le dire pour être entendu autrement que par la violence, inutile certes, mais dont on peut s'étonner qu'elle soit la seule à faire comprendre à paris et à Bordeaux qu'il faut agir.
Mettons nos bérets et allons aussi manifester à Pèrigueux pour le développement de notre terre.
Lionel DE BUSSIERE


29/10/2013
QUEL GÂCHIS !
Il y a au moins un point commun entre OBAMA et HOLLANDE, c'est d'avoir fortement déçus ceux et celles qui ont voté pour ces Présidents !
Souvenons du Président américain: premier noir élu aux Etats-Unis, son discours de candidat à la présidence à Philadelphie en 2008 où il parlait de race, de religion et d'espoir ! Il nous parlait surtout de l'Amérique que nous aimons, celle des droits de l'homme, dans la ville même où il y a plus de 200 ans des hommes et des femmes ont voulu être libres et vivre dans une démocratie exemplaire: " Alors, en fin de compte, ce qu'il nous faut, ce n'est ni plus ni moins que ce que ce que toutes les grandes religions du monde demandent: que nous agissions envers les autres comme nous voudrions qu'ils agissent envers nous....nous voulons parler des hommes et des femmes de toutes les couleurs et de toutes les croyances, des files d'attente aux urgences qui sont pleines de Noirs et de Blancs qui n'ont pas d'assurance maladie...nous voulons parler des usines à l'abandon qui autrefois offraient une vie décente aux hommes et aux femmes de toutes les races..."
Surtout, nous voulions croire, qu'après BUSH junior qui avait menti pour faire la guerre en IRAK, ce jeune Président serait honnête. Quelle désillusion!
Après 5 ans de mandat où il a seulement réussi à faire voter une loi sur l'assurance maladie obligatoire pour tous, ce qui est un immense progrès pour un pays où plusieurs dizaines de millions de personnes ne pouvaient pas se faire soigner, il vient de tromper ses amis avec le scandale de la NSA. Le "Big Brother" ce sera lui désormais !
Faire écouter le téléphone portable de Mme Angela MERKEL ou celui de Mme Dilma ROUSSEF, celui de François HOLLANDE ou celui de Enrique Pena NIETO est indigne d'un ami. Surtout que le Président américain continue de mentir en mettant en cause ses services....Certains cyniques diront qu'il faut être bien naïfs pour croire à de telles promesses et que selon le vieux principe: un Etat n'a pas d'amis, il n'a que des intèrèts, mais justement nous pensions qu'après les menteurs, était arrivé le temps des honnêtes dirigeants.
De même, il faut se rappeler que le Président HOLLANDE n'a pas été élu pour ses qualités mais contre la façon de faire suffisante et cynique de son prédécesseur (souvenons-nous du "Casse-toi, pauvre con!"). Là encore, en moins de temps que son confrère américain, F. HOLLANDE a déçu ses partisans du fait de ses contradictions: "J'ai un ennemi: la Finance Internationale..." et la réalité de sa politique! Il a peu promis, certes, mais il ne fait pas le peu qu'il a promis. Résultat: une déception immense dans le pays qui profite aux extrémistes ambitieux du fait que les citoyens ne font plus confiance aux hommes politiques des grands partis. C'est la démocratie qui paiera la note!
Le chacun pour soi, l'égoïsme et les combines vont se développer du fait de ces trahisons à répétitions.
Dans une époque économiquement difficile, il fallait rassembler par l'exemple. Ils nous ont déçus par une pratique coupée des principes de la vie quotidienne de leurs électeurs.
Nous ne mentons pas à nos amis.
Lionel DE BUSSIERE


20/10/2013
Contrôle de l'immigration= crise de nerfs au PS:
On le savait depuis 1997, le PS est mal à l'aise avec le contrôle des étrangers et refuse d'assumer les lois et règlements que l'UE et parfois le gouvernement issu de ses rangs a concocté.
L'affaire dite" Leonarda"a démontré la difficulté du parti majoritaire au gouvernement à donner une ligne cohérente et compréhensible par tous. En premier, il faut noter qu'avec des "camarades" comme ceux là, Manuel VALLS n'a pas besoin d'ennemis: la palme est attribuée au député PS Bernard ROMAN qui a parlé de "rafle"faisant ainsi allusion à celle de "Vel'd'Hiv"par des policiers français à l'encontre de juifs durant la dernière guerre mondiale !!! Mais les autres ne l'ont pas loupé non plus en lui faisant la morale tel le Pt de l'Assemblée Nationale, C. BARTOLONE, qui a parlé des valeurs de la gauche qui seraient supérieures aux lois françaises ou Cécile DUFLOT "on a l'impression d'avoir déjà vécu ça sous SARKOSY!", etc...
En résumé le Ministre de l'Intérieur a été "lynché" par son parti à tel point que l'ancien Ministre de l'Intérieur de F. MITTERAND, J.P. CHEVENEMENT, se demande si le PS est bien un parti de gouvernement ?
C'est une partie de problème: les critiques de VALS voudraient avoir les "mains pures", alors qu'ils choisissent de "n'avoir pas de mains" selon la célèbre critique de PEGUY à KANT. Le rôle de Ministre de l'Intérieur a toujours été difficile à assumer quand la gauche est au pouvoir car c'est un rôle souvent répressif. De plus, VALS fait mentir SARKOSY qui disait qu'après lui, plus personne n'arriverait "à faire le job à l'Intérieur"; Manuel VALLS fait son travail fort bien dans le strict respect des lois et des procédures judiciaires, mais ça dérange quand même !
La réalité du coup de sang de certains socialistes est qu'il faut d'abord remettre VALS à sa place: à la primaire socialiste, il a obtenu un peu plus que 5% des voix et il ose avoir des sondages exceptionnellement bons(plus de 60% de bonnes opinions) lesquels, comparés à ceux du Président HOLLANDE et au Premier Ministre AYRAUD, (moins de 30% de bonnes opinions) font des jaloux et des aigris. Que celui qui représente la droite du PS et qui est très minoritaire se permette d'être populaire est intolérable.
D'autant que le vrai problème est que ces mêmes socialistes odieux n'assument pas le sociale- libéralisme économique du gouvernement actuel prôné par les mêmes responsables, HOLLANDE et AYRAUD,que les mesures d'austérité mises en place ne sont pas non plus assumées par nombre de députés socialistes et qu'ils doivent se taire et voter le budget, comme dans le temps, les "godillots"gaullistes. Alors , quand on peut, on se lâche sur celui qui nous énerve le plus et qui lors de cette fameuse primaire avait préconisé la TVA sociale, comme SARKOSY et dés lors honnnie par le PS... Mais remise en place par le Gouvernement le plus discrètement possible le 1er janvier 2014 !!!
On peut aussi se moquer du PCF qui a la dent dure à l'égard de VALS et à l'égard de toute la politique économique du gouvernement, mais demande à être associé à la majorité socialiste, dés le premier tour des élections municipales, à Paris notamment faisant ainsi éclater le Front de Gauche de MELANCHON qui voulait compter les opposants de gauche. Le PCF va "à la soupe" et pense ainsi être crédible dans l'avenir comme opposant ?
Deux jours avant les vacances scolaires de la région parisienne, l'affaire "LEONARDA" a mis quelques milliers de lycéens parisiens dans la rue par solidarité avec cette dernière. La presse s'extasie sur la générosité des lycéens français toujours prêts à être solidaires avec les opprimés et les pauvres.... Et LAMPEDUSA, ce n'était pas une bonne cause pour ces lycéens ? La réglementation actuelle de l'UE en matière d'immigration ne mérite-t-elle pas d'être stigmatisée par des lycéens, les centaines de morts d'immigrants lors d'opérations montées par des mafias aux portes de nos frontières ne méritent-ils pas non plus que les jeunes s'insurgent devant une telle injustice ? Où étaient-ils ces manifestants ?

Le problème de la frontière, de l'immigration et globalement de la mondialisation de l'économie qui s'oppose à la souveraineté nationale des pays, y compris eu sein de l'UE, est trop important pour se laisser aller seulement à l'émotion. le gouvernement doit au plus vite organiser un débat au parlement sur ces problèmes et proposer une ligne claire, c'est à dire le contraire de ce que vient de faire le Président HOLLANDE en permettant à la jeune fille de 15 ans de revenir mais sans le reste de sa famille. Ah! la politique de SALOMON....
Que chacun dise quelle politique d'immigration il souhaite et que les députés et sénateurs votent.
A ce sujet, en Périgord, nous avons 6 parlementaires de gauche: 2 sénateurs PS, 3 députés de ce parti et une "Verte". Qui peut dire la position de nos parlementaires ? En tout cas s'ils ont un avis sur cette affaire, ils n'envoient pas de communiqués à la presse. Notre "seigneur local", Sa Majesté Bernard 1er a-t-elle un avis sur la question ? Pourtant il n'est pas encore allé au KOSOVO, lui qui adore les voyages au frais des contribuables périgourdins, n'a pas encore songé à se rendre à MITROVICA (KOSOVO)?Il faut dire qu'il y a bien longtemps que Bernard CAZEAU a du manifester sur le pavé son mécontentement.

Enfin, il parait que certains au PS veulent la démission de M. VALLS ? Si elle arrivait, on pourrait assister à une recomposition du paysage politique français. En effet, M. VALLS vaut désormais bien plus que les 5% de la primaire et a gagné en crédibilité. Il permettrait de réunir sous sa houlette tous les centristes, la droite du PS et plus globalement tous ceux qui pensent qu'au sein de l'UE une politique commune avec l'Allemagne est souhaitable: les Allemands vont faire une grande coalition, nous devrions faire de même et laisser les extrémistes de tous bords voir passer les trains.
Lionel DE BUSSIERE


16/10/2013
Prix Nobel d'économie: foutaises ?
C'est la distribution des prix parmi les chercheurs et personnalités politiques ou littéraires en ce moment. Il y a souvent une surprise dans les NOBEL comme l'an passé quand l'Union Européenne a obtenu le Prix Nobel de la Paix; c'était un bon timing parce que cette année avec ce qui se passe à LAMPEDUSA.....
Notons tout d'abord que l'économie ne fait pas partie de la liste officielle des Prix Nobel, comme les mathématiques d'ailleurs! C'est l'Académie Royale de SUEDE que l'a ajouté en 1968.
Cette année,le Prix Nobel a été donné en même temps à 3 chercheurs:
- Eugéne FAMA et Lars HANSEN, Professeurs à la fameuse université de Chicago, temple de l'économie capitaliste. Ils postulent sur la rationalité des agents économiques et sont considérés comme les "pères de la Finance Moderne". Vu les dégâts qu'elle a fait dans le monde, est-il sensé de s'étonner que les pères d'une telle machine infernale soient récompensés ???
Le premier aurait prouvé que le marché est efficient à long terme. On se perd en conjectures quant à la soi disant efficience: est-ce que les millions de chômeurs américains et tous ceux qui ont perdu leurs maisons sont représentés au jury du Nobel ? Le second a développé une théorie sur la fixation du prix des actifs.
Plus intéréssant est le troisième, Robert SHILLER qui est le pionner de la "rationalité comportementale" laquelle indique qu'il n'y a pas de rationalité dans le comportement économique des individus, ce qui veut dire en résumé qu'il faut faire appel à la psychologie pour comprendre pourquoi tout va mal.
Ce dernier chercheur avait mis au point un indicateur de prix de l'immobilier aux USA et aurait ainsi prévu la crise dite des "subprimes"; tout le monde ou presque l'ignorait mais si c'est vrai, il aurait fallu le récompenser plutôt et surtout ce qu'il dit est le contraire des deux autres. Pourquoi alors leur donner à tous le Prix ? C'est incompréhensible ! Salomon à côté du jury NOBEL était un homme de décision.
Pour le citoyen moyen quelle est la conséquence de récompenses de ce type sinon discréditer la recherche ? Mais le jury NOBEL n'est-il pas en fait au service des intèrêts privés et du capitalisme pur et dur ? Si on regarde l'attribution des prix d'Economie dans les dernières années, on s'aperçoit que la quasi totalité ont été attribués à des américains et quand ce n'est pas le cas, ils travaillaient aux Etats-Unis comme le français Gérard DEBREU en 1983 qui était à BERKELEY et qui s'est fait naturaliser américain.
Sur les 75 Prix Nobels d'Economie attribués, seuls 9 étaient dans des Universités hors des USA, dont 3 au tout début dans les pays nordiques et depuis 1995 quasiment tous les distingués sont américains. Pas de Brésiliens, pas de Chinois, pas de Japonais, pas d'Africains, bref l'économie est une science américaine.
Quant on voit dans quel état, ils nous ont mis les économies mondiales depuis 2008 et le montant du déficit budgétaire américain qui risque de mettre toute la planète en l'air , je me demande si le jury des Prix Nobel ne se fout pas complétement de nous !!!!
Lionel DE BUSSIERE


15/10/2013
Liberté, politesse et respect des autres:
"La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres", voilà un proverbe que beaucoup de français , peuple fier d'être indiscipliné et mettant sans cesse la liberté individuelle bien en avant de la liberté collective, devrait pourtant méditer. En Périgord, cela s'applique tous les jours.
Ce matin, je me promenais le long de la voie verte à Périgueux avec mon chien en laisse. Un couple de personnes âgées me croise, il avait 4 chiens dont un seul en laisse (un gros chien loup) et un autre chien-loup tout noir courrait en liberté avec un labrador et un autre chien dont je n'ai pas déterminé la race. Evidemment, ils ont foncé sur moi et je me suis mis en protection de mon chien, ce dernier ayant été mordu 3 fois en 4 ans par des chiens loup. J'ai indiqué à ce couple que les panneaux interdisant les chiens sans être en laisse le long de la voie verte étaient assez nombreux pour être lus et respectés.
Et bien, qui s'est fait agressé verbalement comme "personne détestant les chiens", grincheux, ...c'est moi !
Hier, je prenais le train à Périgueux pour aller à Bordeaux, sur le quai"B" une cinquantaine de personnes attendaient l'arrivée du train et parmi elles, six ou sept fumaient tranquillement malgré l'interdiction totale placardée et annoncée oralement. Deux contrôleurs SNCF, en uniforme, sont passés pour monter dans un train au milieu d'un des groupes de fumeurs, pas de remarques ! Ils ont fait comme s'ils n'avaient rien vu .....Là encore si vous intervenez pour dire que la fumée vous gêne et qu'en outre c'est interdit par la loi, vous passez pour "un emmerdeur" et vous vous mettez la foule à dos en risquant d'être agressé physiquement. En effet, dernièrement, toujours sur la voie verte, me promenant sur le côté "piéton" et non la partie "cycliste", avec mes petits enfants et mon chien, un cycliste nous a doublé à toute vitesse manquant de peu de renverser l'un des enfants. Je lui ai crié à voix forte qu'il aurait pu klaxonner et d'autre part que c'était une voie réservée aux piétons. Qu'arriva-t-il ? Le cycliste, d'une trentaine d'années, stoppa net, posa son vélo en criant sur moi et s'avança dans une attitude agressive pour me frapper. Je dus mon salut à l'arrivée de deux autres personnes inconnues de moi qui le prirent par les bras et le forcèrent à remonter sur son vélo, ce qu'il fit en m'insultant....
Des exemples comme cela, tout le monde en a vécu. Regardez par exemple les places pour handicapés dans les grandes surfaces, telles celles du supermarché à St-Georges, régulièrement des non handicapés s'y mettent et si vous leur faites une remarque à ce sujet, la moitié indique qu'elles sont pressées et l'autre moitié vous disent d'aller vous faire voir !
Les forces de police ne peuvent pas être partout et de plus, ce ne devrait pas être leur rôle de faire respecter les règles élèmentaires de politesse et de respect des autres.
Je suis sûr que notre pays se porterait mieux si chacun faisait attention aux autres en respectant les règles du savoir vivre en société.
Lionel DE BUSSIERE


11/10/2013
La poule et les coqs:
Avant hier un incident s'est déroulé à l'Assemblée Nationale où un député du Morhiban dont il vaut mieux oublier le nom a plusieurs fois caqueté pendant que sa collègue, Mme Véronique MASSONNEAU (élue de la Vienne)s'exprimait au sujet de la réforme des retraites. Il a été sanctionné du retrait d'un quart de son indemnité mensuelle par le Président de l'Assemblée Nationale, soit 1378€.
Comment un représentant du peuple, même éméché, semble-t-il, peut se laisser aller à de tels agissements, pas même digne d'une cour de maternelle ? C'est vrai qu'à l'Assemblée Nationale la majorité des députés sont de "vieux blancs" qui n'ont pas compris que les temps avaient changé !
Les vieilles blagues machistes lorsqu'ils faisaient leur service militaire "entre hommes" sont d'une époque incompréhensible pour les jeunes d'aujourd'hui; lesquels, depuis les bancs de l'école maternelle fréquentent des filles et se font souvent "doubler" dans les classements finaux; ils ont donc appris à les respecter !
Certains l'ont compris, telle l'ex patronne du MEDEF, Mme PARIZOT, qui a indiqué que le sexisme était une forme de racisme. Il aurait été bien que les femmes de l'UMP se joignent à celles de la Gauche pour entrer ensemble le lendemain à l'Assemblée Nationale, avec un peu de retard, afin de manifester leur solidarité avec leur collègue agressée par ces gloussements idiots. Hélas! la solidarité de parti l'a emporté contre la solidarité du genre et c'est une belle occasion ratée!
A l'heure où plusieurs femmes vont sans doute être admises au Panthéon des Grands Hommes telles Olympe de GOUGES, soeur EMMANUELLE ou Germaine TILLION (actuellement 2 femmes pour 140 hommes et encore c'est à côté de leur époux respectif: Marie CURIE et Sophie BERTHELOT), où le Prix Nobel de littérature vient d'être attribué à une femme (la canadienne Alice MUNRO), qu'une jeune fille vient d'obtenir le Prix SAKHAROV (Malala YOUSAFZAI), qu'une femme vient d'être nommée à la tête de la Banque Fédérale Américaine (Mme Janet YELLEN), ect....il serait largement temps que ces pratiques d'un autre âge cessent et soient encore plus fortement sanctionnées: par exemple par le remplacement immédiat de ce député par sa suppléante durant les 6 prochains mois !

Il faut cependant noter que la féminisation des assemblées en France est très en retard. L'UMP préfère payer des pénalités fortes plutôt que de pratiquer la parité. Au Sénat, les femmes sont 22% des élus, à l'Assemblée Nationale: 27% et le pire dans les Conseils Généraux à peine 14%!!!
La Dordogne, présidé par Sa Majesté Bernard 1er, est fatalement encore plus en retard: le Conseil Général composé de 50 conseillers a 3 élues....soit 6%. Bravo pour cette assemblée qui est effectivement en retard sur tout. Car le plus grave dans la bêtise de ce député est qu'il ne se rend pas même compte que ce comportement correspond à son "ouverture" d'esprit sur les problèmes du monde au XXIème siècle. Pas étonnant qu'avec des attardés comme ceux-ci qu'ils soient du Morbihan ou de Dordogne, notre pays ait pris tant de retard dans les domaines économiques ou académiques; ils n'ont rien compris! Le monde a changé, pas eux! Qu'ils soient de droite ou de gauche tous ces machistes à cerveau étroit devraient être éliminés de toute assemblée élue. Les femmes sont elles capables de s'unir pour faire cela ?
Lionel DE BUSSIERE


05/10/2013
LAMPEDUSA: un jour de deuil pour l'Europe.
Avant-hier plus de 300 morts lors du naufrage d'un navire de migrants provenant de Libye et se dirigeant vers l'Italie. Quelques mois plus tôt, le pape s'était rendu sur cette petite île, proche de la Tunisie, afin de dénoncer l'indifférence des riches européens aux africains qui tentent régulièrement de venir en Europe pour sauver leur peau (Syrie, RDC, Somalie) ou de fuir des pays en guerre, instables et pauvres (Egypte, Erythrée, Afghanistan,voire Mali,demain la Centrafrique,...): depuis 1999, 200.000 clandestins ont débarqué à Lampedusa et 25.000 environ ont trouvé la mort à cette occasion. L'ITALIE a déclaré un jour de deuil pour ces morts, c'est l'Europe entière, ses 28 pays qui auraient dû aussi décrèter un jour de deuil !
L'UE a 500 millions d'habitants dont 20 millions d'étrangers déclarés, soit 4% de sa population (essentiellement des Turcs, des Marocains, des Algériens et des Tunisiens). Aux USA, le pourcentage d'étrangers est de 13% et de 21% au Canada. Au sein de l'UE, on estime qu'il y a environ 3,5 millions d'étrangers en situation irrégulière. Lors de la dernière campagne présidentielle aux Etats-Unis, le problème de la régularisation de la dizaine de millions d'irréguliers résidents aux USA a été au coeur de la campagne entre Républicains et Démocrates: le Président OBAMA a pourtant décidé de régulariser une large partie d'entre eux.
En France aussi, le problème des étrangers a été très présent dans le débat politique permettant de stigmatiser les étrangers afin de ne pas discuter des vrais problèmes économiques du pays. Le Front National et l'UMP en font un thème de campagne important, le FN et une frange de l'UMP proposant même de renvoyer "chez eux" les étrangers et surtout de leur couper toutes les aides sociales ou médicales. Quant au PS, le récent échange musclé entre deux ministres au sujet des Tsiganes montre que pour être dissimulé le problème de la politique à mettre en oeuvre reste entier.
L'Europe, qui sait si bien imposer l'austérité budgétaire, réguler la libre concurrence et développer le libre échange, se révèle incapable d'imposer une politique commune aux Etats Membres. C'est ainsi que nous sommes considérés aujourd'hui comme une forteresse. L'UE a une Agence commune, Frontex, basée à Varsovie, richement doté en moyens matériels et qui est en charge de lutter contre l'immigration clandestine notamment à l'Est, en Méditerranée et au Sud de l'Europe. Mais la politique générale d'immigration et le droit d'asile (84.000 en 2011) restent de la compétence des Etats: comprenne qui pourra ! Frontex a détecté en 2012 environ 10.000 entrées illégales. Depuis 2003, la règle européenne instaure que c'est le pays entrant qui doit gérer le droit d'asile et les frais d'hébergement. Cela a un coût !
C'est la notion même de frontière qui doit être revu: comment être partisan du libre-échange économique pour les marchandises et être contre la liberté de voyager et de changer de pays lorsque les conditions de vie deviennent épouvantables. Un colloque organisé par l'IMéRA et l'Université "Aix-Marseille" a tenté de répondre à cette question la semaine passée et de comprendre comment à l'époque de la mondialisation, des murs (en barbelés ou en bétons) sont à nouveau en train de se construire (voir le site de l'Anti atlas des frontières). Il faut vraiment un formidable égoïsme pour ne pas se sentir concerné et laisser les choses en l'état. Il suffit de lire l'excellent roman de Fabrice HUMBERT "Avant la chute"où une description remarquable des "latinos" candidats à l'immigration illégale aux USA est faite pour comprendre que personne ne quitte son pays d'origine et risque ainsi sa vie sans avoir une raison majeure dont l'absence d'espoir d'une amélioration possible à cette misère vient augmenter le désir de partir.
L'ancien ministre M. Rocard disait en 1990 que "nous ne pouvions pas accepter toute la misère du monde". Un pays au moins en Europe (Espagne) a réussi à endiguer les arrivées illégales sur ses côtes.Bien sûr, le gouvernement espagnol a renforcé les gardes-frontières et a renvoyé chez eux tous les illégaux interceptés; mais surtout ce pays a mis en oeuvre un programme de coopération en Afrique.
Quel est le programme de coopération de l'UE ? La plupart des Etats Membres s'en moquent, pourtant c'est par là que nous fixerons les habitants dans leurs pays en attribuant des aides économiques, notamment agricoles, à tous ces pays pauvres qui n'ont même plus de culture vivrière et en conditionnant réellement cette aide à une gouvernance démocratique.
La France pourrait aussi montrer l'exemple, ainsi le gouvernement vient de décider de réorganiser son réseau diplomatique dans le monde et a choisi pour chaque continent les pays prioritaires. En Afrique, ce sera: le Mali, le Rwanda, l'Angola et l'Afrique du Sud. Outre qu'aucun pays du Maghreb n'est cité, la RDC (plus grand pays francophone du monde !), le Nigéria, l'Egypte et aucun pays d'Afrique Centrale ne sont dans la liste des priorités françaises ?????
L'UE et la France ne sont pas des pays de rêve pour les migrants, l'accueil y est souvent inversement proportionnel à notre richesse. Il faut donc convaincre les candidats à la migration que rien ne leur sera donné ici.
Camus écrivait: " quand un innocent a les yeux crevés, il fut que le chrétien accepte de perdre la foi ou d'avoir les yeux crevés". Transposons la foi chrétienne en foi européenne et nous sommes face à un immense défi que nous nous devons de relever au lieu de nous enfermer dans notre château sans avenir !

Lionel DE BUSSIERE


26/09/2013
Gestion de l'Etat et sens du compromis:
Les médias ont célébré la victoire aux élections de la chancelière allemande (42% des voix), mais le système électoral allemand ne lui permet pas d'avoir la majorité absolue à l'équivalent de notre Assemblée Nationale. Aussi, pour 3 voix, il lui faut chercher un allié du fait que ses alliés traditionnels, les libéraux, ont été laminés et passés sous les 5% obligatoires, ils disparaissent du Parlement.
Avec qui la CDU de Mme MERKEL commence-t-elle les discussions ? Avec son principal opposant les sociaux-démocrates du SPD qui a fait 25% environ. Notons d'abord que globalement le SPD, les VERTS et l'extréme gauche allemande "Die LINKE" ont plus de voix que la CDU et pourraient envisager de former un gouvernement en commun. Le SPD s'y refuse car ils trouvent les propositions de Die Linke trop extrémistes. Dés lors, ses dirigeants ne refusent pas le principe d'un grand gouvernement de coalition avec Angéla MERKEL. Je note que le leader du SPD, largement battu donc à ces élections, a été un ministre d'Angéla MERKEL dans les années précédentes et qu'ils se sont appréciés. Cette dernière a d'ailleurs très souvent, durant sa campagne électorale,vanté les mérites de son prédécesseur social-démocrate qui a pris, en temps utile, des mesures pour rétablir la compétivité allemande dont son gouvernement a largement profité.
Tentons de transposer en France ce type de comportement:
- François HOLLANDE dire du bien de Nicolas SARKOSY ???
- L'UMP indiquer qu'elle allait étudier favorablement la proposition du PS de former un gouvernement commun ????

Chacun connait la situation de la France en ce moment: tant du point de vue budgétaire qu'économique, c'est catastrophique et personne ne peut sérieusement dire que cela ira mieux demain.... Alors que faire ?
Le sens commun nous montrerait qu'il est impossible en France de faire travailler en commun des partis politiques comme le PS et l'UMP. En France, l'absence de culture du compromis est vite assimilée à la compromission que ce soit au niveau syndical ou politique.
Que l'on se souvienne de l'accord donné par la CFDT à la première réforme des retraites du temps de M RAFFARIN, Premier Ministre et M. FILLON , Ministre du Travail. L'accord de la CFDT avait pourtant permis de bonnes avancées, notamment le droit de partir avant 60 ans pour tous ceux qui avaient cotisés au moins 40 ans du fait de leur démarrage dans la vie active à 14 ans.Et bien des milliers d'adhérents de la CFDT ont quitté leur organisation pour fonder SUD en traitant les dirigeants de la CFDT de "traîtres" à la classe ouvrière. L'idéologie sectaire est une caractéristique de notre pays. Depuis lors, la gauche est revenue au pouvoir et loin d'annuler cette mesure qu'elle trouvait intolérable à l'époque, le PS l'a non seulement maintenue, mais aggravée. Pour quels bénéfices ? Si le PS avait tenté de trouver un accord à ce moment là, était-ce moins grave que de l'approuver 5 ans après ?
Pourrions nous tenter sur ce domaine en priorité trouver un accord ? Oui, si les dogmatiques sont éliminés du pouvoir. Bien sûr, les extrêmes de droite comme de gauche, les deux Fronts, mais aussi à droite ceux qui disent qu'il "faut tirer sur HOLLANDE et sa bande" !!! L'auteur de cette phrase n'est pas un ivrogne au bar du Commerce; non, c'est un sénateur de l'UMP qui "plaisantait" avec son collègue de Marseille. Ce dernier proposait, lui, de lui fournir les armes! Toute cette frange proche de l'ex-SAC, prêt à se lier avec le Front National simplement pour garder une place ne peut pas comprendre qu'il faudra s'entendre avec les modérés du PS, comme en Allemagne, afin de prendre des mesures difficiles à subir mais que l'on peut expliquer.
Par ailleurs, le différentiel de puissance entre la France et l'Allemagne s'accroit d'une façon trop forte du fait de notre incapacité à nous réformer et développe une nouvelle campagne anti-allemande de la part de hauts responsables socialistes: MONTEBOURG, BORTOLONE, CHEVENEMENT, ....
Je leur recommande à ces oublieux de l'histoire de lire l'excellent ouvrage de Philippe DELMAS: "De la prochaine guerre avec l'Allemagne" qui démontre les dangers de permettre à nouveau aux enjeux de puissance de reprendre le dessus au lieu de tenter de fondre nos pays.
Si M. BAYROU avait un sens tactique un peu développé, ce qu'il n'a pas démontré jusqu'à présent, il pourrait être l'artisan de ce rapprochement:

- il a , seul, vu la gravité de la crise en 2007 avant même la crise de l'immobilier américaine, alors que M. SARKOSY n'écoutait pas son futur Premier Ministre lui dire que "la France est un pays en faillite" et le candidat de gauche proposait une hausse des dépenses et des impôts de façon totalement déconnectée de la réalité économique.
- il a récidivé en 2012 en proposant un pacte à la gauche pour décider des mesures urgentes.
- mais il n'a pas su rassembler son camp; or pour gagner les élections, il faut rassembler le peuple sur une idée, donc il faut au moins être suivi par son parti et le MODEM est plutôt sur l'idée d'une droite pas toujours ouverte.
- aujourd'hui, il se rapproche de l'UDI de M. BOORLO afin de recréer un grand parti du Centre pour les prochaines élections et pour profiter de la droitisation de l'UMP et de l'éloignement des "gauchistes" du PS. Mais je lis dans l'Express de cette semaine qu'il déclare "qu'il n'a pas une mentalité de force d'appoint". Ah ! l'ego ! Cela veut-il dire que ce rapprochement n'est pas effectué pour aider à résoudre les problèmes de notre pays, mais pour être le seul candidat du centre ? Il ne faudrait pas qu'il oublie que, au Centre, quasiment tout le monde l'a quitté du fait de son ego surdimentionné.
Pour être Président, il en faut, mais il faut aussi beaucoup d'humilité pour apprendre de ses erreurs.
De mon point de vue, le temps est venu pour la formation d'un gouvernement d'Union ayant pour seul but de prendre des mesures dures mais salutaires au rétablissement de la souveraineté économique du pays. Chaque parti devrait penser aux générations futures.
Lionel DE BUSSIERE


22/09/2013
Sentiment d'insécurité:
Tous les jours les médias ouvrent leurs séances d'information par des meurtres et assassinats, des vols avec violence, ....cela contribue à un climat anxiogène qu'utilisent certains partis politiques plutôt marqués très à droite et oblige la gauche à avoir un "discours sécuritaire" s'approchant de celui de la droite afin de ne pas être accusé de laxisme.
Comme pour la mesure de la température, il y a la réalité de l'insécurité et le sentiment d'insécurité, c'est celui-ci qui grandit! "L'observatoire national de la délinquance et des réponses pénales" a publié le 12 septembre dernier une étude d'où il ressort que ce sentiment augmente: il est passé de 14,2% en 2007 à 16% en 2012. Selon les auteurs, ce sentiment provient d'une nette hausse des cambriolages de domicile, ce qui laisse à penser qu'il n'y a pas que le sentiment qui augmente....Mais les homicides, malgré tout le bruit fait autour des meurtres à Marseille et en Corse, ont nettement diminué passant de 1600 en 1995 à 800 en 2010. Une étude britannique montre que le nombre d'homicides était de 40 pour 100.000 hts au XVème siècle et "seulement" de 1,1 en France aujourd'hui.
Il faut aussi noter que la judiciarisation des crimes et délits s'est beaucoup développé: l'exemple des viols dont pendant trop longtemps les victimes n'osaient pas porter plainte alors qu'aujourd'hui une mise en place spéciale a été faite dans les services de police pour aider les victimes montre que les chiffres doivent être interprétés avec précaution.
Le journal Sud-Ouest d'aujourd'hui publie une étude sur l'insécurité de août 2012 à juillet 2013 dans la région Aquitaine. On apprend ainsi qu'en Dordogne les atteintes aux biens ont augmenté de 7% (8190 atteintes, soit 573 de plus par rapport au dernier recensement, l'an passé); les atteintes aux personnes ont, elles, augmenté de 9,8% en passant à 1491, soit 146 de plus.Nous sommes en position quasi équivalente avec le Lot et Garonne, largement au dessus du Gers qui détient la palme de la tranquillité. Par contre les départements du bord de mer (Charente-Maritime et Pyrénées Atlantiques) ainsi que la Gironde sont très largement au dessus de nous. Même les landais ont de chiffres pires que les nôtres. Le titre de ce journal est que "la délinquance n'a augmenté que de 0,9% en Aquitaine en un an, beaucoup moins que le sentiment d'insécurité qui lui est croissant."

Par ailleurs, les mêmes partis qui surfent sur l'insécurité accusent les étrangers d'en être responsables le plus souvent.
Les derniers chiffres en ma possession montrent que sur l'ensemble des condamnations pour vol et recel au niveau national 79,5% sont le fait de français et donc 20,5%, soit 19836 délits, sont le fait d'étrangers. Cette étude datant de 2012 montre aussi que de 2008 à 2011 les mis en cause pour vol simple par un étranger sont passés de 13,2% à 20%; essentiellement du fait de roumains.

On voit bien que ces chiffres peuvent être utilisés de façon polémique, pourtant qui peut vraiment affirmer avec sincérité qu'en Périgord l'insécurité règne ? Le seul endroit où elle règne, c'est sur les routes: 45 morts en 2012, 12 de plus qu'en 2011.

Que faire alors pour faire baisser ce sentiment ? Mettre plus de policiers partout ?
La France a déjà le record européen du nombre de policiers (et gendarmes)par nombre d'habitants:
379 policiers pour 10 00 habitants en France et 360 en moyenne dans l'UE. Dans ces chiffres français ne sont pas inclus les policiers municipaux (180 000 personnes) et les vigiles des grandes surfaces ou des banques( 180 000 aussi).
Sur le territoire national la répartition des chiffres pour les grandes villes est :
Paris: 1 policier pour 122 habitants, Marseille: 1/305; Lille: 1/428; Nantes: 1/461; Lyon: 1/ 363 et Bordeaux: 1/ 406.
Mis à part Paris, qui rappelons le, possède tous les ministères, ambassades et directions nationales où le Ministère de l'Intérieur est obligé de sécuriser les abords, nous voyons que le chiffre de policiers à Marseille n'est pas du tout mauvais et que les cris d'orfraies des politiques marseillais qui demandent des renforts policiers voire l'intervention de l'armée comme dans les aéroports ne font que de la politique politicienne.

Les problèmes sont ailleurs:
1)D'abord l'utilisation des forces de police: faire circuler des dizaines de CRS en car dans les cités ne sert à rien. Ils ne connaissent ni les lieux ni les gens, n'ont donc pas la confiance de la population et passent leur temps à "papoter" entre eux en attendant un appel radio qui les envoient dans un endroit ou un simple incident a pu survenir et où le débarquement de dizaines de policiers en tenue de combat met parfois le feu aux poudres. Seule une police de proximité avec des locaux et des policiers habitant dans les banlieues pourront calmer le jeu et identifier les vrais truands. Les patrouilles à pied doivent se multiplier partout et les policiers écouter les plaintes des uns et des autres. En plus, cela permettrait de recueillir de bonnes informations.En France, il y a déjà la Gendarmerie Mobile pour les problèmes d'ordre public, supprimons les CRS et affectons tous ces personnels dans les banlieues des villes.
A ce sujet, il faudrait aussi revoir le fonctionnement des BAC qui sont censés lutter contre le banditisme simple des grandes villes et qui ne font que des délits simplistes: étrangers en situation irrégulière et détenteurs de drogue, pour faire du chiffre ! ( lire à ce sujet l'excellent livre de Didier FASSIN: " La force de l'ordre" qui est l'un des très rares livres de sociologie policière portant sur le comportement des agents des BAC en région parisienne)
Ah! ces fameux indicateurs de performance créés par SARKOSY ! Ils ont le mérite d'exister, mais leur interprétation, là encore doit être revue et mieux expliquée. Tous ceux qui ont travaillé dans les services de sécurité savent qu'il suffit de se mettre à la gare d'une ville et de contrôler les jeunes et les "faciès étrangers" et on peut "ramener des affaires". C'est un mauvais procédé, mais surveiller un vrai dealer, ça prend du temps et il n'est même pas sûr que les voyous soient pris à la fin. Beaucoup n'ont pas ce courage et certains chefs n'ont pas l'intelligence de situation.
2) Pourquoi aux Etats-Unis, pays beaucoup plus criminogène que la France, les policiers travaillent seuls et ont chacun un véhicule afin de sillonner la ville ? Cela ne peut pas être un problème de moyens automobiles ou de radios ! Il suffit de s'approcher, la nuit ou le dimanche, de n'importe quel commissariat ou gendarmerie pour voir des dizaines de véhicules qui dorment aussi.... En même temps que la vidéosurveillance , permettre des patrouilles nombreuses en véhicule relié par une bonne liaison radio permettrait d'être plus réactif.
3) Il faut enlever des statistiques de résultats les affaires de "shit" et les "étrangers en situation irrégulière" afin que les forces de l'ordre mettent leur priorité sur les bandes organisées criminelles ou terroristes.
4) Le programme du PS en 1981 demandait que la police judiciaire soit transférée au Ministère de la Justice. Il y a longtemps que l'on n'en parle plus... Pourtant aux Etats-Unis, le FBI et la DEA appartiennent au Ministère de la Justice et que je sache leurs résultats ne sont pas inférieurs à ceux des français. Je ne dis pas que c'est le paradis là-bas et que les "querelles de boutique"n'existent pas mais les magistrats et les policiers travaillent bien ensemble.
5) Avant la dernière guerre mondiale la police française n'était pas "nationale". Chaque département et ville avait ses propres forces de polices dont les effectifs et les moyens étaient fournis par les budgets locaux.C'est aussi ce dispositif qui fonctionne (assez bien) dans la quasi totalité des pays anglo-saxons: Royaume-Uni, Canada et USA. Evidemment, je perçois bien les avantages d'un service national, mais à l'aune d'une longue expérience internationale, je vois bien aussi les avantages de forces de police ayant une compétence locale pour certains types de délits et des services nationaux transversaux. D'ailleurs, malgré la police nationale, les gouvernements ont multiplié les services à compétence nationale en les nommant Office de lutte contre le trafic de: stupéfiants, des armes, le proxénétisme, la grande délinquance, ...
Plutôt que de pleurer pour avoir dix policiers en plus par "Paris" les maires pourraient librement, avec comme seule limite leur budget, engager des policiers en les implantant là où c'est le plus complexe à faire régner l'ordre .

C'est quand même mieux que de mettre l'armée qui avait été enlevée du travail de police au début du XXème siècle.




Lionel DE BUSSIERE


17/09/2013
Le Périgord:
J'ai retrouvé par hasard un article du journal "Le Monde" en date des 13-14 décembre 1992 sur la situation de Périgueux quelques semaines avant des élections municipales.
Que dit cet article: "Le premier problème à Périgueux, le plus reconnu, est qu'il est difficile d'y venir et d'en partir. Le chef lieu de la Dordogne continue de se tenir à l'écart des grands axes: par la route comme par le train, il ne rompt cet enclavement que grâce à la modeste ligne aérienne qui le relie quotidiennement à Paris. Ah! Cet enclavement ! La corvée du train de Paris qu'il faut aller prendre à Angoulême, l'enfer de la route de Bordeaux, celle de Limoges qui ne vaut guère mieux !....Trop de gens ont été trop bien, trop longtemps en Périgord" conclue Charles FIGINI, Président de la CCI:" Nous devons sortir de notre malthusianisme, nous de devons plus nous refermer sur nous mêmes. " "Sous peine de péricliter, Périgueux ne peut plus se contenter de valoir le détour, elle doit avoir la volonté de s'imposer dans le circuit. "conclue André LAURENS.
Mis à part le paragraphe sur la route de Bordeaux où l'autoroute (très cher!), rien n'est à modifier depuis; en précisant que la ligne aérienne ne fonctionne que les jours de semaine et que le coût est exorbitant.
En octobre 2005, un auteur périgourdin, Hervé BRUNAUX, publiait un livre intitulé " Cher Monsieur" qui débutait ainsi: " Peut-on persister à appeler ça une route ? Elle est en tout cas répertoriée comme telle sur la carte de l'IGN, et dans les fichiers de le DDE périgourdine, mais si l'on interrogeait les amortisseurs de la vieille 405, ils hurleraient leur indignation devant une si flatteuse qualification. Depuis la vrombrissante arrivée de l'autoroute A89 dans le département de la Dordogne..., il y a de quoi se demander si les éléments subalternes de la voirie éveillent parfois une parcelle d'attention chez les Pouvoirs Publics."
En 2012, quasi tous les départements français ont vu le nombre de morts et de blessés diminuer. Parmi les 3 exceptions, la Dordogne a vu 12 morts supplémentaires. Qui s'en est ému au sein de la presse locale ou du microcosme du Conseil Général de la Dordogne en charge officiellement de la qualité des routes ?
Au sein du CG de la Dordogne, le Conseiller en charge des routes se nomme M. AUZOU, par ailleurs Maire de la ville de banlieue BOULAZAC. Ce dernier, quoique non parlementaire, cumule nombre de casquettes au sein des quelles la justice lui reproche d'ailleurs d'avoir au mieux commis des erreurs au pire un abus de droit. La Cour d'Appel de Bordeaux appréciera prochainement s'il peut ou non poursuivre une carrière d'élu multiple. En tout cas les électeurs périgourdins devraient l'empêcher d'être à nouveau conseiller général vu le peu qu'il a fait pour les routes locales hormis celles partant ou arrivant à RIBERAC, évidemment puisque le Sénateur-Président du CG est de RIBERAC et qu'il veille à ce que la liaison RIBERAC vers ANGOULEME ou BORDEAUX soit en excellent état et très large....
Pour revenir à l'enclavement de Périgueux: la Banque Mondiale estime le coût de l'enclavement à au moins 1% de croissance ! Vu le niveau de la croissance française en ce moment, soit de - 0, 5 à 0, 8%, on comprend que les emplois ne sont pas près de venir autour de Périgueux. C'est vrai que MICHELIN a voulu s'installer ici et n'a pas été aidé par les Autorités locales: Michelin aurait payé ses employés un peu au dessus du SMIC, quel mauvaise idée pour un patronat archaïque dont beaucoup ont encore un comportement féodal avec leurs ouvriers ! Surtout, les hommes politiques en place ont aussi une lourde responsabilité: que dit le journaliste du "MONDE" à ce sujet: " ...dans cette vieille terre de tradition radicale et de clientélisme, dans une population où le goût du "plaçou", c'est à dire un emploi sûr et tranquille, demeure fort...."
Le Pt du CG, M. CAZEAU, a continué dans la tradition et au vu du nombre d'employés (2600 en tout, dit-on ?) originaires de RIBERAC au sein de cet organisme, il a réussi à développer encore plus chez les jeunes périgourdins le souhait d'un emploi de fonctionnaire territorial en Dordogne.
Plus de 20 ans après, rien n'a changé sur notre enclavement: des associations comme "DEVELOP'SO" tente de se faire entendre afin de changer cela en pure perte ! Les récentes décisions du gouvernement actuel ne plus accorder de crédits à la rénovation électrique des lignes SNCF vers Périgueux ou la mise en 4 voies de la route "Périgueux-Limoges" vont aggraver la situation et transformer d'ici peu de temps notre département en désert comme la CREUSE aujourd'hui ! L'avenir de Périgueux, c'est la situation de GUERET aujourd'hui !
Les élections régionales, municipales, européennes arrivent sous peu; les périgourdins devraient voter aussi en tenant compte des projets réels et fiables de désenclavement de notre ville-capitale.
Lionel DE BUSSIERE


15/09/2013
Face au FRONT NATIONAL: Les dernières déclarations de F. FILLON ont semé le trouble au sein de l'UMP au sujet de la stratégie à mettre en place pour ne pas sembler partager les valeurs du Front tout en tentant de récupérer les électeurs. Pour le PS, la ministre en charge de la dépendance et des personnes âgées, Mme DELAUNAY, vient d'écrire au Président de la République afin d'attirer son attention sur le fait que les seniors étaient désormais sérieusement tenté de voter FN aux prochaines élections.
Il est temps que les partis "de gouvernement"prennent conscience que les extrêmes sont dangereux pour la démocratie et notre pays. Le FN surfe sur le sentiment d'insécurité des gens qui s'imaginent attaqués chaque fois que les médias montrent un crime en France, dés lors les étrangers sont stigmatisés, comme s'ils étaient responsables de tous les malheurs de la population. Mais beaucoup plus grave, face à l'insécurité économique provoquée par la crise qui touche non seulement les couches les plus pauvres de la population, mais aussi la classe moyenne qui est frappée par le coût de l'énergie alors qu'elle est allée s'installer en banlieue dans des pavillons qu'elle n'arrive plus à rembourser, quels sont les projets des partis pour remédier à ce total désenchantement ? Dans leur dernier livre "La violence des riches", les retraités du CNRS, Michel et Monique PINCON-CHARLOT, parlent à ce sujet du "retour du sentiment de misère et de la machine à laver les pauvres".
Beaucoup mettent en cause la mondialisation et la montée de l'individualisme où l'argent seul gouverne l'individu. C'est possible mais on ne peut plus arrêter la mondialisation laquelle permet par ailleurs aux classes pauvres de nombreux pays de s'enrichir. Quant au règne de l'argent-roi, toujours dénoncé par les utopiques, il est vrai que les exemples de pays où ont été tentés un modèle économique différent de l'économie de marché ne tentent plus personne. Il suffit de voir l'état de la Corée du Nord ou de Cuba pour comprendre que les classes les plus pauvres ne rêvent plus de l'arrivée du communisme.
Ce double sentiment d'insécurité et d'abandon conduit nombre de personnes vers les extrêmes de gauche ou de droite, voire pour certains jeunes de banlieue vers l'extrémisme islamique comme au XIXème siècle certains étaient tentés vers l'anarchisme révolutionnaire.
La construction européenne est complétement en panne et plus personne ne comprend ce qu'elle peut apporter hormis la rigueur dont l'UMP comme le PS se défaussent des mesures désagréables qu'ils prennent. Ah ! le bon temps des dévaluations ! Souvenons-nous de L. FABIUS , 1er Ministre et ses multiples dévaluations, son carnet individuel de contrôle des changes que tout citoyen français devait avoir lors du passage en frontière, ....C'est pourtant ce retour en arrière que nous propose Marine LE PEN.
Les derniers Présidents de la République Française portent une lourde responsabilité sur l'état de l'UE: à force de refuser une vision fédérale avec l'Allemagne et les autres pays fondateurs, ils ont donné satisfaction à la Grande-Bretagne qui ne voulait qu'un Marché Commun et qui l'a eu ! Pourquoi l'Europe fiscale n'existe-t-elle pas encore ? Avoir fait une monnaie commune sans avoir harmonisé les politiques fiscales des uns et des autres est une grande faute. La création d'un Union Douanière entre les pays membres a pris une quinzaine d'années, faisons pareil pour l'Union Fiscale ! De là découlera l'Union Economique réelle et de celle-ci une Union sociale ! Pourquoi l'Allemagne n'a pas un SMIC et lorsqu'elle l'aura, à quel niveau faut-il le mettre dans nos deux pays ? Cela pourrait régler un peu les problèmes de compétitivité de nos industries ? Comment nos dirigeants ont-ils acceptés d'avancer dans l'Europe sans d'abord mettre ça en place ? Encore une fois, voir l'incapacité de l'UE à coordonner une politique extérieure commune tant en Syrie, qu'avec la Russie ou au Congo démontre bien que l'urgence n'était pas de fournir un bureau à Bruxelles à Mme ASHTON, Ministre européenne des Affaires Etrangéres, mais de créer un ministère des affaires sociales, un ministère des budgets, un ministère de l'économie, ...
L'Europe est encore à construire et elle sera tôt ou tard l'enjeu des élections entre ceux qui veulent isoler la France par un retour en arrière assassin et ceux qui veulent développer les idées de solidarité et de justice dans le monde à travers une dizaine de pays européens partageant les mêmes valeurs.
Lionel DE BUSSIERE


08/09/2013
Périgueux, "petite politique ?"
Il y a la grande politique au niveau national et international où l'on voit les principes, les croyances, les idéologies qui s'affrontent. C'est souvent passionnant pour le citoyen de base mais si loin de ses préoccupations du jour qu'il ne donne que rarement son avis. D'ailleurs, on le lui demande peu car les élections des représentants du peuple sont faites pour donner une délégation générale à ce mandataire (député) qui l'utilise comme il l'entend se contentant au mieux de faire un compte rendu global des ses interventions une fois par an. Ayant bien compris que les "grands problèmes" ne passionnaient que peu ses électeurs, le représentant élu ne parle plus souvent que des problèmes concrets qui concernent directement les électeurs.
De ce fait, les élus nationaux sont devenus des "assistantes sociales" qui doivent intervenir pour obtenir un droit d'une administration bloquée, une bourse pour un enfant étudiant, un travail pour le membre de la famille qui est au chômage, .... Comme la plupart des parlementaires sont non seulement des élus nationaux, mais aussi maires, conseillers généraux et conseillers régionaux, voire membres des syndicats divers de l'eau, de l'hôpital, de l'agglomération, .... bref c'est le "bon dieu". Il rend service et aliène ainsi l'électeur solliciteur et toute sa famille.
Ainsi si vous demeurez dans la région de Ribèrac dont le Sénateur-Président du Conseil Général de la Dordogne, Bernard 1er, Roi du Périgord, est l'élu depuis longtemps, vous avez une issue à tous vos problèmes: emploi, bourse, logement, ....Certains de mes lecteurs diront: "et bien c'est qu'il fait bien son boulot !" Même que le rêve de tous les jeunes périgourdins est d'avoir un emploi (j'ai pas écrit un travail !) au Conseil Général de la Dordogne.
Bien sûr M. Bernard CAZEAUX est contre le projet de loi interdisant le cumul des mandats comme son copain , député-maire de Caen, dont j'ai parlé auparavant.
C'est ça la démocratie ? Loin des batailles idéologiques, c'est la relation clanique: la Corse moins les morts !
Une des employées du Conseil Général a sorti un livre dénonçant la gabegie et l'incompétence du service du CG gérant la petite enfance, elle s'apprête à en sortir un second en donnant les noms des "combinards" qui prennent de l'argent sur les constructions, les appels d'offre truqués, ....bref tous ce qui se passe dans nombres de départements où la décentralisation a permis d'avoir des pouvoirs sans avoir les contrôles et les sanctions comme dans les Bouches du Rhône ou le Pas de Calais.
Chacun le sait ici, y compris la presse locale qui n'investigue sur rien de peu de déplaire. Mais les partis les plus importants pourraient dénoncer des errements et cela éviterait de faire ainsi le lit du Front National qui dénonce les élus comme "tous pourris", ce qui n'est pas le cas. Mais ceux qui tiennent le pouvoir au niveau cité plus haut devrait faire l'objet d'enquêtes d'une Cour des Comptes avisée et leur entourage pourrait les dénoncer.
Au bout d'un moment, même aidés par les élus locaux, le citoyen de base n'a plus confiance dans ses élus car il les connait. Si la France est si mal classée dans le classement "Transparence Internationale" ce n'est pas que pour les affaires nationales, mais pour tout un système....
A l'avenir, l'intégrité devra être vérifiée et son absence sanctionnée durement. Il faut que tous les élus fassent une déclaration de fortune et justifie à l'issue de leur mandat toute modification et ce de façon transparente. La Cour des Comptes nationale devrait créer une section dédiée au contrôle des élus et de leurs proches.
Lionel DE BUSSIERE


04/09/2013
"Punir le Président syrien":

Depuis deux ans, 110 000 morts parmi la population civile payent ainsi la guerre qui sévit en Syrie et qui oppose "grosso modo" les sunnites aux chiites. Le Président syrien et son gouvernement viennent de monter encore d'un sacré cran dans l'échelle de l'ignominie en gazant des quartiers de Damas (selon des comptes rendus de la presse internationale). Prenant la tête des responsables occidentaux horrifiés par le massacre de 1400 civils gazés le 21 août dernier, le Président français, F. HOLLANDE, a pris tout le monde de court en utilisant les termes de "punir" le chef syrien et ses sbires.Comme pour d'autre interventions du même type (Koweit, Irak, Lybie,...), des discussions s'établissent entre Etats-Majors des pays occidentaux afin de mettre vite en oeuvre une riposte militaire adaptée, aidés par quelques pays de la Ligue Arabe, menés par l'Arabie Saoudite, soutenant la rébellion syrienne.
Mais plusieurs difficultés surgissent: d'une part deux membres du Conseil de Sécurité de l'ONU s'y opposent en menaçant de mettre leur véto (car ils estiment avoir été floués lors de la résolution 1973 du Conseil de Sécurité de l'ONU pour la Libye qui est passée de la "responsabilité de protéger la population civile à celle de chasser un dictateur sanguinaire) et d'autre part les opinions publiques occidentales restent marquées par les mensonges de BUSH et de BLAIR afin d'attaquer l'IRAK et de renverser Saddam HUSSEIN, "représentant du mal possédant des armes de destruction massives" jamais découvertes. Ce qui fut fait, sans l'accord de l'ONU, chacun peut apprécier aujourd'hui les dramatiques conséquences de cette guerre, surtout le peuple irakien (environ 500 000 morts). Heureusement,notre Président de l'époque (J. CHIRAC), en accord avec son homologue allemand, a refusé de se joindre à la coalition guerrière.
Depuis lors, l'ancien Président SARKOSY a lancé deux attaques à l'étranger: en Cote d'Ivoire afin de rétablir la légalité démocratique et en Libye pour faire partir un dictateur identique à Bassar el HASSAD. Mais toutes ces invasions guerrières des occidentaux étaient assorties d'un mandat de l'ONU,dont on peut discuter le bien fondé, mais qui vaut autorisation en droit international.
Pour la Syrie, le Parlement britannique, consulté, a voté contre l'intervention militaire du Royaume-Uni. Le Congrès américain va être consulté prochainement par le Président OBAMA. La France se contente d'informer son Parlement et le Président HOLLANDE refuse qu'un vote ait lieu en invoquant le respect strict de la constitution française.
J'ai entendu L. FABIUS, Ministre des Affaires Etrangères, ce matin sur Europe 1 qui justifiait ce refus avec 3 arguments:
- 1) les faits d'utilisation d'armes chimiques sont avérés en Syrie. Pourtant la veille, lors de la réception des responsables de groupes parlementaires chez le 1er Ministre, j'ai entendu M. BORLOO dire que les éléments du gouvernements "étaient une construction intellectuelle et pas des preuves".
- 2) que la France protégeait ainsi l'avenir en mettant une limite dans l'horreur (par d'armes chimiques) afin que d'autres dictateurs arabes ou nord-coréens, voire africains ne songent à l'avenir à utiliser cette arme atroce. C'est bel et bien, mais pourquoi en 1988 lors des nombreux gazages des kurdes par Saddam HUSSEIN qui ont fait de février à septembre 1988 182 000 morts civils dont 5 000 d'un coup, statufiés en une seconde, le 16 mars 1988 à HALABJA; la France n'a pas effectué une demande à l'ONU pour monter une attaque de "punition" contre ce dirigeant irakien, Saddam HUSSEIN, qui était alors bien vu par les Occidentaux. Dois-je rappeler que en 1988, J. CHIRAC était 1er Ministre de F. MITTERAND jusqu'en mai 1988 et M. ROCARD lui a succédé à cette date. Pourtant, tous muets ? Alors pourquoi aujourd'hui, c'est plus grave ?
- 3) que ne rien faire était un encouragement aux massacres. C'est vrai qu'au Congo, dans l'est de ce pays où depuis 10 ans le KIVU voit ses femmes violées, ses enfants embarqués de forces dans le camp du vainqueur du moment et ses hommes massacrés après tortures, une rébellion soutenue par le RWANDA et l'OUGANDA peut impunément tuer plusieurs centaines de milliers de personnes et en faire déplace plus de 2 millions sans conséquences graves pour ces pays qui de toute façon "sont en guerre depuis des centaines d'années". Comme ces deux pays n'ont pas d'armes chimiques et massacrent de façon classique, ils peuvent continuer....

Par ailleurs, la France part seule à l'abordage: ne fait-elle pas partie d'une Union Européenne qui possède en Lady ASHTON une Ministre des Affaires Etrangères de l'UE chargée de coordonner la politique étrangère des 28 pays de l'UE ? Mais la France n'a pas encore demandé une réunion des 28 ministres concernés...... Quant au parlement européen, son avis....

Il est surtout choquant que le Parlement français ne se prononce pas, car pour la première fois, l'armée française va intervenir à l'étranger sans mandat de l'ONU et sans un vote favorable de nos parlementaires. En 2000, le PS proposait une évolution de la Constitution imposant que l'emploi des forces armées hors du territoire soit soumis à une consultation préalable du Parlement. Cette proposition socialiste avait été soutenue en 2003 lors de la demande d'intervention en IRAK par un certain François HOLLANDE.

Pourquoi, faire le contraire de ce que l'on dit quand on a le pouvoir ? Ne vous étonnez plus après si les électeurs n'ont plus confiance en vous !
Lionel DE BUSSIERE


01/09/2013
Le courage en politique :

A l'occasion de la récente réforme du régime des retraites, les électeurs ont pu se faire une idée de ce qu'est l'habileté politique du Président HOLLANDE. Pressé par la Commission Européenne de procéder à une réforme afin de réduire le déficit du budget, le gouvernement a consulté tout le monde, a fait procéder à une enième expertise par une commission (la Commission Moreau,cette fois-ci); a lancé des idées diverses (CSG) et a fini par proposer une réforme a minima dont on peut être sûr qu'elle sera suivie de beaucoup d'autres si les successeurs procèdent de même. Certes les trois précédentes n'ont pas suffi non plus, mais la droite n'a pas les relations avec les syndicats pour négocier réellement.
Pourtant l'occasion était belle pour notre Président de montrer ses muscles en interne comme il le fait à l'extérieur et d'assoir son autorité ! Il a préféré godiller entre les partenaires.
Le texte gouvernemental propose quelques ajustements qui seront bien insuffisants pour régler le financement des retraites: soit un coût global d'environ 300 milliards d'euros pour 16 millions de retraités, chiffre qui ira en augmentant vu l'amélioration de l'espérance de vie en France: 62, 5 ans en 1945 et 82 ans aujourd'hui.En 2013, 1,7 actif cotise pour la retraite au lieu de 4 en 1960 et 1,4 en 2040. Le gouvernement actuel ne parle que du régime du secteur privé où il manque 7 milliards d'euros, mais rien sur le régime des fonctionnaires et des régimes spéciaux dont le déficit n'est pas chiffré et qui est comblé par le budget annuel. Il aurait au moins créer une Caisse de retraite des fonctionnaires et assimilés. L'âge moyen du départ en retraite est de 58 ans et 4 mois dans le public et 61 ans et 11 mois dans le privé. Le taux de pension moyen est de 1937€ dans le public et de 1256€ dans le privé. Sur le problème de la pénibilité au travail: les fonctionnaires bénéficient déjà d'avantages importants: heures de nuits et de dimanches doublement majorées (en temps et en argent) ainsi le service classé actif ont des semaines de 30 à 32 heures et surtout ils peuvent partir en retraite dés 50 ans pour quelques uns et à 55 ans pour la majeure partie. Dans le privé, les ouvriers du bâtiment, les OS aux tâches répétitives, .... ont comme seul avantage (récent) de pouvoir partir à 60 ans s'ils ont cotisé la durée légale.
Quant à la solidarité inter-générations, qui est la base de notre système de retraite, le minimum vieillesse est de 787,26€ par mois et de 450€ pour le RSA jeunes. Quand on sait que les jeunes vont entrer dans la vie active vers 24 ans et qu'ils devront cotiser au moins 43 ans pour bénéficier d'une retraite non assurée dans sa forme d'aujourd'hui, il est clair qu'à un moment donné, les nouvelles générations vont se poser des questions et quand ils auront le pouvoir, ils modifieront les choses en leur faveur.
Où est le principe de justice dans la réforme actuelle ? Nous avons en France le système de retraite le plus généreux au monde (mis à part le Luxembourg). Les retraités ont globalement un niveau de vie équivalent à celui des actifs.Le gouvernement avait les cartes pour procéder à une vraie réforme, mais ceux, qui au sein du PS pensent à leur réélection municipale, voire régionale ont fait barrage laissant à leurs successeurs l'impopularité d'un changement. Et le Président HOLLANDE a été trop heureux d'aller dans leur sens.

Evidemment, nous aurions pu penser que les députés et sénateurs français commenceraient à montrer l'exemple en s'appliquant la réforme (43 ans de cotisation): il faut savoir qu'aujourd'hui, avec 2 mandats, ils auront une retraite de 2400€, soit bien plus qu'un cadre "A" de la fonction publique qui va cotiser désormais 43 ans. Pire, les fonctionnaires européens, peuvent bénéficier de retraites allant jusqu'à 9000€/mois à 50 ans (http://www.sauvegarde-retraites.org/docs/Retraite_Hauts_fonctionnaires_europeens_Annexe_3_Etude_27.pdf).

Alors que pouvons nous attendre de gouvernants qui se contentent de contourner les obstacles pour ne pas perdre leur base électorale ? A l'issue des dernières consultations du gouvernement, chaque partie était globalement soulagée: aujourd'hui pour un salaire net de 1500€ le salarié paie 102€ et son employeur 150€; en 2017, chacun paiera environ 12€/mois de plus.Voilà la réforme!
En Suède, une vraie réforme a été mise en place : un seul régime de retraite pour tous et des règles simples et claires pour avoir des avantages liés à la pénibilité au travail, à la maternité ou au chômage. La France pourrait le faire si le courage était une vertu politique française au lieu de "l'enfumage" qui a eu lieu.
Il faudra voter désormais pour ceux qui ont du courage.
Lionel DE BUSSIERE


27/08/2013
Pourquoi faire un blog ? C'est un peu comme publier un roman. On s'expose et ça peut être douloureux en retour. Je ne suis pas exhibitionniste, néanmoins, je me lance car je voudrais pouvoir intervenir dans le débat public sur la démocratie en France et l'organisation des institutions qui sont censées nous représenter.

Nous avons actuellement trois niveaux de représentation: européen, national et local. Cela devrait satisfaire nos besoins d'être compris et défendu éventuellement; pourtant, nous assistons à une vraie crise de la représentation due, à mon avis, à deux raisons principales:

-1) la crise économique et sociale, que personne n'a vu venir et dont les "experts" sont incapables de dire comment la faire cesser de façon claire, développe un sentiment de méfiance à l'égard de ceux qui devraient nous éclairer et permet aux extrémistes de droite et de gauche de proposer les solutions simplistes qui semblent marcher, hélas.
En France, nos hommes politiques n'ont pas vu cette crise arriver: SARKOSY en 2008 raisonnait encore comme si elle n'existait pas et dépensait mal en organisant un Plan de relance et un Grand emprunt qui a pris des proportions telles que ça a fini de couler nos Finances Publiques, déjà bien mal en point sous CHIRAC. Et il faut se souvenir qu'à l'époque les représentants du PS trouvaient ces Plans largement insuffisants et exigeaient un Plan de relance de l'économie triple du montant prévu. HOLLANDE, pour être élu Président, a fait des promesses d'une autre ère économique faisant croire au peuple que tout serait possible, ou presque. Au moins les élections présidentielle et législative ont eu un point positif: faire atterrir les responsables socialistes et leur faire découvrir que la mondialisation est une réalité incontournable. On voit bien en un an qu'ils commencent à réaliser dans quel monde ils vivent!

- 2) Le manque de confiance dans les élus:

A) Plus personne ne comprend comment fonctionne l'Europe aujourd'hui ! Quand nous étions six et que nos espoirs d'une Europe Fédérale existaient, cela semblait clair qu'un jour nous serions européens. Aujourd'hui, même si nous votons pour des députés européens dont les pouvoirs sont faibles, c'est un ensemble sans âme, sans but, et sans existence internationale. Quand on voit l'argent dépensé pour créer un ministère européen des Affaires Etrangères avec des ambassades partout dans le monde et ce que fait Mme Catherine ASHTON qui est absente de tous les débats, on est en droit de se demander si l'Europe fiscale n'était pas plus urgente à réaliser !
Par exemple l'UE paie le salaire de tous les fonctionnaires palestiniens et n'a pas son mot à dire dans la solution de la crise israelo-palestinienne.
Autre exemple: l'UE réglemente le modèle des plaques minéralogiques des voitures, mais est incapable d'harmoniser la fiscalité du tabac alors que c'est un problème de santé publique commun à tous ?
Bref, plus personne ne croit que l'UE est un espoir, juste une charge supplémentaire.
B)Les élus nationaux sont moins sujet à caution quant à leur légitimité même s'ils sont contestés d'une part du fait de leur cumul de charges et d'autre part sur la corruption ambiante (la France est 25éme au classement de Transparence Internationale et a encore reculé cette année ...). Toutes ces affaires liées parfois au financement des campagnes électorales, mais pas seulement, donnent un exemple déplorable à une jeunesse en recherche de travail et de valeurs.
Dernier exemple: Le député PS, maire de Caen, Philippe DURON, cumule 24 fonctions et 4 mandats pour un revenu mensuel estimé à 55.000€. Comment croire à la dernière réforme du gouvernement actuel sur le non cumul des mandats dont on comprend mieux le refus quasi général des parlementaires de la mettre en oeuvre alors même qu'elle réforme a minima. Si dans mon Sud-Ouest, la presse régionale avait des qualités d'investigations, on saurait combien de fonctions et de mandats cumule chaque homme politique de nos départements. En particulier je serai curieux de connaitre le cumul du Pt de Conseil Général de la Dordogne: Sa Majesté Bernard 1er, Sénateur de la République et Roi du Périgord.

C) les élus régionaux: là aussi, le nombre excessif d'entités territoriales (région, département , communes),lesquelles par ailleurs s'accroissent sans que d'autres soient supprimées (métropoles, communautés d'agglomérations, ..)sont incompatibles non seulement avec une saine gestion des finances publiques mais aussi avec l'efficacité nécéssaire. L'Allemagne a un million de fonctionnaires de moins que nous, selon toutes les études, elle est aussi bien administrée que nous. On ne comprend plus rien des compétences de chacun et l'essai de réformes tenté par Mme LEBRANCHU a démontré que les élus de tout bord refusaient les réformes pour sauvegarder leurs petits pouvoirs. Plus grave, les tentatives de référendum locaux, tant en Alsace qu'en Corse, afin de simplifier l'organisation locale, ont échoué du fait d'une personnalité locale ayant de l'écoute et qui fait peur aux habitants d'une ville ou d'un canton où une sous préfecture va disparaitre ! Toujours le populisme sous la ceinture pour attirer les votes. Par ailleurs, c'est au niveau local que la corruption est la plus développée: il suffit de lire les comptes rendus des affaires dites de Marseille ou du Pas de Calais pour comprendre les liens des élus locaux et des entreprises locales, surtout dans le BTP, mais aussi le népotisme et le copinage qui dominent dans les villes moyennes pour trouver un emploi.
Quand F. MITTERAND a mis en place la décentralisation en 1982, les pouvoirs de contrôle interne et externe ont été oubliés. Les Cours des Comptes régionales sont peu nombreuses, mal formées et ne sortent quasiment rien comme dossiers de corruption ou de favoritisme.Les Procureurs en province sont moins flamboyants pour poursuivre les élus locaux qui mélangent leurs casquettes.

Alors que faire ? Militer dans des organisations qui veulent de vrais changements et dont les responsables sont intègres ? Oui, bien sûr! Mais aussi tenter partout de se réunir quand on partage les mêmes idées afin de faire bouger les lignes lors des prochaines élections locales et européennes.
A suivre!!!!!
Lionel DE BUSSIERE


"Un homme politique pense à sa prochaine réélection; un homme d'Etat à la prochaine génération." James FREEMAN-CLARKE